Feirouz et la catastrophe arabe

FairouzOk
La couverture de l’hebdomadaire Al-Chiraa

On ne parlera pas cette semaine de l’Arabie saoudite, même si tout le monde se réjouit de voir que les femmes peuvent désormais y voter à (certaines) élections (mineures). D’innombrables médias ont traité le sujet mais on aurait aimé qu’ils soient aussi diserts sur d’autres événements qui se sont également passés au Royaume des hommes. Par exemple la condamnation à mort d’Ashraf Fayadh, poète palestinien coupable d’apostasie (voir la lettre ouverte adressée à Catherine Beaubatie, députée socialiste vice-présidente du groupe d’amitiés France-Arabie saoudite à l’Assemblée nationale). Ou bien encore, l’incroyable et totalement illégale censure de la chaîne libanaise Al-Manar, « virée » du satellite Arabsat – panarabe en principe mais dans les faits possession saoudienne – pour des propos jugés injurieux à l’encontre du Royaume, tenus il y a des mois de cela par un invité de la chaîne, d’ailleurs réprimandé par l’animateur ! En dépit de la gravité de cette décision, qui confirme la volonté saoudienne de mettre au pas toute voix dissidente dans la région, on ne trouve qu’un quotidien francophone algérien (en dehors du Liban) pour s’intéresser aujourd’hui à la répression de médias dont, il y a peu encore, on nous chantait les mérites sur le mode « Al-Jazeera, mégaphone de la place Tahrir au Caire ». Le « Printemps arabe » est bien vite passé de mode !

Indirectement, la médiocrité toujours plus grande des médias du monde arabe est tout de même le sujet de cette chronique puisque qu’elle est consacrée à un événement considérable, la publication – une première dans l’histoire de la presse locale à ma connaissance – d’un article violemment hostile à la diva libanaise, Feirouz. Dans cette République qui n’est pas loin de boucler sa seconde année sans président, cette attaque en règle contre la gloire nationale du pays, quand bien même elle a été publiée dans Al-Chiraa (الشراع), un hebdomadaire peu estimable, continue à susciter des réactions en chaîne. Les ministres de l’Information et de la Culture ont ainsi fait part de leur réprobation, allant même jusqu’à inciter ouvertement l’intéressée à lancer des poursuites juridiques. Quant aux innombrables fans de « l’ambassadrice du Liban auprès des étoiles » comme on l’appelle souvent, nombre d’entre eux se sont déjà regroupés, pour prendre sa défense et témoigner de leur indéfectible amour, sur une page Facebook.

En soi, l’article n’a guère d’intérêt. Sous un titre provocateur (Ce que vous ne savez pas sur […] Feirouz, celle qui n’aime pas les gens, qui n’en a que pour l’argent et le wisky et qui complote avec Assad), un journaliste en mal de reconnaissance publique (deux échecs à la présidence du syndicat de la presse) revient sur la carrière de la vedette, accusée d’être avare et d’avoir un goût prononcé pour le Chivas Regal. Plus grave, assurément, sont les erreurs politique de cette chrétienne du Liban. L’auteur de l’article explique ainsi que, non seulement Feirouz prend la poudre d’escampette au lieu de saluer le grand leader (sunnite) du pays, Rafic Hariri, lequel vient de lui offrir 300 000 dollars pour chanter dans le centre ville de Beyrouth remis à neuf, mais, de surcroit, elle développe depuis des années, ainsi que sa famille, des relations coupables avec le régime syrien. À force d’insinuations, on comprend qu’elle est même indirectement coupable du massacre de milliers de « musulmans (palestiniens et libanais) », lors de la prise du camp de Tell Zaatar (investi en 1976 par les milices Kataeb, soutenues par l’armée syrienne, leur alliée du moment).

Ce misérable article mérite-t-il qu’on lui consacre quelques lignes ? Au-delà du nombre étonnant d’articles qu’il a suscités, j’y vois pour ma part quelque chose qui va au-delà de l’actualité immédiate et qui donne à cette affaire une dimension plus intéressante. Feirouz, qui vient de fêter ses 81 ans, incarne (à tort ou à raison) pour toute la région un véritable âge d’or, celui où l’on chantait, à côté d’autres bonheurs plus quotidiens, la certitude d’un monde arabe sur la voie de l’unité. La colère, l’indignation, l’« horreur » même ressenties par d’innombrables lecteurs à l’occasion de cette attaque, inédite dans sa violence, contre la diva libanaise tiennent précisément à ce lien qu’elle entretient avec le public arabe depuis plus de six décennies. S’en prendre à Fairouz, c’est, indiscutablement, profaner une icône et violenter tout ce qu’elle représente. En publiant cet article venimeux, un journaliste opportuniste a saisi l’occasion de faire parler de lui ; mais il nous dit surtout que, confusément, on perçoit dans la région qu’au temps de la grande catastrophe arabe il est désormais possible de s’en prendre ouvertement à ses mythes fondateurs qu’incarne, dernière de sa génération, l’interprète de Jérusalem, fleur parmi les villes.

Le legs de la chanson arabe : Fairouz et l’héritage des Rahbani

On devrait assister ce lundi 26 juillet à un mouvement de protestation transnational en faveur de… Fairouz ! Dans l’après-midi, les Fairouziyoun se réuniront au Caire, à Jérusalem (où l’on a distribué cette affiche qui joue sur les paroles d’une de ses plus célèbres chansons) et même dans plusieurs villes d’Australie pour protester contre le fait que cette grande voix de la chanson arabe ne puisse plus interpréter son répertoire. Avec l’énergique soutien d’une radio syrienne, Sham FM, qui profite de ces événements pour faire parler d’elle à l’occasion de son troisième anniversaire, la principale manifestation aura bien entendu pour cadre Beyrouth, devant le Musée national (article en arabe dans Al-Hayat).

Point de passage entre les deux Beyrouth au temps de la guerre civile, le lieu est un symbole fort pour ceux qui veulent prendre la défense de ce véritable « monument » qu’est devenue la chanteuse libanaise. Aujourd’hui âgée de 75 ans – quand notre Johnny national et Mike Jaegger, n’en ont « que » 67 –, celle-ci continue de se produire et on devait ainsi la voir sur les planches du Casino du Liban, si ce n’est qu’elle en a été empêchée, au tout dernier moment, par une ordonnance en référé du tribunal de Beyrouth.

A l’origine de cette décision de justice prise vers la mi-juin, ses trois neveux qui ont porté plainte, faute d’un accord sur la répartition des droits d’auteur avec celle qui est depuis plus de soixante ans l’interprète des œuvres de leur oncle et de leur père. Depuis la mort de celui-ci, Mansour (منصور الرحباني), en janvier 2009, ils ont donné un tour beaucoup moins feutré aux querelles qui déchirent depuis assez longtemps la famille Rahbani. En effet, et quel que soit son talent,  « notre ambassadrice auprès des étoiles » (سفيرتنا إلى النجوم) n’aurait jamais connu un tel succès si elle n’avait été « découverte » dans les années 1950 par les grands compositeurs qu’étaient déjà les deux frères Rahbani, Mansour et Assi (عاصي الرحباني), ce dernier devenant même son mari, et le père de ses enfants (dont Ziad, plusieurs fois évoqué dans ces billets).

Victime d’un accident cérébral en 1972, Assi ne se remit jamais totalement de cette attaque et mourut en 1986 alors que le couple mythique de la chanson arabe avait fini par se séparer en 1979, ce qui mit également un terme à la collaboration entre les deux frères. Au temps de leur union, du début des années 1950 jusqu’aux années de la guerre civile libanaise, la « Sainte Trinité » de la chanson libanaise provoqua une véritable révolution dans l’histoire musicale de la région en mettant un terme à des décennies de quasi monopole égyptien.

Mais surtout, c’est une sorte de chanson engagée, même si elle restait « populaire » et « commerciale » qu’imposèrent les frères Rahbani avec leur interprète. Lancée en particulier sur les ondes syriennes (un pays où on la considère tout « naturellement' » aujourd’hui encore comme une artiste nationale), Fairouz devint la véritable « Voix des Arabes » des années 1950 et 1960. Mieux que les grandes vedettes du Caire qui avaient trop souvent l’air d’être en service commandé pour défendre les grandes causes de la nation, la jeune chanteuse libanaise, guidée par ses deux mentors, incarna un nouveau type de chanson patriotique qui rompait totalement avec la plupart des rengaines pleurnichardes ou inutilement martiales de l’époque. Adoptant – dès le début des années 1950 – des textes de poètes palestiniens tels que Haroun Hashem (هارون هاشم) ou Abou Salma (عبد الكريم كرمي), les Rahbani suggéraient déjà à travers leurs compositions un rapport moderne de l’individu au politique, un rapport où la voix de Fairouz offrait un dialogue dans lequel se reconnaissait, en communiant dans l’émotion musicale, chaque membre de la société.

De notoriété publique depuis de longues années, les différends au sein de la famille Rahbani étaient apparus au grand jour lorsque Mansour avait réclamé en avril 2008 quelque 100 000 dollars de droits d’auteur à Fairouz, l’interprète des chansons qu’il avait composées avec son frère (article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi).  Malgré tout – la maladie de Assi, les « événements du Liban », la séparation du couple et toutes ces années accumulées –, la fiction de cette relation familiale sublimée avait été seulement écornée, comme si tout le monde préférait garder intact le souvenir de ce passé idéalisé dont témoignent les documents photographiques de l’époque (on peut en écouter certains extraits dans cette bande-annonce de Kanet hekia (كانت حكاية), un documentaire réalisé par Rima Rahbani, la fille de la chanteuse).

Aujourd’hui, et c’est inconsciemment cela qui mobilise la ferveur des Fairouziyins de Beyrouth, du Caire, de Jérusalem ou même de Canberra, on souffre, quand on a la fibre nationaliste et arabe, de voir ainsi souillée par ses propres héritiers, au sens strict du terme, la « légende dorée » de la famille Rahbani et, à travers elle, tous les rêves de ces années d’enthousiasme et de mobilisation.