Mélange des genres en Arabie saoudite : quand la photo est bonne !

Cette photo (AFP), pas vraiment sublime, n’en est pas moins exceptionnelle. Abondamment diffusée dans la presse, ce portrait du roi Abdallah d’Arabie saoudite – et du prince héritier Sultan Ben Abdel Aziz pour atténuer l’impression qu’aurait pu donner la seule présence du souverain peut-être ? – est une petite révolution. Prise à l’occasion d’un séminaire sur la santé, elle montre les deux responsables saoudiens avec une joyeuse assemblée de leurs concitoyennes sujettes. Manière, pour les autorités saoudiennes, de signifier, sans avoir à le dire explicitement avec des mots qui blessent, que leur point de vue évolue sur la question de la mixité entre les sexes.

Car les mots pour dire ces choses ne sont pas faciles, sachant que la question de la séparation entre les sexes – assez disputée en casuistique musulmane – constitue la pierre de touche du système social érigé en norme par le courant religieux wahhabite vers la fin du XVIIIe siècle et utilisé ensuite par la famille des Al Saoud pour asseoir leur domination politique sur la majeure partie de la Péninsule arabique. Dans le langage courant, on parle souvent en Arabie saoudite de “mélange” (ikhtilât أختلاط, sous entendu, des sexes), un mot qui, comme le souligne cheikh Qardhâwî en personne, n’appartient pas à la tradition religieuse (article en arabe dans Elaph). Le mot “sonne” assez péjorativement en arabe et il faudrait mieux selon le global mufti parler d’association ou de rencontre entre les sexes (liqâ’ – muqâbala – mushâraka). La presse présente les choses souvent de manière plus neutre avec l’expression de “séparation des sexes” (fasl al-jinsayn), laquelle est prônée par les Wahhabites pour éviter l’abomination de la khalwa (خلوة), cet “isolement” (si l’on prend le mot au pied de la lettre) qui signifie en fait, sans que les choses ne soient vraiment dites, le “tête à tête” de deux êtres de sexe différents…

On le sait, les genres ne peuvent se mélanger qu’en vertu (?) de règles très strictes dans le royaume saoudien, et il y a même une police de mœurs dont un des rôles consiste à faire respecter cette loi. (Avec parfois des conséquences assez paradoxales, les teen-agers saoudiens devant ainsi supplier leurs sœurs ou leur mère de les accompagner faire du shopping dans les malls depuis la mise en place d’une règlementation limitant l’accès des jeunes mâles isolés, suite à trop d’incidents car les centres commerciaux étaient devenus de hauts lieux de drague !)

Dans la réalité, voilà des années que tout le monde (ou presque) a compris que les choses ne peuvent plus durer ainsi, sauf qu’il est fort difficile de revenir sur une règle qui, dans la pratique locale de l’islam saoudien, est pratiquement érigée en dogme. Depuis des années, les coups de boutoir contre cette (assez récente) tradition de la séparation des sexes se multiplient, dans des contextes différents, et selon des stratégies multiples où le choc des images sert à ébranler les certitudes, comme on le voit bien dans cette photo du célèbre prince saoudien, et richissime homme d’affaires qu’on ne présente plus, Al-Walid Ibn Talal, se faisant tirer le portrait, il y a tout juste un an, en compagnie de l’équipe féminine de foot de Jeddah (voir ce billet). (Le terrain de foot – on l’a d’ailleurs vu aussi en France – étant apparu comme une nouvelle conquête de la femme saoudienne venue, pas vraiment en masse mais tout de même, encourager son équipe nationale dans un stade rempli de mâles déchaînés : voir cet article en arabe dans Elaph).

Il n’est donc pas étonnant que l’épilogue des temps forts qui ont agité l’Arabie saoudite durant les six derniers mois ait été en définitive annoncé par la photo de la personnalité la plus libérale de la famille royale avec ses footballeuses préférées, et soit aujourd’hui donné grâce à celle qui ouvre ce billet, avec un roi fort bien entouré. Pour mémoire, rappel des principaux épisodes de ces éclats publics :
– Septembre 2009, le jour de la fête nationale, inauguration en grande pompe (tous les dignitaires du Royaume et quelques prix Nobel pour la photo là encore) de la King Abdallah University of Science and Technology (KAUST). On apprend à cette occasion que les femmes, y compris saoudiennes, n’auront plus l’obligation de porter leurs abayas ni de se voiler et qu’elles seront même autorisées à conduire à l’intérieur de ce campus de 36 km².
– Octobre 2009, cheikh Saad al-Shethry (سعد الشثري), membre du Conseil des grands oulémas est, fait rarissime, démis de ses fonctions par décret royal. Lors d’un entretien donné à la chaîne religieuse Al-Majd, ce membre éminent du Comité permanent des recherches et des fatwas avait critiqué cette introduction de la mixité dans la toute nouvelle université. Plus fondamentalement, le religieux luttait sans doute, avec certains de ses semblables, pour garder la main sur les programmes, via le maintien de comités de contrôle …
– Décembre 2009, Ahmed ben Qassem Al-Ghamidi (أحمد بن قاسم الغامدي), responsable, dans la très sainte ville de La Mekke, de la police des mœurs, suscite une véritable commotion dans la société saoudienne en affirmant que la mixité est un fait naturel et que ceux qui s’insurgent contre elle, alors que la sharia est muette sur la question, l’autorisent en fait au sein de leurs propres maisons, remplies d’employées qui y travaillent en présence de nombreux hommes étrangers ! (article en arabe sur Islam-Online avec traduction du passage le plus “saignant” dans Courrier international. Pareille déclaration, bien dans l’air du temps quoi qu’on en dise, n’est pas sans poser problème : que faire de tous ceux qui ont été emprisonnés, jugés, condamnés, pour un délit qui n’en serait plus un ?!!! Il y a eu sans doute un peu d’improvisation de la part d’un fonctionnaire zélé, pressé d’aller là où souffle le vent et on ne sait pas bien aujourd’hui s’il a été révoqué, maintenu en poste (aux dernières nouvelles, il valait mieux ne rien dire, selon cet article du Middle-East Online).
– Février 2010 enfin (mais la saga connaîtra certainement d’autres rebondissements), les milieux conservateurs contre-attaquent à travers la personne d’un religieux bien connu pour ses positions extrémistes. Cheikh Abdul-Rahman al-Barrak (عبدالرحمن البراك) utilise le registre classique de la fatwa (simple avis qui n’a pas valeur contraignante, rappelons-le) pour expliquer que la mixité au travail ou dans le cadre scolaire “prônée par les modernistes” est strictement proscrite car elle permet “de voir ce qui est interdit et autorise les hommes et les femmes à se parler, ce qui est interdit”. “Quiconque permet cette mixité (…) autorise des choses interdites est un infidèle, ce qui constitue une apostasie (…) Soit il se rétracte, soit il doit mourir (…) car il désavoue et n’observe pas la charia”. (Traduction récupérée ici ; texte arabe sur le site d’Al-Arabiya, avec un résumé en anglais).
Tollé dans la presse (toujours fort proche des milieux au pouvoir) ; coup d’éclat de la sympathique candidate saoudienne arrivée en demi-finale de la célébrissime émission Le poète du million, qui “se fait” les vieux cheikhs et se taille un beau succès dans les médias arabes et internationaux en dénonçant dans une belle improvisation lyrique et devant des dizaines de millions de téléspectateurs le chaos des fatwas ; fermeture début mars pour la forme du site du cheikh excessif (il fonctionne pourtant – le site ! – vous pouvez le vérifier !)

Malgré tout cela, “la messe est dite” oserait-on affirmer et la photo du roi en aimable compagnie est là pour nous dire que ce n’est qu’un épisode de plus dans une série de péripéties qui mènent inexorablement à la modernisation de l’Arabie saoudite, et à l’abandon, plus ou moins explicite/hypocrite, des contraintes, longtemps acceptées par les alliés occidentaux du Royaume et désormais de moins en moins supportées, à commencer par les couches les plus jeunes et les plus éduquées de la population.

Et s’il fallait s’en convaincre, et se souvenir qu’une bonne photo en dit parfois bien plus que de longs discours, on s’est beaucoup amusé en Arabie saoudite et dans le monde arabe de ce photogramme (lien sur le site de la chaîne Al-Arabiya) tiré d’une vidéo tournée il y a quelques jours à l’occasion de la célébration, au Koweït, du “jour de la femme” (comme quoi !) : malgré le cadrage serré, on y voit – regardez bien sur les côtés ! – le très sérieux cheikh Muhammad al-Nujaymi (محمد النجيمي), un des partisans notoires de cheikh Barrak (article en anglais) et de sa fatwa incendiaire contre la mixité. Le pauvre homme est en plein “mélange des genres”, et avec des femmes “en cheveux” s’il vous plaît !!!

Avis aux fidèles ! Dans la série de ce que j’appelle les “billets intermédiaires”, je voudrais bien me livrer, mardi ou mercredi, à une petite expérience. Pensez à ouvrir… (Vous pouvez aussi vous inscrire à un des flux de syndication, à droite de l’adresse ou tout en bas tout en bas de l’écran.

Global Mufti vs Al-Azhar : le “mur d’acier” de Gaza

« En islam, il n’y a pas de clergé ! » Cette idée reçue mérite qu’on s’y arrête un moment, au moins pour ce qui est de l’islam dans les pays arabes. Bien entendu, si l’on veut transposer le modèle organisationnel mis en place au fil des siècles par l’Eglise catholique, on ne trouvera pas l’exact équivalent des « professionnels de la religion » – que Dieu nous pardonne une telle expression ! Néanmoins, depuis l’époque contemporaine (au sens historique du terme, c’est-à-dire avec le début du XIXe s.) et plus encore depuis que la constitution des Etats arabes modernes, la « gestion des biens de salut » sont clairement devenu un « métier », avec ses filières de formation, ses institutions et tout ce qui compose un « champ religieux ».

Celui-ci s’est donc partiellement « autonomisé », en créant ainsi une dynamique entre différents protagonistes qui ne sont pas tous dotés du même capital religieux. Cependant, à l’extérieur du champ, d’autres facteurs ont joué un rôle tout aussi important : l’urbanisation, la scolarisation, la modification des modes de vie ont changé la donne, et plus encore sans doute les transformations successives des communications qui ont bouleversé la hiérarchie traditionnelle du savoir religieux. En parallèle mais aussi en rivalité avec les grands noms reconnus par les structures traditionnelles, on a vu apparaître de nouvelles « autorités » : dans les années 1960, les cheikhs de la radio et des cassettes audio, vite suivis par les premières stars de la prédication télé (avec cheikh Shaarawi comme modèle sans doute). Depuis la révolution médiatique des télévisions satellitaires (les années 1990) et celle d’internet, la prolifération des canaux et des messages a fini par totalement brouiller un paysage religieux où tout le monde et n’importe qui, ou presque, peut intervenir. (D’où, au passage, ces fatwas « abracadabrantesques » qui font à la fois rire et pleurer, mais qu’il conviendrait de replacer dans leur contexte, sachant qu’une religion ne se réduit pas au discours d’un imam, pas plus qu’à celui d’un prêtre ou d’un rabbin).

L’autre grand paramètre des interactions à l’intérieur du champ, c’est bien entendu la sphère politique, et en premier lieu l’Etat qui peut par exemple favoriser les carrières des personnalités les plus souples, ou sanctionner ceux qui s’obstinent à ne pas suivre ses injonctions. Dernier scandale lié à l’ intervention du pouvoir dans la sphère religieuse, le « mur d’acier » que le gouvernement Moubarak s’emploie actuellement à ériger sur sa frontière avec la bande de Gaza, pour mettre fin à la contrebande et donc, il faut bien l’admettre, pour compléter l’enfermement décrété par les Israéliens.

Il va de soi qu’on trouve assez peu de personnalités publiques dans le monde arabe pour défendre un barrière qui va contribuer à renforcer le piège qui s’est refermé, depuis un an environ, sur un million et demi de personnes, lesquelles n’ont d’autre tort que de vivre en un endroit où des élections démocratiques ont porté au pouvoir le Hamas. Pour tenter de convaincre les foules qui semblent bien lui faire défaut, le pouvoir égyptien a appelé en renfort la principale institution religieuse du pays, Al-Azhar. Son recteur, Mohammed Sayyed Tantawi (محمد سيد طنطاوي ) , est donc sorti d’une réunion de l’Académie des recherches islamiques (مجمع البحوث الاسلامية) juste à la fin de l’année dernière, en déclarant que s’opposer à la construction de cette barrière métallique, placée là pour défendre la souveraineté nationale et empêcher le contrebande de drogue (sic !), revenait à violer les saints commandements de la loi islamique. Bien qu’il ait déjà eu l’occasion de pratiquer cet exercice humiliant à maintes reprises (notamment pour le président Sarkozy voir ce précédent billet), le recteur a paraît-il quitté les lieux particulièrement rapidement.

Naturellement, une telle déclaration a suscité un tir de barrage de la part de nombreux confrères, trop heureux de donner des cours d’exégèse sur un terrain où l’opinion leur est favorable. En tête, et c’est un peu ennuyeux pour le pouvoir égyptien, rien moins que le global imam Youssef al-Qardâwi qui assume sans complexe – et via nombre de télévisions satellitaires à commencer par Al-Jazeera – un leadership spirituel dans le monde arabe, et même au-delà, que bien peu peuvent lui disputer. Souvent qualifié d’extrémiste, le dirigeant de la Conférence mondiale des imams, qui possède un passeport qatari après avoir été déchu de sa nationalité égyptienne par Nasser paraît-il, ne s’en fait pas moins le chantre de la « voie moyenne » (wasatiyya), un placement à mi-chemin des outrances de l’extrémisme militant et des audaces réformatrices qui lui réussit à merveille et qui lui permet, entre autres exemples, tantôt de dénoncer la menace chiite en Egypte, tantôt de soutenir la mixité (ikhtilât) dans la toute nouvelle King Abdullah University for Science and Technology en Arabie saoudite (article en arabe dans Elaph.

Pour ne pas arranger les choses, nombre d’organisations d’imams (car il y en a une voire plusieurs dans chaque pays) lui ont emboîté le pas. Au Yémen, en Arabie saoudite, au Soudan, mais aussi en Jordanie ou au Liban, les autorités religieuses ont pris la parole pour expliquer que la construction de ce « mur d’acier » pouvait être considérée comme un péché, et même un péché grave, puisqu’il pouvait entraîner la mort de tout un peuple (article en arabe dans Al-Quds al-arabi). Les plus modérés se sont contentés de dire que le recteur d’Al-Azhar aurait pu se dispenser d’une telle déclaration, ou bien au moins accompagner le nécessaire ( ?) appel à l’arrêt de la contrebande d’un vœu (pieux ?) pour l’ouverture de la frontière légale avec l’Egypte (article en arabe dans le très modéré Al-Hayat)… Même au sein d’Al-Azhar, les religieux du turbulent « Front des oulémas » (جبهة علماءالأزهر) sont partis en manif, et nombre de « petits imams » ont refusé de lire le prêche du vendredi rédigé par le ministère (car c’est comme cela que ça se passe). Pour l’instant, ils sont 17 à avoir reçu un blâme accompagné d’une retenue sur salaire, mais il n’est pas exclu que les choses aillent plus loin et que l’administration – cela s’appelle le ministère des Waqfs – « nettoie » la profession !

Il ne s’est trouvé qu’une voix pour prendre le parti du recteur d’Al-Azhar, mais c’est presque pire ! En Cisjordanie, territoire sous l’assez virtuelle Autorité palestinienne, le ministre des Cultes (le ministère des Waqfs en fait) a cru bon de voler à son secours en déclarant que l’Egypte avait bien le droit de faire respecter la loi sur son sol (y compris en affamant encore un peu plus les Palestiniens de Gaza)… Il a également fait distribuer, c’était il y a quelques jours, un prêche comportant une attaque en règle contre Qardawi. Les malheureux imams qui ont pensé à leur salaire et qui se sont risqués à obéir aux instructions des « chefs du ministère » à Ramallah n’ont même pas pu finir leur sermon. Dans certains cas (à El-Bireh notamment), la police a dû intervenir pour mettre fin aux bagarres dans la mosquée ! (article en arabe dans Al-Quds al-arabi)

Inutile de dire que la « fatwa » (techniquement ce n’en est pas une) de Tantawi n’a pas vraiment renforcé la popularité de la politique du gouvernement égyptien, et que la déclaration de son homologue à Ramallah ne contribue pas à redorer le blason de l’Autorité palestinienne. Il ne faut pas être grand clerc, quand on est musulman – et pas seulement – pour se faire sa propre religion sur la question de Gaza !

Côté culture, au sens strict du terme, on apprend que le grand acteur syrien Khalid Taja  (portrait en anglais dans Middle-East Online), qui n’a pas craint, à l’âge de 70 ans, d’accompagner d’autres acteurs pour manifester sa solidarité avec les habitants de Gaza, s’apprête à tourner un film qui racontera la vie des tunneliers. Produit par le Tunisien Shawqi al-Majiri, autre grand nom du 7e art arabe qui a notamment réalisé le feuilleton L’invasion (الإجتياح : on en a parlé ici), le film s’intitulera Le Royaume des fourmis (مملكة النمل).

On peut également se faire une idée de la popularité de cheikh Youssef Qardawi en lisant cet article, dans Islam Online, qui relate la représentation d’une pièce de théâtre récemment présentée au Qatar. Intitulée Al-Qardawi, imam dans/par une nation (Al-Qardâwi, imâm bi-‘umma (القرضاوي إمام بأمة), elle relate, sur fond de biographie réelle, un procès imaginaire qui se solde par la victoire de l’imam contre les démons jaloux et hypocrites !

L’illustration est la couverture d’un livre que je n’ai pas lu (The Global Mufti: The Phenomenon of Yusuf Al-Qaradawi par Bettina Gräf and Jakob Skovgaard-Petersen (Eds.). Si Qardawi vous intéresse, je recommande de lire en ligne le long et intéressant Portrait of a leading Islamic cleric par Ana Belen-Soage.

Du mariage et du divorce (4) : les « mariages d’enfants ».

Phénomène qui échappe largement à la statistique officielle, le « mariage d’enfants » (child marriage) ou encore en français le « mariage précoce » ruine chaque année l’existence de millions d’enfants, essentiellement des filles, dans de nombreuses sociétés d’Afrique subsaharienne et d’Asie (rapport en français, un peu ancien, de l’Unicef sur cette question). Dans le monde arabe, la presse aborde de plus en plus souvent la question de ces zawâj al-qâsirât (زواج القاصرات ), le « mariage de mineures » qui a cours dans certaines zones traditionnelles, surtout en Arabie saoudite et au Yémen, pays dont la législation n’impose pas un âge minimal pour le mariage.

Tout récemment encore, l’opinion arabe (article du Yemen Times) s’est émue de la mort en couches d’une fillette de 12 ans. Elle avait été mariée quelques mois plus tôt, de façon tout à fait légale puisque la proposition de loi pourtant votée en février dernier par une large majorité des députés locaux pour repousser jusqu’à 17 ans l’âge légal du mariage n’a pu être adoptée, en raison de l’opposition farouche de quelques parlementaires. Ces derniers ont donc réussi à repousser encore une modification de la loi que rien ne justifie à leurs yeux puisqu’elle n’est pas prévue par la charia et que le Prophète lui-même a en quelque sorte « donné l’exemple » en épousant Aïcha, alors âgée de 9 ans…

Avant la réunification des deux Yémen en 1994, il fallait avoir au moins 15 ans pour se marier, une disposition supprimée par la suite (article en arabe sur le site Middle-East Online), et qui laisse au chef de famille toute latitude quant au choix de donner sa fille. Une décision lourde de conséquences dans un pays où les familles les plus pauvres vivent dans une telle misère qu’elles n’ont pas d’autre issue que de « vendre » leur fille à plus riches qu’eux.

Paradoxalement, la très relative amélioration de la condition féminine, même au Yémen, rend la situation presque plus difficile. En effet, constatant que nombre de « femmes instruites » restent (ou font le choix de rester) célibataires (cf. billet précédent), les chefs de famille, dans les zones rurales notamment, préfèrent retirer leurs filles de l’école très jeunes, pour les marier encore plus tôt (bon article en arabe).

Dans un pays où on estime que plus de la moitié des femmes ont un mari avant d’avoir atteint leur 18 ans, l’évolution des mœurs se note malgré tout au fait qu’une bonne partie de l’opinion condamne désormais ces mariages d’enfants, comme en témoigne l’histoire, très médiatisée, de Nojoud Ali, une petite fille de 10 ans qui a osé s’adresser à un tribunal pour quitter le mari, trois fois plus âgé qu’elle, qu’on lui avait imposé (récit dans le blog de Delphine Minoui, une journaliste basée à Beyrouth et qui travaille notamment pour Le Figaro).

Quel que soit le courage de cette petite fille, dont certains médias ont exploité l’histoire pour mieux dénoncer la perversité de l’islam (fallait-il d’ailleurs la faire venir à New York pour lui remettre, avec d’autres femmes aux histoires bien différentes, le prix de la « femme de l’année » décerné par Glamour, « le magazine des stars, de la mode et de la beauté » ?), il est aisé de comprendre qu’elle n’aurait pu obtenir son divorce si un juge local n’avait pas écouté avec intérêt son récit, et surtout si elle n’avait pas reçu le soutien d’une femme d’exception, Shadha Nasser (شذى محمد ناصر), avocate militante locale des droits de la femme.

bint20mariam20_stillEn Arabie saoudite également, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer une coutume désormais souvent perçue comme un honteux trafic d’enfants. Lors de la dernière fête nationale, en novembre dernier, une pétition a circulé à l’initiative d’une association locale militant pour les droits de la femme. Rappelant que l’exemple du prophète de l’islam ne vaut pas pour le commun des mortels, et que le mariage, selon la loi religieuse, implique le plein consentement des deux parties, elle demande (article sur le site Islam-online) qu’on ne puisse se marier avant d’avoir 17 ans.

Là encore, il apparaît que ces voix se font d’autant mieux entendre qu’elles bénéficient du soutien d’une partie au moins des autorités (et de l’opinion publique). Si l’on trouve toujours des juges qui s’en tiennent au strict point de vue légal pour refuser de casser des mariages mettant en cause des enfants, on observe également que les victimes réussissent de plus en plus souvent à faire reconnaître leurs droits, à l’exemple de cette décision (article en arabe, Elaph.com) en faveur de trois fillettes dans la région de Damman il y a quelques mois.

Il est facile pour des médias avides de scandale de faire résonner aux quatre coins du monde la voix d’un Mohammed Maghraoui, ce cheikh marocain qui a donné un avis juridique, une fatwa en d’autres termes, autorisant « le mariage “pédophile” » comme le dit par exemple cette brève sur le site Le Post. La réalité n’en est pas moins tout autre, à savoir que le fléau du mariage précoce, hérité de la tradition, est inexorablement appelé à disparaître, grâce notamment à la mobilisation de militantes locales qui se font le relais d’une évolution générale des pratiques sexuelles et du mariage.

Illustrations : (tout en haut) Nojoud Ali et sa protectrice l’avocate Shadha Nasser sur les toits de Sanaaa et (plus bas) affiche d’un court-métrage de fiction réalisé par un jeune cinéaste des Emirats, Saeed Salmeen Al Murry (سعيد سالمين المري), qui raconte l’histoire, encore trop banale, d’une jeune femme mariée, enfant, à un homme de 50 ans et qui devient veuve.

L’année de la femme en Arabie saoudite

Au risque de donner raison à ceux qui l’accusent de surfer sur  le succès facile, Al-Sâqi, grosse maison d’édition au très intéressant catalogue anglais et arabe, a récemment publié une autre de ces jeunes romancières saoudiennes qui, à l’image de Rajaa Alsanea avec ses Filles de Riyad (voir ce billet) suscitent l’intérêt passionné des lecteurs arabes et occidentaux (le roman, traduit à ma connaissance en anglais, français, espagnol et italien, fait partie des 100 meilleures ventes mondiales en 2005).

Lancé en avant-première à la dernière foire du livre de Beyrouth, la nouvelle romancière,  Samar al-Muqrin, y a battu tous les records de vente (article en arabe). Son très mince ouvrage (77 pages) se nomme Nisâ’ al-munkar (نساء المنكر), quelque chose comme “Les Femmes de l’opprobre”, titre qui fait clairement allusion en arabe à la dénomination de la célèbre police des mœurs locales (هيئة الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر). C’est le récit, par la voix de l’héroïne elle-même, d’une femme qui, après un mariage imposé et malheureux pour lequel elle a vainement cherché huit ans durant à obtenir le divorce, finit par vivre une passion illégitime que la justice punira sévèrement.

Même si la critique est réservée sur les qualités littéraires (article en arabe) d’un ouvrage tiré sans trop d’efforts stylistiques d’une série d’enquêtes menées par la romancière, qui est aussi journaliste, dans les prisons pour femmes d’Arabie saoudite, le succès du livre auprès du public arabe est le signe que la question féminine agite, comme jamais, les sociétés du Golfe.

Le phénomène n’a pas échappé à la presse arabe et une publication électronique comme Islam-online (article en arabe), pourtant très proche des Frères musulmans égyptiens, a pu parler de 2008 comme de “l’année de la femme” en Arabie saoudite, en évoquant différentes mesures confirmant une certaine émancipation des citoyennes du Royaume : désormais, les femmes chef d’entreprise peuvent voyager pour affaire sans un “garant” masculin puisqu’il existe depuis mars dernier à Riyad un hôtel réservé à la clientèle féminine (de 70 à 200 euros la chambre paraît-il) ! Et les lectrices des bibliothèques universitaires peuvent maintenant retirer leurs livres toute seules…

Certes, pour les lecteurs – et sans doute plus encore les lectrices ! – qui n’appartiennent pas à la région, ces conquêtes du féminisme saoudien peuvent paraître très modestes ! Faute d’être replacées dans leur contexte, certains progrès pourraient même être interprétés à contresens.

Ainsi, la toute récente proposition parlementaire (article en arabe) visant à permettre aux Saoudiennes de faire figurer sur leurs documents d’identité non pas leur photo mais leurs empreintes digitales peut très bien passer pour une marque supplémentaire du poids des traditions locales. Sauf que, dans l’esprit des législateurs, il s’agit très clairement de rendre plus difficiles les cas de fraude, notamment dans les affaires d’héritage, et donc en fait de protéger plus efficacement les droits des citoyennes du Royaume.

Il en va de même pour la décision d’imposer des vendeuses féminines dans les boutiques de lingerie du Royaume. On peut le voir au premier regard comme une preuve supplémentaire d’un bigotisme, véritable marque de fabrique du wahhabisme saoudien. Mais cette décision, reportée à plusieurs reprises depuis sa promulgation en 2004, entre en fait dans le cadre d’une campagne nationale visant à étendre les domaines dans lesquels la femme saoudienne peut trouver l’occasion de travailler. D’ailleurs, une association féministe locale – comme quoi cela existe ! – a menacé de boycotter systématiquement les magasins qui n’appliqueraient pas la nouvelle mesure !

De fait, c’est sur le plan professionnel que l’affirmation des femmes saoudiennes trouve son expression la plus frappante. Durant ces derniers mois, celles-ci ont obtenu le droit d’intervenir dans des secteurs qui leur étaient jusqu’alors inabordables, voire interdits : certaines professions juridiques (précisément, la fonction de ta‘qîb, chargée devant les tribunaux de défendre les intérêts publics lors de litiges à propos de contrats avec des sociétés ou des personnes privées), les professions du tourisme avec une première promotion d’étudiantes spécialisées dans ce domaine en mai 2008, ou encore les entreprises de travaux public désormais ouvertes au femmes (مقاولات) … Récemment, le toujours très intéressant site Menassat (article en arabe) signalait la prise de fonction de la première saoudienne (une mère de famille de quatre enfants) reporter-photographe.

Et il devient urgent d’intervenir, sans doute parce que la société saoudienne supporte de moins en moins bien les agissements de sa redoutable police des mœurs, mais surtout parce que le système social local n’est manifestement plus adapté à la situation présente. En effet, dans un pays à la natalité très forte, les jeunes femmes représentent désormais près des trois quarts des diplômées de l’enseignement supérieur (article en anglais).

Aujourd’hui, cette jeunesse féminine hautement qualifiée ne trouve pas d’emploi en rapport avec ses aspirations professionnelles et elle n’a d’autre solution que de s’expatrier dans les pays voisins (Bahreïn, Koweït) qui offrent encore, notamment pour les diplômées des filières littéraires, des débouchés dans les métiers de l’enseignement. Même si l’on a organisé sur place des logements pour ces jeunes célibataires, qui bénéficient également de transports organisés pour retrouver leur famille durant le week-end, on imagine l’embarras des “chefs de famille” (أولياء الأمور) partagés, comme partout ailleurs, entre le désir de voir leurs filles réussir dans la vie et la nécessité de les laisser partir pour cela, seules, à l’étranger…

Pour reprendre une expression assez frappante utilisée par Imtithâl Abu al-Su‘ûd, directrice d’un centre pour le développement de la femme (article en arabe), l’autre moitié de la société saoudienne est bien résolue désormais à “sortir de la ‘abayya des hommes” (الخروج من عباءة الرجل – ‘abayya est le nom de l’ample manteau masculin traditionnel)  en réclamant qu’on distingue davantage entre “l’héritage religieux et l’héritage social représenté par des traditions et des coutumes qui n’ont pas de traces attestées religieusement” (بالتفريق بين المأثور الديني والموروث الاجتماعي المتمثل العادات والتقاليد غير الواردة في الآثار الدينية).

Une partie des autorités, au moins, semblent ouvertes à une telle évolution. Récemment, le gouverneur de La Mecque a ainsi modifié les termes de la loi qui n’interdit plus la mixité (عدم جواز الاختلاط)  mais se contente de rappeler le “respect des obligations de la charia” (الالتزام بمقتضيات الشريعة).

Une évolution qui ne peut que plaire aux pionnières qui, dans les pays du Golfe, occupent désormais de hautes fonctions publiques dans les gouvernements du Koweït, du Qatar, des Emirats arabes unis où une femme vient d’être nommée juge, tandis qu’une autre a été désignée ministre du commerce extérieur. (On notera également, le fait a rarement été évoqué par les médias occidentaux, que l’ambassadeur du Bahreïn aux Etats-Unis est une femme, de confession juive qui plus est !)

Cheikha Mozah et son mari, émir du Qatar
Cheikha Mozah et son mari, émir du Qatar

Incontestablement, l’Arabie saoudite reste à la traîne dans ce domaine mais le fait que l’interdiction de conduire – pas toujours strictement respectée – soit désormais largement dénoncée, y compris par certaines princesses de la famille royale, montre bien que les temps sont mûrs pour le changement. Copiant une Asma El-Akras en Syrie ou une Rania en Jordanie, on peut compter, pour hâter les changements, sur certaines des “grandes dames” de la région telles que la princesse Haya à Dubaï, ou Sheikha Mozah au Qatar – citée parmi les 100 femmes les plus influentes du monde selon le magazine américain Forbes.

Illustration : en haut, www.elmaqah.net, un très bon site yéménite (en arabe) sur la littérature et ci-dessus, www.middle-east.com.