Pas de trêve pour les comiques de ramadan ! Les selfies d’al-Qasabi

Au centre de l'affiche de la série "Selfie" sur la chaîne MBC, le comédien Al-Qasabi
Au centre de l’affiche de la série « Selfie » sur la chaîne MBC, le comédien Nasser Al-Qasabi

Durant près de vingt ans, une comédie intitulée Tâsh mâ tâsh (طاش ما طاش, No big deal) a fait les belles nuits de ramadan en Arabie saoudite. De plus en plus caustique et même critique au fil des ans et surtout après les attentats du 11 septembre (voir ces précédents billets en 2006 et 2007), l’indéboulonnable série a pris fin en 2011 lorsque son principal interprète, Nasser Al-Qasabi (ناصر القصبي – Algassabi selon la prononciation locale), a décidé qu’il en avait assez.

Pour autant, cette très grande vedette, encore plus connue du grand public pour sa participation, en tant que membre du jury, à une émission très populaire, Arabs Got Talent (déjà signalée ici et ), n’a pas renoncé à ce qu’on pourrait appeler son combat contre l’obscurantisme religieux. Continuant à se servir de l’humour pour combattre l’extrémisme, al-Qasabi fait à nouveau parler de lui avec Selfie (سيلفي), une nouvelle « comédie » de ramadan dont il est le principal protagoniste et qui propose une série de saynettes, comme autant d’autoportraits (selfies) de la société saoudienne actuelle.

Le titre a changé mais la recette n’est pas vraiment différente puisqu’il s’agit, comme dans Tâsh mâ tâsh, de profiter de la débauche de productions télévisuelles durant ramadan et de la célébrité de cette super-star locale, pour pousser aussi loin qu’il est possible les limites de ce qui peut se dire au « Royaume des hommes » en faisant réfléchir le public sur de vraies questions de société.

Et dès le premier épisode, Al-Qasabi – j’adopte cette formulation à la suite des chroniqueurs télé et bien entendu du public qui identifient volontiers le personnage central à la personne de l’acteur qui l’incarne – a frappé très fort. Avec ses scénaristes il n’a pas hésité en effet à poser, en termes particulièrement dramatiques, la question de l’heure, à savoir celle de l’extraordinaire expansion de l’auto-proclamé « califat islamique ». Un problème particulièrement brûlant en Arabie saoudite, non seulement parce que les combattants d’Abu-Baghdadi se sont arrêtés à quelques kilomètres de la frontière saoudienne (il y a même eu, en janvier dernier, une attaque suicide qui a fait plusieurs victimes parmi les forces de sécurité), mais surtout parce qu’une partie importante de la population, nourrie depuis des lustres d’une idéologie religieuse ultra-conservatrice, sympathise ouvertement avec les thèses les plus extrémistes de Daech, au point que la jeunesse du pays fournit une bonne part des bataillons qui ravagent le Moyen-Orient (voir ce billet à propos des campagnes, peu fructueuses, de « déradicalisation »).

Depuis quelque temps déjà, les autorités saoudiennes – ou plus exactement les courants « libéraux » au sein de ces autorités – tentent d’allumer des contre-feux pour limiter autant que possible cette adhésion de nombreux jeunes Saoudiens aux idées extrémistes. Avec pour conséquence une situation étonnante où les religieux les plus extrémistes ont pignon sur rue (ils discourent dans les mosquées, enseignent dans les universités, siègent au sein des organismes officiels et s’expriment largement dans tous les médias), tandis que l’État finance des campagnes officielles (très peu utiles visiblement) pour ramener les brebis égarées au bercail.

Pour atteindre le grand public, l’image (pourtant fort mal « vue », si on peut le dire ainsi, par l’islam wahhabite très peu ouvert à la question de la représentation) reste le meilleur vecteur possible. Des vidéos édifiantes (voir ce précédent billet) sont ainsi proposées sur internet, tandis que des talk shows illustrent les drames familiaux que provoque l’engagement de certains jeunes sur la voie du fanatisme. Mais tout cela n’est rien à côté de l’énorme audience que réunissent les feuilletons les plus populaires durant les soirées de ramadan.

C’est donc dans ce contexte qu’Al-Qasabi a suscité pas mal d’émotion dans un épisode de Selfie qui raconte le périple d’un père à la recherche de son fils parti faire ce qu’il croit être le véritable jihad. Pour cela, le père n’hésite pas à s’engager à son tour parmi les combattants, ce qui donne lieu à quelques scènes savoureuses où cet honnête musulman découvre les étonnantes pratiques religieuses des « takfiristes » parmi lesquels ses compatriotes sont si nombreux qu’« on se croirait rue Tahliya » (le nom populaire d’une des grandes rues de Riyad, mais il y en a aussi une du même nom à Jeddah). L’humour ne dure qu’un temps puisque l’épisode se termine par la mort du père exécuté par son propre fils qui se porte volontaire pour jouer le rôle du bourreau. Larmoyante – se superposent à l’écran les images de l’égorgement et celles du père jouant avec son fils sur une balançoire –, la scène qui a bouleversé les téléspectateurs n’est pas totalement fictive semble-t-il puisque des combattants saoudiens ont rapporté sur les réseaux sociaux qu’ils avaient vu un de leurs « frères d’armes » syrien mettre ainsi à mort son père accusé d’apostasie.

Sans surprise, le public, très nombreux à regarder l’émission, a réagi très fortement à cet Oedipe roi actualisé en version arabe, mais par forcément dans le sens souhaité par les promoteurs du feuilleton. Bien entendu, toute une partie de l’opinion s’est identifiée au héros de l’histoire mais une autre, difficile à évaluer quantitativement mais fort active sur les réseaux sociaux en particulier (500 000 tweets en deux heures sur la question paraît-il), n’a pas hésité à manifester sa désapprobation : sévères critiques de la part de religieux relativement connus (un certain Saeed al-Farwa par exemple, qui a fait amende honorable après avoir été sermonné par le très officiel ministère des Affaires islamiques), et même appels au meurtre via Twitter contre l’acteur dont le sang est désormais considéré comme « religieusement » licite, à travers d’aimables formules telles que « Je jure devant Dieu que tu le regretteras, espèce de renégat ! Les mujahidins dans la Péninsule [arabe ] n’auront pas de repos tant qu’ils n’auront pas séparé ta tête de ton corps ! Rendez-vous est pris. » (أقسم بالله لتندم يا زنديق ولن يرتاح بال للمجاهدين في الجزيرة حتى يفصلوا رأسك عن جسدك والأيام بيننا).

Au regard du succès de l’émission et de la vigueur de la réaction de l’Etat « islamique » qui, pour la première fois, appelle explicitement non pas seulement à condamner mais à liquider un mécréant aussi célèbre en Arabie saoudite, beaucoup de commentaires s’extasient devant cette nouvelle arme (CNN par exemple), supposée « détruire massivement » les fous furieux criminels qui font des ravages au Moyen-Orient et ailleurs.

On peut appeler cela un « vœu pieu »puisque l’on est dans le mois de ramadan. Tout de même, ces images, dont on trouvera ci-dessous un court extrait, celui de la scène finale, offrent un autoportrait assez terrible, voire terrifiant, de l’Arabie saoudite et du monde arabe en ce mois de ramadan.

https://www.youtube.com/watch?v=BGcs6mMTSaE

Communication et politique dans l’après-« Printemps arabe »

dabiq Le Hamas peut se targuer de certains succès lors de la dernière agression israélienne, même s’il n’a pas réussi à les transformer sur le plan politique – ou plutôt on a tout fait pour que ce ne soit pas le cas. Succès militaires sans doute, mais également, cela a été moins noté, sur le plan de la guerre de l’information. Mettant à profit les conseils du Hezbollah, les militants du Hamas ont considérablement changé de ton. Délaissant en partie l’appel à la compassion et à la justice de la part de victimes impuissantes réclamant l’aide de la communauté internationale, ils ont adopté une autre rhétorique, plus proche de la réalité des combats et plus strictement informative (article Al-Akhbar en arabe). Alors que les autorités d’Israël muselaient leurs propres médias, ce positionnement assez inédit pour le Hamas lui a valu d’être écouté, au sens propre du mot, par les civils israéliens à la recherche d’informations. De même, la mobilisation palestinienne sur les réseaux sociaux a posé de sérieux problèmes d’« image » à l’armée israélienne, comme elle reconnaît elle-même sur son site officiel.

Longtemps domaine réservé des seuls « pro-occidentaux », la communication politique, dans ce qu’elle a de plus professionnel, est par conséquent une arme qu’utilisent désormais les différents camps de l’islam politique. Le Hezbollah avait ouvert la voie il y a longtemps, lors de sa guerre de libération du Sud-Liban, avec les premières opérations filmées et leur utilisation dans une stratégie de communication sophistiquée. Son ennemi d’aujourd’hui, l’Etat islamique (en Irak et au Levant), fait preuve lui aussi d’une efficacité remarquable. Dans un registre classique, il y a bien entendu la revue Dabiq – du nom d’un village près d’Alep où le prophète aurait prédit la défaite des Byzantins, défaite à laquelle le monde serait en train d’assister grâce aux victoires du calife al-Baghdadi. Le magazine, entièrement rédigé en anglais avec une mise en page soignée (un exemple en haut de ce billet), est disponible sur les meilleurs sites internet.

Des sites qui sont nombreux car Mr Facebook et ses amis des réseaux sociaux, incroyablement réactifs dès qu’il s’agit de fermer une page pro-palestinienne comme on l’a constaté il y a quelques mois avec l’affaire de la troisième intifada (voir ce billet d’avril 2011), sont en revanche aussi inefficaces sur le Net que des bombardiers US lorsqu’il s’agit de stopper l’avancée des troupes de Daesh ! Prenez n’importe quel moteur de recherche, et vous trouverez à profusion, et sans la moindre difficulté, Dabiq ou encore Salîl al-sawârim (صليل الصوارم : mieux vaut le chercher avec les caractères arabes), à savoir « l’entrechoquement des sabres bien tranchants », une super-production assez gore, qui en est déjà à son quatrième film de plus d’une heure. On y voit se faire joyeusement trucider, sans le moindre effet spécial et avec un réalisme impitoyable, une multitude de mécréants qui visiblement méritaient l’enfer. Aux dernières nouvelles, le département « agit’prop » de cette organisation vraiment très bien organisée prépare des jeux vidéos, pour distraire ses militants tout en continuant à prêcher la bonne parole comme il est dit dans cet article (en arabe). A ceux qui trouverait cela de mauvais goût, on rappellera que l’armée US utilise la même technique, éprouvée en Irak notamment, depuis des lustres (voir ce billet de juillet 2007).

Du côté de l’islam politique plus institutionnel, on s’intéresse aussi à ces questions. Il y a quelques semaines, le site Al-Monitor révélait ainsi dès septembre dernier que le parti Ennahdha s’était attaché les services d’une des plus grosses (et sulfureuses) boîtes de Public Relation, la société étasunienne (nobody’s perfect!) Burson-Marsteller, laquelle s’est par exemple récemment illustrée en Ukraine (côté atlantiste, faut-il le préciser). Tout cela n’a rien à voir bien entendu avec les prochaines élections tunisiennes à la fin de la semaine. Les termes du contrat ne sont pas publics mais certains parlent de 18 millions de dollars. Qui paiera ? En ces temps de Qatar bashing, le « pauvre » petit Emirat du Golfe fait un coupable tout trouvé, d’autant plus qu’il ne s’est pas privé d’intervenir dans les affaires internes de ce très « cher » (façon de parler bien entendu) pays frère…

Seul point commun dans les trois exemples que l’on vient de citer : le professionnalisme et le sérieux, ainsi que l’absence totale d’humour et d’esprit décalé. Tout le contraire en somme du langage « inventé » par les jeunesses arabes lorsqu’elles arrivaient encore à se révolter et à libérer leur parole. Quelles que soient leurs stratégies, les communications politiques qui se déploient aujourd’hui à l’intention des publics arabes rompent clairement avec le ton du « Printemps arabe » et sa rhétorique décalée, aussi imaginative et créatrice qu’ironique. Une fois de plus s’il en était besoin, on voit que la fin de la récréation, pour la jeunesse arabe, a été sifflée.

Pas totalement malgré tout. Toujours en Tunisie, un petit parti, Afek Tounes (Horizons tunisiens), a réussi à faire parler de lui en proposant une campagne un peu décalée, sous la forme d’une chanson (assez maladroitement ) entonnée par ses dirigeants (article ici). Plus significatif encore, on a beaucoup parlé ces jours derniers d’une vidéo moquant un des principaux candidats, Béji Caïd Essebsi, leader du parti Nidaa Tounes (L’appel tunisien). Cette vieille figure de la politique locale, ancien ministre de l’Intérieur sous Bourguiba (c’est dire si ça ne date pas d’hier !) se fait tailler un costard par un humoriste local, Hatem Karoui. Dans son clip, avec rimes et rythmes anglo-saxons (pas forcément un bon signe par rapport au public visé), Sebsi rime avec sexy, sur fond d’allusions vachardes sur les déclarations politiques du vieux bonhomme et sa santé (voir cet article). On n’est pas obligé de trouver la vidéo (visible ici) extrêmement drôle, ni même très réussie. Mais comme le souligne Riad Guerfali, un des fondateurs historiques du portail Nawaat et des luttes en ligne, l’irrévérence des œuvres de l’esprit, est « un des impératifs les plus vitaux » de la démocratie !

Premier pays des soulèvements arabes, la Tunisie fait donc encore exception dans une région où la communication politique n’est pas vraiment très irrévérencieuse (même les Egyptiens sont visiblement terrorisés aujourd’hui par toute tentative de faire de l’humour et ce n’est pas sous Sissi que Bassem Youssef ferait le guignol comme il l’a fait avec Morsi, « bon prince » finalement malgré toutes les intentions qu’on a pu lui prêter, à lui et aux Frères musulmans). En attendant la suite dans ce pays, à l’issue des élections qui auront lieu à la fin de la semaine, cette courte vidéo, proposée en avril 2012 et présentée dans cet article). Cette publicité pour le chewing-gum Florident, qui purifie l’haleine et même celui d’une grenouille qui ressemble étrangement à l’actuel président – toujours provisoire – de la République, sur fond d’hymne national, est un vrai… sacrilège !

Le « vrai » islam sur Internet (1/2) : la bataille des cœurs et des esprits en Arabie saoudite

Saudi-Flag_by_Ayman_Makki
Le drapeau saoudien : la profession de foi musulmane (shahada) et un sabre.

Avec des changements d’alliance compliqués et des objectifs certainement différents – voire divergents – entre les alliés du jour, la bataille s’annonce longue et compliquée face à l’Etat islamique. Mais de toute manière, la solution au problème que pose ce nouvel « Etat » ne peut être seulement militaire. Manifestement, Abou Bakr al-Baghdadi, le nouveau calife, a ses fidèles… Plus encore que les combattants étrangers, pour partie seulement mercenaires, qui affluent de partout dans le monde sans que personne, à commencer en Turquie, ne fasse beaucoup d’obstacle à leur passage, il y a manifestement dans les pays arabes, sur place ou dans un voisinage plus ou moins immédiat, un énorme réservoir de jeunes croyants convaincus de la valeur de cette cause et de la justesse de combattre pour elle, jusqu’à la mort si besoin est. La pauvreté et l’absence de perspectives, renforcées par les désillusions du « Printemps arabe », jouent sans doute un rôle dans cette ferveur, en particulier pour les contingents venus du Maghreb ou d’Egypte en quête d’une « vraie révolution » qui offre de surcroît l’excitation des armes. Mais l’extrémisme musulman rencontre aussi un tel succès parce qu’il laboure une terre fertile, celle qu’ont préparée nombre de politiques publiques dans les domaines éducatifs et religieux, à commencer en Arabie saoudite.

Dans certains cas tout au moins, les affreux barbus se meuvent visiblement « comme le poisson dans l’eau » ainsi qu’on le disait autrefois pour les guérilleros révolutionnaires. Il y a bien un véritable soutien populaire, dans des proportions certainement mal connues mais indéniables, aux actes les plus abominables de l’Etat islamique. Par conséquent, s’il est certain que les forces qui ont l’air de se décider (aujourd’hui) à « casser » de l’extrémiste vont remporter quelques succès, leur « victoire » ne sera réelle et durable que si une partie suffisante de ceux qui adhèrent aujourd’hui au « dogme » idéal du calife Al-Baghdadi ne pense plus que le véritable islam se trouve dans son « message » (on rappelle qu’en arabe c’est le même mot, risâla, qui est également utilisé pour désigner ce que Dieu envoie aux hommes).

Contrairement à ce qu’on pourrait croire de prime abord, expliquer, de manière crédible, l’imposture du chef autoproclamé de l’Etat islamique n’est pas une mission si facile pour certains publics. Et d’ailleurs, en toute honnêteté, force est de reconnaître que la légitimité politico-religieuse des souverains saoudiens ne diffère guère, sur le fond et sur la forme, de celle que réclame pour lui le nouveau califat : même si le raccourci est facile, ne voit-on pas que l’épée et le Coran, si bien maniés aujourd’hui par les combattants de Daesh comme on peut le constater sur Internet, trônent sur l’emblème « national » des dirigeants saoudiens ? N’étaient la force de l’habitude et le soutien occidental, les lettres de créance de ces dirigeants seraient-elles si facilement acceptées ? On pourrait même aller plus loin en ajoutant que l’appui extraordinaire des mécréants occidentaux aux souverains des « Deux Lieux saints », ainsi que la longévité de leur pouvoir qui s’accompagne, fort humainement, de quelques turpitudes constituent précisément un argument de poids pour les esprits forts, tentés de se tourner vers d’autres responsables qu’ils imaginent d’autant plus « authentiquement musulmans » que « Dieu » leur fait la grâce de victoires presque aussi éclatantes que celles du Prophète en son temps !…

Certes, de tout temps on a pu compter sur des clercs – laïcs (les « intellectuels ») ou religieux (oulémas, fouqaha ou tout simplement « cheikhs » en islam) – pour mettre leur savoir-faire au service du pouvoir. Un habillage rhétorique qui, pour fonctionner, a également besoin de l’adhésion du public. Or, dans le cas saoudien, rien de tout cela ne semble acquis. Ce n’est pas parce que les scribes du royaume y sont fondamentalement plus honnêtes ou courageux qu’ailleurs ! Seulement, les laïcs – qu’on nomme « libéraux » au Royaume des hommes car le terme « laïc » sent le souffre – ne sont guère qu’une toute petite minorité éclairée, plus tolérée comme un mal nécessaire qu’écoutée… Dans le cas des religieux, ils sont eux-mêmes, par leur formation et probablement par conviction, en réelle « communion » avec les modèles d’interprétation que réclame pour lui l’Etat islamique. D’ailleurs et sans la moindre inflexion sérieuse depuis ses débuts, le Royaume saoudien, ainsi que ses voisins dans le Golfe, se réclame depuis sa fondation d’une hyper-orthodoxie musulmane, avec toutes les conséquences politiques et sociales que cela implique pour la moitié féminine de la société notamment (et visiblement, l’ordre du monde occidental ne s’en était guère ému jusque là). Comment envisager seulement de demander à un « producteur de biens de salut » tel que cheikh Al-Arifi, ce très très gros compte Twitter, de brûler ce qu’il a adoré, de condamner ce qui serait désormais « faux islam » et de perdre ainsi toute « valeur » sur le marché symbolique en allant à contre-courant des convictions et des demandes du public ???!!!

Depuis quelques années déjà, de façon de plus en plus marquée depuis quelques mois, on constate que les autorités saoudiennes ont décrété différentes mesures pour restreindre les flux de soutien moral et financier qui vont aux extrémistes de l’Etat islamique, pour exhorter les brebis égarées à rentrer au bercail. Des appels de plus en plus pressants, y compris de la part du roi, exhortent les gardiens du temple de la loi religieuse à sortir de leur sommeil pour dénoncer l’extrémisme (chronologie de quelques mesures récentes dans cet article d’Al-Monitor, qui note aussi que les ressortissants saoudiens arrivent en seconde position en termes de combattants djihadistes). Mais on voit bien que toutes ces injonctions sont vouées à n’être que des « vœux pieux », ce qui veut dire en bon français qu’elles ne seront pas suivis d’effet !

Pour s’en convaincre, il suffit d’observer l’échec, patent, des campagnes existantes. Bien qu’elle affirme d’emblée le contraire, l’étude (publiée aux USA!) d’un certain Abdullah Ansary fait l’éloge, dès 2008, du combat des Saoudiens contre un extrémisme – à l’époque celui d’Al-Qaïda – qui ne cesse de grossir et qui gangrène les secteurs les plus « faibles » de la société : enfants (mâles) de parents « inattentifs » et/ou désunis (le divorce fait des ravages dans le Golfe comme ailleurs dans le monde arabe), femmes (forcément) influençables et connectées aux dangereuses sirènes des réseaux sociaux. Autant de maillons faibles qui sont de véritables « bombes à retardement » selon les termes de l’auteur ! Avec cet inconvénient que ceux qui fréquentent les sites djihadistes sont à 80 % des jeunes entre 18 et 24 ans, qui sont aussi, et les plus grands utilisateurs des réseaux sociaux et les classes d’âge aujourd’hui les plus nombreuses !…

Face à cette menace, il s’agit bien entendu de « surveiller et punir » comme dirait l’autre, mais aussi de gagner la bataille des cœurs et des esprits en « conseillant ». Pour ce second volet du retour à la bonne orthodoxie, un programme a été imaginé, dès 2004. Bien qu’il soit en grande partie confié à des volontaires, Sakina (سكينة Tranquillité) dépend du ministère des Affaires religieuses. Les navigations des militants islamistes sur le Net ont ainsi été observés, leurs discussions analysées… Un site (assakina.com) a été créé pour diffuser la bonne parole, avec même des hot lines pour engager des débats et propager les bons arguments, en faveur des bonnes fatwas qui donnent les bonnes interprétations données par les bonnes autorités… Dix ans plus tard, avec paraît-il toutes sortes d’autres efforts dans le domaine éducatif et médiatique, 92 % des Saoudiens penseraient, selon le responsable de Sakina, que Daesh (ISIS si l’on préfère) est conforme à l’islam. Même en tenant compte d’une énorme marge d’erreur, c’est tout de même assez inquiétant pour la suite, y compris pour les dirigeants « légitimes » qui s’inquiètent de la stature prise désormais par Al-Baghdadi et consorts.

Tandis qu’on tranche plus que jamais les têtes en Arabie saoudite comme le rappelle Amnesty International, des troupes, avec des renforts étrangers selon la rumeur, sont désormais massées aux frontières, là où se précise la menace de l’Etat islamique… Tout cela est-il capable d’entraver la folle marche des idées les plus extrémistes sur les réseaux sociaux que certains aimeraient « décapiter » en leur trouvant un substitut local aussi « halal » que possible : tandis que Daesh fait la promotion de ses exploits sur le Net, avec le succès que l’on sait, grâce à d’étonnantes et très macabres mises en scène, le site du programme Sakina végète aux alentours de la 270 000e place dans le monde selon Alexa (au-delà de la 5 000e en Arabie saoudite). A l’aune des flux numériques, la bataille des cœurs et des esprits pour le « vrai islam » est très loin d’être gagnée…