Un mieux relatif pour les droits de la femme dans le monde arabe

Marwa Adel, ‘Eden’, 2017

J’emprunte, en le transformant un peu, le titre d’un article publié il y a une quinzaine de jours dans la version anglaise du site Al-Araby al-jadid (publication londonienne, tendance « libérale » financée par le Qatar). Parmi les avancées soulignées figure la suppression des circonstances atténuantes pour les auteurs de « crime d’honneur » pris d’une « grave colère », avec pour résultat, dans certains cas, des peines fermes de six mois seulement. Quelques jours plus tard, un autre amendement est venu révoquer un article de loi qui permettait à l’auteur d’un viol d’échapper à sa peine en cas de mariage avec sa victime…

Ahaad Alamoudi, ‘Land of Dreams’, 2017

Cette loi, lointain héritage de la présence coloniale, comme l’explique l’Algérienne Salima Mellah citée dans un article du site Raseef22, ne cesse de susciter des protestations partout dans la région. Au Maroc, elle a été amendée en 2014, et le Liban vient de l’imiter.

La Tunisie a fait de même il y a peu, mais en allant encore un peu plus loin puisque le texte voté par le Parlement tunisien renforce la protection des victimes de violences, notamment familiales. La loi pénalise désormais « le harcèlement sexuel dans les lieux publics, l’emploi d’enfants comme employés domestiques et prévoit des amendes pour les employeurs qui discriminent intentionnellement les femmes au niveau des salaires ». La Tunisie, comme on le répète souvent, est un pays pionnier dans ce domaine. En revanche, on sait moins que l’Algérie a voté, en mars 2015, une loi qui pénalise la violence conjugale contre les femmes en introduisant également, sur le plan juridique, la notion de harcèlement sexuel.

Alia Ali, ‘[Laysa] Ana / I am [NOT], 2017
La même loi s’efforce de garantir les intérêts financiers des femmes mariées, en prévoyant une peine de deux ans d’emprisonnement pour les époux « disposant des biens ou des ressources financières » de leur femme. Dans cet esprit, le président tunisien Béji Caïd Essebsi veut aller plus loin encore en proposant d’introduire les dispositions légales qui permettront une égalité totale entre les hommes et les femmes sur la question très sensible de l’héritage. Des calculs politiques ne sont peut-être pas forcément étrangers à cette démarche, qui n’en reste pas moins assez « révolutionnaire ». Quand bien même l’esprit de la religion, comme l’affirment le président tunisien et ses alliés, va dans le sens de cette réforme, il n’en reste pas moins qu’elle va à l’encontre d’une interprétation littérale de ce qui est écrit dans le Coran sur cette question (notamment dans la sourate 4, Al-Nisâ’).

On attend avec intérêt de voir si la loi tunisienne sera ou non modifiée, sans parler de l’application concrète des nouvelles dispositions (sachant que, depuis la nuit des temps ou presque, toutes sortes de formules juridiques permettent aux parents qui le souhaitent de protéger, ou même d’avantager, leurs filles). Dans l’immédiat, le projet tunisien a suscité la fureur des… Égyptiens, ou plus exactement de l’institution religieuse dans ce pays. Dans la droite ligne des positions les plus défensives et traditionnelles (comme on avait pu le voir il y a quelques mois sur la question du divorce « oral », valide pour la loi religieuse : voir ce billet), un des responsables d’Al-Azhar., un certain Abbas Shoman (عباس شومان), a déclaré que ce projet « heurtait de front les règles de la sharia » (تتصادم مع أحكام الشريعة).

Boushra Almutawakel, ‘Untitled 3’, 2011

Si une partie de l’Égypte n’a guère envie d’évoluer sur cette question – un projet de loi pour baisser l’âge légal du mariage d’une mineure de 18 à 16 ans est toujours en discussion comme le rappelle aujourd’hui même le quotidien Al-Hayat –, sur les réseaux sociaux, l’affaire est entendue. La jeunesse égyptienne s’est mobilisée pour protester contre cette ingérence dans les affaires tunisiennes, et contre cette instrumentalisation politique de la religion (article du site Al-Arab online).

« L’Égypte n’est pas la Tunisie » (مصر ليست تونس) répètent à l’envi partisans et adversaires de la réforme légale tunisienne, soit pour s’offusquer du manque de rigueur religieuse des Tunisiens, soit pour s’opposer à l’ingérence des autorités religieuses égyptiennes au-delà des frontières de leur pays. Cette phrase, on l’a beaucoup entendue durant les soulèvements de l’année 2011, lorsque le régime de Moubarak n’avait pas encore perdu tout contrôle sur la situation. L’avenir n’est pas écrit mais, en ces temps où les bonnes nouvelles sont rares dans la région, on se réjouit de voir que les jeunesses tunisienne et égyptienne (et arabe) se retrouvent sur de nouveaux enjeux. Sans doute, les soulèvements de l’année 2011 se sont-ils terminés de la manière que l’on sait, mais leurs causes n’ont pas disparu, comme en témoignent les évolutions sociétales sur le statut des femmes.

Trop lentes, sans doute, trop incomplètes, mais bien réelles tout de même, notamment grâce au courage de certaines militantes. L’article mentionné au début de ce billet évoquait également, en autres signes positifs, la sortie de prison, à la fin du mois de juillet de Maryam al-Oteibi (مريم العتيبي). Après plus de cent jours de détention (et des soutiens locaux et internationaux), la jeune Saoudienne a gagné son combat contre la tutelle masculine imposée aux femmes de son pays : pour la première fois dans l’histoire du « Royaume des hommes » comme on le surnomme parfois en arabe, une femme a été libérée sans avoir pour garant une présence masculine. Presque une révolution en somme !

Maitha Demithan, ‘Mother’, 2017

Les photos de ce billet sont tirées d’une exposition collective d’artistes arabes (femmes) qui s’est tenue à Amman sous le titre I AM.

Du mariage et du divorce (3) : de la « pandémie du divorce » à « la belle vie »…

Dans la « grande chanson » arabe de naguère, les amants pleurent à n’en plus finir leur séparation. Les temps changent et, aujourd’hui, la grande vedette irakienne de la chanson, Kadhem Saher (كاظم الساهر), enregistre avec Asmae Lemnawar (أسماء المنوّر : une chanteuse marocaine qui se produit souvent dans le Golfe), Al-Mahkama (المحكمة : le tribunal), un duo déchirant qui raconte le plaidoyer passionné des parties adversaires devant le juge chargé de prononcer leur divorce (extraits des paroles dans cet article d’Al-Akhbar, en arabe comme tous les autres liens de ce billet).

Comme Kadhem et Asmae dans cette chanson, « du Golfe à l’Océan », le monde arabe est traversé par « la crise du divorce ». En Jordanie par exemple (article sur Middle-East Online), on en est à une moyenne de 13 000 séparations par an pour 65 000 mariages (avec une population totale de 6 millions de personnes environ). En Arabie saoudite, où les images « romantiques » du feuilleton turc qui a eu un tel succès auprès du public arabe (voir ce billet) ont été accusées d’avoir contribué à aggraver le phénomène, on connaît des chiffres comparables : plus de soixante séparations quotidiennes devant les tribunaux (pour une population qui approche toutefois les 30 millions d’habitants), si bien que 60% des mariages (selon cet article dans Al-Akhbar) se termineraient désormais par une séparation.  A Gaza, les statistiques des tribunaux religieux révèlent que l’on a connu, durant l’année 2007, environ 2 000 divorces contre 12 000 mariages (article dans Al-Quds al-‘arabi).

On pourrait multiplier les exemples d’une situation que l’on a tendance à attribuer essentiellement à la pauvreté et au chômage. Pourtant, même dans cette enclave déjà victime à l’époque du blocus imposé par Israël (sans que la communauté internationale ne s’en émeuve outre mesure d’ailleurs, y compris en ce jour de fête pour les musulmans…), les observateurs notent que les procédures de divorce sont bien souvent le fait de jeunes femmes poursuivant des études universitaires et qui, une fois mariées, n’acceptent pas le fait de devoir les abandonner.

D’ailleurs, aux Emirats où le contexte économique est pour le moins très différent, l’augmentation très rapide du nombre de jeunes femmes célibataires ne peut pas s’expliquer par le seul coût du mariage, mais bien par un taux de divorce qui n’a jamais été aussi fort, en particulier chez les jeunes (90% des séparations ont lieu chez les moins de 30 ans). Et les statistiques montrent bien que le phénomène concerne tout particulièrement les jeunes femmes diplômées (article dans Al-Quds al-‘arabi). Dans un pays où les données démographiques ont une importance toute particulière, les autorités ne prennent pas à la légère la « pandémie du divorce » ! Avec toutes les précautions possibles, elles ont donc accepté l’ouverture de quelques agences matrimoniales chargées de trouver un mari aux « vieilles filles » (عوانس) dont le grand nombre est sans doute vécu comme une menace pour la fertilité nationale du fait d’une population autochtone très minoritaire.

En Jordanie également où l’on a constaté que presque la moitié des procédures de séparation (6 000 sur 13 350 en 2007) interviennent « avant la consommation du mariage » (qabla al-doukhoul قبل الدخول), certains ont bien conscience que le problème ne se limite pas aux seuls facteurs économiques. Les associations religieuses, musulmanes ou chrétiennes, qui tentent d’endiguer le phénomène considèrent désormais que le traitement d’un problème sans doute aggravé par la crise passe par un travail d’éducation et d’information auprès de la jeunesse.

Celle-ci, très vraisemblablement, ne partage plus totalement les valeurs et les aspirations des générations précédentes. Même si le divorce demeure le plus souvent, comme partout ailleurs, un drame individuel dont les femmes sont le plus souvent les victimes, « la crise des divorces » traduit une mutation sociale dont on peut  mesurer la profondeur dans tout le monde arabe mais en particulier en Arabie saoudite. Dans un pays où divorcer est pourtant une vraie prise de risque pour une femme qui peut se retrouver totalement à la merci de sa famille et réduite à un statut de bonne à tout faire, près de la moitié des mariages (selon une étude réalisée dans la région de La Mekke) se terminent cependant par une séparation dès la première année (article publié dans Al-Hayat en août 2007).

Là encore, les problèmes financiers, aussi réels soient-ils, ne sauraient expliquer que près de 2 millions de jeunes Saoudiennes soient aujourd’hui sans mari. Au contraire, comme le révèle une enquête publiée dans le quotidien saoudien Al-Watan en septembre 2007 (et réalisée essentiellement par de par jeunes journalistes femmes), c’est pour nombre d’entre elles un choix, motivé par le fait que la vie professionnelle est à leurs yeux une manière de se réaliser plus satisfaisante que la vie au foyer avec des enfants.

Dès lors que l’évolution touche également les jeunes hommes, qui sont de plus en plus nombreux, quand leur situation le leur permet, à vivre leur vie loin de la maison familiale sans se presser outre mesure pour fonder un foyer(article dans Elaph), on devine que la « crise du mariage »est bien loin de se résumer à une simple question d’argent. Dans la société arabe d’aujourd’hui, l’affaiblissement de l’institution du mariage et le désir « d’une belle vie » à l’occidentale révèlent, au contraire, une extraordinaire évolution sociale aux conséquences insoupçonnables.

Illustration trouvée sur The Arabic Student, un blog qui peut être utile à ceux qui s’intéressent aux dialectes. Quant à la revue Just Divorced, elle a été lancée en Egypte il y a un peu plus d’un an mais n’a pas vraiment été un succès, en dépit de tout ce qu’on affirme dans ce billet !!!