Tueurs souriants : Mohamed Aboutrika et le maréchal Sissi

(Dessin de Carlos Latuff)
(Dessin de Carlos Latuff)

Les chiffres souffrent d’un peu d’imprécision mais, pour s’en tenir à ceux que fournit Human Right Watch, plus de 40 000 personnes ont été incarcérées en Egypte entre juillet 2013 et décembre 2014 pour des raisons politiques. En plus des 1 400 manifestants qui ont déjà trouvé la mort, des centaines de condamnation à la peine capitale attendent d’être exécutées (c’est le cas de le dire). En bonne place dans la file d’attente, Mohamed Morsi, président élu renversé par un militaire putschiste il y a bientôt un an et demi.

On n’en est pas encore là pour la dernière victime célèbre en date, mais cela pourrait venir. Mohamed Aboutrika, celui qui était encore récemment le capitaine de l’équipe nationale de foot, a vu ses avoirs au sein d’une société de tourisme gelés dans le cadre d’une enquête pour complicité de terrorisme. L’homme qui a marqué 33 buts pour la sélection de son pays auquel il a apporté, ainsi qu’à son club, le Ahly, d’innombrables victoires, celui qui a été consacré, à quatre reprises, « meilleur footballeur d’Afrique », a en vain contesté cette décision. D’un strict point de vue légal, le crime qui lui est reproché pourrait le conduire jusqu’à l’échafaud, même s’il est probable que l’affaire n’ira pas jusque là. Malgré toute son arrogante stupidité, encore récemment démontrée lorsque le ministre de la Justice a expliqué (avant d’être contraint à la démission) qu’il fallait être de bonne famille pour être magistrat et que cette fonction ne pouvait donc pas échoir à « un fils d’éboueur », la « justice » égyptienne n’osera sans doute pas affronter la colère de l’immense foule des supporters pour qui « le magicien » (un de ses surnoms dans les stades) est une icône nationale.

(Sur le maillot : "Nous sommes avec toi, ô Envoyé de Dieu")
(Sur le maillot : “Nous sommes avec toi, ô Envoyé de Dieu”)

En effet, à peine connue, la nouvelle a fait réagir en masse les réseaux sociaux sur lesquels se sont créés toutes sortes de groupes de soutien, avec des mots-dièses tels que #Aboutrika_n’est_pas_un_criminel ou encore #Aboutrika_ligne_rouge (#أبوتريكة_خط_أحمر). Dans un pays où il n’est pas sans risque de s’opposer publiquement au régime militaire, même les milieux sportifs se sont mobilisés. On a ainsi vu des joueurs, et jusqu’à des commentateurs sportifs, prendre ouvertement parti pour l’ancien capitaine qui a pourtant officiellement « déchaussé ses crampons » depuis bientôt un an et demi. En plus d’être un footballeur légendaire, Mohamed Aboutrika est en effet un homme d’exception dont les engagements tranchent dans un milieu où la tête sert plus à marquer des buts qu’à formuler des idées. A plus d’une reprise, il a ainsi profité de la présence des caméras sur le terrain pour manifester, tantôt son désaccord avec les caricatures insultantes contre le prophète de l’islam, tantôt sa solidarité avec les victimes des bombardements israéliens sur Gaza (en 2008).

S’il affirme n’avoir jamais milité pour eux, Aboutrika n’a jamais fait mystère non plus de ses sympathies pour les Frères musulmans – lesquels ont tout de même été portés au pouvoir en juin 2012 par une majorité de votants s’exprimant dans un vote jugé plus démocratique qu’il n’est de coutume dans ce pays, faut-il le rappeler. Lorsque le Conseil suprême des forces armées était encore au pouvoir, avant l’élection de Morsi, il avait ainsi refusé de serrer la main du maréchal Tantawi, alors président par intérim, puis celle du ministre des Sports, en signe de protestation contre le massacre de quelque 72 supporters de son club dans un stade de Port-Saïd. De l’avis de beaucoup, une véritable embuscade tramée par la police pour se venger des « ultras », ces groupes de supporters, extrêmement organisés, qui ont joué un rôle important lors des affrontements révolutionnaires.

Comme à l’accoutumée, le régime égyptien a « lâché les chiens » pour tenter de salir la réputation d’un homme dont la générosité et la rigueur morale étaient jusque-là montrées en exemple (récemment encore, il aurait financé le pèlerinage de familles de victimes de la révolution, parmi lesquelles se trouvaient des policiers et des militaires). Dans les médias, on se dépense par conséquent beaucoup pour expliquer que personne ne saurait se soustraire à la loi, pas même l’idole des foules égyptiennes, le « tueur souriant » – القاتل المبتسم : autre surnom de cet attaquant hors pair à l’élégance inégalable. Il n’empêche que, dans l’entourage du caudillo égyptien, on se demande si ce dernier n’a pas fait une erreur de calcul : comme le dit en substance James Dorsey, observateur attentif du « monde turbulent du football au Moyen-Orient », en s’attaquant à une figure aussi populaire auprès de ses concitoyens, tous partis confondus, le maréchal Sissi, cet autre « tueur souriant », au sens propre de l’expression cette fois, a peut-être pris le risque de déclencher un mouvement d’opinion aux conséquences imprévisibles.

Communication et politique dans l’après-“Printemps arabe”

dabiq Le Hamas peut se targuer de certains succès lors de la dernière agression israélienne, même s’il n’a pas réussi à les transformer sur le plan politique – ou plutôt on a tout fait pour que ce ne soit pas le cas. Succès militaires sans doute, mais également, cela a été moins noté, sur le plan de la guerre de l’information. Mettant à profit les conseils du Hezbollah, les militants du Hamas ont considérablement changé de ton. Délaissant en partie l’appel à la compassion et à la justice de la part de victimes impuissantes réclamant l’aide de la communauté internationale, ils ont adopté une autre rhétorique, plus proche de la réalité des combats et plus strictement informative (article Al-Akhbar en arabe). Alors que les autorités d’Israël muselaient leurs propres médias, ce positionnement assez inédit pour le Hamas lui a valu d’être écouté, au sens propre du mot, par les civils israéliens à la recherche d’informations. De même, la mobilisation palestinienne sur les réseaux sociaux a posé de sérieux problèmes d’« image » à l’armée israélienne, comme elle reconnaît elle-même sur son site officiel.

Longtemps domaine réservé des seuls « pro-occidentaux », la communication politique, dans ce qu’elle a de plus professionnel, est par conséquent une arme qu’utilisent désormais les différents camps de l’islam politique. Le Hezbollah avait ouvert la voie il y a longtemps, lors de sa guerre de libération du Sud-Liban, avec les premières opérations filmées et leur utilisation dans une stratégie de communication sophistiquée. Son ennemi d’aujourd’hui, l’Etat islamique (en Irak et au Levant), fait preuve lui aussi d’une efficacité remarquable. Dans un registre classique, il y a bien entendu la revue Dabiq – du nom d’un village près d’Alep où le prophète aurait prédit la défaite des Byzantins, défaite à laquelle le monde serait en train d’assister grâce aux victoires du calife al-Baghdadi. Le magazine, entièrement rédigé en anglais avec une mise en page soignée (un exemple en haut de ce billet), est disponible sur les meilleurs sites internet.

Des sites qui sont nombreux car Mr Facebook et ses amis des réseaux sociaux, incroyablement réactifs dès qu’il s’agit de fermer une page pro-palestinienne comme on l’a constaté il y a quelques mois avec l’affaire de la troisième intifada (voir ce billet d’avril 2011), sont en revanche aussi inefficaces sur le Net que des bombardiers US lorsqu’il s’agit de stopper l’avancée des troupes de Daesh ! Prenez n’importe quel moteur de recherche, et vous trouverez à profusion, et sans la moindre difficulté, Dabiq ou encore Salîl al-sawârim (صليل الصوارم : mieux vaut le chercher avec les caractères arabes), à savoir « l’entrechoquement des sabres bien tranchants », une super-production assez gore, qui en est déjà à son quatrième film de plus d’une heure. On y voit se faire joyeusement trucider, sans le moindre effet spécial et avec un réalisme impitoyable, une multitude de mécréants qui visiblement méritaient l’enfer. Aux dernières nouvelles, le département « agit’prop » de cette organisation vraiment très bien organisée prépare des jeux vidéos, pour distraire ses militants tout en continuant à prêcher la bonne parole comme il est dit dans cet article (en arabe). A ceux qui trouverait cela de mauvais goût, on rappellera que l’armée US utilise la même technique, éprouvée en Irak notamment, depuis des lustres (voir ce billet de juillet 2007).

Du côté de l’islam politique plus institutionnel, on s’intéresse aussi à ces questions. Il y a quelques semaines, le site Al-Monitor révélait ainsi dès septembre dernier que le parti Ennahdha s’était attaché les services d’une des plus grosses (et sulfureuses) boîtes de Public Relation, la société étasunienne (nobody’s perfect!) Burson-Marsteller, laquelle s’est par exemple récemment illustrée en Ukraine (côté atlantiste, faut-il le préciser). Tout cela n’a rien à voir bien entendu avec les prochaines élections tunisiennes à la fin de la semaine. Les termes du contrat ne sont pas publics mais certains parlent de 18 millions de dollars. Qui paiera ? En ces temps de Qatar bashing, le « pauvre » petit Emirat du Golfe fait un coupable tout trouvé, d’autant plus qu’il ne s’est pas privé d’intervenir dans les affaires internes de ce très « cher » (façon de parler bien entendu) pays frère…

Seul point commun dans les trois exemples que l’on vient de citer : le professionnalisme et le sérieux, ainsi que l’absence totale d’humour et d’esprit décalé. Tout le contraire en somme du langage « inventé » par les jeunesses arabes lorsqu’elles arrivaient encore à se révolter et à libérer leur parole. Quelles que soient leurs stratégies, les communications politiques qui se déploient aujourd’hui à l’intention des publics arabes rompent clairement avec le ton du « Printemps arabe » et sa rhétorique décalée, aussi imaginative et créatrice qu’ironique. Une fois de plus s’il en était besoin, on voit que la fin de la récréation, pour la jeunesse arabe, a été sifflée.

Pas totalement malgré tout. Toujours en Tunisie, un petit parti, Afek Tounes (Horizons tunisiens), a réussi à faire parler de lui en proposant une campagne un peu décalée, sous la forme d’une chanson (assez maladroitement ) entonnée par ses dirigeants (article ici). Plus significatif encore, on a beaucoup parlé ces jours derniers d’une vidéo moquant un des principaux candidats, Béji Caïd Essebsi, leader du parti Nidaa Tounes (L’appel tunisien). Cette vieille figure de la politique locale, ancien ministre de l’Intérieur sous Bourguiba (c’est dire si ça ne date pas d’hier !) se fait tailler un costard par un humoriste local, Hatem Karoui. Dans son clip, avec rimes et rythmes anglo-saxons (pas forcément un bon signe par rapport au public visé), Sebsi rime avec sexy, sur fond d’allusions vachardes sur les déclarations politiques du vieux bonhomme et sa santé (voir cet article). On n’est pas obligé de trouver la vidéo (visible ici) extrêmement drôle, ni même très réussie. Mais comme le souligne Riad Guerfali, un des fondateurs historiques du portail Nawaat et des luttes en ligne, l’irrévérence des œuvres de l’esprit, est « un des impératifs les plus vitaux » de la démocratie !

Premier pays des soulèvements arabes, la Tunisie fait donc encore exception dans une région où la communication politique n’est pas vraiment très irrévérencieuse (même les Egyptiens sont visiblement terrorisés aujourd’hui par toute tentative de faire de l’humour et ce n’est pas sous Sissi que Bassem Youssef ferait le guignol comme il l’a fait avec Morsi, « bon prince » finalement malgré toutes les intentions qu’on a pu lui prêter, à lui et aux Frères musulmans). En attendant la suite dans ce pays, à l’issue des élections qui auront lieu à la fin de la semaine, cette courte vidéo, proposée en avril 2012 et présentée dans cet article). Cette publicité pour le chewing-gum Florident, qui purifie l’haleine et même celui d’une grenouille qui ressemble étrangement à l’actuel président – toujours provisoire – de la République, sur fond d’hymne national, est un vrai… sacrilège !

Le « vrai islam » sur Internet (2/2) : des musulmans bisounours

how_2_b_a_good_muslim_husband_by_nayzak-d3ambo6

Avec la guerre (presque) officiellement lancée contre l’Etat islamique, on peut imaginer que de belles perspectives s’ouvrent désormais à ceux et celles qui sauront vendre une image positive de l’islam, capable de détourner les plus faibles des croyants des mauvaises influences. Compte tenu du succès remporté sur les réseaux sociaux par les vidéos gore des serial killers de Daesh, sans aucun doute, il y a du pain sur la planche.

Au vu de la production disponible, on peut dire que la bataille n’est pas gagnée ! J’avais signalé dans un billet écrit en mai dernier la diffusion, sur Internet, d’un court-métrage d’une quinzaine de minutes du Saoudien Abdul-Rahman Ayeel. Une commande, à l’évidence, qui ambitionnait de prévenir la jeunesse saoudienne contre les pièges mortels de l’engagement auprès des extrémistes de Daesh. Près de quatre mois plus tard et en dépit des relais médiatiques, le compteur de YouTube n’atteint toujours pas les 150 000 visionnages : une misère ! On l’a vu la semaine dernière : les propositions de l’Etat islamique, c’est un fait incontournable même s’il est difficilement quantifiable, suscitent un vrai courant d’adhésion auprès de certaines fractions de la jeunesse musulmane, et ce n’est pas ce type de message qui suffira à lui faire changer les idées.

Mais il y a pire encore. Depuis ramadan 2011, un « groupe » de personnes qu’on imagine musulmanes (on n’en sait pas plus sur leur identité) s’est donné pour mission de combattre le radicalisme. Avec des moyens qui ne sont tout de même pas ridicules, le site Ummati.me (le suffixe « me » correspond au Montenegro mais les adresses sont gérées par une société privée) propose une série de messages pour tenter de calmer les fureurs qui travaillent la nation musulmane. Le cœur plein de bonnes intentions (9loub bayda en arabe), Ummati propose à la majorité silencieuse des musulmans modérés de s’unir contre le terrorisme.

Les couleurs sont douces, la mise en page aérée avec quelques phrases tirées des meilleurs auteurs (musulmans ou non) et des vidéos aussi belles que des films publicitaires ; le jingle slogan n’est pas mal trouvé : « C’est moi le/la musulman/e » (ana huwa al-muslim/a). Une phrase déclinée en toutes sortes de versions, selon les meilleures règles du marketing : « Je crois en l’humanisme, c’est moi le musulman. J’apprends à mes enfants que la terre se nourrit de sueur, pas de sang, c’est moi…, Je m’exprime en toute liberté, je fais le jihad pour la vie, pas pour la mort, c’est moi, etc. »

Les femmes ne sont pas oubliées naturellement, bien au contraire. Le message est unique mais les pays et les accents varient (pas grand’chose pour le Maghreb tout de même). On veille à montrer la religion dans sa diversité, toutes écoles et tendances (furieusement adversaires aujourd’hui) confondues. Les spots se suivent et se ressemblent, qui assènent touts le même message (traduction après la vidéo) :

Caméra subjective qui révèle une banlieue pauvre en épousant le regard de celui qui sera le personnage central (l’homme du Golfe qui distribue les bienfaits). Des enfants se précipitent sur une voiture – camp pauvre, groupe majoritairement composé de femmes (les têtes sont couvertes) et d’enfants, en plus du personnage central en blanc (dashdasha d’un pays du Golfe). Il distribue des pains (libanais). En voix off : Je fais le jihad pour la vie, pas la mort, c’est moi le musulman.
(11′) Un imam (chiite, accent irakien), architecture de type persan : J’enseigne que la religion est ouverture et pas monopole individuel. C’est moi le musulman.
(19′) Enseignante dans une classe (accent tunisien ?) : J’encourage la liberté de pensée, pas le takfir (l’exécration des mécréants), c’est moi le musulman.
(26′) Quartier ancien pauvre, l’accent pourrait être syrien, enfants qui jouent, cheikh clairement sunnite, travelling jusqu’à jeune guitariste au milieu d’enfants (La musique devient de plus en plus présente)  : Je sais que la diversité enrichit… [Suite du message inaudible.]
Slogan : Je fais front à l’extrémisme, c’est moi le musulman.
Second slogan : Une oumma montante (le nom de la campagne) désavoue l’extrémisme.

Le califat islamique, ce n’est pas le pays des bisounours ! Pour réduire l’attraction de l’extrémisme, il faudra autre chose que des belles images. S’attaquer à ce qui l’a nourri pendant des années par exemple…

Discours dans un pays silencieux : la campagne électorale de Bachar El-Assad

sawalogo
Visuel de la campagne “Sawa” (Ensemble).

Parmi les nombreuses questions que pose l’expression « printemps arabe » figure en bonne place celle de la délimitation temporelle du fait révolutionnaire réduit, pour les besoins de la story médiatique, aux premières semaines de l’année 2011. Bien entendu, il y a un « avant » à ces événements, et on peut le situer autour de l’année 2005. C’est en tout cas ce que choisissait de faire Gilber Achcar, dans un article publié dans Le Monde diplomatique en juillet 2005. Il y évoquait « les chances et les aléas » de ce qu’on appelait déjà – dans une sorte d’étrange répétition avant l’heure – « le printemps arabe ».

Même si ce n’est pas forcément très évident sur le strict plan politique – Gilbert Achcar évoque ainsi les faits marquants qu’ont été le retrait des troupes syriennes du Liban, les élections municipales en Arabie saoudite, ou encore une réforme de l’élection présidentielle en Egypte –, l’année 2005 marque incontestablement un tournant majeur sur un autre plan, celui de la communication politique. C’est en effet à partir de ce moment-là, on peut le constater avec le mouvement Kifaya en Egype par exemple, que l’activisme en ligne acquiert dans le monde arabe une visibilité de plus en plus grande, jusqu’à prendre la place que l’on sait quelques années plus tard, notamment grâce aux réseaux sociaux qui se développent à partir de cette époque.

Et dans un registre plus traditionnel, c’est également cette année-là que « naît » la communication électorale moderne arabe, avec la présidentielle égyptienne de l’automne (commentée dans ce billet) et sans doute plus encore avec le « printemps du cèdre » et la bataille de communication menée par les partisans du 8 mars (le camp de Independence 05). A leur manière, les détournements en 2007, sur les réseaux sociaux libanais, de cet « affrontement de narratives » entre partisans du 8 et du 14 mars confirmaient que la propagande politique locale était entrée dans une nouvelle ère. En récupérant selon leurs propres codes la « grande geste du printemps arabe » dès l’été 2011 pour mieux vendre leurs « réclames » (voir ce billet), les professionnels de la publicité entérinaient une évolution désormais inscrite dans le paysage arabe.

Même dans un pays aussi figé que pouvait l’être la Syrie par des années de propagande en béton massif (celle qu’analyse Lisa Wedeen dans un livre devenu un classique), la communication politique « de papa » (Hafez en l’occurrence) n’est plus « vendable ». Perceptible dès 2006, par exemple à travers une campagne de promotion de la « démocratie participative » (voir les illustrations de ce billet), la modernisation du discours tenu par le régime syrien allait même devenir une question de survie, au sens strict de l’expression. En mai 2011, les officiels syriens, sérieusement menacés, notamment sur les réseaux sociaux, par la « puissance de feu communicante » de l’opposition (et ses relais médiatiques régionaux et internationaux), avaient ainsi lancé une impressionnante campagne de soutien au président (voir ces deux billets : ici et ).

Incontestablement « moderne » par le ton et les moyens (surtout au regard des traditions locales), cette campagne relevait malgré tout du lifting : le langage était rajeuni, tout comme les éléments rhétoriques, aussi bien pour les slogans que dans les visuels. Mais pour l’essentiel, l’âme de la communication restait la même : le chef, le président, le rayyis, le viril pater familias (le Si Sayyed) – voir dans ce billet la traduction d’un texte de Rabab El-Mahdy à ce sujet – dont use et abuse en ce moment même le « candidat-élu » Sissi en Egypte.

A quelques jours de sa prochaine élection, cet autre « candidat-élu » qu’est Bachar El-Assad a dévoilé l’essentiel de sa campagne, révélant une évolution supplémentaire. Professionnelle, elle propose en particulier une gestion assez inédite du calendrier qui délaisse la technique du pilonnage massif pour une communication plus étendue dans le temps avec des effets de teasing (titillage). Maniant les différents formats électroniques (Facebook, YouTube, Twitter, Instagram), l’équipe de communicants au service du « président candidat » a ainsi délivré une série de messages qui s’échelonnent dans le temps tout en s’inscrivant dans une même charte graphique (et réuni par un même « fil » musical) qui leur donne une unité.

bashar2L’élément le plus remarquable reste la modestie du ton d’ensemble. En lieu et place des précédentes déclarations enflammées, viriles et/ou passionnées, toutes focalisées sur le héros de la nation, l’actuelle campagne joue au contraire la carte de la discrétion. Par son nom déjà, Sawa (Ensemble) qui oblitère quasiment la figure présidentielle, laquelle n’apparaît qu’a minima, à travers une simple signature manuscrite, par une vignette pour laquelle on a retenu un nouveau portrait où « l’homme qui occupe la fonction suprême » est plus jeune homme et moins « suprême » que jamais : tenue civile soulignée par la chemise claire sans cravate, expression juvénile résolue sans doute mais presque timide aussi. La gamme chromatique est très étrange, surtout au vu des critères en vigueur dans la région : vert franc, bleu clair, des couleurs froides qui « dépassionnent » le débat et soulignent la simplicité de la cursive manuscrite (qui fait naturellement le choix de l’arabe parlé et non pas de la graphie savante classique).

Conformément au slogan, cet homme n’est rien ; il n’est qu’une partie d’un « nous » collectif, qui n’exprime aucune violence mais se situe au contraire dans la positivité absolue : Ensemble nous la reconstruisons, Ensemble, elle redeviendra plus belle, plus forte, etc. Autant de titres de vidéos électorales où le rôle du héros est tenu par le peuple, dans toutes ses composantes, hommes, femmes, jeunes ou âgés, mais où domine – conformément à la réception locale très sensible à cet élément – la figure de l’innocence enfantine. Les héros de la nation sont encore là, travailleurs burinés des champs et fiers ouvriers hérités de l’imaginaire socialiste (baathiste), mais ils ne sont plus que les relais de la génération à venir, celle pour laquelle il faut préserver l’existence d’un « foyer » national. En écho à l’ensemble de la campagne, la page Facebook Sawa, lancée au 10 mai dernier, offre très peu d’images guerrières, assénant les prouesses du chef militaire. Au contraire on y relève une ribambelle d’enfants, très jeunes citoyens exprimant naïvement leur amour pour le père de la nation, enfants du couple présidentiel, et même portraits du leader en jeune étudiant ou en garçonnet à culottes courtes !

Dans ces clips tournés – là encore avec un incontestable sens du timing de la campagne tant militaire qu’électorale – dans les lieux de mémoire de la nation désormais libérés (le krak des chevaliers, Homs…), l’ennemi, les « terrosristes » n’ont pas de place et encore moins de visages. Ils ont disparu, la bataille a été gagnée. Dans ces images lisses (pas de contrastes violents, éclairages le plus souvent tamisés, montage souple et très lent sur fond de musique nostalgique aux accents vaguement orientaux), le peuple uni se livre à une reconstruction qui est, par anticipation, célébration de la victoire. Les forces communes se réunissent pour ce grand œuvre, auquel le chef se contente, modestement, d’apporter sa touche personnelle, par le biais d’un discret autographe tout à la fin du récit.

Un problème, tout de même : pas un instant on n’entend la voix du peuple syrien, pas une parole échangée, pas un seul dialogue ; la campagne si moderne de Bachar El-Assad résonne dans le silence glacé d’un pays silencieux.

Un des clips de la campagne, d’autres sont visibles ici :

Daash et les “cheikhs de la discorde” : indignation sur commande en Arabie saoudite

isil-550x308

Une émission à la télévision, en janvier dernier, avait mis en évidence un changement d’attitude de la part des autorités saoudiennes. Dans ce pays où rien de ce qui se diffuse sur les médias publics n’est vraiment laissé au hasard, un journaliste célèbre, Dawood al-Shiryân, avait fait alors beaucoup de bruit en accusant les « cheikhs de la discorde » d’envoyer la jeunesse saoudienne au casse-pipe en Syrie.

Quelques mois plus tard, un jeune Saoudien, Abdul-Rahman Ayeel (عبدالرحمن عايل), fait à son tour beaucoup parler de lui en ce moment dans la presse et dans les réseaux sociaux, depuis qu’il a publié, sur YouTube, un court-métrage d’environ 15 minutes. Intitulé Daash (l’acronyme en arabe pour L’Etat islamique en Irak et au Levant, ISIL en anglais), il raconte l’histoire d’un jeune jihadiste saoudien, parti combattre les « mécréants » à l’incitation d’un cheikh de son pays. Malheureusement pour le jeune volontaire, il est pris pour un espion par les combattants de Daash qui l’exécutent après un simulacre de procès.

Cet événement, situé dans le film dans la ville syrienne de Deir Ezzor, au début du mois de mai, occupe la première partie. La seconde est consacrée au retour du « fantôme » du malheureux apprenti jihadiste (le thème du fantôme – طيف – est un grand classique de l’imaginaire culturel arabe). Il tente, en vain, de communiquer avec son père et sa famille pour leur demander pardon, puis il se dirige vers le cheikh qui l’a envoyé pour savoir s’il se trouve en enfer ou au paradis comme promis aux combattants de Dieu. Le cheikh ne l’entend pas, trop occupé à compter les dons des fidèles…

Le récit se termine par une supplique du (fantôme du) supplicié qui s’écroule à genoux, désespéré, en s’adressant à son Créateur. A la suite du générique, comme une sorte d’épilogue, on retrouve le « cheikh de la discorde » pérorant en se curant les dents (le détail qui tue !) sur les mérites de ceux qui sacrifient leur vie pour leur foi. A sa droite, on devine dans l’assemblée (me semble-t-il) le père, qui l’écoute attentivement tout en s’essuyant furtivement les yeux avec un coin de son shimagh (l’équivalent de la keffieh palestinienne).

Le fait que ce court-métrage soit produit par I-content (Sharikat al-muhtawâ al-mutakâmil), une société de production qui a pignon sur rue puisqu’elle compte comme clients la télévision nationale, le journal Al-Sharq al-Awsat, la chaîne MBC et même le ministère de l’Education, est un indice assez probant de ce que cette réalisation correspond d’une manière ou d’une autre à une commande officielle. Ce que confirment les relais médiatiques locaux, Al-Arabiyya ayant par exemple offert au jeune réalisateur un entretien d’une bonne dizaine de minutes sur sa chaîne (la suite de la séquence étant occupée par un très universitaire local, spécialisé en psychologie, chargé d’expliquer les raisons de cette déviance juvénile).

Abdul-Rahman Ayeel est souvent présenté comme un ancien jihadiste lui-même (en Irak). Dans l’entretien sur Al-Arabiyya, il relate ainsi son retour clandestin chez lui, visiblement désabusé, et l’accueil que lui réserva alors de sa mère. Son film fait d’ailleurs écho à cette expérience mais se garde bien de gratter trop profondément les raisons qui pourraient expliquer le succès que trouvent auprès de la jeunesse de son pays les discours fallacieux des « cheikhs de la discorde ». Mais il paraît que Daash serait le premier volet d’une trilogie, et la suite éventuelle sera peut-être un peu plus incisive sur cette question…

En attendant, le nombre de visionnages sur YouTube n’est pas si impressionnant que cela (rien à voir par exemple avec le phénomène Hisham Fageeh et son No Woman, No drive). En revanche, les commentaires sont très nombreux, et souvent très très agressifs (le jeune réalisateur aurait d’ailleurs reçu des menaces de mort). Auteur pourtant du très réussi Nakira (نكرة : celui qui n’est pas reconnu, visible ici), Abdul-Rahman Ayeel n’a pas l’air d’avoir été très inspiré par son sujet. Signe – en tout cas c’est ainsi que je le vois – que ce pamphlet contre les dérives de certaines interprétations de l’islam, par ailleurs encouragées depuis des lustres dans le Royaume d’Arabie saoudite, est, en partie tout au moins, une œuvre, et une indignation, de commande…

Je vous laisse juge en découvrant le court-métrage en question, en précisant, comme le signale le générique, qu’il est déconseillée aux moins de 18 ans !

(Dans la série « on est plus intelligents à plusieurs : quelqu’un aurait-il une idée de l’auteur du chant – accompagné par un instrument, ce qui n’est pas du tout halal ! – interprété au début du film ? Il n’est pas crédité au générique, non plus que le morceau final qui doit être du ‘oudiste Riyad Sunbati…)

Sissi Super Star : le mandat, pas la négociation, mais peut-être l’anarchie !

Un président s’en est allé, un autre arrive, très probablement. Le 11 février 2011, le vice-président du pays, Omar Souleiman, annonçait que « le raïs Hosni Moubarak renonçait à ses fonctions de président et confiait les affaires du pays au Conseil suprême des forces armées ». Une brève déclaration d’une trentaine de secondes, à la fois solennelle et visiblement assez improvisée (avec en particulier un appariteur en arrière-plan qui a longtemps stimulé l’imagination des réseaux sociaux).

Plus de deux ans plus tard, le 3 juillet 2013, le ministre de la Défense, Abdel-Fattah al-Sissi, renversait Mohamed Morsi, lequel l’avait pourtant nommé durant l’été 2012 à la tête dudit Conseil pour succéder au maréchal Tantawi. Le mercredi 24 juillet, le même Sissi s’adressait – en égyptien – aux « bons Egyptiens » (shurafâ’) pour leur demander de « descendre » (dans la rue) le prochain vendredi pour « lui donner mandat et ordre de faire face à la violence et au terrorisme ».

Cette déclaration (traduction officielle en anglais), prévue à l’avance, était destinée à être reprise dans les médias. On le constate dans la vidéo ci-dessous, diffusée par Cairocentric/Al-Kahera wal-Nas, une chaîne « spécial ramadan » (mais la vidéo est peut-être d’origine officielle : quelqu’un est au courant ?). Comme une sorte de revanche après la minable déclaration de février 2011, l’homme fort et providentiel rétablit l’honneur de l’armée de la nation dans ce qui ressemble beaucoup à la chronique officielle d’un coup d’Etat d’une prise de pouvoir annoncée.

En bonne rhétorique, la vidéo commence par un exorde : la date de la manifestation annoncée, avec en alternance les rues du Caire pleines de manifestants (souvent filmées du ciel, par des hélicos militaires ?). Crescendo musical, premières images de militaires qui marquent la fin de l’intro, ponctuée par un drapeau brandi par un manifestant (ça va vite, mais les Egyptiens l’ont certainement déjà vu aux infos : il s’agit du drapeau national, avec au crayon dessus la date du 30 juin, et une série d’opposition sur deux colonnes verticales : « nous », « eux », sur le mode « nous, on n’a pas peur ; eux, ils ont peur de nous ! »)…

Seconde 10 : la musique s’arrête brusquement, parade militaire, une nouvelle séquence commence, c’est le cœur du message. Gros plan sur la vedette du jour : Sissi imperator…. Lunettes noires sous l’énorme casquette, mouvements de menton au-dessus de la ribambelle de décorations, tribune militaire ornée d’oriflammes. Tout cela rappelle de mauvais scénarios passés mais peu importe car il s’agit, en rétablissant un montage ordonné sur des séquences d’images plus régulières, de montrer que l’O-R-D-R-E est revenu. On est dans le temps fort de la communication, le discours du 24 juillet, où la voix du militaire suprême est reprise par des sous-titres mentionnant l’essentiel du message : Tout ce que vous avez commandé, nous l’avons exécuté (retour sur la foule : Dégage, dégage, irhal ! [slogans du temps de Moubarak bien entendu]. Suite du discours : Il faut que tous les Egyptiens descendent dans la rue, etc. (Montage alterné : tête de Sissi et imposantes foules cairotes, applaudissements…). [A noter sur le mode subliminal, seconde 41, flash sur un drapeau national.] Descendre pourquoi ? Pour me donner mandat, et l’ordre, pour que j’affronte la violence et le terrorisme potentiels. [Insert de coupures de journaux.]

(55″) : nouvelle séquence (marquée par un léger changement de cadrage, l’homme aux lunettes noires est cette fois-ci légèrement de trois quart, la caméra a un peu reculé). Je ne vous demande rien, et je ne suis pas en droit de le faire mais je vous demande (sic!) de montrer au monde que la volonté est là… Si on a recours à la violence, au terrorisme, l’armée et la police seront mandatés pour faire le nécessaire afin de l’affronter. (Toute la séquence est au passif indéterminé, aussi bien pour les fautifs de la violence que pour la délégation de pouvoir… Mais l’enchaînement sur la foule massée dans la rue est là pour « expliquer » que le mandat est donné par le peuple dans la rue.)

(1’39) : retour au cadrage initial, serré de face sur le héros du jour. Dialogue entre le peuple et Sissi qui s’adresse directement à lui : Egyptiens ! Assumez votre responsabilité, avec moi, avec votre armée et avec la police. On est dans la péroraison, l’armée sera là pour assurer la sécurité, pas simplement au Caire ou à Alexandrie, mais dans tous les gouvernorats. Nouveau crescendo musical avec une sorte de jingle très télévisuel, séquences alternées qui font écho à l’intro et qui se termine (2’08) par la photo officielle de Sissi avec le slogan Descends, vendredi 26 juillet… de sorte que le monde soit témoin.

Incontestablement, les images peuvent inquiéter – au moins les partisans de Morsi ! – tant elles évoquent quelque chose entre le gauleiter et le golpista. Le clip a beau utiliser toutes sortes d’artifices de persuasion, notamment par un montage visant à créer un effet de dialogue entre l’homme seul à la tribune et le peuple de la rue, l’analyse rhétorique montre un autre réalité, celle d’une sorte de passage en force où le discours hésite à plusieurs reprises entre le je et le nous, tandis que les formes verbales actives et passives se mélangent, dans une anarchie syntaxique où la volonté du locuteur se superpose à la construction logique (ma traduction au plus près possible du «phrasé » original) :

«أقول للمصريين: نحن كنا تحت حسن ظنكم، وأنا أطلب منكم طلباً، وهو أن يوم الجمعة المقبل لا بد من نزول كل المصريين الشرفاء حتى يعطوني تفويضاً وأمراً بمواجهة العنف والارهاب، وحتى تذكر الدنيا أن لكم قراراً وإرادة، وأنّه لو تم اللجوء إلى العنف والارهاب فسيفوَّض الجيش والشرطة مواجهة هذا العنف والارهاب».

Je dis aux Egyptiens : nous étions à l’écoute de ce que vous souhaitiez. Je vous fais une demande, celle que vendredi, il faut que tous les bons Egyptiens descendent, pour me donner mandat et ordre [souligné par l’inflexion de la voix] de faire face à la violence et au terrorisme, pour que le monde ait conscience que vous avez une décision et une volonté et que si on a recours à la violence et au terrorisme, alors l’armée et la police seront mandatées pour faire face à cette violence et à ce terrorisme. »

Une rudesse toute martiale vis-à-vis des règles de la parole et du dialogue, qui n’a pas empêché les Egyptiens de donner massivement leur consentement à cette demande de tafwîdh (تفويض), le mot clé de cette annonce, à savoir, en arabe, la procuration, le mandat. Alors qu’elle est au fondement de toute démocratie, la question de la délégation du pouvoir, de l’autorité est en réalité soigneusement éludée dans les mots qu’utilise le chef des armées, au profit de ce terme, plus administratif ou juridique que politique.

Un mot forgé – il faut s’en souvenir – sur une racine à partir de laquelle la langue arabe propose d’autres termes, dont on peut penser qu’ils résonnent aussi dans la mémoire auditive des Egyptiens. F-W-DH (ف و ض), à la troisième forme (فاوض), c’est la négociation (mufâwadha), précisément ce qui est en train d’être rendu impossible, avec Morsi et ses partisans, défiés dans la rue par ce discours. Mais c’est aussi, nous rappelle le Lisân al-‘arab, le plus célèbre des dictionnaires de l’arabe classique, al-fawdha (الفوضى), l’anarchie… Qawmun fawdha mukhtalitun wa qîla hum alladhîna lâ amîr la-hum, man yajma’u-hum (وقَوْمٌ فَوْضَى مُخْتَلِطُون وقيل هم الذين لا أَمير لهم ولا من يجمعهم) : ceux qui n’ont pas de prince, ni personne pour les réunir

Les Egyptiens se réjouiront-ils longtemps d’avoir apparemment (re)trouvé cet homme providentiel, capable de les rassembler ? En tout cas, Sissi, lui, se rêve déjà en président.

Jeux de mots : tamarrod et tagarrod

tatarebel

Page du site officiel Tamarrud/Rebel.
En haut : “Pour ôter la confiance au régime des Frères [musulmans].
En dessous : Merci de ta rébellion. Grâce à toi, la révolution du 30/06 a réussi.

Pas facile de s’entendre sur ce qui se passe en Egypte ! Surtout quand le vacarme médiatique rend inaudibles les paroles qui n’entrent pas dans le récit dominant ou, pire encore, quand il déforme – par ignorance veut-on croire – des propos qu’il ne se donne pas la peine d’écouter. Alors qu’il est difficile d’imaginer que la plupart des correspondants travaillant en Amérique latine par exemple ignorent totalement la langue utilisée sur le continent qu’ils « couvrent » comme on dit, force est de constater que l’absence d’un minimum de compétences linguistiques de la part de la majorité des commentateurs sur ce qui se passe dans le monde arabe sert surtout à « couvrir » la réalité d’un voile épais tissé de préjugés qui renforcent la success story du moment.

D’une manière générale, personne ou presque ne s’interroge plus sur le sens concret de termes repris au quotidien, du très concret hijab – à dimension variable selon les équivalents qu’on lui prête : voile, voile de tête (sic!), fichu, foulard, tenue islamique, tchador, burqa… – aux notions plus complexes (fatwa, jihad, salafi, etc.) qui, plutôt que d’être citées « en arabe dans le texte » pour faire savant, mériteraient d’être pensées par rapport à leur contexte, sur lequel il n’est pas si difficile de se documenter.

Tandis qu’on glose à n’en plus finir, dans le cas égyptien, sur les subtilités sémantiques de l’expression « coup d’Etat » (controverse sur Wikipedia, voir article dans Slate), on constate une désinvolture assez remarquable par rapport aux mots que se choisissent les « indigènes », y compris quand ils sont au cœur de l’actualité. C’est le cas en particulier de la mobilisation populaire à l’origine, jusqu’à preuve du contraire, de la chute du président Morsi. Un mouvement grassroot (au niveau de la base) comme nous le rappellent les commentateurs anglo-saxons – un qualificatif qui est supposé accorder un label de vertu politique –, une coordination sans leaders (autre notion clé) de citoyens qui « se sont chargés » (verbe transitif souvent employé parce qu’il évite d’avoir à s’interroger sur les modalités de cette délégation d’autorité) de récolter des signatures pour « ôter la confiance » accordée par les urnes au président Morsi et réclamer la tenue d’élections anticipées.

En arabe, ce mouvement s’est choisi un nom : tamarrud (تمرد : tamarod, tamarood et ses variantes, peu importe !) C’est un mot bien connu, un masdar en grammaire arabe, un nom d’action si l’on veut, que les dictionnaires s’accordent à traduire par « rébellion ». Dans les médias non arabophones, ce nom d’action devient celui de personnes (ou parle du mouvement Rebelles), quand il ne se transforme pas en impératif : rebélate reprend ainsi en choeur une bonne partie de la presse hispanophone !

A ceux qui considéreraient qu’il ne s’agit que d’une nuance sans importance, on peut opposer pas mal d’arguments. En premier lieu, il est facile de remarquer que c’est la « traduction » anglaise – choisie par les militants du mouvement – qui est à l’origine de ce glissement sémantique. Le versant anglophone de leur communication utilise en effet systématiquement le mot rebel (et non pas rébellion). La contamination des interprétations par le seul recours à l’anglais (y compris lorsqu’on cite en abondance le terme arabe, dont le sens n’est jamais pris en compte ou presque) est donc aussi évidente que trop fréquente.

Il y a peut-être plus, au risque de surinterpréter les choses. Dans un lointain billet (février 2007), on avait évoqué les campagnes de communication au Liban, en 2005, peu après l’assassinat de Rafic Hariri, pour montrer comment le grand slogan du moment, Independence05, était non seulement écrit à l’anglaise (dans ce bastion de la francophonie arabe!) mais aussi « traduit » graphiquement en arabe de manière peu orthodoxe et même illogique au regard des codes graphiques de la langue qui s’écrit de droite à gauche et non l’inverse. On pouvait déceler dans cette maladresse graphique la trace du travail d’experts en communication venus d’ailleurs, entre autres, comme on l’a su ensuite, ceux du cabinet Saatchi & Saatchi venus faire la promotion – avec le succès que l’on sait en termes de mobilisation populaire sur la place des Martyrs – de ce concept/slogan.

Il y a tout lieu de penser que la campagne tammarud/rebel offre une nouvelle illustration du même défaut de conception, défaut qui met en évidence la hiérarchie des langues dans l’esprit de ses concepteurs, et quelque part le sens de leurs priorités politiques. D’autant plus qu’il y a d’autres indices linguistiques, pour peu qu’on réfléchisse à partir de l’anglais, et non pas à partir de l’arabe comme le voudrait la logique puisqu’on est en Egypte.

Premièrement, le choix d’un nom d’action (surtout de la forme dite 5), sans qu’il soit précisé par un article ou autre chose, est une relative rareté en arabe ; à la différence de l’anglais, un mouvement, une campagne ne s’énonce pas en arabe dans l’absolu de son indétermination grammaticale. Des lecteurs proposeront peut-être des contre-exemples, mais il semble bien que la forme la plus courante est déterminée, par complément du nom ou avec l’article al-… (avec assimilation éventuellement, comme dans le parti Ennahdha, La Renaissance, si on accepte ce terme comme traduction).

D’où peut-être la tendance naturelle à lire le terme تمرد à la forme impérative (graphiquement identique en arabe, à la différence d’une voyelle, non marquée dans ce système graphique mais bien présente dans la latinisation du mot, qui rend impossible cette lecture qu’il faut donc lire comme un substantif). ٍBeaucoup repris, notamment en espagnol comme on l’a noté précédemment (Rebélate), ce passage à l’impératif peut être perçu comme la traduction inconsciente de cette bizarrerie du nom d’action, alors que la forme verbale, pour un francophone en tout cas, y entend facilement les échos du célèbre « Indignez-vous ! » (fort difficile à traduire en arabe par ailleurs).

Cela confirmerait bien que les « inventeurs » (professionnels ou non) de ce slogan ont en quelque sorte inversé l’ordre des choses et sont partis d’un modèle qui avait fait ses preuves (Indignez-vous ! / Les indignés) pour lui trouver des équivalents arabes. A nouveau, le sens de la langue soutient peut-être cette intuition. En effet, les usages de l’arabe limitent les possibilités : révolution ! (sur la racine TH-W-R/ثور) ne convenait pas, car trop chargé politiquement. Q-W-M (قوم), résistance, non plus, car, immédiatement lié dans le vocabulaire politique arabe à « résistance armée », il aurait fallu lui adjoindre l’adjectif « pacifique », mais en introduisant une notion, la résistance passive, qui ne mobilise pas encore les foules. G-DH-B (غضب) – utilisé pour une des traductions arabes du petit livre de Stéphane Hessel – ou encore S-KH-T (سخط) sont trop proches de la colère.

En fait, la langue arabe propose un bel équivalent au sursaut d’indignation protestataire que suggère l’impératif « Indignez-vous ! », à partir de la racine 3-S-M (عصم), sur la 8e forme, à savoir i’tisâmî, le protestataire, plus résolu et guidé par un but que le simple ihtijâjî (sur la racine H-J-J : حجج). On parle d’ailleurs facilement des « protestataires de Tahrir » (i3tisâmî Tahrîr) et le masdar, i3tisâm, aurait eu belle allure ! Sauf que le mot n’est pas « libre », il résonne dans les consciences linguistiques arabophones en tant que formule coranique, reprise par les partis qui utilisent ce vocabulaire pour tirer sur la corde religieuse, sur le mode, précisément, du verset coranique وَاعْتَصِمُوا بِحَبْلِ اللَّهِ جَمِيعاً وَلا تَفَرَّقُوا (Attachez-vous fortement au pacte [corde] de Dieu, ne vous divisez pas !).

Exit par conséquent i’tisâm, et bienvenue à tamarrud, bien moins évocateur et même un tout petit peu étrange… Mais l’histoire ne s’arrête pas là car, comme l’a remarqué un de nos linguistes les plus distingués, Louis-Jean Calvet (son billet ici), la confrontation idéologique a (d’abord) tourné à l’affrontement sémiologique lorsque que Asem Abdel-Méguid (عاصم عبدالماجد), une figure des Frères musulmans au lourd passif politique (il a été impliqué dans l’assassinat de Sadate), a imaginé une réplique poïétique car à la fois langagière et fort pratique. Utilisant le même système de dérivation amplifié par une rime, il a lancé une contre-offensive début mai, soit quelques jours après la campagne Tamarrud, pour mobiliser les soutiens de Morsi, mais autour du mot d’ordre Tajarrud (Tagarrud, à l’égyptienne).

Malgré ses 26 millions de signatures (tout aussi invérifiables que ceux de la liste rivale), la pétition en ligne est restée largement ignorée des médias (à titre indicatif, quelques milliers d’occurrences sur Google contre plus de 750 000 pour la graphie la plus courante de son concurrent « tamarod »). Il faut dire que, faute de sous-titres en anglais, les commentateurs ont été assez désarçonnés pour interpréter le mot que s’étaient choisi les partisans de Morsi (on le trouve même expliqué sur le Net par « bonne conduite islamique » dans un article italien !). Le sens littéral étant à écarter – se dépouiller, éventuellement de ses vêtements, d’où une possible traduction par strip-tease ! –, on est obligé de chercher un sens figuré, du côté du renoncement, du désintéressement, comme le suggère J.-L. Calvet après avoir consulté un collègue arabisant. Il faut probablement fouiller un peu dans la littérature, pas toujours passionnante il est vrai, des théoriciens de l’islam politique pour découvrir que le fondateur des Frères musulmans, Hassan el-Banna, en fait un des fondement de la fidélité au mouvement, le renoncement signifiant ici le désintéressement à tout autre cause que celle-là (lien en arabe).

En vérité, tagarrud était une bonne trouvaille linguistique, mais pas forcément un grand « coup » – sans jeu de mots – en termes de communication politique. Au moins, on s’en tenait encore aux seules joutes rhétoriques et les partisans de Tamarrud n’appelaient pas à un coup… de main des militaires, toujours très attachés, comme tout le monde sait, au respect des règles linguistiques démocratiques.

Un Nobel arabe politiquement correct ? Epargnez aux Arabes un tel soutien !

On a envie de paraphraser la belle formule employée vers la fin du mois de mai dernier par trois intellectuels syriens exhortant Bernard-Henri Lévy, au regard de ses antécédents vis-à-vis de la question palestinienne, à bien vouloir s’abstenir de toute intervention sur ce qui se passe dans leur pays… Elle pourrait en effet très bien convenir aux jurés de l’académie suédoise dont on dit que les choix pourraient, dans quelques jour, consacrer une figure arabe !

Pour le prix Nobel de la paix, remis le 7 octobre prochain, on parle ainsi soit de l’Égyptienne Esraa Abdel-Fattah (إسراء عبد الفتاح, évoquée dans ce lointain billet), une des militantes du Mouvement du 6 avril, organisation au cœur des mobilisations qui ont conduit au renversement de Moubarak, soit de la Tunisienne Lina Ben Mhenni (لينا بن مهني une universitaire de 26 ans dont le blog a déjà été distingué en juin dernier par les très reconnus BOBs Awards, organisés par le Deutsche Welle Global Media Forum. Dans les deux cas, les médias nous expliquent qu’il s’agit de saluer à la fois la contribution des médias sociaux et celle de femmes militantes du Printemps arabe©.

Une « brillante idée », naturellement ? Pas si sûr si l’intention est bien d’apporter un soutien explicite à des « musulmanes modérées ». Nonobstant le fait que l’Égyptienne qui serait retenue pour le prix s’obstine à porter un foulard de tête bien inquiétant pour ceux qui croient que c’est un premier pas vers la « burqa intégrale » comme on dit aujourd’hui en France, on peut facilement imaginer que l’octroi d’un prix aussi prestigieux va susciter bien des envies… Autrement plus grave est le fait que, dans le contexte actuel, une telle reconnaissance risque fort de conforter dans leur point de vue tous ceux qui s’interrogent sur la soudaine sollicitude des nations les plus riches vis-à-vis du monde arabe, et qui voient, à l’image de ce qui s’est passé en Libye sur le terrain militaire, une grossière ingérence étrangère sous couvert de nouveaux médias et de soutien à la liberté d’expression.

Quel que soit le crédit qu’on accorde à une telle argumentation, il faut bien reconnaître que le seul fait qu’on mentionne également, toujours pour le prix Nobel de la paix, le nom de Waël Ghoneim donne du grain à moudre à ceux qui pensent que l’employé de Google, le géant américain de l’internet, est sans doute une icône médiatique parfaite, non pas pour les Arabes mais pour l’« Occident » (à qui il destine d’ailleurs ses Mémoires de combat qui seront publiés par un éditeur américain).

De quoi conforter dans leur opinion des analystes tels que Rabab el-Mahdi, professeure de sciences politiques à l’Université américaine du Caire, qui lisent ce nouveau narrative élaboré à l’occasion du soulèvement arabe comme une manière de reconnaître une certaine opposition pour mieux ôter toute légitimité à tout ce qui serait trop violemment barbu et trop éloigné des « bons » critères de la modernité politique ! (Voir le texte, en anglais, cité dans ce précédent billet.) D’ailleurs, en 1988 déjà, lorsque le Nobel de littérature avait été décerné au romancier égyptien Naguib Mahfouz, certains avaient estimé que cette reconnaissance de la fiction arabe moderne venait bien trop tard. En ne mentionnant que ses textes les plus traditionnels et les moins susceptibles de faire entendre la spécificité de la narration arabe (il est vrai qu’il n’y avait guère de traductions à cette époque…), le prix consacrait enfin un auteur, devenu acceptable sur le plan international dès lors qu’il s’était associé au traité de paix voulu par Anouar El-Sadate, mais violemment refusé par une très grande partie de l’opinion non seulement égyptienne mais arabe.

Un rendez-vous raté en somme, qui pourrait bien se répéter. Car pour ce qui est de l’autre prix qui, selon les experts, pourrait bien aller à un Arabe, là c’est vraiment de la dynamite comme aurait pu dire Alfred Nobel ! « Il est temps de couronner un poète du Proche-Orient », se murmure-t-il ainsi dans les couloirs feutrés où se font les prix internationaux. Déjà, on aimerait qu’un prix aussi important ne vienne pas enfoncer des portes désormais ouvertes grâce au combat des manifestants arabes ! On aurait ainsi aimé qu’une telle idée ait germé dans des esprits moins frileux, par exemple lorsque Mahmoud Darwich était encore vivant… Mais il y a peu encore, le monde arabe était fort peu à la mode et la voix de la résistance palestinienne – pourtant traduite dans une multitude de langues – ne suscitait visiblement pas de bons échos !

Et surtout, s’il est bien vrai que l’idée du jour est de récompenser l’œuvre sans nul doute importante de cet autre poète qu’est le « Libanais syrien de naissance » Adonis, il s’agit ni plus ni moins d’un contresens tragique ! Passons sur le fait qu’Adonis a déjà été fort bien récompensé (il vient encore de remporter le très prestigieux prix Goethe en juin dernier)… Mais que cette incarnation, aujourd’hui fort âgée, d’une certaine forme d’opportunisme intellectuel passe pur un authentique représentant de la jeunesse révolutionnaire arabe, au prétexte qu’il a fini, des mois après le début des événements qui font tellement de victimes dans son pays natal, par publier une filandreuse lettre ouverte au président syrien (voir ce billet), c’est vraiment user du politiquement correct pour insulter la mémoire des vrais résistants arabes.

Messieurs du Nobel, de grâce, épargnez aux Arabes un tel soutien !

Asalah : une authentique révolte ?

Dans quelques jours, la chanteuse syrienne Asalah (أصالة نصري) devrait sortir son nouveau clip, Ah si seulement cette chaise parlait… (آه لو هالكرسي بيحكي ). Sous ce titre en apparence innocent, une des plus grandes figures de la chanson populaire prend clairement position en faveur de ceux qu’elle nomme les « révolutionnaires syriens ».

Aujourd’hui installée au Caire, la chanteuse domine la scène artistique depuis le début des années 1990. Fille d’un chanteur célèbre tragiquement disparu dans un accident de voiture, son histoire familiale, lorsqu’elle a dû s’occuper de ses jeunes frères et sœurs, puis sa vie sentimentale, avec notamment son remariage après sa rupture avec un premier mari scandaleusement trop volage, ont accompagné une très brillante carrière internationale, en particulier dans les pays du Golfe.

Alors que le régime syrien s’efforce de mobiliser autour de lui les « voix » chères au public local, la défection de Queen Asalah, surnom que reprend son site, est une mauvaise nouvelle de plus pour la communication du pouvoir . Elle vient en effet d’une chanteuse étroitement associée jusqu’alors au discours officiel. Que Dieu te garde, Assad ! ( حماك الله يا أسد), chanson lancée à la gloire du père de l’actuel président, est un tube que les partisans du fils ont gardé l’habitude de diffuser avec force décibels lors de leurs manifestations de soutien au régime.

Coïncidant avec la fin de ramadan, la sortie imminente du clip a été présentée par la chanteuse comme « un vœu de fête à l’intention des révolutionnaires ». Et cette fois, il ne s’agit pas des rebelles libyens, comme lors de précédentes déclarations il y a quelques semaines en présence de blessés soignés dans les hôpitaux du Caire, mais bien de ses propres concitoyens auxquels font allusion les paroles de la fameuse chanson encore inédite (texte arabe ici) : les héros du peuple y font entendre leur colère, après avoir longtemps gardé le silence malgré l’injustice, alors qu’ils disent maintenant qu’il ne servira à rien de s’entêter à vouloir rester… Trouve-toi quelqu’un qui accepte l’oppression, toi qui as oublié la dignité depuis longtemps !

Aucun nom n’est donné mais l’allusion est tout de même assez claire ! Surtout venant de la part d’une chanteuse qui a déjà signifié dans une lettre ouverte qui avait fait grand bruit au milieu du mois de mai dernier qu’elle n’avait nullement l’intention, à la différence de nombre d’autres célébrités de son pays, de se prêter aux simulacres de manifestation (tamthiliyyât) de soutien au régime du président Al-Assad.

Alors que certains surnomment déjà Asalah « la chanteuse de la révolution », d’autres ont plus de mémoire et ne sont pas prêts à accepter un revirement dont ils doutent de l’authenticité (asâla en arabe, comme le prénom de la chanteuse). Ils n’ont pas oublié les paroles de quelques-unes de ses chansons, pas toujours très anciennes, telle Ton peuple est ton espoir prometteur (شعبك املك الواعد) : Ton peuple est le peuple de la voix unique. La blessure a été profonde , le leader a été choisi, ton Bachar-la-bonne-nouvelle, est le gardien de tes rêves, ô Damas ! (شعبك شعب الصوت الواحد، اشتد الجرح اختار القائد، بشّارك بالأمل الواعد، حارس أحلامك يا شام)

Comment interpréter un changement de ton aussi total de la part de la célèbre chanteuse syrienne ? Ses déclarations relèvent-elles du courage politique ou de l’opportunisme ? On notera tout de même que la communication n’est pas vraiment totalement laissée au hasard puisque la sortie prochaine de ce qui sera peut-être un tube révolutionnaire a été préparée sur internet par une mini-vidéo disponible sur YouTube (d’où a été tirée l’image en haut de cette page) et par la diffusion, sur différents sites, des paroles de la chanson pour l’heure encore inédite… Tout de même, et plus encore si elle est suivie d’autres, cette défection spectaculaire d’une personnalité aussi importante du monde du spectacle est un avertissement pour le régime. (En Égypte, la brutale conversion de vedettes en tout genres a été, il y a quelques mois, le signe certain de la chute imminente du pouvoir en place : voir ce précédent billet).

Mais surtout, l’observation de la scène publique tunisienne, égyptienne, libyenne (on pense au romancier Ibrahim Al-Koni en particulier) suscite le même constat. La marginalisation des élites intellectuelles « légitimes », écrivains, intellectuels… qui, naguère encore, avaient une réelle influence sur l’opinion, est toujours plus manifeste. Parallèlement, les prises de position de chanteurs et autres vedettes du spectacle n’ont jamais eu autant d’écho.

En Syrie, les déclarations tardives et souvent jugées maladroites d’un Adonis confirment cette tendance. Il n’est pas sûr que la nomination à la tête du Conseil national de transition du sociologue (exerçant en France) Burhan Ghalioun suffise à l’inverser…

Différents articles (en arabe) sur le sujet : أصالة لنظام الأسد: آه هالكرسي لو يحكيأصالة: دقّت ساعة الثورة؟  أصالة مع الثوارالليبيين .
Un site Facebook de soutien à la chanteuse et à son engagement et un clip assez rétro à la gloire du président Hafez Al-Assad, avec en fond sonore la voix d’Asalah, en suivant ce lien.

Dieu que la révolution est jolie ! Le Printemps arabe© est en vente…

Ecrire pour ce Carnet est loin d’être facile alors qu’il se déroule des choses autrement plus graves dans la région. C’est particulièrement vrai au regard de ce qui se passe actuellement en Syrie. En cette veille de ramadan, karîm (généreux, magnanime…) selon la formule consacrée, l’ironie n’est plus exactement de saison…

Les noces de la publicité et de la politique ne sont pas si anciennes que cela dans le monde arabe (2005 est sans doute une date repère : voir ce billet). Aujourd’hui encore, plus d’un régime (par exemple en Syrie : voir ces deux billets, 1 et 2) hésite entre la bonne vieille propagande de papa et la communication politique moderne et ses spin doctors. Patrie d’une bonne partie des « créatifs » de la publicité arabe et base régionale d’un certain nombre de grandes agences internationales, le Liban a été l’un des premiers terrains où des forces politiques opposées (en l’occurrence les camps du 7 8 (!) et du 14 mars) se sont clairement livré bataille par campagnes médiatiques interposées (voir ce billet). Et le Liban est encore le lieu où cette communication politique a été non seulement tournée en dérision (sur ce plan, on trouverait facilement d’autres exemples ailleurs), mais également, « retournée » tout court, c’est-à-dire déviée de ses objectifs politiques pour être rendue à ses fins premières, faire de la réclame pour des produits de consommation (voir, dans ce billet, les réemplois publicitaires de la campagne J’aime la vie).

Avec le Printemps arabe©, les publicitaires prolongent encore un peu plus « l’extension du domaine de la lutte » et, fort logiquement en définitive, se mettent à vendre la révolution arabe à toutes les sauces possibles. C’est dans son blog que Ted Swedenburg a publié, il y a un mois environ, un billet sobrement intitulé Coke & Pepsi and the Egyptian Revolution sur les nouvelles publicités pour Coca et Pepsi. Dans la droite ligne de leur éternelle rivalité commerciale (voir ce billet sur la manière dont ils embrigadent les vedettes de la chanson arabe), les deux géants américains du soda chantent aujourd’hui à qui mieux mieux les charmes de la révolution arabe.

Pepsi pour commencer (30 s), avec ces jeunes des classes moyennes (forcément révolutionnaires) qui ont tous des idées en surfant avec la technologie moderne (ordis et téléphones portables) et qui, littéralement parlant, « redonnent des couleurs à la ville ». Un peu subliminale, l’allusion à la révolution du 25 janvier n’est pas bien loin : introduit par l’image d’un journaliste à la télé sur fond de paysage urbain, le lien avec les événements est implicite avec l’image, presque en fin de clip, du personnage initial saluant depuis son balcon un rassemblement qui pourrait bien être une révolution (qui ne dit pas tout à fait son nom malgré tout)…

Coca (60 s) aussi file la métaphore des couleurs, avec ce récit du centre-ville du Caire qui sort peu à peu de la grisaille pour que « demain soit plus beau » (c’est le slogan final). Là encore, c’est avec la fin du clip que l’évocation des événements politiques se fait plus précise, lorsque, sur fond de paroles où il est question de demander l’impossible, la caméra dévoile la désormais incontournable place Tahrir.

Bien sûr, tout est beau et sans violence dans le monde enchanté de la pub ! Bien sûr, c’est loin d’être la première fois que la « réclame » pille l’imaginaire politique révolutionnaire en général et la contre-culture en particulier (Ted Swedenburg rappelle ainsi que Coca et Pepsi ont naguère accommodé à leur sauce l’underground américain des années 1960).

Mais au moins, dans l’exemple américain, la récupération a-t-elle eu lieu a posteriori. On peut être ainsi quelque peu choqué à découvrir, dans le centre de Beyrouth en avril, alors que le printemps arabe n’était pas si loin, cette publicité qui associe la participation à un business forum à une manifestation de rue…

 

Mais on est franchement atterré quand on découvre dans le centre de la capitale de la Syrie cette publicité qui fait sans doute allusion aux codes vestimentaires des supporters de foot mais qui fait surtout irrésistiblement penser aux manifestants pro-régime, alors que les « événements » (comme on disait en métropole autrefois lorsqu’il s’agissait de l’Algérie) ont vraisemblablement déjà entraîné la mort de près de deux mille personnes…

 

Plus bête que méchant en revanche, ce clip du jeune chanteur libanais Sijal Hachem pour sa chanson Khalas (la version libanaise du kifaya égyptien) où l’on voit de beaux mâles derrière des barbelés enflammer, masque sur le nez, des pneus. De superbes créatures hésitent – comme l’armée égyptienne ? – entre répression et séduction !… Sommet de la métaphore érotique (volontaire on l’espère), le puissant jet de la lance à eau… qui noie l’hybris des manifestants !!! Le tout se termine par un interrogatoire… troublant (surtout quand on pense aux méthodes trop souvent utilisées dans la région…)

Comme le suggère l’auteur(e) d’un article à ce sujet sur le site Muslimah Media Watch, la révolution du Printemps arabe est non seulement télévisée, mais aussi marchandisée et sexualisée !