Clips vidéo et géopolitique : Saad Lamjarred et Asala

Au hit-parade des pratiques culturelles populaires dans le monde arabe contemporain, le clip vidéo vient juste après le feuilleton (et presque certainement avant, pour ce qui est des moins de 25 ans, la moitié de sa population comme on le sait). De toute manière, les super-stars arrivent à combiner ces deux marchés particulièrement juteux en apparaissant dans des feuilletons télévisés, tout en tournant des clips, plus spectaculaires les uns que les autres, pour la promotion de leurs derniers titres.

À la différence des feuilletons, et même s’il obéit lui aussi au calendrier musulman puisque bien des sorties importantes se situent au moment des fêtes religieuses, le monde des clips, peuplé de chanteurs body-buildés et de starlettes siliconées, se tient en principe très loin de la politique. Comme partout dans la société de la consommation globalisée, on y chante en principe l’amour éternel, la seule débauche explicite autorisée étant celle du luxe époustouflant des décors et de la mise en scène.

Dans cette région où elle n’est jamais très loin, il arrive tout de même que la politique fasse irruption dans l’univers parfaitement lisse des clips vidéos, par maladresse parfois, mais pas uniquement. Dans le cas de Ghaltana, la dernière vidéo du marocain Saad Lamjarred (سعد لمجرد), on penche pour la première explication. Peu connu au nord de la Méditerranée, Lamjarred est une star du YouTube arabe où ses chansons, depuis plusieurs années, font des scores parfaitement invraisemblables : 70 millions de vues pour Mashi sahel mais surtout près de 400 millions pour le tube des tubes, Lm3allem (visible ici, avec des sous-titres en français).

Fils d’un musicien et d’une comédienne, Saad Lamjarred a connu un début de célébrité lorsqu’il a participé (en finissant second) à la quatrième édition de Superstar au temps de la gloire de Future TV. Mais son incroyable succès sur les réseaux sociaux, surtout pour une voix (masculine) du Maghreb, reste tout de même un mystère, que n’explique pas totalement le fait qu’il obéit parfaitement aux règles du marketing panarabe, y compris en adoptant un simili dialecte du Golfe (sur cette question, voir ce billet : chanson, arabité et caméléonisme linguistique).

Aussi léger, joyeux et parfaitement lisse qu’il soit, Saad Lamjarred a tout de même été rattrapé par la géopolitique à cause d’une image, dans le générique de son dernier clip, où l’on voit, écrit en toutes lettres, « Sahara marocain ». Fureur de nombre d’Algériens, outrés par cette allusion au débat aux Nations unies en ce moment même sur la question du « Sahara occidental ». Traditionnels soutiens du Polisario, les Algériens accusent donc le chanteur marocain de chercher à flatter bassement l’orgueil du souverain marocain, tout en assurant que ses meilleurs succès, celui-ci compris, sont directement inspirés d’airs traditionnels de leur pays. Pour ce clip qui pastiche sans vergogne le style Mad Max, Lamjarred affirme de son côté sa totale bonne foi en rappelant que le tournage a été fait dans les très chérifiennes villes de Ouerzazate et Erfoud…

Souvent rencontrée dans ces chroniques (ici en septembre puis en novembre 2011, quand elle a fait ce que l’on pourrait appeler son coming out révolutionnaire), la chanteuse syrienne Asala ne fait pas semblant d’ignorer la politique, bien au contraire. Intitulée Pain, sucre, patrie (عيش وطن سكر ) sa dernière chanson, lancée pour la fête du jeûne, évoque directement la guerre qui dévaste son pays.

La vidéo met en scène un homme (le chanteur égyptien Ahmed Fahmy) qui appelle sa femme pour lui annoncer une (énième) terrible nouvelle dans ce pays. Au lieu de lui répondre, l’épouse se contente de raconter sa journée, comment elle s’est occupée des enfants, de la cuisine, etc. L’homme insiste et l’on comprend alors – sur fond d’images en surimpression qui laissent deviner les horreurs de la guerre — que cette attitude cache en fait un profond désespoir : comme beaucoup de ses concitoyens et concitoyennes, la protagoniste de la vidéo n’en peut plus de « cette patrie qui meurt parce que personne n’écoute, personne ne comprend, personne ne compatit, chacun parle pour lui » (وطن بيموت عشان الكل مش سامع، مش فاهم، مش حاسس، قال نفسي ).

Au regard de ses précédentes prises de position publiques, certains ont vu dans ces paroles un changement d’attitude, une évidente lassitude, bien entendu, comme la majeure partie du peuple syrien épuisé par cinq années de guerre, mais aussi, peut-être, une sorte d’appel à la réconciliation nationale, ne serait-ce qu’au regard du timing de la sortie du clip, la fête du Sacrifice, traditionnel moment de réunion et de partage.

Si c’était bien l’intention de la chanteuse, on ne peut pas dire que le message soit passé. Comme pour le clip de Lamjarred, on s’est vite enflammé sur les réseaux sociaux syriens pour s’en prendre à cette exilée de luxe sur les bords du Nil, à qui l’on suggère de revenir à Damas pour contribuer à adoucir un peu ces malheurs qui la font tellement souffrir.

Pour apaiser le drame syrien, il faudra bien plus que des bons sentiments…

Sissi Super Star : le mandat, pas la négociation, mais peut-être l’anarchie !

Un président s’en est allé, un autre arrive, très probablement. Le 11 février 2011, le vice-président du pays, Omar Souleiman, annonçait que « le raïs Hosni Moubarak renonçait à ses fonctions de président et confiait les affaires du pays au Conseil suprême des forces armées ». Une brève déclaration d’une trentaine de secondes, à la fois solennelle et visiblement assez improvisée (avec en particulier un appariteur en arrière-plan qui a longtemps stimulé l’imagination des réseaux sociaux).

Plus de deux ans plus tard, le 3 juillet 2013, le ministre de la Défense, Abdel-Fattah al-Sissi, renversait Mohamed Morsi, lequel l’avait pourtant nommé durant l’été 2012 à la tête dudit Conseil pour succéder au maréchal Tantawi. Le mercredi 24 juillet, le même Sissi s’adressait – en égyptien – aux « bons Egyptiens » (shurafâ’) pour leur demander de « descendre » (dans la rue) le prochain vendredi pour « lui donner mandat et ordre de faire face à la violence et au terrorisme ».

Cette déclaration (traduction officielle en anglais), prévue à l’avance, était destinée à être reprise dans les médias. On le constate dans la vidéo ci-dessous, diffusée par Cairocentric/Al-Kahera wal-Nas, une chaîne « spécial ramadan » (mais la vidéo est peut-être d’origine officielle : quelqu’un est au courant ?). Comme une sorte de revanche après la minable déclaration de février 2011, l’homme fort et providentiel rétablit l’honneur de l’armée de la nation dans ce qui ressemble beaucoup à la chronique officielle d’un coup d’Etat d’une prise de pouvoir annoncée.

En bonne rhétorique, la vidéo commence par un exorde : la date de la manifestation annoncée, avec en alternance les rues du Caire pleines de manifestants (souvent filmées du ciel, par des hélicos militaires ?). Crescendo musical, premières images de militaires qui marquent la fin de l’intro, ponctuée par un drapeau brandi par un manifestant (ça va vite, mais les Egyptiens l’ont certainement déjà vu aux infos : il s’agit du drapeau national, avec au crayon dessus la date du 30 juin, et une série d’opposition sur deux colonnes verticales : « nous », « eux », sur le mode « nous, on n’a pas peur ; eux, ils ont peur de nous ! »)…

Seconde 10 : la musique s’arrête brusquement, parade militaire, une nouvelle séquence commence, c’est le cœur du message. Gros plan sur la vedette du jour : Sissi imperator…. Lunettes noires sous l’énorme casquette, mouvements de menton au-dessus de la ribambelle de décorations, tribune militaire ornée d’oriflammes. Tout cela rappelle de mauvais scénarios passés mais peu importe car il s’agit, en rétablissant un montage ordonné sur des séquences d’images plus régulières, de montrer que l’O-R-D-R-E est revenu. On est dans le temps fort de la communication, le discours du 24 juillet, où la voix du militaire suprême est reprise par des sous-titres mentionnant l’essentiel du message : Tout ce que vous avez commandé, nous l’avons exécuté (retour sur la foule : Dégage, dégage, irhal ! [slogans du temps de Moubarak bien entendu]. Suite du discours : Il faut que tous les Egyptiens descendent dans la rue, etc. (Montage alterné : tête de Sissi et imposantes foules cairotes, applaudissements…). [A noter sur le mode subliminal, seconde 41, flash sur un drapeau national.] Descendre pourquoi ? Pour me donner mandat, et l’ordre, pour que j’affronte la violence et le terrorisme potentiels. [Insert de coupures de journaux.]

(55″) : nouvelle séquence (marquée par un léger changement de cadrage, l’homme aux lunettes noires est cette fois-ci légèrement de trois quart, la caméra a un peu reculé). Je ne vous demande rien, et je ne suis pas en droit de le faire mais je vous demande (sic!) de montrer au monde que la volonté est là… Si on a recours à la violence, au terrorisme, l’armée et la police seront mandatés pour faire le nécessaire afin de l’affronter. (Toute la séquence est au passif indéterminé, aussi bien pour les fautifs de la violence que pour la délégation de pouvoir… Mais l’enchaînement sur la foule massée dans la rue est là pour « expliquer » que le mandat est donné par le peuple dans la rue.)

(1’39) : retour au cadrage initial, serré de face sur le héros du jour. Dialogue entre le peuple et Sissi qui s’adresse directement à lui : Egyptiens ! Assumez votre responsabilité, avec moi, avec votre armée et avec la police. On est dans la péroraison, l’armée sera là pour assurer la sécurité, pas simplement au Caire ou à Alexandrie, mais dans tous les gouvernorats. Nouveau crescendo musical avec une sorte de jingle très télévisuel, séquences alternées qui font écho à l’intro et qui se termine (2’08) par la photo officielle de Sissi avec le slogan Descends, vendredi 26 juillet… de sorte que le monde soit témoin.

Incontestablement, les images peuvent inquiéter – au moins les partisans de Morsi ! – tant elles évoquent quelque chose entre le gauleiter et le golpista. Le clip a beau utiliser toutes sortes d’artifices de persuasion, notamment par un montage visant à créer un effet de dialogue entre l’homme seul à la tribune et le peuple de la rue, l’analyse rhétorique montre un autre réalité, celle d’une sorte de passage en force où le discours hésite à plusieurs reprises entre le je et le nous, tandis que les formes verbales actives et passives se mélangent, dans une anarchie syntaxique où la volonté du locuteur se superpose à la construction logique (ma traduction au plus près possible du «phrasé » original) :

«أقول للمصريين: نحن كنا تحت حسن ظنكم، وأنا أطلب منكم طلباً، وهو أن يوم الجمعة المقبل لا بد من نزول كل المصريين الشرفاء حتى يعطوني تفويضاً وأمراً بمواجهة العنف والارهاب، وحتى تذكر الدنيا أن لكم قراراً وإرادة، وأنّه لو تم اللجوء إلى العنف والارهاب فسيفوَّض الجيش والشرطة مواجهة هذا العنف والارهاب».

Je dis aux Egyptiens : nous étions à l’écoute de ce que vous souhaitiez. Je vous fais une demande, celle que vendredi, il faut que tous les bons Egyptiens descendent, pour me donner mandat et ordre [souligné par l’inflexion de la voix] de faire face à la violence et au terrorisme, pour que le monde ait conscience que vous avez une décision et une volonté et que si on a recours à la violence et au terrorisme, alors l’armée et la police seront mandatées pour faire face à cette violence et à ce terrorisme. »

Une rudesse toute martiale vis-à-vis des règles de la parole et du dialogue, qui n’a pas empêché les Egyptiens de donner massivement leur consentement à cette demande de tafwîdh (تفويض), le mot clé de cette annonce, à savoir, en arabe, la procuration, le mandat. Alors qu’elle est au fondement de toute démocratie, la question de la délégation du pouvoir, de l’autorité est en réalité soigneusement éludée dans les mots qu’utilise le chef des armées, au profit de ce terme, plus administratif ou juridique que politique.

Un mot forgé – il faut s’en souvenir – sur une racine à partir de laquelle la langue arabe propose d’autres termes, dont on peut penser qu’ils résonnent aussi dans la mémoire auditive des Egyptiens. F-W-DH (ف و ض), à la troisième forme (فاوض), c’est la négociation (mufâwadha), précisément ce qui est en train d’être rendu impossible, avec Morsi et ses partisans, défiés dans la rue par ce discours. Mais c’est aussi, nous rappelle le Lisân al-‘arab, le plus célèbre des dictionnaires de l’arabe classique, al-fawdha (الفوضى), l’anarchie… Qawmun fawdha mukhtalitun wa qîla hum alladhîna lâ amîr la-hum, man yajma’u-hum (وقَوْمٌ فَوْضَى مُخْتَلِطُون وقيل هم الذين لا أَمير لهم ولا من يجمعهم) : ceux qui n’ont pas de prince, ni personne pour les réunir

Les Egyptiens se réjouiront-ils longtemps d’avoir apparemment (re)trouvé cet homme providentiel, capable de les rassembler ? En tout cas, Sissi, lui, se rêve déjà en président.

« Ramadan nous rassemble » 1/3 (mais il reste des frontières)

Le jeûne de ramadan arrive, accompagné comme de coutume par son festin de séries télévisées, avec cette année une super-giga-méga production sobrement intitulée, du nom du second calife, Omar (Ibn al-Khattâb). Présentée dans un clip de promotion (voir ci-dessous, il sera commenté la prochaine fois) sous le slogan « Ramadan nous rassemble », la série a été financée conjointement par Qatar Television et la chaîne saoudienne MBC (Middle East Broadcasting Center, une des plus anciennes chaînes satellitaires, créée en 1991 à Londres et installée depuis 2001 à Dubaï). Annoncé dès septembre 2010, ce projet constitue à ce jour « la plus grosse production arabe », comme le proclame fièrement la bande-annonce : « 30 000 acteurs, plus de 300 jours de tournage… » Ni l’ambiance de ramadan (traditionnellement un moment de trêve dans l’ancienne Arabie), ni le coût certainement très important du budget ne sauraient expliquer à eux seuls cet attelage sans précédent entre deux institutions (para-)étatiques, émanations de puissances pétrolières certainement alliées mais également rivales, à commencer sur la scène médiatique.

Depuis longtemps (au moins les années 1990, si ce n’est avant), le feuilleton télévisé représente dans le monde arabe un enjeu de pouvoir. La traditionnelle domination égyptienne dans l’audiovisuel a ainsi été battue en brèche par la montée en puissance de la création syrienne dans la seconde moitié des années 1990, laquelle est en butte, depuis quatre ou cinq ans au moins, à des difficultés économiques mais également géopolitiques (évoquées par exemple dans ce billet publié en septembre 2007), difficultés bien évidemment particulièrement aiguës dans le contexte actuel à Damas. Ainsi, ce doit être la première fois depuis très très longtemps que la programmation de ramadan sur Dubaï TV ne comporte aucune production syrienne. Il ne s’agit pas du tout d’un boycott, s’empressent de préciser les responsables, mais d’encourager la création locale (article en arabe sur Al-Arabiyya). « Le Golfe d’abord ! » a-t-on décidé, pour que les pays de la région occupent sur la scène des industries culturelles la place qu’ils tiennent déjà dans le domaine économique et stratégique.


Mais la concurrence n’est pas seulement arabe. Sur le segment très particulier d’une consommation télévisuelle très « rituelle », à la fois coutumière, dans tous les sens du terme, et identitaire, les séries américaines sont hors-jeu, et même les séries turques (voir ce billet), qui continuent à se tailler un beau succès « en temps normal ». Mais justement, ramadan n’est pas un mois ordinaire ; c’est une période de ressourcement durant laquelle les liens, familiaux et sociaux, se resserrent, pour retrouver le sens d’une communauté dont la représentation imaginée (la célèbre imagined community de Benedict Anderson) continue à hanter les représentations politiques de la région quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise.

Cette exaltation du patrimoine commun à la nation a pu souvent se faire, même si c’est aujourd’hui un peu passé de mode, en jouant sur la fibre politique, la cause palestinienne assumant ainsi une sorte de rôle fédérateur des différents publics arabes. La veine nostalgique a aussi beaucoup été exploitée, ce dont témoigne l’énorme succès, plusieurs années de suite, de la série culte « à la syrienne » (shâmi) de Bab al-hâra. On peut également passer à la moulinette biopic toutes les grandes figures de l’histoire locale, ancienne et récente, de Nasser (billet ici) à Hassan el-Banna, le fondateur des Frères musulmans (billet ici) en passant par le roi Farouk, pour s’en tenir au cas égyptien.

Enfin, la gamme des mythes fondateurs peut puiser dans le riche réservoir des figures plus ou moins sacrées. Mais comme au cinéma avec les tentatives – parfois très anciennes, inspirées de la geste prophétique (voir ce billet où il est notamment question d’Al-Risâla et d’un projet turc qui aurait pu voir le jour en 1935 !) –, la mise en image des hauts faits de l’islam pose le problème, évoqué à maintes reprises dans ces billets (voir par exemple ici), de la représentation des personnages considérés (ou non) comme sacrés. En dépit de moult cautions religieuses puisées aux meilleures sources (Qardhawi naturellement, mais pas mal d’autress cheikhs du même calibre), le Omar de la MBC n’échappe pas, avant même sa diffusion (!), au lot de discussions, justifications, condamnations qui accompagnent rituellement ce type de projet en Arabie saoudite (article dans le Saudi Gazette) ou ailleurs (article en arabe dans Al-Akhbar à propos des protestations au Koweït).

Au regard des enjeux de puissance liés aux industries modernes de l’image, ce qui ne devrait être qu’un strict problème de doctrine à propos du caractère licite ou non de ces représentations des prophètes et autres figures saintes prend une dimension très polémique et politique dans le cadre des tensions entre les versions sunnites et chiites de l’islam. Comme ces dernières acceptent, depuis longtemps (voir ce billet), une interprétation beaucoup plus ouverte que celle des sunnites (surtout dans la version wahhabite), elles ont un incontestable avantage dans la guerre d’influence par feuilletons interposés, et les productions iraniennes, plébiscitées par le grand public, ont occupé une place de choix ces dernières années dans la programmation de ramadan des chaînes arabes (voir ce billet).

Mais comme l’année dernière à l’occasion de Hassan, Husayn et Mo’awiyya – un feuilleton rappelant les événements tragiques pour la mémoire collective chiite de la mort des fils de ‘Ali, le quatrième calife de l’islam, tués par le fondateur de la dynastie (sunnite) omeyyade –, le conflit tourne aussi sur l’interprétation de l’histoire véhiculée par un récit imagé qui a vocation à s’adresser aux foules, non seulement arabes mais musulmanes…

(à suivre)

Pour patienter, la page de présentation de la série sur le site de la MBC, où figure notamment une vidéo de promotion/justification qui mérite commentaires…

Promesses trahies : clip et politique en Irak

Alors que des résultats préliminaires, une semaine après les élections irakiennes, commencent à filtrer, les débats les plus passionnés portent aujourd’hui moins sur les votes que sur le dernier clip de la chanteuse Shadha Hassoun (شذى حسون).

Née d’un père irakien, Shadha Hassoun a surtout connu le Maroc où elle a passé la plus grande partie de son existence jusqu’à ce qu’elle participe, en 2007, à la quatrième édition de la Star Academy (voir ce billet). Après sa victoire à cette émission phare de la chaîne libanaise LBC, elle est devenue du jour au lendemain le symbole d’un renouveau national, renouveau conforté quelque mois plus tard par la victoire inattendue de l’équipe irakienne lors de l’Asian Cup de football. En dépit des conditions de sécurité précaires que continue à connaître le pays, la jeune chanteuse a été l’été dernier la première grande vedette arabe à retourner à Bagdad depuis 2003, à l’occasion de deux concerts au profit des enfants irakiens.

S’il y a débat aujourd’hui, c’est que le clip qu’elle a tourné pour son nouvel album offre plusieurs lectures possibles : alors que certains y voient un hommage à la résistance irakienne face aux envahisseurs, d’autres y lisent une manifestation de plus de la déchéance arabe.

Pour ce qui est de son titre, l’objet du litige affiche une authenticité sans faille. La chanson s’appelle en arabe Wu’ûd ‘Urqûb (وعود عرقوب), du nom d’un personnage légendaire passé en proverbe pour ses promesses fallacieuses. Dans le registre hyperclassique des chansons sentimentales, une femme se plaint de son amant. Ses belles promesses l’ont longtemps fait fondre, mais, désormais, c’est bien fini, elle a compris !

Pas de quoi lancer un débat, sans doute, sauf si l’on confie le tournage du clip à un artiste tel que Yahya Saadé (يحيا سعادة), un Libanais bien connu dans la profession, très florissante et lucrative, des réalisateurs pour les chaînes arabes spécialisées dans les clips de chanson. Mais Saadé n’est pas un réalisateur comme les autres. Il aime dérouter le spectateur par des images esthétiquement très complexes, porteuses de messages quasi subliminaux qu’illustrent le plus souvent des personnages de femmes, en apparence au moins aussi belles que rebelles !

Pour le clip de Shadha Hassoun, c’est lui qui a eu apparemment l’idée du scénario : celui dont se plaint la belle devenue enfin lucide, cet amant beau parleur, c’est un blond soldat étranger. Dans une rue de Bagdad avance, volontaire et assurée, une femme, refaite et qui plus est quasi-pixellisée tellement l’image est travaillée. Elle remonte un flot de personnes que l’on devine réfugiées, s’approche d’un homme sur lequel elle referme solidement une lourde grille qu’elle cadenasse soigneusement. La scène se poursuit, avec un non-réalisme totalement assumé, sur une sorte de lit militaire, l’occasion pour la femme d’asséner, à travers une gestuelle manifestement érotique, ses griefs tandis qu’un écran de télé, sur le côté, diffuse des images de combats et de destructions. Pour finir, la caméra s’écarte progressivement et nous fait découvrir la chanteuse, jambes nues, à l’arrière d’un camion militaire qui s’éloigne, tandis que l’image fait apparaître le visage d’un enfant en pleurs derrière des barbelés.

Pour les réalisateurs et les producteurs du clip, fort probablement, aucune ambiguïté. Comme s’en explique la chanteuse (en arabe, dans les commentaires qui accompagnent le clip et sans doute sous la pression du scandale), le scénario doit se lire comme une allusion à la situation irakienne, et comme une dénonciation de l’appétit des grandes puissances qui viennent chargées de belles promesses – démocratie, justice, indépendance… – qui ne se réalisent jamais. D’ailleurs, un œil exercé distingue tout à la fin du clip, vraiment aux dernières images du générique, une route jonchée de chaussures, hommage sans équivoque au courage de Muntazer al-Zaidi, l’homme qui a osé lancer ses chaussures à la tête d’un président américain. (Détail ci-contre pour vous aider à les repérer si vous visionnez le clip : on peut vraiment passer à côté !)

Malheureusement, une bonne partie du public populaire, supposément consommateur de ce type de produit, semble être passé assez largement à côté des subtilités de cette esthétique postmoderne. Et au lieu d’un message subliminal porté par les images décalées du clip, c’est une lecture au premier degré qui a été faite, celle de la traînée collabo dont la bassesse va jusqu’à coucher avec l’envahisseur qui opprime les siens ! Pour ne rien dire du mauvais goût d’un clip qui mêle les souffrances de l’amour à celles, bien réelles, de la guerre en Irak.

Illustration de la rupture – du choc si l’on veut – entre différentes « cultures » arabes appartenant à des couches sociales plus ou moins intégrées à la grammaire mondialisée. Illustration également du fossé qui sépare ceux qui maîtrisent les codes de cette mondialisation et qui s’en délectent, et ceux qui n’y ont pas accès et qui les vivent comme une suite ininterrompues d’agressions humiliantes.

En complément, quelques documents : (en arabe) les paroles de la chanson et les explications de la chanteuse sur son clip ; un autre clip de Yahya Saadé, politiquement parfaitement correct mais tout aussi débridé esthétiquement ! un article dans Elaph sur la question, et un autre dans Al-Akhbar, qui développe une curieuse thèse sur une sorte de complot de l’industrie audiovisuelle saoudienne !