Lèse majesté en Jordanie (brève)

En Jordanie, les crimes de « lèse-majesté » ne sont pas une réalité du passé dont seule la langue a gardé le souvenir. En Jordanie, l’expression doit être prise au pied de la lettre puisque ce crime contre la loi peut valoir à son auteur un an de prison. C’est la peine encourue par Zahriyya Ibrahim Abd al-Haqq (زهرية إبراهيم عبد الحق) vice-doyenne d’une université privée locale, qui a refusé d’accrocher dans son bureau le portrait du roi local… Comme elle s’amuse à le rappeler, c’est ce même roi qui a déclaré il y a peu que « la liberté d’expression en Jordanie avait pour seule limite le ciel » !