Géopolitique des médias arabes (1/2) : Rotana, mondialisation et normalisation

Déjà présents dès la fin des années 1970 dans la presse imprimée (« imprimée » est une manière très inexacte de présenter les choses car leurs investissements massifs viennent précisément avec les premiers pas de la numérisation des quotidiens Al-sharq al-awsat et Al-Hayat), les Saoudiens commencent à investir dans les médias audiovisuels, et notamment dans les télévisions satellitaires, à la suite de la première Guerre du Golfe (1991).

Sur le registre officiel, l’infléchissement des décisions politiques, avec par exemple la prise de contrôle de facto du programme Arabsat, est sans doute un peu plus ancien. Néanmoins, l’arrivée des capitaux saoudiens dans les nouveaux médias panarabes se fait au début des années 1990, souvent à travers des hommes d’affaires liés, d’une manière ou d’une autre, à la famille royale.

Walid Ibrahim lance ainsi la MBC (Middle East Broadcasting Center), la première véritable chaîne panarabe, dès 1991. Puis viennent Saleh Abdullah Kamel avec ART (Arab Radio and Telvision Network) en 1993, suivi par le groupe Mawarid avec Orbit en 1994 (dont la rupture avec la BBC Arabic, en 1996, donnera un sérieux coup de pouce à la naissante Al-Jazeera au Qatar). Quant au prince Al-Walid Ibn Talal, le magnat des médias arabes, il ne fait sa véritable apparition dans cet univers qu’en 2003, lorsqu’il rachète, pour quelque 100 millions de dollars, les parts de Saleh Abdullah Kamel dans la LBCI (Lebanese Broadcasting Corporation International), passée au satellite en 1996.

Ce janus arabo-mondialisé (cf. ces deux photos) figure régulièrement parmi les 20 plus grosses fortunes mondiales : entre 20 et 25 millions milliards (!) de dollars, selon les variations de la Bourse, ce qui lui permet de s’offrir de menus plaisirs tels la résidence de la famille Bruni, non loin de Turin, pour 17,5 millions d’euros. Né, en 1955, sous une bonne étoile – il est à la fois le petit-fils du roi Abdulaziz ibn Saoud et de Riadh El-Solh, grande figure de l’indépendance libanaise, et il a même quelques liens avec la famille royale marocaine –, al-Walid Ibn Talal a mis en place, au fil des ans, un véritable empire médiatique, via la Kingdom Holding Company (المملكة القابضة‎ , au nom plus équivoque en arabe car on pourrait s’amuser à le traduire par “Le royaume qui en a plein la pogne”!).

Groupe privé qui s’appuie notamment sur sa participation au capital de Citigroup (un peu moins de 5 %, un « coup » réalisé en 1991 et qui a donné à Walid Ibn Talal sa stature internationale), la Kingdom Holding investit dans toutes sortes de secteurs, mais en particulier dans les nouvelles technologies et les médias. Dans ce dernier domaine, elle contrôle les titres les plus importants de la région (Al-Sharq al-awsat et Al-Hayat pour les quotidiens panarabes, Al-Nahar et Al-Diyar au Liban…), mais le fleuron du groupe reste Rotana, créée en 1987, qui regroupe des chaînes télé de divertissement (Music, Clip, Cinema, etc. ), des radios (un projet en développement pour les années à venir), une maison de disques (Rotana Records) diffusant, à quelques exceptions près, la totalité des stars de la chanson arabe, une société de spectacles (Rotana Events), une agence de publicité, un hebdomadaire spécialisé, et depuis peu une chaîne de cafés branchés, les Rotana cafés, destinée à bourgeonner dans toutes les grandes villes de la région. Aujourd’hui, Rotana « pèse » environ 1,5 milliard de dollars…

Entreprise « intégrée » de telle sorte qu’elle règne sur toutes les étapes de l’industrie de l’industrie globalisée des loisirs, Rotana sait intégrer la dimension locale propre au monde arabe, avec par exemple Al-Resalah (الرسالة), un récent investissement (2006) pour occuper le créneau important des chaînes islamiques. Pour autant, on ne fait pas de politique chez Rotana, dont le « métier » consiste à vendre du loisir et de la distraction à la jeunesse arabe, un énorme gisement avec près de 40 % de la population qui n’a pas 15 ans (rapport UNDP 2002).

Cependant, la politique n’est jamais bien loin de la culture, et singulièrement dans cette région du monde. Entreprise spécialisée sur le marché de l’entertainment arabe, Rotana développe ses activités dans un secteur qui est en quelque sorte le fer de lance de la mondialisation, tant financière et économique que « culturelle ». Son développement, qui passe par des accords avec les majors internationales, pose inéluctablement la question de la « normalisation » avec Israël. On l’a vu par exemple lors de l’accord conclu en juin 2008 avec la société Sony dont Rotana est devenue la représentante exclusive pour l’ensemble de la région, ce qui implique naturellement une collaboration avec les sociétés israéliennes, ne serait-ce que pour l’exploitation du marché palestinien (article en arabe dans Al-Akhbar).

Mais plus fondamentalement, la logique même des échanges sur un marché (en partie) dématérialisé produit des effets assez dérangeants au regard des représentations géopolitiques traditionnelles. Un site tunisien spécialisé, Tekiano.com, indiquait ainsi tout récemment que figurait désormais parmi les 10 premiers sites les plus fréquentés par les internautes locaux une adresse… israélienne, celle de Panet.co.il (capture d’écran à gauche, détail avec lettres en hébreu, ci-dessous).

En réalité, les internautes tunisiens ne font que suivre un mouvement général puisqu’on retrouve au premier rang des utilisateurs de ce site israélien (créé par Basam Jaber, un « Palestinien de 48 »), des internautes locaux d’Israël et des Territoires occupés, mais aussi des Egyptiens, des Marocains et des Saoudiens.

Et tous sont à la recherche, sur le segment israélien de la Toile, des précieux fichiers vidéo et MP3 des vedettes… de la très saoudienne et arabe Rotana pour laquelle mondialisation rime nécessairement avec mondialisation.

(Une association dont les ramifications plongent plus profond encore, mais ce sera la semaine prochaine !)

Le quatrième pouvoir de la diva rebelle

Certains s’étonneront peut-être d’apprendre qu’une chanteuse arabe est également parlementaire dans son pays. Cela se passe en Mauritanie où Malouma Mint Meidah (المعلومة بنت الميداح), membre du parti du Rassemblement des forces démocratiques (حزب التكتل من أجل الديموقراطية), a été élue en 2006, sans renoncer  pour autant à sa carrière artistique.

La politique n’est pas une vocation tardive pour cette femme qui milite dans les rangs de la gauche arabe depuis le milieu des années 1980. Soutien du chef de l’opposition, Ahmad Ould Daddah, « l’ami du peuple » comme elle le nomme dans une des chansons, cette appartenance politique la place aujourd’hui plus que jamais dans l’opposition après le coup d’Etat du général Mohamed Ould Abdel Aziz en août dernier.

Aussi rebelle en musique qu’en politique, la « diva des sables » ne se contente pas de reprendre les traditions musicales perpétuées par sa famille, originaire du sud du pays. Au contraire, elle contribue à cette « contemporanisation de la tradition » (عصرنة التراث) qui caractérise la modernité arabe contemporaine et propose un nouveau blues africain, dans lequel les maqamât (modes) à la fois berbères et arabes typiques de la musique des « blancs » (البيضان) mauritaniens se marient aux rythmes africains (plus de détails pour les arabophones dans cet entretien publié par Al-Quds al-‘arabi).

Modernisé dans son langage musical, ce protest song d’aujourd’hui est aussi l’expression actuelle d’un placement politique qui s’inscrit dans l’histoire du pays. Dans l’entretien déjà cité, Malouma explique que le chant a toujours constitué en Mauritanie – du moins jusqu’à l’arrivée des télévisions satellitaires – une forme de contestation politique, une sorte de « quatrième pouvoir » dans une société sans médias.

Impossible de résumer en quelques lignes l’histoire mouvementée – 15 coups d’Etat tout de même – de la Mauritanie depuis son accession à l’indépendance en 1960. Toutefois, après avoir souligné dans un précédent billet combien les choses étaient en train de changer pour les femmes dans la péninsule Arabique, le cas de ce pays de la façade occidentale du monde arabe n’est pas sans intérêt. Selon un jeune chercheur local interviewé dans Elaph (en arabe), elles représentaient, avant le coup d’Etat de 2008, 18 % des membres du Parlement (soit le chiffre actuel pour la France), et 33 % des élues locales.

« Fille » de cette émancipation menée depuis l’indépendance, Malouma n’en considère pas moins, comme d’autres observateurs, que la place des femmes dans la vie politique mauritanienne tient également aux traditions de ce pays où la femme occupe, depuis toujours, une place assez éloignée de celle que l’imaginaire français se fabrique des sociétés musulmanes, à grands coups de manipulations journalistiques.

Tenue à l’écart des ondes nationales, Malouma s’est vu confisquer en mai dernier, à la frontière mauritanienne, les CD qu’elle venait de faire presser au Sénégal. Il faut dire que ses nouvelles chansons se montraient fort critiques des autorités issues du dernier coup d’Etat en date… De quoi contredire les propos pessimistes que la chanteuse tient sur elle-même et sur le rôle de la chanson engagée dans une société désormais profondément irriguée par les médias modernes (y compris internet qui constitue un des éléments de contre-pouvoir, voir cet article sur le site Menassat (cet article parmi d’autres)

Vous trouverez ici une vidéo qui permet de se faire une bonne idée du “blues à la mauritanienne”, et des extraits d’Al-Jazeera, en anglais (2’30) et en arabe (1’30, avec une très belle bande son). Des extraits, uniquement musicaux cette fois mais encore meilleurs à mon avis, en suivant ce lien. Je ne peux que vous recommander d’écouter les extraits de  Nebine et Yarab, sublimes prières modernes à faire se damner Caroline Fourest et Philippe Val réunis ! (pour acheter le disque, auquel a participé Bojan Z, une référence tout de même, c’est ici).
Bonne écoute !

Mahmoud Darwich : le feuilleton d’un héritage

Peu avant sa mort en août dernier, Mahmoud Darwich aurait confié à ses proches qu’il avait un recueil prêt à être publié. Son frère, avec un petit groupe d’amis, en a donc cherché la trace dans les papiers du poète et a trouvé, de fait, différentes ébauches, ainsi que des poèmes plus achevés.

Que faire pour la publication ? Sirine Hulayla (ض (سيرين حليلة) a rapporté récemment les questions qui se sont alors posées à ce « comité des amis ». Bon nombre d’entre eux pensaient qu’il ne fallait retenir que les textes clairement achevés. Mais le romancier libanais Elias Khoury a fini par convaincre tout le monde en expliquant que, s’il fallait donner aux lecteurs la possibilité de découvrir ces derniers textes, personne ne pouvait prendre la place du poète disparu. Il convenait donc de donner au public l’intégralité des textes, sans y toucher. Cependant, cette publication posthume ne devrait pas paraître comme un recueil (dîwân) à l’égal des précédents, mais, au contraire, sous un titre différent, Les derniers poèmes, pour bien marquer son caractère inachevé.

Trois mois à peine après cette décision, Riad El-Rayyes, l’éditeur exclusif de Mahmoud Darwish depuis le début des années 1990, mettait sur le marché (à la mi-mars) ce nouveau livre du poète palestinien : Je ne veux pas de fin à ce poème… (لا أريد لهذه القصيدة ان تنتهي ). Le titre, reprenant celui de la pièce la plus aboutie du volume, n’est pas celui de l’auteur à qui la mort n’a pas laissé le temps de donner la touche finale à son texte. C’est le choix d’Elias Khoury, qui a donné les textes à l’éditeur (un peu plus de 150 pages, une trentaine de pièces) et qui a accompagné la publication d’un petit opuscule d’une trentaine de pages dans lequel il explique aux lecteurs les conditions qui ont permis que soient retrouvés ces textes.

Les problèmes ont commencé lorsqu’un certain nombre de poètes – Shoukri Bazzi (شوقي بزيع) dans Al-Hayat, Muhammad Shams Al-din (محمد علي شمس الدين ) dans le Safîr entre autres – ont fait part de leur étonnement en découvrant dans le texte plus d’une faute, notamment au niveau de la prosodie.

En effet, si une partie importante de la poésie arabe contemporaine relève aujourd’hui de ce qu’on appelle en français le vers libre, Mahmoud Darwich pratiquait quant à lui le « poème cadencé », c’est-à-dire cette écriture poétique qui s’est diffusée dans le monde arabe avec l’école irakienne des années 1950 et qui, tout en se libérant de nombre des conventions poétiques de l’âge classique, n’en conserve pas moins une part important de ses règles rythmiques fondées sur une alternance codifiée de séquences brèves et longues.

Pour certains, c’est bien mal servir la mémoire du poète disparu que de publier un recueil aussi fautif. Et la critique s’adresse donc à ceux qui sont à l’origine de la publication, à commencer par celui qui en a publiquement endossé la responsabilité en accompagnant les poèmes de son propre texte, à savoir Elias Khoury. Lequel n’est sans doute pas étranger à un plaidoyer que publie alors Al-Hayat où il est affirmé, à grand renfort d’interprétations savantes – rendues possibles par le fait que le système graphique de l’arabe autorise plusieurs lectures – que « Mahmoud Darwich ne se trompait pas ! » [sur les questions de prosodie en tout cas…]

Sans doute, mais le texte n’en est pas moins bourré de fautes, répond ironiquement Shoukri Bazzi à celle qui a eu la maladresse d’indiquer dans son article qu’elle a eu accès au texte original. Car tel est bien le problème pour Riyad El-Rayyes (رياض الريس), une des parties potentiellement « responsables » des erreurs qui entachent la réputation du poète palestinien. Dans une tribune publique, reprise par plusieurs quotidiens, le responsable de cette très grande maison d’édition rappelle que Darwich corrigeait attentivement les épreuves qu’il lui soumettait, et qu’il travaillait à partir du texte original fourni par l’auteur. Or, malgré ses demandes réitérées auprès d’Elias Khoury, il ne lui a pas été possible d’obtenir copie de ce texte original et il a donc dû se contenter d’une version électronique, publiée telle quelle. Quant au texte d’Elias Khoury, Rayyes explique qu’il lui a fallu batailler ferme pour qu’il soit imprimé à part, et non pas sous forme de préface ou de postface au recueil, ce qui ne s’était jamais produit du vivant de Darwich. Enfin, Rayyes regrette publiquement que le « comité des amis » ait confié l’édition de ce volume à quelqu’un qui a fini par se l’accaparer, et affirme envisager une nouvelle publication du volume, corrigé, et cette fois sans le commentaire d’Elias Khoury, bien entendu !

Bien entendu, ce que recouvre en réalité cette polémique, c’est la question (trop classique) de l’héritage non pas esthétique mais moral et politique de Mahmoud Darwich. Et ce qui est reproché à Elias Khoury, c’est d’avoir tenté de s’approprier symboliquement l’héritage littéraire de cette très grande figure des lettres arabes, ou pour le moins d’avoir donné l’impression de vouloir le faire.

Triste feuilleton du petit monde des lettres, qui n’est pas vraiment à la hauteur de la mémoire de ce très grand poète et qui révèle surtout combien le monde arabe est à la recherche de figures dans lesquelles il puisse se reconnaître.

Une polémique qui risque de se répéter dans quelques mois, lors du prochain ramadan, si, comme annoncé dans la presse dès novembre dernier, Faris Ibrahim mène son projet jusqu’à son terme. Spécialiste des séries télévisées construites autour de la biographie de célébrités culturelles arabes (les chanteuses Oum Kalthoum et Esmahane, le poète Nizar Qabbani), le producteur et acteur syrien a en effet en projet une version télévisée de la vie de celui qui a incarné l’affirmation palestinienne. Le tournage n’a pas commencé que déjà, sur Facebook, on se mobilise contre un tel projet.

L’héritage de Mahmoud Darwich risque fort de tourner au mauvais feuilleton…

Reste le souvenir de cette icône de la poésie arabe moderne, que l’on voit sur cette vidéo éclater en sanglots lors d’une lecture publique à Tunis, au souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour une cause à qui manque cruellement cette voix.