Après le désastre, un jour, la régénération arabe ?

 

Actuelle page d'accueil du site Mideasttune.
Actuelle page d’accueil du site Mideastunes.

ما رأيك بالربيع العربي وكيف تقرأه؟
ــ تلك حركات هامة جداً في رأيي، تمثّل احتجاجات قويّة على الأوضاع العربية وبخاصّة على أنظمة الاستبداد والفساد التي سادت في معظم الدول العربية، وهي حركات احتجاجية تأخذ مسالك ثورية، لكنّنا لا نعرف بالضبط ما إذا كانت ستحقق ذاتها كثورات. المسألة مختلفة من بلد إلى آخر. ما كنّا نقوله منذ أشهر لم يعد صالحاً اليوم، أعني أنّ الأمل الذي أُثير من ثورتَي مصر وتونس أصبح النظر إليه اليوم مختلفاً، لأنّ المشهد العربي اليوم يضعنا أمام مقاومات وتناقضات وتداخلات معقّدة، يضعنا أمام أوضاع عاصفة يجد الحراك الثوري فيها صعوبة للتقدم كما في اليمن، وفي البحرين. المشهد السوري أعقد من كلّ المشاهد التي عرفناها، ولا نعرف إلى أين يسير. هناك إصلاح مطلوب وموعود، ولكنّنا لا نعرف تحديداً إن كان سينجح النظام القائم بالسلوك فعلياً نحو ذاك الإصلاح. إذاً نحن اليوم أمام تحرّك عربي كبير، ومخاض شاركت فيه قوىً كبيرة وخاصة قوى الشباب، لكنّنا لا نجد وضوحاً في البرامج والوسائل والمسالك، وكأنّنا في حالة من التجربة والخطأ، وهذا لا ينبئ بأنّ الربيع العربي سيسير نحو مآلات مضمونة أو مدروسة بما فيه الكفاية. على أي حال، ما جرى تحرّك مهم جداً أخرج العالم العربي من حالة الجمود والركود التي كان فيها لعقود طويلة، وأحيا الأمل بأنّ الشعوب العربية والأجيال الجديدة في العالم العربي يمكنها أن تسعى وأن تعمل بجد في سبيل مستقبل أفضل تحت راية الديموقراطية. أنا من المنظرين المعروفين في العالم العربي لما يسمى بالنهضة العربية الثانية. كتبت في الموضوع أكثر من مرّة، وأرى أنّ ما يجري الآن في العالم العربي هو محطّة للخروج من الهزيمة التي وقعت على العالم العربي منذ حرب حزيران 1967، وذلك في اتجاه النهضة العربية الثانية.

Que pensez-vous du Printemps arabe ? Quelle en est votre lecture ?
Ces mouvements sont très importants à mon avis. Ils représentent une protestation très forte contre la situation dans le monde arabe, et en particulier contre le despotisme et la corruption des régimes en place dans la plupart des pays. Ce sont des mouvements de protestation qui prennent une voie révolutionnaire, même si nous ne savons pas vraiment s’ils se réaliseront pleinement en tant que révolution. La situation diffère d’un pays à un autre et ce que nous disions il y a quelques mois ne tient plus aujourd’hui. Ce que je veux dire, c’est que l’espoir qu’avait fait naître la révolution en Tunisie et en Égypte n’est plus le même aujourd’hui avec une scène arabe où l’on assiste à toutes sortes de combats, de contradictions, d’ingérences complexes. C’est une tempête dans laquelle le mouvement révolutionnaire a du mal à progresser comme au Yémen ou au Bahreïn. La situation en Syrie est la plus complexe que nous ayons jamais connue et nous ne savons pas comment cela évoluera. Il y a une réforme réclamée et promise mais on ignore si le régime actuel sera capable ou non de la réaliser. Nous sommes par conséquent aujourd’hui en présence d’un grand changement, d’une naissance à laquelle participent des forces multiples, dont celles de la jeunesse, mais les programmes, les moyens, les processus restent difficiles à discerner, comme si nous étions dans une phase d’expérimentation avec ses échecs, qui font comprendre qu’on ne se dirige pas vers des résultats certains et attendus. En tout cas, ce qui s’est passé est extrêmement important. Il a fait sortir le monde arabe de l’immobilisme et de la torpeur qui régnaient depuis de longues décennies. Cela a redonné l’espoir que les peuples arabes arabes, les générations à venir soient capables d’œuvrer sérieusement à un avenir meilleur sous le signe de la démocratie. Je fais partie de ceux qui sont connus dans le monde arabe pour avoir théorisé la seconde Nahda (renaissance) arabe, un sujet sur lequel j’ai écrit à de nombreuses reprises. Pour moi, ce qui se passe aujourd’hui est une étape sur la voie qui mettra fin à la défaite dans laquelle vit le monde arabe depuis 1967, sur la voie de cette seconde Nahda arabe.

Le philosophe libanais Nassif Nassar livrait cette lecture raisonnablement optimiste du “Printemps arabe” lors d’un entretien publié en octobre 2011. Avec ses soixante-dix ans bien passés fait-il preuve du même “optimisme de la volonté” après la longue litanie de drames, et même d’horreurs, à laquelle on a assisté depuis ? À l’heure d’une possible signature d’un accord entre l’Iran et les USA, on peut se prendre à rêver que la longue descente aux enfers du monde arabe trouvera une fin pas trop lointaine. Il sera bien temps alors d’essayer de dresser un bilan de ces quelques années. Les jeunesses arabes, celles qui ont ouvert, bien malgré elles, cette épouvantable séquence dans l’histoire de cette région, auront la responsabilité de reconstruire quelque chose. La tâche semble impossible ou presque aujourd’hui, mais c’est peut-être oublier combien leur révolte, lorsqu’elle a éclaté à la fin de l’année 2010, était inattendue et combien on continue à ignorer leur énergie créatrice.

Une des meilleures façons de s’en rendre compte, c’est de se mettre, littéralement parlant, à leur écoute, en offrant une image parfaitement inversée des fous furieux et autres désespérés qui mettent à mort un passé dont ils se croient les authentiques héritiers. Avec son interface bilingue (qui fonctionne mieux sur Chrome hélas) offrant pas loin de 1 500 groupes et plus de 8 000 morceaux, dans tous les styles imaginables, Mideast Tunes, une plate-forme portée par une ONG active depuis une dizaine d’années au Bahreïn, permet d’imaginer ce que pourrait être cette région si elle vivait – si on lui permettait de vivre – une “seconde renaissance”.

https://www.ulule.com/onorientour/
https://www.ulule.com/onorientour/

Plus modeste mais aussi plus transparente aussi dans ses financements – au point d’ailleurs que votre aide est bien venue pour contribuer à la réalisation de ses projets –, l’initiative de quatre jeunes “explorateur.e.s” qui souhaitent prolonger leur guide culturel sur internet, Onorient, par une immersion, cinq mois durant, dans les scènes d’un monde arabe. Une jeune génération régénérante !

 

 

Le numérique arabe : quelques données et des interrogations

GoogleArabeEn guise de billet cette semaine, ces statistiques sur l’utilisation d’Internet publiées en juillet dernier sur le blog de Social4ce, une société qui vend ses services aux entreprises désireuses d’utiliser les médias sociaux dans leur business.

Quelques-unes des données les plus significatives : aujourd’hui, plus de 40 % de la population du Moyen-Orient utilise Internet (2/3 d’hommes, 1/3 de femmes, entre 18 et 24 ans pour 36 % d’entre eux). Parmi ces internautes, ils sont presque 90 % à utiliser les réseaux sociaux quotidiennement. Facebook se taille la part du lion (94 % des utilisateurs des réseaux sociaux qui, pour 24 millions d’entre eux, se connectent à leur page quotidiennement).

Twitter vient derrière, avec 6,5 millions d’utilisateurs (actifs pour plus de 3,7 millions d’entre eux), ce qui fait tout de même 10 millions de tweets par jour. L’Arabie saoudite se distingue, avec 1/3 de la population présente sur cette plate-forme, le plus fort taux de pénétration dans le monde pour Twitter.

Chaque jour, ce sont plus de 250 millions de vidéos qui sont visionnés par les internautes arabes (deux heures de vidéos déchargées chaque minute), et pour presque un tiers d’entre elles, en Arabie saoudite. Moins de 6 millions d’utilisateurs pour Linkedin, mais les choses changent rapidement car, aux Emirats arabes unis, la progression est de 45 % en un an seulement.

Autant de données impressionnantes, qu’il convient de mettre en relation avec le rôle que jouent désormais les géants nord-américains de l’Internet, Google en tête. Repéré par Seenthis, un article dans Newsweek propose de larges extraits de When Google met Wikileaks, le dernier livre de Julian Assange. A partir d’une visite que lui rendirent, en juin 2011, Eric Schmidt et Jared Cohen, respectivement P.-D.G. de Google et directeur de Google Ideas, le fondateur de Wikileaks analyse en détail le rôle politique que joue désormais le super-moteur de recherche, en évoquant en particulier les activités fort suspectes du dernier nommé dans les circonstances qui ont permis ce qu’on a appelé “le printemps arabe”.

Des informations déjà évoquées çà et là (et notamment dans mes Arabités numériques), mais elles proviennent cette fois d’un témoin direct et d’un acteur de premier plan dont la conclusion mérite d’être méditée :

If the future of the Internet is to be Google, that should be of serious concern to people all over the world—in Latin America, East and Southeast Asia, the Indian subcontinent, the Middle East, sub-Saharan Africa, the former Soviet Union and even in Europe — for whom the Internet embodies the promise of an alternative to U.S. cultural, economic, and strategic hegemony. A “don’t be evil” empire is still an empire.

“Si Google doit être l’avenir d’Internet, cela devrait constituer un réel souci pour toutes sortes de gens en Amérique latine, en Extrême-Orient et en Asie du Sud-Est, dans le sous-continent indien, au Moyen-Orient, en Afrique sub-saharienne, dans l’ex-URSS et même en Europe, ceux pour lesquels Internet incarne la promesse d’une alternative à l’hégémonie culturelle, économique et stratégique des USA. Un empire qui “ne fait pas le mal” [la devise de Google], reste un empire.”

Promesses de “printemps” dans les réseaux sociaux saoudiens

saoudieathéiste

On ne prête qu’aux riches ! S’il s’agit de l’attention médiatique, la formule s’est vérifiée une fois de plus avec les très nombreux commentaires, dans le monde arabe en particulier, suscités par la mise en ligne sur YouTube de brèves vidéos saoudiennes contestataires. Depuis quelques semaines, différentes vidéos (article en arabe dans Al-Akhbar avec de larges traductions en anglais) d’un genre particulier ont été « postées » sur YouTube, lequel joue en Arabie saoudite qui en est, ainsi que de Twitter, un des plus gros utilisateurs mondiaux, un rôle très particulier, comme une sorte de chambre d’écho sociale et politique des débats qui se tiennent difficilement ailleurs.

Sur les vidéos en question, visionnées plusieurs millions de fois pour certaines d’entre elles, on voit invariablement, en plan rapproché (souvent avec un cadrage inférieur à celui de l’image, ce qui doit correspondre à l’usage d’un smartphone ou quelque chose de ce genre) un homme qui adresse à la caméra un discours véhément, lequel s’achève, dans la plupart des cas, par la mention de son identité attestée par un document brandi devant l’objectif de la caméra.

C’est Abd-al-Aziz Muhammad (bin al-fahd) al-Dusari qui, le premier, a rappelé au roi du pays, dans une vidéo de trente secondes mise en ligne le 22 mars, qu’il ne pouvait pas s’en sortir avec moins de 500 euros par mois. « Est-ce que ça suffit pour une dot, pour une voiture, un foyer ? Nous sommes à bout et vous condamnez ceux qui posent des bombes. Frère ! [Il s’agit du roi] Combien de temps nous faudra-t-il supplier pour recevoir l’argent du pétrole ? Donnez-nous ce que vous jetez par les fenêtres, vous et vos enfants, donnez-nous ce qui est notre droit. » (، هل هذه تكفي المهر ولا (أو) سيارة ولا (أو) البيت… يا أخي ملّينا، وتلومون اللي يفجرون… يا أخي اعطونا الى متى نشحدكم من البترول يا أخي. أعطونا ما تلعبون به أنتم وعيالكم… اعطونا من حلالنا. )

Dès le lendemain, Abdullah (Mabruk) Bin-Uthman al-Ghamdi apparaissait à son tour sur YouTube pour dire combien il était d’accord avec al-Dusari et pour appeler d’autres Saoudiens à l’imiter pour que leur voix atteigne « le Gardien des deux saintes mosquées » et qu’il mette un terme à la corruption et à l’injustice dans son pays. Le 27, c’est au tour de Sa’ud (Mardi Abdullah al-Bidani) al-Harbi qui revient sur des demandes tellement « simples » : se loger, avoir une vie décente… « Pas besoin d’avoir recours à Twitter ou quelque chose de ce genre… Toutes nos demandes, vous les trouverez dans la corbeille à papiers d’Al-Toueijri [le conseiller du roi]. Ne poussez pas les gens à protester, ne les obligez pas à descendre dans la rue parce que les voitures noires de la police sont tout simplement pas assez nombreuses par rapport aux voix des gens qui sont libres. C’est facile pour nous de descendre dans la rue et de réclamer nos droits, pacifiquement bien entendu. » ( مطالبنا سهلة… ليس هناك حاجة لفتح باب تويتر أو ما شابه. كلها موجودة في سلة مهملات التويجري (أي خالد التويجري مستشار الملك عبد الله)، لا تلزمون الشعب بالتحرك السلمي، لا تلزمونا بالنزول للشارع، ببساطة لأن عدد سيارات اليوكن الأسود أقل بكثير من عدد الأحرار فنحن من السهل أن نذهب ونطالب بحقوقنا بطريقة سلمية طبعاً )

Le ton monte progressivement, ainsi que le rythme des apparitions. Le 30 mars, c’est un médecin, Abd-al-Rahman Ali Ahmad al-Ghreidi al-Assiri, qui confirme la pauvreté qui sévit dans certaines régions du pays. Le 31, Wafi Mardi Abdullah al-Bidani al-Harbi, le frère de Sa’ud qui avait pris la parole quatre jours plus tôt et Mu’adh bin Sulaiman Al-Juhani interviennent, l’un et l’autre pour protester contre les arrestations de ceux qui ont osé prendre ainsi la parole publiquement sur YouTube. Le 2 avril, les fortes têtes reçoivent un nouveau soutien, anonyme cette fois, ce qui se comprend mieux au regard de la répression et du message qui est lancé : « Vous les gens des deux saintes mosquées, tous les peuples chassent leurs gouvernants quand ils se sont comportés en voleurs… Alors, quand dirons-nous aux voleurs qu’ils n’ont pas leur place chez nous ? » ( كل شعوب الأرض تأتي بحكامها وتطردهم عندما يتحوّلون الى لصوص، فمتى نقول للصوص لا مكان لكم بيننا)

Il y a eu aussi la création sur Twitter, de hastags tels que « le peuple a son mot à dire » (الشعب يقول كلمته) ou bien « mon salaire ne me suffit pas » et même « le roi ne me représente pas » ! Et également de nouvelles prises de position publiques sur YouTube. La plus spectaculaire peut-être reste celle d’une jeune femme (vidéo ici) qui intervient voilée, selon les normes en vigueur dans son pays, mais qui brandit tout de même rituellement sa carte d’identité (avec sa photo masquée) à l’appui de ses dires : en gros, je suis avec les braves qui ont pris la parole, je parle en toute connaissance de cause contre la corruption et le reste de ce qui ne va pas dans le pays…

Pour l’heure, il n’y a pas eu d’interventions plus récentes. Il faut dire que la répression, même si elle n’est pas connue dans ses détails, est sévère, comme d’habitude pour ce genre de délits : prison ferme, interdiction de voyager, amende, interdiction d’utiliser les réseaux sociaux…. Plus encore que les années précédentes (voir quelques références à la fin de ce billet) les sanctions sont sévères. Au début du mois de mars, deux hommes ont ainsi été condamnés pour des Tweets à neuf et dix ans de prison. L’un d’entre eux (pour l’autre, son identité n’a pas été révélée) est un jeune militant de 23 ans, Muhannad al-Moyahmeed, condamné pour un crime qui est en soi tout un programme, « sédition contre l’Etat et moquerie à l’encontre de son chef » («التحريض على الدولة والسخرية من وليّ الأمر»)…

Qu’est-ce qui fait donc si peur aux autorités saoudiennes ? demande ingénument la chercheuse saoudienne très critique (vivant en Grande-Bretagne) Madawi Al-Rasheed. Dans un entretien (en anglais), elle revient sur le rôle d’internet en évoquant notamment la diffusion virale, sur la Toile, d’images révélant le luxe fastueux du palais royal, mises en circulation à l’occasion de la visite récente de Barack Obama. Dans ce pays où toute expression politique est muselée, les réseaux sociaux ne sont-ils pas la seule manière ou presque d’exprimer une parole publique ? A ceux qui pourraient lui rétorquer qu’il existe malgré tout des lieux, tels que les traditionnelles assemblées privées (diwaniyyés) et autres clubs et cafés plus ou moins culturels, on signalera que, précisément, la dernière foire du livre de Riyad, un des timides lieux d’échanges (d’autant plus que c’est [parfois] mixte !!!) a connu en mars dernier une censure plus rigoureuse que jamais.

Après trois années relativement « libérales », les autorités saoudiennes semblent bien changer de tactique et choisir la répression à outrance (article dans le Gardian et un autre, plus récent, dans Al-Monitor). Il ne s’agit plus seulement de s’en prendre aux voix relativement connues, ou encore particulièrement irrespectueuses, mais de pourchasser sur le Net les moindres velléités critiques. Tout récemment, une société spécialisée locale a ainsi annoncé triomphalement (article en arabe) la mise au point d’un super logiciel espion qui permettrait de pourchasser tous ceux qui se livrent à de mauvaises pratiques sur les réseaux sociaux.

Faut-il croire sur parole ces ingénieux ingénieurs ? Pas certain en tout cas que cela soit totalement efficace vis-à-vis d’une contestation qui a suffisamment évolué pour choisir aujourd’hui, et le fait doit être souligné très fortement, de sortir de l’anonymat et d’apparaître au grand jour, sous son nom réel et non pas sous le masque d’un avatar anonyme. (A propos de masque, on lit avec amusement – ou consternation – que celui de Vendetta, rendu célèbre par les Anonymous et devenu un symbole des contestations actuelles dans le monde, est officiellement interdit dans le Royaume depuis le moins de janvier dernier : article en arabe).

Il faut le souhaiter pour l’avenir de la monarchie saoudienne car la marmite numérique bout à gros bouillons contestataires, et il ne va pas être facile de refermer le couvercle ! En plus des libéraux qui veulent une meilleure gouvernance, il faut en effet compter aussi sur les radicaux de l’islam politique qui se montrent particulièrement efficaces sur le réseau des réseaux (article en arabe). Mieux, ces contestations ne se limitent pas à la seule sphère du politique mais « empoisonnent » tous les secteurs de la vie publique : simples citoyens désireux d’une vie normale (campagne pour les droits civiques, telle la possibilité pour les femmes de conduire), athées affichant fièrement leur incrédulité (article en arabe d’où est tirée l’image en haut de ce blog, prise devant la Kaaba !), sans oublier les comptes Twiter plus ou moins pornographiques (article en arabe) qui traduisent à leur façon un évident désir de liberté… sexuelle au moins !

Manifestement, les déceptions, en bien des lieux du monde arabe, vis-à-vis des promesses du printemps ne semblent pas devoir calmer les ardeurs des Saoudiens et des Saoudiennes.

Post-scriptum : une seconde femme apparemment, et la série n’est pas forcément terminée, selon cet article sur le site d’Al-Quds al-‘arabi, lundi 14 avril au soir.

Quelques références précédentes dans ces chroniques à propos du numérique saoudien :
« No woman, no drive », la génération YouTube en Arabie saoudite – 5 novembre 2013 – 28 octobre 2013
Le “petit juge” islamique et le gros compte Twitter : al-Arifi vs al-Ghaith – 6 mai 2013
Arabie (postmoderne) saoudite : des effets pervers sur YouTube ! – 15 octobre 2012
Comment des tweets d’anniversaire ont déclenché une « guerre internet de quatrième génération » en Arabie saoudite ! – 20 février 2012
Un prince saoudien dans le capital de Twitter (1/3) – 26 décembre 2011

Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone”

saoudievendetta

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l’on veut penser les mutations dont témoigne l’histoire actuelle du « monde arabe ». Mais toutes les idées reçues n’ont pas disparu pour autant. Beaucoup pensent ainsi que l’internet arabe est plus ou moins apparu avec les soulèvements populaires de l’année 2011. C’est une erreur bien entendu1. Ou bien encore, qu’il s’agit exclusivement d’un « phénomène forcément positif », au sens où il permettrait aux catégories les plus « avancées », les plus « ouvertes » des populations concernées, selon un scénario de rêve qui aurait pour titre « Le printemps arabe », d’accéder aux commandes politiques en éradiquant au passage les manifestations, plus ou moins majoritaires pourtant, d’un revival musulman susceptible d’inquiétantes radicalisations.

Bien entendu, la situation que connaissent aujourd’hui la plupart des sociétés arabes montre que les choses sont nettement plus compliquées. Même en laissant de côté toutes sortes d’autres facteurs, économiques ou géopolitiques, bien plus décisifs probablement, il est facile de se rendre compte combien la vision des réalités politiques a pu être déformée par les mirages cyberoptimistes. Dans le monde arabe comme ailleurs, le numérique, en tant qu’instrument d’information, de mobilisation et de passage à l’action, contribue peut-être à modifier les équilibres entre les forces en compétition dans l’arène politique. C’est néanmoins dans le moyen ou même le long terme que les représentations et les comportements qui accompagnent son développement produiront des effets réellement « disruptifs », capables en d’autres termes de créer des ruptures à la fois soudaines et structurelles par rapport aux systèmes sociaux hérités.

Pour être mieux perçues, les conséquences pour les sociétés arabes de leur entrée dans l’ère numérique doivent se débarrasser d’une autre idée reçue qui associe, intuitivement, les effets de ces techniques à un degré (supposé) de « développement humain ». Spontanément, on a tendance à s’imaginer que plus il y a de développement, sur les plans à la fois social et technique, plus les potentialités de changement sont grandes. D’ailleurs, c’est ainsi qu’ont été « expliqués » quelques-uns des renversements politiques récents dans la région, notamment en se fondant sur l’importance des taux de pénétration d’internet, ou de Facebook, ou de YouTube, en encore de Twitter, en Tunisie ou en Égypte, éventuellement en corrélation avec d’autres indicateurs socio-économiques et/ou démographiques. Pourtant, ces interprétations n’auraient pas dû convaincre dans un contexte régional où étaient réunis bien d’autres profils socio-techniques, ainsi que des destinées politiques très contrastées : le Bahreïn, le Yémen, le Maroc, la Libye, la Syrie… Mais surtout, on peut se demander s’il ne serait pas davantage stimulant de quitter cette pseudo-logique quantitative en postulant exactement l’inverse, à savoir que les effets d’une « acculturation numérique » sont en définitive moins liés à un seuil minimal technique qu’au contexte social où ces techniques sont introduites. Pour le dire autrement, c’est moins la seule existence d’un seuil technique qui importe que la présence d’une rupture dont l’importance est fonction de l’écart que provoque l’introduction des habitus numériques vis-à-vis des normes héritées.

Pourquoi le printemps a-t-il été « arabe » et non pas lithuanien, estonien, scandinave ou autre chose encore, davantage « probable » au regard de la présence du numérique dans ces sociétés ? Parce que les conséquences sociales et politiques de l’introduction du numérique ne sont pas le produit d’une simple logique arithmétique, résultat de la somme de différents indicateurs numériques, aussi sophistiqués soient-ils. Elles sont bien davantage le produit d’un contexte, dont la singularité historique explique le phénomène de « propagation » à une échelle régionale, en dépit de circonstances très différentes d’un Etat à un autre.

Se méfiant, à juste titre, des interprétations culturelles, générationnelles ou même confessionnelles qui ont cherché à expliquer l’étonnant embrasement du monde arabe à partir des événements tunisiens à la fin de l’année 2010, Gilbert Achkar fait partie de ceux qui veulent remettre l’accent sur les déterminations économiques, en tant que ressort des protestations populaires. Si l’on ne peut qu’être attentif aux analyses de celui qui a écrit, au sein d’un impressionnant déluge éditorial, ce qui pour moi demeure à ce jour le meilleur livre sur la question2, il reste qu’une l’explication par le seul biais de l’économie politique n’offre pas de réponse à la question du timing de ce que l’on a appelé le « printemps arabe ». Même si l’on suit l’auteur de Le peuple veut ! dans son postulat d’une « économie politique commune » à l’ensemble de « la région arabophone » – sur ces deux expressions, voir l’entretien qu’il a donné à la revue Contretemps –, sa lecture ne permet pas de comprendre pourquoi les soulèvements arabes se sont produits précisément à ce moment-là, et encore moins comment ils ont pu se propager de la sorte dans l’ensemble de la région, en dépit de la variété des situations au sein des différents États patrimoniaux et rentiers. Une double question à laquelle une anthropologie politique du Web arabe permet à mon sens d’apporter des réponses, en postulant que le numérique produit ses effets dans l’ensemble d’une région qui partage des caractéristiques historiques et culturelles communes.

Le « printemps » a été « arabe », c’est à dire présent, sous une forme ou une autre, dans l’ensemble de la région, et il l’a été à ce moment-là, en d’autres termes dans une succession de situations que l’on peut réunir, à la suite de Gilbert Achkar, sous un singulier (« le soulèvement arabe »), parce que le contexte régional, issu d’une économie politique commune, a été « travaillé » par les effets disruptifs, spécifiques à la région là encore, du numérique arabe.

 

  1. Pour la « pré-histoire » de ces mobilisations numériques arabes, voir notamment les premiers chapitres de mon livre, Arabités numériques, le printemps du Web arabe, Sindbad Actes Sud, 2012. []
  2. Gilbert Achkar, Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe, Sindbad Actes Sud, 2013. []

Yarmouk et ses images

YarmoukIcone

Comment ne pas s’interroger en voyant cette photographie anonyme prise lors d’une distribution de nourriture dans le camp de Yarmouk, dans la banlieue de Damas ? Dans Le Nouvel Observateur, Sylvie Duyck propose son commentaire sur « l’incroyable destin » de cette image. On rappellera avec elle que le premier scandale, c’est tout même que ceux qui se pressent dans ce paysage de fin du monde, ce sont les réfugiés palestiniens et leurs descendants, victimes d’un injustice auquel le monde, depuis 1948, n’a pas voulu apporter de solution.

Interrogeant le porte-parole de l’UNRWA qui revient notamment sur les circonstances du cliché et sur son authenticité, la journaliste se demande si cette image, dont la force résiderait « en partie dans le fait qu’elle est diffusée par l’ONU, à l’abri de la moindre récupération politique », ne constitue pas  un tournant dans le terrible conflit syrien, un tournant capable de faire basculer l’opinion et de permettre l’arrêt des combats. On voudrait l’espérer avec elle, mais on n’ose plus tenir le compte des « tournants » de ce conflit depuis plus de trois ans. Elle évoque aussi la « sidération », cette stupeur qui peut aller jusqu’à la « suspension brusque des fonctions vitales » selon la définition du dictionnaire que provoque, chez ceux qui la découvrent, cette photographie.

Un choc émotionnel, par conséquent, un effroi moral qui, nécessairement, s’accompagnent d’une lecture politique. En effet, quand bien même la terrible image est-elle mobilisée par l’agence des Nations unies pour les réfugiés (UNRWA), rejointe par 130 autres organisations, dans le cadre d’une campagne humanitaire visant à convaincre l’ensemble des belligérants de laisser passer les convois d’aide à destination des civils, on a rapidement pu constater que les acteurs du conflit se sont efforcés, de chaque côté, d’utiliser à leur profit l’émotion suscitée par la situation des habitants de Yarmouk. Le 20 janvier par exemple, le site du quotidien Le Monde titrait ainsi, assez brutalement, sur « le calvaire des réfugiés de Yarmouk affamés par le pouvoir syrien » alors que l’article expliquait que si la plupart des Palestiniens vivant dans ce « verrou stratégique » s’étaient efforcés de rester à l’écart du conflit, des éléments armés avaient fini par s’engager, du côté des forces gouvernementales ou des rebelles. Le camp lui-même était d’ailleurs passé sous le contrôle de « brigades radicales » en décembre 2012. De la même manière, les accusations des autorités de Damas contre des forces rebelles qui auraient ouvert le feu sur les convois de distribution d’aide ont provoqué, quelques jours plus tard, des batailles de communiqués, dans les médias traditionnels et plus encore au sein des réseaux sociaux.

Naturellement, au cœur de ces affrontements à propos de la situation dans ce « quartier palestinien » de Damas, on trouve une puissante charge symbolique. « Capitale » palestinienne en Syrie – le pays, il faut le rappeler tout de même, où la situation des Palestiniens réfugiés n’était pas la pire –, Yarmouk draine en effet les multiples enjeux émotionnels d’une « cause arabe » dont certains s’étaient imprudemment aventurés à affirmer qu’elle avait (fort opportunément) disparu avec le « Printemps arabe ». Même dans les propos en principe policés de Filippo Grandi, le Commissaire général de l’UNRWA, l’absurdité atroce de la situation des réfugiés de Yarmouk ressurgit lorsqu’il se fait le relais du désespoir d’une de ses habitantes, Oum Ahmed : « I am a Palestinian refugee, what is our fate? What are we supposed to do, where are we supposed to go? What is the solution for us Palestinians? »

yarmoukC’est naturellement pour les Palestiniens eux-mêmes, où qu’ils se trouvent, que la vision de ces scènes de souffrance est la plus révoltante. Cette émotion est d’ailleurs probablement à l’origine d’une courte vidéo dont la diffusion, il y a quelques jours, a suscité des critiques d’une étonnante violence. Sous le titre Yarmouk, cette courte fiction (visible à la fin de ce billet) raconte l’histoire d’une famille palestinienne réduite à une telle misère que le père se trouve contraint, pour assurer la survie des siens, de « vendre » une de ses filles. Si l’histoire est loin d’être sans fondement – ce type de mariage concernerait ainsi une fille sur cinq parmi les réfugiés syriens en Jordanie selon un rapport de l’UNICEF –, il faut bien reconnaître que c’est à peu près le seul élément à peu près « réaliste » du récit. Le traitement de l’histoire n’est en effet guère crédible, y compris pour ce qui est de la scène où « l’acheteur », un homme du Golfe, ne donne que la moitié de la somme convenue après avoir découvert que l’adolescente n’a pas une bonne dentition.

Mais pour le scénariste du film, Saleh Bakri, ou pour son père, Muhammad Bakri, célèbre acteur et militant palestinien (porteur de la citoyenneté israélienne) qui joue le rôle principal de ce court métrage dans lequel interviennent également plusieurs autres membres de la famille – de tels reproches n’ont aucun fondement. En effet, le récit filmique n’a aucune prétention au réel mais se veut au contraire symbolique (voir cet article, en arabe, dans Al-Akhbar). C’est d’ailleurs à la suite de l’émotion suscitée par la situation des Palestiniens en Syrie que le titre aurait été choisi, mais sans être précédé de l’article défini, de manière à laisser entendre qu’il s’agit de n’importe quel camp et surtout pour jouer sur les différents sens du mot en arabe (yarmouk, « ils te tirent dessus » en dialecte), pour un film qui s’ouvre sur une dédicace « à la nation arabe » (ilâ al-umma al-‘arabiyya). Ils ajoutent qu’on ne saurait juger de leurs intentions à partir de la seule version qui a été diffusée sur Internet, contre leur volonté, car elle n’est pas achevée et ne devait servir qu’à trouver des financements pour achever le projet, imaginé bien avant les événements du « Printemps arabe ».

Autant d’explications, et même de justifications, qui peinent à contrecarrer le flot de protestations, et même d’insultes, lancées à l’encontre d’une famille d’artistes palestiniens, célèbres pour leur engagement. Entre autres « combats », Muhammad Bakri a livré une longue bataille judiciaire en Israël pour que son film sur les exactions de l’armée israélienne dans le camp de Jénine n’y soit pas censuré [le film, dont on se souvient qu’il a été déprogrammé par Arte est visible ici).

Outre l’attaque du réalisateur palestinien Nasri Hajjaj (longuement cité dans cet article en arabe) qui a lancé la polémique et qui a apparemment aussi mis en ligne sur Internet le court-métrage, les critiques à l’encontre de Yarmouk ne manquent pas d’arguments. Dans Al-Quds al-‘arabî, un article du Palestinien Salim El-Beik « exécute » un film qu’il juge non seulement médiocre mais surtout politiquement scandaleux tant il revient à épouser le point de vue des autorités syriennes. Ce raisonnement se retrouve d’ailleurs dans la plupart des interventions (ici par exemple, dans le même quotidien) : faute de toute mise en contexte (la « révolution syrienne » y est ainsi présentée par les termes d’ « événements sanglants »), et sans mention des vrais responsables du siège de Yarmouk – l’armée syrienne en l’occurrence –, Saleh Bakri et les siens se rangent totalement, et d’une manière totalement inacceptable pour leurs nombreux critiques, sous la bannière du tyran de Damas… Plus grave encore, manifester de la sorte une « pitié » généreuse et larmoyante pour les Palestiniens de Yarmouk (sur fond de Wagner !), c’est, pour beaucoup également, faire injure à leur dignité et insulter leur courage dans l’adversité (ce point est évoqué, pour le réfuter par Muhammad Bakri dans un entretien publié par le quotidien Al-Akhbar).

Huit minutes d’images seulement, qui ne mériteraient pas qu’on s’y arrête tant il s’agit, à l’évidence, d’un brouillon inachevé et même manqué. Huit minutes d’images qui, en définitive, en disent bien moins sur Yarmouk que sur les terribles déchirements que continue à susciter, au sein des gauches arabes, le cours qu’ont pris les combats nés des soulèvements populaires en Syrie.

http://www.youtube.com/watch?v=by7fQbNOivY

Le discours du dictateur : Mahmoud Darwich for ever

cover.indd

Certes, elles n’ont plus aujourd’hui l’aura qu’elles avaient encore il y a quelques années… Mais il est tout de même étonnant de constater que les grandes voix poétiques arabes se tiennent à distance, très critique, des soulèvements arabes. Au Bahreïn, Qassim Haddad, auteur avec Amin Saleh en 1984 d’un manifeste qui fut une véritable « révolution » poétique, n’est guère sorti de son silence que pour condamner, au tout début des événements, les excès des révolutionnaires (référence en arabe). Réticent vis-à-vis de ce qu’on appelle le « printemps arabe », Adonis l’est encore plus par rapport à « ce qui se passe en Syrie et qu’on appelle révolution [et qui] n’en est pas une. Il se passe des choses contraires au principe même d’une révolution. » Mais c’est encore « le dernier communiste », l’Irakien Saadi Youssef, qui est le plus cruel avec son poème se moquant des poules caquetant « Printemps arabe, Printemps arabe ! »

Qu’aurait pensé de tout cela Mahmoud Darwich, disparu au début du mois d’août, il y a cinq ans déjà ? Quel parti aurait-il pris dans ces soulèvements qui laissent si peu de place, en apparence du moins, à la question palestinienne ? La réponse se trouve dans les écrits qu’il a laissés, et dans les lectures qu’ils susciteront, longtemps encore. Certains textes plus que d’autres, à certains moments et dans certaines circonstances.

Ces Discours versifiés du dictateur (خُطب الديكتاتور الموزونة) en particulier. Composés à Paris entre 1986 et 1987 pour la revue Al-Yawm al-sâbi’, ils dénonçaient une situation politique qui pouvait caractériser plus d’un pays arabe, même si le régime syrien s’était alors senti visé au point que ces poèmes n’y circulaient que sous le manteau… A cause de ce vers, peut-être, trop évocateur de la base clanique et confessionnelle du pouvoir des Assad ? « Je vous choisirai, un à un, de la lignée de ma mère, de ma doctrine… » سأختاركم،واحداً واحداً، من سلالة أمى ومن مذهبي

Publiés dans de rares numéros de revue (Al-Karmel – nouvelle série – en 2011 par exemple) ou encore sur des sites Internet comme celui du quotidien égyptien Al-Watan, ces poèmes viennent de connaître leur première véritable édition (illustration du haut) par une maison d’édition de Haïfa, Al-Râya, en partenariat avec la Fondation Mahmoud Darwich.

Grâce à l’aide amicale de Houda Ayoub, je vous propose la traduction du premier de ces huit « textes/poèmes » ! Le texte a été édité le mieux possible, en fonction des différentes versions disponibles sur la Toile et donc légèrement différent par rapport à la lecture qu’en donne – vidéo à la fin du billet – le poète lui-même. Sa récitation, où se devine sa moquerie amère de l’enflure verbale des dictateurs d’hier et d’aujourd’hui, est introduite ainsi : Extraits du discours du dictateur arabe qui m’a chargé de l’écrire pour lui, et en son nom…)


خطاب الجلوس – Discours de l’accession au trône

سأختار شعبي
Je choisirai mon peuple
سأختار أفراد شعبي
Je choisirai les personnes de mon peuple
سأختاركم، واحداً واحداً، من سلالة أمى ومن مذهبي

Je vous choisirai, un à un, de la lignée de ma mère, de ma doctrine
سأختاركم كى تكونوا جديرين بي
Je vous choisirai afin que vous soyez dignes de moi
إذن، أوقفوا الآن تصفيقكم كى تكونوا جديرين بي
Alors, arrêtez maintenant d’applaudir afin que vous soyez dignes de moi…
وبحبي
De mon amour.
سأختار شعبى سياجاً لمملكتى، ورصيفاً لدربي
Je choisirai mon peuple, comme une enceinte à mon royaume, comme un bas-côté à mon chemin
قفوا أيها الناس أيها المنتقون كما تنتقى اللؤلؤة
Debout, vous que j’ai triés comme on le fait de perles !
لكل فتى امرأة

À chacun une promise
وللزوج طفلان فى البدء يأتى الصبي
À chaque couple deux enfants, le garçon en premier
وتأتى الصبية من بعد لا ثالث وليعم الغرام
La fille par la suite, sans troisième, et que prospère l’amour…
على سنتى، فأحبوا النساء ولا تضربوهن
Selon ma loi ! Alors, aimez les femmes et ne les frappez point…
إن مسهن الحرام
si quelque impureté vient à les toucher
سلام عليكم سلام سلام
Que la paix soit sur vous !
سأختار مَن يستحق المثول أمام مدائح فكري
Je choisirai celui qui méritera de comparaître devant les louanges de ma pensée
ومن يستحق المرور أمام حدائق قصري
Celui qui méritera de passer devant les jardins de mon palais
قفوا، أيها الناس حولي خاتم
Tenez-vous tous autour de moi comme une auréole
لنصلح سيرة حواء نصلح أحفـاد آدم
Pour que nous révisions la destinée d’Ève, la destinée des descendants d’Adam
سأختار شعباً محباً، وصلباً، وعزباً
Je vous choisirai, peuple aimant, solide et doux
سأختار أصلحكم للبقاء وأنجحكم فى الدعاء لطول
Je choisirai celui d’entre vous qui sera le plus apte à rester, le plus habile à souhaiter longue vie
جلوسي
à mon trône
فتباً لما فات من دولٍ مزقتها الزوابع
Au diable les États qu’ont déchirés les tempêtes
لقد ضِقت ذَرعاً بأمية الناس، يا شعب يا شعبى الحر
Je me suis lassé de cette ignorance des gens ! Peuple ! Ô mon peuple libre
فاحرس
Alors, soit le gardien…
هوائي من الفقراء، وسرب الذباب وغيم الغبار
De l’air que je respire, contre les pauvres, les essaims de mouches, les nuages de poussière
ونظِّف دروب المدائن من كل حافٍ، وعارٍ، وجائع
Nettoie les chemins des cités, des va-nu-pieds, des miséreux, des affamés
فتباً لهذا الفساد، وتباً لبؤس العباد الكسالى
Au diable la corruption, au diable la misère des créatures oisives
سأختار شعباً من الأذكياء، الودودين، والناجحين
Je choisirai un peuple fait de personnes intelligentes, aimantes, brillantes
وتباً لوحل الشوارع
Au diable la boue des chemins
سأختاركم وفق دستور قلبي
Je vous choisirai selon la charte de mon cœur
فمَن كان منكم بلا علةٍ فهو حارس كلبي
Et celui qui est sans défaut sera le gardien de mon chien
ومَن كان منكم طبيباً أُعيِّنه سائساً لحصاني الجديد
Et celui qui sait soigner tiendra la bride de mon nouveau cheval
ومَن كان منكم أديباً أُعيِّنه حاملاً لاتجاه النشيد
Et celui qui sait écrire ouvrira le chemin de l’hymne
ومَن كان منكم حكيماً أُعيِّنه مستشاراً لصك النقود
Et celui qui sait juger deviendra contrôleur de la monnaie
ومَن كان منكم وسيماً أُعيِّنه حاجباً للفضائح
Et celui qui est bien fait sera préposé aux scandales
ومَن كان منكم قوياً أُعيِّنه نائباً للمدائح
Et celui qui est robuste sera le délégué aux éloges
ومَن كان منكم بلا ذهبٍ، أو لآلئ فلينصرف
Et celui qui n’a ni or ni perle, celui-là qu’il disparaisse !
ومَن كان منكم بلا ضجر ومواهب فلينصرف
Et celui qui ne connaît ni l’ennui ni le talent, celui-là qu’il disparaisse !
فلا وقت عندى للقمح والكدح ولأعترف
Je n’ai de temps ni pour le blé, ni pour le labeur, et sache
يا شعبي المنتقَى بيدىَّ
Ô mon peuple, mon peuple choisi de mes propres mains
بأني أنا الحاكم العادل
Que je suis le Bon Maître
أنا الحاكم المتسامح والعادل
Je suis le maître clément et juste
كرهت جميع الطغاة لأن الطغاة يسوسون شعباً من الجهلة
J’ai pris en haine les tyrans car ils sont à la tête de peuples d’ignorants
ومن أجل أن ينهض العدل فوق الذكاء المعاصر لا بد من
Pour que la justice se lève en ces temps subtils, il faut
برلمان جديد، ومن أسئلة
Un nouveau parlement, et des questions
ومنها من الشعب، يا شعب، هل كل كائن
Ainsi : qui est le peuple, cher peuple ? N’importe qui
يُسمى مواطن؟
peut-il être qualifié de « citoyen » ?
تُرى هل يليق بمن هو مثلي أن يقود لصا وأعمى وجاهلا؟
À ton avis, est-il convenable qu’une personne comme moi commande voleurs, aveugles et ignorants ?
وهل تقبلون لسيدكم أن يُساوي ما بينكم أيها النبلاء
Acceptez-vous que votre maître vous traite, vous les nobles,
وبين الرعاع؟ اليتامى؟ الأرامل؟
Comme la racaille ? Les orphelins ? Les veuves ?
وهل يتساوى هذا الفيلسوف مع المتسول؟ هل يذهبان إلى
Et que ce philosophe et le mendiant soient sur un pied d’égalité ? Iront-ils…
الاقتراع معاً كي يقودالعوام سياسة هذا الوطن؟
Voter ensemble pour que la plèbe gouverne la politique de cette nation ?
وهم أغلبيتكم أيها الشعب، هم عددٌ لا لزوم له إن أردتم
Car ils sont la majorité, ô peuple, et nul besoin d’un tel nombre si vous voulez
نظاماً جديداً لمنع الفتن
Un nouveau régime pour prévenir la discorde
سأختار أفراد شعبي
Je choisirai donc les personnes de mon peuple
سأختاركم واحداً واحداً كى تكونوا
Je vous choisirai, un à un, afin que vous soyez…
جديرين بى، وأكون جديراً بكم
Dignes de moi, et que je sois digne de vous
سأمنحكم كل الحقوق
Je vous accorderai tous les droits
سأمنحكم حق أن تخدموني
Je vous accorderai le droit de me servir
وأن ترفعوا صُوَري فوق جدرانكم
De dresser mon portrait haut sur les murs
فهذا حق لكم
Car tel est votre droit
ومن حقكم أن تشكروني لأني رضيت بكم أمة لي
Il est de votre droit de me remercier de bien vous vouloir comme nation
ومن حقكم أن تتملوا ملامح وجهي فى كل عام جديد
Il est de votre droit de vous délecter des traits de mon visage, à chaque an nouveau
سأمنحكم كل حق تريدونه
Je vous accorderai tout droit que vous souhaitez
حق البكاء على موت كلب شريد
Le droit de pleurer la mort d’un chien errant
وحق الكلام عن السيرة النبوية فى كل عيد
Le droit d’évoquer l’exemple du prophète à chaque fête
وحق الذهاب إلى البحر فى كل يوم
Le droit d’aller à la mer tous les jours
لكُم أن تناموا كما تشتهون على أي جنب تريدون ناموا
Le droit de dormir comme vous le souhaitez, de dormir du côté qu’il vous plaira
لكم حق أن تحلموا برضاي وعطفي
Vous avez le droit de rêver de me satisfaire, d’obtenir mes bonnes grâces
فلا تفزعوا من أحد
Ne craignez personne
سأمنحكم حقَّكم فى الهواء، وحقكم فى الضياء، وحقكم
Je vous accorderai votre droit à l’air, à la lumière
في الغناء
au chant
سأبني لكم جنة فوق أرضي كُلوا ما تشاءون من طيباتي
Je vous construirai un paradis sur ma terre, mangez tout ce qui vous plaira de mes délices
ولا تسمعوا ما يقول ملوك الطوائف عني
N’écoutez pas ce que disent de moi les roitelets
وأني أحذركم من عذاب الحسد
Je vous mets en garde contre les tourments de la jalousie
ولا تدخلوا فى السياسة إلا إذا صدر الأمر عني
Et ne vous mêlez pas de politique, sauf si l’ordre vient de moi
فإن السياسة سجني
Car la politique est prison mienne
هنا الحكم شُورى، هنا الحكم شُورى
Ici, le gouvernement est concertation
أنا حاكم مُنتخَب
Je suis le dirigeant élu
وأنتم جماهير مُنتخِبة
Et vous êtes les masses électorales
ومِن واجب الشعب أن يلمس العتبة
Il appartient au peuple de quémander au seuil de la porte
وأن يتحرى الحقيقة ممن دعاه إليه، اصطفاه، حماه من
De s’enquérir de la vérité auprès de celui qui l’a convié, qui l’a favorisé, qui l’a protégé…
الأغلبية، والأغليبة مُتعِبة مُتعبَة
De la majorité, et la majorité est fatigante et fatiguée
ومِن واجب الشعب أن يتبرأ من كل فرد نَهَب
Il est du devoir du peuple de renier celui qui aura pillé,
وغازل زوجة صاحبه، أو زنى، أو غَضب
qui aura courtisé la femme de son maître, qui aura commis l’adultère, qui se sera livré à la colère
ومِن واجب الشعب أن يرفع الأمر للحاكم المُنتخَب
Il est du devoir du peuple de soumettre toute affaire à son dirigeant élu
ومن واجبي أن أوافق، من واجبي أن أُعارِض
A moi d’accepter d’être d’accord ou de m’opposer
فالأمر أمري، والعدل عدلي، والحق ملك يدىَّ
La décision me revient, la justice est mienne, le droit m’appartient
فإما إقالته من رضاي
Soit on est banni de mes faveurs
وإما إحالته للسراي
Soit on est traîné chez le gouverneur
فحق الغَضَب
Car le droit de se livrer à la colère
وحق الرضا، لي أنا الحاكم المُنتخَب
Le droit d’être satisfait m’appartiennent, moi, le dirigeant élu
وحق الهوى والطَرَب
Le droit à la passion, à l’ivresse du plaisir
لكم كلكم، فأنتم جماهير مُنتخبة
Sont vôtres, masses élues
أنا الحاكم الحر والعادل
Je suis le dirigeant, libre et juste
وأنتم جماهيري الحرة العادلة
Et vous êtes les masses libres et justes
سننشئ منذ انتخابي دولتنا الفاضلة
Nous créerons, avec mon élection, l’État vertueux
ولا سجن بعد انتخابي، ولا شعر عن تعب القافلة
Plus de prison après mon élection, plus de rimes rabâchées sur la lassitude des caravanes nomades
سأُلغي نظام العقوبات من دولتي، فمَن أراد التأفف، خارج شعبي، فليتأفف
J’abolirai les châtiments ; celui qui veut rouspéter hors de mon peuple, qu’il le fasse !
ومن شاء أن يتمرد خارج شعبي، فليتمرد
Celui qui veut se révolter hors de mon peuple, qu’il le fasse !
سنأذن للغاضبين بأن يستقيلوا من الشعب، فالشعب حر
Nous consentirons à ceux qui sont en colère de démissionner du peuple, car le peuple est libre
ومن ليس مني ومن دولتي، فهو حر
Il est libre, celui qui n’est pas de moi, et qui n’est pas de mon État
سأختار أفراد شعبي، سأختاركم واحداً واحداً
Je choisirai les personnes de mon peuple, je vous choisirai, un à un
مرة كل خمس سنين
Une fois tous les cinq ans
وأنتم تزكوننى مرة كل عشرين عاماً إذا لزم الأمر، أو مرة
Et vous me confirmerez une fois tous les vingt ans s’il le faut, ou bien une fois…
للأبد
Pour l’éternité !
وإن لم تريدوا بقائي، لا سمح الله، إذا شئتم أن يزول البلد
Et si vous ne voulez pas que je reste – à Dieu ne plaise ! Si vous voulez la perte du pays
أعدت إلى الشعب ما هبّ أو دبّ من سابق الشعب كي أملك
Je ramènerai le peuple à la populace d’avant pour me garder
الأكثرية، والأكثرية فوضى
la majorité, et la majorité est anarchie faute de chef
أترضى، أخى الشعب! أترضى بهذا المصير الحقير أترضى؟
Voudrais-tu, mon peuple mon frère, voudrais-tu d’un destin si lamentable ?
معاذك
À toi ne plaise !
فقد اخترتُ شعبي واختارني الآن شعبي
J’ai choisi mon peuple et mon peuple m’a maintenant choisi
فسيروا إلى خدمتي آمنين
Vaquez en paix à mon service
أذنت لكم أن تخروا على قدمىَّ ساجدين
Je vous permets de vous jeter à mes pieds
فطوبى لكم، ثم طوبى لنا أجمعين
Heureux soyez-vous, heureux soyons-nous tous !

https://www.youtube.com/watch?v=ULcmCXmDYZE

Le dilemme du dictateur (jordanien)

“Vous êtes arrivé aux limites d’internet” (site jordanien, août 2012)

« Petit » pays coincé dans un environnement compliqué (la Syrie au nord, l’Irak à l’est et Israël à l’ouest), la Jordanie, faute d’autres ressources, en particulier énergétiques, a fait le pari des technologies de l’information, et cela depuis l’arrivée au pouvoir en février 1999 d’Abdallah II. Globalement, cela a plutôt bien réussi : pays d’origine de Maktoob.com, la grande réussite du business internet dans la région (fondée en 1999, la société a été rachetée dix ans plus tard par Yahoo! 175 millions de dollars), la Jordanie est également le pays de Fadi Ghandour, le « parrain » de l’ « économie de la connaissance » dans la région (voir cet article avec pas mal d’infos sur le site Bloomberg). Fier de « son » Silicone Wadi, Abdallah II a ainsi repris dans un email une statistique de l’Union internationale des télécommunications (ITU) affirmant que le royaume jordanien, dont la population ne représente que 2 % du monde arabe, produisait à lui seul les trois quarts du contenu arabisé sur internet ! On peut émettre de sérieuses réserves sur la précision de telles statistiques… Il n’en reste pas moins que les mesures politiques, administratives et économiques (enseignement, libéralisation des télécommunications, zones franches…) prises depuis une bonne décennie ont commencé à porter leur fruit puisque le secteur des technologies de l’information, qui emploie quelque 16 000 personnes (en majorité des jeunes hautement qualifiés), compte pour près de 14 % du PIB national (autant que l’industrie du tourisme).

Détournement de la campagne officielle pour les inscriptions sur les listes électorales

Comme ailleurs, ce qu’on a appelé le « printemps arabe » a encore accéléré cet essor dans une région où le nombre des usagers des réseaux sociaux (essentiellement Facebook et Twitter) a été multiplié par trois (passant de 16 à plus de 45 millions). Avec pour conséquence – particulièrement visible dans le cas jordanien mais sans aucun doute généralisable à la région – des tensions de plus en plus difficiles à gérer entre la structure politique et les demandes, nourries par la « culture internet », de nouvelles forces sociales. Comme le rappelle cet excellent article publié sur le site Jadaliyya, on assiste en Jordanie depuis janvier 2011 à une accélération considérable des conflits sociaux, menés par des organisations syndicales traditionnelles mais également par des mouvements d’un type nouveau (genre « jeunesse des réseaux sociaux » pour faire vite), sur fond de montée en puissance des Frères musulmans, le principal mouvement d’opposition. Sur la scène politique, le mécontentement s’exprime en particulier autour de la limitation des pouvoirs du roi au profit d’une monarchie davantage parlementaire. La corruption, les exactions des services de police sont également des thèmes qui mobilisent des secteurs toujours plus vastes de la population, laquelle manifeste son exaspération et sa colère selon des formes qui n’ont plus grand chose à voir avec la tradition. Décision mineure en apparence, le fait de ne plus craindre de tirer la langue à la face de son souverain (voir ce précédent billet) symbolise à la fois la rupture avec l’héritage politique traditionnel et l’adoption d’un nouveau répertoire d’expression totalement inédit. Autrefois simples vassaux de Sa Majesté à la mode antique, les Jordaniens revendiquent désormais leurs droits selon des modalités quasiment « post-modernes », à l’image de ce père de famille qui, excédé des coupures subies à son domicile, n’a pas hésité à conduire sa famille au Service municipal des eaux pour qu’elle y fasse sa toilette, naturellement pour une vidéo immédiatement postée sur les réseaux sociaux et reprise dans toute la presse (voir cet article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi). Quant à la dernière campagne officielle en faveur de l’inscription sur les listes électorales, elle a donné lieu à une invasion (assez drôle) de « mèmes », qui témoigne à elle seule de la prégnance de cette nouvelle « culture internet » dans l’espace public (voir les différents exemples placés au début des paragraphes de ce billet).

Face à cette montée des tensions qui empruntent un vocabulaire résolument novateur, le régime jordanien ne fait pas preuve d’une grande imagination. Malgré de grandes déclarations à l’américaine pour faire moderne sur le mode The sky is the limit (interview à la BBC sur le site officiel du roi), il se contente en réalité d’une gestion de crise à l’ancienne en faisant tourner les gouvernements (quatre depuis janvier 2011) et en lançant contre les opposants les plus gênants ses baltajiyyés (voyous) en espérant des jours meilleurs… Plutôt que de chercher des solutions aux critiques, il préfère tenter d’en réduire la visibilité en s’en prenant au monde de l’information, source de tous les problèmes… C’est ainsi qu’a ressurgi une vieille question dans ce pays, celle de la législation des médias que le pouvoir jordanien s’efforce, depuis des années, de modifier à son avantage. Parallèlement à de multiples attaques contre les professionnels de l’information – qui vont du « simple » passage à tabac à l’agression armée comme dans le cas de cette étudiante et blogueuse poignardée par un inconnu pour avoir raillé une déclaration du prince Hassan (le frère du feu roi Hussein) –, le régime tente par tous les moyens d’imposer une modification de la loi sur la presse de 1998.

Le premier ministre jordanien déguisé (sur le net) en prédicateur islamique

Les acteurs du domaine ont manifesté leur opposition en organisant une « nuit noire de l’internet jordanien », avec plus de 500 sites locaux affichant un écran noir pour dénoncer l’adoption de la nouvelle législation (voir illustration tout en bas et également celle du début de ce billet). Une opération spectaculaire qui a obtenu le soutien – via un message Tweeter ! – de figures publiques inattendues, telle la reine Noor, l’épouse du roi Hussein. Comme bien d’autres, celle-ci doit vraisemblablement s’inquiéter des conséquences d’une loi aussi répressive sur la santé des industries locales de la connaissance, secteur jusque-là très prometteur. A l’instar de bien des potentats régionaux, Abdallah II de Jordanie va devoir affronter le dilemme posé par la croissance d’internet et des réseaux sociaux. Il va lui falloir choisir entre s’enfermer derrière les murailles de sable de son minuscule royaume ou s’ouvrir aux flux impétueux des navigations électroniques… A dire vrai, on voit mal comment il pourrait, aujourd’hui, retenir la première option. Il va donc devoir se résoudre à adapter le système politique aux transformations d’une société informée par le Net.

Ecran d’un site jordanien lors de la “nuit noire de l’internet”

De l’Orient compliqué, je venais avec des idées simples

Aucun conflit ne déchire aujourd’hui l’opinion arabe (et au-delà) comme celui que traverse aujourd’hui la Syrie… Vingt mois après le déclenchement des premières manifestations, la situation sur le terrain, la nature des parties en présence et de leurs rapports de force, pour ne rien dire de l’avenir qu’on peut imaginer pour ce pays, tout cela reste aussi difficile à interpréter et source de conflits incroyablement douloureux, de déchirements sans fin.

Pour l’anecdote, si l’on ose un terme comme celui-ci par rapport à la multitude de drames que cela signifie dans la réalité de ceux qui vivent ces événements, on rappellera que la fameuse chanteuse Asala (voir ce billet), célèbre et célébrée pour avoir ouvertement pris parti pour les insurgés, est en procès contre un de ses frères lequel, lui, soutient le régime… Cela fait-elle de la vedette une nouvelle Antigone comme certains le diront rapidement, ou bien au contraire est-ce la preuve qu’elle a trahi les siens, aveuglée par on ne sait quelles promesses ? Ce n’est pas si facile à trancher, quoi qu’on en dise…

Loin des feux de la scène et des médias, le site Nawaat a publié le témoignage (original en arabe ici) d’une Syrienne réfugiée en Tunisie. Avec ses imperfections et même ses contradictions, il permet de percevoir le désarroi des militants syriens découvrant l’image de leur combat dans le pays dont le soulèvement a joué un rôle tellement important pour les autres pays arabes.

Loin des certitudes toutes faites (y compris en partie chez son auteure), il révèle combien ce qui se joue en Syrie sera de toute manière déterminant pour l’histoire de la région et pour l’idée politique arabe, et cela quelle que soit l’issue en Syrie.

Traduction par mes soins, sans coupe, d’un texte pas toujours très précis dans sa formulation mais dont la sincérité, qui ne saurait être mise en doute, ne peut manquer d’interroger…

Tu arrives à Tunis, fuyant l’oppression du régime, l’arrestation … ou même la guerre, Syrien non seulement par la citoyenneté mais mais aussi par les souvenirs, les espoirs et les rêves … Tu arrives “au berceau des révolutions”, fatigué, tu cherches quelqu’un qui te tendra la main…

Tu t’attends à ce que les Tunisiens, eux qui ont modifié le cours de l’histoire en renversant le régime qui les gouvernait, soit proches de toi, qu’ils te comprennent mieux que quiconque à l’heure où ta révolution en Syrie s’est transformée en guerre dont personne ne sait quand elle prendra fin. Tu te retrouves loin de chez toi, en exil, et tu imagines ton prochain rendez-vous avec la révolution…

Mais chaque jour, du type qui te vend les cigarettes au chauffeur de taxi en passant par tes amis, ce sont les mêmes questions qui reviennent, et les mêmes réponses. Tu as l’impression de répéter les mêmes choses comme une bande magnétique, comme un disque rayé, pour rien…

– Tu viens d’où ?
– De Syrie ..
La question suit immédiatement, sans même un temps de réflexion mais après avoir fait allusion au feuilleton Bab al-Hâra dans ses versions syrienne et tunisienne :
– Tu es avec Bachar el-Assad ou contre lui ?
– Je suis …. Je ne suis pas avec un assassin, quel qui soit !

Commencent alors les dialogues syro-tunisiens, avec leurs variantes en fonction des interlocuteurs, de leurs origines, de leurs expériences et des orientations [politiques] et aussi de leurs informations sur ce qui se passe en Syrie. Tout le monde dit que la situation n’y est pas claire, qu’on n’y comprend rien, mais tu te retrouves quand même dans différents milieux tunisiens où l’on parle de la Syrie — ce pays où tu es née et où tu as grandi et vécu toute ta vie — en présence de personnes qui parlent avec le ton de la plus grande certitude, celui de l’expert non seulement de la situation syrienne mais arabe. Cela varie en fonction des opinions politiques de tes interlocuteurs : la majorité de la gauche tunisienne — et je n’exagère pas — ne croit pas à la révolution syrienne, ne la reconnaît pas, à cause de ce qu’elle endure avec les islamistes et le parti au pouvoir Ennadha. Leur seule manière de se positionner c’est de demander : Vous avez envie que les islamistes vous gouvernent comme ils le font en Tunisie?

On répond toujours la même chose : la révolution, ce n’est pas quelque chose qui commence et qui s’arrête… Ceux qui ont été capables de renverser un régime répressif qui a fait tout ce qu’il a pu pour se maintenir pendant des décennies peuvent faire tomber n’importe quel gouvernement. La liberté d’expression des Tunisiens aujourd’hui rend possible un changement, une poursuite de ce qui a été commencé …

Mais ce ne sont que des mots si les Tunisiens, les Égyptiens, les Libyens, les Yéménites, les Syriens, si chaque être humain ne continue pas à lutter pour arriver à faire ce pays auquel tout le monde aspire. Sinon rien ne changera, si ce n’est que tu pourras dire autant de fois que tu le voudras : Je déteste les islamistes…

Quant aux nationalistes [arabes : 3urûbiyyin], ceux qui croient à l’unité arabe et à la primauté de la cause palestinienne déterminante pour le peuple arabe dans son ensemble, oublieux de ce qui s’est passé et de ce se passe dans leur pays et oublieux de l’exploitation éhontée par tous les gouvernements de la souffrance du peuple palestinien pour détourner l’attention des gens de leurs propres souffrances, leur réponse est en forme de question : Vous voulez qu’Israël réalise tous ses plans en occupant tous les pays arabes ? La chute du régime Assad, c’est la chute de la résistance et de l’opposition à l’ennemi israélien !

J’en rirais, et cela me rappelle combien le Maghreb et le Machrek sont distants, combien de fausses informations circulent, et que croient les gens. J’ai ainsi entendu quelqu’un dire que “les salafistes entrent en Syrie par la bande de Gaza”. ” Désolé mais vous avez jamais regardé une carte?

Vous n’avez pas remarqué qu’aujourd’hui Assad utilise tous les types d’armes, qu’il s’agisse d’armes légères ou d’hélicoptères, pour réprimer le soulèvement populaire alors qu’il n’a pas tiré une seule balle contre Israël en quarante ans? Est-ce qu’il n’aurait pas mieux valu déclarer la guerre à Israël ? Mobiliser 23 millions de Syriens plutôt que ses partisans pour réprimer l’opposition ? Au lieu de ces réunions de la Ligue arabe pour tenter de briser le blocus imposé à son peuple, Assad n’aurait-il pas pu mettre la Ligue arabe dans une situation telle que ses membres auraient dû unir leurs efforts pour se débarrasser de l’ennemi israélien ?

Dans l’équation tunisienne, il y a aussi les islamistes tunisiens qui ne soutiennent pas les révolutionnaires syriens mais qui aident leurs frères islamistes en Syrie. Et ici j’ai envie de demander à la gauche, aux nationalistes arabes et à la société civile [en Tunisie] : est-ce que ce n’est pas vous qui nous livrez aux islamistes ?

Bien sûr, je ne nie pas l’existence de militants tunisiens participant à l’action révolutionnaire en Syrie, non plus que les nombreuses tentatives tunisiennes pour aider les Syriens de toutes les manières possibles. Mais je m’étonne vraiment de cette réaction émotive si étrangère à la réalité, de ces positions si diverses chez les Tunisiens par rapport à l’assassinat alors qu’on pourrait penser que c’est une chose refusée par principe. Cette sensibilité, cette sympathie n’a plus rien à voir avec ce que ce que tu ressens en tant que Syrien, avec ce qui te fait souffrir. Tu rencontres des gens qui te disent : “Ne le prends pas mal mais j’aime Bachar.” Et si tu leur dis : “Mais tu aimes un assassin ?” Ils te répondent que cela vaut mieux que les islamistes ou qu’Israël !

C’est tout de même étrange de ne pas avoir d’autre choix que d’aimer un assassin, de le préférer à un autre tueur, d’oublier toute ton humanité, celle qui te fait aimer la vie et lutter pour mettre un terme aux machines de mort partout dans le monde !

Je demande à bien des Tunisiens qui aiment Bachar al-Assad : Avez-vous déjà vécu en Syrie? Avez-vous souffert de la répression du régime ? Avez-vous perdu un frère, un père, une mère, un ami ? L’armée d’Assad a-t-elle fait sauter vos maisons ? Comment pouvez-vous parler de la tragédie que vivent d’autres personnes en oubliant complètement leurs souffrances, en faisant semblant de croire qu’au moment où vous sirotez votre thé ou votre café en exprimant votre amour pour Bachar al-Assad, il est, lui, en train de tuer quotidiennement des centaines d’innocents ? Et vous continuez à dire : Ne le prends pas mal mais on l’aime ! Vous aimiez Ben Ali ?

Là, on a des réponses différentes. Il y en a qui vont dire : du temps de Ben Ali, il y avait la sécurité et les islamistes ne pouvaient pas seulement respirer. Certes, comme le dit la formule bien connue, “celui qui préfère la sécurité à la liberté ne mérite ni l’une ni l’autre!” Il faut bien accepter l’Autre, fut-il islamiste…

Et puis il y a ceux qui répondent : “Bien sur que non!” Vraiment, vous détestiez Ben Ali et vous aimez Bachar ? Ne sont-ils pas les deux côtés d’une même médaille ? Ce n’est pas si curieux si l’on pense à la position du gouvernement tunisien et à la façon dont il gère le dossier syrien : d’un côté il expulse l’ambassadeur syrien (inexistant dans les faits) et il ferme l’ambassade de Syrie en Tunisie en réponse aux exactions du régime à l’encontre de son peuple, de l’autre tout Syrien a besoin d’un visa, accordé ou refusé, pour entrer sur le territoire tunisien. Le président Marzouki lance une déclaration fracassante pour dire qu’il est prêt à accorder l’asile à Bachar al-Assad et à sa famille tandis que le gouvernement tunisien n’accorde pas ce doit aux réfugiés [syriens ] qui n’y ont qu’un droit de transit.

Autant de discussions qui se terminent toujours par un soupir à fendre l’âme et par l’unique phrase sur laquelle tout le monde est d’accord : “De toute façon, c’est le peuple qui trinque toujours !” Mais comment parler ainsi “du peuple”, comme si on n’en faisait pas soi-même partie ?

Bien sûr, chacun a le droit de penser ce qu’il veut et d’exprimer son point de vue. Mais comme je voudrais que cela se fasse toujours correctement, que la discussion ne soit pas conclue d’avance, que ce ne soit pas un tour pour rien faute d’accepter de changer de perspective…

Pour finir, me voici actuellement en Tunisie (en tant que pays de transit). Je publie cet article sur le site d’un pays dont je respecte le peuple, avec toutes ses différences. Si je m’exprime ainsi, c’est aussi parce que j’aime ce beau pays auquel je souhaite un lendemain meilleur, grâce à des lois vraiment humaines…

Rania Badri

Documenter les révolutions arabes : symboles et emblèmes

Les drapeaux continuent à fasciner les foules, et pas simplement arabes (il suffit de penser aux manifestations d’hier pour l’indépendance de la Catalogne). Après l’emblème israélien il y a un peu plus d’un an, un nouveau chapitre dans la vexillologie du printemps arabe  a été écrit avec l’affront subi par la bannière étoilée arrachée de l’ambassade des USA au Caire (ainsi qu’au consulat de Benghazi, où un citoyen nord-américain a été tué). Belle occasion de développer des clichés (dans tous les sens du terme), en particulier à cause de la présence d’un oriflamme qui n’a pas fini de faire parler de lui sur les différents théâtres des contestations arabes (ici à Tunis), à savoir le drapeau noir orné de la profession de foi, aujourd’hui attribué (voir cet article  dans Slate par exemple) aux « islamistes », dont on ne sait plus très bien s’ils sont jihadistes ou salafistes !

La couleur des drapeaux peut changer, mais on note tout de même que, dans ce que Henri Laurens a décrit comme « le grand jeu arabe », « la rue » manifeste avec une belle constance sa colère à l’encontre des symboles nationaux de certaines puissances politiques. On verra le destin médiatique qui sera donné à cette photo (voir ci-contre : cliquer pour agrandir) prise hier au Caire. Une chose est toutefois certaine, il va être difficile de l’intégrer telle quelle au grand imagier du « printemps arabe » que publient les médias du monde depuis le début des soulèvements il y a bientôt deux ans. Ce « grand imagier », on peut en saisir les traits sous une forme condensée à l’occasion d’un événement comme Visa pour l’image, le grand rendez-vous annuel du photojournalisme, qui s’intéresse bien entendu à cette question d’actualité comme il l’avait fait déjà lors de la précédente édition. Un exercice très rarement satisfaisant, tant est grande l’impression de déjà vu dans ces instantanés qui, le plus souvent, se contentent de redoubler la vulgate officielle des événements, en donnant très rarement un sentiment de présence que l’on ressent au contraire si fortement avec les photos de Louisa Gouliamaki, Angelos Tzortzinis et Aris Messinis, les photographes grecs du bureau AFP d’Athènes.

Parmi toutes ces images de l’actualité arabe, une exception tout de même, le travail de Johann Rousselot. Interpellé par la place d’internet, des blogs et des réseaux sociaux dans les mouvements, le photo-reporter a choisi de proposer, sous le titre « Colères. Les peuples arabes à bout – Icônes révolutionnaires », une série de portraits de cette jeunesse arabe « connectée aux valeurs des pays dits libres et démocratiques ». Il l’a réalisé en superposant les « vraies » photos des manifestants aux codes, symboles et autres graffitis, éventuellement récupérés sur la Toile. (En plus des quelques échantillons présentés ici, il faut voir l’ensemble de ce travail sur son site.) Photomontages donc, images artificielles par conséquent, qui s’avèrent en définitive plus « parlantes » que les images « naturelles », avec en plus ce bénéfice que leur auteur ne pose pas à l’objectivité mais affiche au contraire sa subjectivité, ici militante.

Dans cette série où figurent également le Maroc, la Tunisie, la Libye et l’Egypte, la Syrie occupe une place à part. Marqué par « l’abondance indécente des vidéos amateurs, parfois insoutenables, et principal témoignage de la situation dans le pays à ce moment-là », le photographe est revenu à un système plus classique de superposition d’images, avec des portraits de militants qui se détachent sur un arrière-plan, plus flou, de photos témoignant d’une très grande violence. Même si on aimerait y voir un reflet de la spécificité, évoquée il y a pas mal de temps de cela, du « régime de vérité » propre à la circulation de l’information dans le cas syrien, cette variation par rapport à l’ensemble de la série s’explique davantage par les conditions du travail sur le terrain.

Ce choix esthétique, probablement lié aux circonstances (les portraits des militants ont été réalisés dans les camps de réfugiés en Turquie), n’en est pas moins, sans doute à l’insu de leur auteur, un assez bel hommage aux créateurs cinématographiques syriens. En effet, cette manière de refuser l’illusion de la « capture du réel » pour choisir au contraire d’en évoquer la complexité, est une question que n’a cessé de se poser Omar Amiralay, le très grand cinéaste, animateur du printemps de Damas en 2000, alors que Bachar El Assad venait tout juste de succéder à son père. Tragiquement, le destin a voulu que son décès survienne à Damas, à l’aube des premières manifestations pacifiques comme le rappelle Chantal Berman, dans cet article (en anglais) qui évoque d’ailleurs incidemment le regard que la machine du Baath, le parti au pouvoir, pouvait porter sur internet et ses techniques.

Cette façon de préférer à la « fiction traditionnelle » le documentaire capable d’une interprétation créatrice du réel a fait école en Syrie, notamment auprès d’Orwa Nairabiya (ou encore Urwa Nyrabia : عروة نيربية), créateur en 2008 de Dox Box, un festival documentaire devenu à la fois une référence dans la région et le symbole, sur place, d’une possible évolution de la société en dépit de la persistance du régime… La dernière édition, en 2011, des Journées du cinémal du réel (leur nom en arabe) avait ainsi reçu le soutien officiel du ministère de la Culture, une décision controversée qui avait obligé l’animateur de Dox Box à s’expliquer en rappelant son exigence d’indépendance (article en arabe).

Orwa Nairabiya n’est jamais monté dans l’avion qui devait, le 23 août dernier, l’emporter au Caire. Ses proches sont sans nouvelles de lui. Une campagne de soutien internationale réclame sa libération.

12/09 : En espérant que la nouvelle soit très vite officiellement confirmée, Orwa Nairabiya aurait été libéré ce jour ! Confirmation ici : http://toutelaculture.com/2012/09/syrie-hommage-et-mort-du-cineaste-tamer-al-awam-et-liberation-dorwa-nyrabia/

Le « printemps des arts » exp(l)ose à Tunis (3/3) : art et islam à l’agonie

Haïfa Wehbé dans "Anta tani"

Avec l’été, le calme est revenu en Tunisie et tout le monde note la soudaine discrétion des plus agités (même si certains dépôts, où se trouvent des stocks d’alcool, continuent à brûler sans que les policiers, par ailleurs très zélés sur les questions de mœurs, n’en soient troublés : article dans Nawaat). Les affrontements sont-ils définitivement oubliés ? Personne n’y croit vraiment et beaucoup pensent au contraire qu’il s’agit seulement d’un repli tactique de la part des militants religieux (article en arabe dans Al-Akhbar), avant l’épreuve de vérité que sera ramadan (qui commencera aux alentours du 20 juillet), avec notamment la possibilité ou non pour les mécréants de continuer à boire et à manger plus ou moins ouvertement aux heures de jeûne…

Dans l’immédiat, quelles leçons tirer de ce nouvel épisode (provisoirement) refermé dans l’interminable feuilleton des relations explosives entre art et islam politique ? La versatilité de bien des analyses, déjà ! Il y a tout juste un an, la « génération Facebook » monopolisait tous les commentaires. Un an après, on l’a oubliée et on est revenu à l’inusable classique, diffusé sur les écrans médiatiques depuis des décennies, sous le titre faussement interrogateur « l’islam est-il compatible avec la démocratie ? ». Évoquant le prochain congrès du mouvement Ennahdha – voir ci-dessous, l’annonce de l’événement sur Facebook, ce qui permet de constater qu’on peut se réclamer de la tradition prophétique et ne pas tourner le dos aux technologies numériques, bien au contraire –, Le Monde évoquait ainsi récemment « les premiers pas d’un État islamiste »…

www.facebook.com/Nahda

Finie la magie du Printemps arabe ! « Encore toi ! » (Anta tani) vieil islamisme ! pourrait s’exclamer Haïfa Wehbé dans l’inoubliable vidéo où elle se retrouve en gladiatrice au beau milieu de l’arène : on est revenu aujourd’hui, en particulier du point de vue des phénomènes culturels, à une approche que l’on peut qualifier d’« agonistique », un adjectif qui vient du mot qui sert à désigner l’art des athlètes, en particulier dans les combats pour les jeux publics au temps de l’Antiquité romaine. Ce qui revient à dire que les rapports entre la culture et la religion dans le monde arabe sont perçus, pensés et présentés sur un mode brutalement antagoniste, comme l’inéluctable lutte à mort de deux systèmes de valeur totalement opposés.

Bien entendu, les choses sont en réalité nettement plus compliquées ! Outre le fait qu’on a toujours tort d’« essentialiser » l’islam pour en faire une catégorie immuable en tous lieux et en tous temps, il va de soi qu’il n’y a pas non plus un islam politique, mais d’innombrables variations dont témoigne l’apparition d’un terme tel que « salafiste », d’usage courant aujourd’hui alors qu’il n’était utilisé, il y a encore quelques mois à peine (jusqu’aux élections de la fin 2011en Tunisie justement) que par les spécialistes. De plus, au sein d’un même mouvement, Ennahdha par exemple, peuvent cohabiter des tendances parfois très opposées (comme le rappelle d’ailleurs l’article du Monde précédemment évoqué).

Au gré des rapports de force, conservateurs et modérés sont aussi capables d’évolutions, de compromis tactiques, et il n’y a donc pas une position de l’islam politique vis-à-vis de l’art, de la création, de la pensée. Au contraire, comme dans tout mouvement on observe la coexistence de tendances, tantôt particulièrement fermées, voire totalement hostiles à toute forme d’art ou presque, tantôt bien davantage ouvertes, et allant même jusqu’à défendre l’idée d’un fann hâdif multazim (un « art missionnaire engagé » pourrait-on traduire en jouant sur les sens de hâdif, « mission, but »). Les événements politiques ont donné à cette conception d’un art militant pour les valeurs religieuses, développée depuis bien des années, une actualité certaine (voir ce billet par exemple) mais il faut aussi savoir qu’il y a une certaine compatibilité – et même une compatibilité certaine (trop rarement rappelée) – entre des courants de l’islam politique conservateur et certains secteurs de la culture mainstream, dans les industries audiovisuelles de l’entertainment notamment, comme le montrent, entre autres exemples, les « indispensables » chansons pieuses de ramadan que produisent avec succès des chanteurs aussi « débauchés » que Tamer Hosny, la super-vedette de la jeunesse égyptienne).

Pour compliquer encore un peu les choses, on rappellera que la scène culturelle fait en plus l’objet de toutes sortes de manipulations. De ce point de vue,  l’« explosition » du Printemps des arts au palais Abdellia est presque un cas d’école (et avant cela, la diffusion de Persepolis sur la chaîne Nessma) : à l’évidence, une bonne partie des acteurs du champ ( les islamistes comme les artistes) sont les victimes, souvent très complaisantes, de pièges politiques dont on connaît, en France et ailleurs, l’efficacité médiatique à travers les polémiques régulièrement suscitées par l’extrême droite. L’expérience montre à l’envi qu’il est vraiment facile de provoquer à bon compte des scandales qui, repris par la caisse de résonance des médias locaux et étrangers, vont contribuer à polariser toujours davantage les acteurs vers les extrêmes. Aux ultra-religieux de tous poils (!) répondent ainsi les ultras du camp laïc qui se trouvent tout à coup fort menacés depuis que les anciens régimes ont disparu, et qui ne sont pas loin d’exprimer haut et fort leurs regrets du bon temps d’avant la révolution, celui d’un Ben Ali en Tunisie (article en arabe sur Middle East Online) ou d’un Ahmed Shafik, le finaliste malheureux de la présidentielle en Égypte (article en arabe dans Al-Akhbar).

Malheureusement, il est plus que probable que cette présentation « agonistique » de la culture s’impose toujours davantage, tout au moins dans l’avenir proche : non seulement elle offre aux médias et à l’opinion un narrative indémodable, prêt à servir réchauffé dans toutes les occasions, mais c’est en plus « pain bénit » si l’on ose dire pour les acteurs de l’un ou de l’autre camp en mal de notoriété facile… Dans un contexte de transformation politique et de rééquilibrage entre les forces en présence, il est à craindre que l’on continue longtemps à « chercher désespérément la troisième voie » réclamée par Hichem Mustapha dans un article qui mérite d’être lu sur Nawaat