Dix ans plus tard, la “Révolution du cèdre” au Liban par Sharmine Narwani

Cette semaine, une traduction, celle d’un article en anglais de Sharmine Narwani, une journaliste clairement à gauche, spécialiste des questions moyen-orientales. Publié sur le site de Russia Today sous le titre Ten years on, Lebanon’s ‘Cedar Revolution’, et signalé par Nidal sur SeenThis, le texte, qui apporte pas mal d’éléments plus ou moins connus, méritait une traduction en français. Elle est donnée ici sans la moindre coupe. A vous de juger !

Il y a dix ans cette semaine, un million de Libanais – un quart de la population – se rassemblait sur la place des Martyrs dans le centre de Beyrouth, demandant le départ des forces syriennes hors de leur pays.

Les Libanais aiment la fête. Et celle-là était la plus grande, la plus étonnante, la plus bruyante que le pays ait jamais connue. Elle avait pour thème le rouge et le blanc du drapeau libanais et la foule, encouragée de se voir aussi nombreuse, tanguait en reprenant à l’unisson les slogans préférés de la jeunesse « révolutionnaire » d’aujourd’hui : indépendance, démocratie, liberté, souveraineté, vérité, justice. Si l’espoir avait un prix, le Liban n’avait jamais été aussi riche que ce 14 mars 2005.

Dix ans plus tard, ceux qui, au Liban, ont été intimement liés à « l’intifada de l’indépendance » parlent encore avec émotion de cette métamorphose qui a culminé, après l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri le 14 février, avec le départ des 14 000 soldats syriens, le 26 avril.

Un succès retentissant ? Oui et non. Les Syriens ont sans doute quitté le pays beaucoup plus vite qu’on ne l’aurait pensé.
Syriens, dehors. Voilà une chose de faite.
La main-mise politique de la Syrie sur le Liban avait été démantelée en deux temps trois mouvements par des adversaires fraîchement mobilisés.
Neutralisation des alliés de la Syrie. Voilà une chose de faite.
Un tribunal international parrainé par l’ONU a été créé pour pourchasser les assassins de Hariri.
Vérité et Justice. Voilà une chose de faite.

Le temps d’un instant, le Liban a été uni, chrétiens et musulmans luttant pour le même objectif. Les Libanais pouvaient tout à coup parler librement, sans craindre les apparatchiks des services de sécurité syriens. Des élections législatives, susceptibles de consolider les fondements démocratiques de la nation, étaient prévues à peine deux mois plus tard.

Pourtant, à peine le dernier soldat syrien parti, la « révolution » a fini aussi rapidement qu’elle avait commencé. Les tentes plantées sur la place des Martyrs se sont vidées en l’espace d’une nuit. Les partis politiques ont commencé à marchander des accords et des alliances en vue des élections. Les caméras de télévision se sont éteintes. On est retourné à la bonne vieille politique d’avant. Le pouvoir avait simplement changé de main. Une sorte de coup d’État pour ainsi dire.

Un peu d’histoire pour commencer

Les choses ne sont jamais simples au Moyen-Orient, et les événement qui mènent à l’assassinat de Hariri ne font pas exception. Depuis l’été précédent, l’ancien Premier ministre accélérait la préparation des élections législatives de 2005. Il avait déjà dit aux Syriens qu’il n’accepterait pas la présence de leurs affidés sur sa liste électorale. Cependant, publiquement au moins, Hariri n’était pas sorti de la ligne tracée par les Syriens au Liban.

Avec ses relations politiques et commerciales internationales, le milliardaire libano-saoudien avait joué un rôle de premier plan pour forger l’accord de Taëf. Parrainé par l’Arabie saoudite en 1989, il avait permis la fin à la guerre civile, tout en préparant le terrain pour le départ de la Syrie du Liban, mais dans le cadre d’un large soutien international au maintien de la tutelle syrienne sur le Liban.

Les forces israéliennes ayant été obligées de quitter le Liban en 2000, l’atmosphère avait changé dans le petit État du Levant. Lentement, les demandes d’un retrait syrien avaient commencé à se faire entendre, principalement au sein du rassemblement (majoritairement chrétien) dit de « Cornet Chehwan » créé en 2001 – rassemblement dont certains membres étaient les mêmes qui, en 1976, avaient permis dans un premier temps la venue de ces mêmes Syriens.

En 2004, le groupe de Cornet Chehwan – qui ne représentait qu’une partie de la communauté chrétienne du Liban – n’avait pas encore réussi à susciter de l’attention à l’étranger mais les choses allaient s’arranger. En effet, George W. Bush, réélu à la présidence des États-Unis, lançait la seconde vague de ses interventions en faveur de la « démocratie» au Moyen-Orient, cette fois avec l’aide de la France. Lors d’une réunion en Normandie, en juin 2004, Bush et le président français Jacques Chirac s’étaient mis d’accord pour laisser de côté leur profond différend à propos de l’Irak en vue d’un réinvestissement commun au Levant. En tête de l’ordre du jour, il y avait le projet de mettre la Syrie à la porte du Liban, en préalable à un objectif plus large visant à défaire l’alliance de ce pays avec le Hezbollah, l’Iran et le Hamas. En septembre 2004, le Conseil de sécurité de l’ONU adopta la Résolution 1559. Sans nommer explicitement la Syrie, la résolution, parrainée par la France et les États-Unis, appelait les « forces étrangères » à se retirer du territoire libanais et à cesser d’intervenir dans les affaires de cet État. Tous les Libanais n’étaient pas nécessairement d’accord, beaucoup d’entre eux considérèrent alors que la résolution était elle-même l’expression de l’intervention de « forces étrangères ».

Les Syriens ont répondu très rapidement au piège qui se refermait sur eux. Selon Elie Ferzli – un grec-orthodoxe pro-syrien, ancien vice-président du Parlement et alors ministre de l’Information tout en maintenant de bonnes relations avec les Américains – le président syrien Bachar al-Assad avait déjà prévu le départ des troupes syriennes : « Le président Assad m’a dit personnellement qu’il n’allait pas rester dans la région de la Bekaa (une demande de l’opposition [libanaise]) ; il veut revenir en Syrie. Il a expliqué qu’il subissait de très fortes pressions et qu’il voulait se protéger à l’intérieur des frontières syriennes. Il m’a dit cela après la réunion entre Bush et Chirac en Normandie et il a ajouté : ‘Ne soyez pas surpris si la Syrie quitte le Liban du jour au lendemain.’ »

En janvier 2005, les Américains coupent leurs relations avec Damas. Le 14 février, Rafic Hariri est tué dans le plus grand attentat à la voiture piégée à Beyrouth depuis des années.

Au Liban, un tournant nommé Quantum

Quelques heures après l’assassinat de Hariri, l’équilibre politique à Beyrouth avait spectaculairement commencé à changer.

Khodr Ghadban, alors responsable du département de la jeunesse au sein du Parti socialiste progressiste (PSP) dirigé par le leader druze Walid Joumblatt, affirme que la population a immédiatement réagi : « A 16 heures (trois heures après la mort de Hariri), nous avons convoqué une réunion avec tous les responsables des étudiants et des jeunes des différents partis politiques d’opposition pour dire que les services du régime syrien avaient tué Rafic Hariri. C’était une première. Deux heures plus tard, Joumblatt demandait aux dirigeants politiques de l’opposition de se réunir au domicile de la famille Hariri à Qoraitem. Ils ont rédigé une déclaration demandant à l’armée syrienne d’obéir aux accords de Taëf et ils ont annoncé que les funérailles de Hariri, deux jours plus tard, seraient publiques. Nous avons demandé aux gens de sortir dans la rue. C’était la première manifestation organisée du mouvement. »

Le soir de l’enterrement de Hariri, une coalition informelle des partis d’opposition, jusqu’alors très divisés sur la question de la présence militaire syrienne, se rassembla à l’hôtel Bristol. Des échanges sérieux ont alors commencé pour arriver à une position commune raconte Nora Joumblatt, épouse du chef druze et elle-même personnalité de la société civile, qui a joué « un rôle essentiellement logistique » dans le mouvement, alors encore naissant, du 14 mars : « Nous nous étions mis d’accord sur le rouge et le blanc (pour les manifestations). Je suis allée dans la banlieue sud, j’ai acheté des tissus avec ces couleurs. Nous les avons coupés (les foulards) ici, au bureau et nous les avons apportés à la réunion au Bristol cette nuit-là. » C’est cette nuit-là qu’on a pu voir les dirigeants politiques de l’opposition porter les couleurs rouge et blanc de l’« intifada de l’Indépendance », dit-elle, en ajoutant que la décision avait alors été prise de « continuer à manifester pour que le mouvement continue à grandir ».

A ce stade, plusieurs développements importants peuvent être notés : 1) pour la première fois, les communautés druze et sunnite, sous la direction de Walid Joumblatt et de Saad Hariri, ont conclu un accord stratégique avec les acteurs chrétiens de Cornet Chehwan et d’autres groupes plus petits en faveur de l’option « Dehors, la Syrie ! » ; 2) On a commencé à élaborer la version selon laquelle la Syrie était responsable de la mort de Hariri et que la prochaine étape passait nécessairement par l’expulsion des Syriens ; 3) la dynamique (momentum) – un mot que tout le monde a commencé à utiliser – devait être conservée après « l’événement » que constitutait l’assassinat de Rafic Hariri, afin d’imposer cette expulsion.

L’idée de couleurs symboliques pour le « mouvement du 14 Mars », le rouge et le blanc, avait été retenue, bien avant la mort de Hariri, par une cellule de décision regroupant quelques responsables. Le noyau était formé par un trio d’amis qui comprenait Eli Khouri, un expert en communication et marketing chez Quantum et Saatchi & Saatchi, Samir Kassir, un essayiste qui dirigeait également le Mouvement de la gauche démocratique (MGD) formé en septembre 2004 et le journaliste Samir Frangieh, membre de Cornet Chehwan.

« Nous – c’est-à-dire les deux Samir et moi-même, nous avions déjà planifié le mouvement Indépendance05 environ un an avant que Hariri ne soit tué », raconte ainsi Eli Khoury de Quantum. Interrogé sur les raisons d’une telle décision, il me répond : « L’arrivée de George Bush au pouvoir, la guerre en Irak, le mécontentement entre Hariri et la Syrie, entre Joumblatt et les Syriens : tout indiquait que les gens étaient prêts à faire quelque chose. Et nous avions l’œil rivé sur les élections de 2005. »

Ce sont Khoury et ses amis qui n’ont cessé de suggérer les slogans, les mots d’ordre, les tracts et les concepts du mouvement tout au long des mois qui séparent la mort de Hariri et l’arrestation de quatre généraux pro-syriens qui dirigeaient des postes clés de la sécurité du Liban. Khoury affirme ainsi être l’auteur de quelques-uns des mots d’ordre les plus efficaces de l’intifada de l’indépendance, en assurant également que les messages « officiels » du mouvement émanaient de leur petit groupe. C’est typiquement le type de marketing politique et de création de récit qu’on a pu observer ces dernières années à l’occasion de nombreuses « révolutions de couleur » pro-occidentales. Khoury, dont, à titre professionnel, le gouvernement américain est un des meilleurs clients, a ainsi pu être accusé de travailler pour les Américains, ce à quoi il répond, avec un sourire : « Tout ce que nous avons fait, c’était de reprendre dans des slogans ce que désiraient les gens en leur proposant un rendez-vous. »

Un certain nombre de groupes libanais sont devenus importants dans le mouvement qui se développait sur la place des Martyrs. Les principaux relais qui, quotidiennement, communiquaient directement entre eux – ou bien par des intermédiaires – comprenaient ainsi l’équipe d’Eli Khoury chez Quantum, le groupe logistique de Nora Joumblatt, la société de gestion d’événements dirigée par Asma Andraous, les groupes d’étudiants ou de jeunes représentant les différents partis et tendances politiques (ils étaient pour la plupart basés dans les tentes montées sur la place des Martyrs), et le groupe dirigé par Gebran Tueni, lui-même directeur du quotidien An-Nahar.

A côté de ces groupes, fondamentaux pour le mouvement, on trouvait aussi le groupe du Bristol, avec les grandes figures de l’opposition (comprenant désormais Joumblatt et [Saad] Hariri), groupe qui est rapidement devenu le principal moteur de la direction politique du mouvement. Il y avait encore le Courant patriotique libre (CPL), sans doute le plus actif sur le terrain, place des Martyrs, et enfin quelques personnes actives dans les médias, des parlementaires, etc.

Qui finançait tout cela ? Ezzat Kraytem, ​​alors membre du comité exécutif de la campagne électorale de Rafic Hariri, affirme sans embages : « Nous avons financé toutes ces activités. Hariri était un des grands bailleurs de fonds de ce mouvement. » Une déclaration confirmée par des faits, tant le financement par Hariri est loin d’être un secret. Par exemple, le groupe autour d’Asma Andraous avait ouvert un compte bancaire sur lequel elle dit avoir reçu près d’un demi-million de dollars par des donateurs libanais en provenance du monde entier. Son équipe de base, une trentaine de professionnels, a également bénéficié d’aides « en nature » explique celle qui dirige aujourd’hui le service des Relations publiques du Mouvement du Futur dirigé par Saad Hariri : « Nous avions un très bon réseau de relations, et nous l’avons utilisé. »

C’est d’ailleurs une des nombreuses critiques formées à l’encontre de « l’intifida de l’indépendance », parfois ironiquement surnommée « la révolution Gucci » : peut-être le plus bourgeois, le plus privilégié, le plus riche, le plus snob des mouvements populaires que le monde ait jamais connu, un mouvement composé d’une petite élite d’amis, de collègues, de quelques poids lourds de la politique, capables de prendre leur téléphone pour appeler les dirigeants du monde.

Le général en exil

Seize ans plus tôt, le 14 mars 1989, le chef du CPL, le général Michel Aoun, avait lancé une « guerre de libération » contre l’occupation syrienne du Liban. Chaque année, le 14 mars, les « aounistes » comme on les appelle souvent, organisaient une manifestation pour commémorer une date dont l’importance – tout comme la contribution des aounistes aux événements de 2005 – semble avoir été oubliée depuis longtemps par la direction de l’opposition qui s’est approprié le 14 mars.

Les militants de l’opposition qui ont travaillé avec les aounistes sur la place des Martyrs en 2005 le disent. « Les aounistes ont été les premiers à descendre dans la rue, il faut le reconnaître », dit ainsi Asma Andraous. Quant à Shirin Abdallah, une assistante de Gebran Tueni qui a coordonné un grand nombre d’activités entre le Nahar et le campement de la place des Martyrs en 2005, elle affirme elle aussi : « Les aounistes étaient derrière la plupart des activités qui ont eu lieu, ils avaient plus d’expérience que les autres partis politiques qui ne savaient pas comment gérer ce type de situation. » Elle mentionne ainsi un jeune responsable du Mouvement du Futur avec un sourire : « C’était sa première manifestation ! »

Alors que la plupart de ceux qui manifestaient en février et mars 2005 étaient d’accord sur l’idée d’expulser les Syriens – indépendamment des opinions des uns et des autres sur leur complicité dans la mort de Hariri –, il y avait des différences marquées par rapport à la stratégie finale au-delà de cet objectif. Mais apparemment, certains avaient déjà décidé d’utiliser la « dynamique » du moment à leur profit.

Ziad Abs, membre du CPL et figure clé de l’organisation, sur le terrain, du mouvement du 14 mars a pu ainsi assister à la manifestation concrète de cette divergence tandis que le mouvement pour l’indépendance prenait de l’ampleur dans le centre de Beyrouth : « Environ deux semaines avant le 14 mars, on a remarqué que les choses étaient organisées, mais sans la participation des militants. » « Nous n’avons jamais donné notre accord pour certains des slogans qui étaient suggérés, nous n’avons jamais donné notre accord, par exemple, pour l’affiche avec les quatre généraux », poursuit-il en faisant référence à une affiche produite par le petit groupe autour de Quantum, avec Eli Khoury et Samir Kassir, affiche qui réclamait le bannissement de quatre responsables libanais de la sécurité, étroitement liés à la Syrie.

Cette affiche était révélatrice d’une sorte de réorientation stratégique à l’œuvre au sein d’un segment de l’opposition. Une réorientation qui n’était pas forcément fidèle à l’opinion la plus répandue. Pour une partie de ceux qui voulaient le départ des Syriens, elle reflétait des intérêts occidentaux, pour d’autres, elle ouvrait un combat inutile contre eux. « C’était l’idée de Samir, me confie crûment Asma Andraous à propos de cette affiche, c’est Eli qui l’a réalisée et c’est moi qui l’ai apportée », expliquant qu’elle se chargeait souvent d’apporter des documents sur la place des Martyrs, « parce que les services de renseignement laissaient passer les femmes ».

Eli Khoury confirme à peu près : « Asma a presque raison. Samir était venu me voir après une réunion au Bristol et m’a dit qu’ils avaient eu l’idée de cette affiche avec les quatre généraux. J’ai dit que je ne la ferais pas faire par notre équipe pour que les ‘services’ ne puissent pas remonter jusqu’à moi. Ce sont les jeunes (les militants) qui l’ont faite. »

Pour en revenir aux aounistes, Ziad Abs lui aussi a remarqué que des réunions avaient lieu au Nahar où « tout à coup, nous n’étions plus invités, des réunions suivies de décisions qui avaient des répercussion sur le terrain ». Mais c’est après la grande manifestation du 14 mars que les choses ont vraiment commencé à changer, explique-t-il : « La coalition du 14 mars s’est rendue à Paris et a demandé aux Français de ne pas autoriser le retour du général Aoun avant les élections. Ils ont même demandé d’avancer l’élection pour profiter de la dynamique du mouvement. Et puis ils ont insisté pour que soit utilisée la loi électorale que les Syriens avaient imposée. »

Nicolas Sehnoui, un ancien ministre libanais des Télécommunications, évoque certaines de ces manœuvres avec amertume : « Le général Aoun devait prendre la parole par vidéo depuis Paris lors de la grande manifestation du 14 mars, mais le son a été coupé. Un tiers des manifestants étaient des membres du CPL, sans le CPL, rien n’aurait pu être fait. »

Le chiffre est-il exagéré ? Difficile à dire. Toujours est-il que lorsque le général Aoun a fait cavalier seul lors des législatives, à peine trois mois plus tard, il a réduit à néant les autres partis politiques chrétiens, obtenant la grande majorité des sièges, 21 contre 14 pour les différents candidats de Cornet Shehwan.

Ziad Hafez, universitaire libanais et nationaliste arabe connu au Liban, confirme: « Les aounistes formaient l’épine dorsale des protestations. Mais ils ont eu l’impression d’avoir été trahis. Quand Aoun est sorti de la coalition du 14 mars durant l’été 2005, le mouvement du 14 mars n’a plus été en mesure de réussir le même genre de manifestation. » Ainsi, le mouvement du 14 mars aurait été détourné au profit de quelques-uns ? « Quand souveraineté rimait avec indépendance, explique-t-il, qui aurait pu être contre ? Mais quand cela a commencé à vouloir dire qu’on était contre la Syrie et contre la Résistance [libanaise], les gens ont commencé a flairer quelque chose. »

Pour sa part, Ziad Abs ne blâme pas la majorité de ceux qui se sont impliqués dans les événements. Pour lui, « les personnes impliquées dans le 14 mars étaient sincères, ce sont d’autres qui ont vu la direction que prenaient les événements et qui ont décidé qu’elles feraient le nouveau régime ».

Ingérences étrangères

Si les manifestations du 14 mars étaient pour l’essentiel une réaction née sur place, des parties étrangères avaient clairement leur propre agenda, un agenda particulièrement intéressant pour des courants de l’opposition, très pro-occidentaux et anti-syriens.

On trouve une traduction de la rupture progressive entre le mouvement du 14 mars et le général Aoun dans la politique suivie à Washington. Dans un document publié par WikiLeaks, l’ambassadeur des États-Unis au Liban, Jeffrey Feltman, décrit ainsi Aoun comme « imprévisible » et « incontrôlable ». Il évoque aussi la « politique antérieure du 14 mars pour marginaliser Aoun et le mettre hors-jeu ». Il y a eu ensuite différentes tentatives des USA pour proposer une « enveloppe » et un « cadre » au mouvement qui se déroulait au Liban, en fonction de leurs propres objectifs politiques, axés pour l’essentiel sur la réduction de l’hégémonie syrienne et le « renforcement de la démocratie » promue par Bush.

Le 28 février 2005, lors de sa conférence de presse, la sous-secrétaire d’État aux Affaires mondiales, Paula Dobriansky, présenta les événements de Beyrouth sous une nouvelle étiquette : « Au Liban, nous assistons à une dynamique croissante en faveur d’une ‘révolution du Cèdre’ qui unifie les citoyens de cette nation pour une vraie démocratie et pour la fin de l’influence étrangère. Des signes d’espoir sont visibles dans le monde entier et, sans aucun doute, les années à venir apporteront beaucoup à la cause de la liberté. »

Deux semaines après ces commentaires, le 8 mars, lors de la plus grande manifestation qu’on ait connu jusqu’à cette date dans le pays, un demi-million de manifestants libanais descendirent dans la rue pour s’opposer à cette orientation et pour « remercier la Syrie » de son rôle au Liban. La foule ne s’opposait pas à ce que les troupes syriennes quittent le pays, mais ses choix géopolitiques, totalement différents, étaient en faveur du rôle régional de la Syrie. Elle aussi exigeait la « vérité » et agitait le drapeau libanais rouge et blanc. Mais elle brandissait également des pancartes qui disaient : « Non à l’intervention américaine ». Un point de vue qui n’a pas retenu l’attention des médias occidentaux, non plus que l’intérêt de leurs gouvernements.

A juste titre, The Economist commenterait, à la suite de la participation d’un million de personnes le 14 mars cette fois, que « les Libanais, si l’on tient compte de la taille des deux manifestations, sont bien à peu près aux deux tiers en faveur du changement, [mais] les médias ont considérablement amplifié cet écart ». De fait, les médias libanais comme les médias étrangers d’ailleurs. Au Liban, il y avait « une mobilisation en partie calculée dans la manière dont les chaînes de télévision ont cherché à réunir le public et à susciter en lui un sentiment collectif » a ainsi écrit Lina Khatib dans une étude sur l’impact de la télévision sur le « Printemps de Beyrouth ». Les télévisions étaient en phase avec la foule tout en la mobilisant, de même que la foule répondait aux télévisions tout en les mobilisant. La « dynamique » se renforçait sous cet éclairage intensif, mais elle devenait aussi de plus en plus « mise en scène ».

Une mise en scène devenue la marque de fabrique des « mouvements pour la démocratie » de type occidental. Avec des auteurs qui s’étaient illustrés lors des différents changements de régime en Europe de l’Est et qui louaient désormais leurs services. « Canvas a travaillé avec des opposants dans pratiquement tous les pays du Moyen-Orient, une région où Canvas a connu sa plus grande réussite, le Liban, et son pire échec, l’Iran » peut-on lire ainsi dans un article de la revue Foreign Policy de février de 2011.

Les fondateurs de Canvas étaient ceux d’Otpor en Serbie. Ils ont fait leurs premières armes pendant la révolte contre Slobodan Milosevic et sont ensuite allés enseigner aux autres comment « faire une révolution ». Globalement, on peut considérer que le travail de Canvas consiste 1) à entraîner des jeunes gens motivés et influençables à se révolter contre des gouvernements qui ne sont pas appréciés par l’Occident ; 2) à leur apprendre à utiliser des « marques » et à réussir des coups médiatiques et autres trucs publicitaires destinés à faire sortir l’opinion publique de sa « majorité silencieuse » ; 3) à préparer le sentiment national et à le travailler pour arriver à soutenir une rébellion qui se traduit par un « changement de régime ».

« On pense souvent que les révolutions sont spontanées, explique Ivan Marovic, un ancien formateur de Canvas dans l’article publié dans Foreign Policy. On a l’impression que les gens sont juste descendus dans la rue. Mais c’est le résultat de mois ou d’années de préparation. C’est un travail très fastidieux, jusqu’à ce que vous atteignez un certain point, où vous pouvez organiser des manifestations de masse ou des grèves. Si tout a bien été planifié, au moment où cela commence, ce n’est plus qu’une affaire de semaines. »

A un certain moment, lors des manifestations en 2005, les formateurs et les responsables de Canvas sont arrivés à Beyrouth pour entraîner les militants libanais à attirer l’attention des médias, à lancer des campagnes et à organiser une « révolution ». Michel Elefteriades, un producteur bien connu dans le milieu musical libanais, militant politique et alors membre du CPL, fut l’un des principaux militants de la place des Martyrs : « Gebran Tueni m’a appelé et il m’a dit que je devrais donner un coup de main à un groupe de Serbes qui venaient nous aider. Ils avaient l’air hyper-professionnels par rapport à ce qu’ils voulaient faire. Je voyais leur influence dans tout ce qui se passait. C’étaient des spécialistes des révolutions de couleur. »

Michel Elefteriades explique qu’il a rencontré Ivan Marovic juste après son arrivée à Beyrouth et qu’il a commencé par le piloter : « Puis ils ont commencé à nous dire ce qu’il fallait faire ou non. Je les accompagnais à des réunions avec les médias – rien que des médias internationaux – et ils coordonnaient les choses avec eux. Ils se connaissaient tous très bien. Dès le premier jour, ils me dirent que nous ne devions pas l’appeler notre mouvement ‘l’intifada du Cèdre’, parce qu’on n’allait pas aimer le mot intifada en Occident. Ils disaient que l’opinion arabe n’était pas importante, que ce qui comptait c’était l’opinion occidentale. Alors, ils ont dit aux journalistes de ne pas utiliser le mot intifada. »

« Ils nous ont donné une liste de slogans qui devaient être diffusés par les télévisions occidentales, poursuit-il. Ils nous ont dit, à nous et aux journalistes occidentaux, où mettre les banderoles, quand les brandir en l’air, et même la taille qu’elles devaient avoir. Par exemple, ils demandaient aux journalistes de les prévenir des créneaux horaires où ils allaient passer, puis ils nous disaient de régler nos montres et de brandir nos pancartes juste à 15h05, en fonction du moment où les chaînes télévisées retransmettaient en direct depuis Beyrouth. C’était une mise en scène totale. »

C’est à partir de ce moment-là que Michel Elefteriades a refusé de continuer à travailler avec le staff de Canvas.

Voir Canvas s’arroger tout le mérite des manifestations libanaises est une chose qui irrite beaucoup Shirin Abdallah, l’ancienne assistante de Gebran Tueni. Après tout, son chef, le patron de l’influent quotidien An-Nahar, était celui qui avait invité au Liban les gens de Canvas ! Elle insiste : « La dynamique était là, on est allé chercher Canvas juste pour la conserver. » Elle se souvient de Gebran Tueni « assis avec Frances Abouzeid de [l’ONG] Freedom House, qu’il avait rencontré lors d’une réunion à Davos », tous les deux regardant par la fenêtre la mer de manifestants… « Frances dit à Tueni qu’il y avait besoin de quelqu’un pour conserver cette dynamique et apprendre aux gens comment le faire. »

Shirin Abdallah explique qu’il y avait une salle pour les formations dans l’immeuble du Nahar et que Canvas y a donné, pendant deux week-ends, des formations. Mais « la première a été faite par Ivan Marcovic », et elle a eu lieu avec de nombreux jeunes dirigeants, dans une des tentes de la place des Martyrs, en secret parce que la Sûreté générale du Liban avait interrogé Ivan et raccourci la durée de son visa. « La réunion s’est déroulée tranquillement, avec des gardiens à l’extérieur de la tente. »

« Ce premier jour, Ivan a montré comment conserver la dynamique, comment maintenir les gens en éveil, comment faire passer un message », poursuit Shirin Abdallah. Selon elle, les deux autres séances de formation données par Canvas ont eu lieu après le 14 mars et avant le départ des troupes syriennes. Quant à Michel Elefteriades, il affirme, lui, avoir rencontré les gens de Canvas bien avant le 14 mars.

Canvas n’a pas répondu aux questions que j’ai envoyées par email et Ivan semble avoir totalement oublié avoir travaillé au Liban. Questionné sur Twitter à propos de ses activités au Liban en 2005, et s’il y avait travaillé en faveur de la démocratie, il a répondu : « Pas de formations, juste une visite. Invité par feu Gebran Tueni. Ai rencontré des gens place des Martyrs. » Et puis un autre tweet : « Cette visite a été mon seul lien avec le Liban, je n’ai pas participé à des formations et n’en ai pas entendu parler. »

« Toutes les organisations américaines pour la démocratie étaient là, affirme Asma Andraous. Ils ont appris aux jeunes comment mobiliser, comment garder les militants occupés, ils étaient très enthousiastes. » En revanche, Eli Khoury ne pense pas qu’ils aient joué un rôle essentiel : « Beaucoup de groupes internationaux sont venus aider. Ils pensaient qu’ils arrivaient dans un endroit un peu comme le Yémen, ils ont vu qu’ils ne servaient à rien et ils sont repartis. Canvas en particulier. »

Le résultat

Il y a quelques années déjà, un haut responsable du Foreign Office m’a confié que le tribunal était « un bon outil pour contrôler les Iraniens. Et nous n’avons pas beaucoup d’autres possibilités pour y arriver. » Le tribunal auquel il faisait allusion, c’est le Tribunal spécial pour le Liban, parrainé par l’ONU, dont la mission est d’identifier et de poursuivre divers assassinats, contre Hariri et d’autres personnes comme Samir Kassir et Gebran Tueni. Cependant, dans l’esprit de nombreux Libanais, la réputation de cet instrument pour la « justice » a déjà été ternie ces dernières années par une série de faux-pas, de fuites et de fausses accusations. Plus important encore, ni le gouvernement syrien, ni même des ressortissants syriens ont été inculpés pour l’assassinat de Rafic Hariri. Pire, les quatre généraux libanais qui figuraient sur l’affiche du 14 mars, qui ont été attrapés et jetés en prison dans ce qui fut une véritable chasse aux sorcières menée par l’opposition, ont pourtant été remis en liberté quatre ans plus tard, faute de preuves et sans avoir été inculpés d’aucun crime.

On a fait tomber un gouvernement, un Premier ministre a démissionné, un président a été ridiculisé, le Liban a ouvert ses portes à une ingérence juridique de puissances étrangères sans précédent, on a préparé le terrain à une agression militaire israélienne, soutenue par les USA, pour détruire la résistance libanaise : autant de « douleurs de l’enfantement d’un nouveau Moyen-Orient » à la sauce Bush, qui ont accompagné l’installation d’une hégémonie occidentale totale sur le théâtre libanais abandonné par ses protecteurs arabes.

Ironiquement, le nouveau Liban du 14 mars se composait pour l’essentiel des personnalités politiques les plus opposées à l’occupation syrienne, celles-là même qui s’étaient le moins opposées à elle, analyse Jean Aziz, un journaliste ancien membre des Forces libanaises, un parti de la droite, et militant au temps du 14 mars : « Ceux qui ont manifesté le plus de haine et de rancœur à l’encontre des Syriens sont ceux qui étaient les meilleurs partisans de l’hégémonie syrienne sur le pays. Lisez leurs discours au Parlement, tous ! Seul Tueni avait des mots durs contre les Syriens dans ses discours. »

Pire, le Liban est entré dans une nouvelle phase de polarisation confessionnelle. La division entre sunnites et chiites a commencé à s’installer. Un sondage publié par le Beirut Center for Research and Information, publié le 16 mars [2005] par le quotidien As-Safir, et repris ensuite par le Foreign Broadcast Information Service [un département de la CIA] met en évidence des points de vue très différenciés sur les événements de l’époque. Portant sur une série de questions liées à l’intervention franco-américaine, à l’assassinat de Hariri, à la Résistance et à d’autres questions politiques particulièrement sensibles, le sondage mettait en évidence que les druzes et les chrétiens, sur la plupart de ces questions, se retrouvaient côte-à-côte, tandis que sunnites et chiites, dans le camp opposé, partageaient des positions proches. Un consensus qui a volé en éclat aujourd’hui. Durant les années qui ont suivi, on a diffusé des « récits » qui ont réussi à séparer plus encore les communautés les unes des autres, en distillant la méfiance, voire la haine, entre sunnites et chiites. Pas seulement au Liban, mais dans tout le Moyen-Orient.

Cela me rappelle un sondage réalisé en France juste après la Seconde Guerre mondiale. Interrogés sur le pays qui avait le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945, les Français avaient choisi l’URSS à une écrasante majorité de 57 %, 20 % d’entre eux mentionnant les États-Unis et 12 %, le Royaume-Uni. Soixante-dix ans plus tard – et après une bonne dose de Hollywood – la même question a été posée aux Français. En 2014, 58 % d’entre eux ont répondu que les États-Unis avaient le plus contribué à la défaite de l’Allemagne, 20 % ont mentionné l’URSS et 16 % le Royaume-Uni.

Après la mort de Hariri, le Liban a été submergé par une rhétorique malsaine de division, celle-là même que l’ancien Premier ministre avait cherché à désamorcer durant toute sa vie. D’une manière générale, elle a servi les intérêts franco-américains visant à remodeler la région avec le moins possible de résistance. Dix ans après les événements du 14 mars, le Liban est-il plus libre et indépendant, plus démocratique ? La vérité et la justice sont-elles davantage présentes dans la vie de tous les jours ? L’unité de la place des Martyrs a-t-elle survécu un seul jour au départ des troupes syriennes ?

Les aounistes et une poignée d’autres militants ont refusé alors de quitter les tentes installées place des Martyrs mais tous les autres sont partis pour rentrer chez eux dès le lendemain. Elie Ferzli, l’ancien vice-président du Parlement raconte : « Aoun a quitté le mouvement. Après lui, Joumblatt. La Syrie s’est retirée du Liban. Aujourd’hui, 1,5 million de Syriens sont entrés dans le pays. Quelques-uns d’entre eux sont des terroristes d’ISIS et de Jabhat al-Nusra. Tous les pays du monde entier ont leur mot à dire pour la moindre chose qui se passe au Liban. Alors, où est le 14 mars aujourd’hui ? »

« Est-ce que je suis contente ? se demande Nora Jumblatt. Peut-être… Sur le plan personnel, oui, mais pas sur le plan politique parce que je ne pense pas que nous avons obtenu ce que nous désirions vraiment, un État démocratique, un État démocratique et libéral.. Le système n’a pas changé. J’ai l’impression qu’on s’est fait avoir d’une certaine manière, parce que la politique est redevenue de la petite politique. »

« Notre objectif a été partiellement atteint, dit de son côté Eli Khouri. Malheureusement, nous avons dû passer la main aux politiciens et les politiciens ont montré qu’ils étaient… des politiciens ! Tantôt naïfs, tantôt opportunistes. » « Après le 14 mars, estime Khodr Ghadban, l’idée principale était de conserver notre dynamique jusqu’au départ de la Syrie. Après, l’intensité a été perdue, nous ne partagions pas une même vision stratégique. » « Je voulais que les Syriens partent, explique Michel Elefteriades, mais je ne voulais pas que les Syriens soient remplacés par les Américains ou les Occidentaux, ou encore que le Liban soit entraîné dans un conflit avec la Syrie. » Pour Asma Andraous, « c’était une vague : en profiter, gagner ses objectifs, mettre la pression là où il faut et puis s’en aller… Et puis tout s’est détraqué à la minute où les Syriens sont partis. Le lendemain, on est revenu à une politique très partisane. »

Lorsque le « Printemps arabe » a débuté au début de 2011, bien des Libanais se sont demandés : « Est-ce que nous étions le premier État du Printemps arabe ? »
Je pense que la réponse est oui. Le Liban a été le premier État dans le monde arabe moderne dont les citoyens, pleins d’espoir et de bonne volonté, ont été trompés pour devenir de petits soldats au service d’un projet bien plus vaste : permettre une nouvelle orientation impulsée à la fois de l’intérieur du pays, par son élite politique, et de l’extérieur, avec des objectifs encore moins liés à l’avenir du Liban. Oui, le Liban devrait se féliciter d’avoir brandi des bannières aux couleurs choisies, en hurlant « liberté, démocratie », en posant pour mille caméras de télévision diffusant partout dans le monde son autosatisfaction et réduisant des aspirations universelles à quelques slogans séduisants.

Le Liban le referait-il ? J’espère que non ! Il n’y a pas de « révolution » sans leadership, sans une vision ou un programme concret de développement national. Ces choses demandent du travail et des souffrances. Pas vraiment ce qui se fait dans ce XXI siècle qui préfère les solutions rapides.

ِQue Dieu protège les frontières du monde arabe !

LatifaGrand

 

الله يحمي بلادنا العربية.. وطننا وأمتنا وخيراتنا مهددة ومستهدفة ! الآن الآن وليس غداً.. يجب أن نتحد ونقف وقفة رجل واحد مع أوطاننا
“Que Dieu protège le monde arabe ! Notre patrie, notre nation, nos biens sont en danger, sont attaqués. C’est maintenant, et pas demain ! Unissons-nous comme un seul homme !” écrivait il y a quelques jours Latifa, une des grandes vedettes de la chanson arabe, avant de poursuivre : “Assez de terrorisme ! Assez de destructions ! Assez d’assassinats ! Assez de guerres !”

Ces commentaires accompagnaient la reprise par cette voix  tunisienne qui se produit partout, et avec tous les accents possibles, dans la région, d’un grand classique de la chanson patriotique. Écrit en 1956, en pleine crise de Suez, par le célèbre parolier libanais Muhammad SalmanMe voici, ô drapeau de l’arabité (labayka ya ‘alam al-‘urûba /لبيك يا علم العروبة) montre qu’il y a encore dans cette partie du monde, quoi qu’on en dise, des nostalgiques des grandes heures de cette arabité politique qu’incarnait Nasser mieux que personne.

latitatuneg1Sur sa page Facebook, à côté des montages photos nationalistes, Latifa a accompagné sa publication de tags (étiquettes), en l’occurrence la liste des 22 pays qui composent la Ligue arabe. Un décompte qui n’est pas innocent car elle n’ignore certainement pas que l’organisation ne compte plus, officiellement, que 21 pays depuis que la participation de la Syrie, pourtant incluse dans les six membres fondateurs, a été suspendue, à cause de la “manière brutale dont le gouvernement agit envers ses opposants politiques” comme il est écrit sur le site.

En réalité, les choses sont plus compliquées encore car l’existence de plus en plus d’entités nationales est désormais menacée. Après la Palestine depuis fort longtemps déchirée entre la Cisjordanie et Gaza, et le Soudan, privé des provinces du Sud à la suite du référendum de 2011, la liste s’est considérablement allongée : l’Irak avec la province autonome du Kurdistan au nord mais également désormais les tensions entre provinces dites sunnites ou chiites ; la Syrie bien entendu, avec ses deux drapeaux et ses gouvernements officiels et rebelles plus ou moins reconnus internationalement ; la Libye où Benghazi et Tripoli s’opposent via différentes milices ; le Yémen à présent, avec les Houthis installés dans la “vraie” capitale Sanaa tandis que le président “légitime” réside, lui, à Aden. On pourrait évoquer encore le Sinaï égyptien, de plus en plus en conflit avec le pouvoir du Caire, et la liste est loin d’être complète…

Les États-nations du monde arabe sont menacés d’éclatement interne mais ils doivent également protéger les anciens découpages frontaliers contre des tentatives de regroupement. Ainsi, les forces de la coalition menée par les USA tentent à présent d’aider le pouvoir central à Bagdad (et donc aussi celui de Damas, même s’ils ne le disent pas) à retracer les frontières qu’ont effacées entre la Syrie et l’Irak les volontaires d’Isis/Daesh, venus, littéralement parlant, de tous les horizons du monde. Au même moment, l’Arabie saoudite, après avoir érigé une barrière de protection avec le Yémen au Sud, s’apprête à achever, au nord, sa “grande muraille” : près de 1000 km de fossés et de barbelés pour se couper de l’Irak et de ses désordres.

latifa_arabiTraditionnellement, l’histoire politique de la région oppose dos à dos “nationalistes arabes”, en principe plutôt laïcs et progressistes, et courants religieux, souvent dits “islamistes”, pour lesquels la question de l’unité régionale n’est que très secondaire par rapport à un idéal de réforme fondé sur un autre imaginaire, celui de la nation musulmane. Porteurs de beaucoup d’incertitudes, les malheurs actuels dans cette région révèlent en tout cas que la question est autrement plus complexe qu’on ne le pense souvent. De même qu’on constate aujourd’hui combien les frontières géographiques entre les Etats peuvent être fragiles, on doit aussi avoir à l’esprit que les acteurs manient des symboles politiques qui, selon les contextes, sont loin de s’accorder avec la prétendue rigidité des lignes de démarcation politique. Celles-ci peuvent d’ailleurs bouger plus vite qu’on le pense, en provoquant toutes sortes de séismes…

La chanson, quasiment historique, que reprend Latifa, comme on le mentionnait plus haut, pour exprimer son attachement identitaire à la nation arabe, offre une bonne illustration de ce phénomène. Il en existe en effet une autre version, dont les paroles sont quasi identiques alors que le titre propose, lui, un horizon politique très différent. Repris par différents partisans de l’islam politique, l’ancien Me voici, drapeau de l’arabité ! est ainsi devenu Me voici, ô Islam de l’héroïsme ! Dans l’impressionnante vidéo ci-dessous, on voit ainsi la foule enthousiastes des Frères musulmans égyptiens, supporters du très légitimement élu président Mohamed Morsi, vibrer à l’interprétation donnée par Ahmed Bo Shehab (أحمد بو شهاب) de ce tube qu’une bonne partie de l’assistance connaît par cœur, pour l’avoir entendu et repris dans d’autres contextes là encore. C’était à la mi-juin 2013, il y a moins de deux ans, et cela paraît tellement loin déjà !

Mendiants et pas orgueilleux : l’Égypte à vendre aux pigeons

Bientôt deux ans de pouvoir pour le maréchal Sissi, et un bilan très peu glorieux. Plus que jamais, le pays dépend dramatiquement des subsides accordés par les “frères arabes”. Officiellement, on en est à 23 milliards de dollars d’aide accordées par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Koweït au cours des 18 mois qui ont suivi l’éviction du président Mohamed Morsi.

Mais cela ne suffit pas et le ministère du Tourisme vient de lancer une vidéo promotionnelle pour relancer le tourisme dans le pays. Lecteurs de CPA, vous n’êtes pas vraiment concernés car (sauf exception bien entendu) pas assez riches pour faire une cible de choix. Non, le public visé par la communication du ministère, c’est le tourisme du Golfe, un gisement de voyageurs qu’on n’hésite pas à plumer comme des pigeons (“Le fric coule chez eux comme des grains de riz” peut-on entendre dans une conversation téléphonique attribuée au président Sissi).

Le pigeon voyageur (le voyageur pigeon) se décline de préférence au masculin singulier, surtout si l’on compare à une précédente campagne du même genre, lancée il y a un peu plus d’un an. Sous le titre Wahashtû-nâ (وحشتونا / Vous nous manquez), le clip faisait alors se succéder une série de lieux communs de l’Egypte touristique : les quartiers historiques près d’Al-Azhar, les felouques sur le Nil, la citadelle, un peu de bord de mer, les lumières sur la ville la nuit, le tout sur fond de danses endiablées dans un style de variétés télévisées. Le clip lui-même jouait à effacer les frontières entre la “réalité” du pays et sa représentation touristique, avec des images de studios, de salles de spectacle offrant la “joie de vivre” cairote, tandis que les scènes se déroulant dans la “réalité” ne cherchaient pas à gommer leur artificialité de studio.

Alors que cette vidéo mettait en scène une famille idéale et moderne (monsieur, madame et leurs deux enfants) en provenance du Golfe, le dernier clip choisit comme cœur de cible un jeune célibataire originaire de la même région comme on peut le déduire instantanément à sa tenue vestimentaire. A peine arrivé à l’aéroport, ce beau jeune homme à la barbe bien taillée est immédiatement pris en charge par une pléiade de célébrités égyptiennes qui rivalisent d’amabilités pour lui faire découvrir leur ville. Six vedettes de la chanson et pas loin d’une vingtaine d’acteurs et actrices célèbres vont ainsi ponctuer la visite des mêmes clichés égyptiens en faisant, littéralement parlant, les larbisn (voir la vidéo, 0’58). Défilent à nouveau Khan al-Khalili, les ponts et les felouques du Nil, la citadelle et autres “stars” du tourisme local…

Avec cette différence que l’Egypte – comme le précise le titre du clip : Misr orayba (مصر قريبة / L’Egypte est tout près) – se veut cette fois proche de son visiteur. Toute proche même car la déambulation du jeune touriste est pleine d’allusions faciles et de rencontres émoustillantes… La narration propose ainsi deux temps forts particulièrement suggestifs avec la rencontre d’une adorable vendeuse de fleurs au début de la vidéo (1’14), puis celle d’une charmante jongleuse faisant valser deux boules de feu sous les yeux enflammés de l’homme du Golfe (3’43)!

Sachant qu’on a affaire à des professionnels – la société Aroma qui a produit le fim fait partie des leaders du marché moyen-oriental sur ce créneau –, on est bien obligé de considérer que cette drague assez peu subtile n’est pas le fait du hasard. Ce que confirme le fil (subliminal) qui relie toutes ces images puisque le clip se referme sur l’aimable rencontre d’une fillette égyptienne et d’un garçonnet du Golfe (3’52), fillette que l’on retrouve dans le générique de fin (4’35) caressant nostalgiquement un pigeon et que l’on avait découverte au tout début du clip accueillant des avions comme un dresseur ses pigeons.

في مصر الحضن اللي عاش يكسر بينا الحدود
مسير الغايب يعود وتلمس ايده الحيطان : la “tendresse égyptienne efface les frontières” comme le proclament les paroles, “le voyageur revient et ses mains caressent les murs” (de la ville)… Pas simplement les murs sans doute, quelques épidermes également… A l’exception de quelques conversations téléphoniques privées parfois révélées au grand public), l’Egypte de Sissi ravale tout orgueil pour mendier le soutien de ses frères du Golfe.

L’arabe, pas mort, et c’est Fahita qui le dit !

ablafatihaAbla Fahita : L’amitié a ses limites ! Foulou mi (Follow me!)

Enfin une conférence qui rompt radicalement avec les inévitables jérémiades sur le déclin de la langue arabe ! Voilà des années qu’on réunit, si possible dans de luxueux hôtels, des cuistres qui répètent à l’envi les mêmes platitudes sur « la langue arabe qui n’est plus ce qu’elle était mon cher, de mon temps », etc. De fait, cette belle langue ne fait pas exception à la règle qui régit tout être vivant : qui n’évolue pas est condamné à disparaître, à plus ou moins long terme. Nombre d’esprits étroitement religieux considèrent que l’arabe, langue éternelle du Coran, devrait échapper à cette règle et rester la copie exacte de ce qu’il était au temps de la révélation. Ils ont tort bien entendu et l’arabe n’existera que s’il est une langue vivante, ce qui signifie qu’il lui faut évoluer, inévitablement.

Cette vérité première, on commence enfin à l’exprimer de plus en plus ouvertement dans le monde arabe. Tout de même, pour assumer un point de vue tellement « scandaleux », il faut un cadre aussi permissif que celui du Liban et une association aussi intelligemment avant-gardiste que Ashkal Alwan (littéralement, « Des goûts et des couleurs », une ONG au départ centrée sur les arts plastiques). Depuis ce mercredi s’est en effet des universitaires mais aussi des créateurs sont réunis pour débattre de « la langue arabe aujourd’hui et les réseaux sociaux ». Et pour une fois, le point de départ n’est pas le sempiternel constat de l’inéluctable déclin de cette ancêtre vénérable mais, tout au contraire, celui de l’étonnante vitalité de cette langue sur Internet.

N’en déplaise aux vieilles barbes, et même si un vent de mort souffle sur la région, il y a de très vivantes « arabités numériques ». Dans le livre qui porte ce titre, je mentionnais déjà que l’arabe, contre toute attente, s’était hissée en 2011 au septième rang des langues les plus utilisées sur le réseau des réseaux. Moins de quatre ans plus tard, elle occupe désormais la quatrième place (juste derrière l’anglais, le chinois et l’espagnol). Un essor que les mobilisations politiques de ces dernières années ont peut être contribué à nourrir, comme le dit l’auteur de cet article dans Al-Akhbar, de même que les efforts de quelques institutions soucieuses de proposer du contenu dans cette langue. En réalité, la véritable explication c’est, bien plus certainement, la « démocratisation » de l’Internet arabe, car elle a permis une « révolution linguistique silencieuse par le bas » dont l’arabizi (voir ce billet) offre un témoignage sans doute anecdotique mais néanmoins très révélateur des nouvelles dynamiques.

Pour apprécier pleinement ce « printemps du Web arabe » (sous-titre du livre déjà nommé), il faut en effet changer de logiciel et aborder les problèmes à l’opposé de ce que l’on a l’habitude de faire. Ainsi, plutôt que de gémir sur les effroyables solécismes et autres barbarismes – par rapport aux règles et aux usages classiques bien entendu – que charrient les flux numériques arabes, de plus en plus abondants, il faut faire juste le contraire. Comme le suggère le titre de la conférence inaugurale prononcée par Ahmed Beidoun, un historien très sérieux, par ailleurs adepte de l’écriture sur Facebook (voir son intéressant Daftar al-fasbaka, publié en 2013), il s’agit désormais que comprendre qu’on se trouve en présence de « dialectes qui s’écrivent tandis qu’on dialogue en arabe classique »; les langue du quotidien, en principe réservées à la parole vive, s’écrivent désormais, et toujours plus et dans tous les registres, y compris celui de la création littéraire officielle, tandis que l’arabe classique, en principe réservé à la communication écrite, devient, sous des formes multiples, modernisées et simplifiées, un véritable support des échanges, à commencer dans les médias numériques de la communication globalisée. (La conférence, comme toutes les autres interventions, peuvent être suivies en direct sur le site de l’association Ashkal Alwan, mais on les retrouve également sur une page Facebook, accompagnée d’un fil Twitter.

La rencontre se clôturera par une analyse d’un arabisant français, Frédéric Lagrange (par ailleurs traducteur et musicologue) qui se penchera sur un phénomène particulièrement intéressant de ces dernières années, à savoir le succès phénoménal – d’une marionnette surnommée Abla Fahita (Tante Fahita, en parler égyptien). La poupée télévisuelle a retenu son attention, non pas parce qu’elle s’est trouvée impliquée dans une affaire d’espionnage presque aussi délirante que la machine à traiter le sida et l’hépatite C prétendument inventée par l’armée égyptienne, mais parce que la « millionnaire du Web » comme elle se présente elle-même, avec bientôt 2,5 millions d’amis sur Facebook et aujourd’hui 280 000 « suiveurs » sur Twitter), constitue un exemple particulièrement significatif de la manière dont se forge, dans l’univers numérique, celui des chaînes satellitaires que reprennent les sites de la Toile, la langue
d’aujourd’hui.

Misk al-ghazal – « cerise sur le gâteau » en français d’aujourd’hui également –, Abla Fahita sera à Beyrouth pour débattre, avec quelques-uns de ses fans sur place et sans doute de très très nombreux admirateurs dans l’univers numérique…

(Pour ceux que le sujet intéresse, un lien vers un billet où cette question de l’inéluctable modernisation de la langue était déjà abordée : Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet.)

Cynique, le Likoud pille la création palestinienne…

turabiyyé

Al-Ghorbah – (الغربة) l’exil, la douleur de l’absence, d’être ailleurs – est un de ces mots qui sont tellement partagés d’un bout à l’autre du monde arabophone qu’on les retrouve dans d’innombrables créations artistiques. Dans la chanson en particulier, aussi bien au Maghreb qu’au Machrek, c’est le titre de plus d’un morceau. Parmi les plus récents (2012), une composition du groupe Torabyeh (ترابية : tempête de sable), cinq rappeurs vivant à Amman depuis que leur famille a dû quitter la Palestine, en 1948 pour certains d’entre eux.

On en parle dans la presse arabe parce que le Likoud israélien n’a rien trouvé de mieux que d’utiliser ce morceau comme bande son d’un des clips de campagne de son leader Benyamin Nétanyahou. Comme l’explique cet article de 972mag, un site (anglophone) particulièrement intéressant sur la question palestinienne, il s’agit en gros de convaincre les électeurs israéliens que « voter à gauche, c’est voter Isis » (à savoir l’Etat islamique, ou encore Daesh). Le scénario est minimal : un pick-up s’arrête, des barbus jihadistes demandent le chemin de Jérusalem – avec un très comique accent arabe en hébreu paraît-il. « Prends à gauche », répond un quidam, juste avant que s’affiche le slogan : « La gauche se soumettra au terrorisme. » (Plus de détails dans l’article déjà linké, et pour le clip, c’est ici.)

Comme de nombreux Israéliens pour lesquels les Palestiniens n’existent pas (et n’ont par conséquent aucun droit), il va sans dire que les auteurs de ce clip du Likoud se sont dispensés de la moindre autorisation pour utiliser une œuvre musicale en principe protégée par des lois auxquelles l’Etat israélien adhère. Il faut tout de même reconnaître qu’ils auraient certainement été très mal reçus car les membres de Tourabyeh, comme la quasi totalité des groupes de rap arabe, sont très actifs politiquement.

Malheureusement, et bien qu’ils vivent au cœur du monde arabophone, l’immense majorité des électeurs israéliens ne parlent pas l’arabe (sauf quelques injures et quelques mots indispensables pour se faire obéir, à l’image des colons français d’autrefois). Ils ne prendront donc même pas la peine d’essayer de comprendre les paroles diffusées en fond sonore de la propagande du Likoud. C’est dommage car ils découvriraient un message assez radical (mais peut-être que ça les inciterait à voter encore plus à droite !) :

بس بدي مكان أضمن فيو حق إبني
آنا مش قاتل بس قادر أجرم من أجل حقي
عشان وطني قلمي قاعد بكتب باسمي
بديش مجندة اسرائيلية تمنع دفني بوطني
بدي أندفن بنفس المقبرة إللي اندفن فيها جدي
ونا من طفولتي بحلم لما أكبر أصير جندي
مع الوقت إكتشفت لمين بدي أنتمي
محمود عباس فتح حماس ولا جبهة
خليني حر حواري لإنهم كلهم مرتزقة
مش قادر أتعامل مع شعب عايش جوا كذبة
الصورة حلوة والخلفية مدمرةا

Je veux juste un endroit où je pourrai être sûr que mon fils a des droits
Je ne suis pas un assassin mais je pourrai devenir un criminel pour mes droits
Pour mon pays, mon stylo écrit pour moi
Je ne veux pas qu’une soldate israélienne m’empêche d’être enterré chez moi
Je veux être enterré là où il y a déjà mon grand-père
Depuis que je suis petit, je rêve d’être un combattant
J’ai fini par comprendre avec qui j’étais, avec le temps :
Pas Mahmoud Abbas, pas le Hamas, pas le Front [de libération de la Palestine]
Arrête, ce sont tous des mercenaires !
Je ne peux pas vivre avec un peuple qui est dans le mensonge
L’image est belle, mais, à l’arrière-plan, il n’y a que des destructions…

Sans se faire beaucoup d’illusions, Turabyeh – qui a publié un communiqué aussi clair que radical sur sa page Facebook – a chargé un avocat palestinien en Israël d’intenter une action en justice

Le clip réalisé pour Ghorbah, assez réussi musicalement, est très impressionnant. Sans doute, comme l’écrivait en 2012, l’auteur d’un article repris sur l’excellent blog Revolutionnary Arab Rap (silencieux malheureusement depuis octobre dernier), parce que les images de la jeunesse bâillonnée évoquent la révolte étouffée des jeunesses arabes. Mais aussi, désormais, parce que ces bandeaux noirs qui aveuglent les victimes, avant leur révolte, font écho aux images atroces d’exécution que diffuse l’Etat (prétendument) islamique. Ce qui ne fait qu’ajouter à l’odieux cynisme dont témoigne (s’il en était encore besoin) l’équipe de l’actuel Premier ministre. Il est en effet avéré que des officiels de l’actuel gouvernement, celui de Benyamin Nétanyahou par conséquent, sont allés s’enquérir de la santé de quelques-uns de ces combattants jihadistes, “réfugiés” du front du Golan syrien et discrètement soignés dans les hôpitaux israéliens dans le nord ! (Il se murmure que c’est un Etat du Golfe qui pait la facture…)

Ghorbah, par Turabyeh (les paroles – déjà dans les sous-titres de la vidéo – sont disponibles ici en anglais, et en arabe). Ceux qui regarderont le clip noteront que le flow du rap est coupé, en deux endroits par une sorte de pause, à la fois dans la scansion et la musique. Moment pour les trois rappeurs d’Amman de glisser un salut musicla (et militant) à Ziad Rahbani et à son célèbre et ironique Anâ mesh kâfir (Je ne suis pas un mécréant, c’est la faim qui est sans religion, et l’injustice…)

Un conseil à tous ceux qui s’inquiètent de la fascination qu’exercent les fous-furieux de Daesh : écoutez la révolte de Turabyeh et de la jeunesse arabe, et donnez-lui l’espoir que sa soif de justice trouve un écho, y compris chez les nantis, d’ici et de là-bas.

Un silence assourdissant au cœur du système arabe

alarab

Cette chronique s’éloigne des sujets ordinaires de CPA. La faute en est à la région qui est dans une situation toujours plus déconcertante ! Le désordre gagne chaque jour un peu plus de terrain et la menace approche désormais du cœur du système.

Cela concerne d’abord les zones de conflits armés qui ne diminuent pas, bien au contraire, puisque la question yéménite est plus explosive que jamais. Relativement peu évoquée en dehors du monde arabe (et des milieux spécialisés), la prise de contrôle du Yémen par les Houthis est pourtant un séisme lourd de menaces à venir. Réduits abusivement à leur seule identité chiite, les Houthis sont aussi/d’abord un groupe tribal, sans doute soutenu par l’Iran, mais ni plus ni moins que les pions que l’Arabie saoudite n’a cessé de soutenir de son côté (à commencer par le dernier président en date, marionnette placée par Riyad pour succéder à Saleh victime, pas tout-à-fait liquidée, d’un fort étrange attentat).

Une différence tout de même, l’Arabie saoudite et le Yémen ont une frontière commune, ce qui n’est pas le cas de l’Iran. En revanche, les deux super-puissances régionales, et les autres pays de la région, partagent les mêmes certitudes sur le rôle stratégique du détroit de Bab al-Mendeb. Hostiles aux forces soutenues par les Saoudiens, les Houthis sont donc appuyés par les Iraniens, qui prennent pied (ou pourraient le faire) en un lieu particulièrement sensible pour l’équilibre régional puisqu’il commande l’entrée de la mer Rouge et au canal de Suez. On commence d’ailleurs à rappeler le précédent de la guerre du Yémen, entre 1962 et 1970, où l’Egypte de Nasser (alors alliée de l’URSS) était opposée à l’Arabie saoudite, soutenue par le Royaume Uni, dans ce qu’on n’appelait pas encore une “guerre par proxy”,…

Dans l’immédiat, et alors qu’un nouveau souverain vient d’être intronisé avec l’inévitable cortège de réajustements et de mises à l’écart, l’Arabie saoudite, voit une nouvelle position s’effondrer. Dans le bras de fer qui l’oppose à son archi-rival iranien, les semi-échecs tournent à la menace : après la “Syrakie” de l’Etat islamique en Irak et au Levant au nord, voici donc un nouveau problème au sud, le Yémen, sachant que la Jordanie, à l’ouest, est plus fragile que jamais, partagée qu’elle est, y compris dans son opinion publique, entre campagne militaire vengeresse contre l’Etat islamique en Syrie et hébergement de structures de soutiens à diverses forces armées combattant le pouvoir syrien. Et l’est ? Et bien l’Iran justement !

Pas étonnant dans ce contexte que les vrais patrons aient du mal à se faire respecter, comme en témoignent la divulgation, qui a fait grand bruit, d’enregistrements attribués au maréchal Sissi. Quand il n’était que général (putchiste), et pas encore candidat déclaré à la présidence, celui-ci, à l’image d’une bonne partie de ses concitoyens, se lamentait en substance de voir des Egyptiens en haillons contraints de s’abaisser à mendier auprès de ces gros poussahs tout juste bons à être plumés ! Diffusés par une des chaînes proches des Frères musulmans que les Turcs − encore un signe du désordre régional − hébergent fort obligeamment à Istanbul, ces propos ont contraint le désormais président égyptien à prendre son téléphone pour expliquer qu’il s’agissait naturellement d’un faux ! Apparemment, les boss du Golfe ont décidé de passer l’éponge…

Il faut dire qu’ils sont très occupés à résoudre leurs propres querelles internes. Evoqué dans le billet précédent, le lancement raté de la nouvelle super-chaîne d’information Al-Arab s’est transformé en fiasco total. Après une semaine d’interminables négociations, ponctuées de toutes sortes de rumeurs, les prétendues autorités du Bahreïn – car elles ne doivent leur survie qu’à l’aide militaire saoudienne – ont fini par dire que, tout bien réfléchi, elles ne voulaient plus de ce projet préparé depuis plus de quatre ans tout de même. Mauvais pari, pour le prince libéral saoudien, que ce choix de Manama ; restent les options de Beyrouth ou de Londres (voire, pourquoi pas, du Maroc).

En attendant, le rêve, imaginé dans la fièvre du Printemps de l’année 2011, d’une parole différente émise depuis un pays du Golfe s’est évaporé brutalement, après quelques heures seulement de diffusion. “Les Arabes” − puisque c’est le nom qui avait été choisi pour cette chaîne − réduits lamentablement à un silence aussi assourdissant : tout un symbole…

Ajout au mardi 10 février : la photo ci-dessous résume à elle seule les contraductions insurmontables du projet qu’avait Al-Walid ibn Talal pour Al-Arab… (commentaire ici).

al-arab-newsc327-ba43b

Misère des trop riches médias arabes (2) : la toute-puissance du Golfe

médiassoudiens

Vingtième fortune mondiale d’après Bloomberg, trente-cinquième “seulement” pour Forbes, al-Walid Ibn Talal devrait s’en remettre. Tout de même, l’année commence fort mal pour lui. Comme tout (bon) Saoudien, le prince Al-Walid est certainement très touché par la mort, à 91 ans, du roi Abdallah. Mais la révolution de palais opérée avec l’arrivée sur le trône de Salman, son oncle, n’est pas non plus une très bonne nouvelle pour lui. Non pas à cause de la disgrâce, depuis longtemps prononcée, de son propre père, Talal, vingtième fils du roi Abdulaziz, définitivement privé du moindre espoir politique depuis qu’il a émis (il y a très longtemps) l’idée saugrenue d’une constitution pour son pays. Non, les vrais soucis du richissime prince saoudien sont davantage liés à la composition du nouveau gouvernement de son pays. Il l’a d’ailleurs signalé à sa façon sur Twitter (une société où il a injecté 300 millions de dollars) en proclamant haut et fort son allégeance à ses oncles, le nouveau roi et le prince héritier, mais en se contentant de féliciter, sans plus par conséquent, son cousin, Mohamed bin Nayef, nommé au poste de ministre de l’Intérieur. Une réaction très observée dans le monde arabe (son message a ainsi renvoyé plus de 10 000 fois).

Beaucoup moins commentée, mais tout aussi désagréable pour le patron de Rotana, première société arabe dans l’industrie audiovisuelle, est la nomination, au ministère de la Culture et de l’Information, d’un rival, le roturier Adel El-Toraifi. Spécialiste de l’Iran, le nouveau patron des médias saoudiens a en effet longtemps travaillé comme directeur général de la chaîne d’information Al-Arabiyya. Une promotion qui n’est pas forcément étrangère à la fermeture, quelques heures après son lancement, de la nouvelle chaîne d’information Al-Arab. Si tous les détails de cette censure peu commune ne sont pas connus, il ne fait aucun doute en tout cas que cette extraordinaire décision, après des mois de préparation et un gros lancement publicitaire, n’a été prise qu’après consultation des autorités saoudiennes. En effet, depuis qu’elles ont sauvé la dynastie au pouvoir en volant militairement à son secours au plus fort du “Printemps arabe”, ces autorités ont la haute main sur tout ce qui se passe à Bahreïn, le petit émirat où Al-Walid Ibn Talal et son équipe ont eu l’étrange idée, il y a des mois de cela il est vrai, d’installer leur nouvelle chaîne.

On a toutes les raisons de penser par conséquent que la fermeture d’Al-Arab, parce qu’elle aurait diffusé dans son premier journal quelques minutes d’entretien avec un des responsables de l’opposition, n’est qu’un grossier prétexte, en plus d’être un affront difficile à avaler pour Al-walid Ibn Talal. En effet, le rédacteur en chef de la chaîne, Jamal Khashoggi, a fait part depuis des mois de ses intentions “libérales”, précisément en prenant comme exemple la possible présence, sur les plateaux de la chaîne, d’opposants bahreinis. Avec autant d’argent en jeu, on peine à croire, surtout dans le contexte régional, que personne n’ait pris le temps de tracer soigneusement les lignes rouges à ne pas franchir.

A côté de cet échec retentissant, le lancement d’Al-Araby, une semaine plus tôt, apparaît comme une immense réussite. Placée sous l’égide du Palestien Azmi Bishara, Al-Araby propose une programmation généraliste avec des émissions musicales, des talk-shows, des feuilletons (plutôt de qualité), le tout essentiellement à destination de cette jeunesse arabe qui a vécu de si fols espoirs au début de l’année 2011. Par conséquent, rien à voir en principe avec Al-Jazeera, la première chaîne d’information dans le monde arabe, si ce n’est que l’une et l’autre sont entièrement adossées à la puissance financière de l’Emirat du Qatar. Et de fait, si la nouvelle chaîne orientée jeunesse a pour objectif de corriger l’image du très riche émirat dans l’opinion arabe (voir ce précédent billet, il y a un peu moins d’un mois), les premiers commentaires sur sa ligne éditoriale, avec son soutien très patent aux Frères musulmans notamment, montre qu’elle sera, tout autant qu’Al-Jazeera, le reflet fidèle de ses objectifs politiques.

Arabie saoudite, Bahreïn, Qatar : la scène médiatique arabe continue à se jouer pour l’essentiel entre gros potentats des pays du Golfe… Et les nouvelles, ailleurs dans la région, ne poussent pas à l’optimisme. En effet, le quotidien beyrouthin Al-Akhbar se faisait aujourd’hui l’écho de rumeurs à propos d’une possible fusion entre les trois principales chaînes, au sein du camp du 14-mars, à savoir Future TV, MTV et la LBC (par ailleurs étranglée financièrement par la société Rotana de Walid Ibn Talal). Les difficultés financières des chaînes libanaises, une situation qu’on retrouve peu ou prou en Egypte, annoncent toujours plus de concentration médiatique péninsulaire…

Tu ne peux pas empêcher que vienne le printemps…

Pas de billet la semaine dernière, et pas grand chose (de sympathique) à dire non plus cette semaine… Tout de même, en guise d’anniversaire du 25 janvier 2011 égyptien, cette image (trouvée ici) :

C’est un vers de Pablo Neruda, poète chilien mort en 1973 :
Puedes cortar todas las flores pero no puedes impedir que la primavera aparezca.
Tu peux couper toutes les fleurs, mais tu ne peux pas empêcher que vienne le printemps.

(Pour les hispanophones, j’ai trouvé aussi : “Podrán arrancar todas las flores pero jamás detendrán la primavera” et “Podrán cortar todas las flores, pero no podrán detener la primavera”. Spontanément, le pluriel me semble plus “nérudien” mais le slogan en arabe est bien à la seconde personne.)

Héritiers de Voltaire…

raifbadawi

Etonnant tableau tout de même que celui de ce troupeau de grands hommes mobilisés pour des idées dont on ne savait pas qu’elles les mobilisaient tant. Très peu de femmes au premier rang, vous l’avez remarqué ? Sauf une intouchable aristocrate, la très élégante reine de Jordanie. Certains se sont donné la peine de dresser le passif, en termes de liberté de presse et d’opinion, d’une bonne vingtaine de ces grandes âmes, la lecture en est assez édifiante.

Cette liste s’achève sur l’ambassadeur d’Arabie saoudite, grand arpenteur de trottoir parisien lui aussi, et rappelle qu’il représente un Royaume qui, pas plus tard que jeudi dernier, avait offert le spectacle d’une séance de flagellation publique. Voici ce qu’écrit Amnesty International à propos de ce châtiment interdit par le droit international :

Selon ce témoin, après la fin des prières, Raif Badawi, enchaîné, a été extrait d’un véhicule et transporté jusqu’à la place publique, devant la mosquée. Entouré d’une foule formée de simples particuliers et d’agents des forces de sécurité, il a reçu sur le dos 50 coups consécutifs. Cette épreuve a duré environ 15 minutes. Ensuite, il a été emmené dans le même véhicule.

Raif Badawi a été condamné l’an dernier à 10 ans de prison, 1 000 coups de fouet et une amende d’1 million de rials saoudiens (environ 226 000 euros) pour avoir créé un forum en ligne destiné au débat public et “insulté l’islam”.

Il est prévu de répartir la peine de 1 000 coups de fouet sur une période de 20 semaines.

badawiPour des raisons qui m’échappent, le site français d’Amnesty International ne propose pas de signer la pétition en faveur de ce condamné d’opinion, dans un pays avec lequel la France du président Hollande est en très bons termes (mais c’était pareil avant, je vous rassure). Mais on la trouve, ici, en version américaine.

Héritiers et héritières de Voltaire et de tous ses combats, vous qui défendez une certaine idée républicaine à la française, signez cette pétition plutôt que de “chialer pour Charlie” comme le veut un anagramme facile : pour que le monde arabe et les pays d’islam échappent à la barbarie qui les gagne et qui commmence à nous déranger à présent que cela déborde un peu trop chez nous, aidez les hommes et les femmes du monde arabe qui luttent pour leurs libertés, y compris celle de penser et de croire comme ils l’entendent.

Al-Jazeera et la misère des trop riches médias arabes (1)

khabarajelFaut-il encore compter avec Al-Jazeera, l’enfant prodige des médias arabes ? Aujourd’hui, la question divise. Mais on remarque déjà qu’elle est désormais posée, et pas simplement par des commentateurs trop partisans pour être totalement crédibles. C’est tout de même le signe que le trône de la star qatarie vacille, même si cela vient après vingt années d’un règne incontesté.

Pour certains, l’affaire est même entendue. Dans Al-Safir, Yamen Sabour (يامن صابور) a ainsi récemment dressé un réquisitoire (article en arabe) qui a retenu l’attention. A ses yeux (et je partage largement son analyse), le succès d’Al-Jazeera à partir de la fin des années 1990 tient au fait qu’elle comblait en partie le vide abyssal des chaînes gouvernementales. Il tenait aussi à l’équilibre que les responsables avaient su trouver, dans le nouveau contexte géopolitique du tournant du millénaire, entre les attentes du public arabe (et musulman) d’une part, et les positions fondamentalement pro-occidentales du Qatar et plus largement des monarchies du Golfe de l’autre. Mais les ambitions régionales de l’émirat pétrolier ont ruiné l’immense crédit que la chaîne avait réussi à se créer auprès du public arabe, en déstabilisant ce positionnement fragile, surtout avec les événements du « Printemps arabe ». Mobilisée sur la place Tahrir, la jeunesse égyptienne en révolte a rapidement été déçue par le soutien inconditionnel de la chaîne au président Morsi et aux Frères musulmans. Une déception qu’a renforcée la manière, outrageusement partisane, dont Al-Jazeera a couvert les événements en Libye et en Syrie notamment, surtout au regard de son silence vis-à-vis de la révolte à Bahreïn. Quant au départ d’un certain nombre de ses journalistes vedettes, ce fut la confirmation, pour une bonne partie de l’opinion, que la chaîne qatarie n’était plus que l’ombre de ce qu’elle avait été. Ayant perdu son aura de professionnalisme et une bonne partie de sa crédibilité, Al-Jazeera n’est plus – pour beaucoup – qu’une chaîne de second rang, réduite au simple rôle de porte-parole des intérêts qataris. Une destinée que Yamen Sabour résume en concluant son article par une citation tirée d’un entretien donné par le journaliste tunisien Ben Jiddo sur le point de rejoindre la chaîne Al-Mayadeen : « Al-Jazeera a mis un terme à un véritable rêve de professionnalisation et d’objectivité. Le professionnalisme est en déclin. Autrefois un vrai média, son rôle consiste désormais à susciter la discorde et à embrigader. » («إنّ قناة الجزيرة أنهت حلماً كاملاً من المهنية والموضوعية، وباتت تلك المهنية في الحضيض، بعدما خرجت عن كونها وسيلة إعلام، وتحولت إلى غرفة عمليات للتحريض والتعبئة» )

Naturellement, les patrons d’Al-Jazeera ne l’entendent pas ainsi. Ils ont publié tout récemment un communiqué triomphateur pour affirmer que, enquête d’Ipsos et de Sigma à l’appui, la chaîne restait, et de très loin, la première dans sa catégorie : 23 millions de téléspectateurs par jour, plus que le chiffre atteint par les quatre principales concurrentes réunies (Arabiyya, BBC, France 24, Sky News arabe). Autre confirmation de la bonne santé de la chaîne, sa page Facebook vient de passer le cap des 10 millions d’abonnés. Loin devant celle de ses rivales là encore…

De fort beaux chiffres, mais auxquels tout le monde ne croit pas. Il est déjà arrivé dans un passé récent que les « mauvaises manières » d’Ipsos (une discrète success story française) soient dénoncées par certains professionnels, en l’occurrence ceux de la chaîne égyptienne Al-Hayat (article en arabe). De toute manière, la question n’est pas seulement une question de chiffres d’audience. Comme l’explique l’article résumé précédemment, c’est bien la crédibilité d’Al-Jazeera, son professionnalisme qui sont de plus en plus remis en cause. Et ce n’est pas le fait que ses dirigeants aient fini par céder aux pressions en fermant en Egypte Al-Jazeera Mubasher, petit caillou dans la chaussure du caudillo Sissi, qui va redorer son image, surtout lorsque la même Al-Jazeera (canal historique si l’on veut) se met au diapason en donnant audit Sissi de « l’honorable Monsieur le Président » (fakhâmat al-ra’îs), après l’avoir traité jusque-là comme un vulgaire putchiste ! En fait, le signe indubitable qu’il y a un problème avec Al-Jazeera, c’est en réalité l’annonce, faite il y a un peu moins d’un an, d’une nouvelle chaîne d’information qatarie, confiée cette fois au « Palestinien défroqué » (si on me permet cette expression) Azmi Bishara. Même si on cherche à enjoliver le tableau en présentant cette création comme un « contrepoids », en quelque sorte pour « rééquilibrer » les choses, c’est bien qu’il doit y avoir un problème aujourd’hui…

khabarajelInutile d’accabler la pauvre Al-Jazeera, la quasi totalité des médias de la région n’ont rien à lui envier en termes de médiocrité. Les événements actuels ont au moins cet avantage de révéler qu’ils étaient prêts, à quelques rares exceptions, à toutes les palinodies. Au grand désespoir d’Abdel-Bari Atwan (édito en arabe), un vrai journaliste qui a été obligé de vendre son titre, Al-Quds al-‘arabi (aux Qataris d’ailleurs), mais qui ne s’est pas vendu lui-même (voir ce billet : Les médias arabes et les puissances du Golfe), l’actuelle crise entre l’Egypte et le Maroc aura ainsi donné le spectacle affligeant de professionnels marocains découvrant (enfin) que le maréchal Sissi s’était installé au pouvoir en renversant son successeur, tandis que certains de leurs homologues au Caire évoquaient une économie marocaine fondée sur les revenus de la prostitution.

Il faut dire que, dans le cas égyptien (au moins, car le phénomène est généralisable) s’ajoute une nouvelle donnée, qui ne surprendra pas les lecteurs français de ce blog : la « pipolisation » de l’information où les stars de l’écran, quelle que soit leur formation, jouent désormais les journalistes d’investigation (un phénomène évoqué dans cet article en arabe). Avec comme résultat de cette course à l’audience facile, les pratiques extrêmement douteuses d’une « journaliste » sans scrupule ni vergogne filmant en direct une descente de police dans un hammam paraît-il fréquenté par des homosexuels.

Cette course à l’audience tient en partie au fait que l’explosion quantitative de l’offre (autour de 700 chaînes arabes, pas toutes consacrées, loin s’en faut, à l’information, et heureusement soupire-t-on) ne repose sur aucune réalité économique. En temps de crise (toujours en Egypte, cet article sur les difficultés du marché publicitaire qui posent de sérieux problèmes à pas mal de chaînes), on vire les employés, quand on ne liquide pas l’entreprise. Pas étonnant dans ces conditions que la quasi-totalité du secteur médiatique, surtout lorsqu’il s’agit d’information, soit adossée à un projet politique. Souvent jusqu’à la caricature, à l’image de ces cinq chaînes satellitaires (cinq !) qui diffusent depuis la Turquie la propagande des partisans du président destitué Mohamed Morsi (article en arabe).

Alors que ses émissions étaient pourtant suivies avec passion, en Egypte et partout ailleurs, personne dans le monde arabe ne se risque à offrir un temps d’antenne à Bassem Youssef. Peut-être finira-t-il (mais je serais personnellement étonné) par retourner sur YouTube, là où il avait commencé, juste après la révolution du 25 janvier. Pourtant pléthorique, l’offre va s’étoffer encore davantage puisque, outre la future Al-Araby confiée à Azmi Bishara, il y aura, au 1er février prochain, la nouvelle chaîne Al-Arab, que s’est offerte le prince milliardaire saoudien Al-Walid Bin Talal. On voudrait bien croire que c’est une bonne nouvelle, mais rien n’est moins sûr quand on sait qu’elle va émettre depuis Bahreïn, pays où la répression ne faiblit pas depuis le début des soulèvements, il y a très longtemps, au temps d’un certain « Printemps arabe ».