Angry Arab : Quelques remarques sur le carnage de Paris (traduction)

Un billet différent cette semaine, la suite des commentaires sur la BD arabe attendra. Même si ces chroniques ont précisément pour but de montrer qu’il existe un autre monde arabe, qui s’efforce de continuer à lutter, à créer, à croire en l’avenir, et même, par conséquent, s’il peut paraître plus nécessaire que jamais de contribuer à donner un écho à ces voix trop peu connues et relayées, la gravité de ce qui se passe, en France également cette fois, rend un peu vaines de telles tentatives.

Cette chronique propose donc de donner à lire une réaction, écrite, il est vrai, non pas en arabe mais par un Arabe, à savoir As’ad Abu Khalil, alias Angry Arab, né au Liban en 1960 et aujourd’hui professeur de sciences politiques à l’Université de Californie. L’original est donc en anglais et j’en propose ma traduction, sachant que le texte, comme on le verra à certaines références, est destiné en priorité à des lecteurs anglo-saxons.

Un commentaire personnel toutefois, avant de laisser la parole à l’auteur d’un texte qui mérite d’être découvert en français pour ceux que l’anglais rebute : quelques heures, quelques jours seulement après les attentats de vendredi soir, on sent bien que les réactions en France sont très différentes de celles auxquelles on a assisté, il y a un peu moins d’un an, avec les attaques qui ont commencé au siège de Charlie Hebdo (et c’est tant mieux de mon point de vue). On voit apparaître des commentaires qu’on imaginait difficilement possibles il y a quelque temps encore. Certes, on trouve encore quelques obsessionnels pour répéter à l’envi que tout cela ne serait pas arrivé si on était intervenu militairement en Syrie (comme si la destinée de l’Irak ou de la Libye, pour s’en tenir à ces deux exemples, ne donnait pas à réfléchir, et comme si la France n’était pas intervenue militairement alors que le président français a lui-même reconnu l’avoir fait, avant d’ordonner des bombardements sans souci de la moindre légitimité diplomatique, même formelle). Mais de tels propos paraissent aujourd’hui de plus en plus pour ce qu’ils sont bien souvent : une lecture passionnée, en tout cas très partisane, de la situation syrienne, et non pas une analyse aussi impartiale que possible, une analyse qui reste engagée sans doute, et ancrée dans des convictions, mais pas au point de s’aveugler aux réalités les plus évidentes. D’autres lectures commencent à se faire entendre, y compris en des lieux où elles ne pesaient guère jusqu’à présent à côté d’autres opinions, martelées jour après jour. A titre d’exemple parmi quelques autres, le point de vue de Jean-François Bayart tout juste publié dans Libération.

À suivre, les « observations » d’As’ad Abu Khalil sur le carnage perpétré à Paris vendredi dernier. Un texte qui n’est pas « gravé dans le marbre » mais qui répond au style de cet auteur sur un blog où il écrit depuis une douzaine d’années ; un texte qu’on n’est pas près de trouver dans les grands médias français, même s’ils commencent à s’ouvrir davantage à une diversité d’opinion sur la question syrienne.

Saturday, November 14, 2015, Some observations about the carnage in Paris.
Quelques remarques sur le carnage de Paris

1) L’Etat islamique [EI] est passé à l’offensive : en dix jours, il a abattu un avion de ligne russe, massacré des Hazaras chiites en Afghanistan, fait sauter une bombe dans la banlieue de Beyrouth et maintenant Paris.

2) Les gouvernements occidentaux, les USA et la France en particulier, avec leurs alliés saoudiens, qataris et turcs, sont directement responsables de l’arrivée et de l’expansion de l’EI, à travers leurs politiques en Syrie qui ont choyé et nourri l’EI et ses organisations terroristes sœurs.

3) Il n’existe pas sur terre de moyen d’éliminer la menace que constituent l’EI et les organisations du type Al-Qaïda sans aller à la source, en Arabie saoudite, qui est le QG officiel de l’interprétation terroriste de l’islam [inspirée d’]Ibn Taymiyya.

4) Ibn Taymiyya est le penseur/théologien qui a inspiré et guidé les actes et les pensées des terroristes frappant au nom de l’islam.

5) Les gouvernements occidentaux ET les médias sont restés assez cyniquement silencieux au sujet des victimes du terrorisme de l’EI si ces victimes civiles se trouvaient appartenir à la catégorie des « ennemis » des gouvernements occidentaux. Les gouvernements ET les médias – regardez les dépêches du [New York] Times et du [Washington] Post sur la Syrie depuis quatre ans – ont constamment ignoré et même applaudi aux massacres sectaires de civils syriens et libanais s’ils semblaient perpétrés par des adversaires du régime syrien.

6) Exactement comme l’EI et Al-Qaïda ont apporté le terrorisme au cœur de l’Occident, les gouvernements occidentaux ont exporté la mort et la destruction au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : du Mali à la Libye, à l’Egypte, au Soudan, en Somalie, en Irak, au Pakistan, en Afghanistan. Le terrorisme qui a frappé les habitants de ces pays est celui de l’EI et d’Al-Qaïda, celui des bombes, des missiles et des drones des gouvernements occidentaux.

7) Tous les Arabes ont remarqué quelque chose qui ne peut pas ne pas être vu : alors que les terroristes de l’Ei et d’Al-Qaïda voyagent partout dans le monde pour perpétrer leurs actes de terrorisme, Israël et ses intérêts ont été jusqu’à présent épargnés. Les liens entre l’occupant sioniste israélien et le Front Al-Nosra (la branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie) ne sont plus un secret.

8) L’EI ne peut pas être vaincu par les airs tant que les gouvernements occidentaux et leurs alliés turc et dans le Golfe le soutiennent sur le terrain, directement ou non.

9) Exactement comme des puissances occidentales ont créé et nourri les précurseurs d’Al-Qaïda en Afghanistan, pour vaincre le régime communiste qui s’y trouvait alors, les mêmes puissances ont créé et nourri un cocktail des pires terroristes moyen-orientaux qu’on ait jamais vu en Syrie en espérant qu’ils allaient provoquer la chute du régime.

10) L’histoire du terrorisme de l’EI a commencé, non seulement avec l’invasion de l’Irak et ses répercussions, en 2003, mais également avec la création d’un vaste refuge pour le terrorisme islamiste en Libye. La Libye a été le plus beau cadeau fait au jihadisme terroriste depuis la chute des Talibans.

11) Les USA et la France ont (avec leurs alliés au sein du Conseil de coopération du Golfe) créé la culture du terrorisme dans la région, en créant imprudemment un refuge terroriste en Syrie au nom de la lutte pour « la démocratie et la laïcité » (pour reprendre les mots stupides de John Kerry), en créant de fort discutables distinctions entre les divers terroristes en Syrie, en y passant des alliances avec le Front Al-Nosra et ses filiales.

12) Le mythe des rebelles syriens modérés en Syrie doit être oublié. Les restes de l’Armée libre de Syrie sont de fait sur le point de passer à l’EI.

13) Les correspondants occidentaux à Beyrouth qui ont la responsabilité de couvrir les événements de cette guerre sauvage en Syrie sont tous coupables (à l’exception de Patrick Cockburn) de désinformer leurs lecteurs [coquille en anglais : leaders] et de les mener à l’erreur. Ils ont ignoré ET JUSTIFIÉ les résultats des voitures piégées et des crimes de guerre perpétrés par les rebelles syriens en Syrie et au Liban, parce que ces crimes servaient leur combat contre le régime syrien.

14) Les organisations occidentales pour la défense des droits sont également coupables d’avoir créé un rhétorique bidon qui sous-estimait et même justifiait les crimes de guerre des rebelles syriens (cf. le dernier rapport par Human Right Watch à propos des femmes alaouites enfermées dans des cages [sur des sites susceptibles d’être bombardés par l’aviation du régime]).

15) La politique française du gouvernement socialiste a même renchéri dans la relation avec les régimes saoudien et qatari, les deux gouvernements qui, plus que tout autre, ont sponsorisé, armé et financé en Syrie un cocktails des terroristes parmi les plus dangereux qui soient.

16) Il est grand temps que les gouvernements occidentaux abandonnent leur politique et leurs guerres en Syrie, non pas pour préserver le régime syrien (comme l’aimeraient la Russie et l’Iran) mais pour exclure de l’avenir de la Syrie les criminels de guerre qu’on trouve dans les deux camps.

17) Je n’ai pas la moindre estime pour Bachar El-Assad et je souhaite le renversement de ce régime depuis 1976, quand son armée a envahi le Liban et réduit à néant mes rêves d’une révolution progressiste de gauche. Mais qui pourrait lui reprocher aujourd’hui les mises en garde qu’il a faites il y a trois ans de cela en disant que les terroristes qu’on aidait alors frapperaient un jour au cœur de l’Europe ? Aujourd’hui, les partisans du régime syrien reprennent ces remarques et les diffusent partout.

18) Les médias des régimes saoudien et qatari (Al-Jazira et Al-Arabiyya en particulier, mais les autres tout aussi bien) ont créé une culture du terrorisme pour laquelle les crimes contres des civils qui se trouvent être des chiites ou des alaouites, des chrétiens ou des sunnites qui résident dans « des zones sous le contrôle du régime » sont chaque jour justifiés. Hier encore, après les attentats dans la banlieue sud [de Beyrouth], tant les médias saoudiens que les qataris ont proposé toutes sortes de justifications, rationalisant ces crimes et traitant de héros les terroristes qui les ont perpétrés. Cette culture du terrorisme est responsable du climat dans lequel sont arrivés les crimes de Paris.

19) Les gouvernements ne peuvent pas avoir le beurre et l’argent du beurre ; ils ne peuvent pas continuer à soutenir les régimes du Golfe, et à les armer, tout en prétendant lutter contre le terrorisme.

20) Les gouvernements et les médias occidentaux sont responsables de la dénonciation et de la condamnation fort sélective de cette culture : ils se taisent à propos des crimes commis chaque jour à l’encontre de la population civile palestinienne par l’allié clé de l’Occident, l’État israélien terroriste.

21) Les Arabes/les musulmans, les Occidentaux ne pourront pas s’entendre à propos de toutes les formes de terrorisme tant que les gouvernements occidentaux et les régimes arabes continueront à se montrer aussi sélectifs dans leur condamnation du terrorisme.

22) Le soutien occidental aux dictatures dans le monde arabe est responsable, de plus d’une façon, de la création de l’EI et de ces groupes terroristes.

23) Cela fait des décennies que les groupes terroristes au Moyen-Orient sont utilisés par des régimes de la région, des puissances occidentales et Israël.

24) Oui, l’invasion de l’Irak en 2003 s’est révélée être exactement ce contre quoi Jacques Chirac avait mis en garde : une dangereuse boîte de Pandore.

25) Obama n’a pas vraiment modifié les politiques dangereuses de Bush, et l’augmentation des guerres au Moyen-Orient a nourri l’essor de l’EI.

26) L’islam des régimes arabes est un islam dangereux et conservateur. Il ne peut pas être changé par les chefs militaires des forces occidentales, mais il peut l’être par les peuples de la région si on les laisse penser et choisir librement. Mais ni l’Occident, ni les régimes arabes ne le veulent. À force de corruption, Al-Azhar est devenu le jouet du régime wahhabite saoudien.

27) Ce n’est pas être sectaire que d’affirmer que la doctrine wahhabite saoudienne est la doctrine officielle du jihadisme terroriste. Le wahhabisme n’est pas une secte : c’est, par la pensée et par les actes, une école de fanatisme terroriste.

28) Comment les puissances occidentales combattent-elles l’EI ? Elles s’appuient sur le bouffon royal de Jordanie et sur les Emirats arabes unis pour diffuser un islam plus soft via les réseaux sociaux. Les imbéciles de Washington qui croient que ces potentats ont le moindre crédit au sein de la jeunesse musulmane devraient se faire soigner !

29) Les puissances et les médias occidentaux sont tous des hypocrites : ils continuent à applaudir et à couvrir les crimes de guerre commis par l’EI et par Al-Nosra en Syrie si les victimes se trouvent être dans des zones sous le contrôle du régime.

30) Il devrait y avoir une fin sans appel à tous les soutiens extérieurs apportés à TOUS les rebelles syriens et au régime.

31) Il y en a encore, mais je dois y aller.

32) Si, tout de même : pourquoi donc les médias parlent-ils de ces massacres en termes de [combat entre] l’Occident et l’islam alors que, parmi les victimes à Paris, on doit bien trouver de nombreux musulmans et alors que l’EI, au Moyen-Orient, tue plus de musulmans que de non-musulmans, même si, pour les membres du Congrès, seuls les juifs et les chrétiens peuvent être des victimes, et pas les musulmans ?

Un monde arabe pas vraiment comix (1/2) : engagez-vous pour la BD libanaise !

Lena Merhej, "Comment ça s'est passé" (extrait du dernier numéro de Samandal)
Lena Merhej, « Comment ça s’est passé » (traduction provisoire d’un extrait du dernier numéro de Samandal)

Il y a comics et comix : dans le premier cas, il s’agit de bandes dessinées en principe d’origine nord-américaine et, dans le second, de récits illustrés, plutôt inspirés de la contre-culture et destinés, en principe là encore, à un public adulte (comix imply countercultural, illustrated tales for adult audiences, comme l’écrit Jonathan Guyer dans From Beirut: The Origin Story of Arab Comix, un article plein d’informations sur les débuts de ce genre dans le monde arabe et au Liban en particulier).

Pour cet auteur – voir également ici (en arabe) – George Khoury, alias Jad, est le premier à donner au comix arabe ses lettres de noblesse, avec son Carnaval publié au début des années 1980, alors que la guerre civile continue à déchirer le Liban (de nombreuses planches, magnifiques, sont visibles sur le site de l’auteur). Naturellement, les origines de la BD libanaise sont bien plus anciennes, comme le rappelle Henry Matthews, le comic book guru du monde arabe, qui œuvre à en préserver la mémoire. Mais George «Jad » Khoury ouvre une ère nouvelle, non seulement par la nouveauté de son travail, mais également par sa volonté de créer une dynamique autour de cette nouvelle approche du « 9e art », en commençant par l’organisation d’ateliers collectifs.

Preuve que ce travail ne s’est pas fait en vain, une nouvelle génération de jeunes auteur(e)s est apparue quelques années plus tard. Elle a permis, entre autres initiatives, la création de Samandal (La Salamandre), une revue et un collectif dont l’ambition, au meilleur sens du terme, est très bien présentée par une de ses fondatrices, Lena Merhej. Elle explique ainsi que cet amphibien aime à vivre entre deux mondes, entre le mot et l’image, les beaux-arts et l’art populaire, le traditionnel et l’expérimental. Le collectif publie, en arabe, français et anglais, un périodique qui reprend des œuvres choisies par des créateurs réunis en « collège », dans une dynamique à la fois locale, régionale et internationale.

Dans ce cadre, justement, Samandal a publié, en 2009, son septième numéro, une collaboration avec la revue belge, L’employé du Moi, autour de la thématique de la revanche. Quatre mois après la publication, trois dessinateurs du collectif se sont vus convoqués par la Sûreté générale libanaise. Pas du tout pour des questions administratives, comme ils le pensaient au départ, mais pour être entendus à la suite d’une plainte déposée pour différents motifs, à commencer par le délit, très libanais, d’incitation à la discorde confessionnelle, en plus de l’atteinte à la religion, de la publication de fausses informations, et autres diffamations et calomnies.

Pourquoi ces trois-là ont-ils été convoqués et non pas d’autres membres du collectif ? À commencer par l’auteure d’un des dessins incriminés, Lena Mehrej (voir l’illustration en haut de ce billet), qui avait imaginé de prendre au pied de la lettre différentes expressions très courantes dans la langue libanaise de tous les jours, dont l’étonnant Yahraq dînak ! (Qu’Il brûle ta religion !, la majuscule étant pour Dieu), synonyme d’exaspération passée au stade majeur. La réponse n’est pas bien claire et ce n’est pas l’ancien ministre de la Culture, le réputé très libéral Tarek Mitri, qui pourra le dire, lui qui avoue ne pas se souvenir, comme le précise un bon article du New Yorker, de la raison qui a pu le motiver à transmettre la plainte à son collègue de la Justice…

Au départ comme l’explique Elias Muhanna, l’auteur de l’article mentionné, les prévenus n’étaient pas vraiment inquiets. Le pays avait connu plusieurs affaires comparables qui s’étaient terminés par des jugements, ou des arrangements, plutôt favorables à la liberté de création. Savaient-ils alors qui était derrière cette plainte ? Peut-être… En tout cas, les (vrais) partisans de la laïcité en France seront peut-être étonnés d’apprendre, en ces temps où l’on est prompt à condamner le bigotisme musulman, qu’ils se recrutaient en fait du côté des responsables chrétiens libanais (voir cet article dans Al-Akhbar). Comme quoi l’actuelle Église d’Orient – comme les autres du reste – est la digne héritière d’une longue tradition de répression, celle, par exemple, qui fit périr en 1830 le frère de Farès Chidiac, l’homme qui allait révolutionner quelques années plus tard la prose de fiction en langue arabe (du coup, Farès se fit d’abord protestant puis musulman, avant de finir, peut-être, agnostique !)

Tous les détails de cette affaire (celle de Samandal bien entendu, pas Chidiac !), y compris les liens vers les dessins incriminés, se trouvent sur le site de la revue Samandal. On y trouve les attendus du jugement prononcé en avril dernier. Contre toute attente, il condamnait trois des membres de l’équipe à une amende assez sévère. En plus de réels tracas administratifs, il leur faut par conséquent trouver, pour éviter la prison, quelque 18 000 euros. L’équivalent d’une condamnation à mort pour une revue telle que Samandal, bien gérée il est vrai mais pas au point de dégager des bénéfices aussi importants…

Fidèles à leurs principes, les membres de ce collectif libanais ont toujours veillé à ne pas dépendre de financements externes, qui risqueraient d’entraver leur liberté. Ils ont donc choisi de lancer un financement participatif (crowdsourcing) pour les aider à « lutter contre la censure et continuer à publier à Beyrouth ». Dans un pays comme la France, où quatre millions de personnes sont descendues dans la rue pour défendre Charlie Hebdo, un tel appel ne peut pas laisser indifférent…

Laban-et-confiture-_-couverture-476x600Il y a encore une autre façon, moins directe mais tout de même utile, d’aider la BD libanaise de qualité. Elle consiste à vous offrir, et à vos amis, Laban et confiture, la traduction française, qui vient de sortir, du très bon album publié chez Samandal par Lena Merhej. Le plus facile pour le moment, c’est en ligne, ici : 15 euros. Vous ne serez pas déçus !

Manque de fair play : l’unité arabe minée par le foot

Le Palestine Stadium à Gaza après les bombardements de 2012
Le Palestine Stadium à Gaza après les bombardements de 2012

Comme le montre assez la trajectoire personnelle de Michel Platini, jusqu’à ses ennuis récents en tout cas, le foot est un univers où l’on peut faire fructifier utilement un capital de notoriété gagné sur les stades. Dans le monde arabe aussi, l’administration du ballon rond est un domaine fertile à bien des ambitions, mais elles se fondent moins sur la réputation sportive. Être responsable d’une fédération nationale de football, ou mieux encore régionale (la Confération asiatique en l’occurrence, un des six organismes qui composent la FIFA), est une intéressante voie de promotion pour quelques outsiders, surtout si l’on a la chance d’appartenir à une riche lignée dynastique.

Prévues àla fin du mois de février prochain, les prochaines élections pour la présidence de la FIFA mettent ainsi en lice, du côté arabe, deux candidatures que l’on pourrait presque qualifier de « royales ». Le premier à s’être déclaré est le prince Ali ben Al Hussein, fils de feu le roi Hussein de Jordanie comme l’indique son nom. Candidat malheureux contre Sepp Blatter lors de l’ultime et tumultueuse réélection de ce dernier à la tête de la FIFA en juin dernier, il a fait part de sa décision, de façon très peu princière voire même assez cavalière, juste au moment où Michel Platini se voyait lui-même suspendu de l’UEFA, et donc mal parti pour le trône suprême de la FIFA.

Bénéficiant de forts soutiens chez les riches dynasties du Golfe arabe, Ali ben Al Hussein était a priori bien placé dans la compétition jusqu’à l’arrivée d’une autre candidature, d’une extraction tout aussi noble, puisqu’il s’agit du très puissant cheikh Salman ben Ibrahim Al Khalifa, membre de la dynastie au pouvoir au Bahreïn et actuel président de la Confédération asiatique de football (où il a d’ailleurs réussi à marginaliser son rival jordanien en l’écartant du bureau exécutif). Cette arrivée d’un postulant du Bahreïn a été un rude coup pour le prince jordanien nous disent les journaux. On pourrait aller plus loin en affirmant qu’elle ruine presque à coup sûr toute ambition arabe en répartissant les voix acquises sur deux candidats au lieu d’un seul. De plus comme le souligne James Dorsey, expert souvent cité sur ces questions, le candidat Bahreïn est non seulement fortement suspecté de corruption mais, de plus, assez largement impliqué dans la répression, dans son propre pays, de sportifs, y compris deux membres (chiites) de l’équipe nationale de foot ! Rien de bien glorieux pour la grande Nation arabe dans toutes ces petites combines, vouées à l’échec en plus de souligner davantage la ruine du rêve de l’« unité arabe »…

Outre Michel Platini et ces deux princes arabes, figure parmi les concurrents en course pour la présidence de la Fifa  un autre Français, Jérôme Champaigne, un ancien diplomate connu précisément pour son opposition à l’ancien capitaine du Onze national. Considéré comme son bras droit, l’Italo-suisse Gianni Infantino fait également campagne, ainsi que Musa Bility, un homme d’affaires libérien qui voudrait bien être soutenu par l’Afrique. Mais celle-ci préfèrera sans doute la candidature de Tokyo Sexwale, un Sud-africain, ancien compagnon de détention de Nelson Mandela, à la tête, depuis juin dernier, d’un très stratégique Comité de surveillance de la FIFA en Israël et Palestine.

On a déjà évoqué dans un billet récent la question, assez épineuse pour les Israéliens, d’une très possible éviction de la FIFA en raison des innombrables entraves à la sacro-sainte loi du sport qu’impose, aux yeux de l’occupant, la colonisation rampante de la Cisjordanie. À l’origine de tous ces problèmes, on trouve Jibril Rajoub, responsable de la Fédération palestinienne de football, par ailleurs ancien patron de la Sécurité intérieure palestinienne, membre du Comité central du Fatah et candidat potentiel à la succession de Mahmoud Abbas…

Mais cette fois, la partie que joue le très remuant Jibril Rajoub le met aux prises, non pas avec les Israéliens mais avec les Saoudiens qui refusent de se déplacer à Ramallah à l’occasion d’un match contre les Palestiniens, pour ne pas avoir à se soumettre à des contrôle israéliens (alors que l’équipe des Émirats a, quant à elle, accepté d’en passer par là, il y a quelques semaines de cela). Au moment de la publication du billet déjà mentionné, les Saoudiens se trouvaient dans l’embarras car la FIFA était revenue sur une précédente décision qui autorisait la tenue du match sur terrain neutre, quelque part où la susceptibilité nationale des joueurs saoudiens ne serait pas mise à l’épreuve…

Depuis, et même si la FIFA a eu l’obligeance de préciser que la fédération palestinienne ne sera pas sanctionnée si le match se tenait ailleurs, Jibil Rajoub s’obstine, contre vents et marées, à exiger que le match ait lieu en Palestine. Rien ne peut le faire changer d’avis ; ni les amicales et fraternelles « pressions » princières (comprendre : financières) exercées par les Saoudiens via les responsables de l’Autorité palestinienne, ni les bruyantes interventions d’un député jordanien très en vue, ni même les vociférations d’un célèbre chroniqueur sportif sur MBC, une des principales chaînes TV arabes (à financement saoudien) ne peuvent fléchir l’ancien « terroriste » palestinien. Jibril Rajoub se refuse à admettre que, « dans ce contexte politique et religieux », l’Arabie saoudite ne peut accepter que son équipe nationale transite par Jérusalem. Le Royaume a déjà bien assez de problèmes dans la région pour ne pas y ajouter, en plus, la reconnaissance implicite de l’entité israélienne et l’abandon très symbolique de cet autre Lieu saint musulman qu’est la mosquée Al-Aqsa…

Maître du jeu à défaut d’être le patron sur le terrain, Jibril Rajoub s’est même payé la tête de ses adversaires en suggérant qu’ils acceptent, sportivement somme toute, de perdre les trois points de la rencontre puisque l’absence de toute normalisation avec l’entité sioniste leur tient tellement à cœur ! En ironisant de la sorte sur le dos des Saoudiens pas assez fair-play à son goût, Jibril Rajoub sait qu’il met dans son jeu une bonne partie de l’opinion locale, ravie de se venger un peu des avanies que lui font subir les richards du Golfe. Et s’il se permet de les mettre en boîte de la sorte, c’est fort probablement parce qu’il bénéficie également du soutien d’un rival dans la région comme le soulignent certains commentateurs qui pensent très fort au Qatar sans doute.

En attendant, une fois de plus, la Nation arabe étale toutes ses divisions, y compris sur le tapis vert de l’internationale du foot. À tel point qu’un des éditorialistes les plus importants dans la région, Abdel-Bari Atouane, a estimé nécessaire de se fendre d’un article sur la question. Pour éteindre ce nouveau risque d’incendie, ce grand militant de la cause palestinienne et de l’unité arabe propose une solution toute diplomatique : la tenue du match à Gaza, ce qui permettrait aux joueurs du Golfe de passer par Rafah. Si les « frères égyptiens » acceptaient, pour une fois, de la laisser ouverte, cela fairait une belle porte de sortie diplomatique !

Mise à jour (5/11) : depuis ce billet, les choses ont beaucoup évolué puisque la FIFA a publié le 4 un communiqué signalant que les deux prochains matchs (Arabie saoudite et malaisie) se joueront sur terrain neutre. Mahmoud Abbas a dû laisser tomber Jibril Rajoub puisque le communiqué affirme que l’autorité palestinienne « ne pouvait plus garantir la sécurité autour des matches en question ». Al-Arabiya, la chaîne saoudienne, exulte ! Les différentes références sont disponibles : ici.

Les symboles du marché de l’art : artistes syriens et iraniens aux ventes de Dubaï

Acheteurs aux dernières enchères de Christie's à Dubaï (AFP)
Acheteurs aux dernières enchères de Christie’s à Dubaï (AFP)

Voilà presque vingt ans que Christie’s exploite le filon du marché de l’art dans le Golfe. Un marché de niche, qui ne pèse pas très lourd à l’échelle des sommes colossales que la société d’enchères réalise à l’échelle mondiale. Les dernières ventes à Dubaï il y a quelques jours se montent ainsi à un peu plus de 7 millions de dollars, une goutte d’eau à côté des huit milliards et demi de dollars réalisés par les ventes d’art en 2014.

Apparemment, les dernières enchères – des artistes contemporains en même temps que des montres hors de prix – se sont révélées un peu décevantes selon un article publié sur le site Raseef. Une petite déception pour les spéculateurs de l’art, qui tient en premier lieu à la baisse des revenus pétroliers. Vendu aujourd’hui à peine plus de 40 dollars le baril, même pas la moitié de son prix il y a encore un an, l’or noir ne remplit plus aussi généreusement les caisses publiques ou privées (sachant que ce sont les fortunes princières, de type semi-public si l’on veut, qui constituent le premier cercle des acheteurs). La situation financière dans le Golfe est d’ailleurs si préoccupante que la révolte grossit dans les rangs de la riche famille régnante saoudienne, surtout depuis que le FMI met ouvertement en garde contre une possible banqueroute du royaume en 2020.

Mais l’épuisement des ressources financières n’est pas la seule explication à l’anémie du marché de l’art arabe à Dubaï. L’autre problème, tout aussi conjoncturel, est plus directement politique puisqu’il s’agit des retombées, un peu inattendues, du « printemps arabe » sur la cote des divers artistes régionaux. Depuis l’année 2011 et les soulèvements que l’on sait dans le monde arabe, les créateurs syriens ont la cote, y compris au sens littéral du terme. Évoqué dans un billet il y a de cela deux ans, le « boom » de l’art syrien, si l’on peut se permettre cette image malheureuse dans ce contexte, a continué à s’amplifier. Comme on peut le lire dans cet article du site Aljazeera America (quel drôle de nom tout de même quand on y pense!), certains intermédiaires avisés, tels que le galériste Khaled Samawi, un banquier syrien qui est aussi un des acteurs majeurs de la « globalisation » de l’art moderne dans la région (voir ce billet de juillet 2010), ont réalisé, en se mettant au service des plasticiens révolutionnaires, des opérations très gratifiantes, y compris sur le plan financier.

Mais les meilleures intentions ne sont pas suffisantes pour imposer leur conduite aux acheteurs et le marché finit par dicter ses lois, en fonction de l’offre et de la demande. Surexploité, surévalué, le gisement syrien – nourri par des artistes souvent réduit aux pires nécessités – a fini par s’épuiser. À l’issue des enchères organisées par Christie’s à Dubaï, pas un artiste syrien ne figure dans les dix meilleurs ventes. En revanche, on y trouve six artistes iraniens. Un symbole où certains voudront lire une indication sur le devenir de la géopolitique régionale !

Le foot en Palestine, au risque de l’intifada

Les tribunes du Beitar lors d'un match récent...
Les tribunes du Beitar lors d’un match récent…

Il y a quelques jours, on annonçait en Israël l’annulation des matchs sensibles, « là où des Juifs et Arabes israéliens vivent ensemble ». La mesure a pour but d’éviter les heurts entre les spectateurs, précise le Times of Israel, oubliant de signaler que les heurts en question viennent systématiquement d’un seul et même côté. Car cela fait des mois et même des années que les autorités s’efforcent de mettre une limite aux débordements des ultras nationalistes, à commencer par les plus fanatiques, ceux de La Familia, qui font régulièrement parler d’eux, y compris à l’étranger, à l’occasion des matchs du Beitar Jerusalem. Né dans la mouvance de l’extrême-droite sioniste en 1939, le Beitar est le seul club israélien qui se refuse obstinément à recruter un certain type de joueurs « étrangers », « vrais » étrangers ou Palestiniens de 48, peu importe du moment qu’ils soient musulmans. Les « supporters » ne le supportent pas justement ! Lors du recrutement de deux joueurs tchétchènes (musulmans) en 2013, ils n’avaient pas hésité, en plus des crachats, insultes et autres menaces, à quitter le stade lorsque l’un des joueurs en question avait marqué un but, tandis que le siège du club était incendié en guise d’avertissement.

Depuis, il paraît que la police israélienne traque sans relâche ceux qu’on qualifie désormais de « criminels », tandis qu’on s’efforce de former la jeunesse en diffusant des petits clips destinés à lutter contre le racisme dans les stades. On ne peut pas dire que ces efforts soient couronnés de succès puisqu’on déplorait encore une nouvelle victime en octobre dernier, un supporter d’une autre équipe attaqué à coups de hache. Un drame de plus qui, peut-être parce qu’il touchait un Israélien juif après une litanie d’autres violences perpétrées, elles, à l’encontre d’Arabes, poussait le Haaretz à sonner l’alarme dans un éditorial associant les fanatiques du Beitar à des terroristes. Pour autant, on ne s’attend pas à ce que la police les liquide à bout portant comme elle le fait avec les manifestants palestiniens…

Si le foot est un bon indicateur de la grande violence de la société israélienne, il est à craindre que les circonstances actuelles contribuent à aggraver la situation. À l’heure où de plus en plus de citoyens (juifs) s’arment, il est certainement prudent de limiter les matchs à risques ! Pour éviter une tuerie de plus sans doute, bien que la politique des autorités israéliennes ne donne pas toujours l’impression de privilégier cette solution, mais aussi, comme le souligne James Dorsey, un spécialiste de la question, pour éviter que la célèbre FIFA devienne la première instance internationale à exclure de ses rangs l’État d’Israël. On en avait parlé lors d’une chronique de l’été passé, la fédération israélienne a évité de peu un carton rouge, synonyme d’exclusion, de la part de la FIFA, une organisation où il est patent que l’argent (du Golfe) joue un certain rôle. Depuis, il y a eu quelques gestes d’apaisement de la part des Israéliens mais, toujours selon James Dorsey, un joueur de l’équipe nationale palestinienne s’est vu il y a quelques temps refuser ce que l’on pourrait appeler son « droit au retour » après être parti disputer un match au Qatar avec la sélection nationale. Autant d’arguments pour que la FIFA, en dépit de ses soucis (ou bien à cause d’eux), se propose d’examiner une nouvelle fois la plainte déposée contre les Israéliens par la Fédération de football palestinienne.

Toutefois, si cette dernière obtient ce qu’elle demande, à savoir des sanctions pouvant aller jusqu’à l’éviction de la Fédération israélienne, on ne peut pas dire que ce sera vraiment grâce au soutien des « frères arabes » qui ont l’art de saboter les luttes des Palestiniens tout en affirmant qu’ils les soutiennent. Dans le cadre des éliminations pour la prochaine Coupe du monde, il est ainsi prévu que l’équipe du royaume saoudien rencontre la sélection nationale palestinienne. A Riyad et donc aussi, pour le match retour, à Ramallah, ce qui signifie que les joueurs saoudiens devront nécessairement passer un contrôle israélien. Situation inacceptable pour les « gardiens des Lieux saints », qui veulent bien prendre langue avec l’ennemi sioniste au plus haut sommet de l’État, mais qui pour rien au monde n’accepteraient l’humiliation d’un contrôle de police, quand bien même les Palestiniens leur expliquent que rendre visite à des prisonniers – ce qui est plus ou moins leur statut – ne signifie pas qu’on adore leurs geôliers !

Récemment encore, les Saoudiens pensaient s’être tirés d’affaire grâce à une décision de la FIFA qui avait accepté, fin septembre, leur demande de déplacer la rencontre en un autre lieu pour des « raisons de force majeure », lesquelles n’étaient pas précisées. Malheureusement pour eux, au lendemain d’un match organisé à Ramallah avec les Émirats (match nul, une très bonne performance pour les Palestiniens), la même FIFA est rapidement revenue sur sa décision, probablement à l’instigation de Jibril Rajoub, le très politique président de la Fédération palestinienne. Simple coïncidence ? Depuis, les Jordaniens ont relancé leur campagne contre Jibril Rajoub, coupable de n’avoir pas soutenu leur candidat à la succession de Blatter (voir le billet déjà cité). Et pour faire bonne mesure, ils proposent même de le remplacer par… le fils de Mahmoud Abbas, sans nul doute la personne la mieux placée pour « arranger » un match entre amis !

On voudrait en rire mais, franchement, le cœur n’y est pas…

Sans être « docteur », le ministre est très ausculté ! Helmy Namnam en charge de la culture en Égypte

Sous Moubarak, le poste fut occupé une bonne vingtaine d’années par Farouk Hosny. Mais depuis la révolution de 2011, la valse des ministres de la Culture, inaugurée par Gaber Asfour en poste une semaine seulement à la toute fin de l’ère Moubarak, ne s’est jamais vraiment interrompue. On a vu ainsi se succéder à la tête du ministère, dans des parcours parfois entremêlés, un critique littéraire grand défenseur des Lumières (Gaber Asfour), le fondateur d’un centre culturel associé à la Culture business (Muhammad al-Sawi), un historien plébiscité sur les réseaux sociaux (Emad Abu-Ghazi), un apparatchik honni par une bonne partie des intellectuels (Shaker Abdel Hamid), un insubmersible routier de la politique (Muhammad Saber Arab), un proche des Frères en butte à la plupart des acteurs culturels (Alaa Abdel Aziz), un ancien responsable des Archives nationales dont l’histoire retiendra peut-être le seul surnom : « le ministre de la goujaterie » (wazîr qillat al-adab), un sobriquet gagné à la suite de ses remarques sur la plastique de ses collaboratrices…

Le dernier nommé à ce jour se nomme Helmy Namnam (حلمي النمنم), un « journaliste » comme le soulignent avec une bonne dose de mépris certains de ses détracteurs pour souligner le fait qu’il n’est pas « douctour » de l’Université. Est-ce à cause de cela ? L’homme tranche avec nombre de ses prédécesseurs par son côté modeste et affable. Il a aussi occupé nombre de fonctions importantes. Avant d’être récemment nommé (par Gaber Asfour) à la tête des Archives nationales, il avait été retenu en 2009 comme vice-directeur de la Gebo (les éditions nationales), un poste où il avait exigé – une décision assez ébouriffante au regard des usages – que les cadres cessent d’y auto-publier leurs œuvres impérissables aux frais du contribuable !

A peine nommé, Helmy Namnam est en butte à pas mal de critiques. Sans surprise, elles viennent en partie de ce bouillon de culture un peu rance qu’est le milieu intellectuel local pour lequel d’autres candidatures étaient plus attendues. Plus intéressante, en revanche, est la campagne médiatique menée depuis l’étranger en particulier par Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien autrefois respecté qui n’est plus désormais, en tant que Directeur-Général de la chaîne Al-Arabiyya, qu’un des innombrables plumitifs stipendié par la famille saoudienne.

Sur Twitter notamment, ce dernier a fait part des réserves qu’on avait chez les protecteurs des Lieux saints vis-à-vis de ce nouveau responsable de la culture, bien connu pour ses critiques virulentes à l’encontre des interprétations extrémistes de l’islam, à commencer par les différentes lectures inspirées par le wahhabisme. Tout cela n’est pas bon pour les relations entre les deux pays, souligne-t-on du côté saoudien, en laissant planer de vagues menaces de rétorsions financières, tandis que des députes salafistes du parti Al-Nour s’efforcent déjà de rameuter l’opinion en criant à l’atteinte à la sacro-sainte charia. Fidèle à ses idées, le tout nouveau ministre de la Culture n’a pas craint de plaider pour un partage de l’État et de la religion en affirmant à la télévision que « l’Égypte était laïque bil-fitra » (quelque chose comme naturellement, spontanément ou encore instinctivement laïque)…

Bien entendu, tout est réglé au millimètre entre, d’un côté, ces protestations et ces menaces voilées et, de l’autre, ces réaffirmations solennelles de l’indépendance nationale. Cela fait bien deux ou trois décennies, depuis Farouk Hosny déjà, qu’on rejoue en Égypte (et ailleurs dans la région) la même pièce avec, dans leurs rôles respectifs, les gardiens impeccables de l’authentique tradition et les intègres champions de la modernité. Il reste que dans le grand chambardement géopolitique au Moyen-Orient, le choix d’une personnalité comme celle de Helmy Namnam souligne, s’il en était besoin, que l’Égypte du maréchal Sissi s’efforce, autant qu’elle le peut, de prendre ses distances avec un Royaume saoudien lancé dans des aventures stratégiques, en Syrie comme au Yémen, qui pourraient hâter le déclin de son influence régionale.

En prime, ce clip pour inciter les électeurs égyptiens à se mobiliser. Il vient d’être réalisé par les détracteurs du nouveau ministre, les responsables du parti salafiste Al-Nour. Comme vous pourrez le constater, tout est parfaitement halal – dans l’optique wahhabite – dans ce clip où n’apparaît même pas l’ombre (voilée) d’une électrice !

Sonallah Ibrahim, Nader Fergany : deux intellectuels égyptiens parlent des soulèvements arabes

 

marxcaire
« Le mauvais sort m’a frappé, Karl Marx m’a sauvé! » Microbus au Caire (via le site Angry Arab).

Bientôt 80 ans pour l’un, plus de 70 pour l’autre : que peuvent nous dire deux « vieux » intellectuels égyptiens des événements que traverse leur pays ? Quel jugement portent-ils sur cette « révolution » (si c’est bien le nom qu’il convient de lui donner) ? Partagent-ils les rêves de la jeunesse actuelle aussi différents soient-ils de ceux qu’ils formulaient eux-mêmes quand ils avaient le même âge, il y a de cela un demi-siècle ? Sont-ils optimistes ou non sur le devenir de leur pays et, au-delà, de toute la région ?

Considéré comme un des plus importants romanciers contemporains, observateur singulier et sans complaisance de sa propre société, Sonallah Ibrahim (voir ce précédent billet) se distingue de la quasi totalité de ses pairs par son refus farouche de toute compromission, par exemple lorsqu’il s’agit d’accepter ou non un prix officiel (voir cet autre billet). Pour toutes ces raisons, ses prises de position sont toujours très attendues. J’avais déjà proposé des extraits d’un entretien donné à un quotidien local durant l’été 2013, peu de temps après le coup d’État contre le président Morsi. Celui-ci (réalisé par Reem Abou El-Fadl : ريم أبو الفضل) a été récemment publié sur le site Jadaliyya, en écho à un précédent, cinq ans plus tôt.

Beaucoup moins connu du public francophone, Nader Fergany, est pourtant le principal maître d’œuvre d’une publication qui a suscité d’innombrables commentaires lors de sa sortie en 2002, à savoir le premier volume du Rapport sur le développement humain arabe. Financé par un programme des Nations Unies (UNDP), ce rapport, sans doute parce qu’il avait été confié à un intellectuel qui ne faisait pas mystère de ses engagements militants, posait déjà un diagnostic assez sombre sur l’avenir de la région. Réalisé par Mahmoud al-Qei’i (محمود القيعي), un journaliste égyptien, l’entretien dont j’ai retenu quelques extraits a été publié à la fin du mois de septembre par le quotidien Rai al-youm.

Sonallah Ibrahim : Ce à quoi a abouti la révolution égyptienne.

Dans un entretien donné à Jadaliyya en mai 2011, vous disiez que vous ne considériez pas les événements du 25 janvier 2011 comme une révolution mais comme comme un soulèvement populaire pour changer le régime. Est-ce toujours votre avis à la lumière des développements actuels ? Pensez-vous que la révolution a donné lieu à des rêves et à des attentes qui n’étaient peut-être pas réalistes ?
— Révolution ou soulèvement, il s’agissait de la conséquence naturelle de quarante années de répression et d’exactions par le régime Sadate-Moubarak. Elle a suscité des espoirs parfaitement réalistes. Comment considérer autrement le fait de vouloir une vide décente ?

Dans le même contexte, les manifestations du 30 juin 2013 sont-elles pour vous un mouvement populaire ? S’agit-il à vos yeux d’un prolongement de ce qui s’est passé le 25 janvier ou bien était-ce quelque chose de différent ?
— Les manifestations du 30 juin 2013 étaient certainement un soulèvement populaire dans le prolongement de celui du 25 janvier. Après une année avec les Frères musulmans, le peuple a compris que ce gouvernement allait à l’encontre de ce pourquoi il s’était soulevé en 2011, qu’il s’agissait d’un retour en arrière de plusieurs siècles. Il suffit d’ailleurs de savoir que ces Frères musulmans étaient soutenus politiquement par les Etats-Unis et par l’Occident. La différence entre ces deux dates, c’est que l’armée a fortement soutenu ce mouvement [en 2013], pour son propre intérêt bien entendu. Elle n’avait pas participé au premier mouvement, comme les Frères musulmans qui ne l’ont rejoint que tardivement et qui n’ont pas participé bien entendu aux manifestations du 30 juin [2013]. Par ailleurs, pour les fouloul [restes du régime Moubarak], ce second mouvement est apparu comme une solution susceptible de leur permettre de récupérer leur pouvoir chancelant. Ils ont donc œuvré à en faire quelque chose de différent, en soutenant et même en participant aux manifestations du 30 juin [2013].

Vous souteniez clairement les efforts pour faire tomber le pouvoir des Frères musulmans. Vous continuez à adopter cette position ?
— Bien sûr, il était nécessaire de changer ce pouvoir [aux mains] des Frères musulmans. Lutter contre eux, c’était lutter contre la réaction et la domination étrangère. D’un autre côté, on constate aujourd’hui que Sissi, en vérité, est le prolongement du pouvoir Moubarak.

Abdel-Fattah Sissi est apparu, au temps des Frères musulmans, comme le chef de l’armée, une personnalité peu connue du public. Par la suite, quand il a mis à l’écart les Frères mususulmans, il est devenu un héros populaire. Quel est votre point de vue, un an après son arrivée au pouvoir ? Qu’est-ce que vous pensez des relations entre Sissi et les différents courants politiques égyptiens ? Pour vous, il est plutôt proche du courant révolutionnaire, des milieux d’affaires ou de ce qui reste de la coalition du 30 juin [2013] ?
— Proche des milieux d’affaires, comme le montrent les mesures qu’il a prises (et celles qu’il n’a pas prises également). Par exemple, il n’a pas fait la moindre chose pour les salaires, et il a augmenté la dépendance vis-à-vis des sociétés étrangères. Les réformes fiscales profitent aux milieux d’affaires. On a innocenté ceux qui ont spolié le peuple, ceux qui symbolisent ce pillage, tandis qu’on poursuivait et jetait en prison les figures de la révolution. Il y a un rapprochement de fait avec les forces réactionnaires du Golfe (l’agression contre le Yémen) et, après quelques gestes allant dans l’autre sens, un regain d’hostilité à l’encontre de l’Iran. Pour finir, il y a aussi les relations politiques (et militaires en particulier) avec les USA, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. (…)

Maintenant que les relations entre le régime et les Frères musulmans sont arrivés à ce stade, comment pensez-vous que l’on puisse sortir de cette impasse ?
— Il vaudrait mieux parler des relations entre le peuple – et non pas seulement le régime – et les Frères musulmans. A mon avis, la seule manière de sortir de cette impasse, c’est que les Frères musulmans abandonnent la violence et qu’ils s’associent à l’action politique non-violente.

Comment voyez-vous l’avenir des courants de l’islam politique en Egypte ? Voyez-vous des idées nouvelles ou bien seulement des tentatives pour redonner vie à de vieilles idées ?
— L’islam politique durera aussi longtemps que le pays tardera à se moderniser (dans les domaines de l’éducation, des médias, de l’industrie, par rapport à son niveau de vie). C’est vrai qu’il y a, chez les jeunes, des tentatives pour développer des idées qui correspondent aux changements qui se sont produits.


 

Nader Ferghaly : Je m’attends à l’effondrement des régimes autoritaires dans les deux ou trois décennies qui viennent. Je suis convaincu du succès de la révolution populaire égyptienne.

À votre avis, qu’est-ce qu’on peut attendre pour l’Egypte dans l’avenir proche ? Est-ce que vous êtes inquiet pour l’avenir de cette révolution populaire dont vous avez si souvent annoncé la venue ? À quoi vous attendez-vous ?
— 
C’est vrai, à court terme, je suis inquiet pour l’avenir de cette belle révolution égyptienne. En même temps, je reste persuadé que la révolution populaire atteindra ses buts, même au prix d’une naissance difficile et de souffrances monstrueuses dont la responsabilité incombe, historiquement, à cette succession de régimes despotiques et corrompus qui a produit ce pouvoir militaire régnant sur le peuple égyptien depuis plus de quatre décennies, avec un mélange de répression et de pauvreté. Pour affirmer cela, je me base sur le fait que tous les moyens employés par ce régime pour imposer son pouvoir au peuple et tenter de repousser l’échéance révolutionnaire créent en même temps les conditions objectives d’une révolte, laquelle se produit le plus souvent à la suite de mouvements populaires de protestation toujours plus importants. Un paradoxe qui, historiquement, est celui de tous les régimes de ce type et dont les tyrans ne savent pas tenir compte. C’est d’ailleurs le secret de ces révolutions populaires auquel personne ne s’attend.

Au-delà de l’optimisme qui caractérise vos analyses, qu’est-ce qui attend cet embryon de révolution apparu en janvier 2011 : la vie ou la mort ?
— 
Je préfère parler de vagues révolutionnaires plutôt que d’embryon, viable ou non. L’histoire nous apprend en effet ques les révolutions populaires déferlent comme des vagues successives. Sans doute, le pouvoir autoritaire contre lequel s’est levée la révolution populaire a réussi jusqu’à présent, dans une large mesure et avec le soutien des forces réactionnaires arabes pactisant avec le projet sioniste, à briser l’élan des deux premières vagues, en janvier 2011 et en juin 2013. Il a même réussi à lancer une contre-révolution pour s’opposer au mouvement de libération arabe qui menaçait ses intérêts dans l’ensemble de la nation arabe (…). Mais, historiquement, j’ai la conviction que de nouvelles vagues déferleront en Egypte et dans d’autres pays arabes, pour les raisons que j’ai mentionnées à la fin de la question précédente. (…) L’histoire du peuple égyptien témoigne de sa capacité à se débarrasser des tyrans de toutes sortes sans qu’on s’y attende. Cependant, l’objectivité nous oblige à reconnaître que les ennemis du peuple égyptien ont réussi à bâtir une institution militaire totalement dominante sur les plans économique, politique et médiatique, une institution qui a épousé la doctrine visant à protéger l’Etat israélien usurpateur.

Quelles sont les causes du succès ou d’un échec d’une révolution ?
— La raison essentielle du succès d’un soulèvement populaire et de sa transformation en révolution tient au fait qu’une entité révolutionnaire arrive au pouvoir pour faire tomber les structures nuisibles et les remplacer par d’autres susceptibles de répondre aux demandes de la révolution populaire. En ce qui concerne cet élan libérateur, je pense que la principale cause de son échec provisoire est liée à une sorte d’innocence révolutionnaire, à l’absence d’expérience politique qui a poussé les forces révolutionnaires à confier le soulèvement populaire à des courants qui l’ont adopté pour mieux le faire avorter.

Quand verra-t-on la fin des dictatures arabes ? Il faudra combien d’années pour s’en débarrasser ? Qui en paiera le prix ?
— Comme je l’ai dit, prédire l’issue du soulèvement populaire est une chose bien risquée. Il faudrait être bien naïf pour dire combien d’années il faudra pour voir le triomphe de la révolution populaire. On ne doit pas ignorer non plus que cet élan libérateur, de par son importance, a également entraîné dans la région des événements d’une grande gravité pour l’avenir de la Syrie, du Yémen, avec cette réalité monstrueuse de Daesh. La région est traversée par un conflit d’une extrême violence, qui pourrait dégénérer en guerre mondiale. Malgré tout, je prends le risque de dire que je m’attends à ce que les pouvoirs autoritaires arabes s’effondrent, après ce conflit, durant les deux ou trois prochaines décennies, même si les conditions seront différentes en fonction des spécificités de chaque pays. (…)

Quel est votre jugement sur le comportement des élites égyptiennes durant ces deux années de régime militaire ? Les masques sont-ils tombés ?
— 
Je n’aime pas utiliser à la légère ce mot d’« élites ». Bien des personnes qui considèrent en faire partie le font à tort et ne méritent pas un tel qualificatif. Il faut faire une distinction entre toutes les personnes qui ont eu une éducation. Le pouvoir dictatorial des militaires a réussi à diviser les Égyptiens : certains ont été attirés par le régime des Frères musulmans et ne pensent qu’à chanter les éloges de la période où ils ont été au pouvoir en espérant le retour de Mohamed Morsi ; d’autres sont déboussolés au point de se déclarer prêts à mourir pour les militaires et celui qui est à leur tête, aussi terribles que soient leurs erreurs. Les élites, quelle que soit la manière dont on les définit, se sont divisées, en tant qu’émanation du peuple, en deux camps recroquevillés sur leur extrémisme aveugle. Les plus acharnés à défendre le régime militaire, ceux qui font le plus de mal à la nation et au peuple, ce sont les journalistes et les dirigeants des pseudo-partis à la solde d’un pouvoir qu’ils ne font que flatter, quel qu’il soit. À mon avis, ceux qui se dressent conte toutes les formes d’autoritarisme, ceux continuent à vouloir la victoire de la révolution populaire, ne sont qu’une infime minorité.

Qui trop lève la tête finit par tomber !

têtelevée
Ici et ci-dessous : « Relève la tête, tu es Jordanien ! » Variations graphiques autour de la réutilisation de ce slogan lancé en 1956.

Lundi dernier, 45e anniversaire de la mort de Nasser, décédé le 28 septembre 1970. Une date qu’ignore la majeure partie de la presse arabe, celle qui vit des capitaux du Golfe, mais que célèbre ce qui reste de journaux fidèles à ce qu’on appelle la ‘urûba (العروبة), le nationalisme arabe, à savoir la construction politique d’une nation arabe « du Golfe à l’Océan » sur la base d’une identité partagée…

Inutile de préciser que ce projet, dans les circonstances actuelles de la région, paraît plus éloigné que jamais. À l’heure où les « frères arabes » se pilonnent les uns les autres (grâce à des armes qu’on leur vend sans trop y regarder), bien des témoignages révèlent que Nasser, le dirigeant qui l’a incarné mieux qu’aucun autre, reste inconstestablement présent dans le cœur de bien des habitants de la région. Est-ce une sorte de nostalgie pour une période où un avenir était encore possible dans la région ?  En tout cas, il se trouve des quotidiens comme Al-Safir au Liban pour se montrer lyriques en ce jour anniversaire, avec des titres comme « Nasser où es-tu ? » :

«ارفع رأسك يا أخي»
هذا صوت جمال عبد الناصر. الصوت الذي أذن بعصر عربي جديد. الصوت الذي ملأ الزمان العربي، بقامة مارد، وحرّك شعباً بقامة أمة، صَدَحت أملاً، «من المحيط إلى الخليج».

« Relève la tête mon frère ! » C’est la voix de Nasser, la voix qui annonça une ère nouvelle, qui emplit le temps des Arabes avec la carrure d’un géant, qui fit bouger un peuple en lui donnant la taille d’une nation, qui fit résonner du Golfe à l’Océan l’espoir…

tête2Une sorte d’élégie qui résonne tristement quand on s’aperçoit qu’une bonne part de la presse arabe consacre beaucoup plus de face à un fait-divers qui ne peut se comprendre cependant que si l’on a à l’esprit l’injonction de Nasser aux Arabes, lors de la nationalisation du Canal de Suez. « Relève la tête mon frère, tu es Jordanien » :  en plus d’un nouvel emblême, les communiquants du Royaume qui se veut plus hachémite que jamais (voir ce billet) n’ont guère fait preuve d’originalité en mettant sur le marché cet énième détournement du mot d’ordre nassérien. Bien d’autres l’ont fait avant eux, y compris à des fins publicitaires (une marque de bière au Liban par exemple).

Tout juste « inventé » pour redonner au pays un peu de sa fierté après la mort ignomineuse, en février dernier, d’un de ses pilotes capturé par les combattants de l’État « islamique », le slogan, partout présent dans l’espace public jordanien, aurait été tourné en dérision par une des stars régionales de la chanson, Georges Wassouf, qui donnait un concert à Amman à l’occasion de la fête du sacrifice. La chose serait sans importance si le « sultan du tarab » (duende ?) comme on le surnomme était un chanteur comme les autres. Or, outre le fait d’être Syrien, Georges Wassouf ne fait pas mystère, loin de là, de son soutien inconditionnel au régime dont il est depuis bien longtemps un des proches. Ainsi, à l’heure où nombre d’intellectuels syriens rejoignaient un soulèvement populaire dont la violence était encore absente, fin-février ou début mars 2011, lui animait les meetings organisés en soutien à Bachar El-Assad, alors même qu’il était loin d’être encore totalement remis d’une très grave maladie.

A sa manière, donc, la venue à Amman de cette icône de la chanson sanctionnait la nouvelle carte géopolitique en train de se mettre en place. Dans un des fiefs de la révolution (oui, il y a un peu d’ironie dans cette phrase), le suppôt d’un régime honni, le néanmoins très populaire Georges Wassouf animait donc les belles soirées de la très riche bourgeoisie locale. Difficile à avaler pour certains, la pilule est devenue plus amère encore lorsque la vedette, pour se débarrasser d’admirateurs un peu trop pressants, a cru bon de se moquer de l’un d’entre eux en tournant en dérision le fameux slogan du moment : (نتو على شو رافعين راسكم… رح إكسر لك راسك) « Vous êtes qui, vous, pour ‘relever la tête’ ? Tu vas voir ta gueule ! » En plus d’une éventuelle querelle de clocher entre voisins syriens et jordaniens (Wassouf est chrétien et, pour compliquer les choses, il « humilie un sunnite » !!!), l’allusion est évidente également aux profondes divisions politiques dans la région avec, d’un côté, la Syrie fidèle à son arabité et, de l’autre, une Jordanie vendue à mille et un intérêts étrangers (à commencer par Israël qui possède depuis des lustres une ambassade à Amman comme on ne l’ignore pas).

Révélée par un site d’information en ligne, l’information a fait scandale, suscitant même une intervention à la chambre des députés. Fallait-il accorder autant d’honneur à cette histoire quand tant d’horreurs se succèdent jour après jour dans cette partie du monde arabe ?  D’autant plus que Wassouf est connu pour avoir le goût de stimulants, en général liquides, qui l’empêchent souvent de rester maître de ses émotions. Il est également possible, si l’on croit les protestations du chanteur, que toute l’affaire soit largement artificielle et que les réseaux sociaux, une fois de plus, aient donné à un incident des dimensions (politiques) qu’il n’avait pas au départ.

En tout état de cause, on est manifestement tombé bien bas en ce 45e anniversaire du jour où Nasser suscitait l’enthousiasme des foules arabes avec cette phrase restée si fameuse, comme on le voit sur ces images d’un autre temps…

 

 

La possibilité d’une île : ce cher monsieur Sawiris

sawirismickey
Début septembre, Naguib Sawiris, un milliardaire égyptien dont la fortune est essentiellement liée à Orascom, une société de téléphonie surtout présente en Afrique et en Asie, faisait savoir dans les médias qu’il était prêt à acheter une île en Méditerranée pour y accueillir le flux incessant des réfugiés qui cherchent à fuir sous des cieux plus cléments. Quinze jours plus tard, alors que la photo du cadavre du petit Aylan Kurdi, échoué la plage de Bodrum, réveillait brutalement les consciences du monde, l’homme qui possède la troisième fortune d’Afrique, évaluée à 3 milliards de dollars, déclarait que les contacts avec les gouvernements italien et grec étaient bien avancés. Pour une somme évaluée entre 10 et 100 millions de dollars – auxquels il faudra rajouter les investissements nécessaires à l’accueil de la nouvelle population : écoles, centres de soin, logements… – , il se faisait fort de mettre en route cette « possibilité d’une île » pour les migrants ballotés entre guerres inciviles et frontières interdites… « Sell me an island, I’ll call its independence and host the migrants and provide jobs for them building their new country » : une idée un peu folle, celle d’une île indépendante en Méditerranée où les migrants trouveraient du travail le temps qu’ils puissent retourner dans leur pays, écrivait-il ainsi sur son compte Twitter. Une solution provisoire naturellement, en attendant le retour chez eux des migrants réfugiés sur l’île d’Aylan Kurdi comme il se proposait de l’appeler.

Largement diffusée, cette information n’a quasiment jamais été accompagnée d’un élément qui, pourtant, n’est pas sans importance et dont on peut penser qu’il est pourtant bien présent dans toutes les mémoires journalistiques. En effet, le riche philanthrope de l’île aux réfugiés n’est autre que l’investisseur privé qui, en juillet dernier, a pris le contrôle de la chaîne Euronews pour l’équivalent de quelques arpents en Méditerranée, à savoir 35 millions de dollars. Cette information, d’ailleurs, est loin d’être la seule à devoir être prise en compte si l’on veut analyser, dans toute sa complexité, l’offre faite par l’homme d’affaires égyptien. Car celle-ci s’inscrit en réalité dans un parcours singulier, dans lequel bien des gestes philanthropiques apparaissent autant de manœuvres politiques.

Charitable, la fondation Sawiris, créée en 2001, l’est très certainement puisqu’elle se propose pour l’essentiel de fournir à quelques jeunes Égyptiens et Égyptiennes méritant(e)s la possibilité de compléter leur éducation grâce à des formations que les services de l’État sont bien incapables de leur fournir. Mais comme bien des initiatives de ce type (on peut penser à la fondation Hariri au Liban par exemple), cette intervention dans l’espace public est associée à une stratégie de visibilité politique. D’ailleurs, deux ans après la création de ladite fondation, l’homme qui avait fait sa fortune grâce à la dérégulation du secteur des communications en devenant le premier fournisseur privé de services téléphoniques mobiles en Égypte se démarcait du pouvoir en place. En 2003, Naguib Sawiris devenait ainsi le principal investisseur d‘Al-Masri al-youm, le premier très important quotidien d’opposition à voir le jour depuis la nationalisation de la presse sous Nasser au début des années 1960 !

Polytechnicien (formé en Suisse), l’homme dont la fortune est étroitement associée au développement des nouveaux supports de communication et de l’information n’ignore pas l’importance de ce qui se joue dans ce secteur. En 2008, il consent ainsi à différents investissements dans le secteur de la production audiovisuelle, avec notamment de nombreux partenariats dans l’industrie du cinéma. Une décision qui s’inscrit désormais dans une politique médiatique ambitieuse. Après la presse écrite vient en effet le tour des médias audiovisuels avec la création, en 2007, de la chaîne OTV (devenue ONTV en 2009). De plus en plus spécialisée dans les informations, cette chaîne satellitaire arrive même à faire de l’ombre, au niveau égyptien, au leader incontesté (à l’époque) du domaine sur le plan régional, à savoir Al-Jazeera. D’ailleurs, lorsqu’éclateront les grandes manifestations de janvier 2011, ONTV fera au moins jeu égal, en termes de qualité de reportage et d’influence, avec la chaîne qatarie.

Après le renversement d’Hosni Moubarak et l’ouverture d’une page historique dans l’histoire du pays, la voie semble libre pour un homme comme Naguib Sawiris, devenu ouvertement un des acteurs politiques du pays depuis qu’il a contribué, en le finançant, à la création du Parti des Égyptiens libres (حزب المصريين الأحرار) en avril 2011. Comme Mohamed El-Baradeï arrivé plus tôt sur le « marché » politique, il incarne une image moderne et libérale propre à assurer l’avenir de la nation égyptienne. Visionnaire, le patron du groupe Orascom n’hésite pas à se lancer dans des projets qui, outre leurs retombées financières, doivent contribuer à arrimer le pays à la modernité mondalisée, en y réinsufflant le dynamisme qui fit les grandes heures du Caire durant les dernières décennies du XIXe siècle. On découvre ainsi, en lisant cette très intéressante contribution publiée (en anglais) par le quotidien Mada Masr, comment la création, en 2008, du groupe Al-Ismaelia for Real Estate repose en définitive sur un pari audacieux, qui passe par la (juteuse) gentrification du patrimoine urbain du centre-ville dans laquelle une généreuse politique de mécénat culturel (centre culturel Town House, festival D-Caf, etc.) révèle toute sa signification néo-libérale, et sa dimension politico-économique.

300px-NaguibMais ces évidentes ambitions politiques se heurtent à un handicap considérable. Non seulement Naguib Sawiris est copte, mais il se fait publiquement l’avocat d’une ligne violemment opposée aux différentes incarnations de l’islam politique, à commencer celle des Frères musulmans. Depuis toujours ou presque, une sourde hostilité oppose le brillant investisseur privé aux fervents partisans d’une solution politico-religieuse. Par exemple, lors de ses débuts sur le marché égyptien à la fin des années 1990, la société Mobinil est victime d’une campagne de boycott au prétexte qu’elle est la propriété d’une famille copte. La même hostilité se retrouvera en Algérie, principalement en 2008, lorsque Djezzy, sa filiale locale, sera accusé par certains de mettre en péril les institutions économiques du secteur publiques mais également, pour d’autres, de saper les valeurs morales algériennes en ouvrant largement les canaux de la communication globale à toutes sortes d’images condamnées par la religion.

Là où certains auraient fait profil bas en évitant les problèmes, Naguib Sawiris choisit au contraire l’affrontement en laissant paraître dans les médias des opinions de plus en plus ouvertement hostiles à l’islam politique. Non sans excès, calculés ou non, à l’exemple de ce message sur Twitter, en juin 2011, avec une photo de Mickey et Winnie déguisés en fondamentalistes musulmans (illustration en haut de ce billet). Une innocente plaisanterie, plaide le milliardaire, qu’une partie de l’opinion interprète, en partie à cause du choix (particulièrement maladroit) de cette icône de la culture made in USA, comme l’aveu d’une connivence manifeste avec le « le monde riche ».

Naguib Sawiris adopte une posture qui aboutit inévitablement à un affrontement sans merci entre le représentant du courant néo-capitaliste libéral et ceux des divers courants de l’islam politique, à commencer par les membres de la confrérie des Frères musulmans. L’animosité réciproque est particulièrement nette durant la campagne électorale de l’hiver 2011 durant laquelle la chaîne ONTV prend ouvertement position pour le camp de son propriétaire. Lorsque le Parti de la justice et de la liberté, plate-forme des Frères musulmans, l’emporte largement, Naguib Sawiris en tire très rapidement les conséquences. Dès les premiers mois de l’année suivante, il commence à se désengager du marché égyptien, notamment en vendant ses actions au sein d’Orascom à France Télécom. A la fin de l’année 2012, c’est la chaîne ONTV qui est vendue à Tarek ben Ammar, dans le cadre d’une série d’investissements croisés où certains voient déjà, non sans perspicacité, un véritable cadeau empoisonné dont hérite le célèbre homme d’affaires tunisien.

Aux commandes (financières) d’Euronews, Naguib Sawiris s’interroge désormais à haute voix sur la « possibilité d’une île », comme un refuge pour tous ceux qui risquent leur vie sur la Méditerranée et ailleurs dans l’espoir d’une existence meilleure. Sur les réseaux sociaux arabes, certains s’interrogent sur les motivations réelles d’un tel geste. Peut-on le croire aussi gratuit, et même généreux qu’il en a l’air dès lors que l’empire financier du cher monsieur Sawiris s’est ainsi désengagé, autant qu’il lui a été possible, du radeau égyptien partant à la dérive au milieu des tempêtes politiques ?

Shebab al-‘irak : des artistes au cœur du mouvement de protestation

irakshaabBientôt neuf ans que ce blog a commencé, à partir d’une idée assez simple et qui n’a guère changé : contribuer à faire passer des infos qui montrent que le monde arabe ne se résume pas aux images ou aux commentaires qu’on trouve le plus souvent dans les médias. Aujourd’hui, il est plus difficile que jamais pour un Arabe, et plus encore si on est un homme jeune, d’échapper aux clichés du « prêt-à-penser » qui le réduisent volontiers à sa prétendue condition d’islamiste barbu ou, désormais, à celle du malheureux migrant fuyant les horreurs de la guerre. Plus que jamais, il faut donc continuer à croire que la catastrophe que traverse cette région, dans certains pays depuis des années et même des décennies, n’a pas totalement annihilé la révolte de ceux qui refusent ce destin; il faut donc continuer à se faire autant que possible leur intermédiaire en traduisant, en situant les choses, en les contextualisant…

Au Liban, les protestations populaires se poursuivent malgré la répression, mais le phénomène a perdu en importance (comme on pouvait le craindre : voir le précédent billet). En Irak également, les manifestations apparues il y a sept semaines, au plus fort d’une poussée de canicule sans précédent, donnent elles aussi l’impression de suivre un cours identique : moins de monde lors des rassemblements, tentatives de récupération de la part des forces politiques locales, voire de puissances étrangères… Comme à Beyrouth, le mouvement peine à trouver sa place dans l’arène politique d’autant plus qu’il ne s’inscrit pas dans les habituels registres de la revendication. Des citoyens ordinaires innovent en posant, sans intermédiaires reconnus, des demandes qui dérangent : dénonciation de la corruption, de la gestion des services étatiques, des inégalités croissantes, critiques de la confessionnalisation…

Comme à Beyrouth également, la jeunesse est en première ligne, et avec elle une nouvelle génération d’artistes qui marque sa différence avec celles qui l’ont précédée par sa manière de vivre les événements terribles que vit la région et par son engagement aux côtés de ceux qui croient encore à un autre avenir. Dans un article récent du quotidien libanais Al-Akhbar, Hussam al-Saray (حسام السراي), jeune poète par ailleurs brillant chroniqueur de l’actualité culturelle irakienne, propose ainsi une sélection des chansons que les manifestants dans les grandes villes d’Irak ont mis en circulation dans les réseaux sociaux. Sans en rajouter dans la critique, il commence par expliquer combien « César » (القيصر), à savoir le chanteur Kadhim al-Sahir (كاظم الساهر : une très grande vedette dans toute la région), a cherché à garder le contact avec la jeunesse de son pays, avec une « opérette » intitulée justement Shebab al-Irak (sur ce genre musical, voir notamment ce billet).

Husam al-Saray passe ensuite en revue différents interprètes qui ont tous en commun de proposer une critique virulente de l’inaction des politiciens locaux. Comme à Beyrouth – (en plus du billet précédent sur ce blog, un très bon article, pour les arabophones, du site Ma3azef sur « le rap libanais : la repolitisation de la chanson engagée » – le rap est à l’honneur avec en particulier trois interprètes de Bosra chantant, durant une manifestation, un thème dont les paroles et le titre sont directement inspirés des slogans de l’heure : « Moi je suis l’Irak et vous, vous êtes qui ? »(أنا العراق من أنتم؟ : voir le clip en bas de ce billet).

En Irak comme au Liban et comme partout ailleurs dans le monde arabe, la création poétique politique se livre désormais presque exclusivement en arabe de tous les jours, tel qu’il est parlé dans chaque pays ou région. Parmi les exemples proposés (mis en lien avec l’article déjà cité), Jomaa al-Arabi (جمعة العربي) chante ainsi : On a rien que notre nationalité, tous te disent j’ai plus rien à claquer. Les partis disent qu’ils sont des réformateurs, mais ce sont tous des voleurs. Les principes, ils les vendent contre des dollars, avec ton sang, avec le mien, ils se font du lard («ما نملك غير الجنسية والكلّ يكولك معليه / أحزاب تنادي بالإصلاح وكلّ واحد منهم سفّاح يبيع المبدأ بالدولار بدمي ودمك تاجر صار » bien entendu, « le lard » c’est pour trouver une rime à dollar en français !).

Intitulé « Les artistes au cœur du mouvement : nous sommes l’Irak, vous êtes qui ? » (فنانون في قلب الحراك: نحن العراق من أنتم؟), l’article de Husam al-Saray commence par une affirmation qui peut surprendre, celle que les manifestations qui se déroulent en Irak montrent que les quarante années de destructions et de guerres qu’a traversées le pays n’ont pas ôté aux Irakiens, à la jeunesse et aux artistes qui s’expriment avec elle, toute capacité à créer.

Un point de vue qu’on entend rarement aujourd’hui.