Le repentir, c’est pour Dieu ! Être poète en Arabie saoudite… Ashraf Fayadh

06_ashraf_fayadh
une oeuvre d’Ashraf Fayadh (titre non précisé)

Même s’il est trop tard pour le cheikh Nimr al-Nimr, exécuté comme on le sait avec 46 autres personnes, on voudrait croire qu’il est encore possible de changer le sort qui attend Ashraf Fayadh (أشرف فياض), autre nom sur la longue liste des condamnés à mort en attente de l’exécution de leur sentence en Arabie saoudite. Ce jeune artiste, qui est également poète, bénéficiera-t-il d’un peu de clémence, à l’instar de l’activiste Raif Badawi (voir ce billet) ? Des campagnes de signatures existent – ici ou – mais on peut se demander si la mobilisation internationale sera suffisante au regard de la folle radicalisation qui s’est emparée du pouvoir saoudien depuis la mort du roi Abdallah ben Abdelaziz il y a un an ou presque.

Bien qu’il soit né en Arabie saoudite et qu’il ait toujours vécu dans ce pays, Ashraf Fayadh est souvent présenté comme palestinien. Il partage en effet le destin de ceux qu’on appelle en arabe les « bidoun », pour « bidoun jansiyya » (بدون جنسية ), à savoir des résidents en Arabie saoudite (ou encore au Koweït ou au Bahreïn), condamnés à perpétuité à vivre en citoyens de seconde zone, sans droits politiques et sociaux, faute d’avoir obtenu la nationalité du pays où ils se trouvent.

Ashraf Fayadh est donc un « bidoun », un Saoudien qui ne mérite pas sa majuscule puisqu’il n’est que résident du royaume où l’on ne lui reconnaît que son origine palestinienne (Khan Younes, près de Gaza en l’occurrence). Né en 1980, c’est une figure marquante d’un milieu assez peu connu du grand public, celui de l’art moderne dans les pays du Golfe. Naviguant périlleusement entre « Dieu, patrimoine et consommation » comme il est écrit dans cet article (en arabe), des Saoudiens font vivre une scène artistique locale qu’on peut trouver aussi bien dérisoirement « arty » (voir cet article par exemple) que salutaire et libératrice, dans la mesure où leurs créations contribuent à rendre visibles les questions que se posent nombre de leurs concitoyen(ne)s sur leur société.

Quoi qu’on pense de leur travail et de l’écho qu’il reçoit, les artistes saoudiens (et assimilés dans le cas des « bidouns ») n’ont pas la vie facile. Avec le soutien d’une partie de l’opinion, endoctrinée depuis des lustres par une cohorte de religieux qui y trouvent l’occasion de jouir d’une petite (mais déjà très confortable) fraction du pouvoir que leur concède la dynastie régnante, la célèbre « police des mœurs » locale fait régner un arbitraire quasi absolu, à peine masqué par les oripeaux d’une justice de façade. Personne dans les médias pour contester la version officielle, pas de partis politiques non plus pour réclamer des réformes, trop peu d’associations de citoyens pour faire avancer le cours des choses, rien d’autre le plus souvent que des réseaux de solidarité locale, éventuellement sur fond d’identité religieuse, à l’image de la contestation qu’incarnait, au Qatif (la plus pétrolifère des provinces du royaume) la figure de cheikh Nimr al-Nimr…

Seules brèches dans le système saoudien, ce qu’on a pris l’habitude d’appeler les réseaux sociaux, particulièrement denses dans ce pays où la « vraie » communication est précisément ce qui manque le plus (parmi les nombreuses entrées dans ce carnet sur cette question, celle-ci). La prudence est de mise pour ceux qui se risquent sur ce terrain où les dangers sont réels. On observe toutefois la présence de quelques libéraux plus ou moins proches du pouvoir, selon un éventail de types qui va d’Al-Walid Ben Talal, prince royal et richissime homme d’affaires investissant dans Twitter, à Al-Mujtahid (voir ce billet), mystérieux informateur sur les luttes internes du pouvoir. Du côté de la « société civile », on trouve aussi différents militants, d’autant plus audacieux qu’ils sont « reconnus » et donc protégés internationalement. Rarement frontal – il faut être un Nimr al-Nimr pour oser le faire, et on connaît désormais son sort – ou alors de façon prudemment anonyme (voir ce billet), leur combat passe souvent par les questions de société (la question féminine en particulier), et s’abrite le plus souvent derrière une contestation, en apparence seulement légère et humoristique.

Mais le terrain est miné et le moindre faux-pas peut être fatal. Certains pensent, comme le rappelle cet article du Guardian, que les malheurs d’Ashraf Fayadh remontent à la mise en ligne sur internet d’une vidéo dénonçant les exactions de la police des mœurs en train de s’en prendre à un malheureux jeune homme dans un centre commercial. D’autres versions (ici par exemple) évoquent une discussion dans un lieu public, suivie d’une dénonciation. Lors de son premier procès, dans le cadre d’une accusation pour « infraction aux codes islamiques ou aux bonnes mœurs et insultes ou railleries à l’encontre de la personne divine (mukhâlafat al-âdâb al-shar’iyya aw al-‘âmma wa sabb al-dhât al-ilâhiyaa aw al-istihzâ’ bihâ), Ashraf Fayadh s’était vu reprocher notamment la publication – dix ans plus tôt ! – d’un recueil de poèmes prétendument « blasphématoire ». Le juge avait prononcé une peine de 800 coups de fouet et de quatre années d’emprisonnement, en tenant compte des regrets du prévenu… Mais ce n’était pas assez sans doute, puisque le procureur, jugeant que « le repentir, c’est pour Dieu », a fait appel. Le nouveau jugement, en novembre dernier, a requis cette fois-ci la peine capitale.

ashraf_fayadhÀ l’évidence, ce « bidoun » qui a mauvais genre avec ses cheveux trop longs, est une proie facile pour des autorités saoudiennes. Mais il est loin d’être le seul dans son pays où les autorités, à en croire un billet récent d’Asad Abu Khalil (Angry Arab), multiplient les intimidations contre les écrivains depuis les exécutions de ces derniers jours. Dans l’immédiat (voir cet article dont il existe aussi une version arabe), bien des poètes partagent (ou ont partagé) son sort : Adel Lobad en Arabie saoudite, Muawiya al-Rawahi et Fatimah Alshidi en Oman, Mohammed Ben Alzib au Qatar, Ayat al-Ghermezi au Bahreïn. La liste est loin d’être complète hélas, puisqu’on peut y ajouter par exemple le nom Habib al-Maatiq, toujours en Arabie saoudite,

Sans parler des journalistes (tel Ahmad Al-Jarallah, rédacteur en chef de Al-Siyassa au Koweït, poursuivi pour « offense au prophète lui aussi), et sans oublier les condamnations, bien plus nombreuses encore, d’activistes de l’internet (Nabil Rajab par exemple, grâcié par le roi du Bahreïn l’été dernier pour des raisons de santé)…

Bien des noms oubliés par l’opinion internationale, peut-être parce qu’ils ont le tort de subir les foudres de régimes, bien trop riches pour qu’on prenne le risque de les attaquer.

Al-Ta'limât bil-dâkhil (Instructions à l'intérieur), recueil d'Ashraf Fayadh
Al-Ta’limât bil-dâkhil (Instructions à l’intérieur), recueil d’Ashraf Fayadh

Il existe une traduction en anglais d’un poème d’Ashraf Fayadh intitulé Les moustaches de Frida Kahlo (شوارب فريدا كالو). On la doit à Mona Kareem qui tient (en arabe plus souvent qu’en anglais et avec cette autre traduction mais sans le texte original) un blog où se trouvent bien plus d’informations que n’en contient ce billet. Bonne lecture !

Dans les jours qui viennent, je proposerai moi-même la traduction de cours extraits que j’ai trouvés.

Matons et amateurs de feuilletons en Tunisie : Maktoub IV

logikpolitik
La page Facebook de « La logique politique »

En principe, les feuilletons télévisés participent de ces rites collectifs qui font la douceur des nuits arabes de ramadan. Pourtant, comme pour être au diapason des folles turbulences qui balaient toute la région, une série tunisienne a provoqué, la semaine dernières, une série de mouvements de protestation qui ont culminé avec une grève des gardiens de prison. En cause, Maktoub (Destin), une série qui, depuis ses débuts en ramadan 2008, connaît toujours un grand succès auprès du public tunisien. Ce dernier est en effet heureux de suivre des péripéties « socio-sentimentales » qui tranchent quelque peu avec le médiocre ronron de la production ordinaire nationale. Fidèle à sa ligne réaliste, Maktoub, pour les épisodes du cru 2014, proposait notamment aux téléspectateurs un voyage dans les geôles tunisiennes. Au menu l’ordinaire de ce qu’on trouve dans ce genre d’endroit : surpopulation, violence, corruption, trafics de tout genre pour une meilleure gamelle, un téléphone, un peu de drogue… Rien que de très banal mais suffisant, toutefois, pour susciter la colère des matons qui se sont sentis « humiliés » par un récit visiblement trop réaliste.

Cela tient, très certainement, à l’expérience du réalisateur, Sami Fehri, « mis à l’ombre » pendant plus d’une année (ce qui explique que Maktoub, entamé il y a six ans, n’en soit qu’à sa quatrième saison). Durant l’été 2012, il avait en effet été emprisonné sous l’inculpation de « complicité de détournement de fonds publics » pour des contrats passés entre la télévision nationale et Cactus, sa société de production pour laquelle il avait comme associé un certain Belhassen Trabelsi, le beau-frère de l’ancien président (le genre de concession parfaitement indispensable pour faire du business dans la Tunisie de l’époque). Mais comme cette arrestation intervenait quelques jours après l’interdiction de l’émission phare de Sami Fehri, Al-lûjîk al-siyâsî (La logique politique), un remake à la sauce locale des Guignols de l’info, nombreux étaient ceux qui avaient vu dans cette embastillement un épisode supplémentaire des pressions subies par les acteurs médiatiques trop rebelles aux quatre volontés du parti alors tout puissant Ennahda. Des soupçons confirmés, pour beaucoup, par de longues tribulations juridiques, s’achevant – même si la procédure judiciaire se poursuit encore – par la libération de Sami Fehri en septembre dernier, juste à temps pour mettre en chantier la nouvelle série de Maktoub, avec les fameux épisodes sur la vie carcérale locale…

Mais en Tunisie comme partout dans le monde arabe (et ailleurs…), la volatilité des dossiers politiques se double de très sensibles enjeux économiques. Evoquée dans cet article du Monde , cette affaire politico-médiatique n’était certainement pas sans lien avec la rivalité acharnée qui opposaient, y compris sur le « concept » des Guignols de l’info à la tunisienne, les propriétaires de la chaîne privée Nessma à Sami Fehri, en tant que créateur d’Ettounsiya, une chaîne rivale lancée peu après le départ précipité de Ben Ali et donc sans le « soutien » de son beau-frère, Belhassen Trabelsi…

Deux ans après, les téléspectateurs tunisiens se sont prononcés. En l’absence d’audimat totalement crédible, les statistiques des recherches sur Google offrent une bonne indication des choix du public. Et sur ce plan, protestations des matons ou pas, les requêtes pour Nsibti Laaziza, la sitcom ramadanesque de Nessma se traînent loin derrière les recherches pour visionner les derniers épisodes de Maktoub IV. Un verdict sans appel !