Réseaux sociaux et soulèvements arabes : la fin de l’innocence ?

 

La page Facebook de la chaîne Al-Arabiya "hackée" par l'armée syrienne électronique

Au fil des mois, les mass-média qui avaient montré tellement d’enthousiasme pour les vertus révolutionnaires du Web 2.0 sont passés à autre chose, tandis que cyberoptimistes et cyberpessimistes continuent à échanger des arguments à propos du rôle qu’il faut attribuer ou non aux réseaux sociaux dans les soulèvements arabes. Une façon d’échapper à ces débats, qui ne peuvent que s’éterniser faute de preuve décisive, est de déplacer l’interrogation pour la faire porter non pas sur la valeur intrinsèque des réseaux sociaux mais sur la place qu’ils ont pu prendre dans une période particulière. Pour le dire autrement, on peut faire l’hypothèse que l’éventuel potentiel subversif des réseaux numériques a de toute façon disparu – pour le moment au moins – dans une région où les régimes politiques en place ont rapidement tiré les leçons de la chute de Ben Ali et de Moubarak. Il y a peut-être eu une « fenêtre d’opportunité » au début de l’année 2011, quand les potentialités du réseau étaient laissées aux opposants ou bien quand les appareils officiels prétendaient mobiliser les masses avec des méthodes datant, pour le moins, du Web 1 (à l’image des campagnes de participation citoyenne du type Sammi’ sawtak ! « Fais entendre ta voix », lancées en 2005-2006 et commentées dans cet article de 2007). Mais depuis, le cyberespace a perdu son innocence ! A lire cet article publié dans le Global Post par Jennifer Koons, on se dit que les bonnes vieilles méthodes de censure (filtrage, blocage…) vont sans doute conserver toute leur actualité, mais qu’on est surtout déjà entré dans une nouvelle ère où les réseaux ne sont plus du tout laissés à la seule initiative des contestataires, qui ne peuvent plus se contenter de jouer en amateur s’ils veulent survivre et faire entendre leur voix. En effet, les pouvoirs investissent eux aussi les réseaux, afin d’y diffuser leurs messages de manière tellement massive que leur présence, à défaut de convaincre, serve au moins à « recouvrir » les propositions subversives, à l’image des bonnes vieilles affiches d’autrefois collées par-dessus celles du concurrent !

Au temps du « printemps arabe », c’est dès la mi-février 2011 que le SCAF (Conseil suprême des forces armées) a ouvert en Égypte sa page Facebook dédiée – on se pince pour y croire – « à la jeunesse d’Égypte, à ses fils et à ses martyrs qui ont lancé la révolution du 25 janvier » ! (article en anglais ici) Deux mois plus tard, Walid al-Moallem, le ministre des Affaires étrangères syrien, ouvrait son compte sur Twitter… Dans les deux pays qui voient se dérouler les protestations les plus importantes (il faut dire que la plupart des médias ne sont pas bavards sur l’Arabie saoudite, le Maroc ou la Jordanie), la présence des partisans du pouvoir sur Internet est très notable : à Bahreïn, des « Twitter trolls » interviennent en masse et de manière très agressive (article en anglais) auprès de ceux qui diffusent des opinions contraires à celles des autorités locales qui, officiellement, ne sont pas concernées. En Syrie, l’armée syrienne électronique, qui aurait été fondée par deux étudiants en informatique (article en arabe, multiplie les « exploits », avec par exemple le « hack » récent (article en arabe) de la page Facebook de la chaîne Al-Arabiya. On ne compte plus les exemples qui témoignent des agissements, de plus en plus sophistiqués, des appareils de répression ou seulement d’influence. Néanmoins, pour peu que l’on fouille dans l’histoire – pourtant très courte – d’internet, il est facile de voir que les cybermilitants ne sont plus depuis longtemps les seuls acteurs et que des puissances publiques, « avec les meilleures intentions du monde », leur ont apporté autant d’aide qu’elles ont pu. C’est plus que jamais le cas des USA depuis l’arrivée au pouvoir de Barack Obama et d’une équipe qui avait pu mesurer l’efficacité des réseaux sociaux numériques lors de sa campagne électorale. La « gouvernance du XXIe siècle » intègre désormais tous les outils numériques (lien vers la très belle page du Département d’Etat nord-américain qui a officiellement lancé, lors d’un discours d’Hilary Clinton à Marrakech en septembre 2009, une initiative du nom de « Société civile 2.0 »)…

Comme le relève François-Bernard Huyghe dans une synthèse aussi brève qu’efficace, on arrive aujourd’hui à un paradoxe : « ce qu’Internet confère aux simples citoyens d’un côté (possibilités d’expression ou d’organisation sans chefs, sans partis et presque sans idéologie sinon très vague), ils doivent le payer en termes d’expertise et de stratégie de lutte : la protestation comme la répression se professionnalise. » S’il a jamais existé, le temps de l’innocence du militantisme arabe en ligne est de toute manière désormais révolu.

Comment des tweets d’anniversaire ont déclenché une « guerre internet de quatrième génération » en Arabie saoudite !

A l’occasion de l’anniversaire (mouled) de la naissance du prophète – fête qui n’est pas officiellement « chômée » en Arabie saoudite, à la différence de bien d’autres pays de la région –, Hamza Kashghari (حمزة كشغري), un jeune Saoudien de 23 ans, a eu la mauvaise inspiration d’envoyer trois tweets pour marquer l’événement. Trois très brefs messages, dans lesquels ce journaliste, poète féru d’idées philosophiques, s’adressait directement au prophète de l’islam pour lui dire à peu près : J’ai aimé le révolutionnaire chez toi (…) pourtant je ne prierai pas pour toi le jour de ton anniversaire (…) parce que j’ai aimé des choses en toi, parce que j’en ai détesté d’autres, et parce qu’il y en a d’autres que je n’ai pas comprises.  Pour conclure : Ce jour de ton anniversaire, je ne m’inclinerai pas devant toi, je ne baiserai pas ta main ; on se serrera la main, on se sourira, on se parlera comme des amis, c’est tout. (Texte original et traduction anglaise sur le blog de Zaki Safar ArabianSaudi Blog.)

Des messages qui ont provoqué des réactions spontanées, lesquelles se sont transformées en déluge de protestations, peut-être sous l’effet mécanique d’une propagation virale mais plus probablement de manière assez organisée : des milliers de tweets (30 000 dit-on) utilisant le même tag (étiquette) – #hamzahKashghri – accompagnés de vidéos sur YouTube appelant à la mort de l’auteur des micro-messages jugés injurieux. Celui-ci, dès le lendemain, a exprimé ses regrets (le texte en arabe) via Tweetlonger, un service qui permet justement de dépasser la limite fatidique des 140 signes. Il fallait bien cela pour un repentir (tawba) en bonne et due forme ! Peine perdue, une semaine ne s’était pas écoulée que l’Assemblée permanente de la Hay’at al-iftâ’ al-islâmiyya – l’organisme national chargé de la prononciation des fatwas – prononçait un avis juridique dénonçant Hamza Kashghari comme « mécréant » (kâfir). Commence alors une fuite éperdue : la Jordanie et les Émirats semble-t-il, puis la Malaisie où l’auteur des tweets est arrêté le 9 février alors qu’il s’apprête à se rendre en Nouvelle-Zélande… Extradé le 12, il encourt désormais un jugement pour blasphème, voire apostasie (ridda).

Depuis, les médias locaux se font l’écho de toutes sortes d’opinions, plus ou moins relayées par les médias internationaux. Certains, parmi lesquels on trouve des autorités religieuses, estiment que le repentir rapide et total du fautif permettrait d’oublier une malheureuse affaire créée par trois minuscules messages de 140 signes chacun ! D’autres, assez nombreux il faut bien le reconnaître, exigent au contraire un châtiment exemplaire ! Pour les radicaux religieux, Hamza Kashghari est en effet un parfait bouc émissaire : celui qui se définit sur son compte Twitter comme l’ami « des marginaux et des minoritaires » garde sur son visage la trace de ses lointaines origines étrangères – Kashghar est une ville du Turkestan chinois. Cela fait de lui la parfaite incarnation des subversifs qui peuplent les cellules dormantes implantées par ce que le rédacteur en chef d’Al-Nukhba, une feuille de choux locale, nomme les organisations « chiito-irano-qatari-libérales » !!! (Voir cet article en arabe.)

Une affaire de plus, par conséquent, dans le très long feuilleton (voir ce billet parmi ceux de l’onglet “Saoudie” en haut de l’écran à droite) des luttes d’influence entre libéraux d’un côté et musulmans (très) conservateurs de l’autre ? Pas tout à fait car cette affaire doit être lue à la lumière des bouleversements politiques régionaux d’une part et, de l’autre, au regard de l’essor des réseaux sociaux. Car à l’heure d’un « printemps arabe » bien menaçant pour les régimes en place, le camps des ultra-conservateurs s’estime en position de force pour exiger plus de fermeté et plus de contrôle. Vis-à-vis des médias et des réseaux d’information pour commencer, dont on a vu quel rôle ils jouaient auprès d’une jeunesse trop turbulente… 

Entrée tardivement et après bien des réticences sur la Toile au passage du millénaire, l’Arabie saoudite n’en est pas moins désormais le troisième pays arabe par le nombre des internautes (presque 10 millions à la fin de l’année 2011), avec 4,5 millions d’utilisateurs de Facebook. Pour Twitter, l’essor fulgurant des derniers mois est source de beaucoup d’inquiétudes. D’ailleurs, le 29 janvier, quelques jours seulement avant l’affaire Kashghari qui tombe vraiment à point nommé, le grand mufti d’Arabie saoudite s’en prenait à Twitter, accusé de diffuser « des mensonges totalement infondés, des fatwas prononcées par des gens qui n’ont pas de savoir [religieux] et sans argumentation, et des attaques contre des personnes religieuses et importantes dans la société » («ترويج لأكاذيب باطلة، وفيه من يصدر فتاوى من دون علم، وغير مدعَّمة بالدليل، وأنه يحوي طعناً بشخصيات دينية واجتماعية», texte cité dans cet article).

En effet, au « Royaume des hommes » comme l’appellent les féministes locales, on ne « tweete » pas, comme partout ailleurs, pour les fêtes et les anniversaires mais aussi, et beaucoup plus qu’ailleurs dans la mesure où le reste de l’espace médiatique est étroitement verrouillé, pour profiter de l’espace de liberté qu’offre la nouvelle application. Éventuellement relayés dans l’opinion par des applications innovantes, telle Radwitter, une radio sur internet récemment ouverte, les échanges par micro-messages constituent à présent un puissant média d’information en même temps qu’un vecteur efficace pour de nombreuses campagnes de mobilisation (notamment pour les droits de la femme, mais pas seulement). De plus en plus, les autorités saoudiennes se préoccupent des voix de Twitter qui, à l’image d’un certain « Mujtahid », peuvent drainer jusqu’à près de 200 000 « suiveurs ». Depuis quelques semaines, « Celui qui se donne du mal » (traduction littérale de son pseudo chargé de nombreuses connotations…) fait passer des messages, très bien informés, pour dénoncer la corruption, son thème de prédilection, l’accaparement des biens fonciers par les favoris de la famille royale, ou encore le pouvoir absolu des dirigeants, autant de maux contre lesquels il appelle à briser le mur de la peur pour faire changer les choses…

Après les sites d’information en ligne autour des années 2000, les blogs d’opposants autour de 2005, les groupes Facebook autour de 2010, Twitter représente peut-être la nouvelle génération – la quatrième – des applications internet passées dans l’arsenal des opposants du monde arabe. Ils sont aujourd’hui lancés dans une guerre de « quatrième génération » elle aussi, une Netwar où ce n’est plus seulement le nombre des troupes mobilisés qui importe, ou bien leur « puissance de feu » ou même leur rapidité de manœuvre, mais leur capacité à déstabiliser l’adversaire, y compris dans un rapport de force totalement asymétrique.

Cliquez pour ‘Alaa Abdel Fattah, blogueur de la Révolution arabe…

 

لو شفتم فيا شجاعة أو شهامة أو جدعنة اعرفوا إنها مستمدة من أمي و أخواتي البنات الأصغر مني و مراتي (اللي فراقها أصعب حاجة في الحبس

« Si vous trouvez que j’ai du courage, du cœur, du cran, sachez que ça me vient de ma mère, de mes jeunes sœurs et de ma femme (être séparé d’elle, c’est le plus dur en prison. » Alaa Abdel Fattah, 3 novembre 2011.

Il y a quelques semaines, début octobre, s’achevait à Tunis la troisième rencontre des blogueurs arabes. Une grosse opération − une centaine de participants en provenance de 16 pays différents − qui oblige à s’interroger, au-delà des bonnes intentions, sur la nature de la « machinerie » politique qui la sous-tend. Que dirait-on si les Iraniens finançaient à Athènes la rencontre de cent indignés européens ou étasuniens acteurs de la presse en ligne ? Du point de vue pratique, la réunion a été rendue possible grâce au soutien de deux fondations européennes, la Heinrich Boell Foundation and Global Voices Online, en liaison cette année avec un acteur local, une première, l’excellent portail Nawaat, qui se définit comme un « blog collectif indépendant ».

Bien entendu, le choix de la Tunisie ne relève pas du hasard : c’est là « que tout a commencé » si l’on peut dire, et là où la nouvelle culture politique numérique a joué un rôle si important. Néanmoins, la réunion ne s’est pas déroulée sans incidents, même là où la révolution arabe semble avancer du pas le plus décidé (90 % de participation à des élections globalement très régulières, c’est une chose certainement plus importante que les commentaires sur le bien-fondé du choix des électeurs). Sans plus d’explications, une délégation de douze blogueurs palestiniens s’est ainsi vu refuser son visa d’entrée par les ambassades de Tunisie en Egypte et à Ramallah. En signe de protestation, les participants (photo ci-dessus) ont posé collectivement derrière les sièges qui portent le visage des « présents-absents » (le nom donné à l’origine par les Israéliens aux Palestiniens « illégalement » présents sur le territoire gagné en 1948).

On peut jeter sur l’événement un regard critique et trouver qu’il y a un petit côté boy-scout dans cette réunion de jeunes tellement sympathiques. Une image bien lisse et presque trop parfaite en somme… Mais tout de même, il se trouve qu’un des participants du forum des blogueurs vient d’être emprisonné par les autorités provisoires du second pays arabe « libéré » par le printemps arabe. Pionnier de la contestation numérique à travers le blog qu’il tient avec sa femme Manal, l’Egyptien ‘Alaa Abdel Fattah (علاء عبد الفتاح) est en effet détenu depuis le 30 octobre dernier. (Il me semble que c’est lui qui est assis, en quelque sorte de manière prémonitoire, au centre, le seul à être à hauteur des absents.) Les mauvaises habitudes ne se perdant pas facilement, l’accusation qui lui a été signifiée permet de le déférer devant un tribunal militaire grâce à un tour de passe-passe juridique qui prend la forme d’une « incitation à la violence contre les forces armées », le seul motif qui permet la traduction d’un civil devant une cour militaire…

Depuis sa prison (une expérience éprouvante, qu’il connaît bien pour avoir déjà été emprisonné en 2006, du temps de Moubarak bien évidemment), l’accusé fait savoir qu’on lui aurait proposé un intéressant marchandage : une sortie anticipée contre la promesse de ne plus s’en prendre à la personne du maréchal Tantawi, actuel dirigeant de ce qui ressemble tout de même un peu à une junte militaire, qui affirme pourtant qu’il ne sera pas candidat aux élections…

Y a-t-il un pouvoir politique numérique ? On peut en faire l’expérience in vivo en donnant sa signature à une pétition internationale qui demande au président Obama d’œuvrer immédiatement à la libération de ‘Alaa Abdel Fattah (cliquer ici). Il faudra être très nombreux car il n’est pas certain que le président des USA soit dans de bonnes dispositions, quelques jours après l’invasion de sa page Facebook par une avalanche de commentaires d’internautes tunisiens réclamant, souvent sur le mode ironique et en arabe dans le texte (sur le mode Al-cha’ab yurîd isqât Wall Street, Le peuple veut la chute de…), plus de démocratie de la part des autorités américaines vis-à-vis des manifestants de Wall Street !

Le renversement des flux de l’information et même des symboles, car les militants de We Are the 99% reprennent désormais les slogans des soulèvements arabes, est inédit et donne la mesure de l’incroyable révolution qu’a provoquée le “printemps arabe” dans les représentations collectives. Mais pour l’heure, cette nouvelle répression du blog-journalisme – qui fait suite à bien d’autres affaires moins médiatisées, tel le procès intenté à cinq journalistes du quotidien Al-Rayy aux Emirats, « coupables » de s’être exprimés sur un forum en ligne – rappelle aussi que, malgré tous les discours sur la « puissance de feu » de Facebook, ce sont bien les blogs, et en particulier les blogs de journalistes-citoyens, qui attirent sur eux le plus de répression. Est-ce la conséquence d’un vieux réflexe autoritaire, prompt à faucher les têtes qui dépassent ? Ou bien la preuve que le travail en profondeur de formation des réseaux sociaux se cristallise sur certains sites de militants qui polarisent les mobilisations ?

Les commentaires sont bienvenus ! En attendant, cliquez pour Alaa !

(En complément, ce billet sur The Arabist qui donne une traduction pour ceux qui n’ont pas accès à l’arabe et cet autre, plus détaillé, sur le site Egypte solidarité, repéré grâce à Snony qu’il faut toujours prendre le temps de lire !)

Afficher ses opinions : la communication politique dans la Syrie du « printemps 2011 » (1)

Entre autres conséquences, les différents soulèvements récents dans le monde arabe ont provoqué une véritable révolution dans la communication politique ; d’abord dans le camp des manifestants, mais également, c’est plus inattendu, du côté des instances officielles. Impossible de présenter en quelques lignes l’incroyable inventivité, sur le plan du langage et/ou de l’image, des mouvements de protestation. En attendant que les autres révolutions arabes soient elles aussi documentées, deux références pour ce qui est de l’Egypte, trouvées l’une et l’autre dans le récent mais déjà incontournable Jadaliyya : en premier lieu, un article d’Elliott Colla, un des premiers à avoir tenté d’éclairer certains aspects de ce qu’il nomme la « poésie de la révolte » (Poetry of Revolt), au sens littéral du terme, à savoir le rôle de la parole poétique dans les événements qui ont conduit à la mobilisation de millions d’Egyptiens pour réclamer la chute du régime ; dans le même ordre d’idée, Jadaliyya signale également, sous le titre « soulèvements esthétiques » (Aesthetics Uprisings), un dossier réalisé par la revue d’art ArtәEast : Signs of the Times : the Popular Literature of Tahrir, quarante pages de photos et d’analyses, réunies par Rayya El Zein et Alex Ortiz, intégralement disponibles en ligne). Précipitez-vous, c’est à la fois magnifique, instructif et réjouissant !

Beaucoup moins créatives sans doute, mais tout de même intéressantes à noter pour ce qu’elles révèlent des mutations que le monde arabe est en train de vivre, les tentatives de la part des instances officielles de renouveler leur communication. Cela passe d’abord par l’adoption de nouveaux canaux. Pour rester sur le terrain égyptien, le Haut Conseil des forces armées a ainsi ouvert, dès la mi-février, une page Facebook. Avec des fortunes diverses, il a été imité depuis par le Cabinet du Premier ministre, par le ministère des Affaires étrangères, et même par celui de l’Intérieur, naguère plus préoccupé, comme le rappelle cet article dans Al-Akhbar, de faire la chasse aux activistes égyptiens sur le Net !

Au-delà des supports, les événements actuels ont accéléré une évolution déjà commentée sur CPA à l’occasion de la triomphale réélection de Moubarak en 2005 (88,5 % des voix !), mais aussi lors des événements du Liban en 2007 (deux billets, ici et ). Forte d’une longue tradition graphique liée notamment à son rôle dans la presse et l’édition arabe, plaque-tournante des industries publicitaires au temps du numérique, Beyrouth annonçait le renouvellement de la communication politique, visiblement ressenti comme nécessaire par les principaux intéressés, à savoir les hommes de/du pouvoir.

Dernier exemple en date, la Syrie de Bachar al-Assad, confrontée à une vague de protestations depuis bientôt deux mois (date des premiers appels à manifester sur Internet). Là encore, dans ce pays aujourd’hui dirigé par celui qui fut naguère le président de sa Société d’informatique, les nouveaux canaux sont bien entendu investis : des années après que le président eut lui-même inauguré sa page Facebook (à nouveau autorisé dans le pays, depuis février dernier), c’est Ibrahim al-Mouallem, le ministre des Affaires extérieures, qui communique désormais par Twitter… Mais c’est toutefois dans le domaine des contenus que la communication politique a connu sa plus grande transformation (on se gardera bien d’utiliser dans ce contexte précis le mot de révolution…)

2 - Le club des officiers à Damas
1 - Place Arnous, Damas

Il faut dire que l’on part de très très loin. Remarquablement analysée par une universitaire américaine (Ambiguites of Domination : Politics, Rhetoric, and Symbols in Contemporary Syria), la rhétorique du pouvoir syrien est restée, des années durant, figée dans le bronze ! (ill. 1 : cliquer sur l’image, comme pour toutes les autres, pour l’agrandir). Placée sous le signe de la continuité (ill. 2), l’arrivée au pouvoir du fils de Hafez al-Assad se traduisait, il y a peu encore, par un relatif « effacement » (au sens propre et au sens figuré) de la figure présidentielle. Il y a quelques mois, les Damascènes avaient ainsi pu découvrir le nouveau look du siège des Forces armées aériennes, dépouillé du portrait paternel  (ill. 3 et 4 ci-dessous). Dans une ville où l’espace public est largement saturé de signes, la figure présidentielle n’était plus souvent qu’une image parmi bien d’autres (ill. 5, en haut de ce billet).

3 - Avant...
4 - ... après !

Les événements actuels ont naturellement tout changé. Confronté à une contestation que ni les annonces de réforme ni la répression ne semblent devoir affaiblir, le pouvoir en place cherche à mobiliser ses partisans. Renouant avec les codes communicationnels en vigueur dans un passé encore récent, la rue syrienne  est à nouveau totalement saturée de portraits du président ; si bien qu’il est impossible de s’y déplacer sans se retrouver en quelque sorte face à face avec l’incarnation de la légitimité politique. A quelques différences près toutefois qui méritent d’être notées.

6 - porte d'immeuble à Bab Touma

En plus de l’affichage en quelque sorte traditionnel, sur les édifices officiels qui, paradoxalement, sont en partie restés à l’écart du phénomène, ce qui frappe c’est d’abord le caractère individuel, et en principe volontaire, des marques ostensibles d’allégeance : boutiques, voitures, mais aussi portes et fenêtres où est placardé le portrait du président, pour afficher son soutien au régime (ill. 6). Massive dans un premier temps, cette forme de manifestation semble avoir quelque peu régressé, peut-être à cause de mesures de rétorsion prises par des adversaires du régime (on a ainsi parlé de pare-brises fracassés par des opposants au régime).

Cette évolution vers une sorte d’individualisation du soutien citoyen, spontané ou plus ou moins contraint, s’accompagne, sur le plan du goût, d’une modernisation des idéaux esthétiques, désormais gagnés par les standards globalisés. Conformément au désir de Bachar al-Assad d’apparaître comme un président jeune et modernisateur, on observe un rajeunissement de l’iconographie, tant sur le plan de l’image que du slogan (ill. 7), au risque d’interférences avec les codes iconographiques de l’imagerie populaire, dans le registre sentimental (ill. 8).

7 - "On t'aime !"
8 - "Oui à un avenir rose!"

Autant d’évolutions parfaitement en phase avec le discours officiel qui, lui aussi, s’est « modernisé », en empruntant les canaux de la communication contemporaine, y compris ceux des supports publicitaires (ill. 9).

9 - Panneau lumineux, place Arnous, Damas

Un transfert de format qui n’est pas sans introduire de profondes modifications dans le contenu des messages : si le visage présidentiel n’est plus l’unique icône susceptible d’incarner l’unité de la nation, laquelle peut s’énoncer dans sa forme la plus dépouillée, celle du  drapeau national, le plus souvent ce sont les techniques du langage publicitaire qui sont sollicitées, avec une étroite association du texte et de l’illustration (ill. 10 : panneau publicitaire ; les différents mots, autour du thème de la dissension, dessinent un pistolet).

10 - Non à la Fitna !

A défaut des réformes dont il reconnaît la nécessité, le pouvoir syrien affiche son désir d’aggiornamento en multipliant des mots d’ordre qui claquent comme des slogans publicitaires (ill. 11)…

11 - "La liberté ce n’est pas l’anarchie, c'est d'abord le respect de la loi."

Ce lifting de la communication politique sera-t-il suffisant pour convaincre la génération des « natifs du numérique » ? Pour l’heure, on se contentera de noter que cette débauche de portraits et de slogans coïncide, assez curieusement, avec une autre campagne officielle (image  ci-dessous), passée, elle, inaperçue :

L’affichage sauvage défigure notre maison !
Ensemble, mettons-y un terme !


Infos pratiques…

Désolé d’être aussi peu fidèle aux rendez-vous du lundi… Cette semaine, quelques informations pratiques.

Pour commencer, une innovation TRES utile à mon sens, grâce au travail fourni par l’équipe d’OpenEdition. Ce “dispositif” d’édition électronique au service de l’information scientifique que développe le Cléo, une unité du CNRS, offre de nouvelles fonctionnalités. Parmi celles-ci, la possibilité de vous abonner à ce carnet de recherches de manière très simple (voir ce lien sur ce qu’ils appellent le “système d’alerte“). Ainsi, vous êtes automatiquement prévenu, sur votre messagerie électronique, de toute nouvelle publication, ce qui ne doit pas vous empêcher de feuilleter de temps à autre – liens en haut du bandeau – les très riches collections d’Hypotheses.org (plus de 200 carnets de recherche, sur tous les sujets) et de Revues.org !

Pas de “vrai billet cette semaine, en partie parce que je participe à un colloque sur les nouvelles technologies de l’information et les droits de l’homme, organisé notamment par la Casa arabe (pour les hispanophones, leur site, où l’on trouve beaucoup de choses intéressantes, et l’annonce du colloque avec le détail du programme). Mais tout de même un peu de lecture puisque vous trouverez ci-dessous le texte d’une vraie/fausse interview faite pour le Café pédagogique pour lequel Laetitia Démarais vient de réunir un excellent dossier sur les Révolutions arabes.

A votre avis, comment en est-on « arrivé là »?

Y. G.-Q. : Posée en ces termes, la question émane à l’évidence d’un regard « nord-méditerranéen » ! En effet, une des conséquences vraiment importantes de ce qui se passe aujourd’hui dans le monde arabe est bien de nous obliger à nous rendre compte combien notre regard sur ce monde a pu, des années durant, être totalement aveugle (ou presque) à ce qui s’y passait. Faute probablement d’avoir accepté de lire le monde arabe à la lumière d’autre chose que notre passé colonial, enkysté dans une histoire nationale qui n’a jamais voulu ou accepté d’examiner ce qui s’est passé au moment de la décolonisation. Pour faire bref, nos petits arrangements avec les dictatures locales ont permis que ne soit pas posée la question de notre relation à cet « autre trop proche ».

Vue du monde arabe, la question est perçue sans doute assez différemment, même si la surprise est grande pour presque tout le monde de voir qu’en définitive il n’y avait pas nécessairement une fatalité de la dictature… De mon point de vue, on assiste aujourd’hui à l’ouverture d’une nouvelle page dans l’histoire de la région, page qui va peut-être permettre de surmonter la défaite de 67 et d’une certaine idée du monde arabe. En remontant plus loin encore dans le temps, j’irais même jusqu’à dire que c’est la première modernité arabe, celle qui s’est ouverte avec la nahda (Renaissance arabe) de la fin du XIXe siècle qui prend fin désormais avec l’arrivée d’une nouvelle génération, celle des « natifs du numérique » (grosso modo, les enfants du baby boom arabe). Pour cette jeunesse, qui prend le relai d’une certaine idée de la modernité à la mode arabe, les trente ans de régime d’un Moubarak dépassant les 80 ans sont tout simplement insupportables…

On observe, en Europe et ailleurs, une certaine fascination pour cette mobilisation politique dans le monde arabe : les modèles projetés sont-ils cependant pertinents ?

Y. G.-Q. : Une première leçon, et de taille : la grand peur de l’islamisme est sérieusement relativisée. Toutes sortes de commentateurs et de prétendus spécialistes ont fait leurs choux gras pendant des années de ce thème, dont les événements ont montré combien il ne jouait aujourd’hui qu’un rôle marginal. Cette grille de lecture a vécu, on ne la regrettera pas !

De fait, il y a une certaine « fascination » chez nous à observer ce qui se passe de l’autre côté de la Méditerranée : n’est-ce pas simplement parce qu’il s’y passe (enfin) quelque chose ? Alors que tout le monde perçoit plus ou moins clairement qu’il n’y a pas grand chose à attendre dans notre propre société en termes de changements… Voilà longtemps – 68 peut-être, en tout cas pas 81 de mon point de vue – qu’il n’y a pas eu en France de rêve politique. Alors, voir ainsi des sociétés, qui sont tout de même très proches, dans tous les sens du terme, prendre en main leur destin, forcément, cela « fascine » un peu (entre l’admiration et l’effroi, au sens étymologique du terme).

En lien avec la question précédente, j’ai également envie de répondre que la grande leçon de ce qui s’est passé, et qui continue à advenir, dans le monde arabe, c’est non seulement que nos modèles (complaisamment) utilisés pour la lecture de ces sociétés sont devenus clairement caduques, mais plus encore que l’on perçoit confusément qu’à l’avenir nous serons nous-mêmes un peu à l’école du Sud. Georges Corm a été le premier à signaler ce renversement dans un article incroyablement clairvoyant à la date où il a été publié (le 11 février) : « Quand la rue arabe sert de modèle au Nord »… On en voit déjà les effets (même si ce n’est qu’une mode passagère) au Wisconsin et à Lisbonne où la revendication occidentale copie les modèles arabes : un renversement de perspective tout simplement inimaginable et qu’il va falloir apprendre à penser !

A votre avis, quels seront les acteurs importants dans les mois à venir ?

Y. G.-Q. : Je ne suis pas politologue, au sens traditionnel du terme en tout cas, et je m’en réjouis quand je vois certains collègues affirmer avec sang-froid des prédictions très vite démenties… Une des vraies questions concerne à l’évidence la nature des acteurs politiques de demain. A priori, j’aurais tendance à penser qu’il n’est pas évident, dans des pays politiquement « pétrifiés » depuis parfois deux ou trois décennies, que surgissent des acteurs capables de contribuer de manière constructive à la mise en place d’une formule politique à la fois viable et inédite… En dépit de ce que j’ai dit lors de ma réponse précédente, il ne me paraît pas impossible que l’islam politique, dans ses multiples variantes, fasse entendre sa voix. C’est en tout cas mon impression (je souligne « impression »)… En même temps, ce à quoi on assiste en Tunisie et en Égypte est assez renversant ! Il y a une maturité politique assez inattendue, et peut-être même inexplicable, de la part des jeunes générations arabes au regard de ce qui leur a été proposé comme éducation politique. Seule réponse envisageable par rapport à cette inexplicable maturité politique, mais avec beaucoup beaucoup de questions tout de même, le rôle des nouvelles technologies, des réseaux sociaux, etc.

Que faut-il en penser, justement, de ces Twitter, Facebook et autres réseaux sociaux par rapport aux événements actuels ?

Y. G.-Q. : Pour commencer, on peut dire que c’est l’exemple parfait de l’incroyable cécité, on pourrait même parler de « déni de réel », que j’ai évoquée lors de la première question. Très franchement, nous n’avons pas été très nombreux, nous autres « spécialistes du monde arabe », à nous intéresser à ces nouvelles technologies et à leurs effets, à nous intéresser à la pourtant très manifeste vitalité de la jeunesse arabe, explosant dans les cadres qui lui étaient imposés, rompant – d’une manière de plus en plus évidente quand on s’intéresse à la culture pas simplement légitime, mais à toutes les formes de création « populaire », spontanée… – avec les cadres de pensée et d’autorité qui lui étaient imposés, imposant son irrépressible désir « d’individualisation globalisée »…

De là à dire que Twitter et Facebook font les révolutions !… Au mieux, comme j’ai essayé de l’expliquer, il faut sans doute parler des « origines culturelles numériques » de la Révolution arabe, comme on a pu écrire (Chartier en l’occurrence) qu’il y a bien des « origines culturelles » (liées à l’imprimé) à la Révolution française…

À mon sens, il y a deux erreurs à éviter : d’une part, se focaliser uniquement, par effet de mode, sur les « réseaux sociaux » en oubliant qu’ils existent au sein d’un « continuum » médiatique, où la télévision et la radio par exemple jouent un grand rôle (et en oubliant aussi que les révolutions se font, on le voit bien en Libye, avec des rapports de forces sur le terrain….) ; de l’autre, ne s’intéresser, lors de l’analyse des effets politiques des nouvelles technologies, qu’aux aspects « traditionnellement » politiques de la formation, de la mobilisation, etc. Les interventions sur internet de journalistes courageux, de militants, d’activistes sont importantes, cela va de soi, mais ces espaces de contestation finissent toujours, avant la Révolution en tout cas, par être fermés, rendus inaccessibles, etc.

Comme pour tous les médias, on peut s’interroger aussi sur leur traduction en termes concrets, sur leur pouvoir à véritablement modifier les données sur le terrain, et même à faire évoluer une opinion. En revanche, le développement, depuis quelques années, d’un immense territoire composé de milliards de connexions internet, à propos de tout et de rien, a, de mon point de vue, bien plus de conséquences : d’abord, il est impossible à contrôler, car il est tout aussi impossible de refuser internet que de prétendre censurer les innombrables discussions à propos de tel ou tel chanteur, de telle ou telle équipe de foot, mais aussi de telle ou telle injustice à laquelle on a pu assister (et l’on sait combien la jeunesse, celle qui précisément utilise internet, peut être sensible à l’injustice, à la « bêtise » de la société des adultes) ; ensuite, parce qu’internet fonctionne de fait comme une « école politique », non pas en ce sens qu’elle propose des convictions, une idéologie toute faite, des réponses, mais parce qu’elle apprend précisément à gérer ce type d’interrogations, parce qu’elle développe chez l’utilisateur des nouvelles technologies la capacité à faire face à ce type de problème, le plus souvent en s’appuyant sur un réseau collectif (murs Facebook, salons de discussion, etc.), en tout cas en prenant soi-même en main son besoin de réponse. Là voilà sans doute, la révolution des réseaux sociaux et d’internet, surtout dans une société qui, comme dans le monde arabe, conjugue une énorme vitalité démographique (et donc un très grand poids de la jeunesse) à une certaine permanence des cadres socioculturels hérités d’une tradition en train de voler en éclats.

“La loi française”, un nouveau roman de Sonallah Ibrahim (sur Internet)

LOI n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés (1)

Article 1 : La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l’oeuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française.
Elle reconnaît les souffrances éprouvées et les sacrifices endurés par les rapatriés, les anciens membres des formations supplétives et assimilés, les disparus et les victimes civiles et militaires des événements liés au processus d’indépendance de ces anciens départements et territoires et leur rend, ainsi qu’à leurs familles, solennellement hommage.
(…) Article 4 : Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite.
Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit.
La coopération permettant la mise en relation des sources orales et écrites disponibles en France et à l’étranger est encouragée.

Cette Loi française (القانون الفرنسي), qui a choqué ceux qui se souviennent des combats pour la libération de l’Algérie – et ceux qui s’étonnent qu’une loi puisse dicter le contenu des prgrammes universitaires -, a inspiré le romancier égyptien Sonallah Ibrahim. Il en a fait le titre et le sujet de son dernier roman avec pour personnage justement cet universitaire égyptien déjà présent dans Amrikanli. Cette fois-ci, ce dernier ne découvre plus les Etats-Unis mais la France de 2005, quelque part entre Poitiers et Paris. (Sonallah Ibrahim parle de son livre sur le blog d’un jeune écrivain, Ahmed Alaidy : le morceau de violoncelle finit par s’arrêter au bout d’un  moment !)

Le quotidien d’opposition Al-Badil (L’Alternative) a eu la bonne idée de publier le texte du roman sur son site (merci à Sylvie N. pour l’info !). Je profite de l’occasion pour rappeler que Al-Talassus (Le Petit voyeur) est également disponible en ligne (voir ce précédent billet), sans oublier l’indémodable Dhât (Les années de Zeth), en format “pdf”.

Comme on le constate avec le nombre de publications en ligne pour ce seul auteur, Internet est en train de compléter le travail des médias et fabrique aujourd’hui un nouvel espace culturel transnational pour le monde arabe.

Désolé pour les lecteurs qui ne lisent pas de l’arabe, mais il y aura certainement la traduction française bientôt. Et pour me faire pardonner, un second billet cette semaine !