Icônes et émotions :-) [1/2] le sourire de Moubarak

Moubarak4

L’annonce, par le président du tribunal, du renvoi de l’appel de l’ancien président Moubarak devant une autre cour a naturellement déclenché beaucoup de commentaires. Pour les médias et sans doute dans l’opinion aussi, à en croire ce qui s’échange sur les réseaux sociaux, l’essentiel, ce n’est pas de savoir que les parents des « martyrs de la révolution » (plus de 800) devront attendre encore un peu plus la fin d’un processus judiciaire entamé il y a deux ans. Ce qui restera de cette séance du 13 avril, c’est l’émotion suscitée par « le sourire du président destitué » (مخلوع en arabe, quelque chose comme “dépouillé de son prestige”).

Après sa condamnation à la prison à vie, début juin 2012, au terme d’un procès qu’il avait suivi allongé sur une civière, Moubarak était, quinze jours plus tard, agonisant à en croire les dépêches des agences de presse qui annonçaient sa mort clinique. Et le voilà qui réapparaît en avril 2012, bien calé dans son fauteuil roulant, le cheveux noir, l’oeil peut-être vif aussi, mais les lunettes de soleil qu’il porte ne permettent pas de le vérifier ! Un an et demi après sa déposition minimale lors d’un épisode judiciaire resté historique, l’ancien raïs a retrouvé la vedette. Les vidéos du procès le montrent agitant la main à l’intention de ses supporters et amis dans la salle et affichant ostensiblement un sourire que beaucoup d’Egyptiens ont reçu comme une véritable provocation.

smilingMubarakDeux années de révolution pour en arriver là ? Est-il donc si sûr de lui pour se permettre ce rictus narquois ? Comment peut-on se moquer ainsi du peuple, en présence qui plus est des familles de ceux qui ont donné leur vie pour mettre un terme à trois décennies de despotisme et de corruption ? Justement, c’est bien le signe que les temps ont changé, analyse le New York Times, qui voit dans cette attitude la marque d’une assurance nouvelle chez ce politicien roué, persuadé de voir triompher tôt ou tard sa lecture de l’histoire : moi ou le chaos !

Bien des commentateurs vont dans ce sens et analysent ce fameux sourire, qui restera peut-être dans l’histoire, comme avant lui le rire de Nasser (à revoir en suivant ce lien, cet extrait sous-titré d’un discours à propos du voile ). Si les foulouls de l’ancien régime en rajoutent un peu en affirmant que le plus célèbre des détenus égyptiens a retrouvé la confiance parce qu’il sait que « le peuple l’aime encore plus » (article en arabe, comme tous ceux qui suivent), d’autres avancent plus sérieusement qu’il y a sans doute plus d’équilibre entre ceux qui lui en veulent à mort, et ceux qui, deux ans plus tard, sont en proie au doute. (article du Youm el-7). Masquarade judiciaire, parodie de procès ? Moubarak apparaît « sans photoshop » comme l’écrit Akram al-Qassas, et mise sur la désillusion de ceux qui ont eu le loisir de constater « qu’on peut trouver pire que lui » !

Alors ? Enorme erreur de la part d’un vieil homme qui n’a toujours pas réalisé ce qui lui arrivait ou bien au contraire communication parfaitement maîtrisée ? En définitive, les interprétation du sourire de Moubarak varient en fonction de l’avenir que l’on imagine pour les soulèvements arabes, inévitablement confrontés aux défis d’une reconstruction politique qui remet en question, notamment, les données fondamentales de l’unité régionale (comme on a pu le voir à travers la relecture sardonique de la Grande patrie arabe par Bassem Youssef dans le billet précédent). Un « rêve arabe » définitivement perdu selon certains, comme en témoignent les dernières décisions de la Ligue arabe, alors que d’autres y voient les aléas inévitables d’une réorganisation nécessaire à l’exercice du leadership de nouveaux acteurs présents dans le Golfe, bien décidés à hâter une islamisation des systèmes politiques qu’ils pensent être le prélude indispensable à une nécessaire modernisation de la région.

Un prince saoudien dans le capital de Twitter (1/3)

Beaucoup de bruit depuis une bonne semaine à propos des 300 millions de dollars investis par Waleed ben Talal dans la société Twitter. L’annonce de cette transaction a provoqué d’innombrables échanges sur la Toile et dans les médias à propos des conséquences, « forcément » négatives, d’une telle prise de participation financière au regard de l’indépendance d’un média social considéré comme essentiel dans le déclenchement des révolutions arabes.

Beaucoup de bruit pour rien a-t-on envie de dire, et pour plusieurs raisons. Les 300 millions de dollars ne représentent pas grand-chose pour le prince saoudien dont les actifs sont estimés à quelque 20 milliards de dollars. Par ailleurs, l’homme qui possède la 26e plus grosse fortune du monde (il est en baisse, il était 13e en 2007 !) manifeste depuis longtemps son intérêt pour les médias, notamment numériques : propriétaire du groupe Rotana, il a également des parts dans Amazone, Ebay, Priceline… Malgré ses investissements croisés avec le groupe NewsCorp de Rupert Murdoch (voir ce billet, même s’il n’a pas très bien vieilli !), lequel a lui-même l’intention de lancer une chaîne de ce type depuis Dubaï, le petit-fils du roi Abdulaziz ibn Saoud (et de l’ancien Premier ministre libanais Riadh El-Solh) est bien décidé à lancer sa propre chaîne d’information, confiée au journaliste saoudien Jamal Kashoggi. Prévu pour la fin de l’année 2012, le lancement d’Alarab (c’est le nom retenu, face à Arabia pour celle du Murdoch) lui permettra sans aucun doute de continuer à passer pour la personnalité arabe la plus influente, ce qu’il était déjà cette année comme la précédente.

 

Pour la société Twitter également, les investissements du prince saoudien n’ont pas vraiment une importance capitale (!). Plutôt moins en tout cas que ceux consentis cet été par Yuri Milner. Mais alors que celui-ci a une trajectoire financière nettement plus sinueuse que celle de son concurrent saoudien, l’entrée de ce tycoon russe des médias dans le capital du second site au monde (après Facebook) pour l’échange d’information n’a guère soulevé de critiques, si ce n’est dans quelques publications spécialisées (voir cet article dans Wired en octobre dernier).

A l’évidence, les acteurs arabes du monde du numérique continuent à susciter plus de suspicions que les autres. S’ils investissent dans les nouvelles technologies de la communication, ce n’est jamais pure spéculation financière ; il y a forcément une mauvaise intention politique derrière. Même après le « printemps arabe », pour beaucoup d’esprits, quand les élites politiques et économiques de la région s’intéressent à internet, c’est fatalement pour en brider le potentiel de liberté. En fin de compte, rien n’a vraiment changé dans les mentalités et il faut croire qu’on peine à se libérer de cet état d’esprit qui a fait, en février dernier, l’incroyable succès auprès des internautes du monde entier d’un canular monumental : espérant juguler l’épidémie de révolutions arabes, le Royaume d’Arabie saoudite avait prétendument décidé d’acheter Facebook pour 150 milliards de dollars !

Rien n’a changé non plus, semble-t-il, dans les mentalités puisque la rapidité des craintes à propos de l’indépendance de Twitter montre bien qu’on prête toujours aussi naïvement des vertus révolutionnaires à internet en général et aux réseaux sociaux en particulier. Il est vrai que Twitter constitue un outil d’échange d’informations terriblement efficace. Il est vrai également qu’il peut être mis au service des contestations politiques pour faire passer des mots d’ordre, permettre des rassemblements, etc., et même se substituer aux médias traditionnels à l’image des échanges lors du procès de Hosni Moubarak communiqués à l’extérieurde la salle d’audience (article en arabe), en dépit de l’interdiction de le faire, via la micro-messagerie d’un journaliste. (Le procès, d’ailleurs, doit reprendre dans quelques jours…) Il n’en reste pas moins que Twitter, comme Facebook et d’autres applications aujourd’hui à la mode, peut aussi se plier à des usages totalement contraires. Cet article du Guardian raconte par exemple comment les fidèles du régime syrien en font un usage intensif, soit pour contrer les informations mises en circulation par les opposants, soit tout simplement en les noyant sous un déluge de données sans pertinence, apparemment une assez bonne technique pour limiter l’impact d’informations non souhaitées…

Qu’on les juge positives ou négatives par rapport aux évolutions politiques, centrales ou périphériques vis-à-vis de leur déroulement, les technologies de l’information n’ont pas fini de poser des questions. Un an après ce que l’on considère comme le début du « printemps arabe », leur percée dans le monde arabe est plus impressionnante que jamais et c’est justement Twitter qui l’illustre le mieux. Comme le rappelle cet article dans Le Monde, on y est passé entre octobre 2010 à octobre 2011 d’un peu moins de 100 000 micro-messages par jour en moyenne à plus de 2 millions. La langue arabe arrive désormais à la huitième place sur Twitter, un classement qui n’a rien d’incongru si l’on sait qu’elle arrive en septième position (devant le français) sur le Réseau des réseaux…

Anis Mansour : une disparition passée inaperçue.

Il n’y a pas un seul lecteur en Égypte qui n’ait au moins lu une de ses pages, en revanche personne ne peut se targuer d’avoir parcouru toute son œuvre !

Ce commentaire fait partie du déluge d’articles qui ont accompagné le décès, à l’âge de 86 ans, du journaliste et écrivain Anis Mansour (أنيس منصور). La disparition de cet auteur de plus de 250 ouvrages, dont certains en sont à leur 50eédition, n’a pas suscité le moindre écho dans la presse hexagonale non plus qu’européenne. « Printemps arabe » ou pas, notre regard sur cet univers n’évolue pas beaucoup ! Faute d’être traduit dans la moindre langue étrangère, Anis Mansour nous est totalement inconnu alors qu’il constitue une réalité socio-littéraire incontournable. Polygraphe infatigable, il avait de très nombreux lecteurs, y compris dans les classes les plus populaires, un phénomène qui n’est pas si fréquent chez les auteurs arabes ! L’homme n’était pas forcément très sympathique, ni même toujours très remarquable mais, alors qu’il n’affichait guère d’ambition tout en ayant reçu quelques prix littéraires importants, il n’en occupe pas moins une place singulière dans l’histoire culturelle du monde arabe. Il est donc tout de même surprenant que sa disparition passe totalement inaperçue.

Né en 1925, Anis Mansour partage avec d’autres figures mieux cotées dans l’histoire littéraire (Taha Hussein par exemple) des origines modestes, ainsi qu’un premier apprentissage religieux. Licencié en philosophie (comme son aîné d’une quinzaine d’années, Naguib Mahfouz), il fait ses premières armes, vers la fin des années 1940, dans le journalisme. Une profession qu’il ne quittera plus, passant par tous les plus grands titres de la presse égyptienne. On raconte même que nombre de lecteurs choisissaient le vendredi de lire Al-Ahram à l’envers, pour commencer par la dernière page, là où figurait sa chronique hebdomadaire, « Mawaqef » (مواقف : attitudes, points de vue) !

Au tout début de sa carrière, Anis Mansour peut être considéré comme un « moderniste » : il est de ceux qui firent connaître en Égypte les idées existentialistes (découvertes alors qu’il était correspondant à Paris dans les années 1950) et qui renouvelèrent la pratique journalistique en introduisant des méthodes plus actuelles, notamment à l’occasion d’un célèbre entretien avec le dalaï-lama en 1959. Assez rapidement toutefois, Anis Mansour se détourna du cursus honorum de l’homme de lettres ordinaire. Inlassablement, il se mit à produire à un rythme vertigineux – au risque de quelques plagiats et autres vols littéraires – traductions (il fut le premier traducteur d’Alberto Moravia), œuvres de vulgarisation, récits de voyage, pièces de théâtre, scénarios de feuilleton qui lui gagnèrent un énorme public. Ce dernier, souvent initié par les « morceaux choisis » de l’école à son style remarquablement facile et agréable (كتابة السهل الممتنع : expression intraduisible !), a donné à son œuvre un écho incomparablement supérieur à celui des « grands auteurs » reconnus par l’institution littéraire. Une production dans l’ensemble assez médiocre, voire assez contestable quand Anis Mansour se fit par exemple le chantre d’une sorte de science-fiction aux accents vaguement religieux dans une série d’ouvrages dont les titres sont déjà tout un programme : Esprits et fantômes (أرواح و أشباح), Ceux qui sont venus du ciel (الذين هبطوا من السماء), Ceux qui sont retournés au ciel (الذين عادوا إلى السماء), La malédiction des pharaons (لعنة الفراعنة)…

Comme s’il avait voulu marquer davantage encore sa rupture avec l’institution littéraire, Anis Mansour ne se contenta pas de soutenir les accords de Camp David (à l’image de bien d’autres grandes figures de l’époque, tels Tewfiq El-Hakim et Naguib Mahfouz) mais s’entêta à défendre, envers et contre tous, son ami le président Anouar El-Sadate, y compris longtemps après sa mort. Une fidélité dérangeante, même pour le président Moubarak qui lui aurait suggéré, à en croire le journaliste Salah ‘Issa, de ne pas publier un livre de souvenirs à propos du raïs assassiné.

"Quelles soirées chez 'Aqqad !", souvenirs (parfois un peu venimeux) de Mansour chez son premier mentor, l'homme de lettres Mustafa Al-'Aqqâd

Qu’importe en définitive la disparition de ce monument d’un autre siècle au moment où le monde arabe semble ouvrir une nouvelle page de son histoire ? En quoi cela peut-il bien concerner la jeunesse arabe des réseaux sociaux ? Curieusement, plus qu’on ne pourrait le croire au premier abord. Il existe ainsi une petite dizaine de groupes « Anis Mansour » sur Facebook, dont le plus important réunit plus de 150 000 « amis »…

Rien que pour cela, la disparition d’Anis Mansour ne peut pas passer tout à fait inaperçue !

En exclusivité sur la télévision nationale égyptienne, la « drama » historique de ramadan…

Rien à faire, le cœur n’y est pas ! Cette année, les téléphages arabes ne montrent pas le même appétit pour leurs séries pourtant étroitement associées aux soirées de ramadan. A peine une petite polémique à propos d’un feuilleton qui raconte, assez maladroitement semble-t-il, la vie du poète palestinien Mahmoud Darwich et qui irrite prodigieusement les fans du poète, agacés par la manière dont la culture populaire traite leur idole (c’est vrai qu’il fait un peu niais sur cette photo qui illustre un article dans Al-Akhbar). Et tout juste la rituelle controverse à propos du caractère, licite ou non, des feuilletons religieux dans lesquels des acteurs, humains trop humains, interprètent les grandes figures de la religion. On a déjà eu l’occasion d’en parler : les points de vue divergent sur cette question, notamment entre chiites et sunnites. Une divergence théologique qui prend une dimension politique (voir « Le croissant chiite » et la guerre des images saintes), d’autant plus aiguë que l’offre télévisuelle reste malgré tout en partie déterminée par les goûts du public, apparemment friand de ce type de production (voir La religion des feuilletons : côté « images pieuses mais sacrilèges »). Cette année, l’objet du scandale se nomme Hassan, Hussayn et Moawiyya (anciennement Al-Asbât), drame historico-politique qui, comme le dit cet article sur le site d’Al-Arabiya, revient sur la plus dramatique fitna de l’histoire musulmane à l’origine, au VIIe siècle, de la divergence entre chiites et sunnites.

Incontestablement, les consommateurs arabes n’ont pas autant besoin cette année de leur dose annuelle d’opium télévisé parce que l’actualité leur offre, avec le printemps arabe, un feuilleton aux péripéties autrement fascinantes. Mercredi dernier, l’Egypte tout entière, et une bonne partie du monde arabe, s’est assemblée devant les postes de télévision pour regarder un épisode historique, qui n’est pas près de se renouveler. Après la très détestable téléréalité, sous le regard complaisant des soldats US, de l’exécution de Saddam Hussein (repris, par les bons soins de la BBC, en vraie série télé tournée en… Tunisie avec dans le rôle principal un acteur… israélien : on a vraiment changé d’époque !), la révolution égyptienne met donc en scène le procès de l’ancien président, avec comme générique cette séquence d’anthologie : dans la « cage des accusés » on voit successivement entrer les différents accusés, une borchette d’anciens ministres, les deux fils de Hosni Moubarak et l’ex-président de la République en personne. Le plus impressionnant, c’est peut-être le silence qui règne entre les commentaires de la speakrine, un vrai silence comme il s’en fait lors des tragédies les plus poignantes : il permet d’imaginer les pensées de millions de personnes en cet instant

http://www.youtube.com/watch?v=lYJ1NoAcKwc&feature=player_embedded

Comme dans les « vrais » feuilletons, la bande-son a la plus grande importance. C’est elle qui, en quelques phrases musicales, résume toute l’ambiance de la drama. Pas de mélodie pour cette série dont les téléspectateurs arabes attendent certainement la suite avec impatience, mais un dialogue que nombre d’Egyptiens ont téléchargé sur internet pour en faire leur sonnerie de portable (pour la décharger, cliquer ici) :
— Premier accusé, Mohammad Hosny Al-Sayyid Moubarak.
— Votre Honneur, je suis là !
— Tu1 as entendu les accusations formulées contre toi. Qu’as-tu à dire ?
— Toutes ces accusations, je les nie en bloc.

(La scène se répète avec les deux fils.)

La suite du procès, c’est en principe le 15 août… D’ici là, bonnes soirées de ramadan (avec peut-être d’autres guest stars pour le grand feuilleton des révolutions arabes !)

  1. Non, ce n’est pas un tutoiement révolutionnaire, c’est usuel en arabe, même si le juge aurait pu trouver une formule pour éviter d’avoir à user de la deuxième personne… Il a choisi de ne pas le faire. []

Petite chronique d’une révolution égyptienne (et arabe ?) presque annoncée

En bas, lire "Follow Us on Tahrir" c'est de l'arabzi*

Plus parlantes que bien de longues analyses, ces “brèves”, piochées dans la presse arabe de ce jour (mercredi 10). Elles en disent long sur l’état d’esprit qui règne au Caire, et même dans toute la région. La fin du système est proche : une partie des médias se rebelle, quelques-uns des plus fidèles soutiens se dérobent, et la population s’exprime. Pour commencer, la traduction intégrale d’un article d’Al-Quds al-‘arabi.

L’actrice égyptienne Ghada Abdel-Razeq (غادة عبد الرازق) annonce qu’elle a rompu toutes ses relations avec le réalisateur Khaled Youssef (خالد يوسف) après une conversation durant laquelle elle lui a demandé de soutenir les efforts pour apaiser la « rue égyptienne ». Une chose que Khaled Youssef a apparemment refusé. La discussion a tourné à la dispute et le réalisateur a coupé court à la communication téléphonique.

Les protestataires [de la place Tahrir] ont empêché Lamiss Hadidi, la présentatrice de l’émission « Du cœur du Caire » sur la chaîne publique de pénétrer place Tahrir. Ils l’ont obligée à rebrousser chemin en accusant la télévision gouvernementale de trompert le peuple égyptien et d’augmenter le nombre des victimes en diffusant de fausses informations à propos de ceux qui organisent et qui participent aux manifestations.

Des journalistes égyptiens ont empêché Makram Muhammad Ahmad, le responsable du Syndicat des journalistes, d’entrer dans le bâtiment de l’Union des journalistes, pour participer aux funérailles symboliques d’un journaliste d’Al-Ahram tombé sous les balles des forces de sécurité. Ils l’ont forcé à s’en aller en criant : « Le peuple veut faire tomber les médias du régime ! » Une nouveauté parmi les nombreux slogans des manifestations d’hier [9 février] : en plus d’exiger le départ du Président, certains posent désormais des questions sur sa fortune et celle de sa famille sur le mode : « Dis-donc Moubarak, d’où qu’ils viennent tes 70 milliards ? »

Pour la première fois en 30 ans, la version internationale d’Al-Ahram sort avec [seulement] une petite photo du président Moubarak en page intérieure et aucune de sa femme ou de son fils Gamal. Le quotidien n’annonce les deux rencontres du Président avec des responsables de l’Etat que par un petit article à gauche sur la Une, laquelle est consacrée aux manifestations de la place Tahrir, avec notamment la présence parmi les manifestants d’Ousama El-Baz, l’ancien conseiller politique du Président.

Anas El-Fekki, le ministre de l’Information qui a interdit d’antenne Al-Jazzeera et qui a persécuté [ses journalistes], regarde la chaîne en cachette pour suivre les derniers développements. Un de ses proches a raconté qu’il s’enferme dans son bureau et qu’il éteint la télévision chaque fois qu’un employé ou un visiteur entre.

Venu place Tahrir avec un de ses amis, l’acteur Ahmad Hilmi (أحمد حلمي), le comédien Ahmad el-Saqa (أحمد السقا) s’est retrouvé dans une situation embarrassante lorsqu’il a été reconnu par des manifestants qui l’ont chassé en lui reprochant son soutien à Moubarak. Al-Saqa est connu pour être un ami personnel de gamal et Alaa Moubarak.

Quand à (Ahmad) Hilmi, serrant de près son épouse Mona Zaki, il a choisi de se joindre aux manifestants de la place Tahrir, sachant qu’il s’était montré assez critique du régime dans son dernier film. Alors qu’on lui avait volé son téléphone portable, celui-ci lui a été restitué par un des protestataires qui avait aperçu le voleur !

Très mauvais signe pour le régime, les stars du foot se mettent de la partie! Et quand on sait leur importance aux yeux d’une bonne partie de la population (voir ce billet)…

Il y a quelques mois encore, Alaa Sadek était encore chroniqueur sportif sur NileSat. Mais un jour il a accusé Habib al-Adly, le ministre de l’Intérieur récemment destitué, d’être responsable des avanies subies par des joueurs égyptiens lors d’un match contre une équipe tunisienne (les acteurs de la révolution arabe étaient déjà réunis !) Il vient de prendre publiquement position pour que Moubarak quitte le pouvoir sans attendre, tout comme Nader Al-Sayyed. En prime, ce dernier, un ancien gardien de but de l’équipe nationale qui travaille pour Al-Jazeera Sports, traite le patron de la Ligue de foot et l’entraîneur national de corrompus !

Rien n’est plus comme avant par conséquent dans le monde arabe… Un autre signe, dans un autre pays, mais qui dit de manière assez éloquente les accommodements qu’on s’efforce de trouver avec une réalité qui frappe à la porte, Facebook et YouTube sont désormais disponibles en Syrie (ils avaient disparu depuis 2007) : la preuve, selon le journal Al-Watan cité dans cet article, que l’Etat syrien ne craint aucune menace…

Et confirmation, s’il en était encore besoin, que les rats quittent le navire, Gaber Asfour, dont on parlait dans le précédent billet, démissionne de ses (toutes nouvelles) fonctions de ministre de la Culture “pour des raisons de santé” (source Al-Jazeera, mercredi, minuit) : faut-il seulement commenter ?!!!

L’automne de la presse du patriarche : l’assassinat du « Doustour »

Les autorités égyptiennes préparent à leur manière les prochaines échéances électorales (élections législatives d’ici la fin de l’année, puis la présidentielle en 2011). En quelques semaines seulement, l’horizon de la liberté de la presse s’est brutalement assombri. Un changement de climat qui signifie que le « camp du business » (comprendre : les milieux d’affaires qui gravitent autour du pouvoir) est en train de reprendre la main dans la bataille pour la succession.

Salué – et fortement encouragé par le gouvernement Bush – le « printemps cairote » risque donc de faire long feu (en anglais, utile mise en perspective proposée par Issandr El Amrani, l’animateur de The Arabist). En effet, l’Egypte a connu depuis 2005 une incontestable ouverture médiatique, avec la création d’un certain nombre de quotidiens non-gouvernementaux tels que Al-Fajr, Al-masri al-yom ou encore Al-Shurûq (propriété de l’éditeur Ibrahim al-Moallem إبراهيم المعلم), mais aussi grâce à l’essor du secteur télévisuel privé, notamment à la Cité des médias (مدينة الإعلام) et plus encore à la faveur d’une blogosphère particulièrement active et politisée.

Aujourd’hui, la plupart des observateurs considèrent que le brutal « assassinat du Doustour » (Mohammed Khair, entre autres, en arabe) a également pour objectif de faire comprendre que les voix dissidentes ne seront plus guère tolérées par le pouvoir. Affaibli, ce dernier n’en reste pas moins bien décidé à gagner, coûte que coûte, la bataille de la succession qui doit lui permettre d’instituer une nouvelle « républarchie » locale (جملوكية) où le fils – Gamal – succèdera au père, Hosny.

Création d’une figure exceptionnelle de la presse arabe, le destin du Doustour (الدستور : la constitution) symbolise à la fois le courage et les limites du « quatrième pouvoir » sur les rives du Nil. Ibrahim Issa (إبراهيم عيسى), personnage haut en couleur à mi-chemin entre Michel Charasse (pour les bretelles !) et Jean-François Kahn pour le mordant, a créé en 1995 ce quotidien basé à Chypre pour contourner les lois interdisant de fait à l’époque la création de journaux sur le territoire égyptien. Trois ans après, l’aventure prenait fin à la suite d’une interdiction de diffusion sur le territoire égyptien. (Elle allait pourtant continuer quelque temps via internet, une des première manifestations importantes dans la région du contournement de la censure officielle grâce aux nouvelles technologies.)

L’expérience a repris sur le sol égyptien en 2005, à la faveur de la libéralisation des médias fortement « recommandée » à l’époque par l’équipe du président Bush, désireuse de redonner quelques couleurs démocratiques à un de leurs principaux alliés dans la région. Devenu un des principaux organes de l’opposition, le Doustour, sous l’impulsion d’Ibrahim Issa, a formé toute une génération de jeunes professionnels qui tranchent avec le style de la presse traditionnelle. A plus d’une reprise, le trublion des médias égyptiens a essuyé les foudres du pouvoir : condamnation à un an de prison en 2006, finalement transformée en amende ; nouvelle condamnation à deux mois de prison en 2008, pour avoir osé s’interroger publiquement sur l’Etat de santé d’un « pharaon » par nature éternel ! (La condamnation sera finalement levée à la faveur d’un très paternel pardon présidentiel : bon résumé, en anglais, de ce parcours dans le blog de Baheyya.)

Assez représentatif de la déliquescence de la scène politique et médiatique locale, le scénario de l’assassinat du Doustour mérite d’être raconté. Fin août, on apprend que le quotidien a été acheté par un consortium d’investisseurs. Certes, figure en bonne place al-Sayed al-Badawi (السيد البدوي), le président du Wafd, un parti de l’opposition libérale qui s’est illustré notamment lors de la révolution nationaliste de 1919, mais certains se posent tout de même des questions quant aux conséquences de cette transaction pour l’indépendance du journal (article en arabe).

La suite des événements ne tarde pas à leur donner raison. Quelques semaines après cet achat, le président su Wafd, devenu également président du CA du quotidien, remercie brutalement Ibrahim Issa à qui il reproche d’avoir publié une contribution de Mohammed El-Baradei, ancien directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique et candidat potentiel à la prochaine présidentielle. Les médias locaux et panarabes relaient alors différentes accusations assez peu glorieuses sur les pratiques de l’ancien rédacteur en chef, que ses collègues soutiennent pourtant en occupant les locaux de leur journal. On apprend ensuite que Sayed al-Badawi a démissionné du Conseil d’administration du Doustour, et qu’il se lave les mains de toute l’affaire après avoir revendu ses parts à un autre actionnaire, Rida Edward (également membre du Wafd). Dans un milieu qui en a pourtant vu d’autres, l’affaire fait grand bruit et quelques figures prestigieuses du Wafd, à commencer par le poète Fouad Nagem (فؤاد نجم , l’ancien parolier du chanteur Cheik Imam) démissionnent avec fracas du parti (article en arabe).

Certains quittent le Wafd mais d’autres arrivent, tel Amr Adeeb (عمرو أديب), pourtant associé aux cercles du pouvoir (y compris par ses liens familiaux : détails toujours chez Baheyya ). Une nouvelle fois, l’affaire est assez tordue car, depuis la mi-septembre, la chaîne Orbit (à capitaux saoudiens) ne peut plus émettre depuis l’Egypte en raison de propos tenus à l’antenne par le célèbre journaliste, même si on parle officiellement d’un problème financier. Mais alors qu’Adeeb n’a cessé de proclamer sa fidélité à Orbit, il commence à se dire désormais qu’il prendrait une nouvelle émission sur Al-Hayat, une chaîne récemment lancée par… al-Sayyed al-Badawi, l’homme du parti Wafd justement !!!

Si l’on sait depuis longtemps que l’Egypte n’a rien à apprendre de personne sur le plan des relations incestueuses entre le pouvoir, l’argent et l’information, introduire un parti d’opposition pour garantir la reprise en main du secteur médiatique est tout de même le signe d’une imagination particulièrement fertile ! La tradition autoritaire est tout de même sauve puisque ces montages sophistiqués s’accompagnent de mesures beaucoup plus classiques : interdiction de filmer les débats judiciaires (qui avaient tendance ces derniers temps à mettre en évidence les frasques des amis du pouvoir), fermeture de chaînes télévisées pour d’obscures raisons plus ou moins administratives (Al-Khalijiyya, Al-Hafez, Al-Sihha wal-Jamal, Ennas : étrange association de chaînes commerciales et religieuses…), nouvelle régulation pour les sociétés sous-traitant depuis Le Caire, l’envoi de reportages retransmis par les chaînes d’information installées loin de la capitale dans la cité des médias… Et voilà que deux opérateurs de satellite, Nilesat et Noorsat, révèlent la signature d’un mémorandum commun qui rappelle étrangement les termes de la « charte de bonne conduite » tellement désirée par Le Caire il y a quelques mois… Une décision qui tombe à point nommé car le ministère des Communications avait annoncé, fin septembre, qu’il avait l’intention de se montrer vigilant sur la bonne application des règles de fonctionnement au sein de la cité des médias !…

Si l’on ajoute que le sort d’Ibrahim Issa est peut-être celui qui attend Hamdi Qandil, toujours sous la menace d’une plainte déposée par le ministère des Affaires étrangères en mai dernier, ou même Alaa El-Aswani, le romancier de L’immeuble Yacoubian, dont les chroniques, dans le quotidien « indépendant » Al-Shurûq passent de plus en plus difficilement, on voit que l’automne du patriarche à la tête du pays depuis un bon quart de siècle risque fort d’être également celui de la presse égyptienne.

Global Mufti vs Al-Azhar : le “mur d’acier” de Gaza

« En islam, il n’y a pas de clergé ! » Cette idée reçue mérite qu’on s’y arrête un moment, au moins pour ce qui est de l’islam dans les pays arabes. Bien entendu, si l’on veut transposer le modèle organisationnel mis en place au fil des siècles par l’Eglise catholique, on ne trouvera pas l’exact équivalent des « professionnels de la religion » – que Dieu nous pardonne une telle expression ! Néanmoins, depuis l’époque contemporaine (au sens historique du terme, c’est-à-dire avec le début du XIXe s.) et plus encore depuis que la constitution des Etats arabes modernes, la « gestion des biens de salut » sont clairement devenu un « métier », avec ses filières de formation, ses institutions et tout ce qui compose un « champ religieux ».

Celui-ci s’est donc partiellement « autonomisé », en créant ainsi une dynamique entre différents protagonistes qui ne sont pas tous dotés du même capital religieux. Cependant, à l’extérieur du champ, d’autres facteurs ont joué un rôle tout aussi important : l’urbanisation, la scolarisation, la modification des modes de vie ont changé la donne, et plus encore sans doute les transformations successives des communications qui ont bouleversé la hiérarchie traditionnelle du savoir religieux. En parallèle mais aussi en rivalité avec les grands noms reconnus par les structures traditionnelles, on a vu apparaître de nouvelles « autorités » : dans les années 1960, les cheikhs de la radio et des cassettes audio, vite suivis par les premières stars de la prédication télé (avec cheikh Shaarawi comme modèle sans doute). Depuis la révolution médiatique des télévisions satellitaires (les années 1990) et celle d’internet, la prolifération des canaux et des messages a fini par totalement brouiller un paysage religieux où tout le monde et n’importe qui, ou presque, peut intervenir. (D’où, au passage, ces fatwas « abracadabrantesques » qui font à la fois rire et pleurer, mais qu’il conviendrait de replacer dans leur contexte, sachant qu’une religion ne se réduit pas au discours d’un imam, pas plus qu’à celui d’un prêtre ou d’un rabbin).

L’autre grand paramètre des interactions à l’intérieur du champ, c’est bien entendu la sphère politique, et en premier lieu l’Etat qui peut par exemple favoriser les carrières des personnalités les plus souples, ou sanctionner ceux qui s’obstinent à ne pas suivre ses injonctions. Dernier scandale lié à l’ intervention du pouvoir dans la sphère religieuse, le « mur d’acier » que le gouvernement Moubarak s’emploie actuellement à ériger sur sa frontière avec la bande de Gaza, pour mettre fin à la contrebande et donc, il faut bien l’admettre, pour compléter l’enfermement décrété par les Israéliens.

Il va de soi qu’on trouve assez peu de personnalités publiques dans le monde arabe pour défendre un barrière qui va contribuer à renforcer le piège qui s’est refermé, depuis un an environ, sur un million et demi de personnes, lesquelles n’ont d’autre tort que de vivre en un endroit où des élections démocratiques ont porté au pouvoir le Hamas. Pour tenter de convaincre les foules qui semblent bien lui faire défaut, le pouvoir égyptien a appelé en renfort la principale institution religieuse du pays, Al-Azhar. Son recteur, Mohammed Sayyed Tantawi (محمد سيد طنطاوي ) , est donc sorti d’une réunion de l’Académie des recherches islamiques (مجمع البحوث الاسلامية) juste à la fin de l’année dernière, en déclarant que s’opposer à la construction de cette barrière métallique, placée là pour défendre la souveraineté nationale et empêcher le contrebande de drogue (sic !), revenait à violer les saints commandements de la loi islamique. Bien qu’il ait déjà eu l’occasion de pratiquer cet exercice humiliant à maintes reprises (notamment pour le président Sarkozy voir ce précédent billet), le recteur a paraît-il quitté les lieux particulièrement rapidement.

Naturellement, une telle déclaration a suscité un tir de barrage de la part de nombreux confrères, trop heureux de donner des cours d’exégèse sur un terrain où l’opinion leur est favorable. En tête, et c’est un peu ennuyeux pour le pouvoir égyptien, rien moins que le global imam Youssef al-Qardâwi qui assume sans complexe – et via nombre de télévisions satellitaires à commencer par Al-Jazeera – un leadership spirituel dans le monde arabe, et même au-delà, que bien peu peuvent lui disputer. Souvent qualifié d’extrémiste, le dirigeant de la Conférence mondiale des imams, qui possède un passeport qatari après avoir été déchu de sa nationalité égyptienne par Nasser paraît-il, ne s’en fait pas moins le chantre de la « voie moyenne » (wasatiyya), un placement à mi-chemin des outrances de l’extrémisme militant et des audaces réformatrices qui lui réussit à merveille et qui lui permet, entre autres exemples, tantôt de dénoncer la menace chiite en Egypte, tantôt de soutenir la mixité (ikhtilât) dans la toute nouvelle King Abdullah University for Science and Technology en Arabie saoudite (article en arabe dans Elaph.

Pour ne pas arranger les choses, nombre d’organisations d’imams (car il y en a une voire plusieurs dans chaque pays) lui ont emboîté le pas. Au Yémen, en Arabie saoudite, au Soudan, mais aussi en Jordanie ou au Liban, les autorités religieuses ont pris la parole pour expliquer que la construction de ce « mur d’acier » pouvait être considérée comme un péché, et même un péché grave, puisqu’il pouvait entraîner la mort de tout un peuple (article en arabe dans Al-Quds al-arabi). Les plus modérés se sont contentés de dire que le recteur d’Al-Azhar aurait pu se dispenser d’une telle déclaration, ou bien au moins accompagner le nécessaire ( ?) appel à l’arrêt de la contrebande d’un vœu (pieux ?) pour l’ouverture de la frontière légale avec l’Egypte (article en arabe dans le très modéré Al-Hayat)… Même au sein d’Al-Azhar, les religieux du turbulent « Front des oulémas » (جبهة علماءالأزهر) sont partis en manif, et nombre de « petits imams » ont refusé de lire le prêche du vendredi rédigé par le ministère (car c’est comme cela que ça se passe). Pour l’instant, ils sont 17 à avoir reçu un blâme accompagné d’une retenue sur salaire, mais il n’est pas exclu que les choses aillent plus loin et que l’administration – cela s’appelle le ministère des Waqfs – « nettoie » la profession !

Il ne s’est trouvé qu’une voix pour prendre le parti du recteur d’Al-Azhar, mais c’est presque pire ! En Cisjordanie, territoire sous l’assez virtuelle Autorité palestinienne, le ministre des Cultes (le ministère des Waqfs en fait) a cru bon de voler à son secours en déclarant que l’Egypte avait bien le droit de faire respecter la loi sur son sol (y compris en affamant encore un peu plus les Palestiniens de Gaza)… Il a également fait distribuer, c’était il y a quelques jours, un prêche comportant une attaque en règle contre Qardawi. Les malheureux imams qui ont pensé à leur salaire et qui se sont risqués à obéir aux instructions des « chefs du ministère » à Ramallah n’ont même pas pu finir leur sermon. Dans certains cas (à El-Bireh notamment), la police a dû intervenir pour mettre fin aux bagarres dans la mosquée ! (article en arabe dans Al-Quds al-arabi)

Inutile de dire que la « fatwa » (techniquement ce n’en est pas une) de Tantawi n’a pas vraiment renforcé la popularité de la politique du gouvernement égyptien, et que la déclaration de son homologue à Ramallah ne contribue pas à redorer le blason de l’Autorité palestinienne. Il ne faut pas être grand clerc, quand on est musulman – et pas seulement – pour se faire sa propre religion sur la question de Gaza !

Côté culture, au sens strict du terme, on apprend que le grand acteur syrien Khalid Taja  (portrait en anglais dans Middle-East Online), qui n’a pas craint, à l’âge de 70 ans, d’accompagner d’autres acteurs pour manifester sa solidarité avec les habitants de Gaza, s’apprête à tourner un film qui racontera la vie des tunneliers. Produit par le Tunisien Shawqi al-Majiri, autre grand nom du 7e art arabe qui a notamment réalisé le feuilleton L’invasion (الإجتياح : on en a parlé ici), le film s’intitulera Le Royaume des fourmis (مملكة النمل).

On peut également se faire une idée de la popularité de cheikh Youssef Qardawi en lisant cet article, dans Islam Online, qui relate la représentation d’une pièce de théâtre récemment présentée au Qatar. Intitulée Al-Qardawi, imam dans/par une nation (Al-Qardâwi, imâm bi-‘umma (القرضاوي إمام بأمة), elle relate, sur fond de biographie réelle, un procès imaginaire qui se solde par la victoire de l’imam contre les démons jaloux et hypocrites !

L’illustration est la couverture d’un livre que je n’ai pas lu (The Global Mufti: The Phenomenon of Yusuf Al-Qaradawi par Bettina Gräf and Jakob Skovgaard-Petersen (Eds.). Si Qardawi vous intéresse, je recommande de lire en ligne le long et intéressant Portrait of a leading Islamic cleric par Ana Belen-Soage.

Eid (pas) Moubarak !

Ce dessin de presse publié dans Al-Quds al-‘arabi il y a une semaine fait bien sûr allusion aux suites du match entre l’Algérie et l’Egypte (voir le précédent billet). Jouant sur les différents sens du mot marma (le but mais aussi Marma al-Jamarat, un des rites du pèlerinage où les fidèles « lapident » le diable), les deux supporters échangent les mêmes pensées : Enfin, grâce à Dieu, un but qui nous unit et qui efface nos fautes !

Toujours selon Al-Quds, les vœux de fête ont été quelque peu bousculés cette année. Une des formules les plus traditionnelles, Eid moubarak (Que cette fête te soit bénie !) est définitivement écartée en Algérie puisqu’elle se confond avec le nom du président égyptien, au profit de Eid Saadane, variante imaginée à partir de la formule Eid saïd (Bonne fête) en hommage à Rabah Saâdane, l’entraîneur de l’équipe nationale locale !

En ces temps de fête, la piété et la croyance d’un islam volontiers fanatique si l’on en croit les experts n’empêchent donc pas l’humour !

« Politisation du ballon » et « ballification de la politique »

Trop « arabes » en France au goût de certains, les Algériens sont paradoxalement souvent perçus chez leurs voisins arabes comme « trop français » ! Depuis l’invasion de leur pays, suite à la réaction d’orgueil national d’une France outragée par le coup d’éventail donné par le bey d’Alger à son représentant en 1830, les Algériens sont, certes, respectés pour l’ampleur de leurs souffrances (certains évoquent la disparition d’un tiers de la population lors de la colonisation, et 1,5 million de morts ont péri selon les historiens locaux durant la guerre de décolonisation). Mais ils sont également toujours suspects de vivre une arabité un peu dérangeante par rapport aux idées reçues, à l’image de la langue qu’ils utilisent au quotidien, à la fois profondément arabe et métissée, comme l’exprime ce slogan, martelé dans une superbe lingua franca par les supporters algériens après la victoire finale de leur équipe : One, two, three ! Viva l’Algérie !!!.

Difficile de l’ignorer en effet, l’Algérie s’est qualifiée pour la phase finale du prochain Mondial, et représentera donc le monde arabe aux dépens de l’Egypte, vingt ans tout rond après que cette dernière l’ait elle-même éliminée à l’issue d’un match particulièrement houleux : en 1989, l’arbitre – un Tunisien ! – avait été accusé d’avoir volé un but aux frères algériens (ceux-ci n’avaient pu retenir leur colère et, entre autres violences, un joueur avait été condamné pour avoir blessé un supporter égyptien dans un hôtel : article dans le Guardian).

Sportive en principe, la confrontation entre les deux pays s’est transformée en sévère crise diplomatique, source d’inquiétudes dans le monde arabe à propos de cette nouvelle fitna qui interroge la réalité des liens de fraternité entre les populations de la région et donc, par conséquent, l’efficience des récits fondateurs développant les thématiques identitaires de l’arabisme ou de l’islam. Même s’il y a fort à parier que tout cela sera très rapidement oublié si l’équipe algérienne réussit quelques beaux matchs lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud, il reste que la violence entre les deux entités nationales a atteint des sommets.

De quoi d’ailleurs nourrir les interrogations de bien des commentateurs qui constatent que, dans cette région où les médias n’échappent pas à la censure, ou tout au moins aux conseils avisés du pouvoir, ce dernier, tant en Algérie qu’en Egypte, s’est bien gardé d’intervenir. Au contraire, emporté – ou se laissant porter – par la vague de chauvinisme, il a dans les deux cas sa part de responsabilité dans la crise.

Laquelle était parfaitement prévisible, et même annoncée au regard des affrontements par médias nationaux interposés et sur internet depuis bien des jours. Mais tandis que les Algériens l’emportaient sur internet où leurs détournements de films célèbres (Brave Heart par exemple) se révélaient bien plus percutants que ceux des internautes égyptiens (article en arabe dans Elaph), la presse algérienne n’a pas pesé bien lourd face à la « puissance de feu » des commentateurs sportifs sur les chaînes égyptiennes (Dream, Hayat, Modern…).

La palme de la bêtise raciste revenant sans conteste à un célèbre commentateur sportif, un certain Amr Adib qui, entre autres gracieusetés distribuées avant le match décisif, s’est interrogé via le bouquet panarabe Orbit sur les raisons qui faisaient que (tous) les Algériens haïssaient de la sorte (tous) les Egyptiens ! (vidéo sur YouTube pour les arabophones). Après la défaite égyptienne à Khartourm, le même inconscient a cru bon, en réponse aux rumeurs (totalement infondées) évoquant de très nombreux blessés parmi les supporters égyptiens présents au Soudan, d’appeler ses concitoyens à se venger sur les Algériens résidant en Egypte !…

De tels propos ne sont qu’un faible échantillon des insultes en tous genres échangées surtout après le caillassage du bus des joueurs algériens lors de leur arrivée au Caire (dans un pays qui vit tout de même depuis 1981 sous le régime de l’état d’urgence !). La presse algérienne n’a pas été en reste et a bien souvent colporté, avec la même totale absence de professionnalisme, n’importe quelle rumeur susceptible d’alimenter les passions chauvines.

Mais la presse n’est pas la seule en cause. Outre les sociétés, multinationales ou non, « communiquant » avec ou plutôt sur la fièvre nationale, les politiques des deux pays sont montés au front. Certes, les deux chefs d’Etat n’ont pas fait le déplacement jusqu’au stade de la banlieue de Khartoum, mais ils ont envoyé leurs représentants les plus proches, Abdelaziz Belkhadem pour l’Algérie et les deux fils du rayyis pour l’Egypte : Gamal, le successeur putatif (déjà évoqué ici), et le bien plus discret ‘Ala, qui s’est brutalement rendu follement sympathique auprès des masses populaires en traitant les Algériens – c’est tout de même le fils du président – de « hérétiques terroristes mercenaires » (ارهابيين مرتزقة), précisant un peu plus tard sur une autre chaîne qu’il « y avait en eux quelque chose de bizarre » (شيء غريب في تركيبهم).

La récupération politique n’a cependant pas totalement fonctionné et certains studios ont coupé les émissions où l’on entendait trop certains Egyptiens, dont des stars du foot, hurler leur colère parce que le gratin politique était tranquillement rentré dans l’avion privé d’un homme d’affaires par ailleurs député du parti au pouvoir, tandis que les supporters égyptiens se faisaient (prétendument) égorger par les hordes algériennes : إيه مصر ؟ مع فيهاش غير جمال مبارك؟ حرام عليكم تهينو الناس بالشكل دا!!! C’est quoi l’Egypte ? Il n’y a que Gamal Moubarak au monde ? C’est pas une honte d’humilier les gens ainsi ?!!!

Impossible de résumer cette affaire dans tous ses détails mais il faut savoir que les dégâts pour les sociétés égyptiennes installées à Alger sont estimés à quelque 5 millions de dollars, que des centaines d’émigrés égyptiens ont quitté l’Algérie en catastrophe, que le Conseil de sécurité nationale égyptien a été réuni en urgence, que l’Egypte a officiellement menacé le Soudan d’intervenir si ses ressortissants n’étaient pas protégés, ou encore qu’une trentaine de policiers ont été blessés pour empêcher que l’ambassade algérienne au Caire ne soit prise d’assaut (pour ne rien dire des 14 morts et des 250 blessés associés aux 175 accidents de la route qui ont marqué, en Algérie, la célébration de la qualification).

Impossible également de relater le déluge de déclarations de chauvinisme flamboyant submergeant de trop rares tentatives pour « calmer le jeu » : artistes déclarant boycotter à tout jamais le pays frère, abandon des feuilletons cairotes en Algérie contre mise en quarantaine des artistes algériens, listes noires de personnalités désormais indésirables, etc.

Quelques remarques en guise de conclusion pour ce billet trop long déjà ! Comme le mentionnent certains commentateurs (voir par exemple cet article en arabe dans Al-Akhbar), l’efficacité des ponts aériens mis en place par les deux pays pour transporter des milliers de supporters au Soudan tranche avec l’absence de réactions pour Gaza ou même pour le Darfour, sans parler des ambassadeurs précipitamment rappelés dans leurs pays respectifs quand le représentant de l’Etat israélien au Caire n’a pas eu si souvent à se plaindre d’un tel traitement, quelle que soit la politique de son pays…

On notera également le rôle aussi dangereux que peu « démocratique » joué par les médias, plutôt ceux du secteur privé, livrés à une concurrence effrénée, que ceux du secteur public d’ailleurs. Comme quoi la multiplicité des canaux ne résout pas tout …

Et s’il est vrai que cette « guerre » fratricide oblige à s’interroger sur la puissance du référent panarabe au regard des identifications étatiques, et plus encore sur l’état de décomposition du projet national arabe, force est de constater aussi que le lien religieux est bien incapable de lui servir d’alternative en pareilles occasions, même si les imams des mosquées, la main sur le cœur, ont dénoncé dans leurs sermons, a posteriori, cette bouffée de haine.

Détournés, parodiés, manipulés par un discours chauvin et raciste, que valent encore les symboles de l’histoire aux yeux des générations nées deux ou trois décennies après les événements qui ont tant fait pour associer les deux pays, notamment au temps de la guerre d’indépendance algérienne soutenue par Nasser ? A l’évidence, la « politisation du ballon » ou encore la « ballification de la politique » (تسييس الكرة / تكوير السياسة) n’a pas fini d’être utile pour canaliser les passions populaires et pour faire oublier les malheurs d’une jeunesse sans espoir, sans avenir, sans représentation politique digne de ce nom, et dont la frustration sexuelle n’est pas la moindre des souffrances.

Scène de violence à Zamalek (image tirée du site The Arabist. Celle de Coca est reprise de The Lede, un blog du New York Times

La révolution de l’information et la « télé de papa »

Aujourd’hui, 70 % des Egyptiens ont un équipement qui leur permet de choisir, selon une étude d’Arab Advisors, entre plus de 500 chaînes arabophones (dont 140 sont cryptées, en principe, car les as du branchement illégal ont quasiment pignon sur rue).

Avec l’essor des télévisions satellitaires, et celui d’internet (plus de 30 millions d’utilisateurs, au moins 500 000 blogs, des centaines et des centaines de publications en ligne…), le monde arabe a donc vécu, en moins de deux décennies, une véritable révolution de l’information.

La disparition de la « télévision de papa », celle qui ne donnait accès qu’à l’inamovible chaîne nationale, va-t-elle permettre enfin un peu de changement ? On voudrait pouvoir y croire mais, dans la région, il arrive qu’on fasse durer les choses, dans le domaine politique notamment.

Bientôt 40 ans de pouvoir pour Mouammar Kadhafi par exemple, et « seulement » 28 pour Hosni Moubarak, deux régimes qui, « révolution de l’information » ou pas, continuent de mettre en pratique les bonnes vieilles recettes d’autrefois !

Et c’est au Caire, siège de la Ligue arabe, que les ministres de l’Information ont adopté en février 2008, sous l’impulsion de l’Egypte et de l’Arabie saoudite notamment, une « charte de bonne conduite » destinée à remettre un peu d’ordre dans un paysage médiatique un peu trop agité à leurs yeux.

Peu de temps après l’adoption de ce document, la chaîne d’information Al-Hiwar, basée à Londres, se voyait retirer son accès au satellite égyptien Nilesat, sans la moindre explication. Sur d’autres canaux, les pressions se multipliaient sur les animateurs de débats politiques, lesquels, au besoin, ont pu être brutalement interrompus, telle cette émission de la chaîne Mihwar, obligée, « pour des raisons de sécurité », à ne pas tenir les « 90 minutes » pourtant prévues par son titre (cf. article en arabe) !

Mais souvent, les rivalités interarabes ont au moins cet avantage qu’une émission interdite quelque part trouve, ailleurs, la possibilité d’être diffusée. Ainsi, en 2002, quand le pouvoir égyptien a signifié à la chaîne privée Dream qu’il ne souhaitait plus la diffusion de ses propos, c’est la chaîne qatarie Al-Jazeera qui s’est empressée d’offrir une tribune à Muhammad Hassanayn Heikal (محمد حسنين هيكل), le très populaire ancien ministre, sous Nasser, de l’Information !

L’accord récent autour de la « charte de bonne conduite » indique néanmoins une tendance : les vieux routiers de la politique arabe ne supportent pas mieux qu’avant qu’on leur marche sur les pieds ! On a pu encore le constater tout récemment.

Bien connu en France depuis la négociation sur la libération des infirmières bulgares de l’été 2007, Saif al-islam, le moderne fils aîné de Muammar Kadhafi, est souvent considéré – à l’instar de Gamal, fils de Hosni Moubarak d’ailleurs  – comme le digne héritier de la « républarchie » familiale.

Comme le dit très aimablement le correspondant libyen de l’agence Reuters, Saif al-islam, dans le cadre d’un « plan ambitieux pour créer des institutions démocratiques telles que des médias libres et une magistrature indépendante » ( !), a souhaité avoir ses propres médias : deux radios, deux journaux et une télévision.

Pour cette chaîne, Al-Libia, qui a commencé à émettre par satellite il y a deux ans, Saif al-Islam Kadhafi a décidé de bien faire les choses en invitant (article en arabe) les vedettes du petit écran arabe, à grand renfort de contrats alléchants : on parle en millions de dollars !

Parmi ces vedettes, Hamdi Qandil (حمدي قنديل), l’animateur d’une émission politique intitulé « Crayon mine » (قلم رصاص : en jouant sur les mots, la traduction française évoque un peu l’allusion en arabe au côté « détonant/détonnant » de l’émission). Journaliste respecté qui a par exemple récemment reçu le prestigieux Media Accomplishment Award, l’animateur égyptien était devenu disponible après avoir été « débarqué » de Dubai TV, au début de l’année, en raison de propos jugés trop élogieux à l’égard du leader du Hezbollah (extrait de la vidéo en arabe).

Mais Hamdi Qandil est arrivé à un âge où l’on ne se refait plus : il n’a pas plus tôt commencé son émission sur Al-Libia, il y a quelques jours à peine, que ce nationaliste arabe incorrigible renouvelait ses critiques de la politique égyptienne et ses éloges de Hassan Nasrallah, en pleine campagne médiatique du Caire contre la « cellule terroriste du Hezbollah » inflitrée en Egypte !

L’incident diplomatique entre Le Caire et Tripoli n’a été évité qu’au prix d’une mesure aussi audacieuse que radicale du dirigeant de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste : du jour au lendemain, Al-Libia a été nationalisée et son directeur administratif jeté en prison (pour 48 heures), tandis que la chaîne satellitaire échappait au fils ambitieux pour redevenir, au sens propre du terme ou presque, la « télévision de papa » !

Une gestion aussi patriarcale de l’offre satellitaire est-elle encore possible dans un paysage médiatique profondément transformé par la révolution de l’information ? Après avoir essuyé un refus, sans nul doute poli, à Amman et à Dubai (aujourd’hui le plus gros pôle télévisuel de la région, avec près d’un quart des chaînes satellitaires arabes), Al-Libia vient d’annoncer sa prochaine installation à Londres, d’où elle émettra sur le satellite Hotbird.

Et il y a fort à parier que le « crayon mine » de Hamdi Qandil sera au programme !

(6 mai : en fait non ! Le quotidien Al-Quds al-‘arabi annonce ce jour que le journaliste égyptien aurait accepté l’offre de la chaîne libanaise Al-Manar. Même si les autorités égyptiennes ont immédiatement répliqué en menaçant d’en refuser la diffusion sur Nilesat, l’arrivée de Hamdi Qandil ne peut qu’ajouter à la popularité de la chaîne du Hezbollah, laquelle possède déjà un réel public au-delà du Liban et notamment  dans la Péninsule arabique.)

A ceux qui auront envie d’aller plus loin sur cette question, on signale la sortie, jeudi prochain, du livre dont la couverture illustre ce billet. Il regroupe les contributions d’une vingtaine de spécialistes qui proposent leur lecture de ce que les écrans – ceux des télévisions comme ceux des ordinateurs – nous disent du monde arabe actuel : Les Arabes parlent aux Arabes. La révolution de l’information dans le monde arabe, sous la direction de Yves Gonzalez-Quijano et Tourya Guaaybess, Sindbad, 270 pages, 25 euros.