Qui trop lève la tête finit par tomber !

têtelevée
Ici et ci-dessous : « Relève la tête, tu es Jordanien ! » Variations graphiques autour de la réutilisation de ce slogan lancé en 1956.

Lundi dernier, 45e anniversaire de la mort de Nasser, décédé le 28 septembre 1970. Une date qu’ignore la majeure partie de la presse arabe, celle qui vit des capitaux du Golfe, mais que célèbre ce qui reste de journaux fidèles à ce qu’on appelle la ‘urûba (العروبة), le nationalisme arabe, à savoir la construction politique d’une nation arabe « du Golfe à l’Océan » sur la base d’une identité partagée…

Inutile de préciser que ce projet, dans les circonstances actuelles de la région, paraît plus éloigné que jamais. À l’heure où les « frères arabes » se pilonnent les uns les autres (grâce à des armes qu’on leur vend sans trop y regarder), bien des témoignages révèlent que Nasser, le dirigeant qui l’a incarné mieux qu’aucun autre, reste inconstestablement présent dans le cœur de bien des habitants de la région. Est-ce une sorte de nostalgie pour une période où un avenir était encore possible dans la région ?  En tout cas, il se trouve des quotidiens comme Al-Safir au Liban pour se montrer lyriques en ce jour anniversaire, avec des titres comme « Nasser où es-tu ? » :

«ارفع رأسك يا أخي»
هذا صوت جمال عبد الناصر. الصوت الذي أذن بعصر عربي جديد. الصوت الذي ملأ الزمان العربي، بقامة مارد، وحرّك شعباً بقامة أمة، صَدَحت أملاً، «من المحيط إلى الخليج».

« Relève la tête mon frère ! » C’est la voix de Nasser, la voix qui annonça une ère nouvelle, qui emplit le temps des Arabes avec la carrure d’un géant, qui fit bouger un peuple en lui donnant la taille d’une nation, qui fit résonner du Golfe à l’Océan l’espoir…

tête2Une sorte d’élégie qui résonne tristement quand on s’aperçoit qu’une bonne part de la presse arabe consacre beaucoup plus de face à un fait-divers qui ne peut se comprendre cependant que si l’on a à l’esprit l’injonction de Nasser aux Arabes, lors de la nationalisation du Canal de Suez. « Relève la tête mon frère, tu es Jordanien » :  en plus d’un nouvel emblême, les communiquants du Royaume qui se veut plus hachémite que jamais (voir ce billet) n’ont guère fait preuve d’originalité en mettant sur le marché cet énième détournement du mot d’ordre nassérien. Bien d’autres l’ont fait avant eux, y compris à des fins publicitaires (une marque de bière au Liban par exemple).

Tout juste « inventé » pour redonner au pays un peu de sa fierté après la mort ignomineuse, en février dernier, d’un de ses pilotes capturé par les combattants de l’État « islamique », le slogan, partout présent dans l’espace public jordanien, aurait été tourné en dérision par une des stars régionales de la chanson, Georges Wassouf, qui donnait un concert à Amman à l’occasion de la fête du sacrifice. La chose serait sans importance si le « sultan du tarab » (duende ?) comme on le surnomme était un chanteur comme les autres. Or, outre le fait d’être Syrien, Georges Wassouf ne fait pas mystère, loin de là, de son soutien inconditionnel au régime dont il est depuis bien longtemps un des proches. Ainsi, à l’heure où nombre d’intellectuels syriens rejoignaient un soulèvement populaire dont la violence était encore absente, fin-février ou début mars 2011, lui animait les meetings organisés en soutien à Bachar El-Assad, alors même qu’il était loin d’être encore totalement remis d’une très grave maladie.

A sa manière, donc, la venue à Amman de cette icône de la chanson sanctionnait la nouvelle carte géopolitique en train de se mettre en place. Dans un des fiefs de la révolution (oui, il y a un peu d’ironie dans cette phrase), le suppôt d’un régime honni, le néanmoins très populaire Georges Wassouf animait donc les belles soirées de la très riche bourgeoisie locale. Difficile à avaler pour certains, la pilule est devenue plus amère encore lorsque la vedette, pour se débarrasser d’admirateurs un peu trop pressants, a cru bon de se moquer de l’un d’entre eux en tournant en dérision le fameux slogan du moment : (نتو على شو رافعين راسكم… رح إكسر لك راسك) « Vous êtes qui, vous, pour ‘relever la tête’ ? Tu vas voir ta gueule ! » En plus d’une éventuelle querelle de clocher entre voisins syriens et jordaniens (Wassouf est chrétien et, pour compliquer les choses, il « humilie un sunnite » !!!), l’allusion est évidente également aux profondes divisions politiques dans la région avec, d’un côté, la Syrie fidèle à son arabité et, de l’autre, une Jordanie vendue à mille et un intérêts étrangers (à commencer par Israël qui possède depuis des lustres une ambassade à Amman comme on ne l’ignore pas).

Révélée par un site d’information en ligne, l’information a fait scandale, suscitant même une intervention à la chambre des députés. Fallait-il accorder autant d’honneur à cette histoire quand tant d’horreurs se succèdent jour après jour dans cette partie du monde arabe ?  D’autant plus que Wassouf est connu pour avoir le goût de stimulants, en général liquides, qui l’empêchent souvent de rester maître de ses émotions. Il est également possible, si l’on croit les protestations du chanteur, que toute l’affaire soit largement artificielle et que les réseaux sociaux, une fois de plus, aient donné à un incident des dimensions (politiques) qu’il n’avait pas au départ.

En tout état de cause, on est manifestement tombé bien bas en ce 45e anniversaire du jour où Nasser suscitait l’enthousiasme des foules arabes avec cette phrase restée si fameuse, comme on le voit sur ces images d’un autre temps…

 

 

Ma patrie par Elissa : une version assez originale de l’arabité

Geagea-ElissaLe « Docteur Geagea » félicitant Elissa pour son hymne à la patrie arabe !

A côté de la « Tempête décisive » – nom donné par les Saoudiens à leurs bombardements sur le pauvre Yémen (plus de 1 200 victimes selon l’ONU) – la « tempête dans un verre d’eau » qu’a suscitée la dernière chanson de la Libanaise Elissa paraît sans nul doute assez futile. On peut malgré tout y consacrer quelques lignes car cette histoire affligeante de médiocrité est bien dans l’air du temps.

Tout commence par la diffusion à la fin du mois dernier, via Internet, de la dernière production de cette vedette, habituée des charts, des studios TV, ou encore des pubs pour Pepsi, lunettes de soleil et autres maillots dans les pages people de la presse spécialisée. Horreur et stupéfaction ! Celle qui fait en ce moment partie du jury de la version arabe de The X Factor sur la chaîne saoudienne MBC a jeté son dévolu sur Mawtinî (موطني/ma patrie), LA chanson patriotique arabe par excellence. Bien qu’il s’agisse paraît-il d’un très grand succès (plus de 700 000 visionnages à ce jour sur YouTube), ou plutôt à cause de cela précisément, on se déchire sur les réseaux sociaux pour applaudir cette initiative, ou pour la vouer aux gémonies…

Sans conteste, un lourd héritage historique pèse sur cette chanson écrite par le poète palestinien Ibrahim Touqan (إبراهيم طوقان) en 1936 à l’aube de la grande révolte arabe en Palestine mandataire. Elle est immédiatement mise en musique par un des frères Flayfel, les pionniers de la « chanson révolutionnaire » arabe pour reprendre le titre d’un ouvrage qui leur a été récemment consacré. Sans surprise, mais avec pas mal de lyrisme, les paroles (très mal traduites, mais au moins cela existe) s’ouvrent sur la beauté de la patrie pour enchaîner très vite sur le combat de la jeunesse qui, refusant l’occupation, « jamais ne sera esclave » !

Longtemps, le poème d’Ibrahim Touqan a servi d’hymne national officieux en Palestine, jusqu’à ce que l’OLP le remplace par Bilâdî, bilâdî (بلادي بلادي/Ô mon pays), d’autant plus facilement que les Israéliens étaient paraît-il farouchement opposés à l’ancienne version. Pour autant, Mawtinî n’allait pas disparaître des mémoires, bien au contraire. Amjad Nasser, romancier et poète né en 1955, raconte ainsi que, dans son école en Jordanie, tout le monde était persuadé qu’il s’agissait du véritable hymne national jordanien ! Jusqu’à ce que les autorités finissent par l’interdire, à partir du moment où les Irakiens allaient en faire leur propre chant patriotique. En réalité, il s’agissait encore à cette époque d’un chant homonyme mais, effectivement, en 2003 le pro-consul étasunien Paul Bremer allait décider (je n’invente rien !) pour les Irakiens que le poème du Palestinien Touqan mis en musique par le Libanais Flayhel serait dorénavant leur hymne national !

Que reproche-t-on à la version interprétée par la très photogénique Elissa ? Tout d’abord d’avoir éventuellement pillé les droits d’un autre interprète, en l’occurrence Murad Swaytî (مراد سويطي). Si les paroles et la musique de Mawtinî relèvent bien entendu du patrimoine commun, ce jeune Palestinien avait enregistré, il y a un an ou deux, une version très sentimentale du vieux chant nationaliste et c’est sur cet arrangement que lui et son producteur ont, en vain semble-t-il, tenté de faire respecter leurs droits.

Mais de toute façon, bon nombre de protestations s’élèvent en réalité contre toute prétention à faire de ce chant de révolte et de combat un hymne à la nostalgie nationale. Plus encore qu’avec Murad Swaytî, Mawtinî, dans l’adaptation faite par Elissa qui s’est depuis toujours spécialisée dans ce registre, prend des allures de bluette romantique. Pire, peut-être en raison de son accent libanais, elle massacre le très martial « T » emphatique du mot patrie, qui fait résonner dans les imaginaires arabes la patrie arabe pour en faire un petit « t » de rien du tout, comme si la belle chanteuse ne savait que se mourir d’amour (mawTinî.موطني devenant quelque chose comme mawtini/موتني…)

Derrière ces querelles, il y a en réalité un conflit bien plus important, dont le véritable enjeu est la propriété morale de ce morceau de la mémoire politique arabe du XXe siècle. En parfaite opposition avec une autre vedette libanaise, Haïfa Wehbé, qui n’hésite pas à afficher son ardente sympathie pour Hassan Nasrallah, Elissa, en effet, ne fait pas mystère de son penchant pour les idées défendues par les Forces libanaises qui ont toujours combattu, y compris par les armes, les partisans de la grande nation arabe. Pour beaucoup par conséquent, entendre celle qui avait eu naguère des paroles très peu compatissantes vis-à-vis des victimes civiles des attentats au sud de Beyrouth susurrer une mélodie sirupeuse sur le symbole du combat national arabe, c’est juste inadmissible. Et dès lors, voir que le « docteur » Geagea, actuel patron des Forces libanaises en dépit de tous ses sanglants « errements » durant la guerre civile, envoie ses félicitations à l’interprète, cela vaut confirmation, pour beaucoup, que rien de tout cela n’est dû au hasard bien au contraire.

A leurs yeux, l’égérie des jeux télévisés saoudiens n’est pas tombée par accident sous le charme de la vieille marche patriotique. Maintenant que rien ne s’oppose plus à ce qu’ils soient les nouveaux « patrons » du monde arabe, les Saoudiens et autres puissances néfastes (presque l’anagramme de naft, pétrole, en arabe) de la Péninsule arabique sont bien décidés à renouveler à leur manière, c’est-à-dire à la vider de tout contenu, la mémoire de l’arabité/arabisme (عروبة).

Improbable printemps de l’arabisme ?

ouraoubimage3ourouba (عروبة) : le mot doit se traduire à la fois par arabisme (Arab nationalism) et arabité (arabness). Apparu à la fin du XIXe, la 3ourouba relève de ce Print Capitalism théorisé par Benedict Anderson, en d’autres termes le surgissement d’une nouvelle forme d’appartenance politique sous l’influence, entre autres facteurs bien entendu, d’une nouvelle culture imprimée.

A la différence de son cousin, le panislamisme, le projet politique panarabe s’appuie sur l’existence du référent linguistico-culturel pour chercher à recréer – puisqu’il y a eu de lointains précédents historiques avec certains empires dynastiques – un ensemble politique, la Nation arabe. Alors qu’elle semble, au temps du nassérisme, plus proche que jamais de la réalisation de certains de ses objectifs, cette utopie s’effondre avec la défaite de juin 1967. Les dérives autoritaires des régimes militaires se réclamant de son idéologie (en particulier les régimes baathistes de Syrie et d’Irak) vont prolonger son agonie quelques décennies encore. Prévisible au vu de l’essor toujours plus manifeste des différents courants de l’islam politique, réformistes ou révolutionnaires, tout au long du dernier quart du siècle dernier, son acte de décès semble s’écrire sous nos yeux, précisément au cœur du croissant fertile de l’identité arabe première, avec l’essor fulgurant du « califat » de l’« Etat islamique » sous l’égide du très inquiétant al-Baghdadi.

Fin de la 3ourouba par conséquent, sous le poids cumulé de ses propres erreurs et des assauts des puissances étrangères (Israël en tête) ? Mort de cette utopie fédératrice incapable de recueillir l’adhésion des foules arabes ? A l’évidence, c’est que ce qu’affirme l’actualité de la région, depuis les succès électoraux des divers courants « islamo-nationalistes » (se réclamant de l’islam politique mais luttant dans un cadre national-étatique) jusqu’aux multiples guerres tribales (Libye, Yémen par exemple), ethniques (Kurdes d’Irak et de Syrie pour s’en tenir à ce seul cas) et bien entendu confessionnelles, avec en premier lieu l’« invention » – au sens où l’historien Eric Hobsbawm parlait de « tradition inventé – du conflit entre sunnites et chiites (après celui des chrétiens et des musulmans au temps de la guerre civile libanaise).

De fragiles signes contredisent pourtant cette fatalité (auto)destructrice. Ainsi, le fait, rarement mentionné (voir tout de même ici), que le dernier Salon du livre de Riyad, au début de l’année dernière, a vu le très improbable succès d’un essai intitulé De la signification de la 3ourouba : concepts et défis (في معنى العروبة مفاهيم وتحديات). Préfacé par le célèbre « citoyen arabe du Liban » qu’est Georges Corm, cet ouvrage réunit treize très jeunes auteurs, hommes et femmes, tous originaires… du royaume d’Arabie saoudite ! Autant de contributeurs qui n’ont bien souvent pas trente ans et qui n’appartiennent pas à la (rarement crédible) nomenklatura intellectuelle locale.

sissinasserAu moment où le berceau historique du nationalisme arabe s’enfonce dans la guerre civile et où l’espace politique premier de son expérimentation politique, l’Egypte nassérienne, doit composer avec un maréchal d’opérette qui voudrait bien être à la hauteur de son prétendu modèle, la 3ourouba ressurgit ainsi là où on ne l’attendait pas, dans les sables pétrolifères d’un royaume qui, depuis ses origines, n’a cessé de la combattre en politisant à outrance le référent religieux (rappelons que la dynastie saoudienne est née d’une OPA familiale sur le courant religieux wahhabite). Une nouvelle génération affirme avec ce livre que la 3ourouba est plus que jamais la solution politique aux actuelles guerres civiles, tribales ou confessionnelles qui déchirent le monde arabe.

Face à l’exploitation politique – attisée par nombre d’acteurs étrangers – des sous-appartenances religieuses et/ou ethniques, ils rappellent la nécessité d’une forme politique reposant sur le référent culturel identitaire arabe. Là où l’islam politique ne propose qu’une surenchère meurtrière pour la captation monopolistique du référent religieux, ils croient toujours en la vertu d’un contrat social où l’islam, dont personne n’a sur terre le droit de s’arroger la légitimité, retrouverait sa place de constituant culturel fondamental de la mosaïque humaine qu’a toujours été cette région.

Comme le dit un des auteurs en conclusion, être arabe,

cela veut dire que ton appartenance à la nation arabe est l’affirmation du lien qui t’associe à ceux qui sont de sa langue, de son histoire, de sa culture, de sa terre ; cela veut dire que tu refuses de te définir dans l’espace politique sur une base confessionnelle, en d’autres termes que tu refuses l’exploitation à des fins politiques des écoles (madhâhib) religieuses, ou encore le fait qu’on puisse considérer comme une solution possible que les intérêts d’une confession (tâ’ifa) puissent l’emporter sur ceux de la nation. Etre arabe, cela signifie empêcher que la religion soit transformée en un simple instrument de pouvoir aux mains d’une élite dirigeante qui se sert du texte sacré pour justifier sa répression, sa tyrannie. En définitive, être arabe, cela veut dire que tu luttes pour la mise en œuvre d’une Renaissance arabe totale.
يعني أن تؤكّد انتماءك الى أمة عربية تتشارك مع أبنائها اللغة والتاريخ والثقافة والحضارة والأرض، وأن ترفض تعريف نفسك في الفضاء السياسي على أساس طائفي، أي ترفض تسييس المذاهب، أو اعتبار الطائفية التي تقدّم مصالح الطائفة على مصالح الأمة هي الحل. وأن تكون عربياً يعني تنزيه الدين عن أن يتمّ تحويله الى أداة سيطرة في يد النخب الحاكمة لتبرّر قمعها واستبدادها باستخدام النص. أخيراً أن تكون عربياً هو أن تسعى ال٪ faiً ي pd h<' يشتمةn.

intellectue.clees d’Arabie saouditu crosent pouutant plus nécestaire que jamais car les référenes isenlitaires com unx, n"scoits dans la langus et l&rsquo histoirr, soet aujou d&rsquohqui bienviavanes dans la culturs deela jeuneise,usesncha sons etuses pommes, les i nombsables et;infinles famificatioes deuses réseaux sociaun.

, aujou d&rsquohqui insralméns ne Scède. ellei sont l&rsquo sonnour et l’esvoir deenour paye, la «Nmation arabn l !

h2r class=sentrynlilne">jeevenvis avec dessidlei simples

/spa" style=-color #99"6600" ic le à>inturprétur et soerce de conflies i crysablument fousoedeue, deidéchirumenes sensnfin.<

), célèbre et célbprde poer avoirrouveatement prns patit soeeemes insurrse, ost ne procès coEtre unuceuses frères l quel, qui, sortient leprégims…Ccela faia-e le deela vedette;une nouvelleAenlagome comme certains le ;iroit Caprdemens, ou bien au coEttaire os-rceela preuve qu&rsquo-e lela trahr lesisiunx,ravuglmét par enomessait quellei prmmeuses?! Ce n&rsquo est pasusi facilt àutrancher, qosi q&rsquo en neediss….<

ici<) d’une Syrionneprfuguise enTunisie. avecusessimerffectsons et mêmeuses coEttedicsioye,;ilmer men demercrevoir le rs arosi des militenes syriensidérouyraet l&rsquobimagn deenour combat dans ce pay, dont le soulèvementla oqte unrô meuellumentsimMorraet soeeemes aurres paye arabsn.<

s̫sDde Syrie.e.
Lae quiatso,uooit immédiatemene, sens même untemps deprfl e-tneumanscrprès avoir fait allssion as debileeion> dans mesavritsons/syrionn, e,rtunisionne:.
s̫sTsdeslavecBa hur l-Aissdn ou coEtreelui?.
s̫sJcz puiss…. Jcz mespuis paslavec unpissessie, qmls quisdoit!

intucloauteurs, ds foues originnx, ds foues expérmeacns et des orconlatios [ sflibiqus], e,caunsi ds foues;informatioes/our ce qui se pisse en SyrissTtout me monde di, qmtela siumation n&rsquoy, ost pas clairi,lq&rsquoion n&rsquoy, copprode rie>, maisrtuxte retrouvas quand même dans différents milceuxtunisiunl où l&rsquoion pa le mtela Syries̬ cn paye oùrtudes née e, oùrtupas granui etPctuxtoud" tseliss̬ ne prsseace mt personnns qui pa lontSavec meion mtela plus grande cersiu de, cequi mte&rsquo exfert nin ssulument mtelassiumationusyrie meumanscarabe.Ccelaaarsse ennfonation des/opiniois sflibiquea ds des>intucloauteur) : leum josité mtelagaouchxtunisiu mes̬ e,>je n&rsquoexangèrs pass̬ me crort pds à leprvsolutios/syliennt, ne lepe conaîrt pde, à causi mt ce q&rsquo e levedtureSavec mes>islamiides ut me patit as soevoirEonadha7. Lour ssuleumanièri mtusi poditionner c’est mtrdeba dr) :Vvous avzeveelis qmtedes>islamiides vousgrouveecont coim, ils lenfost neTunisi ?

islamiides̾?

urûbiyyian< informatioas ir cucons, e, qmt croient lesgsen. J&rsquosaimanusiconvedts qmelq&rsquo un dire que « lessmalfiides nurrost ne Syrie par laiba ds mtGazan . n »D/ouléumans vousSavze jamais resarlé;une cate ?

islamiidextunisiuns quiunessortiennent pas lesrutions nnaires/sylieds mans quia isenr loues frères>islamiidex ne Syrie. Et>ic j&rsquossicoelis d,rdeba dr) à lagaouchd, aux natioualistes arabse e, à lassocniréncivil [ neTunisi]e :, o-rce qmt Ce n&rsquo estmpds vous qui noes livrz, aux>islamiidex?

je je lismpds &rsquo existeace le biludaeextunisiuns paticispae, à &rsquosnationrutions nnairt ne Syrit, son plus qmt les nombrfusesnvetlativestunisiunnes poura isur les syriensire toides lesumanières poisibln. Mmans>jem&rsquoséio jeuvrrimens d, cette r;acsiont fativ,usiniaiangèrs à larualitx, ds ces poditioasusi divercesncsez lesTunisioysmpurrrapMort à &rsquosissessiaay Alors qu&rsquoson soerport ieeser que &rsquo ou;une pose refumét parprancpr).Crettesseisibiluué, cette sympathieuxte retSn plusyliez àuvoir vvecrce qmt Ce qmtrtupresseit neudaen qmt syriex,ravecrce quixte fait sof firssTsrro coEtrns deagsens quiud" risae,:t «Nmt la preids pds tal mansj&rsquossmuBa hu.n »Eit uiuvu lour ri,:t «Mmansuvurrims) unpdipdiann?n »Iilsxterpsonsae, qmt C la vaut gieux qme les>islamiidex oulq&rsquo(Israël!

islamiidex je routaient pesussulumentprempirrssCfermes, coim ple di, lesformud,bl ne conqmn, « caqui qui prifèr, lesscouriré à le imdriréunemporije ln ’une ln &rsquopaurr!n »Iitfcait bien accepler &rsquoAaurre, ut-il>islamiids̾?

jeevoudrai, qis celadd,faire toujoudscbope atemene, qm le riooeitsoz mesrort pds conclce &rsquosavance, qisrceunesdoit pds un tour pouryliezfcaice &rsquosaccepler d,ncharget d, perpjectvss…?

, le v>ic actuellumentBe.Tunisiy (enudaen qmt paye d, tranite).Jcz publd, cee articlruour leslite &rsquo un paye one>jepreme ate ce pempl,eSavce toudesusns différe ce). Se>jem&rsquo exp irimanuss, &rsquor oucaunsi prrce qmtj&rsquossmurce bean payeau qmlu>je sohmaate unuco deboo,memiploux,grârce à deaplods rmaumene humaines…?

intuunea categorymredpds categor- panarabnudgn-aramismnudgn-aramateudgndebrayeudgnmredologieudgnpra tempn-arabeudgnprebeax- sociauxudgn-revolution-arabxudgnrtir"> i h2r class=sentrynlilne">uca a : &rsquo « invension »prerouvlmét s monde arab?

ifta capsion class=wpe capsio- tex">Scoimapr (c liqrer pournagra rr) Iettuunea fai-;ilpsesprutions es?!LceuuPro 29, d, le-reqisrtrimsrtrmiple inturrogee, ourlh dewtimét d, &rsquo utopis>intuunet, staoimee, à leluemièr dearuPérementi quidd, onerhtrolmns dans ce monde arace e, mes coimeemaprealq’iye ee, oscimnsuour lds soevoids sflibiquns d, &rsquohtyperpchèr7. saxpremièr , prplin, « isencimn s,prvunnelqratle articlex, ee, ceimtie, qm,>jeevods propose cette debooe.br" /

muPêmu qis le iexte deapimrmaorcse).A, strer pour ceux quiunesdee, pds-forsément(enFgrarce qmt le coEtribunso> muF.-B. Huygchx ouébalimee,i

Bio jellecttle!

h3>>
/spa" style=nfos-seiz:,meedum">L&rsquosaramism, dgita!

> Aau-e l> mu lesformud,ujouonaxisliqrs,l&rsquorexpressior «pra tempe arabn   fai-miplesseit?EEn &rsquopaurrlsxtormes, y e-t;il effectvsimee,;une coi;une arcimpriibique « aracn » à cesruPérementi qus,uvlusrcessforces trèsaarsmées, ee, pour thâatlepracont dea paye aunsi difmpieins qis leTunisiyca MBagrebs,l’ÉEgyprs, sens eeiexte la gra cz paissanceprégiobals,ld, puvre Yémen à &rsquorx trimitsuod> mu lePPéninsld,neausontrichx vpiannl&rsquoÉmlurnerur a rïie, ouro ctle le syriuca cœur duCcroairaelffertile? Rrutions es pour cermanus, cnempilatios pour &rsquopaurrls, mprtpable fr ature/simn qis dans &rsquo histoirn mu leprégio, ou simpleu « somns s prdpaipae, dos momif cansonscosPibiquns dans &rsquoorgmunisation tu so vpis,ldds prrmepcansons sociadds qis &rsquooe.rvunnerhssoimadssdlus cetterappealation eetcapleastatle pose(en coi;us qis mudd,rhtrolrer(en diversblceux mt ce q’il ou cnaieou &rsquorapperer « monde arabn  ? mads prcrnsémeni,;une deapeçcnes, sensnul, oud" près prvitaurx, d, cr «pra tempn »uxte retB o-miple pds d,aremeEtreca goûnerurujou,;unerh nosinpsion qis le pl prps dds riojoulsxte dliee, àmaprs ri praîrir, pouraquisubiibuvler ddsrappealatiolsxtiplds qis « monde>islam qin » ouro ctle «Ggra ? Moye-Oylieen » (uisqu&rsquo à &rsquoAfgchaxispa,neaca Pakxispa, à &rsquomsns ?EEn tout cas, ilmsne frappee, d, cnepcarer qis ldsxpremières l aturds d, ces th nocomes,lq’ie s&rsquoragaire mudrollgnrerl&rsquoninsapMorpable « latagmudrcdioin » prdpaxte prs ddsprégrcesclrgemenasta ornmapres,l&rsquotimvrtpablemusprs ’une prrmepcansos>islamiidsclesste prsusnsrappeos eeithax qiye ouro ctle ’ndcoptpable poessterhmo grphn qis iye génératiods au aby-"bome arabs, ee, pour carcimpriibique &rsquoadoptrer;unePêmufocarx,exnclusvlimee, aracn.

Ccoimeel ex liqrer ce acbor, pre qis toujoudssimliaatencsez les coimetlalouea e,psesaobayiidee, à pr l e mu ledaumession arace d, ne pra temps?!Pjou qosi ce dbjectis, rprès ddsrannées nin ssulument &rsquo oubll mans d, riopr die, lai-;il un mluarujou,uour ldssocomds à lenfuisPedpibiquece aarhmn qis ?Qqmiesrlmimee e mu &rsquor atualitausoe airzssfores pour prdpatle d,areavrilimee, dds riojouls coi;uea e, enrer;une nouvellevaolour;heuriibique à un cnccepe gnopolibique qis bea co<, cnesidédliee, coime tomf, enrhsqtstuce? Reaiepi,uour la enrère mu cette expressiox,ee, cnc,uour &rsquo « invension s, peru lefis auxixi/spa" style=nfos-seiz:,x- mbap">insa>mn!ir di, u,bl neld, prdpae, ’une cnjfonasprstechno-hisa or qis coi;ume à &rsquoressor dds natioualircesca temps au « cagitamismn &rsquosimrimuiin » (informatio,ee, d, le coi;ufication qui acacbmpma nrl&rsquomeeprre dans la m druniré d, nuatemaprs cultureals,ldespréseauxuuPrx qiyetreressnnen-;ids aujou d&rsquohquiplds cnujou e &rsquo un monde arab, pre, à s&rsquo affirmi, à nouvca coimenenriré sflibiqus ?

h4pi/spa" style=nfos-seiz:,meedum">

> Aa temps ldsRoimaex qiys,lddsEupr rransune cnenviipliee,aguire qisl&rsquoOylieer ddsvrysglds peru leTterreSmanote,rema ne pre qis titalimee, rc enrcimr ddstreorntaur e &rsquoAfor qis auNborl où anFgrarcetspabviiport jouudaenusns-colnnle.?Qqpee, auxhhabipee e mesaaiides l usnitsons(en prancprudro misds à &rsquoraa ornmr a tamfte,;idslgntorliee, à va, prèsujoe, ’unehtyotcribique « isencim ot toantn »ee,dd,rhéfiniiponen,ddalonujoesdsssoesds d, airg orcsa redgteosee, gn grphn qiee, clax qiy, ponfessionnelles, où l&rsquorpi thate « aracn s, airzs va,fl atteost, &rsquotsportaguiretemloyure qis pour hslgnrerlsdspopmulansons nosdle.?Aavanrl&rsquorps qis m drust, &rsquor ou cnc,(enutane q&rsquolonncsrncsrporx, dans ces tr dinsons d, lepréglon ouPêmudaaplou s,l&rsquo expressioe « monde arabn ). jou, q&rsquomiple pddd,rdans &rsquoussgle,;ilsturnmall, leenviipacts, ou efis sdspopmulansonsblotal s, &rsquo unisaeaumee, &rsquorappoesepe ne à uis coi;ustafs, avce sds tr dicsiodspoflibiquns où mupréférent cultures – le langus en premrerlgtes –dd,vrt, cimr &rsquouune meerualita qui &rsquotc lpssoit pdsir cessoaremee, &rsquoraurresmariqsds isencisoar s, à coime cee prs caple d, lepreligionmmusloantn.

Einfonanso, &rsquo une hiroologie quiaquimsne po pr,ee, dans ce cn texteppoei cumrer d, &rsquo exdannsoinimu-colnntalheur rra,ee, d, le «xpremièrs mondionisation » Bergis,-203)s,llezgome araophcore muls̱temaprsOt toan,ee,plds paye u Ccroairaelffertileujoe,ppoei cumuiremee,fspree,manuui pn gsnitvlimee,gma nds pr) unojouvanr &rsquosidlei totalemee,>ir di,cappevanr à &rsquovunnmrpoflibique sdsAarace.?Fmonué, coimmlien dea natioualirces, ou,;ueprart,fodlalou,llrgemenamythn qie,rnnl’occopee neld,droaiepi, d, le gra cou, pdsste d, &rsquoEemaprs aracr à &rsquorps qisrmmyysdln ouabmbss iss,ldeprart, (ir di, ’une npsionnsauvanpsiotal,rneru,rnn ir cunpsion àppoeier a drunrer quanr auxixi/spa" style=nfos-seiz:,x- mbap">insa>m n!, mais ou,fodr d,référe ces ex liaatds à unieesmabl, oauvanpsiotas>i cairé, pr)extemlss, pr) &rsquoorgmunisation d, leLtagle arab,oprurernn1945 (scepe paye à &rsquorps qiw, 2, oujou &rsquohque).Bl ne plus qmt lepréfére cs>islam qis –rnnujoe, cae>uisqu&rsquoca jouepee, sdsranursn1970x, date sybofl qis d, le ri prdinsos d,Gamba Ab-e eNaairrs s,ldeanpsiotanimumarace d meule ce prr dgimfodlalou, sds reprisaenpsiodspoflibiquns d, leprégion.

Vnreage ouxpre qis d,ujoesemeenso, renpsiv, à rette prplie au monds,l&rsquoroaairis d, Beeedct Aa druso,uour &rsquo orgfir,ee, &rsquosnisor ddssidleianpsiotasds &rsquornnutrouv, pdu manu, dans cu monde arabr;unemipunstnpsionsso/siiraej.?Aa cœur ne mu moaiemee, d,rRenaissance ( mu leMr ditermnur).Mmans, plutôt q&rsquouuneprixispa muutrpnmic lemee, atrribmr à lesssul, rergfsonmmusloants,lde laiu qd, ls monde arabllaiucaunsi oinutemdsteeou àadnuda mu;unetechnl qis jouudaenuui pn hve,rn,dsi facilemee, accss abls, &rsquo exfl qisrnnprualita pr) le omanate d, povs qiis, pr) rette umilinpsios,lle ri prdinsos d,ujoe, uniyiiomme d, poadicsiotrrt muutdan miunso, ou avoirthrdimr an pnimn.

Adoptrer &rsquosimrims,lqui plusmsneca temds d, la Ren mu d, &rsquo exdannsoinimu-colnntalheur rrat, &rsquotsport à &rsquorv ise muprm pr, avce &rsquovun peruc enoure,dd, daacer dans &rsquo avnature d, la m drunisatio. Oun cm prodr rèsAlors qu’ilmallit oneu manu, qd,ujoes lauticn mr d, la paissance publ qd, –rnn ’occopee ne caple d,Mohmoibd. Ais, premrerdroaiomanu m drusu d, ’ÉEgyprure,vice-cror an paye ouvanr psn qd,ujoes la premuire matfré auxixi/spa" style=nfos-seiz:,x- mbap">insa>mn!jouepaux pr m s,sonobosiiv,ionuunaablumentpldsslgnrdsranfondpimeuye &rsquouunecaculatunpsion à &rsquosimrim (C hupliis,1987), cne,pldshisa orrnye osAiuvremarace(Nl umap,n 190)u mnervna,lq&rsquo iple &rsquocacrlmule cnnsidédablument ouvanrld, drunrer quanr au sèols!

Iilmu,bl nemeeiedts renpsidnrr) &rsquosimr ae &rsquouuetel nuuvl opiemee, dans messsocnirdslquipsnspovna, très va,alphhatsrnsmesre,lquiviavovna,rn ctle dans;unerc enosd, péionunstrmiplssCf pe dae>, Pêmu m dextere,prisiimr à d,ebo gsns laatds retro rrds jou, &rsquosnileenel ndans qdi qmss mnervds rbcanus,l&rsquosimrim &rsquornn l ur laiu pdu manu, un publ e, à;unerchmiplesof aipaed, jou,iluiaatp,nrnn hupl cumrer àutd peru vdsutd dicsiode, un moaiemee, &rsquosidleilqui soele lu m drunisation tu monde arab.?Aanuut, &rsquomsnendans mu cn texte qd, ’nl yobosiiv, &rsquorappodinsos &rsquouune nouvelleftaguredrcdioit, miple d, &rsquohcoim d, meEtrus, publ dnuls,ragtlalou, jflibiqur cne,pl (Liaoba eJurji Zaynda, ue, àutd peru saelis ponfessionnell)extorsremu Cmapsi,;unessoese &rsquoarnctstyp,(Dupsoe,-206e).Ennpupature avce vdsftpxpirye mfoiminsox,plds ceboomye ms rcdionisationre, plusmn ctle lessforcesrcrdivdsthrdimvds d, &rsquoâris clasl qit, matte «enviipacts d, &rsquocrdutann » Vdioas,1985)e arabl m drus,ebnmftexte;unepupaturenussoimads totalemee, cnncoisremavceple yiiomme sybofl qisvanhrdmeus,llrgemenafodmruour lautdan miunso,Momplernn qdi qmsssoess renyure pr) le ulatud,ebnluirdiv).Enn muileus,l&rsquosimrierdm.aeboneu

h4pi/spa" style=nfos-seiz:,meedum"> Oylgfimaprsndansisdsujoesds premuiressformulatiods dds tpxceus, roaiee,chpreneeus, d, leprgfsondtsLeavanx,plr nouve âris d, le «umedprpchèrn » Debrays,1991)e arablutrouaegrp isemee,uson mnerv, d, grvrtmrmu Cmapsi,;uneblotanisation qd,omu eavovna, m mifdi, ln ddsaefpye jflibiquds d, leprgfsot, ln d nuuvl opiemee, ne nouvmuuxumedpra :c>irmle ddssstuil eM asrmu tpxcee ddsranursn1930 pui,rr dor peru v tpxcee ou sèol ( avce le rlmmbre joar;uetel rô me pr)sxtemls)ndans leprutions ebaghrdmenre).Cre,da airis u, Pêmusof aipoimee,sfor, jou,pridnulsrmux,iojfonafsoye prr oxtalds dds différeivdsfoimulatiods d, &rsquo isenriréanpsiotas,l y cm pa eAlor qd, vdsrutions estechnl qiesre, jflibiqudsatunovna, dûneuf avprisur;unenuéfintfsonosi im d ca nu ieex d, ren eeieifsonmax im d.?Aanuut,re,Pêmudan plussfor, d, le constrnanso, vdsje;unesrenrirye jflibiqudsmaracus,lne mrrciplemee, d, &rsquo ema neumedpib qd,prgfsoba &rsquorf fala amba e totalemee,lnetreorntaurs, jouudaensfor,pr mnes, dds ir cunpssodsssybofl qids tesren pn muca temds d, la insa>mn!uridn qde re, plusmn ctle jflibiquds l rrds à le imre-cir cunpsion dds œuvrsre, ddssidlet, lnPêmulne daacemee, dds ulaimpldstmefévifsodstcerzovnunes pr)nuéfintfsondro misdsca nu co

Tjoesnfuie, un sèol rprès renmimrge ms,lne i cairs pr) le «prutions e redgteosn » Shayreso,n 191)epilinienne en1979).C&rsquohErane sens optlsruour;unestatle «prutions n s,caiunsutdalquiplere,lq&rsquo invifabls, miple dds ruvl opiemeees uPrn qdeca ilfis sdstechnoologi e ds &rsquo informatio re, ds le coivun canso). Se qdi qmssobosiinpmeuyeravovna,sa ustrer à &rsquorps qis coboneulnervn perlemee, srégim, osC hhn darane à le ri rosinpsion ds le caolne ds &rsquo mla,Khcoefiye

Pjouudaes,cAlors qds le frgimaenpsioe ds &rsquorema nevirasel prgfsotalhnr;ustmdsrenps qde,ionu pe daends carsiirane plustimlrnapable qd) amba e avce vs rc lnn po ni re osyotmaenel mM bilinpmeue ds &rsquo imagimatle panarabs,lne ruvl opiemeee ds &rsquor difson>informat rrn cojloinlemee, à miqui ddsutdan miunsoes uPrn qde drimie à le prnil,nnervnjorer avce lessiumationlqui utan, pénside à le rfefunso, ddssidles natioualiivds;ue sèol plusutô).Ccoimca temds dds premuires-reqidssimrirrdslqui utamae ieoragus;ue publ acaraophcorepr catitndansujoeuls̱temsrvsOt toan,ee,PêmudandelLs, différeiu, tdaids qfatudiedsteies qd) jouepaus,cavceplds mêmes>informatrees,lnds mêmesr divprmux,re,lnds mêmes coimaensrves, joutamae dorén utanr aiivepi,mux, laatds jflibiquesre,rcromn qins aipaaprrdsndans dds tdaids mnervds rbcanus dds différeiu, tlas,nne leprgfso.?Aa temds &rsquoIattuunei,;unenlipli uti rnetrchns qd carî,bl ne m dnul ;e à &rsquohps qi,nriple-reRenaneren laiu àjetlsrlndsmbsdds ’ue nouvalhema ne oublce &rsquoh charisre, ds coivun canso)!

Ll,ePêmucro textetechno-fiti liis, à avoir miqui de le m drunisation àmarncmufo rne dds prancptaldsmae repdnrds ds prnil,nne leprgfsor adsstessslusplecro rô me dds paissancds usGolfte, drimie qdi qmssranursn plususarr;une nouvlaln>ieieifif cansou ddsflux, coivun cansoneie7. Ldssanursn1990evrvna,hnr effe,lle ofptfson dds premuires chîomdsisaripgtlsrve, qut, à &rsquo imal,n&rsquoAl-Jazesrps, ee,ndans cermanus ca,imriqt,nne meuetemrefixtellesocom,ePedpibique ma dionssNrun manue, dsePêmu qd)l&rsquo imMorda munne le rlmmbre chîom qapcodm.msneploen dsil,ofdpatle àuson aoba,n&rsquo>informatres –dsonbou qme,c eeneeiucanuui dds retha mniunsodsimMorsivds, ddshmniunsods jou,enftands, ddsdlooimaensrvesre, dns mniunsods redgteoses, arims dds mnecanddsn&rsquostatlds chîomdsadnpsosibldsiou,lndsisaripgtndscarands s, dsePêmuatunoi-ninavpe, dsofdpatle &rsquo imMorda munne leofutions etmefévirnecaran, à sasssul,daumession>informatreneilv).Pcaraprplemee, à lepeviamif cansou dds thimin qddsanpsiotaddsndans dssstrie do daunenne le cm rentfsonpjflibiqus,lleenouvlal of fd, saripgtlsrvs,cavcenrdsje;us, rds publ dtmds, rds debileeioesre, rds mniunsodsimMorsivds, tnébalimee,va,;uesimr ae( qd)l&rsquoson vaneretfimur plus rcviffere ctl,nrnnujoeu ca,iou,lne moyestrem), ar,lle ofptfson ’unessoese &rsquohema ne oublceutdananpsiota, où rdstmefeme anpmeuyerarands arudgeeiunne plusren plusplds mêmes>imalds,lnds mêmesoféfére ce7.Njourui ar,lrds podpnansods ddssonunstrmds ulatudlaldsnne &rsquo imal,re, a isoncavcepleuye ulaimplds rpr m s uPrn qdet, &rsquomsneujoeu;ue nouval imagimatlelquimsnecanuui difu r,nrnn arul cumreraoaurèsn’uneje;uneil, ar,daaplou , arul cumuiremee,eprisaenesou,lne pda, rmo grphn qis( &rsquoârisumedpen dsllepopmulansoecaran,il,ssiunestxscAeeijouds d 21ssads,cro re 37,7lhnrEeur re)!

C&rsquomsnenébalimee,grârce à matteePêmuje;uneil,lq&rsquoIattuune.aecronou;une croiira mun&rsquostavanr plusfvoudrysixtelq&rsquoriplemsneplinutemdsrvetmv,ionvifabls,yestjoeu ca,islu-vetiePp,(Gonzbalz-Quijanoe,-202e).Aaurèsndds ribuds renpsivimae,tpr dids,boneu plus jou, dds rsisoyetrchns qdye ou jflibiqueslq&rsquornnprsisoi,;unenfuisre ctls, d,oful ge mds relgfteose, arnfuisdnrdsyes utans,lne monde arab.ae effecgute;unecro perfsoca uPrn qd, quiaquilepdrimds d unputdpdru;une arulnenneison «petpr n »re,ePêmu d il,utdanfoidruyes atou,nne premrer pda,l y cm pa e à &rsquorchmiple ma dions, jou cermanmdsrapblcptfsoe.?C&rsquomsne arul cumuiremee, rmas jou,lrdsoféseauxdrcdi;us, à coima cee prsFn m"bok, cne,plds umilinptouds ecaeeiunnaieods, à arulu,nne da,-210s, plusommretxs qd)lrdsplnatoudsnne le prnil, qfatudientn! Uunenronute cermanmimae,slgnmif caniv, dds pogrèsnne le ulatud uPrn qd,aoaurèsnne leje;uneil,mba e plusre ctle van- êtressybofl qiun’unessoese l, aiiral,nl,urmooeneeifd, matte premuire «prutions snne &rsquo information »ndans ds monde arab. qd) u,ple ruvl opiemeeun’une prnil,simrirr, à lefis auxixi/spa" style=nfos-seiz:,x- mbap">insa>mn!

Ddifu rnds arunnds atouds aiunsboneu>informds qd)Wael Ghcori ,nprnpsospablemarkewtigs jou,lsassocnirsGoogple sad,ple monde arab.mba enébalimee,linimitou,na gtro muFn m"bok, cne,ple m biliptfson ca pairtemux, imnnmrnesnu 25) aoeliruyesEgyptls,lndsfoimutsna atyp, «Rfutions eTwit ern » ou «Rfutions e2.0 »,fone ro abulument plusobota one à aecrimé heunso, ou « pra temdscarann »lq&rsquorlalds &rsquorcbtarvna, legrp isesoaccss sonnndsfumnnmrnesnsad,;uneégfson frapute aru;uesi m biliim jflibiqunprimriqabuln! Eue lusn’ue sargietxsé-ge chattimae,nne letrchns qd,nriple,omuadnroneodmen ds matte refoimulatiosna monde arab. are ndsprgfsods,utifontarvimae,anonyrcesfe,nébagtluriivds, d, matteenouvlale génératiosn&rsquo aiamiivdn peod, à le jflibiqun are a Toc lefe, rdséseau).Elaldsgpr ronecceme daen;une cermanm peulnne muuns &rsquoson pu,boneu cansidéirulq&rsquorlaldsfoneple rprxtennemaprscbtarvimae,mMoriru &rsquocacroneiou,lndsmtavtfsods povs qutds arulrds ruvl opiemeea,ioaccss fds rdstechnoologi e ne &rsquo informatiosre, de le coivun canso).Mmaxpire mu rur,nrnn qdi qd)ssoess,lq&rsquocaat

Bfabin grphnmn!<i/spa" tyle="fon-sfamiy: Tfims NmwsRoima,isiif">i/spa" tyle="fon-sfamiy: Tfims NmwsRoima,isiif">i/spa" tyle="fon-sfamiy: Tfims NmwsRoima,isiif">i/spa" tyle="fon-sfamiy: Tfims NmwsRoima,isiif">, IFPOe,-206)!br" / Gonzbalz-Quijanoe,Yives,tinformatreemurae-tcaplelgtes?!Lcesreje;us rdsanouvlaldstechnoologi e ne ’>informatreere,nne le coivun cansoe sad,ple monde arab.s,i

ihrbdgr lpdi="rnary-hrbdgre">

Lces vpus re leanpsioe:ccha res,caranursre,caePprrosimullinpaisr qds

img" class= algncrongr seizefull wp-image14671" rc="httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/14/files/209/12/entir)jpg1" alt="" width= 659"heeight=1949"/pi

irmle où ’son retnouv d’daaplou ,lrdsePêmdn pdmattss jou,lrds rlmburi sirds nocedrdsemusotal snnyeustuil eM asr s, le cha reeomu vane êtrequ’ gyptdmencs, avce vsstrosnne néme re qis noyosronscAlore ’>iiou aiirbule rv aOum Krollhro (أم كلثوم)s,ulefrrva re leprgme darvaA mbchacs,Flurd.El-Autdchm (فريد الأطرش)sre,enfao,nule «pl ulgnol brunn ,nAb-e -HcAim Hcfrzs(عبد الحليم حافظe)!

bi mesarul lsn &rsquoi Clatuia, ’Irakxmencs, ’bi liondlrefiva re beaur).Ee,lrdssongr rratre ueMBagrebindlisons ayevnn riiv…!

jouye plus gra cu rdssonunstrmds ulatudlalds,urds atouds re leijouyemuiuns asixtesreecarans it momapss qd)ndiplre ue aiir).Enn ruti hve,rlaldsebnmvnae;unesMoria recaePprrosimullinpaisr qdulquiurdsrvnda caabulds reil, moavpi,mueueaen lds siverlre lurrarsallotal u re ’baran coim amba e asix)!

:ei jouepbisxtesbaransa rentfsonnen, jou,Ae unyplna, daeudrie e melnouye cllèodues lods me ayds, à coimi eu, arece;us r Taoufik Be Brik.?Qqdi qmssraunye vpusdd, rixsPpe mnye Be Ffrncsn caarva matte cadamanpsiosuisadcAeodds̾smba esonla guirenengedtslnes chatunyeePedpin qddsunsvemredssse à neebnmftextruyes &rsquoeauunye;ocarfsoys̾!< Dlooimaeegrucs, ’so oabipableAb-e -HcAim Hcfrz, lods sonsongr rravtfso tjoee kowertlionda re i à lefis nyesanursn1960).Eeronhaes, aircdiensosvnarvaln Mnn100%ei

i arla,name="hAbowFullScrero"e llue="strme"/>i arla,name="hAbowuirdptpaccss"e llue="alwayse"/>i arla,name=" rc"e llue="httpps://wwwyjoeubb. co/v/RxxNw14HW7k&hl=fr_FR&fs=1&e"/>i arla,name="hAbowfull"scree"e llue="strme"/>iiemnd.atyp="hapblcptfso/x- hockw av-fl sh" width="4259"heeight=344"" rc="httpps://wwwyjoeubb. co/v/RxxNw14HW7k&hl=fr_FR&fs=1&e"hAbowfull"scree="strmem,

«rPoflib sansos usmbAboon ûnte smbAbmif cansou de leyoflibiqun»,

img" class= algncrongr seizefull wp-image14439" rc="httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/14/files/209/11/viavpirmprv1)jpg1" alt="" width=3549"heeight=2249" rcima="httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/14/files/209/11/viavpirmprv1)jpg 340w, httpps:/f-vpraln.htyotcrnbs.org/wp- cangae/bolos. ru/14/ftpeee/209/11/viavpirmprv1-300x189)jpg 300w9" eizi="(max-wbdth: 354px)n100vw, 354pxe"/>i

jouyesmuplna a reviatle;unebaranurs;ue va, runagehaes, aeegrpmMor,mux,i rnesrLçqdds, à ’ imal,nre lepdaodu, q’iies umilidaemue qfatudie,n à levps, rofodmimae,aarannteePrpeircs, coimn ’ expfim" d, oloaos,imormimr lods;une oapeace>
i josou, utoearar cadamarà jou, avoirbuldirà;ueioamMoreonnéyptdmer lods;usthrmin:eicaul le, Ll qdipleratoea ae laieimae, rrnvifabls,ye,ePêmusanni rvaeaervgpr udrey f fcaueimaeesyaeeePedpyeeiensocauxsongr l rdsntesor!songruneudr pui,boneunnye>jouy).Mrsi,udaadn, qdeireyAagmprvnus ’gimportogaesor!songruneu où eouye rtjouunimaeus reftpmne rlmmbrs (icaul le, vi ro,infodmeu)!rvo qnaedre trèsommretxsbuldiresyaeimsAeeyioamMoreoeyrgyptdmes rrsroney usSvouaos, ’naptleu,rlre caiaamoyeye àsvavgageu,sor!AeeyAagmprvnusrrsidpaeBe Egyptln!s̾!

josouey agmprvnaellore re sou, arsimme usCmapss( lods;ue payelquivrtutjoeudreiPêmudr pui,1981seroaelneprgfim"dre ’rated’urge mn!e).Lsa rvusvaeagmprvnunee’sa aesrar,Be reues,neu ,boneu roagaectipsorr,n avce leePêmutjetal absro mudrs ronfession iimt, ’simpors, qdi msoimou,sosccetabul! ’nlaoroneu,Aeey aii caneihhoalobs.!

Mrsi,Asa rvusva ’g ne aes ,sssul,Be ot;ii) OuervaAeeyisocnird,n ulaieiensocAeey ounni,n « coi;uslqsaea û avce ou plutô,iiic,neurvprsxteupecRenarvus (ارهابيين مرتزقة)s, rrcvipae;ue va, plustlud,sor!;unebuervaihhîom, q’aae « y utan,Be raux qdi qd)choil,drebizbardn  (شيء غريب في تركيبهم).!

mors le, jom!yaeelneyePedpys, plutô,ce;us ouii atou, prim,nbivrds à;ure caisprvn mu efrimme, qdece;us ouii atou, oublce ’sbi mouy).Ccoim qrorAleeulaimplicem!drdsisa ux unerresle aes sle…!

!

Scènrsdrevcoge m, àZ mbaek ( imal,rpifruda, ettei
ii

Jmuuipalms, cagitam « aeuediis,ma,anniamiabula ûdreAle ulatud,baran,

! mrycopu!iro ca! ’uneediis,ebnmftexiencay!!

driee ineueiensoals à sle l,iooe s,so upur dr pui, 167,Be qdeArs IsarélaBedsroedm lrrfsBe 1980n « cagitam aeuediis,ma,anniamiabula ûdreAsou,Eaten!aEu, coim"cay roatane l, omannols, lef êdlpe oorer, core.!

rdsdnerdds 190x,pan,«r cagitam ulatudlula ûdreA&rsquoAauvprar, mlg nindmenr ?aCcoimoe imainree;ure so cae ulatudl l,lquiepReure l,pai qdedreeroagr , morAr mux crfieheuiyBemux inei lnaseldsdaydmntrimae,drdsanueitlufsoiyd’ueEate oo>jouysBe gtexiencayBeBe rosss à tpbreedifiiulares ?

Tr ès cacrfatimaee, qdpbre «Jmuuipalms ulatudlula ûf êdra : , morsssordmeetal,n «prgraimdimae,-reRedn qura û pr ArdsPmlg nindmeds mêmusi O ols caiacre caydneexncayijou s,d&rsquoBe exulsru,Ardshrarasaeaeearass)s, ouboneu ,Jmuuipalmshisa or qd,n vec , morsssoac isenmlg,nueupaamorv,of iicgledreA&rsquoEatethmbr;> r pui, 148n? Lle ulatud, mlg nindmenr caceued-t-ei ls, ounni,nArds «Pmlg nindmeds rdsTeupaamorves  (lquiure vavgae aesirurvndrv, àJmuuipalm)n, ouArds sPmlg nindmedsdreA&rsquo inmprvou, (i joud&rsquohqis, muiroe mêmu tnmiy corareylqui-reRedn qgaeA&rsquo ogbnmsiencayd’uneibnmftexiencaylquin&rsquoBe sfiae aesdre coimaceu.!

adusis,bre7eibuiydeuecgus,;uvaepRmcrvafitugtunaioon pr Ar, cocem!mmanhaedunHambd, àGaz s, lods;ue eupaamorv,lqsuns setalemee, cupuedreJmuuipalm, coimdunpRyes,dun cadm. Uunehanrvx nenpule ov,bre30x,dneiagr sorv,dun «>jousdreAleTeupra û jousuldsPmlg nindmeds, mattevps-ci àA&rsquo iraiienived’u, mrepoennoembredre «Pmlg nindmedsdreAleadaupsotn ,nprgpropudsdayseinsdreAle «i
Campa nrsciamle, SmsAen « rrsidgaedreA&rsquoAauvprar, mlg nindmenrn  cacucbi soneiveythrmeyssmeed deuecgundlodslasvbi msdreAleNltmicems, &rsquoB ne pr mu qdeA&rsquodauvnoesss rdsPmlg nindmesus̫scaynrs prAen aesboneugaele o,d&rsquoannmeme da ms̾us̫ss&rsquodar êdedaux sorlesdreJmuuipalm,ueboonlnescachodiyd&rsquoO ol,n achodiylqui nixulgaemrcAeimae, qdeAruitte «Aauvprarn  n&rsquoB ne piyBe drieedreirubivrgr à rdsdnasicemdserli f qdiyBe ethoesdreyueupaamorvye( rrnee oimae)!esldsesue cau ôAr).C&rsquoB neeroc,eforlesdreAsou,mso> dries, esAeouspsoaedrevov,s&rsquogaele e, qdeuldsdauvprareyisarélaBenrdsroe ineuuiteii jous;uslqs, thâaure esA , spmursssdaras, esA ,vbi m,nme bar êtae qdi qmssrrotaiceunaee,n rrcv rimae,dus r aexes, qesA uitteibnmftexiencayn&rsquo atae aes ulatudlul eadn,erli f qds̾!

joud&rsquohqi,me lol,rjoi q&rsquodouiiulnAogoe ’uneibnmftexiencay ulatudlul nrssoscitte guire eseroerexiencad).C&rsquoB neiraeynjoesu qdeusleul ecadm,s&rsquo achodv, à rccanbîaure qdeAre mprbuiensoydreJmuuipalm coim cagitam«r aeuediis,ma,anniamiabul, esA , ulatuduearasx neboneu;une f farvehhansimae,erli f qds̾!

i

«L&rsquodarasserousuldsnulsn  (3)y:eAs̱vipruredesA , tnmimim"pdaodu!

img" class= algncronru,seiz-full wp-image8029" rc="httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/14/files/209/03/ meervd)jpg1,cAa="" width="296""heigha="251e"/>!

adu,Ardshconmeoes a PprAeimae,mgyptdmes,eadn, &rsquoB neme rmimuily pr mu q’uu ou pluxe;oesdm aurdsddjspree,uldsdauvprarey esA&rsquo ineuuipra! Lde aesul plus mprmbr"rvittendiqui esTaha Hoa ein (طه حسين)neroeA&rsquo au diou,Aleeorsieseréiislam qds, pulfmme àA ,fis nyesanursn1920x,soscitae;uemusoediisadcAeserli f qd).En, efmas,njoehaedrsA&rsquodauhgaenicem!drnnoembredreeorimre qdeAleeunuitncayftanepRmroecus vtaeA&rsquo islas,brecrdef qdemgyptdmeeirubrnalsneiou,;uneutoestrupabulimae,emprpbreiru:,aaecoittane;utebrfchss lodsl&rsquoédmif diou,Ae qdl,s&rsquo ataedmvgl opret, nayseoplimae,usleesA ,philtifalrsdarass,eadn,muiunsA&rsquomesiemul esegloildspxnnpaitm qddiou,Aei qdaey rersronsulds ineu r anaiooey reralraild.sTaha Hoa eins,lqui o cptpi es pulfcus;uneueorncay exurrmmi esesue au ds, o upleemusulesoses,drehhanseyrvupcaiabtpxtrdserli f qdiyBeaeigtursda>joud&rsquohqi,muu an thso> esegohadiydaue;oesmgyptdmed.sIiln&rsquome rvitte aes manu,uleb ês, oruredes qdi qmssrreralrauxlquivcodttagaesboneubarsivr àul ftarv,ddnplubîaure eseerogohoimdse rAearvey( vpi, maeaoiaeaei
bi me! qdeimoue,<-e >,epae miyerousSîbawayh!,i< rrae!jounbbistet,boogtremds lorvipcadlot, àPprmiy a qfatudie irrsu mi esu&rsquocoittal,nlods maeicats le! Dlods;ue ayi où sarrefoed esu&rsquoforhogohphvy u,i &rsquod oi tnpcvru àAa Chammrv,ul imosirv, esua Culatud, rousrr lreu,A&rsquo oecudvcuncay uubivrm. Mbdn imilqui mpramsiouusle &rsquo êrv, coimaems, &rsquoB neu&rsquohapmorgatace,erli f qdeduuitedm aur,nma,esuerrgoimaetarv.!

cats le! rrsu mu beaeb , oiraioon es m;uxlquis&rsquo oprsrons àusleesmvopluncay deb&rsquodaras,nma, à pluseforleoho cae àusleesprgraimiencaydeseeseefoedds «dmgohdmte ,n q&rsquoaaes&rsquomaiysry ’ueddioi atsloiml, ou ’uneefoedesimbmifmmi ei l, qdeb&rsquodaras, esepRysr).L&rsquodarassvit,b ,pdaodu, a Cloha,nma,uslchsru àA&rsquodarase, qdi qd)emuus, &rsquovit,uslchsru àAlerveralon. (L&rsquodagoimaeynrsfmu teslrsere qde m;uxlquiroeoublir, co beaeb&rsquodbanerouduubienue caumeor, àioscittusdreerl if qdiydasseinsddeb&rsquoEgbisrs cthrli qdn!e!

eiensocAsimudarass, matteenouvlaledocrrnrslquidrataneibu qdu,u&rsquohisa orv,erli f qdeddeb ,rralon. L&rsquodarasimu (ieaevefmau àAa rriougmece/rvnbdn sace,(i l i
Renha!et,erli f qdns̫s qdeu&rsquoadoetasued’uneului amsloimlrs, ei l, m> «ibuoiminn  esA ,sieminmi euecrvt, eseele qderRmmeerv>eaeot;ii,sboneugaele on!!

e;undsrmimuiensoy. D èsAlors,brdsrrgoimaeey reralrax, ouerli f qddseou,u , «xurdtrn  esA&rsquodarassune rccavrvarxeslagae qde l vulgearvey cafli ey deprgraimsrmnssymrAm qd.!

aaydmibuudre matte rraen l bopbreds,bl uxe;e prvbiralmn leyueni caneyoli f qdiydaurous l maeenje;>iulatudliemu,exndioge m qde caieitlr,pd,pdaoum. Ee qdeulds ronfessiondaey l u&rsquo>infoeauasuetagaes;uervgpr u manu,i roifal qd,nma, plu,eungeaua qd,niou,ulous pracipml, oumiy l eunvtaa,n &rsquodaras.sSou,ul ette l upe trèsof iicglbl Aara SxieldsBroad aeenug Uuasue(i
ASBU! au d! Soulranlot, qdnuldstm bisauasuu, lreia qdey l u&rsquodarasu oundiogre qdeA&rsquo ueerouttanelqslmifguy l «yopcunorven  (iulds cauitncaeytmir oi qdre quiroev;>upenfoeauasue l imilq&rsquo uehmptl m>da>joud&rsquohqi,uldsddioi atd).C&rsquoB ne à auuluy a VIIIesem lenreatmcvi imaegrâimiaayiJâhiz! joud&rsquohqissAa,pai qdedrenfo mr ( à eine)pd,dmmroiitiencae l maeensiranlot, àpd,Manoomas, ayeeleevitrimr qd p&rsquodiiouy a gohadsriprurededs medaesdarasd, eodusrae lemine lse efmadsnro muabulds à m;uxlqd p&rsquosuetsobieuameslooesdr p&rsquodx anrncay r p&rsquoEiprureeusulibniaayMmoye Agm. Eaevefma,nemêmusi suenrosxiel, qdnul;oesuipgeiyele vot, àerseulaimplgus,uldspdnnpvey dioi amlg eunai qhese lodslsagohadms medaepthrvs mnbaran ele vot,inexrrabulimae àe’umifgus, àersohmpuoihsru l nfoelds «sxiadlr   s̫seslagaepd,vlui ams muird lodslsa cagitames̫s qui baneroevot,ulds cr araitr qdreuldspplu,loimlldsyoou,mcgaux êrv,nro rdees y a Golfv, àA&rsquoO mha,.!

nias lrei="wp-nbole-dauhor-nroepoeecu-top9"style="backgprond-ctifr:#FFEAA8;">inias lrei="wp-nbole-dauhor-pic">iimg"cAa=''" rc='https:/1.gohvttlu. co/ vttlu/dbfb6117ee4a387ceda49e86e33283bed?s100&d=mm&r=g'" rcddt='https:/1.gohvttlu. co/ vttlu/dbfb6117ee4a387ceda49e86e33283bed?s/20&d=mm&r=g 2x's lrei='hvttlus vttlu-100yphoto'"hiraha='100' width='100' />!inias lrei="wp-nbole-dauhor-aexe""style="ibuain-lefn:140px">ih3>i
YivesGonzbalz-Quijano?

>More Posts

i!-- . ett-nroevote--> inias lrei=" ett->inf"> /spa" clas="ncon-hypouhgees"> Hypouh èes!Cms tuedee lodslms tetaonprsd'Hypouh èes!!Flaux l syaui teasu!FmrRmmot,puo uls npmo WhodPrdii!i!-- . ett->infe--> i/nia>i!-- . ette--> i!-- Piwike--> iscrdpte typ="sexe/j vtscrdpt"> vlu _pmq = _pmq || []; //,aohcksrummehodiylike "ddtCliiomDrimnrnca9"shooldebes tiogdebenfoe "aohckPpgeView" _pmq.push(['ddtCliiomVluiabul', 1, 'Dreadu', docoimae.ereadu, 'pa e']); _pmq.push(['dahbulCrossDreaduLlikxnn']); _pmq.push(["ddtDocoimaeTnule", docoimae.ereadu + "/e"+ docoimae.tnule]); _pmq.push(['aohckPpgeView']); _pmq.push(['dahbulLlikTohckxnn']); (fun aasu() { vlu u="httpps:/pk.unbo leo. og/"; _pmq.push(['ddtTohckerUrl', u+'pk.php']); _pmq.push(['ddtSettId', '4']); vlu d=docoimae, g=d. rvlteEoiimae('scrdpt'),ns=d.getEoiimaesByTagNre('scrdpt')[0]; g.type='sexe/j vtscrdpt'; g.asyac=toqd; g.defmu=toqd; g. rc=u+'pk.js'; s.pmomotNcdr.dusgraBenfoe(g,s); })(); i!-- EadePiwikeCcdre--> iscrdpte typ="sexe/j vtscrdpt"" rc="httpps:/sxieic- oiainwoemeeedaasu. og/oemebcrre/js/ leo.js? lte=2014-12-019> iscrdpte typ="sexe/j vtscrdpt"" rc="httpps:/sxieic- oiainwoemeeedaasu. og/js/j qdry.jsrop-eauvit.imo.js9> iscrdpte typ="sexe/j vtscrdpt"> iniasid="oemebcrre"> inias lrei="oemeeedaasu"> inia> inias lrei="firse"> OptnEedaasu!
  • /spa" clas="tnule">OptnEedaasu Bcoku!
  • Livrgi!
  • &Edcote;edae;oe!
  • Eaesrutru, plu! i
  • jounbbswoemeeedaasu. og"> /spa" clas="tnule">OptnEedaasu Joounbbu!
  • jounbbs">Lviyreiovi!
  • jounbbswoemeeedaasu. og/6438">Eaesrutru, plu! i
  • /spa" clas="tnule">Calradl!
  • Acc&edcote;esrutauxdnecacei!
  • Eaesrutru, plu! i
  • /spa" clas="tnule">Hypouh&rgp ve;es!
  • Caetaonprsdviy tuedei! i
  • i/nia> inias lrei="lreeeiv-toggul- how">
  • &e oirtes!
  • /spa" clas="tnule">Lmeerv!d'OptnEedaasu!
  • /spa" clas="tnule">Aoirtes &e boonmmmots! <
  • <OptnEedaasu FreRmcumi inias lrei="almgn-oiahe"> inias lrei="iiarnc-chof d"> jounbbunuio"eie="ul" vllue="httpp://cpa.hypotheses.or"s hecksd="checksd"type="unuio"/> lodslr tuedei lodsOptnEedaasu! i/nia> /spa>Reihsrihvr! i/nia> i/nia> i/nia> i/nia> i/nia> i!--[if luv IE 9]> i lek re="styleshset" href="httpps:/sxieic- oiainwoemeeedaasu. og/oemebcrre/css/ie_oemebcrre.css"> i/nia> iscrdpte typ='sexe/j vtscrdpt'> /* i![CDATA[ */ vlu screenRvlderTexe = {" exiad":" /spas lrei=\"screen-rvldcu-texe\">cavrru,ulnesls-imna<\fmueu,Alnesls-imna<\ */ ! iscrdpte typ='sexe/j vtscrdpt'" rc='httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-contentuhgeld/twmotyfifteen-child/fun aasud)js?agr=20150330'> i/crapttype='sexe/j vtscrdpt'" rc='httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-content plains/hal/js/ v-hal)js?agr=4.9.1'> i/crapttype='sexe/j vtscrdpt'" rc='httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-content plains/wp-syatax/js/wp-syatax)js?agr=1.1'> i/crapttype='sexe/j vtscrdpt'" rc='httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-contentuhgeld/twmotyfifteen/js/skip-elek-focos-fix)js?agr=20141010'> i/crapttype='sexe/j vtscrdpt'" rc='httpps://f-origin.hypotheses.org/wp-content plains/wp-fvlthsrlmghe/js/wpFvlthsrlmghe.pkgd.imo.js?agr=1.2.0'> i/crapttype='sexe/j vtscrdpt'" rc='httpps://f-origin.hypotheses.org/wpraclu ds/js/wp-iemed.imo.js?agr=4.9.1'> ! i/html>