Les chanteurs de Achoura et leurs engagements

baba Il y a quelques jours on a célébré, le 10 du mois de Mouharram, la mort – en l’an 680 – de Hussein, fils de ‘Ali. Contrairement à ce que l’on croit souvent, cette fête, connue sous le nom de Achoura, n’est pas exclusivement chiite. Au Maghreb, c’est un jour officiellement férié tandis qu’au Maroc ce jour de jeûne, recommandé par le prophète selon la tradition, est devenue une fête populaire, occasion pour le père Noël Baba Aïchour  d’offrir aux enfants des bonbons et des jouets.

Au Liban aussi, cette tradition ne cesse de s’inventer. A côté des rites d’autoflagellation, source inépuisable de photographies souvent « dérangeantes » (cet adjectif est à prendre dans plus d’un sens), on trouve toutes sortes d’autres pratiques. A l’imitation de l’Iran où elles existent depuis bientôt deux siècles, Achoura s’accompagne ainsi, depuis un bon siècle, de « représentations théâtrales », imaginées autour des épisodes dramatiques de la bataille de Kerbéla (voir cet article de Sabrina Mervin). Au fil du temps, conjointement à l’affirmation religieuse, culturelle et de plus en plus politique des chiites libanais, ces représentations, et les rites de Achoura en général, ont contribué à « marquer » le territoire chiite. Autrefois presque totalement ignorée dans la capitale libanaise, la célébration de Achoura y occupe désormais – au grand dam de certains ! – une place très importante, du moins dans ce qu’on appelle « la banlieue » (comprendre « sud et chiite », dahiyya).

Dans le texte précédemment cité, Sabrina Mervin rappelle les principales étapes du développement de ce « théâtre chiite », « entre rituel et spectacle ». Elle souligne notamment l’inévitable tension que suscite l’évolution des célébrations qui, avec le temps et le succès – et malgré l’opposition d’une partie du « clergé » chiite d’ailleurs, tendent à se professionnaliser et à perdre le côté amateur de leurs origines exclusivement familiales. En lisant cet article (en arabe) du quotidien Al-Akhbar, on peut percevoir un autre aspect des tensions nées de cette « extension du domaine de la fête », cette fois-ci dans le domaine de la chanson.

Depuis un certain nombre d’années en effet, la célébration de Achoura s’accompagne de plus en plus de véritables tours de chant donnés par ce qu’on appelle un râddûd (رادود). Amateur passionné à l’origine, à la rétribution largement symbolique, ce chanteur, au fur et à mesure que la Achoura s’est installée dans l’espace socio-économique libanais, a commencé à devenir une « vedette ». Rouage du marché de la festivité religieuse, il ne peut plus autant qu’avant échapper au dilemme que lui posent les exigences, largement contradictoires, des pratiques artistiques et politiques.

ali lionDans les célébrations de Achoura, une part importante – la part du lion devrait-on dire puisque c’est en quelque sorte le « totem » des Alides (les descendants de Ali) – revient à la principale organisation politico-communautaire du pays, à savoir le « puissant Hezbollah chiite armé » comme on dit désormais à l’AFP !!! Il se raconte ainsi qu’une des stars du métier, un certain Karbalaï (كربلائي), devait son succès au fait que le Sayyid (comprendre Hassan Nasrallah) appréciait tout particulièrement le timbre de sa voix. Mais cette année, il a dû céder la place à un de ses rivaux, Hussein al-Akraf (حسين الأكرف), fort probablement pour des raisons politiques à en croire Rami El-Amine, l’auteur de l’article mis en lien. Dans le contexte très particulier du moment, tant au Liban et dans l’ensemble de la région, il semble bien que la perte de prestige de Karbalaï tient à certaines divergences entre ses positions et celles du Hezbollah par rapport à des questions à la fois religieuses et politiques.

Simultanément, un autre râddûd, du nom d’Ahmad al-Hawîlî (أحمد حويلي), s’est également retrouvé mis quelque peu à l’écart pour une raison toute différente, à savoir le fait qu’il a eu la mauvaise idée de collaborer avec Ghassan Rahbani (le cousin de Ziad) pour la production d’une chanson pourtant « patriotique ». Même avec l’excuse de ce registre tout-à-fait légitime politiquement, on a dû juger que cette pratique commerciale n’était pas compatible avec le fait de se produire sur les tribunes patronnées par le Hezbollah à l’occasion de Achoura. Le jeune chanteur a donc dû choisir entre ses engagements religieux et une carrière plus mondaine, pour laquelle il rêve d’un public qui ne soit pas réduit à sa seule confession et à la seule période de cette fête religieuse !…

Pour ceux qui souhaitent se faire une idée de ce que peuvent interpréter les râddûd, ci-dessous Ghayyûr 3aleik (Je suis jaloux de toi) par Hussein al-Akraf

Divorce à la libanaise : le Sayyid et la Sayyida

feirouz2
Sur un site comme il en existe des milliers sur la Toile, un musicien libanais révèle que sa mère, artiste célèbre elle aussi, « aime beaucoup » le Secrétaire général du Hezbollah. Un entretien mis en ligne le 17 décembre, sous le titre « Ziad Rahbani (…) : J’ai confiance dans la résistance ». On y parle de toutes sortes de sujets, des intempéries dans le pays à la situation en Syrie en passant par la scène médiatique locale. Mais une phrase, une seule, a suffi à déclencher un déluge de protestations, elles-mêmes submergées par un raz-de-marée de répliques indignées : «  Feirouz aime beaucoup le Sayyid Hassan (فيروز تحبّ السيد حسن كثيراً ). Elle va me le reprocher, comme lors de cet entretien pour une télévision où j’avais parlé en public d’affaires privées et où elle m’avait interrompu. (Sourire) »

La belle affaire ! Donc, celle qu’on appelle la Sayyida – un des surnoms de Feirouz, littéralement « Madame », mais qui signifie aussi La Dame, y compris avec l’allusion à la vierge Marie (la chanteuse est née dans une famille chrétienne) – « aime beaucoup », aux dires de son fils, le Sayyid, littéralement « monsieur », mais il s’agit ici du titre donné à un descendant (mâle!) du prophète via ses petits-fils Hassan et Hussein et qui, employé de façon absolue, ne peut référer, sous une forme à la fois admirative et affectueuse, qu’au seul Secrétaire général du Hezbollah. Au vu du tollé suscité par sa déclaration, Ziad Rahbani « en a rajouté une couche » dans une émission de la chaîne Mayadeen (sur cette chaîne, voir ce billet) pour dire que « ceux qui attaquaient le Sayyid [Nasrallah]et la Sayyida [Feirouz] étaient les défenseurs d’Israël ».

Au Liban et ailleurs, la petite phrase du fils de Feirouz est devenue une véritable affaire d’Etat qui continue, deux semaines plus tard, à susciter de nombreux commentaires, en premier lieu chez les personnalités politiques. Ami d’enfance de Bachar El-Assad et héritier d’une famille politique maronite du Nord du pays considérée comme prosyrienne, Soleimane Frangié a ainsi « twitté » son appui à la chanteuse dont le soutien à la résistance « n’est pas étonnant » à ses yeux. Quant à Walid Joumblatt, autre féodal (druze, et dans le Sud cette fois), il a déclaré que la chanteuse était « trop éminente » pour être mêlée aux minables combats politiques du moment. Après Nabih Berri, le Président du Parlement libanais, qui a jugé bon de revenir lui aussi sur la question, le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah en personne, y a fait également une allusion transparente dans un discours prononcé le 20 décembre (courte vidéo ici) en ironisant sur la situation libanaise où certains réclament « un gouvernement neutre » (de technocrates) alors que le simple fait que quelqu’un dise apprécier quelqu’un d’autre – en l’occurrence la présumée sympathie de Feirouz pour sa propre personne – fait l’effet d’un tremblement de terre ! »

Bien entendu, les médias sont de la partie, et les réseaux sociaux plus encore. Parmi de très nombreux articles de presse, on doit signaler ceux du Al-Akhbar, qui a sans doute déclenché toute l’histoire en signalant le premier l’entretien de Ziad Rahbani dans un tout petit article en dernière page le 17 décembre. Deux jours après, le quotidien beyrouthin a publié une double-page (et un éditorial) en réponse à des réactions particulièrement violentes dans les médias sociaux. Parmi celles-ci, celle du célèbre éditorialiste Hazem Saghié utilisant sur sa page Facebook l’expression « feu Feirouz » (الراحلة) pour signifier ainsi que son idole d’hier n’existait plus désormais à ses yeux.

Ou encore, toujours sur les réseaux sociaux et sur un mode qui deviendra le principal argument des critiques des propos de Ziad Rahbani, l’argumentation développée par Fawwaz Traboulsi (le 19 décembre). Pour ce politologue et essayiste libanais, figure importante d’une partie de l’extrême-gauche locale (tendance plutôt trotskyste), il est pour le moins étonnant qu’une des plus belles voix arabes affiche son soutien à un religieux qui est « à la tête d’une parti qui interdit d’écouter la musique et les chants, sauf pour ce qui est des chants religieux et militants (hamâsiyya) et qui interdit d’écouter en particulier les chants interprétés par les femmes » (على رأس حزب يمنع الاستماع من الموسيقى والاغاني الا على الاناشيد الدينية او الحماسية وهو يمنع الاستماع خصوصا للاغاني التي تغنيها النساء بعامة). Un argument auxquels le camp opposé répond assez abruptement que « la voix de Feirouz l’emportera sur [celle du] Daash » (l’acronyme des combattants pour l’Etat islamique en Irak et au Levant).

Une semaine plus tard, la réaction de Fawwaz Traboulsi (voir par exemple le commentaire du 24 décembre toujours sur sa page Facebook, en réponse à une autre émission sur la chaîne Al-Mayadeen) fait encore couler beaucoup d’encre et plus encore de flux numériques, mais à cause d’une autre allusion. Il s’agit cette fois de « l’étroite relation » de Feirouz et des Rahbani « avec le gouvernement de la famille El-Assad et le régime bassiste syrien » (صلة وثيقة بحكم بيت الاسد وبالنظام البعثي السوري). Ce qui explique qu’il « n’est pas étonnant que cette vieille relation s’altère en une forme ‘d’amour’ pour le Secrétaire général du parti qui combat aujourd’hui en Syrie pour défendre le régime de la famille et du parti » (فلا عجب ان تنسحب تلك الصلة القديمة «حبّاً» لأمين عام الحزب الذي يقاتل الآن في سورية للحفاظ على نظام الاسرة والحزب).

feirouzOn pourrait ajouter à ce dossier bien d’autres éléments encore, ce qui naturellement incite à s’étonner – ou même à se désespérer – de voir les « meilleurs esprits » du pays et de la région se perdre ainsi en considérations oiseuses sur les choix politiques d’individus qui ne sont, après tout, que de simples vedettes de la chanson, surtout à un moment où il y a tant de raisons d’intervenir sur des sujets autrement plus graves. Mais ce serait ignorer le fait que ces échanges en apparence futiles dans le champ artistique et culturel sont précisément l’expression, ou encore le prolongement, des combats politiques. Bien entendu, autour des propos attribués à Feirouz par son fils (et résolument démentis depuis par sa sœur Rima !), on retrouve, en rangs bien ordonnés, les partisans du 8 Mars et ceux du 14, ceux qui considèrent que les combats en Syrie sont désormais totalement dominés par une conspiration internationale visant à affaiblir le « front de la résistance » et ceux qui pensent que l’existence de soutiens très douteux, sur le terrain comme dans les chancelleries, n’altère en rien l’authenticité du soulèvement du peuple syrien.

Futile et même désespérante par bien des côtés, cette polémique appelle encore d’autres remarques. On peut ainsi rappeler qu’elle a été provoquée par les propos d’un homme, Ziad Rahbani, dont on se plaisait à rappeler, il y a peu encore (cela veut dire quelques mois, deux ans tout au plus), qu’il symbolisait un certain esprit de révolte, une conscience refusant l’oppression politique, une sorte de modèle avant l’heure de l’esprit insurgé qui souffle depuis sur la région. Pourtant, en Egypte déjà (en mars 2013, à l’occasion d’un concert au Caire boycotté par une partie de la jeunesse révolutionnaire locale) mais plus encore en Syrie où on évoquait dans ce billet un concert donné en août 2008, l’image de Ziad Rahbani est désormais brouillée aux yeux d’une partie importante de son public.

Pour Feirouz, icône du monde arabe – la dernière sans doute car on ne rangera pas Haïfa Wehbé ou Tamer Hosny dans la même catégorie ! – le phénomène est encore plus visible, et même plus troublant. Pour plusieurs générations, depuis son apparition sur la scène arabe au milieu des années 1950 (en bonne partie via Radio Damas!), la diva est l’incarnation vivante d’un âge d’or marqué, entre autres choses, par la  formulation d’un « être arabe » dont la « sensibilité politique » était illustrée par exemple par des chansons offertes à Jérusalem, Damas ou Beyrouth, autant de capitales d’un « être ensemble » rendu possible par un projet commun.

Ceux qui se déchirent aujourd’hui autour des propos prêtés par Ziad Rahbani à sa mère le pressentent, le savent même : briser cette icône qu’est devenue Feirouz, c’est prendre le risque de rompre définitivement avec ce projet, c’est choisir un divorce qui risque fort de rendre impossible à l’avenir toute vie commune. Emportée par la passion, par la haine qui s’est installée sur la douleur des uns et des autres, la conciliation semble néanmoins impossible.

Formons malgré tout des vœux puisque c’est le moment de le faire…

En arabe dans le texte, les anathèmes diaboliques de cheikh Qardawi

 

Aujourd’hui, l’anathème désigne la réprobation générale, la mise à l’index, d’une personne ou d’une idée. Mais à l’origine, le mot appartient au vocabulaire religieux (catholique) et désigne la « sentence de malédiction à l’encontre d’une doctrine ou d’une personne jugée hérétique », ou bien encore la « peine ecclésiastique qui consiste à retrancher publiquement quelqu’un pour cause d’hérésie de la communauté des fidèles, à l’excommunier en le maudissant ».

Cette définition s’applique exactement à l’exercice d’exécration publique auquel s’est livré une des plus hautes autorités de l’islam sunnite, depuis longtemps mise sur orbite médiatique par la chaîne satellitaire Al-Jazeera. Cheikh Qardawi (Qaradawi, Qardhâwî, القرضاوي) a ainsi rompu avec le positionnement qu’il a longtemps affectionné, celui du champion de la « voie moyenne », celui qui se tenait loin des extrêmes et même à l’occasion celui qui se faisait le chantre de l’unité des musulmans, chiites et sunnites confondus. En l’espace de quelques jours, en public à Doha et sur son site internet, l’homme qui anime depuis des années les causeries religieuses d’Al-Jazeera (entre autres tribunes) s’est prononcé sur les questions actuelles en utilisant un langage d’une rare violence. Des diatribes qui ont fait du bruit dans le monde arabe mais qui ont eu beaucoup moins d’échos dans la presse internationale, ou alors sur un mode très édulcoré. Pour s’en tenir à quelques exemples, la BBC a ainsi titré que « le religieux Qardawi presse les sunnites de rejoindre les rebelles » (Qaradawi urges Sunnis to join rebels). Quant au New York Times, il va jusqu’à épouser la logique du dignitaire religieux en parlant d’« appel aux musulmans du monde pour qu’ils aident les rebelles syriens » (Sunni Cleric Issues Appeal for World’s Muslims to Help Syrian Rebels). Faut-il comprendre que, pour le NYT , les chiites ne sont pas musulmans ???!!!

Comme on le sait, à traduire il y a toujours danger de trahir. C’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit, comme dans les discours de cheikh Qardawi, d’un vocabulaire religieux chargé d’une histoire spécifique qui ne trouve pas forcément son équivalent dans d’autres aires culturelles, et notamment en français. Avec les précautions d’usage, on propose malgré tout cet essai de lecture de « Qardawi dans le texte », c’est-à-dire aussi près que possible de l’original, au risque de ne pas être toujours très élégant dans l’expression. En tout état de cause, ça ne sera pas pire que l’absence totale de verbatim dans les médias chargés d’informer, qui se taisent ou se contentent de résumés très édulcorés.

Pour ce faire, on peut utiliser la dépêche publiée sur le site d’Al-Jazeera, qui, curieusement, n’en fait pas des tonnes sur les déclarations fracassantes du Global Mufti qui fait pourtant partie de ses vedettes les plus célèbres. Illustré d’une photo prise à l’occasion d’un meeting de « solidarité avec le peuple syrien »(voir ci-dessus), tenu dans un stade de Doha, l’article, assez bref, propose un titre particulièrement neutre par rapport à ce qu’on trouve ailleurs dans la presse : « Qardawi attaque Nasrallah » (القرضاوي يهاجم نصر الله ). Avec toutefois un sous-titre qui donne le ton : « Il l’a décrit [= Nasrallah] comme le leader du « parti de Satan » » (وصفه بأنه زعيم « حزب الشيطان » ).

La formule est un classique des échanges musclés de la propagande politico-religieuse, et trouve des échos dans le répertoire coranique (voir ce commentaire de Nidal sur le site SeenThis). Dans le même registre, Qardawi pousse le bouchon un peu plus loin en jouant sur le prénom du Secrétaire général du Hezbollah, quelque chose comme « Victoire du démon » (nasr al-tâghût) en lieu et place de « Victoire de Dieu » (Nasr Allah « حزب الشيطان ونصرٌ للطاغوت » ). L’épithète est coranique elle aussi, et elle a « l’avantage » dans la réthorique de Qardawi de renforcer le jeu sur les mots en introduisant des connotations de tyrannie, bien présente dans cet autre terme (tâghût) utilisé pour désigner l’ennemi principal de Dieu…

Au moment d’entamer sa série d’imprécations, cheikh Qardawi souffre d’un désavantage réel, celui d’avoir été longtemps, non seulement l’avocat de la conciliation entre musulmans, mais également celui qui n’a cessé de prendre parti, des années durant, en faveur de Hassan Nasrallah et même de Bachar el-Assad. Dans cet article (en arabe), « un observateur basé à Londres » vient ainsi de dresser la longue liste des louanges tressées, à l’un comme à l’autre, par le cheikh égyptien devenu qatari entre 2004 (guerre d’Irak) et 2009 (bombardement de Gaza), avec le pic de popularité, partagé dans tout le monde arabe, de la « divine victoire » – voir ce billet – de 2008. Car à l’époque, on jouait déjà sur le prénom du Secrétaire général du Hezbollah, mais c’était alors pour chanter les mérites de cette « victoire de Dieu » (Nasr Allah).

La stratégie oratoire adoptée ne manque pas de souffle ! Transformant son handicap en avantage, Qardawi reconnaît haut et fort ses erreurs passées, avec une formule qui fait mouche (et que reprendront de très nombreux commentateurs arabes) : ceux qui étaient plus critiques que moi vis-à-vis de Nasrallah et des chiites en général ont été plus « mûrs » (en arabe أانضج, mûr, réfléchi, adulte…). Il n’hésite pas à le clamer haut et fort : « Les chiites m’ont trompé » (الشيعة خدعوني). L’expression est violente, et elle le devient plus encore lorsque sont expliquées les circonstances qui éclairent cette volte-face : « La révolution syrienne a dévoilé la vérité et mis en lumière la réalité (haqîqa) du Hezbollah et des chiites dont le Diable s’est emparé en leur faisant oublier Dieu ! » « إن الثورة السورية أجلت الحقيقة وبينت حقيقة حزب الله وشيعته الذين استحوذ عليهم الشيطان فأنساهم ذكر الله ».

La suite est dans la même veine, avec des attaques contre les chiites qui n’auraient d’autre objectif que de liquider les (vrais musulmans) sunnites : « Les chiites se tiennent prêts, ils dépensent sans compter pour perpétrer des carnages (majâzir) en Syrie et anéantir les sunnites. » « أن الشيعة يعدون العدة وينفقون المال من أجل تنفيذ مجازر في سوريا للفتك بأهل السن »

Une autre des stratégies rhétoriques utilisées consiste à brouiller sans cesse les frontières doctrinales et géopolitiques. A plus d’une reprise, les chiites sont volontairement associés aux Iraniens, tandis que les (vrais) musulmans sont, forcément, sunnites : « Il n’y a pas de terrain commun [possible] entre les deux camps car les Iraniens – en particulier les conservateurs – veulent manger (akl souvent traduit par devor dans les versions anglaises) les sunnites. » « لا أرضية مشتركة بين الجانبين لأن الإيرانيين وخصوصا المحافظين منهم يريدون أكل أهل السنة »

Envolée finale, l’énonciateur s’appuie sur son autorité religieuse pour prononcer des jugements sans appel : « Il [l’ancien président Hafez el-Assad] appartenait à une confession (tâ’ifa) plus mécréante que les chrétiens et les juifs, dans la mesure où ses adeptes ne suivent aucune des lois de l’islam. » « ينتمي لطائفة أكفر من النصارى واليهود، كون أتباعها لا يقومون بأي شعيرة من شعائر الإسلام » (La version anglaise du New York Times choisit le terme « infidèle » pour traduire kâfir, mot qui désigne tout de même le péché d’impiété maximal.)

aqConclusion inévitable, livrée lors du prêche du vendredi dans une mosquée de Doha et sur le site du cheikh médiatique (selon la BBC qui le crédite de 60 millions de téléspectateurs) : « Tout musulman ayant une formation militaire et capable de le faire doit se présenter pour aider les révolutionnaires syriens. » « كل مسلم مدرب على القتال وقادر عليه ان يقدم نفسه لمساعدة الثوار السوريين »

On notera que dans la dépêche de la BBC, et sans nul doute dans bien d’autres articles, muslim est traduit par Sunni ! Bel exemple d’à-peu-près journalistique. S’il en avait lui-même la force (il s’approche des 90 ans tout de même), il aurait lui-même combattu à Qussayr, précise le cheikh de Doha ! De même, pour parler des alouites dans le cas syrien, et des chiites en général , Qardawi utilise des termes extrêmement péjoratifs, tels que nusayri pour les premiers – sur l’histoire de cette « communauté, voir les deux billets très détaillés de B. Paoli – et râfidîns pour les seconds) : autant d’attaques, proches de l’insulte en fait, que la traduction rend parfaitement invisibles.

Certes, comme finit par le noter tout de même le correspondant à Doha de la BBC et quelques autres commentateurs (voir le site de la chaîne saoudienne Al-Arabiyya), il y a un risque de dérive sectaire ! C’est le moins que l’on puisse dire en effet en découvrant un discours d’où se dégage une formule qui a marqué les esprits et que l’on retrouve dans plusieurs titres (sans parler des réseaux sociaux) : « Comment 100 millions de chiites peuvent-ils l’emporter sur 1 milliard et 700 00 millions ? Parce que les musulmans se laissent faire ! » « كيف ل100 مليون من الشيعة ان ينتصروا على مليار و700 مليون ؟ لان المسلمين متخاذلون »

Pour cette haute autorité religieuse, il n’est plus apparemment de musulmans que sunnites, et les chiites, dans leur totalité apparemment, sont envoyés au diable ! Un amalgame qui s’inscrit dans le récit (narrative) que Qardawi s’est manifestement donné pour mission d’inculquer à ceux qui croient en son enseignement. Et pour constater combien un tel discours réussit à enflammer des esprits déjà très échauffés, il suffit de lire les commentaires laissés par les internautes sur quelques sites d’actualité (voir quelques liens en bas de ce billet).

Plus grave encore, tous ces propos ne sont pas le fruit d’une exaltation passagère à l’occasion d’un meeting particulièrement chaud. Ils correspondent à une campagne de communication qui s’est déroulée sur plusieurs jours et sur plusieurs supports (live devant les fidèles, site internet et relais médiatiques). Leur lecture attentive permet de se rendre compte que les mots, aussi bien que les arguments, ont été choisis avec attention. Le « harcèlement textuel » des « machine à raconter », propre au storytelling analysé par Christian Salmon, fonctionne à plein régime. Comme on l’écrivait dans ce précédent billet, aucun hasard dans tout cela et les hommes de religion, plus largement les producteurs de valeur pour parler en sociologue, ça sert aussi à faire la guerre !

Une réalité que n’ignorent pas les Iraniens, eux qui ont été les premiers, en 1989, à jouer dangereusement sur la fibre musulmane lors de la publication des Versets sataniques, le roman de Salman Rushdie objet de la célèbre fatwa de l’imam Khomeini. Un quart de siècle plus tard, voilà maintenant les « anathèmes diaboliques » de cheikh Qardawi.

Des liens pour lire quelques commentaires enflammés (il y en a quelques-uns en anglais ou français) : Elaph.com, Middle East Online, Al-Hayat ou encore Al-Quds al-‘arabi.