Le drapeau saoudien flotte sur les téléréalités arabes

hazemsharif

Plus se creusent les fractures politiques du monde arabe, et plus apparaît la partialité de ses grands médias régionaux, médiocres relais des puissances politiques et financières qui les gouvernent. Mais ce constat, on le fait en général à partir de l’observation des seules chaînes d’information telles qu’Al-Jazeera ou Al-Arabiyya, alors qu’il conviendrait de l’élargir à l’ensemble du paysage audiovisuel. En effet, il faut comprendre au contraire que le contrôle de la scène médiatique arabophone par les acteurs du Golfe produit un discours de domination qui est loin de se réduire au seul commentaire politique. Tout autant qu’à travers les récits des journaux télévisés, les grandes chaînes arabes s’emploient avec une belle énergie à diffuser, à travers toutes sortes d’émissions de divertissement, une certaine idée du monde (arabe). Largement inspirés des modèles du marché global, différents concours où le public vote, par le biais de SMS, pour des candidats amateurs sélectionnés semaine après semaine offrent ainsi l’étrange spectacle d’une nation unie dans une même ferveur cathodique, alors que les guerres déchirent toute une région qui s’approche toujours davantage du gouffre.

Il faut dire que l’industrie du diverstissement reste une très bonne affaire. Bien plus que les enjeux artistiques, parfois dénoncés par des candidats soumis à des conditions léonines de la part des producteurs, Star Academy et Super Star autrefois, et aujourd’hui – privilège ou presque de la saoudienne MBC – des émissions telles que Arabs’ Got Talents (depuis 2011), The Voice/Ahlâ Sawt (depuis 2012) ou encore Arab Idol/Mahbûb al-‘Arab (depuis 2012 également) sont une occasion, à proprement parler « en or », de gagner beaucoup d’argent. Grâce aux publicités bien entendu mais plus encore avec les messages électroniques envoyés par téléphone, messages dont les revenus (soigneusement tenus secrets) sont partagés entre les opérateurs téléphoniques et les chaînes qui les font travailler. On remarque d’ailleurs qu’il n’y a pas de frontières dans cet univers béni du business as usual des télécommunications globales : lors de la dernière version d’Arab Idol tournée à Beyrouth, la chaîne Syriatel (propriété d’un homme très proche du régime en principe soumis à un strict contrôle financier international) a ainsi appelé ses abonnés, pour son plus grand profit et celui de la chaîne saoudienne MBC, à voter en masse pour le candidat syrien.

Et c’est d’ailleurs ce dernier qui a triomphé de ses deux rivaux (dont un Saoudien). Pas vraiment contre toute attente car sa victoire était pronostiquée par les spécialistes depuis plusieurs semaines. D’ailleurs, on remarque que les grands perdants de la géopolitique arabe sont souvent les gagnants de ces divertissements télévisés, comme s’il fallait leur donner une sorte de compensation symbolique, une « victoire pour rire » en somme, dans le « Grand Jeu » géopolitique régional. Au temps de Star Academy, on a eu ainsi Shadha Hassoun en 2010 (voir ce billet), au plus fort de la catastrophe irakienne, et durant la précédente saison d’Arab Idol, le Palestinien Mohammed Assaf (autre billet), venu de Gaza qui avait subi en 2012, une fois de plus, les foudres de l’armée israélienne (opération « Pilier de défense »). Une autre explication, qui peut croiser la première d’ailleurs, serait de souligner le rôle d’une forte mobilisation nationale en temps de crise grave, alliée à une sympathie des « votants » pour les « frères arabes » les plus faibles, les « damnés de l’histoire », comme une sorte de revanche commune contre les nantis (du Golfe) et tous ceux qui s’acharnent à briser le « rêve arabe »…

Victoire de prestige ou encore « victoire pour de rire » si on ose dire, le triomphe du Syrien Hazem Sharif à l’émission Arab Idol, fleuron du business entertainment saoudien, est par certains aspects une affaire hautement politique. Et ce qui a permis de s’en rendre compte, une fois de plus car c’est un thème récurrent dans l’actualité, c’est la question de l’emblème national. Rompant avec toutes les traditions du genre, qui veulent que l’heureux élu des téléspectateurs brandisse bien haut son drapeau national tout en se livrant au traditionnel couplet sur la « grande nation arabe », le candidat alépin a certes dédié sa victoire à son peuple et à son pays, mais sans sortir le moindre oriflamme. Pas plus le drapeau aux trois étoiles du régime, que celui à deux étoiles de l’opposition (ou même le tristement célèbre drapeau noir de l’Etat islamique)…

Certains ont salué cette habile neutralité, par ailleurs conforme à ses déclarations tout au long des éliminations durant lesquelles Hazim Sharif s’est bien gardé de prendre parti pour tel ou tel camp, histoire de se concilier le soutien de tous. Manière de renchérir sur la nécessaire unité nationale ont même ajouté certains, le choix d’une bannière excluant automatiquement, dans les circontstances actuelles, tous les partisans d’une autre. Tout le monde ne l’a pas vu ainsi cependant. Sur les réseaux sociaux, qui ont bien entendu largement commenté l’affaire, des opposants ont considéré que le refus de brandir le symbole national était évidemment une manière de défier le régime officiel. L’autre camp a sa propre explication : si Hazem Sharif n’a pas sorti le drapeau syrien, c’est qu’il en a été empêché par une chaîne tenue par un pays, l’Arabie saoudite, qui finance les bandes terroristes ravageant le pays depuis bientôt trois ans.

Ceux qui pensent ainsi doivent être assez nombreux car le candidat syrien a visiblement bénéficié d’un fort appui dans son pays. On peut le constater naturellement aux nombreux messages qui ont assuré, en plus de ses qualités artistiques, son élection cathodique. Mais aussi, et contrairement à ce qu’écrit le décidément très partial L’Orient-Le Jour, on a pu voir que la télévision syrienne a retransmis en long et en large les manifestations de joie qui ont accompagné, toute la nuit paraît-il, la victoire du candidat syrien (alors que la chaîne saoudienne en a fait le moins possible, au contraire, se contentant de quelques brèves images). A Damas, comme on peut se l’imaginer, mais également dans la ville natale de la nouvelle « idole des Arabes », Alep. Ou plus exactement dans la partie sous le contrôle de l’armée syrienne où l’événement a été fêté à grand renfort de coups de feu en l’air et même avec quelques fusées (d’artifice). Au point que dans les zones tenues par les rebelles, où l’on ignorait (ou voulait ignorer) tout de l’affaire, ne serait-ce qu’en raison des coupures d’électricité, cette explosion soudaine de détonations a fait penser à certains miliciens qu’une offensive était lancée contre eux !

Il est en réalité assez naturel que la réussite d’un candidat syrien, ne serait-ce qu’à un jeu télévisuel, soit perçue comme une bonne nouvelle par une grande partie de la population privée par ailleurs de toute autre raison d’espérer. Et la « victoire » syrienne – qui est certainement autant le résultat du talent de Hazem Sharif que la conséquence d’un complexe écheveau d’intérêt politico-financiers – ne pouvait profiter qu’aux « autorités légitimes » du pays qui continuent à recevoir (que cela fasse plaisir ou non, c’est un fait) le soutien d’une partie très importante, et même sans doute majoritaire, de sa population. Les Saoudiens ne l’ignoraient pas d’ailleurs, eux qui ont tout fait pour minimiser l’impact de cette réussite.

On a en effet beaucoup commenté sur internet ainsi que dans les médias, l’étonnant spectacle, d’un point de vue vexillologique, de la finale d’Arab Idol. Car non seulement le candidat syrien s’est abstenu de brandir son drapeau national mais, dans le public également, on a pu constater l’absence de tout emblème syrien (alors que le même public scandait en choeur : Syrie, Syrie !) Une explication toute simple à cela : des instructions avaient été données au service d’ordre pour bannir du studio tout drapeau national, à commencer par le syrien. A une exception toutefois, celui du royaume d’Arabie saoudite qu’un appariteur venu des coulisses est venu apporter sur la scène, si bien qu’un des membres du jury, Ahlam, une chanteuse des Emirats arabes unis (!), a vainement tenté de le flanquer dans les bras du vainqueur syrien. Pas vraiment manchot, ce dernier a évité le piège en se cramponnant à son micro. Mais cent millions de téléspectateurs arabes ont tout de même pu assister à ce spectacle assez rare d’un Syrien chantant en hommage à son pays une chanson patriotique (libanaise), intitulée Behebbak ya baladi (Je t’aime ô mon pays, sous le soleil qui jamais ne disparaît…), tandis qu’on n’apercevait à l’écran que le vert du drapeau saoudien, flanqué du sabre et de la shahada !

Scène surréaliste, en vérité, mais à peine plus que la situation actuelle dans laquelle est plongée la région tout entière. Pour s’en convaincre encore un peu plus, il suffit de savoir que, parmi les « vaincus » de la finale, il y avait, outre le Saoudien, un candidat palestinien venu… de l’Etat d’Israël. Bien entendu, cela a suscité des polémiques sans fin entre ceux qui défendent l’idée d’un boycott sans faille et ceux qui estiment que les Palestiniens, fussent-ils (obligés d’être) porteurs d’une carte d’identité israélienne, conservent le droit de participer à une compétition télévisuelle arabe. De retour à Haïfa, le candidat malheureux (il n’avait de toute façon aucune chance après la victoire, l’année précédente, d’un autre Palestinien) a reçu un soutien de poids : celui du porte-parole arabophone de l’armée israélienne qui le félicitait chaudement pour sa prestation.

La géopolitique des téléréalités n’a pas fini de nous surprendre…

Ci-dessous, un lien vers la vidéo de la finale. On y voit (vers la minute 7’40) l’apparition du fameux drapeau saoudien. Je n’ai pas entré les liens vers les différents articles qui m’ont servi à écrire ce billet, mais les références sont disponibles pour ceux qui les voudraient.

Icônes et émotions :’-( [2/2] Arab Idol et ses politiques

arabidolssite

Pas d’idôlatrie au Moyen-Orient, là où les religions du Livre ont en commun de célébrer un dieu unique qui s’accommode mal de la concurrence ! Même au sens figuré, on est prié de trouver d’autres solutions pour nommer les nouvelles icônes de la pop culture globalisée. Commercialisés dans le monde arabe, les shows télévisés du type Pop Idol ou American Idol reprennent à l’identique la formule qui a fait leur succès partout dans le monde, avec toutefois quelques ruses sémantiques pour faire passer le mot tabou. Traduit en arabe, idol sent en effet quelque peu le souffre ! Quand la chaîne libanaise Future TV, au temps de sa splendeur, l’avait repris, en 2003, Pop Idol était devenu Super Star. Quand la LBC, une autre chaîne libanaise, a pris le relais, elle a commercialisé ce succès sous le nom de Star Academy pendant plusieurs saisons.

Mais la géopolitique des médias a fini par reprendre ses droits et la « Toute-Puissance » saoudienne règne sans partage sur les ondes populaires arabes depuis que la chaîne MBC (établie à Dubaï mais à capitaux saoudiens) a lancé à son tour, à la fin de l’année 2011, la version arabe de American Idol, « rebaptisée » pour les programmes arabes Mahboub al-Arab (Ceux qu’aiment les Arabes) pour éviter les reproches de cheikhs imprécateurs (article en arabe sur Al-arabiya), ce qui n’empêche pas le logo impie, Arab Idol, de s’afficher en grosses lettres latines sur les écrans. Fidèle reflet des rivalités régionales au sein de la Péninsule arabe, cette victoire symbolique des médias saoudiens a bien entendu suscité l’agacement des Qataris : dans ce pays bien connu pour la vigueur de son expression démocratique, des « manifestations spontanées » ont éclaté en novembre dernier (article en arabe dans Al-Akhbar) pour empêcher la tenue des auditions durant lesquelles les responsables du programme recrutent les concurrents en provenance de tous les horizons du monde arabe.

Le constat, démontré à l’envi par Marwan Kraidy (voir ce billet) se vérifie une fois de plus : la politique n’est jamais très loin de la téléréalité arabe… Si les émotions des tyrans déchus animent l’opinion publique (voir le précédent billet), les émotions des vedettes, « ceux qu’aiment les Arabes », constituent un ingrédient à part entière de la scène politique. La chose s’est vérifiée une fois de plus avec Arab Idol, entrée dans la phase cruciale des éliminatoires qui voient les candidats amateurs se produire devant un jury, composé de professionnels de la chanson. Rien n’est laissé au hasard dans ces spectacles télévisés réglés au millimètre. Au risque de décevoir les fans de l’émission, il faut bien se rendre compte que tout écart par rapport à la norme, tout accroc au déroulement « normal » du show, est moins un accident provoqué par une émotion souvent factice qu’un subtil montage, une mise en scène adroite d’affects individuels qui entrent en résonance avec une subjectivité collective (la fameuse « rue arabe » !)

arabidolC’est dans cet esprit qu’il faut apprécier la « sortie », il y a quelques jours à peine, d’un des membres du jury, la chanteuse des Emirats Ahlam al-Shamsi (أحلام الشامسي ), qui s’en est pris vivement à la seule candidate irakienne. Ou plutôt du « Kurdistan irakien », car c’est ainsi qu’était présentée Barwas Hussein (برواس حسين), en provenance de ce qu’on appelle en général la « province semi-autonome du nord de l’Irak ». L’occasion était trop belle pour ne pas jouer sur la fibre nationale arabe et la pauvre candidate, qui visiblement ne parle quasiment pas un mot d’arabe (elle serait venue avec un traducteur !), s’est retrouvée sur le gril – et à coup sûr grillée pour la suite du concours – lorsqu’on lui a demandé de classer ses préférences en termes d’affiliations identitaires, à savoir l’Irak ou le Kurdistan (article en anglais sur un site kurde).

Autre moment d’émotion politique, sur fond d’enthousiasme musical cette fois, celui de la prestation, quelques jours plus tôt, d’un des candidats syriens. Venu d’Alep, Abdel-Karim Hamdan (عبد الكريم حمدان) a choisi d’interpréter un mawwal, un genre musical pour lequel sa ville est devenue illustre dans tout le monde arabe, en particulier par la grâce de la voix d’un de ses plus grands interprètes, l’illustrissime Sabah Fakhri. Pour gagner les faveurs du jury et du public, le jeune Alépin a proposé un mawwal de sa composition, une complainte déchirante sur les malheurs que traverse sa ville bien aimée : Alep, fontaine de douleur qui coule dans mon pays. Quel sang versé dans mon pays. Je pleure le cœur brisé (mahrouq) sur mon pays, sur ses enfants devenus des étrangers, ô mon pays !…حلب يا نبع من الألم يمشي ببلادي، ويا كتر دم اللي انسكب ببلادي، أنا ببكي ومن قلب محروق ع بلادي، وعا ولاد اللي صاروا فيها غراب… آه يا بلادي

Naturellement, dans une ville où les destructions s’accumulent, Abdel-Karim Hamdan s’est bien gardé de prendre parti pour l’un ou l’autre des camps qui s’affrontent les armes à la main. Après un passage à la télévision qui a fait couler des torrents de larmes (près de 4 millions de visionnages sur Facebook de la vidéo proposée à la fin du billet !), tout le monde veut s’approprier cette prestation mais la page Facebook du jeune chanteur affiche une neutralité parfaite…

Et pourtant, rien n’est simple dans les identités politico-culturelles. Si l’on veut commenter le choix de ce mawwal, on peut ainsi noter qu’il est dédié à la capitale du nord de la Syrie, et donc, si l’on veut, « contre » celle du sud, Damas. Mais on peut aussi retenir le fait que le chant constitue, en soi, une prise de position, dans une ville où les fractions ultra-religieuses opposées à toute expression artistique exercent un pouvoir de facto dans certains quartiers « libérés » (article sur le site de la radiotélévision belge). Enfin, pour rendre les choses plus compliquées encore, on remarquera que le candidat alépin fait suivre sa composition personnelle d’une interprétation de قدك المياس (Adduk al-mayyas), un classique des classiques, d’origine… turque !

Après l’épisode Abdel-Karim Hamdan, le téléphage arabe a eu droit – comme une sorte d’antidote ? – à la prestation de Muhammad Assaf (محمد عساف), un jeune Gazaoui, capable de porter la keffieh (noire et blanche) illustrée en son temps par « le vieux » (Arafat), tout en déclarant qu’il ne va pas faire, lui, dans la complainte/mawwal. Son ambition ? Faire entendre la voix d’une Palestine unie, qui ne se limite pas à la chanson politique, un discours que les médias mainstream saoudiens se sont empressés de relayer bien entendu (ici, la version de la chaîne Arabiya).

Tout est déjà prévu dans le programme. On le sait par avance : jusqu’à la finale, Arab Idol va continuer à dérouler, en même temps que son chapelet de tubes à la mode, des épisodes qui exploiteront, avec plus ou moins de sincérité, les ressorts politiques des émotions arabes.

Pour les amateurs, l’émotion est au rendez-vous avec ce chant alépin. En visionnant la vidéo, vous constaterez qu’elle est aussi dans le public (la spectatrice que l’on voit en larmes, est une autre candidate syrienne).