Au foot aussi, le chemin de croix des Palestiniens continue…

Explication de l’image tout à la fin du billet !

Même si le score est sans appel (6-0 contre la Thaïlande pour les filles lors des éliminatoires de la Coupe asiatique), ce n’est pas sur le gazon des terrains de foot que les Palestiniens connaissent leurs pires défaites. Sur le tapis vert des négociations au sein de la FIFA, ils viennent de vivre un nouveau revers dans la bataille qui les oppose depuis des années (premier billet sur cette question ici) à la fédération israélienne. Voilà longtemps en effet qu’ils réclament que celle-ci soit sanctionnée parce qu’elle fait participer à son championnat national six équipes basées dans des colonies implantées dans les territoires illégalement occupés depuis 1967. Bien qu’il se soit tenu dans une capitale arabe, Manama au Bahreïn, le dernier congrès de la FIFA a une nouvelle fois botté en touche sur cette question.

Dans l’absolu, la situation ne se présentait pas trop mal pour les Palestiniens : Gianni Infantino, le nouveau patron de la FIFA, se devait de montrer sa différence avec son prédécesseur, le très décrié Sepp Blatter. Sur les questions de corruption en particulier, le mois d’avril avait été riche en événements avec la démission de Richard Lai, le président de la fédération dans l’île de Guam, accusé par les tribunaux nord-américains d’avoir perçu, durant son assez longue carrière il est vrai, pas loin d’un million de dollars en pots-de-vin. Une affaire qui avait entraîné par ricochet la démission du Koweïtien Ahmad Al-Fahad Al-Sabah, un membre de la famille royale, dont la probité n’est guère plus assurée. On pouvait donc espérer des progrès également sur d’autres questions d’éthique.

En prévision du congrès, un des anciens candidats à la présidence de la FIFA, le sud-africain Tokyo Sexwale avait préparé à l’intention du comité ad hoc différentes recommandations par rapport aux réclamations palestiniennes. Israël, qui avait pris les devants en multipliant les pressions diplomatiques, avait écarté toute menace d’exclusion mais il craignait malgré tout de possibles sanctions, à l’issue d’un délai de six mois pour tenter encore de trouver un arrangement. Mais comme le rappelle James Dorsey dans un billet très complet sur la question, le président Abbas, sur ce dossier comme sur beaucoup d’autres, n’était pas en mesure de se montrer très offensif. Par ailleurs, il ne pouvait pas non plus risquer de perdre trop manifestement la face en se montrant beaucoup moins pugnace, sur une question particulièrement populaire, que l’un de ses rivaux politiques, par ailleurs dirigeant de la fédération palestinienne de football, Jibril Rajoub.

Conscients du danger, les Israéliens avaient préparé le terrain, si l’on peut dire, en lançant une très officieuse et vicieuse campagne médiatique contre l’ancien dirigeant des forces de sécurité reconverti dans le sport. Reprenant le slogan de précédentes campagnes de la FIFA contre le racisme, ils avaient commencé à mettre Jibril Rajoub hors-jeu en l’accusant de racisme. Sous le slogan Kick Terrorism Out of Football, des voix pro-israéliennes réclamaient ainsi l’éviction d’un homme qui depuis des années organisait en toute impunité des tournois de foot en Palestine en l’honneur des terroristes assassins des attentats de Munich !

Une fois de plus, le lobbying des Israéliens s’est révélé particulièrement efficace. La réunion de la FIFA s’est bien tenue à Manama, où sont venus les trois délégués israéliens, en dépit des protestations de la population sur place (article en arabe), relayées par une quinzaine d’organisations locales. Mais, au dernier moment, certains à la FIFA ont déclaré forfait et la discussion de la plainte palestinienne a été retirée de l’ordre du jour. Un coup de fil de Benyamin Netanyahou à Gianni Infantino n’est sans doute pas étranger à cette décision (article en arabe).

Le chemin de croix du football palestinien continue par conséquent, avec, au mieux, un examen lors d’une prochaine réunion en Inde, en octobre. Mais on parle déjà d’une décision reportée à mars 2018, pour ne pas dire ad vitam æternam

La transition est un peu lourde, mais puisqu’on parle de foot et de chemin de croix, j’ajoute à cette chronique deux petites infos qui en disent long. La première concerne la grande et belle équipe du Real Madrid, coachée comme vous ne l’ignorez pas par le célèbre Zinédine Zidane. Pour ne pas déplaire à l’un de leurs sponsors aux Émirats, qui a le monopole de la vente de leurs produits dans la région, les dirigeants madrilènes n’ont pas hésité à gommer la petite croix qui orne, traditionnellement, l’emblème du club (image en haut de ce billet). À leur défense, si l’on peut dire, ce n’est pas la première fois qu’ils agissent ainsi pour ne pas ennuyer leurs amis dans le Golfe comme le rappelle cet article sur RT).

La croix en tant que signe a l’air d’être un sujet particulièrement sensible dans les pays du Golfe (et peut-être ailleurs) car un très célèbre et populaire prédicateur d’obédience wahhabite, Muhammad al-Arifi (voir notamment ici) a fait (une fois de plus) parler de lui en s’adressant directement à la FIFA. Pas pour lui reprocher d’oublier ses bonnes résolutions de probité ainsi que les malheureux Palestiniens, mais pour protester contre le fait que, trop souvent à son goût, on voit des joueurs fêter leurs exploits sur le terrain en multipliant les signes de croix ! Il ne doit pas souvent regarder la chaîne qatarie Bein Sports, parce qu’il saurait que les sportifs musulmans n’hésitent pas, eux non plus, à remercier le ciel en se prosternant, seuls ou collectivement (pour plus de détails, voir ce billet).

Si vous souhaitez prolonger cette question du foot palestinien, je vous renvoie à ces précédents billets :
Scandale à la Fifa en version arabe : la double trahison de Jibril Rajoub.
Manque de fair play : l’unité arabe minée par le foot.
Football en Palestine : un terrain de reconnaissance.
Le foot en Palestine, au risque de l’intifada.
Les grands jouent au foot : sport et politique au Moyen-Orient.
FIFA et fitna (2/2) : Viva Palestine !

Le foot en Palestine, au risque de l’intifada

Les tribunes du Beitar lors d'un match récent...
Les tribunes du Beitar lors d’un match récent…

Il y a quelques jours, on annonçait en Israël l’annulation des matchs sensibles, « là où des Juifs et Arabes israéliens vivent ensemble ». La mesure a pour but d’éviter les heurts entre les spectateurs, précise le Times of Israel, oubliant de signaler que les heurts en question viennent systématiquement d’un seul et même côté. Car cela fait des mois et même des années que les autorités s’efforcent de mettre une limite aux débordements des ultras nationalistes, à commencer par les plus fanatiques, ceux de La Familia, qui font régulièrement parler d’eux, y compris à l’étranger, à l’occasion des matchs du Beitar Jerusalem. Né dans la mouvance de l’extrême-droite sioniste en 1939, le Beitar est le seul club israélien qui se refuse obstinément à recruter un certain type de joueurs « étrangers », « vrais » étrangers ou Palestiniens de 48, peu importe du moment qu’ils soient musulmans. Les « supporters » ne le supportent pas justement ! Lors du recrutement de deux joueurs tchétchènes (musulmans) en 2013, ils n’avaient pas hésité, en plus des crachats, insultes et autres menaces, à quitter le stade lorsque l’un des joueurs en question avait marqué un but, tandis que le siège du club était incendié en guise d’avertissement.

Depuis, il paraît que la police israélienne traque sans relâche ceux qu’on qualifie désormais de « criminels », tandis qu’on s’efforce de former la jeunesse en diffusant des petits clips destinés à lutter contre le racisme dans les stades. On ne peut pas dire que ces efforts soient couronnés de succès puisqu’on déplorait encore une nouvelle victime en octobre dernier, un supporter d’une autre équipe attaqué à coups de hache. Un drame de plus qui, peut-être parce qu’il touchait un Israélien juif après une litanie d’autres violences perpétrées, elles, à l’encontre d’Arabes, poussait le Haaretz à sonner l’alarme dans un éditorial associant les fanatiques du Beitar à des terroristes. Pour autant, on ne s’attend pas à ce que la police les liquide à bout portant comme elle le fait avec les manifestants palestiniens…

Si le foot est un bon indicateur de la grande violence de la société israélienne, il est à craindre que les circonstances actuelles contribuent à aggraver la situation. À l’heure où de plus en plus de citoyens (juifs) s’arment, il est certainement prudent de limiter les matchs à risques ! Pour éviter une tuerie de plus sans doute, bien que la politique des autorités israéliennes ne donne pas toujours l’impression de privilégier cette solution, mais aussi, comme le souligne James Dorsey, un spécialiste de la question, pour éviter que la célèbre FIFA devienne la première instance internationale à exclure de ses rangs l’État d’Israël. On en avait parlé lors d’une chronique de l’été passé, la fédération israélienne a évité de peu un carton rouge, synonyme d’exclusion, de la part de la FIFA, une organisation où il est patent que l’argent (du Golfe) joue un certain rôle. Depuis, il y a eu quelques gestes d’apaisement de la part des Israéliens mais, toujours selon James Dorsey, un joueur de l’équipe nationale palestinienne s’est vu il y a quelques temps refuser ce que l’on pourrait appeler son « droit au retour » après être parti disputer un match au Qatar avec la sélection nationale. Autant d’arguments pour que la FIFA, en dépit de ses soucis (ou bien à cause d’eux), se propose d’examiner une nouvelle fois la plainte déposée contre les Israéliens par la Fédération de football palestinienne.

Toutefois, si cette dernière obtient ce qu’elle demande, à savoir des sanctions pouvant aller jusqu’à l’éviction de la Fédération israélienne, on ne peut pas dire que ce sera vraiment grâce au soutien des « frères arabes » qui ont l’art de saboter les luttes des Palestiniens tout en affirmant qu’ils les soutiennent. Dans le cadre des éliminations pour la prochaine Coupe du monde, il est ainsi prévu que l’équipe du royaume saoudien rencontre la sélection nationale palestinienne. A Riyad et donc aussi, pour le match retour, à Ramallah, ce qui signifie que les joueurs saoudiens devront nécessairement passer un contrôle israélien. Situation inacceptable pour les « gardiens des Lieux saints », qui veulent bien prendre langue avec l’ennemi sioniste au plus haut sommet de l’État, mais qui pour rien au monde n’accepteraient l’humiliation d’un contrôle de police, quand bien même les Palestiniens leur expliquent que rendre visite à des prisonniers – ce qui est plus ou moins leur statut – ne signifie pas qu’on adore leurs geôliers !

Récemment encore, les Saoudiens pensaient s’être tirés d’affaire grâce à une décision de la FIFA qui avait accepté, fin septembre, leur demande de déplacer la rencontre en un autre lieu pour des « raisons de force majeure », lesquelles n’étaient pas précisées. Malheureusement pour eux, au lendemain d’un match organisé à Ramallah avec les Émirats (match nul, une très bonne performance pour les Palestiniens), la même FIFA est rapidement revenue sur sa décision, probablement à l’instigation de Jibril Rajoub, le très politique président de la Fédération palestinienne. Simple coïncidence ? Depuis, les Jordaniens ont relancé leur campagne contre Jibril Rajoub, coupable de n’avoir pas soutenu leur candidat à la succession de Blatter (voir le billet déjà cité). Et pour faire bonne mesure, ils proposent même de le remplacer par… le fils de Mahmoud Abbas, sans nul doute la personne la mieux placée pour « arranger » un match entre amis !

On voudrait en rire mais, franchement, le cœur n’y est pas…

Scandale à la Fifa en version arabe : la double trahison de Jibril Rajoub.

Jibril Rajoub, Sepp Blatter et le sabre offert par l'Arabie saoudite au patron de la Fifa.
Jibril Rajoub, Sepp Blatter et le sabre offert par l’Arabie saoudite au patron de la Fifa.

Avec le patron de la Fifa – Moammar Kadhafi, Saddam Hussein et quelques autres peuvent en témoigner –, c’est un peu comme avec les dictateurs arabes : on cajole le « parrain » pendant des années jusqu’au moment où on le lâche sans trop être regardant sur les moyens. Mais il y a un autre parallèle possible entre le monde du foot et la géopolitique du Moyen-Orient : il y a tellement de sombres combines entre « frères arabes » qu’à la fin c’est toujours Israël qui gagne. Moins relayé par tous les médias du monde que les affaires de corruption soulevées par la Justice étasunienne, le scandale de la Fédération de Palestine de football n’a pas fini de faire parler dans la région.

Le scandale est double en fait, puisqu’il concerne à la fois le vote de la Fédération de Palestine qui est allé à Sepp Blatter et non pas au candidat jordanien, le « prince Ali », mais également (et surtout) le retrait soudain de la demande d’exclusion de la Fifa de la Fédération israélienne, pourtant envisagée depuis (au moins) une bonne année (voir ce précédent billet). Au cœur de l’affaire, un même homme, dont la probité morale et politique est sans doute le reflet fidèle de ce que l’on trouve au sein de la Fifa, comme pourrait le confirmer Michel Platini…

Ayant purgé au total une vingtaine d’années de détention dans les prison israéliennes, Jibril Rajoub est expulsé (ce n’est pas si fréquent) au Liban. Après un détour du côté des organisations de la résistance palestinienne à l’étranger, il devient vers 2002 le Conseiller national de sécurité de Yasser Arafat, alors très affaibli tant politiquement que physiquement. Le major-général Jibril Rajoub, dont le nom est associé à la répression féroce des mouvements de la résistance islamique, ne fait pas vraiment mystère de ses ambitions politiques qui semblent pourtant sans espoir après son échec aux élections législatives de 2006 et ses nominations, moyennement prestigieuses mais certainement gratifiantes, à la tête du Comité olympique palestinien et de la Fédération locale de football.

Avec ses dernières maladresses, marquées de pas mal d’outrecuidance, cet homme, continue à se créer pas mal d’ennemis. En Jordanie pour commencer, où sa « trahison » – comprendre le fait qu’il n’ait pas voté pour le prince Ali, troisième fils de feu Sa Majesté Hussein, candidat à la présidence de la Fifa – a mis en fureur une bonne partie de l’opinion pour laquelle l’amour de la famille hachémite est presque aussi sacré que celui du ballon rond. Il faut dire qu’en l’occurrence Jibril Rajoub a eu un comportement d’une balourdise suicidaire. Au lieu de laisser planer le doute sur son vote, comme le lui aurait conseillé le président Abbas qui s’y connaît en louvoiements politiques, le patron de la Fédération palestinienne n’a rien trouvé de mieux que d’avouer à qui était allée sa voix, puis de se contredire en affirmant le contraire, avant d’avancer pour toute défense que cela n’avait guère d’importance au regard de la large victoire finale ! Mieux, son immense satisfaction s’est affichée sur tous les écrans du monde à travers une photo où on le voit brandir un sabre d’opérette en or massif (offert par les Saoudiens, les Palestiniens n’en ont pas les moyens sans doute) lors du sacre de son très cher (c’est le cas de le dire) Sepp Blatter, présent « par hasard » sur le cliché comme il ne craindra pas de l’affirmer !

On en rirait s’il n’y avait pas le risque de graves conséquences. En Jordanie où la situation économique et politique est déjà fort tendue, l’opinion publique s’est enflammée à la nouvelle de cet affront, en réclamant que Jibril Rajoub soit déchu de sa nationalité jordanienne (dont, c’est véridique, personne ne se souvient comment il l’a obtenue ) et qu’on l’empêche ainsi de rentrer en Palestine (car les Palestiniens des « Territoires » n’ont « naturellement » pas le droit de transiter par l’aéroport de Tel-Aviv). Les autorités jordaniennes ont calmé le jeu et, en se faisant tirer l’oreille, accepté un transit à la sauvette, sans même un passage par le salon d’honneur des VIP (quel affront!) Aux dernières nouvelles, Jibril Rajoub pourrait bien perdre son passeport jordanien, un élément de plus dans la question assez explosive du statut national des Jordaniens d’origine palestinienne qui se voient retirer pour certains, et selon toutes sortes de procédures fort complexes, leur nationalité depuis une bonne dizaine d’années.

J. Rajoub, S. Blatter et O. Eine, responsable de la Fédération israélienne.
J. Rajoub, S. Blatter et O. Eine, responsable de la Fédération israélienne.

Pour bien des observateurs, Abdel-Bari Atouan par exemple, cette faute politique n’est rien au regard de la gestion calamiteuse de l’autre dossier, relatif cette fois à l’expulsion d’Israël de la Fifa, en raison de ses pratiques discriminatoires à l’encontre des joueurs, arbitres et entraîneurs de football vivant dans les « Territoires ».

Annoncée de longue date et rappelée encore un mois avant la désormais célèbre réunion de Zurich, l’affaire se présentait plutôt bien pour la Fédération de Palestine de football. Il faut dire que la liste des exactions de la puissance occupante est fort longue : refus de création d’installations sportives et de laissez-passer pour les compétitions, sanctions à cause de drapeaux palestiniens alors que les insultes racistes des Israéliens sont ignorées, pour ne rien dire du reste, les footballeurs auxquels on brise les jambes par exemple (liste détaillée ici). A en croire certains témoignages, une majorité de fédérations étaient prêtes à voter l’exclusion, au moins temporaire, d’Israël, à l’occasion du fameux rendez-vous de Zurich.

Coup de théâtre, le jour même de la réélection de Sepp Blatter, Jibril Rajoub annonçait à la stupéfaction générale que la Fédération de Palestine retirait sa demande d’exclusion, pour se contenter de la mise en place d’un comité international de surveillance. Un repli stratégique, selon le responsable palestinien, qui a commis la nouvelle maladresse de se laisser prendre en photo avec son homologue israélien tandis que Benjamin Netanyahou exulte à ce triomphe ! En Palestine, des forces politiques comme le FDLP ou le Hamas crient au scandale, tandis que nombre d’observateurs, sur place ou à l’étranger, serrent les poings de rage en soulignant, une fois de plus, l’amateurisme (si on veut être très gentil) ou encore la servilité pathétique (pour les plus critiques) des dirigeants palestiniens.

Plusieurs explications sont avancées à ce revirement qui ne peut que décourager ceux qui s’efforcent de lutter pour les droits des Palestiniens, à commencer par les deux militantes qui avaient réussi à perturber la belle organisation du congrès de la Fifa. Certains pensent que ce sont les pressions de nombreuses fédérations occidentales qui ont réussi à faire plier la Fédération palestinienne, à moins que les responsables de l’Autorité aient pris peur des conséquences de leur acte, eux dont les privilèges sont encore plus fragiles que leurs maigres pouvoirs ; d’autres affirment que Jibril Rajoub aurait en réalité suivi les injonctions du Qatar, dans un vaste deal visant à assurer la réélection de Blatter et le maintien dans l’émirat du Mondial de 2022. En tout état de cause, la manière dont ce dossier a été mené renforce dans leurs certitudes tous ceux qui pensent que les actuelles « autorités » palestiniennes sont incapables de la moindre politique nationale.