Misère des trop riches médias arabes (2) : la toute-puissance du Golfe

médiassoudiens

Vingtième fortune mondiale d’après Bloomberg, trente-cinquième « seulement » pour Forbes, al-Walid Ibn Talal devrait s’en remettre. Tout de même, l’année commence fort mal pour lui. Comme tout (bon) Saoudien, le prince Al-Walid est certainement très touché par la mort, à 91 ans, du roi Abdallah. Mais la révolution de palais opérée avec l’arrivée sur le trône de Salman, son oncle, n’est pas non plus une très bonne nouvelle pour lui. Non pas à cause de la disgrâce, depuis longtemps prononcée, de son propre père, Talal, vingtième fils du roi Abdulaziz, définitivement privé du moindre espoir politique depuis qu’il a émis (il y a très longtemps) l’idée saugrenue d’une constitution pour son pays. Non, les vrais soucis du richissime prince saoudien sont davantage liés à la composition du nouveau gouvernement de son pays. Il l’a d’ailleurs signalé à sa façon sur Twitter (une société où il a injecté 300 millions de dollars) en proclamant haut et fort son allégeance à ses oncles, le nouveau roi et le prince héritier, mais en se contentant de féliciter, sans plus par conséquent, son cousin, Mohamed bin Nayef, nommé au poste de ministre de l’Intérieur. Une réaction très observée dans le monde arabe (son message a ainsi renvoyé plus de 10 000 fois).

Beaucoup moins commentée, mais tout aussi désagréable pour le patron de Rotana, première société arabe dans l’industrie audiovisuelle, est la nomination, au ministère de la Culture et de l’Information, d’un rival, le roturier Adel El-Toraifi. Spécialiste de l’Iran, le nouveau patron des médias saoudiens a en effet longtemps travaillé comme directeur général de la chaîne d’information Al-Arabiyya. Une promotion qui n’est pas forcément étrangère à la fermeture, quelques heures après son lancement, de la nouvelle chaîne d’information Al-Arab. Si tous les détails de cette censure peu commune ne sont pas connus, il ne fait aucun doute en tout cas que cette extraordinaire décision, après des mois de préparation et un gros lancement publicitaire, n’a été prise qu’après consultation des autorités saoudiennes. En effet, depuis qu’elles ont sauvé la dynastie au pouvoir en volant militairement à son secours au plus fort du « Printemps arabe », ces autorités ont la haute main sur tout ce qui se passe à Bahreïn, le petit émirat où Al-Walid Ibn Talal et son équipe ont eu l’étrange idée, il y a des mois de cela il est vrai, d’installer leur nouvelle chaîne.

On a toutes les raisons de penser par conséquent que la fermeture d’Al-Arab, parce qu’elle aurait diffusé dans son premier journal quelques minutes d’entretien avec un des responsables de l’opposition, n’est qu’un grossier prétexte, en plus d’être un affront difficile à avaler pour Al-walid Ibn Talal. En effet, le rédacteur en chef de la chaîne, Jamal Khashoggi, a fait part depuis des mois de ses intentions « libérales », précisément en prenant comme exemple la possible présence, sur les plateaux de la chaîne, d’opposants bahreinis. Avec autant d’argent en jeu, on peine à croire, surtout dans le contexte régional, que personne n’ait pris le temps de tracer soigneusement les lignes rouges à ne pas franchir.

A côté de cet échec retentissant, le lancement d’Al-Araby, une semaine plus tôt, apparaît comme une immense réussite. Placée sous l’égide du Palestien Azmi Bishara, Al-Araby propose une programmation généraliste avec des émissions musicales, des talk-shows, des feuilletons (plutôt de qualité), le tout essentiellement à destination de cette jeunesse arabe qui a vécu de si fols espoirs au début de l’année 2011. Par conséquent, rien à voir en principe avec Al-Jazeera, la première chaîne d’information dans le monde arabe, si ce n’est que l’une et l’autre sont entièrement adossées à la puissance financière de l’Emirat du Qatar. Et de fait, si la nouvelle chaîne orientée jeunesse a pour objectif de corriger l’image du très riche émirat dans l’opinion arabe (voir ce précédent billet, il y a un peu moins d’un mois), les premiers commentaires sur sa ligne éditoriale, avec son soutien très patent aux Frères musulmans notamment, montre qu’elle sera, tout autant qu’Al-Jazeera, le reflet fidèle de ses objectifs politiques.

Arabie saoudite, Bahreïn, Qatar : la scène médiatique arabe continue à se jouer pour l’essentiel entre gros potentats des pays du Golfe… Et les nouvelles, ailleurs dans la région, ne poussent pas à l’optimisme. En effet, le quotidien beyrouthin Al-Akhbar se faisait aujourd’hui l’écho de rumeurs à propos d’une possible fusion entre les trois principales chaînes, au sein du camp du 14-mars, à savoir Future TV, MTV et la LBC (par ailleurs étranglée financièrement par la société Rotana de Walid Ibn Talal). Les difficultés financières des chaînes libanaises, une situation qu’on retrouve peu ou prou en Egypte, annoncent toujours plus de concentration médiatique péninsulaire…

Des « chaînes » sur les médias arabes : de la place pour Al-Mayadeen ?

"Canal Al-Mayadeen : la réalité telle quelle." (Ghassan Ben Jeddou, président du CA de la chaîne et directeur des programmes)

Au temps des médias sociaux, les « vieux » médias ne doivent pas être enterrés trop vite ! Dans le monde arabe, plusieurs événements viennent de nous le rappeler. À Doha – capitale du Qatar et de l’information télévisée arabe car c’est le siège d’Al-Jazeera – s’est tenue tout récemment la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe. De nouvelles sanctions ont été demandées à l’encontre de la Syrie et, parmi celles-ci, l’interdiction de toutes les chaînes télévisées syriennes diffusées sur les satellites Arabsat et Nilesat (toutes, cela veut dire y compris Syrian Drama, même si sa programmation ne comporte que des feuilletons). Juridiquement, Nilesat est la propriété d’une société privée égyptienne qui, dans les limites du droit commercial, peut faire ce que bon lui semble. Pour Arabsat, c’est plus compliqué car le satellite est une joint venture entre les différents Etats arabes, à laquelle la Syrie est naturellement associée. Mais depuis novembre dernier la Syrie est « provisoirement exclue » de la Ligue (une décision sans précédent, si ce n’est celui de l’exclusion de l’Egypte à la suite des accords de Camp David). Juridiquement, l’affaire va être compliquée.

On l’a un peu oublié mais en septembre dernier l’Union européenne avait déjà pris des mesures similaires contre le ministère de l’Information syrien mais également contre une chaîne locale, Addounia TV, accusée d’inciter à la violence et retirée du satellite Hotbird, propriété d’Eutelsat. (Sans oublier l’interdiction de la chaîne palestinienne Al-Aqsa par le CSA français en 2010, ou celle plus ancienne encore d’Al-Manar, par le CSA à nouveau mais également dans d’autres pays comme les USA, l’Espagne ou l’Allemagne.) Autant de bannissements qui, pour certains, constituent une sérieuse limitation au droit à la diversité d’opinion, même s’il existe bien entendu des solutions de rechange, les satellites russes ou iraniens pour les Syriens, ou encore internet. Ce qui vient de se passer à Doha fait malgré tout remonter à la mémoire une autre réunion de la même Ligue arabe, en février 2008, lorsque les ministres de l’Intérieur du monde arabe tentèrent d’imposer une « charte de bonne conduite », qui ne présageait rien de bon pour la liberté de l’information (à l’époque seul ou presque Qatar s’y était opposé !). Le « printemps arabe » est passé mais les mauvaises habitudes perdurent… Nouveaux médias en ligne ou pas, ces décisions officielles confirment que la télévision est en première ligne dans les conflits géopolitiques régionaux.

Dans ce contexte, on annonce le lancement la semaine prochaine, à Beyrouth, d’Al-Mayadeen. A première vue, la nouvelle chaîne d’information va avoir du mal à trouver sa place, « coincée » qu’elle est entre les deux actuels mammouths de l’info, Al-Jazeera (Qatar) et Al-Arabiya (Arabie saoudite) d’un côté et, de l’autre, les deux mastodontes en puissance, Sky News Arabia que vient de lancer à Dubai News Corp, le groupe de Rupert Murdoch, et Al-Arab, le projet d’Al-Waleed bin Talal, patron du groupe Rotana, annoncé pour novembre prochain à Manama. On suppose que ses moyens ne lui permettront pas de jouer dans la catégorie des poids lourds, même si les informations sur son financement sont plus que lacunaires. Cinq cents employés (dont 125 journalistes), un siège provisoire dans la banlieue sud (pas vraiment le quartier branché de la capitale libanaise), des bureaux au Caire et à Tunis pour le monde arabe, à Damas aussi semble-t-il, Téhéran, Washington, New York, Londres et Moscou pour le reste, un réseau de correspondants dans toute la région avec un effort particulier pour la Palestine… Des moyens existent tout de même, en provenance selon certains de l’Iran, de la Syrie et du Hezbollah, quand d’autres affirment qu’ils proviennent au contraire du Qatar, de la Turquie et de quelques hommes d’affaires du Golfe. Deux hypothèses parfaitement opposées, qui s’accordent néanmoins sur l’essentiel : « printemps arabe » ou pas, aucun projet médiatique arabe d’envergure ne peut voir le jour sans appuis politico-financiers…

Même sans informations précises sur les bailleurs de fonds, on n’a pas trop de mal à deviner le créneau que Al-Mayadeen va chercher à occuper dans le paysage médiatique panarabe. Son rédacteur en chef n’est autre que Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو). Panarabiste convaincu, cette étoile des médias arabes, réputée proche du Hezbollah, a démissionné avec fracas en avril 2011 d’Al-Jazeera auquel il reprochait une couverture des soulèvements arabes à la fois trop discrète sur la répression au Bahreïn et trop tonitruante dans le cas syrien… Même profil pour Sami Kleib (سامي كليب), parti lui aussi en claquant la porte de la chaîne qatarie, ou pour le reste de l’équipe qui compte, entre autres recrues prestigieuses, Zahi Wahbé (زاهي وهبي) pour la culture et George Galloway, l’étonnant député propalestinien de la Chambres des Communes !

Krayyem, Kleib and bin Jiddo, conférence de presse, juillet 2011 (source : The Daily Star: http://www.dailystar.com.lb)

L’équipe ne serait pas complète sans Nayef Krayyem, dont la présence dans le trio fondateur lors d’une conférence de presse en juillet dernier interroge. Le Directeur général (General Manager) d’Al-Mayadeen est en effet un ancien haut responsable d’Al-Manar, ce que rappelle le site nord-américain très conservateur Pjmedia, qui s’étrangle de constater que les bureaux de cette chaîne « liée au Hezbollah » ne seront qu’à « quelques blocs de la Maison Blanche » ! En oubliant de mentionner tout de même que Krayyem, à l’itinéraire sans doute un peu sinueux, a quitté Al-Manar, en assez mauvais termes d’ailleurs, depuis une bonne dizaine d’années…

Al-Mayadeen (الميادين), en arabe, cela peut signifier « les domaines », « les sujets » mais également « les places », une référence parfaitement assumée aux grandes places qui, au Caire ou ailleurs, ont été le théâtre des divers soulèvements arabes. A l’heure où l’étoile d’Al-Jazeera pâlit (voir aussi cet article en anglais de Vivian Salama), on peut imaginer, même si le pari est audacieux, qu’il y a de fait de la place, pour une chaîne comme Al-Mayadeen dans le paysage quelque peu « enchaîné », par l’argent et la politique, de l’information télévisée arabe.

And the winner is… Manama ! La future chaîne Al-Arab s’installe à Bahreïn (2/3)

And the winner is… Manama ! Après avoir fait parler de lui en rejoignant le capital de Twitter (voir billet précédent), Waleed ben Talal défraie à nouveau la chronique en annonçant, à la surprise générale, que sa chaîne d’information, Al-Arab, émettra depuis Manama. En réalité, la capitale du micro-Etat insulaire de Bahreïn touche un double jackpot puisque qu’elle deviendra également le siège du groupe Rotana, le fleuron du groupe Kingdom Holdings, propriété de la première fortune arabe.

Certes, le paysage télévisuel arabe est en plein renouvellement, et l’année qui vient de commencer verra la création d’autres chaînes d’information importantes : à Beyrouth, Al-Mayadin, avec l’ancien présentateur vedette d’Al-Jazeera, Ghassan Ben Jiddou, mais surtout, à Abu Dhabi, la Sky Arabic de Rupert Murdoch (un partenaire en affaires du prince al-Waleed). Néanmoins, aucun projet n’attire autant l’attention que le lancement d’une chaîne d’information par un groupe jusque-là étroitement spécialisé dans le media & entertainment, et dirigé par un homme qui, année après année, figure en tête du classement des personnalités arabes les plus influentes.

On parlait beaucoup de Dubaï pour la future chaîne Al-Arab, à la rigueur d’Abu Dhabi, certains évoquaient Beyrouth ; pour finir, c’est Manama qui a été retenue. Un choix tout de même assez étonnant, aujourd’hui plus que jamais. A Bahreïn, on n’a jamais beaucoup aimé les médias : le contexte politique et juridique du pays n’y a jamais favorisé les grandes entreprises de presse (seule  exception, peu glorieuse, CNN Arabic au temps de la seconde Guerre du Golfe). Mais depuis les soulèvements du printemps arabe bahreini en mars dernier, matés grâce à l’intervention des troupes « du Golfe » (et en réalité saoudiennes), la situation a tragiquement empiré (article en arabe) avec la mort en prison de Karim Fakhrawi, le fondateur d’Al-Wasat, principal (et unique) quotidien d’opposition, et d’incessantes condamnations – sous le regard en général distrait des médias internationaux – de journalistes, de blogueurs et même de photographes…

Comment justifier pareille décision de la part d’un homme d’affaires aussi avisé que Waleed ben Talal ? Mis à part le discours un peu délirant des Bahreinis, convaincus que leur petit pays offre vraiment les meilleures conditions possibles au lancement d’un projet d’une telle envergure, la plupart des explications mettent en avant la volonté des autorités saoudiennes de soutenir économiquement l’émirat voisin. Une lecture qui n’est pas vraiment convaincante, c’est le moins qu’on puisse dire.

Fondamentalement, on peut penser que Manama a été retenue faute de mieux, les autres capitales possibles offrant, paradoxalement, encore plus de désavantages. Beyrouth, où la société Rotanna n’a pas que des bons souvenirs, a certainement vu les arguments en sa faveur contrebalancés par un climat régional particulièrement instable… La capitale égyptienne, de toute manière beaucoup moins centrale par rapport à la stratégie du groupe, ne pouvait être retenue pour les mêmes raisons. Un moment semble-t-il intéressées (voir cet article  en arabe), les autorités qataries ne sont pas allées jusqu’à faire une offre irrésistible pour attirer chez elles la nouvelle chaîne. Il faut dire qu’une installation à Doha, le siège d’Al-Jazeera, la principale concurrente, n’avait guère de sens par rapport aux projets d’un homme comme Waleed ben Talal, connu aussi bien pour ses exigences professionnelles que pour ses ambitions politiques.

Cette double qualité rendait également impossible l’association du prince saoudien avec Rupert Murdoch. La réputation du tycoon australo-américain est de plus en plus sulfureuse depuis ses démêlées avec la justice anglaise à la suite de l’affaire des écoutes téléphoniques. Prévue pour le printemps prochain, l’ouverture de Sky Arabia à Abu Dhabi ne se présente pas non plus sous les meilleurs auspices, du point de vue professionnel. Trop connu pour ses idées conservatrices, et ses sympathies sionistes, Murdoch n’est donc plus un aussi bon choix pour Al-Waleed ben Talal qui se pose depuis toujours en libéral, manifestant régulièrement son désir de voir évoluer la société saoudienne, comme le montrent à l’envi ses prises de position publiques à propos de nombreuses questions de société : l’émancipation des femmes, la question du cinéma, et tout simplement le choix du divertissement comme assise économique de son groupe médiatique.

Des raisons similaires ont dû provoquer le rejet de Dubaï, après celui de Beyrouth, du Caire, de Doha et d’Abu Dhabi. La capitale économique des Emirats est en effet le siège d’Al-Arabiyya, la seconde chaîne d’information régionale après Al-Jazeera. S’il est vrai que le lancement prochain d’Al-Arab par le « milliardaire libéral saoudien » répond bien à des objectifs politiques, Dubaï n’est plus une localisation souhaitable puisqu’elle est déjà le siège d’une chaîne… saoudienne : Al-Arabiya est en effet la propriété de cheikh Waleed Bin Ibrahim Al Brahim, à la tête du groupe MBC auquel la famille royale saoudienne est loin d’être étrangère… A Manama en revanche, où Al-Jazeera n’a même plus de bureaux depuis qu’ils ont été fermés en mai dernier, le champ est libre pour une nouvelle chaîne, surtout si elle est capable de se positionner sur un nouveau créneau.

Et telle semble bien être la stratégie retenue par Waleed ben Talal pour la future « voix des Arabes ». Au tout début du projet, dont on parle en réalité depuis juin 2010 au moins,  il avait été prévu que la chaîne, en principe spécialisée dans le divertissement léger, représenterait un courant « modéré ». Très vite, l’inflexion « libérale » – au sens (américano-) saoudien du terme – est devenue apparente, en particulier avec le choix de Jamal Kashoggi, un vrai professionnel de la presse écrite.  A peine remercié par ses « patrons » au ministère de l’Information du Royaume, l’ex-rédacteur en chef du quotidien Al-Watan, coupable d’être un peu trop critique, a été récupéré pour prendre la direction de la future Al-Arab. Un chaîne dont le prince a récemment annoncé qu’elle serait désormais « au service du développement humain et économique de la région, dans le cadre de la démocratie qui en découlerait » (ستخدم كل العرب وقضاياهم وستساهم في التنمية البشرية والاقتصادية في اطار الديموقراطية التي ستتبعها ).

Le « printemps arabe » est passé par là. En principe, Al-Arab devrait commencer à émettre le 12/12/2012 : on devrait donc en reparler à l’occasion des vœux pour la prochaine année. Rendez-vous dans un an ! (Pas de souci, il y aura d’autres billets d’ici là…)