L’Etat islamique et le spectacle de sa violence sur les télévisions arabes

Présentation de la série "Mini-Daesh" durant Ramadan.
Présentation de la série « Mini-Daesh » durant Ramadan.

Alors que, de l’avis général, la production de dramas aura été particulièrement indigente cette année, l’attention des téléspectateurs arabes aura un peu délaissé les feuilletons pour se tourner à l’occasion de ce ramadan vers les très nombreuses émissions dites de « caméra cachée ». Le genre est de plus en plus à la mode depuis les premières expériences de 2011, notamment avec l’Égyptien Ramez Galal et son Ramez qalb asad (Ramez cœur de lion). Comme dans ce prototype, où des vedettes se trouvaient nez-à-nez, à la sortie d’un ascenseur, avec un lion (pas vraiment féroce), il s’agit presque toujours de « piéger » une célébrité quelconque dont les réactions, plus ou moins spontanées, ainsi que les longs commentaires de la star qui anime le spectacle, visent à susciter l’hilarité de l’audience (régulièrement stimulée, bien entendu, par la diffusion de rires préenregistrés).

Drôles en principe, les caméras cachées de ce ramadan ont suscité pas mal de commentaires en raison de leur caractère particulièrement sadique. C’est le cas en particulier pour deux d’entre elles, animées par deux poids lourds du cinéma populaire égyptien (au jeu particulièrement lourd lui aussi), Ramez Galal et Hani Ramzi. Le premier « joue avec le feu » (yal3ab bil-nâr) comme l’affirme le titre de son émission dans laquelle il prétend faire croire à ses invité(e)s que leur hôtel est la proie des flammes. Quant au second, il joue sur la même corde dans Hani fil-adghâl avec un scénario encore plus improbable selon lequel ses invités se retrouvent abandonnés en pleine jungle, à la merci de n’importe quel fauve prédateur…

Personne, pas plus chez les acteurs que les spectateurs sans doute, n’est vraiment dupe du jeu. Néanmoins, le succès rencontré par ces émissions n’a pas empêché certains de s’interroger à haute voix sur ce goût quelque peu malsain du public arabe au spectacle de la souffrance des autres, comme s’en vante « pour de rire » Ramez Galal dans le générique de son émission. À l’heure où la censure est capable d’être tellement pointilleuse pour la moindre allusion politique, religieuse ou sexuelle, on en vient presque à regretter, comme l’écrit Rania Raad Tawk dans L’Orient-Le Jour, qu’elle ne se montre pas un peu plus sévère à l’encontre de programmes de ce genre.

D’autant plus que la course à l’audience incite très rapidement à franchir les bornes de l’admissible. Le pire exemple dans ce domaine est sans conteste celui de la série Mini-Daesh. Dans ce cas, l’objectif de la caméra cachée consiste à enregistrer, pour le plus grand plaisir de tous, l’angoisse de telle ou telle célébrité à qui l’on fait croire, avec beaucoup de réalisme, qu’elle est tombée dans un piège tendu par l’organisation terroriste. Dans le premier épisode, la panique qui s’est ainsi emparée de l’actrice Heba Magdy persuadée d’être tombée entre les mains de fous criminels a été un spectacle visiblement très apprécié (plus d’un million de visionnages sur YouTube seulement).

Au-delà des protestations contre une émission qui joue pareillement sur des sentiments aussi médiocres et qui, surtout, comme le croient certains, finit par faire de la publicité gratuite aux organisations terroristes, on ne peut que s’interroger sur le succès (avéré, même si on ne dispose pas de chiffres précis) de toutes ces caméras cachées qui tournent en dérision les réactions humaines ordinaires face à la terreur : plongés dans un chaos qui semble être sans issue, le public arabe est-il fasciné, comme la proie devant le serpent, par le spectacle de la violence qui s’abat sur lui ? Faut-il voir au contraire dans cet effort de dérision une sorte de catharsis, une manière d’expulser l’angoisse qui ne peut manquer de saisir tous les téléspectateurs au spectacle de la violence, quotidienne et bien réelle (plus de 200 morts pour le dernier attentat, attribué à l’État islamique, à Bagdad) ?

Abondamment commentés à l’étranger, les exemples les plus pervers de ces caméras cachées ne sont pourtant pas les seuls. D’autres, nettement plus positifs, n’ont pas suscité autant d’attention, alors qu’ils éclairent des aspects, tout aussi réels, de la sensibilité arabe. On a ainsi beaucoup parlé (mais seulement en arabe à ma connaissance) de la série irakienne Sadma (« Choc », un titre qui n’est pas sans connotations dans un pays dont l’ancien leader se prénommait Saddam, un mot de la même famille bien entendu, et qui a vécu le shock and awe des armes étasuniennes en 2003)… Sur le principe d’une émission célèbre (What would you do?), il s’agit de mettre en évidence les réactions spontanées – et positives – de citoyens et citoyennes ordinaires confrontés à des situations inacceptables jouées par des acteurs : scènes de harcèlement sexuel par exemple, ou encore maltraitance d’une domestique (scène assez crédible là aussi) par sa « propriétaire » dans un centre commercial…

Autre exemple, tout aussi positif, celui de Tawwil bâlak (Pas la peine de s’énerver), produit à Gaza par le comédien Momen Shwaikh (مؤمن الشويخ) et diffusé sur une chaîne locale. Parmi différents épisodes où l’on voit ainsi deux employés de la Compagnie d’électricité (des comédiens là encore) se faire éjecter du quartier parce qu’ils prétendent couper les compteurs des mauvais payeurs, la séquence du vendeur de polos qui propose dans une boutique palestinienne un modèle avec un énorme drapeau israélien a été vue plus de 5 millions de fois semble-t-il (pour la voir, suivez ce lien). Dans ce cas, il s’agit bien entendu de saluer les sentiments patriotiques de l’acheteur filmé à son insu.

La mode de la caméra cachée ne signifie pas la fin du feuilleton traditionnel : outre Nasser al-Qasabi et son Selfie (chroniqué la semaine dernière et qui a attiré l’attention d’autres médias plus classiques : ici par exemple ou ), on annonce le début du tournage d’un feuilleton à très gros budget sur Daesh. Une pléiade de vedettes arabes participent au tournage, à Aley au Liban, de cette saga contre l’État islamique qui sera diffusée en principe à l’automne par la MBC, la grande chaîne saoudienne. Les télévisions arabes vont donc continuer à diffuser des images de violence, mais le scénario est peut-être en train de changer puisque les Saoudiens sont de la partie désormais…

Nasser al-Qasabi, prophète (de malheur) en son pays…

Selfie 2 sur la chaîne MBCLa série Selfie, avec comme acteur principal Nasser al-Qasabi ( ناصر القصبي) fait à nouveau parler d’elle en Arabie saoudite. S’efforçant de traiter, sur le mode comique, l’extrémisme religieux d’une partie de la société, elle a démarré en fanfare avec un épisode intitulé ‘Ala madhabak (mot à mot « selon ton école juridique » mais l’expression pourrait se traduire par « chacun voit midi à son clocher »). Reprenant un scénario qui a déjà beaucoup servi dans nombre de comédies, celui de l’échange, dans une maternité, de deux bébés appartenant à des familles que tout oppose, il a proposé une version adaptée au contexte local en jouant bien entendu sur les tensions, aujourd’hui exacerbées, entre musulmans chiites et sunnites. Dans une société où l’on n’a pas trop l’habitude de plaisanter sur ces choses-là, les téléspectateurs saoudiens se sont pour une fois tordus de rire en voyant chacun des deux pères, des hommes de religion l’un et l’autre, tenter de ramener dans le droit chemin leur progéniture respective après vingt années d’éducation « dans l’erreur », ou plutôt dans l’horreur de l’autre confession !

Quand on avait évoqué la série Selfie dans CPA, il y a tout juste un an, c’était à l’occasion d’un autre épisode où, là encore, Al-Qasabi, sans abandonner le registre comique, réussissait à poser quelques-unes des questions qui hantent douloureusement la société de son pays. Cette fois-là, l’épisode, très longtemps commenté à l’époque, avait mis en scène un père partant chez les combattants de Daesh pour retrouver son fils lequel, enfermé dans son fanatisme, n’hésitait pas à se porter volontaire pour l’exécution de celui qui lui avait donné la vie.

Il y a quelques jours seulement, un fait divers particulièrement atroce a permis de mettre en évidence l’étonnante capacité d’Al-Qasabi et de ses scénaristes à se faire l’écho des débats qui agitent leur société. On a en effet enterré samedi dernier à Riyadh une femme de 67 ans, poignardé par deux de ses enfants, des jumeaux d’une vingtaine d’années, qui ont aussi tenté, sans succès, d’assassiner leur père, et un de leurs frères. Apparemment, les deux jeunes gens, sans aucun problème connu jusqu’alors, se sont livrés à ce crime parce que leur mère avait menacé de les dénoncer à la police après avoir découvert leur « conversion » aux idées de l’Etat islamique qu’ils se proposaient de rejoindre pour combattre.

Il va sans dire que l’opinion saoudienne est bouleversée par cette histoire qui met en évidence combien une partie de la jeunesse, sans que personne sache vraiment dans quelles proportions, est sensible aux pires dérives extrémistes. Simple fait divers ou crime politique, cet horrible matricide – car les deux jeunes gens avaient tendu un véritable piège à leur mère pour se débarrasser d’elle – montre combien la société saoudienne traverse une crise profonde. Pas seulement elle d’ailleurs car ce sont toutes les sociétés de la région qui semblent perdre leurs repères, prises dans la violence armée qui règne depuis si longtemps, en plus de tous les autres éléments de dislocation sociale qui font voler en éclats les interdits les plus sacrés. Pour se convaincre de l’empire de cette fascination mortifère, il suffit de constater le succès des multiples émissions de prétendu divertissement qui, à grand renfort de caméras cachées, mettent en scène, « pour de rire », les pires violences des bourreaux sanguinaires de l’Etat islamique et de ses émules. Le public arabe applaudit, apparemment ravi de suivre sur son petit écran la panique de quelques célébrités piégées par tel ou tel animateur qui leur fait croire qu’elles sont tombées aux mains de bourreaux sanguinaires.

Un sujet sur lequel on reviendra en principe la semaine prochaine en se contentant d’observer, pour l’heure, combien Nasser al-Qasabi, avec tout son humour et son courage − en plus de quelques fatwas vengeresses, il a naturellement reçu des menaces de mort à plus d’une reprise de la part de fanatiques divers et variés −, se montre un redoutable prophète de malheur en son pays…

Deux grands témoins égyptiens : Sonallah Ibrahim, Bassem Youssef, et l’irrésistible ascension du général Sissi

dhat

Va-t-on nous rejouer la sinistre comédie irakienne en brandissant vertueusement dans le cas syrien la carte du chimique – dont on apprend, selon des documents aujourd’hui déclassifiés, qu’elle a été utilisée naguère avec l’assentiment tacite des Etats-Unis ? Au moment d’écrire ces lignes, le monde arabe semble à la veille de bouleversements radicaux, qui modifieraient en profondeur non seulement les données géopolitiques de la région mais jusqu’à ses frontières.

Une seule certitude, les fractures sont déjà immenses entre les points de vue des multiples acteurs (et ceux des observateurs) qui ne partagent plus rien ou presque, y compris a-t-on parfois l’impression par rapport à leurs convictions les plus certaines (ou, si l’on préfère, à ce que l’on se figurait comme telles). En guise d’illustration, on verse au dossier égyptien notre traduction d’une partie d’un entretien (signalé par The Arabist, en train de modifier sa formule) accordé par le romancier Sonallah Ibrahim au quotidien Al-Yawm al-sabee.

Né en 1937, il a milité très jeune dans les rangs du parti communiste égyptien et a connu à ce titre les camps d’internement nassériens. Depuis qu’il s’est consacré à l’écriture à la fin des années 1960, il s’est imposé, sur les scènes littéraires arabe et internationale, non seulement comme un écrivain majeur de son époque, mais également comme une des figures intellectuelles parmi les plus respectées dans son pays (par exemple lorsqu’il a refusé avec éclat, dans l’Egypte moubarakienne de l’année 2003, un prix important (récit par Samia Mehrez, qui revient longuement sur ce « scandale » dans son essai Egypt’s Culture Wars).

Tiré d’un de ses romans, qui, entre autres qualités, met en évidence son incroyable capacité à lire les transformations de la société égyptienne, Zeth, un feuilleton qui retrace l’histoire sociale et politique de l’Egypte depuis la révolution des Officiers libres en 1952, a connu un réel succès (image supra) durant la dernière saison de ramadan. C’est donc un grand témoin de l’Egypte contemporaine qui nous interpelle à travers des commentaires qui (d)étonnent… (Original intégral en arabe, ici.[lien corrigé])

Certains ont peur que l’Égypte entre dans une période de guerre civile, pensez-vous que cela soit le cas ?
– A mon avis, je ne pense pas qu’il y aura de guerre civile. Ce qui se passe aujourd’hui, c’est une confrontation avec les foyers terroristes. Elle va se prolonger un peu mais sans avoir de réelle influence sur la structure profonde (al-bunya al-asâsiyya) de l’Égypte qui est déjà passée par là à de nombreuses reprises et qui est restée homogène.

Après ces événements, les Égyptiens pourront-ils accepter les Frères (musulmans) dans la vie de la société, pourront-ils collaborer avec eux ?
– Cela dépend de la Confrérie des frères [musulmans] elle-même : s’ils acceptent leur défaite et mettent un terme à la violence, ils pourront retourner à la vie de la société. Je parle ici des membres ordinaires de la Confrérie, ceux qui sont plein de bonne volonté, ceux dont on peut se dire qu’on s’est moqué d’eux, et non pas de leurs dirigeants. Avec eux, je ne pense pas qu’il y ait le moindre espoir. Ce sont eux qui ont entraîné la Confrérie dans cette confrontation féroce, qui ont comploté pour provoquer les effusions de sang et la violence. La société ne le leur pardonnera pas.

Certains considèrent que la révolution du 30 juin [2013], en tant que révolution existant à part entière, n’a aucune relation avec la révolution de janvier [2011] : qu’en pensez-vous ?
– Je n’aime pas utiliser ce mot de révolution, il n’est pas assez précis. Le 25 janvier, de mon point de vue, c’est un soulèvement qu’on a fait avorter d’une certaine manière. Et le 30 juin c’est un retour à ce soulèvement. Mais on ne peut parler de révolution que par rapport aux objectifs qu’elle se donne. Pour moi, les soulèvements de janvier et du 30 juin ont réalisé certains de ces objectifs, comme la confrontation avec le terrorisme, l’opposition à la violence et à l’Amérique. Mais en même temps ils n’ont pas apporté jusqu’à présent la justice sociale par exemple.

Que pensez-vous de la manière de présenter la révolution du 30 juin comme un renversement militaire et non pas comme [le résultat de] la volonté populaire ?
– C’est un soulèvement populaire et celui qui ne le voit pas ainsi se trompe. Ce qui compte ici c’est de savoir si ce pouvoir œuvre au profit du peuple ou non. Et la réponse est oui. Il n’y a donc pas de problème. Et si ce pouvoir venait à s’écarter de cette ligne, il est facile de sortir, la rue est là !

Il y a pourtant de nombreuses raisons d’être inquiet du pouvoir des militaires, à cause de l’Assemblée militaire [SCAF, le Conseil suprême des forces armées] installé après la révolution du 25 janvier et du départ (tanahhi) de Moubarak… Comment résoudre ce problème ?
– Comme je l’ai mentionné, les appréhensions au sein des rangs de la jeunesse sont liées à l’expérience amère de la précédente Assemblée militaire. Et il faut rappeler que j’ai le droit et que les jeunes ont le droit de savoir qui dirige cette Assemblée militaire, de savoir ce qui s’y passe, et sans que des informations soient cachées pour des prétextes de sécurité. Le problème n’est pas bien difficile à résoudre, il faut que des jeunes de la rue y soient présents, c’est la garantie qu’il n’y aura pas de déviation par rapport au processus démocratique.

Que pensez-vous de l’intervention du général Abdel-Fattah Sissi dans la vie politique ?
– Il est intervenu d’une manière parfaite (mumtâz). On peut le constater à travers ses discours marqués par la précision, la rationalité (al-nadhra al-‘ilmiyya) et l’absence d’enflure rhétorique. Il est précis et objectif. Je pense qu’il représente un atout (maksab) pour la vie politique égyptienne. Pour moi c’est ce qui explique que des Égyptiens ont eu l’idée qu’il se présente aux présidentielles. À mes yeux, c’est parfaitement son droit. Toute personne en a le droit, alors que dire pour quelqu’un qui, comme lui, fréquente quotidiennement les Égyptiens, qui s’efforce, en fonction des pouvoirs de la loi, de réaliser les demandes du peuple, qui se tient à ses côtés ! Mais il doit le faire sur une base saine. Et pour cela, il suffit que, pour la première fois depuis Gamal Abdel-Nasser, il arrive dans [le contexte] d’une menace des USA et des pays occidentaux. Tout le mérite revient au général Abdel-Fattah Sissi, il a mis en évidence le nationalisme de sa personnalité.

Lui donnerez-vous votre voix au cas où il se présenterait aux présidentielles ?
– Je suis corps et âme avec lui ! Mais la question de savoir si je lui donnerais ma voix me paraît prématurée.

17/11/2013 : des infos intéressantes dans ce billet sur le site The Arabist.

Dans un registre radicalement différent, les arabophones prendront peut-être plaisir à écouter cette émission de Bassem Youssef ironisant (peut-être avec cruauté) sur une Egypte totalement repassée sous la coupe de l’ancien régime… Voir ci-dessous le commentaire de Khawaga : la vidéo est ancienne !

https://www.youtube.com/watch?v=zfbirtzkwtw

En anglais, une déclaration, d’une formidable ironie, vient d’être mise en ligne, toujours par Bassem Youssef (précision rajoutée : ironie dont le sens réel ne se dévoile qu’à la lecture de l’intégralité du texte original en arabe ici)…. L’introduction de ce texte intitulé Egypt-The-destruction-of-a-nation :

I have decided today that I will no longer be neutral. I will not grab the stick from the middle. It would be easy to direct my anger at both sides, to free my conscience from the practice of the police, criticize the performance of the interim government for its stupidity and insistence on the security solution and scream at the top of my lungs, “down with military rule!” I could dedicate the remainder of this article to cursing the Brotherhood and showing how their actions led to our current suffering. I could extend my condolences to the martyrs and emphasize that “all the blood is sacred” as I curse both sides and put my pen down with a healthy conscience because I have preserved my humanity, cursed the universe and raised myself to a moral high ground from which I could drop my curses, disdain and loathing for the army and the Brotherhood.

It is a nice, easy and inwardly comfortable solution.

However, today, I have decided to take a side: I will take one side for there is no room for lenient and undecided stances. I have decided I will take the side of the Brotherhood. What? Did I shock you? Just bear with me.

Sur Sonallah Ibrahim, voir également dans ce blog :
Sonallah Ibrahim, l’homme qui regarde l’Egypte en douce, à propos, notamment, de la sortie de Al-Talassus (mai 2007).
« La loi française », un nouveau roman de Sonallah Ibrahim (octobre 2008).
Les « règles de l’art » et le prix (d’un intellectuel) en Egypte, à propos des prix littéraires arabes en général, et de « l’affaire » de 2003 en particulier (juin 2009).
« Dhât » et la censure des jupes : entre démocratie et démagogie, sur les difficultés du tournage du feuilleton tiré du roman du même nom (février 2012).

La publicité, vedette des feuilletons du ramadan télévisé arabe

Personne ne se risque à avancer un chiffre à propos du nombre de feuilletons diffusés pendant ramadan. Une bonne soixantaine pour les grandes chaînes panarabes, sans doute deux ou trois fois plus au total pour ce mois de consommation télévisée frénétique de drâmât – terme à la mode dans la presse, qui vient remplacer le plus classique musalsalât.

Entre les productions réservées à un marché local à l’image des sitcoms marocaines (article dans Jeune Afrique), celles qui peuvent toucher un marché régional (le « feuilleton bédouin » pour les très riches audiences de la Péninsule par exemple) ou encore celles qui s’adressent dès le départ à la clientèle des grandes chaînes transnationales, il est difficile de se livrer à un comptage précis, d’autant plus que les séries en exclusivité sur un canal sont en nombre très limité, la plupart faisant, au contraire, l’objet de multiples rediffusions, plus ou moins décalées, sur différentes chaînes, codées ou non.

Ce qui est certain, en revanche, c’est que le festin d’images télévisées de ramadan représente, à raison de 4 ou 5 par feuilletons par foyer, une énorme manne publicitaire évaluée, selon cet article d’Al-Quds al-‘arabi, à quelque 100 millions de dollars (même si on ne voit pas très bien à quoi exactement correspond ce chiffre).

Depuis plusieurs années, tout le marché télévisuel est organisé en fonction de ramadan dont l’arrivée est un cauchemar pour les sociétés de production qui ont le malheur d’être en retard sur leur planning et qui doivent parfois boucler un tournage alors que la diffusion du feuilleton a déjà commencé. Quant aux grandes chaînes, elles établissent leur programmation annuelle en fonction de ce pic de consommation en prenant soin, concurrence oblige, de ne dévoiler leur grille de programmes qu’au tout dernier moment.

Cette année, Nile TV a ainsi réalisé un joli coup en inaugurant les séries de ramadan tellement attendues, non pas le premier jour du jeûne mais dès la « nuit du doute » (laylat al-ru’ya), et en prenant ainsi une bonne longueur d’avance sur la concurrence ! A défaut d’être élégant, le procédé semble avoir été efficace (article dans Al-Akhbar). Il révèle aussi l’aspect toujours plus mercantile d’une fête qui, comme Noël sous nos latitudes, tient de moins en moins compte des valeurs religieuses qui lui sont en principe associées.

A lire la presse arabe en effet, plusieurs signes donnent à penser que « l’inflation d’écrans religieux », signalée l’année dernière, n’est plus autant au rendez-vous. Ainsi, un des événements de l’actuelle saison, pour l’Egypte au moins, aura été le lancement de la chaîne Al-Qahira wal-Nas (القاهرة والناس – Cairo Centric en anglais). Dernier « produit » du gourou de la pub égyptienne, Tarek Nour, la chaîne a fait toute sa promotion sur un slogan très peu en rapport avec la « modestie » requise pendant ce mois sacré (article sur Islam-Online): أجرأ قتاة في رمضان, « la chaîne la plus osée durant ramadan » !!!

Et c’est également avec le début du mois de jeûne et de ferveur religieuse qu’a eu lieu, à Damas, le lancement de Syria Drama, nouvelle satellitaire crée par les autorités locales pour relancer la production des feuilletons locaux face aux manques de débouchés (pour des raisons en partie politiques) sur un marché de l’image dominé par les capitaux saoudiens…

Bien entendu, les émissions religieuses sont très loin d’avoir disparu et, à côté des traditionnelles causeries religieuses des prêcheurs vedettes, on observe également la poursuite de tentatives, notamment en Arabie saoudite, visant à promouvoir le « feuilleton conservateur » (al-drâmâ al-muhâfidha), c’est-à-dire un feuilleton fondé sur les « vraies valeurs » morales (de l’islam). Il reste que « le temps de cerveau disponible » des téléspectateurs arabes n’est pas extensible à l’infini, et la place croissante que prennent les séries télévisées se fait au détriment des autres émissions, et en particulier des religieuses.

Car les feuilletons sont omniprésents non seulement par leur nombre, mais aussi par leur longueur. Non pas tellement qu’ils durent plus de temps qu’auparavant, bien au contraire, mais parce que le nombre de spots publicitaires a terriblement augmenté, au point d’égaler par leur longueur le temps de l’émission proprement dite, ce qui finit par irriter bien des téléspectateurs qui n’arrivent plus à suivre une histoire interrompue, dans les pires cas, toutes les cinq ou six répliques.

On ne voit pas comment le système pourrait s’arrêter car, si le feuilleton fait vendre des spots publicitaires, il a lui-même besoin de la publicité. Pour assurer le financement de ces productions prestigieuses, souvent fort coûteuses, mais également pour assurer leur promotion. En effet le temps n’est plus où une chaîne pouvait se reposer sur la seule qualité d’un produit proposé en exclusivité à son public. Depuis deux ou trois ans, les séries télévisées sont préparées, deux bons mois à l’avance, par d’énormes campagnes d’affichage, suivies, juste avant ramadan, de campagnes dans la presse.pubsfeuilletons Les publicitaires réfléchissent déjà aux nouvelles possibilités qu’offre Facebook et on prépare même, pour la prochaine saison, des avant-premières pour les chroniqueurs télévisés, comme pour les grosses productions cinématographiques.

Même s’il donne l’impression d’arriver aujourd’hui à saturation, le système ne date pas d’aujourd’hui. Un article dans Al-Quds al-‘arabi, signé par Muhammad Mansour, rappelle ainsi que celle qui n’était pas encore la grande Oum Kalthoum vantait, dans les années 1930, les mérites du savon Naboulsi Farouk (image en haut de ce billet). Quand à la pulpeuse Hayfa Wahbé, vedette du dernier film de Khaled Youssef, elle a commencé sa carrière à l’écran dans un spot publicitaire pour des pâtes !

Au dire des spécialistes, c’est en Egypte, où l’humour est souvent une arme de survie, qu’on fabrique les meilleures publicités du monde arabe. Ci-dessous, un spot, assez délirant, pour la chaîne Melody : il n’y a pas besoin de tout comprendre en arabe pour s’amuser ! D’autres spots tout aussi drôles sur le site de la société Melody (cliquer sur « our campains » en dessous des « m » qui bougent…)