Manœuvres américano-saoudiennes dans la « guerre des récits » : Corbeaux noirs sur la MBC

Leveraging local voices in Arab media seems infinitely more promising than soliciting ideas to counter extremist narratives from middle-aged, white, mostly male studio executives… C. Schneider, ancienne ambassadeure et professeure de médias à la Georgetown University.

Pas moyen d’y échapper : avec le début de ramadan à la fin de cette semaine le monde arabe va commencer son grand festin télévisuel, avec 6 à 7 heures de téléphagie quotidienne en moyenne par personne selon les spécialistes. Pour les annonceurs comme pour les professionnels de l’audiovisuel, c’est la grande saison qui commence, en particulier pour le géant arabe, la MBC, le plus ancien groupe diffusant sur satellite, et le plus gros par son audience : 150 millions de téléspectateurs…

Cette année pourtant, la MBC sort des sentiers battus en diffusant, en plus de sa gamme classique de feuilletons généralement à l’eau de rose, un produit tout à fait exceptionnel. Ayant réclamé quelque 18 mois de travail, en particulier pour un long travail de documentation, Black Crows (غرابيب سود) est un docu-drama « basé sur des faits réels » qui réunit, comme c’est l’habitude pour les séries à gros budget, des talents venus de l’ensemble du monde arabe, aussi bien pour la production que du côté des acteurs et actrices en provenance d’Arabie saoudite, d’Égypte, du Liban, de Syrie, du Koweït et de Tunisie. En revanche, il est tout à fait exceptionnel que, pour le scénario, on ait fait venir à Dubaï, comme on le verra, une vingtaine de stars nord-américaines, venues épauler leurs confrères locaux. Encore plus étonnant, surtout pour la MBC, une chaîne – saoudienne – qui fait uniquement dans le divertissement religieusement correct, les 30 épisodes de Black Crows sont exclusivement consacrés à dénoncer, images fortes à l’appui, les exactions sanglantes de l’État islamique (alias Daech).

Il y a bien eu quelques précédents, avec des séries sur les fanatiques religieux, une spécialité syrienne à ma connaissance (voir ici, un billet d’avant les « événements » de 2011). Le plus souvent, esprit festif de ramadan oblige, sans doute, les dénonciations de Daech et consorts étaient faites sur le mode comique, et en particulier sur celui de la dérision. Sur MBC notamment, Al-Qasabi, un acteur saoudien très populaire avait consacré l’année dernière trois épisodes de Selfie, une série très suivie, à raconter le périple à la fois drôle et poignant d’un père (saoudien) en quête de son fils parti rejoindre les terroristes.

Pas la moindre trace d’humour dans Black Crows – ou alors involontaire, quand c’est vraiment trop mal joué, du moins au regard du goût occidental… Ce qu’on a pu voir des épisodes à venir se présente comme une accumulation de scènes toutes plus pathétiquement atroces les unes que les autres. Au contraire de toutes les habitudes télévisuelles festives du mois de ramadan, presque uniquement consacrées à la distraction légère, la MBC, pas du tout spécialisée sur ce créneau à la fois sérieux et politique, a donc l’intention d’infliger à son public 30 heures d’horreurs en tout genre avec, en vedette, des protagonistes féminines. Encore une particularité de ce nouveau feuilleton qui met essentiellement en scène, sans aucun fard, des femmes, victimes des extrémistes religieux de Daech, ou encore des enfants, embrigadés qu’on force à devenir des criminels.

Avec un tel programme, la MBC espère bien faire de l’audience, mais elle ne s’attend pas à faire beaucoup d’argent selon son directeur Ali Jaber (علي جابر) : It will bring eyeballs, it will bring buzz and ratings and reputation, but no money . Curieuse idée pour une chaîne privée et commerciale (même si c’est une affaire de famille, désormais possédée par le vice-vice-héritier du trône saoudien). C’est que l’heure est grave : il faut éduquer (la spécialité des femmes comme on le sait), rendre conscient du danger que représente un État islamique capable de continuer à s’étendre (MBC says that if Black Crows can help to educate, raise awareness and prevent the further spread of ISIL, then it will have done what it set out to do: affect change).

Et pour cette mission de salubrité publique, rien de mieux que ramadan. Certes, ce n’est pas la saison en principe pour ce genre de spectacle mais c’est cependant la mission des médias responsables et courageux… Il s’agit de faire voir la vérité, et donc les dangers de Daech, à tous les téléspectateurs bien entendu, mais surtout à ceux qui seraient susceptibles de tomber sous leur emprise : We want them to use their brains and realise how ugly and devastating terrorism and terror networks are. But more importantly, we want the sympathisers, the ones inclined to believe in ISIL and to adopt their doctrine, to tune in. They are the ones who need to see the truth. »

Comment ne pas applaudir des deux mains à cette courageuse initiative que lance cette chaîne privée saoudienne, prête à choquer son public, quelles que soient les menaces, et même si cet appel à la raison doit peser sur ses finances, faute de public peut-être mais davantage aussi d’annonceurs, peu enclins à diffuser leurs spots au milieu de ce flux de crimes abominables ???!!!

On peut malgré tout (se) poser quelques questions, notamment en remarquant que la promotion du feuilleton a été faite d’abord en langues occidentales – comme s’en vante la MBC d’ailleurs – avant d’être reprise, sans excès par ailleurs, dans les médias arabophones. Parmi ceux qui se sont intéressés à ce feuilleton qu’on ne connaît encore que par quelques extraits (sous-titrés en anglais, ce qui est loin d’être fréquent), on trouve sans doute le site russe RT, mais au moins il est critique et se pose des questions sur ce partenariat saoudo-américain.

Avant d’aborder ce dernier point, commençons par le titre de la série partout présentée comme Black Crows (Corbeaux noirs). Un titre qui évoque bien le sujet en anglais – les corbeaux noirs faisant immanquablement penser en français aux Corbeaux d’Alep, un récit que publia naguère avec succès Marie Seurat… Sauf que le titre, très parlant pour un public occidental, ne fonctionne pas aussi clairement en arabe. Gharabîb sûd (غرابيب سود) est en effet une expression qu’on peut traduire, littéralement par « corbeaux noirs » mais pour un locuteur arabe, c’est d’abord et avant tout une citation coranique (sourate 35, verset 29) qu’on traduit en principe par quelque chose comme « des pierres extrêmement noires ». Si l’on veut toucher les croyants, ce n’est peut-être pas une très bonne idée que de prendre comme titre un verset coranique pour en « ignorer » le sens originel…

Pour faire un tel choix, il faut venir d’une autre planète à mon avis, en l’occurrence la planète Hollywood. En effet, dans un article très éclairant publié par la revue Foreign Policy plus d’un mois avant la véritable promotion du feuilleton, on apprend qu’il s’agit d’un partenariat, très officiel, entre les pro-USA de l’officieuse chaîne saoudienne MBC et différents pros des médias aux USA recrutés par les officiels locaux. Ali Jaber, le directeur de la MBC, s’est ainsi rendu à Washington pour évoquer ses projets avec les responsables de la coalition contre Daech (il y a d’ailleurs évoqué le précédent de Selfie sur sa chaîne, l’année dernière). On découvre également – ce qui ne se dit guère ailleurs – que Black Crows répond à un projet bien précis, celui de contrer les récits développés par Daech et ses émules, en particulier à travers ses vidéos sur internet, grâce à la mise en circulation à grande échelle de contre-récits, qu’on espère aussi percutants : Fighting extremist narratives with compelling stories that embed what the Islamic State opposes — tolerance, plurality, meritocratic systems, participative democracy, human rights — and that expose the group’s hypocrisy and inhumanity is a much more effective strategy.

Comme l’explique ailleurs Ali Jaber, le patron de la MBC, Daech, c’est une idée mais aussi un récit, et la seule façon de le combattre c’est d’en produire un autre, meilleur, plus convaincant, plus progressiste : ISIS is not only a fighting militia, ISIS is an idea and a narrative, and the only way to fight an idea and a narrative is to create another idea and another narrative that is better, more compelling and more progressive.

L’expérience finissant par instruire, on a compris (aux USA) qu’au lieu de faire faire le travail par de braves Occidentaux pas forcément au fait des subtilités locales, il valait mieux s’appuyer sur des relais locaux (la MBC en l’occurrence) : Leveraging local voices in Arab media seems infinitely more promising than soliciting ideas to counter extremist narratives from middle-aged, white, mostly male studio executives. Une vingtaine de stars nord-américaines de l’écriture télévisuelle se sont donc rendues à Dubaï pour encadrer les professionnels locaux, manifestement très fiers de voir s’ouvrir pour eux les portes de Hollywood, au nom du combat contre un extrémisme dont les mauvaises esprits, et quelques sources officielles aux USA, considèrent pourtant qu’il a été en bonne partie attisé, c’est le moins qu’on puisse dire, par des acteurs locaux, à commencer en Arabie saoudite. For the first time, we sensed that the heart of Hollywood was opening up to the Arab world; for the first time, Arabs and the U.S. have an enemy in common in ISIS, s’enthousiasme ainsi Ali Jaber, toujours dans Foreign Policy.

On verra dans quelques jours si l’expérience est concluante et si le « récit » touche les cœurs de sa cible avec le début du ramadan… On peut malgré tout douter que quelques minutes d’images fortes soient suffisantes pour effacer des années de complaisance, en Arabie saoudite comme chez ses soutiens et alliés, vis-à-vis des pires méthodes d’endoctrinement religieux.


(Pour la voir avec des sous-titres anglais, suivre ce lien)

Pas de trêve pour les comiques de ramadan ! Les selfies d’al-Qasabi

Au centre de l'affiche de la série "Selfie" sur la chaîne MBC, le comédien Al-Qasabi
Au centre de l’affiche de la série « Selfie » sur la chaîne MBC, le comédien Nasser Al-Qasabi

Durant près de vingt ans, une comédie intitulée Tâsh mâ tâsh (طاش ما طاش, No big deal) a fait les belles nuits de ramadan en Arabie saoudite. De plus en plus caustique et même critique au fil des ans et surtout après les attentats du 11 septembre (voir ces précédents billets en 2006 et 2007), l’indéboulonnable série a pris fin en 2011 lorsque son principal interprète, Nasser Al-Qasabi (ناصر القصبي – Algassabi selon la prononciation locale), a décidé qu’il en avait assez.

Pour autant, cette très grande vedette, encore plus connue du grand public pour sa participation, en tant que membre du jury, à une émission très populaire, Arabs Got Talent (déjà signalée ici et ), n’a pas renoncé à ce qu’on pourrait appeler son combat contre l’obscurantisme religieux. Continuant à se servir de l’humour pour combattre l’extrémisme, al-Qasabi fait à nouveau parler de lui avec Selfie (سيلفي), une nouvelle « comédie » de ramadan dont il est le principal protagoniste et qui propose une série de saynettes, comme autant d’autoportraits (selfies) de la société saoudienne actuelle.

Le titre a changé mais la recette n’est pas vraiment différente puisqu’il s’agit, comme dans Tâsh mâ tâsh, de profiter de la débauche de productions télévisuelles durant ramadan et de la célébrité de cette super-star locale, pour pousser aussi loin qu’il est possible les limites de ce qui peut se dire au « Royaume des hommes » en faisant réfléchir le public sur de vraies questions de société.

Et dès le premier épisode, Al-Qasabi – j’adopte cette formulation à la suite des chroniqueurs télé et bien entendu du public qui identifient volontiers le personnage central à la personne de l’acteur qui l’incarne – a frappé très fort. Avec ses scénaristes il n’a pas hésité en effet à poser, en termes particulièrement dramatiques, la question de l’heure, à savoir celle de l’extraordinaire expansion de l’auto-proclamé « califat islamique ». Un problème particulièrement brûlant en Arabie saoudite, non seulement parce que les combattants d’Abu-Baghdadi se sont arrêtés à quelques kilomètres de la frontière saoudienne (il y a même eu, en janvier dernier, une attaque suicide qui a fait plusieurs victimes parmi les forces de sécurité), mais surtout parce qu’une partie importante de la population, nourrie depuis des lustres d’une idéologie religieuse ultra-conservatrice, sympathise ouvertement avec les thèses les plus extrémistes de Daech, au point que la jeunesse du pays fournit une bonne part des bataillons qui ravagent le Moyen-Orient (voir ce billet à propos des campagnes, peu fructueuses, de « déradicalisation »).

Depuis quelque temps déjà, les autorités saoudiennes – ou plus exactement les courants « libéraux » au sein de ces autorités – tentent d’allumer des contre-feux pour limiter autant que possible cette adhésion de nombreux jeunes Saoudiens aux idées extrémistes. Avec pour conséquence une situation étonnante où les religieux les plus extrémistes ont pignon sur rue (ils discourent dans les mosquées, enseignent dans les universités, siègent au sein des organismes officiels et s’expriment largement dans tous les médias), tandis que l’État finance des campagnes officielles (très peu utiles visiblement) pour ramener les brebis égarées au bercail.

Pour atteindre le grand public, l’image (pourtant fort mal « vue », si on peut le dire ainsi, par l’islam wahhabite très peu ouvert à la question de la représentation) reste le meilleur vecteur possible. Des vidéos édifiantes (voir ce précédent billet) sont ainsi proposées sur internet, tandis que des talk shows illustrent les drames familiaux que provoque l’engagement de certains jeunes sur la voie du fanatisme. Mais tout cela n’est rien à côté de l’énorme audience que réunissent les feuilletons les plus populaires durant les soirées de ramadan.

C’est donc dans ce contexte qu’Al-Qasabi a suscité pas mal d’émotion dans un épisode de Selfie qui raconte le périple d’un père à la recherche de son fils parti faire ce qu’il croit être le véritable jihad. Pour cela, le père n’hésite pas à s’engager à son tour parmi les combattants, ce qui donne lieu à quelques scènes savoureuses où cet honnête musulman découvre les étonnantes pratiques religieuses des « takfiristes » parmi lesquels ses compatriotes sont si nombreux qu’« on se croirait rue Tahliya » (le nom populaire d’une des grandes rues de Riyad, mais il y en a aussi une du même nom à Jeddah). L’humour ne dure qu’un temps puisque l’épisode se termine par la mort du père exécuté par son propre fils qui se porte volontaire pour jouer le rôle du bourreau. Larmoyante – se superposent à l’écran les images de l’égorgement et celles du père jouant avec son fils sur une balançoire –, la scène qui a bouleversé les téléspectateurs n’est pas totalement fictive semble-t-il puisque des combattants saoudiens ont rapporté sur les réseaux sociaux qu’ils avaient vu un de leurs « frères d’armes » syrien mettre ainsi à mort son père accusé d’apostasie.

Sans surprise, le public, très nombreux à regarder l’émission, a réagi très fortement à cet Oedipe roi actualisé en version arabe, mais par forcément dans le sens souhaité par les promoteurs du feuilleton. Bien entendu, toute une partie de l’opinion s’est identifiée au héros de l’histoire mais une autre, difficile à évaluer quantitativement mais fort active sur les réseaux sociaux en particulier (500 000 tweets en deux heures sur la question paraît-il), n’a pas hésité à manifester sa désapprobation : sévères critiques de la part de religieux relativement connus (un certain Saeed al-Farwa par exemple, qui a fait amende honorable après avoir été sermonné par le très officiel ministère des Affaires islamiques), et même appels au meurtre via Twitter contre l’acteur dont le sang est désormais considéré comme « religieusement » licite, à travers d’aimables formules telles que « Je jure devant Dieu que tu le regretteras, espèce de renégat ! Les mujahidins dans la Péninsule [arabe ] n’auront pas de repos tant qu’ils n’auront pas séparé ta tête de ton corps ! Rendez-vous est pris. » (أقسم بالله لتندم يا زنديق ولن يرتاح بال للمجاهدين في الجزيرة حتى يفصلوا رأسك عن جسدك والأيام بيننا).

Au regard du succès de l’émission et de la vigueur de la réaction de l’Etat « islamique » qui, pour la première fois, appelle explicitement non pas seulement à condamner mais à liquider un mécréant aussi célèbre en Arabie saoudite, beaucoup de commentaires s’extasient devant cette nouvelle arme (CNN par exemple), supposée « détruire massivement » les fous furieux criminels qui font des ravages au Moyen-Orient et ailleurs.

On peut appeler cela un « vœu pieu »puisque l’on est dans le mois de ramadan. Tout de même, ces images, dont on trouvera ci-dessous un court extrait, celui de la scène finale, offrent un autoportrait assez terrible, voire terrifiant, de l’Arabie saoudite et du monde arabe en ce mois de ramadan.

https://www.youtube.com/watch?v=BGcs6mMTSaE