Choc et effroi dans les médias arabes (3/3) : le temps des « arrêts de rigueur »

 

Personne ne semble vouloir s’inquiéter outre mesure du fait que quelques-unes des plus grosses fortunes arabes sont retenues, pratiquement depuis un mois, dans un hôtel de luxe à Riyad. Il y a eu quelques libérations au compte-goutte et contre de très fortes compensations (1 milliard de dollars pour le prince Mutaib – ou encore Muteb) mais la majorité des « prévenus » (au moins deux cents, car il n’existe pas de liste officielle) reste de plus en plus à l’ombre puisque les fenêtres de leurs suites ont même été récemment obturées (d’après une information retwittée par Mujtahid) pour éviter de malheureux accidents dûs à ces longues vacances forcées.

En attendant, les grandes manœuvres médiatiques annoncées dans les billets précédents se précisent. Comme on pouvait s’y attendre, Dawood al-Shiryân (داوود الشريان ), le journaliste vedette de la chaîne saoudienne MBC, a quitté son ancien employeur (qui fait partie des personnes qu’on garde au frais) et s’est vu confier le conglomérat des médias officiels du Royaume, appelés à se renforcer (les médias, pas forcément le Royaume). Comme prévu également, la détention prolongée n’arrange pas les affaires d’al-Walid ben Talal (الوليد بن طلال ). Le prince milliardaire est toujours séquestré mais il a quand même déjà perdu pas mal d’argent avant même d’avoir payé sa rançon sa « transaction » puisqu’une bonne partie de ses actions ont sévérement chuté (celles dans le groupe Accor par exemple). Apparemment, il commence également à vendre, deux hôtels de luxe à Beyrouth, même si les raisons de cette décision ne sont pas encore très claires. Rotana, la société de production qu’il a créée en 1982, ne va pas très bien non plus, mais depuis pas mal d’années déjà. Toutefois, il se dit de plus en plus ouvertement depuis quelques jours qu’il n’en est plus tout à fait le propriétaire même si, officiellement, rien n’est fait. Comme il faut bien gérer les affaires en dépit de l’absence du boss, on lui a trouvé un remplaçant, un certain Turki Al Shaykh (تركي آل الشيخ : sans trait d’union après le « al », c’est beaucoup plus chic car ce n’est pas l’article mais signe d’appartenance à une grande famille). Cet ami proche du régent, le célèbre MbS dont il est une sorte de ministre sans portefeuille précis, veille sur les destinées du sport dans le Royaume. C’est également un « poète et ami de l’art ». À ce titre sans doute, il a composé récemment 3allim Qatar, une attaque en règle contre l’émirat du Qatar et son souverain, interprété par un all stars du Golfe (des interprètes sous contrat chez Rotana !) dont on a déjà parlé dans un billet de septembre dernier. Cet homme qui semble donc présider désormais aux destinées de Rotana est certainement bien placé pour une telle fonction où il pourra cultiver son goût pour les vedettes, puisqu’on a parlé il y a quelque temps (pas trop car les imprudents ont été sanctionnés) de son mariage secret avec une chanteuse à succès, l’Égyptienne Amal Maher (آمال ماهر).

Un autre dossier, tout aussi important pour les évolutions à venir dans le secteur des médias, est également à l’ordre du jour, celui de la publicité. Depuis la fin des années 1990, c’est une société libanaise, Choueiri Group, qui se taille la part du lion sur un marché qui brasse des milliards de dollars. À ce titre, outre le fait qu’elle fait de très bonnes affaires, elle joue au sein du système régional un rôle considérable, par sa connaissance des audiences réelles, et même par sa capacité à déterminer les projets, viables ou non en fonction des recettes de la pub. Lié à la chaîne libanaise LBC, héritière de la guerre civile libanaise et pionnière sur le marché arabe, le Choueiri Group a réussi au fil des années à signer des contrats d’exclusivité avec quelques-unes des chaînes les plus importantes : Al-Jazeera un temps, Dubai TV et surtout la MBC. Inévitablement, les graves problèmes que connaît cette dernière se répercutent sur la santé d’un groupe qui a déjà perdu des contrats importants en Égypte et qui subit, comme le reste de la profession, les conséquences du marasme économique régional sur les budgets publicitaires. Si l’on ajoute à cela que l’actuel homme fort des médias saoudiens, Dawood al-Shiryân, cultive une animosité toute spéciale à l’encontre des Libanais, suspects d’avoir outrageusement « tiré le lait » (comme on dit en arabe) des ressources du Golfe, on comprend combien les rois de la pub dans la région ont raison de se faire quelques soucis. D’ailleurs, selon un article remarquablement informé dans Al-Akhbar, on en est arrivé au stade où les plus hauts responsables de Choueiri Group, non seulement ne remettent plus les pieds en Arabie saoudite de peur de ne plus pouvoir quitter leur hôtel (tout le monde n’a pas les relations de Saad Hariri !), mais préfèrent également éviter pour l’instant de les mettre aux Émirats arabes unis dont la justice fonctionne en parfaite intelligence avec celle du Royaume voisin…

Encore quelques semaines de ce régime « aux arrêts de rigueur » et les affaires – déjà fort moyennes depuis que la crise avec le Qatar en juin dernier est venue s’ajouter à une conjoncture économique très médiocre – vont devenir carrément catastrophiques.

Pour les lecteurs qui ont eu la patience d’aller jusqu’au bout de ce billet, une vidéo de promotion du Choueiri Group :

Choc et effroi dans les médias arabes (2/3) : le tour des Saoudiens

Trois semaines après les premières arrestations en Arabie saoudite dans le cadre de « la lutte contre la corruption », comment évaluer, au-delà du cas libanais évoqué dans le billet précédent, les conséquences de ce coup de force sur le paysage médiatique du Golfe ?

Au contraire de ce qui est souvent évoqué, la rafle princière n’est pas venue comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Les ambitions de MbS dans ce domaine étaient connues depuis longtemps, une certitude qu’est venue renforcer encore la crise avec le Qatar depuis le début du mois de juin dernier, crise dans laquelle les Saoudiens et leurs alliés (principalement les Émirats) ont décidé de faire de la chaîne Al-Jazeera un enjeu important. De ce point de vue, la « drôle de guerre » continue sans désarmer : après le départ, certainement loin d’être toujours souhaité, de quelques vedettes du petit écran sommées de choisir entre leur job à Qatar et le soutien à la politique de leur pays d’origine, le petit jeu consistant à bloquer ce qui est aujourd’hui le premier atout médiatique du Qatar, à savoir la chaîne beIN Sports (et non pas la chaîne Al-Jazeera), n’a pas cessé un seul moment. Par exemple, il y a eu récemment les plaintes officielles de Doha contre une chaîne piratant leurs émissions depuis le territoire des Émirats sous le nom explicitement provocateur de beoutQ (Q pour Qatar bien entendu, et be out pour se moquer de beIN). De façon plus subtile, la chaîne qatarie a riposté en annonçant un élargissement de son offre qui comportera désormais un canal dédié aux feuilletons où figureront en bonne place les productions… syriennes (quasi exclues, depuis la tentative de renversement de Bachar El-Assad en 2011, des chaînes de ses rivaux)  !!!

Deux démissions importantes sur le plan local sont également intervenues ces jours derniers, ce qui donne à penser que le coup de force de l’héritier du trône sera prolongé sur le terrain médiatique par des réaménagements, et même peut-être des bouleversements. La première démission est celle de Nabil al-Khatib (نبيل الخطيب) directeur de l’information sur Al-Arabiya, qui abandonne la chaîne où il travaillait depuis 2003. Même si l’information est démentie par les intéressés, il se dit, dans les milieux spécialisés, que c’est pour rejoindre Sky News, la rivale, installée à Dubaï et que ce « transfert » d’une star du métier fait partie d’un plan de « saoudisation » des médias. La seconde démission, plus spectaculaire encore, concerne Dawood al-Shiryân (داوود الشريان ), le très célèbre journaliste de la chaîne MBC où il a animé, depuis plus d’une décennie, une des meilleures émissions d’information de la région, intitulée « Le Huit » (Al-thâmina, sous-entendu « heures »). En pleurs (presque une habitude apparemment puisque c’est ainsi qu’on l’avait déjà rencontré dans ces chroniques), il a fait ses adieux aux auditeurs en leur disant seulement qu’il était appelé à d’autres fonctions. Là encore, il se raconte dans le métier qu’il se verrait confier la direction de la Saudi Broadcasting Corporation, organisme gouvernemental qui regroupe une vingtaine de radios et télévisions (notamment religieuses).

Annoncée alors que son ancien patron reste « immobilisé » dans les salons du Ritz Carlton de Riyadh, la nouvelle n’est pas vraiment passée inaperçue d’autant plus que ledit Dawood al-Shiryân s’est récemment fait remarquer pour une émission particulièrement dévastatrice envers Saad Hariri au sujet du sort réservé aux employés de la société Oger en Arabie saoudite, en panne de salaire depuis des mois… Hérault avant l’heure de ce qui s’appelle désormais « la lutte contre la corruption » en Arabie saoudite, Dawood al-Shiryân pourrait bien se retrouver à diriger nombre de ses anciens collègues puisqu’on évoque de plus en plus la possibilité d’une fusion (qui serait plutôt une absorption en fait) entre son ancienne chaîne, la MBC, et le conglomérat des médias officiels. Fort symboliquement, les médias saoudiens seraient dès lors, dans leur totalité ou presque, entre les seules mains d’un prince héritier devenu, de fait, le régent du Royaume.

Icônes et émotions :’-( [2/2] Arab Idol et ses politiques

arabidolssite

Pas d’idôlatrie au Moyen-Orient, là où les religions du Livre ont en commun de célébrer un dieu unique qui s’accommode mal de la concurrence ! Même au sens figuré, on est prié de trouver d’autres solutions pour nommer les nouvelles icônes de la pop culture globalisée. Commercialisés dans le monde arabe, les shows télévisés du type Pop Idol ou American Idol reprennent à l’identique la formule qui a fait leur succès partout dans le monde, avec toutefois quelques ruses sémantiques pour faire passer le mot tabou. Traduit en arabe, idol sent en effet quelque peu le souffre ! Quand la chaîne libanaise Future TV, au temps de sa splendeur, l’avait repris, en 2003, Pop Idol était devenu Super Star. Quand la LBC, une autre chaîne libanaise, a pris le relais, elle a commercialisé ce succès sous le nom de Star Academy pendant plusieurs saisons.

Mais la géopolitique des médias a fini par reprendre ses droits et la « Toute-Puissance » saoudienne règne sans partage sur les ondes populaires arabes depuis que la chaîne MBC (établie à Dubaï mais à capitaux saoudiens) a lancé à son tour, à la fin de l’année 2011, la version arabe de American Idol, « rebaptisée » pour les programmes arabes Mahboub al-Arab (Ceux qu’aiment les Arabes) pour éviter les reproches de cheikhs imprécateurs (article en arabe sur Al-arabiya), ce qui n’empêche pas le logo impie, Arab Idol, de s’afficher en grosses lettres latines sur les écrans. Fidèle reflet des rivalités régionales au sein de la Péninsule arabe, cette victoire symbolique des médias saoudiens a bien entendu suscité l’agacement des Qataris : dans ce pays bien connu pour la vigueur de son expression démocratique, des « manifestations spontanées » ont éclaté en novembre dernier (article en arabe dans Al-Akhbar) pour empêcher la tenue des auditions durant lesquelles les responsables du programme recrutent les concurrents en provenance de tous les horizons du monde arabe.

Le constat, démontré à l’envi par Marwan Kraidy (voir ce billet) se vérifie une fois de plus : la politique n’est jamais très loin de la téléréalité arabe… Si les émotions des tyrans déchus animent l’opinion publique (voir le précédent billet), les émotions des vedettes, « ceux qu’aiment les Arabes », constituent un ingrédient à part entière de la scène politique. La chose s’est vérifiée une fois de plus avec Arab Idol, entrée dans la phase cruciale des éliminatoires qui voient les candidats amateurs se produire devant un jury, composé de professionnels de la chanson. Rien n’est laissé au hasard dans ces spectacles télévisés réglés au millimètre. Au risque de décevoir les fans de l’émission, il faut bien se rendre compte que tout écart par rapport à la norme, tout accroc au déroulement « normal » du show, est moins un accident provoqué par une émotion souvent factice qu’un subtil montage, une mise en scène adroite d’affects individuels qui entrent en résonance avec une subjectivité collective (la fameuse « rue arabe » !)

arabidolC’est dans cet esprit qu’il faut apprécier la « sortie », il y a quelques jours à peine, d’un des membres du jury, la chanteuse des Emirats Ahlam al-Shamsi (أحلام الشامسي ), qui s’en est pris vivement à la seule candidate irakienne. Ou plutôt du « Kurdistan irakien », car c’est ainsi qu’était présentée Barwas Hussein (برواس حسين), en provenance de ce qu’on appelle en général la « province semi-autonome du nord de l’Irak ». L’occasion était trop belle pour ne pas jouer sur la fibre nationale arabe et la pauvre candidate, qui visiblement ne parle quasiment pas un mot d’arabe (elle serait venue avec un traducteur !), s’est retrouvée sur le gril – et à coup sûr grillée pour la suite du concours – lorsqu’on lui a demandé de classer ses préférences en termes d’affiliations identitaires, à savoir l’Irak ou le Kurdistan (article en anglais sur un site kurde).

Autre moment d’émotion politique, sur fond d’enthousiasme musical cette fois, celui de la prestation, quelques jours plus tôt, d’un des candidats syriens. Venu d’Alep, Abdel-Karim Hamdan (عبد الكريم حمدان) a choisi d’interpréter un mawwal, un genre musical pour lequel sa ville est devenue illustre dans tout le monde arabe, en particulier par la grâce de la voix d’un de ses plus grands interprètes, l’illustrissime Sabah Fakhri. Pour gagner les faveurs du jury et du public, le jeune Alépin a proposé un mawwal de sa composition, une complainte déchirante sur les malheurs que traverse sa ville bien aimée : Alep, fontaine de douleur qui coule dans mon pays. Quel sang versé dans mon pays. Je pleure le cœur brisé (mahrouq) sur mon pays, sur ses enfants devenus des étrangers, ô mon pays !…حلب يا نبع من الألم يمشي ببلادي، ويا كتر دم اللي انسكب ببلادي، أنا ببكي ومن قلب محروق ع بلادي، وعا ولاد اللي صاروا فيها غراب… آه يا بلادي

Naturellement, dans une ville où les destructions s’accumulent, Abdel-Karim Hamdan s’est bien gardé de prendre parti pour l’un ou l’autre des camps qui s’affrontent les armes à la main. Après un passage à la télévision qui a fait couler des torrents de larmes (près de 4 millions de visionnages sur Facebook de la vidéo proposée à la fin du billet !), tout le monde veut s’approprier cette prestation mais la page Facebook du jeune chanteur affiche une neutralité parfaite…

Et pourtant, rien n’est simple dans les identités politico-culturelles. Si l’on veut commenter le choix de ce mawwal, on peut ainsi noter qu’il est dédié à la capitale du nord de la Syrie, et donc, si l’on veut, « contre » celle du sud, Damas. Mais on peut aussi retenir le fait que le chant constitue, en soi, une prise de position, dans une ville où les fractions ultra-religieuses opposées à toute expression artistique exercent un pouvoir de facto dans certains quartiers « libérés » (article sur le site de la radiotélévision belge). Enfin, pour rendre les choses plus compliquées encore, on remarquera que le candidat alépin fait suivre sa composition personnelle d’une interprétation de قدك المياس (Adduk al-mayyas), un classique des classiques, d’origine… turque !

Après l’épisode Abdel-Karim Hamdan, le téléphage arabe a eu droit – comme une sorte d’antidote ? – à la prestation de Muhammad Assaf (محمد عساف), un jeune Gazaoui, capable de porter la keffieh (noire et blanche) illustrée en son temps par « le vieux » (Arafat), tout en déclarant qu’il ne va pas faire, lui, dans la complainte/mawwal. Son ambition ? Faire entendre la voix d’une Palestine unie, qui ne se limite pas à la chanson politique, un discours que les médias mainstream saoudiens se sont empressés de relayer bien entendu (ici, la version de la chaîne Arabiya).

Tout est déjà prévu dans le programme. On le sait par avance : jusqu’à la finale, Arab Idol va continuer à dérouler, en même temps que son chapelet de tubes à la mode, des épisodes qui exploiteront, avec plus ou moins de sincérité, les ressorts politiques des émotions arabes.

Pour les amateurs, l’émotion est au rendez-vous avec ce chant alépin. En visionnant la vidéo, vous constaterez qu’elle est aussi dans le public (la spectatrice que l’on voit en larmes, est une autre candidate syrienne).

Géopolitique des médias arabes (2/2) : « Murdochtana », la révolution néo-conservatrice.

La crise financière de l’hiver 2008 aura coûté au prince Walid Ibn Talal, de son propre aveu, un cinquième de sa fortune. On se situe dans les 5 milliards de dollars, grosso modo trois fois la valeur de Rotana… Dès lors, des questions se posent sur la stratégie du groupe dans la mesure où son secteur d’activité, de toute manière caractérisé par des retours sur investissements assez lents, est aujourd’hui terriblement frappé par la chute considérable du marché publicitaire.

Dans l’avenir immédiat, il semble tout de même à peu près certain qu’on ne reviendra pas tout de suite au joyeux temps de l’insouciance, lorsque que la production d’un clip coûtait couramment 1/2 million de dollars ou quand la facture de la seule petite fête organisée à  Beyrouth pour la signature de son contrat par Haïfa Wehbé, « la jolie fiancée » de Rotana, était évaluée à 40 000 dollars (quand aux montants des contrats, sans parler de leurs conditions, le secret est bien gardé !)

Voilà donc des mois que la presse arabe scrute la vie de ses vedettes et constate avec étonnement que les rares stars qui n’étaient pas encore au catalogue de Rotana, telle l’Algérienne Warda, ont désormais rallié la major du monde arabe, tout en prédisant dans le même temps que nombre de têtes d’affiche ont décidé de quitter en masse un navire qui fait eau de toutes parts.

Dans ce concert de rumeurs contradictoires, où l’intox se paie sans doute cash, on peut tout de même s’appuyer sur quelques certitudes. La première concerne Beyrouth que Rotana, 7 ans après s’y être installé en fanfare, s’apprête à délaisser au profit de Amman et surtout du Caire. La crise financière d’une part, la vigueur de la concurrence, notamment avec la MBC, de l’autre, expliquent en partie une décision qui est aussi la conséquence des luttes fratricides interlibanaises.

Et cela, paradoxalement, depuis l’annonce officielle de la fusion, durant l’été 2007, entre Rotana et la LBCI (devenue LBCSat et désormais possédée à 85 % par al-Walid Ibn Talal). S’appuyant sur les autres activités de la holding, le nouveau géant des médias arabes aurait dû se trouver en position de force dans le paysage médiatique arabe. En réalité, il semble bien que la greffe (article en anglais) n’ait jamais bien pris entre le groupe d’origine saoudienne, où l’on trouve par exemple la chaîne religieuse Al-Risâla, et la très légère LBC (dont l’acronyme anglais se lit en arabe comme « Va te rhabiller », impératif adressé à une femme qui pourrait être en l’occurrence n’importe laquelle de ses présentatrices qu’on dirait choisies, bien souvent, pour la seule qualité de leur plastique…)

A cela s’est ajoutée la guerre sans merci que se sont livrés Gabriel Murr (de la famille de la célèbre tour en ruines qui domine, depuis la guerre civile, le centre ville de Beyrouth), et « cheikh » Pierre Daher, directeur de la LBC, naguère fondée par les Forces libanaises (lesquelles forces continuent, via leur trop célèbre leader Samir Geagea, à réclamer leurs droits sur la station devenue une très belle affaire commerciale…)

Il semble bien que le combat livré par Pierre Daher contre Gabriel Murr se soit soldé par une victoire à la Pyrrhus. En effet, l’homme qui possède sa propre chaîne de télévision, la MTV, à nouveau en service depuis quelques mois (l’histoire est trop longue à raconter mais article très partisan ici), a décidé de cesser toute collaboration avec Rotana, ainsi privée des importantes facilités techniques de la société Studiovision. Plus grave pour le groupe saoudien  est le fait qu’Antoine Choueiri a pris position en faveur de Gabriel Murr. Dans une conjoncture très morose depuis la crise de l’hiver 2008, la défection du super patron de la publicité dans le monde arabe est assurément un coup dur (article en arabe dans Al-Akhbâr).

Si l’on ajoute à tout cela les déboires qu’aura connus al-Walid Ibn Talal par rapport à ses grandes ambitions cinématographiques (rapidement évoquées dans ces deux billets 1 et 2, on voit que la société Rotana a bien du mal à négocier sa « sortie de crise ». Et c’est naturellement dans ce contexte qu’il faut apprécier – sur fond de rumeurs entre un accord possible entre les deux autres grands acteurs du champ médiatique arabe, MBC et ART (voir le précédent billet) – les informations, presque officielles cette fois, à propos d’un accord entre Rotana et News Corps, l’énorme groupe médiatique de Rupert Murdoch (près de 24 milliards de dollars de revenus en 2005).

A vrai dire, le rapprochement entre les deux géants des médias est dans l’air depuis le printemps de l’année 2008 au moins, lorsque Rotana a choisi de concurrencer directement la MBC en faisant accord avec 20th Century Fox (fleuron du groupe News Corp) pour diffuser, au Moyen-Orient, la chaîne Fox Movies. A l’époque, Al-Walid Ibn Talal était déjà entré dans le capital du groupe News Corp à hauteur d’un peu moins de 5 %.

Un an après les premières indications à ce sujet, les discussions entre les deux magnats des médias sont apparemment sur le point d’aboutir (article en arabe, encore dans Al-Akhbar) en vertu duquel le groupe de Rupert Murdoch rachèterait entre 20 et 25 % du capital de Rotana (une transaction entre 250 et 350 millions de dollars). Accompagné par la nomination d’un administrateur de la News Corp au conseil d’administration de Rotana, cet accord serait renégocié dans un an.

Pour les médias du monde arabe, il s’agit bel et bien d’une révolution. Bien entendu, l’intégration d’une major arabe telle que Rotana au marché mondial, via cet accord avec News Corp, entérine la prise de pouvoir médiatique, sur la scène arabe, des groupes saoudiens. Incidemment, on notera aussi la marginalisation de Beyrouth, écartée de l’industrie de l’entertainment arabe au profit d’autres capitales régionales. Mais le plus significatif reste incontestablement la naissance de la Murdochtana, monstre quelque peu effrayant qui voit le groupe de l’émir al-Walid Ibn Talal dont les images de rêve forgent l’imaginaire de la jeunesse arabe s’allier à celui de Rupert Murdoch, le propriétaire de la Fox News, une des voix les plus outrageusement néo-conservatrices, au sens donné par l’administration de Georges Bush à ce terme…