Les dessous politiques d’un emprunt littéraire : Ahmed Chawqi et le ministre saoudien de la Culture

Ahmad_shawqy
Ahmed Chawqi, accablé à l’avance par la destinée de sa poésie.

À la mi-août, Adel al-Toraifi (عادل زيد الطريفي), le ministre de l’Information et de la Culture en Arabie saoudite, prononçait quelques mots lors d’une rencontre en présence du « prince de La Mecque » (une sorte de gouverneur). Un mois plus tard, on en parle encore sur les réseaux sociaux où l’on se déchire entre soutiens et adversaires de ce jeune loup de la politique.

Annoncés comme étant « préparés » par lui, ce docteur en sciences politiques, ancien rédacteur en chef du quotidien Al-sharq al-awsat et directeur général de la puissante chaîne de télévision Al-Arabiyya, devenu, à 33 ans, le plus jeune ministre de la (relativement brève) histoire du Royaume, a lu au micro quelques vers en l’honneur de son hôte. Hélas pour lui, il est très vite apparu que ces vers de circonstance étaient très visiblement démarqués d’un célèbre poème composé par le « prince des poètes », Ahmed Chawqi (1868-1932).

Très rapidement, les réseaux sociaux se sont fait l’écho de cet emprunt désigné traditionnellement en arabe sous le terme de sariqa (سرقة : littéralement « vol »). Parmi bien d’autres voix, un important critique saoudien, Abdullah al-Ghadhâmi (al-Ghatami, عبد الله الغذامي), a fait part de son étonnement de voir ainsi pillé, par celui qui en a en principe la garde, l’héritage littéraire d’une des plus grandes figures du patrimoine arabe moderne.

Quelques semaines plus tard, l’affaire rebondissait lorsqu’un critique local, Hussain Bafagih (حسين بافقيه ), s’est plaint d’avoir été brutalement écarté du journal pour lequel il avait l’habitude d’écrire, suite à l’intervention du ministre qui n’aurait pas apprécié de se voir traité de plagiaire. Quoi qu’en dise l’intéressé, menteur par ailleurs quand il soutient qu’il n’est en rien la cause de cette mise à pied, le critique affirme que « selon les coutumes littéraires et d’après les critères du vocabulaire critique, les vers [du ministre] ne relèvent pas de la mu’âradha [joute poétique sous forme de pastiche], ni du tadhmin [allusion implicite par enchâssement d’une citation], ni de l’intertextualité, quoi qu’en aient dit certains pour le sortir de l’impasse ». “وبحسب الأعراف الأدبية، وبحسب مقاييس النقد الأدبي ومصطلحاته فإن الأبيات ليست (معارضة)، ولا (تضمينا)، ولا (تناصًّا)، مهما بحث البعض عن (مخرج)

À nouveau, le très respecté Abdullah Al-Ghadhâmi a jugé bon d’intervenir publiquement, via Twitter comme à son habitude, pour parler d’« un jour triste pour la culture saoudienne, jour dans lequel un auteur est « arrêté » parce qu’il a critiqué un ministre, un ministre qui réprime une voix de la culture pour assouvir une vengeance personnelle »: “يوم محزن لثقافتنا، يتم إيقاف كاتب لأنه انتقد الوزير، وزير الثقافة يقمع صوت الثقافة ثأرا لشخصه” (habilement, al-Ghadhâmi joue sur le mot iqâf, qui signifie à la fois « arrêter », au sens légal du terme, mais aussi « faire cesser », en l’occurrence faire taire le critique tenu à l’écart du journal dans lequel il avait l’habitude d’intervenir).

Ce petit scandale dans le Landerneau culturel saoudien mérite quelques commentaires. D’abord, il a l’intérêt de mettre en lumière une attitude très ancienne – mais encore assez vivante de nos jours, au moins dans certaines sensibilités –, propre à la littérature arabe classique vis-à-vis des « emprunts » faits aux illustres devanciers. Dans une tradition esthétique qui a longtemps privilégié l’imitation plus que l’innovation (et, dans cette dernière, sa capacité à « déborder » légèrement l’héritage des Anciens pour, en quelque sorte, le dépasser tout en se situant dans son prolongement), il est vrai que l’on ne saurait estimer, selon les seuls critères actuels, les notions d’emprunt, de plagiat, d’imitation, de calque, de pastiche et même de « vol » littéraire, notions qui ont presque totalement changé de valeur avec la période de la Renaissance arabe (nahda) introduisant, vers la fin du XIXe siècle, une conception « moderne » de la création, globalement plus fidèle aux canons occidentaux. D’ailleurs, certains défenseurs du jeune ministre saoudien n’ont pas manqué de mettre en avant les règles, parfaitement codées par la critique ancienne, de la mu’âradha, cette joute poétique sous forme de pastiche qui peut être, selon les cas, totale ou partielle.

Dans le même esprit, on remarque aussi combien, en Arabie saoudite comme ailleurs dans la région (sinon davantage par rapport à d’autres pays voisins), l’art poétique continue à charrier d’étonnantes charges symboliques ; la poésie, pour pasticher (à notre tour) la célèbre formule de Durkeim, y est vraiment « un fait social » à part entière. Sur un autre plan, on ne peut manquer d’observer également, une fois de plus, combien les médias sociaux, Twitter en particulier et Internet en général, offrent un espace d’expression qui fait sans doute particulièrement défaut dans un pays où les voix discordantes trouvent peu d’espace où s’exprimer.

Enfin, il est facile de comprendre également que ces débats esthétiques se font le relais d’enjeux politiques, locaux et régionaux. À l’échelle du pays, on note très vite que ceux qui s’en prennent aussi vigoureusement à l’indélicatesse littéraire du jeune ministre de la Culture critiquent en réalité des changements au sein du pouvoir, ceux que mène avec beaucoup d’impétuosité le très pressé Mohammed ben Salmane Al Saoud, vice-prince héritier, à trente ans à peine, d’une puissante monarchie plutôt habituée à la gérontocratie. Sur le plan régional, il est tout aussi manifeste que les critiques acerbes qu’on a pu observer en Égypte sont une manière de répondre à l’humiliation ressentie dans ce pays face à la toute-puissance des rois du pétrole, récemment illustrée par la « cession » (suspendue pour l’instant) de Tiran et Sanafir, au débouché de la mer Rouge. Comme l’ont signalés quelques internautes locaux : ayant « acheté » ces deux îlots stratégiques, peut-être les Saoudiens se sentent-ils également autorisés à « emprunter » sans vergogne les trésors de la culture égyptienne…

Salade de pays et usurpation d’identité

Il arrive qu’une salade de pays donne des aigreurs d’estomac. Cette « salade de pays », ce n’est pas la salata baladi, titre du savoureux – et dérangeant – film de Nadia Kamel (voir ce billet) mais un prétendu fleuron de la cuisine israélienne, la fameuse israeli salad dont un article de la version anglaise de Wikipedia nous rappelle qu’on l’appelle tout de même parfois « salade arabe » !

En effet, difficile de parler de « salade israélienne », sauf à imaginer que personne n’ait jamais goûté de salade de concombres et de tomates dans les pays du pourtour sud-est de la Méditerranée avant la création d’Israël en 48 !

Comme s’en amuse l’auteur de Loubnan y loubnan qui parle ensuite très drôlement sur le « Rrroumous du Rrrrizbollah« , les frontières de la gastronomie recoupent rarement celles de la politique et la paternité des plats dits nationaux est loin d’être évidente (surtout depuis que le couscous est devenu le must des cantines hexagonales…) ! Pour autant, un des défenseurs du patrimoine culinaire oriental, Rudolf El Kareh, le chantre du « mezzé libanais« , n’a pas forcément tort (article en arabe) lorsqu’il incite les responsables arabes à protéger davantage leur patrimoine culinaire si l’on ne veut pas voir sur le marché étasunien, comme cela se serait produit en 1997, du Kefraya israélien (Château Kefraya étant un des grands crus de la Bekkaa… libanaise).

Assez naturellement tout de même, les voisins de l’Etat israélien sont un peu agacés de constater que le nouveau venu dans la région a tendance à s’accaparer tout ce qui est à sa portée. Maha Saqa (مها السقا), directrice du Centre du patrimoine palestinien, rappelle (article en arabe) ainsi que les robes portées par certaines hôtesses d’El Al ne sont pas israéliennes quoi qu’en dise la communication de la compagnie nationale de l’Etat hébreu, et que la tradition dans la région de broderies finement ouvragées sur les vêtements féminins, remarquée par les voyageurs européens en Orient au XIXe siècle remonte sans doute au temps des Cananéens, un peuple dont on affirme dans la Bible (une source digne de foi, c’est le cas de le dire !) que l’existence est antérieure à celle des Hébreux !

D’autres se sont irrités de constater que l’Etat israélien avait choisi de représenter les produits de sa terre nationale, dans un jardin créé à Pékin à l’occasion des jeux Olympiques, par une fleur qu’on appelle de tout temps en Palestine la « corne de gazelle », et même par l’olivier, ce qui ne manque pas d’audace de la part d’une puissance occupante dont les bulldozers ont arraché par milliers ce symbole de la longévité de la présence palestinienne, et de sa résistance…

En définitive, Bilal al-Shubaki (بلال الشوبكي), un politologue palestinien enseignant à Naplouse, tire (article en arabe) le meilleur constat possible de telles pratiques. Comme il le dit avec philosophie, cette manière de piller le patrimoine de celui dont on s’acharne à nier l’existence révèle précisément les faiblesses de la nation israélienne et son incapacité à se créer son propre imaginaire national.

Un autre cas « d’usurpation d’identité » mérite encore d’être cité (article en arabe), celui de l’universitaire israélienne Gannit Ancori, professeur d’histoire de l’art à l’Université hébraïque de Jérusalem. Pour son ouvrage, Palestinian Art (Reaktion Book, Londres 2006), elle a semble-t-il largement utilisé le travail de Kamal Boullata (كمال بلاطه), un artiste et historien de l’art palestinien, dont elle parle abondamment mais sans dire vraiment ce qu’elle lui doit. Une vive polémique s’en est ensuivie entre l’artiste et l’universitaire israélienne auteur du premier livre en anglais consacré à l’art palestinien ! Accusée de plagiat, celle-ci, aidée par un cabinet étasunien spécialisé, a été dédommagée du préjudice subi lors d’articles écrits à ce propos à hauteur de 30 000 dollars par la revue ArtBook et 75 000 par le Art Journal. Une assez bonne affaire en termes de droits d’auteur !

Par ailleurs, Al-Quds al-‘arabi signalait début septambre qu’on a retrouvé dans les locaux de l’ambassade de Palestine à Rabat une cinquantaine de films remontant aux années 1960 et 1970. De quoi restituer une partie de la mémoire de la résistance palestinienne emportée et/ou détruite par les forces armées israéliennes lors de leur « visite » aux archives de l’Institut d’études palestiniennes de Beyrouth, durant l’été 1982.

Illustration : Couverture de Mémoire de soie, costumes et parures de Palestine et de Jordanie (Paris, IMA-EDIFRA, 1988), le catalogue de l’exposition de la collection de Widad Kawar (un entretien avec elle) à l’Institut du monde arabe de Paris en 1988.