L’automne de la presse du patriarche : l’assassinat du « Doustour »

Les autorités égyptiennes préparent à leur manière les prochaines échéances électorales (élections législatives d’ici la fin de l’année, puis la présidentielle en 2011). En quelques semaines seulement, l’horizon de la liberté de la presse s’est brutalement assombri. Un changement de climat qui signifie que le « camp du business » (comprendre : les milieux d’affaires qui gravitent autour du pouvoir) est en train de reprendre la main dans la bataille pour la succession.

Salué – et fortement encouragé par le gouvernement Bush – le « printemps cairote » risque donc de faire long feu (en anglais, utile mise en perspective proposée par Issandr El Amrani, l’animateur de The Arabist). En effet, l’Egypte a connu depuis 2005 une incontestable ouverture médiatique, avec la création d’un certain nombre de quotidiens non-gouvernementaux tels que Al-Fajr, Al-masri al-yom ou encore Al-Shurûq (propriété de l’éditeur Ibrahim al-Moallem إبراهيم المعلم), mais aussi grâce à l’essor du secteur télévisuel privé, notamment à la Cité des médias (مدينة الإعلام) et plus encore à la faveur d’une blogosphère particulièrement active et politisée.

Aujourd’hui, la plupart des observateurs considèrent que le brutal « assassinat du Doustour » (Mohammed Khair, entre autres, en arabe) a également pour objectif de faire comprendre que les voix dissidentes ne seront plus guère tolérées par le pouvoir. Affaibli, ce dernier n’en reste pas moins bien décidé à gagner, coûte que coûte, la bataille de la succession qui doit lui permettre d’instituer une nouvelle « républarchie » locale (جملوكية) où le fils – Gamal – succèdera au père, Hosny.

Création d’une figure exceptionnelle de la presse arabe, le destin du Doustour (الدستور : la constitution) symbolise à la fois le courage et les limites du « quatrième pouvoir » sur les rives du Nil. Ibrahim Issa (إبراهيم عيسى), personnage haut en couleur à mi-chemin entre Michel Charasse (pour les bretelles !) et Jean-François Kahn pour le mordant, a créé en 1995 ce quotidien basé à Chypre pour contourner les lois interdisant de fait à l’époque la création de journaux sur le territoire égyptien. Trois ans après, l’aventure prenait fin à la suite d’une interdiction de diffusion sur le territoire égyptien. (Elle allait pourtant continuer quelque temps via internet, une des première manifestations importantes dans la région du contournement de la censure officielle grâce aux nouvelles technologies.)

L’expérience a repris sur le sol égyptien en 2005, à la faveur de la libéralisation des médias fortement « recommandée » à l’époque par l’équipe du président Bush, désireuse de redonner quelques couleurs démocratiques à un de leurs principaux alliés dans la région. Devenu un des principaux organes de l’opposition, le Doustour, sous l’impulsion d’Ibrahim Issa, a formé toute une génération de jeunes professionnels qui tranchent avec le style de la presse traditionnelle. A plus d’une reprise, le trublion des médias égyptiens a essuyé les foudres du pouvoir : condamnation à un an de prison en 2006, finalement transformée en amende ; nouvelle condamnation à deux mois de prison en 2008, pour avoir osé s’interroger publiquement sur l’Etat de santé d’un « pharaon » par nature éternel ! (La condamnation sera finalement levée à la faveur d’un très paternel pardon présidentiel : bon résumé, en anglais, de ce parcours dans le blog de Baheyya.)

Assez représentatif de la déliquescence de la scène politique et médiatique locale, le scénario de l’assassinat du Doustour mérite d’être raconté. Fin août, on apprend que le quotidien a été acheté par un consortium d’investisseurs. Certes, figure en bonne place al-Sayed al-Badawi (السيد البدوي), le président du Wafd, un parti de l’opposition libérale qui s’est illustré notamment lors de la révolution nationaliste de 1919, mais certains se posent tout de même des questions quant aux conséquences de cette transaction pour l’indépendance du journal (article en arabe).

La suite des événements ne tarde pas à leur donner raison. Quelques semaines après cet achat, le président su Wafd, devenu également président du CA du quotidien, remercie brutalement Ibrahim Issa à qui il reproche d’avoir publié une contribution de Mohammed El-Baradei, ancien directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique et candidat potentiel à la prochaine présidentielle. Les médias locaux et panarabes relaient alors différentes accusations assez peu glorieuses sur les pratiques de l’ancien rédacteur en chef, que ses collègues soutiennent pourtant en occupant les locaux de leur journal. On apprend ensuite que Sayed al-Badawi a démissionné du Conseil d’administration du Doustour, et qu’il se lave les mains de toute l’affaire après avoir revendu ses parts à un autre actionnaire, Rida Edward (également membre du Wafd). Dans un milieu qui en a pourtant vu d’autres, l’affaire fait grand bruit et quelques figures prestigieuses du Wafd, à commencer par le poète Fouad Nagem (فؤاد نجم , l’ancien parolier du chanteur Cheik Imam) démissionnent avec fracas du parti (article en arabe).

Certains quittent le Wafd mais d’autres arrivent, tel Amr Adeeb (عمرو أديب), pourtant associé aux cercles du pouvoir (y compris par ses liens familiaux : détails toujours chez Baheyya ). Une nouvelle fois, l’affaire est assez tordue car, depuis la mi-septembre, la chaîne Orbit (à capitaux saoudiens) ne peut plus émettre depuis l’Egypte en raison de propos tenus à l’antenne par le célèbre journaliste, même si on parle officiellement d’un problème financier. Mais alors qu’Adeeb n’a cessé de proclamer sa fidélité à Orbit, il commence à se dire désormais qu’il prendrait une nouvelle émission sur Al-Hayat, une chaîne récemment lancée par… al-Sayyed al-Badawi, l’homme du parti Wafd justement !!!

Si l’on sait depuis longtemps que l’Egypte n’a rien à apprendre de personne sur le plan des relations incestueuses entre le pouvoir, l’argent et l’information, introduire un parti d’opposition pour garantir la reprise en main du secteur médiatique est tout de même le signe d’une imagination particulièrement fertile ! La tradition autoritaire est tout de même sauve puisque ces montages sophistiqués s’accompagnent de mesures beaucoup plus classiques : interdiction de filmer les débats judiciaires (qui avaient tendance ces derniers temps à mettre en évidence les frasques des amis du pouvoir), fermeture de chaînes télévisées pour d’obscures raisons plus ou moins administratives (Al-Khalijiyya, Al-Hafez, Al-Sihha wal-Jamal, Ennas : étrange association de chaînes commerciales et religieuses…), nouvelle régulation pour les sociétés sous-traitant depuis Le Caire, l’envoi de reportages retransmis par les chaînes d’information installées loin de la capitale dans la cité des médias… Et voilà que deux opérateurs de satellite, Nilesat et Noorsat, révèlent la signature d’un mémorandum commun qui rappelle étrangement les termes de la « charte de bonne conduite » tellement désirée par Le Caire il y a quelques mois… Une décision qui tombe à point nommé car le ministère des Communications avait annoncé, fin septembre, qu’il avait l’intention de se montrer vigilant sur la bonne application des règles de fonctionnement au sein de la cité des médias !…

Si l’on ajoute que le sort d’Ibrahim Issa est peut-être celui qui attend Hamdi Qandil, toujours sous la menace d’une plainte déposée par le ministère des Affaires étrangères en mai dernier, ou même Alaa El-Aswani, le romancier de L’immeuble Yacoubian, dont les chroniques, dans le quotidien « indépendant » Al-Shurûq passent de plus en plus difficilement, on voit que l’automne du patriarche à la tête du pays depuis un bon quart de siècle risque fort d’être également celui de la presse égyptienne.

Promesses trahies : clip et politique en Irak

Alors que des résultats préliminaires, une semaine après les élections irakiennes, commencent à filtrer, les débats les plus passionnés portent aujourd’hui moins sur les votes que sur le dernier clip de la chanteuse Shadha Hassoun (شذى حسون).

Née d’un père irakien, Shadha Hassoun a surtout connu le Maroc où elle a passé la plus grande partie de son existence jusqu’à ce qu’elle participe, en 2007, à la quatrième édition de la Star Academy (voir ce billet). Après sa victoire à cette émission phare de la chaîne libanaise LBC, elle est devenue du jour au lendemain le symbole d’un renouveau national, renouveau conforté quelque mois plus tard par la victoire inattendue de l’équipe irakienne lors de l’Asian Cup de football. En dépit des conditions de sécurité précaires que continue à connaître le pays, la jeune chanteuse a été l’été dernier la première grande vedette arabe à retourner à Bagdad depuis 2003, à l’occasion de deux concerts au profit des enfants irakiens.

S’il y a débat aujourd’hui, c’est que le clip qu’elle a tourné pour son nouvel album offre plusieurs lectures possibles : alors que certains y voient un hommage à la résistance irakienne face aux envahisseurs, d’autres y lisent une manifestation de plus de la déchéance arabe.

Pour ce qui est de son titre, l’objet du litige affiche une authenticité sans faille. La chanson s’appelle en arabe Wu’ûd ‘Urqûb (وعود عرقوب), du nom d’un personnage légendaire passé en proverbe pour ses promesses fallacieuses. Dans le registre hyperclassique des chansons sentimentales, une femme se plaint de son amant. Ses belles promesses l’ont longtemps fait fondre, mais, désormais, c’est bien fini, elle a compris !

Pas de quoi lancer un débat, sans doute, sauf si l’on confie le tournage du clip à un artiste tel que Yahya Saadé (يحيا سعادة), un Libanais bien connu dans la profession, très florissante et lucrative, des réalisateurs pour les chaînes arabes spécialisées dans les clips de chanson. Mais Saadé n’est pas un réalisateur comme les autres. Il aime dérouter le spectateur par des images esthétiquement très complexes, porteuses de messages quasi subliminaux qu’illustrent le plus souvent des personnages de femmes, en apparence au moins aussi belles que rebelles !

Pour le clip de Shadha Hassoun, c’est lui qui a eu apparemment l’idée du scénario : celui dont se plaint la belle devenue enfin lucide, cet amant beau parleur, c’est un blond soldat étranger. Dans une rue de Bagdad avance, volontaire et assurée, une femme, refaite et qui plus est quasi-pixellisée tellement l’image est travaillée. Elle remonte un flot de personnes que l’on devine réfugiées, s’approche d’un homme sur lequel elle referme solidement une lourde grille qu’elle cadenasse soigneusement. La scène se poursuit, avec un non-réalisme totalement assumé, sur une sorte de lit militaire, l’occasion pour la femme d’asséner, à travers une gestuelle manifestement érotique, ses griefs tandis qu’un écran de télé, sur le côté, diffuse des images de combats et de destructions. Pour finir, la caméra s’écarte progressivement et nous fait découvrir la chanteuse, jambes nues, à l’arrière d’un camion militaire qui s’éloigne, tandis que l’image fait apparaître le visage d’un enfant en pleurs derrière des barbelés.

Pour les réalisateurs et les producteurs du clip, fort probablement, aucune ambiguïté. Comme s’en explique la chanteuse (en arabe, dans les commentaires qui accompagnent le clip et sans doute sous la pression du scandale), le scénario doit se lire comme une allusion à la situation irakienne, et comme une dénonciation de l’appétit des grandes puissances qui viennent chargées de belles promesses – démocratie, justice, indépendance… – qui ne se réalisent jamais. D’ailleurs, un œil exercé distingue tout à la fin du clip, vraiment aux dernières images du générique, une route jonchée de chaussures, hommage sans équivoque au courage de Muntazer al-Zaidi, l’homme qui a osé lancer ses chaussures à la tête d’un président américain. (Détail ci-contre pour vous aider à les repérer si vous visionnez le clip : on peut vraiment passer à côté !)

Malheureusement, une bonne partie du public populaire, supposément consommateur de ce type de produit, semble être passé assez largement à côté des subtilités de cette esthétique postmoderne. Et au lieu d’un message subliminal porté par les images décalées du clip, c’est une lecture au premier degré qui a été faite, celle de la traînée collabo dont la bassesse va jusqu’à coucher avec l’envahisseur qui opprime les siens ! Pour ne rien dire du mauvais goût d’un clip qui mêle les souffrances de l’amour à celles, bien réelles, de la guerre en Irak.

Illustration de la rupture – du choc si l’on veut – entre différentes “cultures” arabes appartenant à des couches sociales plus ou moins intégrées à la grammaire mondialisée. Illustration également du fossé qui sépare ceux qui maîtrisent les codes de cette mondialisation et qui s’en délectent, et ceux qui n’y ont pas accès et qui les vivent comme une suite ininterrompues d’agressions humiliantes.

En complément, quelques documents : (en arabe) les paroles de la chanson et les explications de la chanteuse sur son clip ; un autre clip de Yahya Saadé, politiquement parfaitement correct mais tout aussi débridé esthétiquement ! un article dans Elaph sur la question, et un autre dans Al-Akhbar, qui développe une curieuse thèse sur une sorte de complot de l’industrie audiovisuelle saoudienne !

Femmes politiques arabes : une révolution tranquille ? (1/2)

Dix ans, jour pour jour ou presque, après qu’une réforme législative leur a donné le droit de vote, quatre femmes viennent de faire leur entrée au Parlement koweïtien. Sans doute, les circonstances qui ont amené sa dissolution sont loin d’être parfaitement claires (intéressant article sur Agora Vox), mais on ne boudera une telle occasion de se réjouir car l’actualité arabe n’en offre pas si souvent.

Ce succès au Koweït confirme  la présence, toujours plus grande, des femmes arabes sur la scène politique, contrairement à bien des idées reçues. Par exemple, nombre d’observateurs avaient noté qu’elles étaient particulièrement nombreuses à s’être présentées aux  élections législatives de novembre 2007 en Jordanie, non pas seulement dans les circonscriptions urbaines et « libérales » mais dans l’ensemble du pays. Elles avaient donc, dans certains cas au moins, le soutien des grandes familles, dont le fonctionnement ne laisse guère de place, en principe, à l’expression des femmes dans la vie publique. Cette année-là, d’ailleurs, une élue était entrée pour la première fois « normalement » au Parlement jordanien, c’est-à-dire portée par les suffrages donnés par les électeurs et non grâce au quota de sièges réservés aux femmes afin de renforcer leur représentation.

C’est dans la seconde moitié du XIXe que s’élèvent, dans le monde arabe, les premières voix qui appellent au changement, avec par exemple le discours resté célèbre du Libanais Boutros Al-Boustani (بطرس البستاني) sur l’éducation des femmes lors de la création de l’Ecole nationale (al-madrasa al-wataniyya) en 1863. Et si le premier journal féminin, Al-Fatât (الفتاة), est créé dès 1892 à Alexandrie, il faudra attendre le début du XXe siècle pour que les femmes commencent à exiger leur entrée sur la scène politique. Ainsi, l’Egyptienne Hoda Shaarawi (هدى شعراوي‎) s’efforça-t-elle (en vain) de rappeler en 1924 les plus importantes des revendications féminines à ses collègues du parti Wafd, pourtant majoritaires au Parlement.

A peine plus tard, en 1928, Nadhira Zayn al-din (نظيرة زين الدين) publiait Al-sufûr wal-hijâb (السفور والحجاب : Etre dévoilée ou non). A partir de la question du voile, qu’elle ne considérait pas comme une obligation coranique, cette jeune Syrienne d’origine kurde développait une critique de la manière dont la religion pouvait être utilisée, par les hommes, comme instrument de domination. Le livre fit scandale, mais il eut malgré tout plusieurs éditions et son auteur reçut le soutien d’importantes figures publiques, laïques et même religieuses.

Mais après leur affirmation politique durant les décennies suivantes, souvent à travers les luttes nationales pour l’indépendance comme dans le cas de l’Algérie, les femmes arabes, au fil du temps, ont vu leur place politique réduite comme peau de chagrin. Et si quelques-unes d’entre elles continuent à figurer dans la plupart des gouvernements de la région, il faut bien reconnaître que cette représentation est souvent aussi mal supportée que les pouvoirs qui l’imposent car les populations n’accordent plus aucune légitimité ou presque à leurs dirigeants et se tournent largement vers d’autres modèles politiques, fabriqués à partir d’un répertoire (néo)religieux qui ne favorise pas, en apparence au moins, l’émancipation féminine.

Pourtant, l’invisibilité politique des femmes dans le monde arabe n’est pas une fatalité, et l’actualité récente montre même qu’un mouvement inverse est amorcé ; d’une part parce que la modernisation politique est plus nécessaire que jamais pour les dirigeants eux-mêmes, en particulier dans la Péninsule arabe de l’après 11-septembre et, de l’autre, parce que l’« islamisation » – pour le dire très vite – en surface de la société n’exclut pas la présence, en profondeur, de courants plus puissants et plus significatifs, notamment celui des progrès de l’éducation et de l’individualisation des comportements dans les sociétés arabes d’aujourd’hui.

Caricatures faciles du « retard » arabe, ou plutôt, pour beaucoup, de son irrémédiable arriération, les pays du Golfe offrent le meilleur exemple d’une évolution qui prendra, bien entendu, du temps encore. La route est longue en effet dans ces pays où, comme le souligne une étude (article en arabe) réalisée à la demande du Conseil de coopération du Golfe dès 2005, la participation politique est proche du néant ou presque.

Malgré tout, les signes s’accumulent. Les lecteurs de ces billets se souviennent qu’on avait évoqué l’année 2008 comme celle de la femme en Arabie saoudite, en raison des nombreux signes traduisant l’amélioration, toute relative bien entendu, du statut de la femme dans ce pays. Sur le plan politique, ils auront peut-être gardé en mémoire ce double symbole qu’a constitué le choix d’un ambassadeur à la fois femme et juive pour représenter l’émirat de Bahreïn aux Etats-Unis. Et puis, toujours durant la même année, le rôle joué désormais dans le Golfe par une nouvelle génération de femmes (d’hommes) politiques était illustré par le classement, au palmarès de la revue Forbes, de sheikha bint Nasser al-Missned, brillante épouse de l’émir du Qatar (exemple commenté, avec bien d’autres, dans ce bon article de l’agence Associated Press).

Peu avant les élections koweïtiennes, en mars dernier, une femme a été nommée pour la première fois vice-ministre de l’Education et de l’Enseignement du Royaume d’Arabie saoudite, un pays qui occupe une place toute particulière dans la région. Même si l’on peut trouver des explications politiques à l’enthousiasme des journalistes étasuniens ravis de mettre en évidence les progrès de l’allié saoudien, on notera tout de même que, dans le dernier classement des « personnalités les plus influentes dans le monde » établi par la célèbre revue Time, ladite vice-ministre, Nura Al-Faiz, occupe la onzième place.

Comme le souligne de son côté le quotidien en ligne Elaph qui parle même de « révolution tranquille » (article en arabe), l’élection – par le pouvoir saoudien – de cette femme est d’autant plus significative qu’elle n’appartient pas à la famille royale mais vient au contraire d’une famille modeste, à l’influence très locale. Un fait également noté par l’auteur de Saudiwoman’s Weblog (tout un programme !), une universitaire qui souligne aussi le fait que la presse a publié une photographie de cette femme ministre « en cheveux ».

(Le lien donné sur le blog renvoie à la photo ci-dessus, et il faut donc croire qu’elle a été changée depuis ; sur la question des codes qui régissent les représentations photographiques, voir l’onglet « image » à droite de ce billet ; sans doute pour la même raison, Time a choisi d’illustrer son article par ce dessin, ci-contre, où l’horrible le dispute au grotesque !)

Oui, tout de même, le Golfe arabe connaît une petite « révolution tranquille » (à suivre, la semaine prochaine, en espérant rester aussi optimiste).