Ramadan, mois de sacrée télévision…

endeel
Dessin de l’illustrateur égyptien M. Qindeel (https://www.behance.net/andeel)

Avec ramadan revient l’inévitable article sur les séries télévisées, selon une perspective déjà explorée, celle de la « géopolitique des feuilletons ». Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer au vu de la situation dans la région, l’offre reste assez abondante. En dépit des crises – ou bien à cause d’elles pour ceux qui estiment que la plus importante des pratiques culturelles locales n’est qu’un opium pour le peuple – le nombre d’œuvres diffusées reste stable. Les baisses, quand il y en a, touchent en réalité des lieux inattendus alors que d’autres résistent contre toute attente.

Malgré des années d’efforts constants, la production du Golfe peine toujours à s’imposer à l’échelle de la région. En Arabie saoudite, la quantité est même nettement à la baisse. Les professionnels du secteur peinent à se mettre d’accord sur les raisons de ce phénomène : est-ce le contexte politique, la médiocrité du milieu artistique local, le manque d’intérêt du public ? L’argent a déserté ce type d’investissement en tout cas, avec des conséquences à l’étranger, en Irak par exemple où les télévisions locales avaient pris l’habitude de profiter des largesses, aujourd’hui totalement absentes, de la diplomatie d’influence saoudienne.

Pour autant, l’argent du Golfe ne s’est pas évaporé bien évidemment. Mais ce sont les chaînes égyptiennes qui en profitent, ou plus exactement les succursales, sur les rives du Nil, des groupes financés avec les énormes revenus du pétrole (MBC Egypt, Al-Hayat, etc.) Malgré la tension politique et la situation dans le pays (la presse s’est ainsi fait l’écho d’attaques d’un certain nombre de lieux de tournages, attaques qui ressemblent beaucoup à du racket), les dramas de ramadan sont au rendez-vous.

Alors que la situation économique est loin d’être florissante, que de nombreuses chaînes ont des difficultés financières et coupent dans leurs budgets, et surtout en dépit d’un marché publicitaire exsangue, les chiffres avancés, tant pour les coûts de production que pour les salaires des vedettes, sont toujours aussi invraisemblables : 15 millions de dollars paraît-il pour Prof et directeur de département (أستاذ ورئيس قسم), la grosse machine égyptienne de la saison, ce qui veut dire beaucoup, beaucoup de coupures publicitaires, et de rediffusions, pour arriver au seuil de rentabilité.

A 75 ans, Adel Imam (dont les débuts remontent aux années 1970 comme le rappelle cette excellente synthèse du feuilleton égyptien publiée dans le quotidien anglophone Mada) reste le mieux payé de tous : 4 millions de dollars pour ce rôle. Un salaire modeste en vérité sachant qu’il monnaie son apparition sur un plateau télé à 250 000 dollars l’unité. Loin derrière, nombre de vedettes se contentent de cachets qui se comptent tout de même en centaines de milliers de dollars. Une somme appréciable lorsqu’on participe à deux séries, comme la Libanaise Haïfa Wehbé, le plus gros cachet chez les femmes (autour de 2 millions de dollars pour chaque prestation).

Contre toute attente, l’autre grand producteur régional, la Syrie, continue à produire, et même plutôt davantage que les années précédentes. Plusieurs explications à l’étonnante survie de ce secteur dans un pays dévasté : la délocalisation d’une très importante partie des producteurs, acteurs et autres professionnels du métier dans le Liban très proche et tout à fait complémentaire ; des coûts de production meilleur marché que jamais en raison de la chute de la monnaie locale ; ainsi que la levée (partielle en tout cas) du boycott imposé il y a peu encore à la production syrienne par les plupart des riches chaînes du Golfe. Après la très saoudienne MBC, c’est Abu Dhabi TV qui achète, pour ce ramadan, deux productions « officielles » (car soutenues par le secteur public syrien).

Sur le plan qualitatif, les experts n’ont pas l’air emballés, et on verra ce que sera le verdict du public. Bien entendu, la « série légère » continue à dominer, à l’exemple du feuilleton déjà mentionné dans lequel Adel Imam interprète un universitaire de gauche. Sur fond de révolution en janvier 2011 – occasion de s’en prendre aux Frères musulmans bien entendu ! –, Prof et directeur de département s’intéresse surtout aux aventures sentimentales du personnage principal, père à son insu.

aston martinDans une région saturée d’images venues de la politique, celle-ci est cependant loin d’être exclue. En Égypte, on attend avec intérêt de voir ce que donnera un feuilleton reporté depuis deux ans, Le Quartier des juifs (حارة اليهود), sur l’exode de grande partie de cette communauté à partir de la fin des années 1940. En Syrie, la politique sera à l’écran, tantôt sur le mode humoristique (ce qui peut étonner…), avec la 7e édition de Spotlight (بقعة ضوء), critique légère des travers du régime, tantôt à travers le voile de la comédie, avec notamment Le Parrain (العراب), qui transpose l’univers impitoyable de Francis Ford Coppola au riche terreau local en matière de mafia. Deux sociétés rivales s’apprêtent à sortir leur propre adaption (!) mais la plus attendue est celle qui a pour principal interprète, la très grande vedette arabe Jamal Suleiman (جمال سليمان), un (court) moment membre de la Coalition nationale syrienne (d’opposition)… De quoi orienter la lecture d’un feuilleton par ailleurs sponsorisé par… Aston Martin !

Enfin, pour rester dans la veine des informations assez inattendues que nous livre la scène audiovisuelle dans cette région du monde, on remarquera le magistral silence médiatique qui se fait sur la fermeture, par les autorités de la « seule démocratie dans cette région du monde », de F48, une chaîne arabophone. Financée par l’Autorité palestinienne, elle devait commencer émettre depuis Nazareth (en Palestine de 48 par conséquent, c’est le sens du logo), le premier jour de ramadan…

 

Pour ne pas finir sur cette note triste, la chanson générique de Cello, festival de romantisme glamour exotico-dégoulinant : si ça ne vous fait pas rêver, c’est que vous êtes un mécréant télévisuel !

 

La mémoire des dattes : le président Morsi et la vox populi

Les dattes l’avaient prédit : bien avant les rassemblements spontanés de la place Tahrir pour contrer un éventuel coup militaire, on pouvait deviner que le soutien populaire dont bénéficie le président égyptien Mohamed Morsi rendait pratiquement impossible une réaction de l’armée. Et cela grâce au yamish, un terme local pour désigner les fruits secs dont les Égyptiens font une énorme consommation durant cette période de fête.

En effet, chaque année les Égyptiens s’amusent à donner aux dattes de ramadan des noms tirés de l’actualité. Certains consommateurs s’obstinent à demander leur variété préférée selon son appellation d’origine (soukouti, siwi, etc.) mais dans les marchés populaires, les vendeurs rivalisent d’imagination pour trouver des appellations susceptibles d’attirer l’attention de la clientèle en la faisant sourire et en la confortant dans ses convictions.

Totalement spontanée, la création de ces noms n’en répond pas moins à certaines règles : n’importe quelle proposition ne peut pas s’imposer sur le « marché » de la création langagière et la « fortune » d’une expression dépend au contraire de l’écho qu’elle trouve auprès du public des chalands qui délivrent un verdict populaire. Du coup, les dattes de ramadan proposent de façon saisonnière une sorte de sondage sauvage de l’opinion. Les appellations successives des dattes de ramadan dressent ainsi le palmarès des personnalités qui ont marqué les esprits.

La "Obama"

Les vedettes naturellement. Il y a ainsi eu une zaïm, du nom de la meilleure comédie de ‘Adel Imam, et d’innombrables variétés certainement prodigieusement goûteuses, dédiées à Leila Elwy, une actrice locale, ou à Haïfa Wehbé (encore elle!) et à ses consœurs de la chanson. Les étoiles du sport ne sont pas oubliées et, notamment lors du succès de l’équipe nationale à la Coupe d’Afrique des nations en 2006 et en 2008, les étals ont rendu hommage à Abu Trika, auteur à chaque fois du but victorieux !

Mais il y a aussi, et même surtout, la politique avec son cortège de figures célèbres dont certaines traversent le temps – Nasser, Sadate, sont ainsi des appellations qui ont duré – alors que la plupart des surnoms font au contraire écho à l’actualité immédiate. En mal ou en bien, car les dattes les moins chères n’échappent pas à la verve des marchands à la criée. Ils se sont ainsi moqués de la « Bush » et de la « Sharon » en 2003, tandis que le fond du panier, la datte de triste mémoire pour les estomacs (et pas seulement), a reçu cette année le nom de fouloul, terme consacré par l’actualité pour désigner les partisans de l’ancien régime.

A contrario, la gouaille populaire a réservé le nec plus ultra du palmier-dattier à des destinées politiques qui sont loin, en France et ailleurs, d’être perçues d’une manière aussi favorable. S’il y a eu la « Obama » en 2009, à la suite d’un discours mémorable adressé au monde musulman cette année-là à l’Université du Caire, la mémoire saisonnière des dattes de ramadan a nommé au panthéon de l’imaginaire arabe Ben Laden et Saddam Hussein en 2004 et 2005, ou encore Hassan Nasrallah en 2006, année de la résistance victorieuse du Hezbollah au sud du Liban.

La "Hassan Nasrallah"
En 2012, bien évidemment, la datte « président Morsi » s’arrache sur le marché bien plus cher que la variété dédiée à son rival malheureux pour l’élection présidentielle, Ahmed Shafiq. Façon de dire à qui vont les faveurs du peuple et manière aussi de prolonger le message donné l’année précédente par la vox populi. Cette année-là, elle a dérogé à la coutume en offrant son hommage verbal non pas à une personne, aussi éminente fût-elle, mais au grand événement que le pays venait de vivre. L’histoire se souviendra longtemps qu’en 2011 les dattes de ramadan s’appelaient Tahrir (Libération, comme la place), Horreya wa adala (Liberté et justice), al-shohada (les martyrs [du 25 janvier]), sans oublier la plus longue en bouche, Al-thawra mostamerra (Révolution continue !)

 

“Opération Omar” : les cheikhs aboient, la caravane du feuilleton passe! (Ramadan nous rassemble : 2/3)

The Largest Arabic Drama Production in History : 1970 swords, 650 spears, 1500 horses, 3800 camels, 4000 arrows, 400 bows, 170 sheilds, 15 drums, 14200 meters of fabric, 137 statues, 39 costume designers & tailors, 1600 pieces of potery, 10000 silver coins, 7550 slippers, 322 actors and actresses, 10,000 extras in the ba.lefield, 299 technicians from 10 countries
The Old City of Makkah and its areas were reconstructed across 12,000 sq meters, 29 in-studio sets, 89 outdoor shooting locations
322 days of filming & post-production
= 463.680 minutes
= 72.820.800 seconds (source : http://butheina.wordpress.com)

Depuis le début de ramadan, la grande bataille du feuilleton est lancée (sauf pour les Syriens qui, hélas pour eux, ne font pas dans la métaphore). Comme à l’accoutumée, rien ne filtre sur les statistiques d’audience mais le brassage médiatique fait autour de la diffusion d’Omar confirme qu’il s’agit bien de la grosse opération de la saison. Signe des temps, c’est sur les réseaux sociaux que les adversaires du feuilleton se mobilisent en ouvrant, non sans succès, des pages Facebook pour exhorter les bons musulmans à ne pas regarder cette œuvre quasi impie, tandis qu’un richard local se propose de couvrir les pertes (en arabe) au cas où la MBC accepterait d’arrêter la diffusion !

La MBC, la chaîne coproductrice, a tout de même innové en enrôlant les traditionnels « prédicateurs de carême (en arabe) pour que leurs causeries portent, comme par hasard, sur cette grande figure de l’islam. Sur Al-Arabiyya, qui n’est en principe pas concernée en tant que chaîne d’information, la querelle entre autorités religieuses est un bon prétexte pour faire la promo du feuilleton tout en défendant la licéité de ce type de divertissement. Comme le confessionnalisme est une thématique à la mode en ce moment, on trouve même un article (en arabe) rappelant que l’acteur qui incarne le second calife n’est pas chrétien. S’il avait été chiite, aurait-il pu interpréter Omar ? Intéressante question de casuistique !

Néanmoins, les réactions à la diffusion du nouvel opus posant la question de la figuration des prophètes et autres figures saintes – réactions synthétisées dans cet article sur L’Orient-Le Jour en version anglaise quasi identique sur Middle East Online – montrent bien que « si les cheikhs aboient, la caravane du feuilleton passe ! » En dépit de toutes les protestations des zélotes, la nouvelle doctrine (sunnite) vis-à-vis de l’image et de la représentation humaine est en passe de s’imposer. C’est une évidence qu’il faut tout de même rappeler : dès lors qu’on s’y intéresse en tant que fait social, l’islam est une religion comme les autres… et donc à même d’évoluer comme les autres. Les pratiques rituelles les plus installées dans la tradition (à la mode wahhabite, la version dominante aujourd’hui) changent, pour peu que les enjeux soient à la hauteur. Naguère, le veau d’or de l’argent roi avait fait plier l’interdit de la figuration (les souverains saoudiens se laissant tirer le portrait sur les billets de banque) ; aujourd’hui, les enjeux de puissance propres à la géopolitique de l’audiovisuel sont en train de redessiner les frontières de l’interdit de la représentation des figures saintes de l’islam.

Au-delà de la compétition entre sunnites et chiites, évoquée à maintes reprises dans ces billets, cette évolution de la doctrine wahhabite – à grand renfort de fatwas qui ne sont probablement pas toutes données gracia pro deo (pour la gloire de Dieu, i.e. gratuitement) – est le résultat d’une lutte pour le leadership sur la « communauté des croyants ». Avec l’éternel problème de ce que l’on appelle en langue arabe la oumma, problème qui tient à l’absence d’adéquation entre deux univers de légitimation, en principe distincts bien que ce soit loin d’être vrai dans les faits : le religieux et l’ethnique (ou l’ethnico-culturel). Car si tous les croyants sont en principe égaux en islam, la réalité est quelque peu différente dans les faits et en tout cas dans les esprits, à cause de l’arabité, cette « fierté d’être arabe », une donnée culturelle fort ancienne (en témoigne l’œuvre d’un poète comme Bachar ibn Burd au VIIIe siècle) renforcée par le nationalisme de l’époque moderne. Consciemment ou non, les pratiquants arabes de l’islam ont bien souvent du mal à se départir d’un sentiment de supériorité dans le pire des cas, en tout cas de la conviction qu’ils bénéficient d’une proximité particulière avec la parole divine, ne serait-ce que pour des raisons linguistiques (puisque le message divin a été délivré dans cette « langue arabe claire » que les pratiques cultuelles ont conservée).

Ces réalités sont à l’arrière-plan de l’étonnante alliance entre la télévision officielle qatarie et l’officieuse MBC saoudienne (voir le précédent billet) pour la production de l’ultime à ce jour muslim saga de ramadan. Manifeste dans des domaines qui vont des compétitions sportives planétaires aux interventions en politique internationale comme on le voit sur le terrain syrien en ce moment, l’irrésistible appétit de puissance des dynasties pétrolières arabes est particulièrement patent dans ce qu’il conviendrait d’appeler, à la mode des fictions hollywoodiennes, « Opération Omar ». L’objectif, c’est bien d’imposer le sceau de la puissance du Golfe à la diffusion du message religieux. Comme le proclame fièrement cet article (en arabe) d’Al-Arabiyya, c’est presque un tiers des musulmans vivant dans le monde qui peuvent profiter du feuilleton Omar traduit – une volonté présente dès l’origine du projet – dans les principales langues de la oumma musulmane : le turc et surtout l’indonésien (la première communauté nationale musulmane, avec plus de 200 millions de fidèles)…

(à suivre, avec le troisième et dernier volet, comportant l’analyse de la bande-annonce déjà promise !)

“Ramadan nous rassemble” 1/3 (mais il reste des frontières)

Le jeûne de ramadan arrive, accompagné comme de coutume par son festin de séries télévisées, avec cette année une super-giga-méga production sobrement intitulée, du nom du second calife, Omar (Ibn al-Khattâb). Présentée dans un clip de promotion (voir ci-dessous, il sera commenté la prochaine fois) sous le slogan « Ramadan nous rassemble », la série a été financée conjointement par Qatar Television et la chaîne saoudienne MBC (Middle East Broadcasting Center, une des plus anciennes chaînes satellitaires, créée en 1991 à Londres et installée depuis 2001 à Dubaï). Annoncé dès septembre 2010, ce projet constitue à ce jour « la plus grosse production arabe », comme le proclame fièrement la bande-annonce : « 30 000 acteurs, plus de 300 jours de tournage… » Ni l’ambiance de ramadan (traditionnellement un moment de trêve dans l’ancienne Arabie), ni le coût certainement très important du budget ne sauraient expliquer à eux seuls cet attelage sans précédent entre deux institutions (para-)étatiques, émanations de puissances pétrolières certainement alliées mais également rivales, à commencer sur la scène médiatique.

Depuis longtemps (au moins les années 1990, si ce n’est avant), le feuilleton télévisé représente dans le monde arabe un enjeu de pouvoir. La traditionnelle domination égyptienne dans l’audiovisuel a ainsi été battue en brèche par la montée en puissance de la création syrienne dans la seconde moitié des années 1990, laquelle est en butte, depuis quatre ou cinq ans au moins, à des difficultés économiques mais également géopolitiques (évoquées par exemple dans ce billet publié en septembre 2007), difficultés bien évidemment particulièrement aiguës dans le contexte actuel à Damas. Ainsi, ce doit être la première fois depuis très très longtemps que la programmation de ramadan sur Dubaï TV ne comporte aucune production syrienne. Il ne s’agit pas du tout d’un boycott, s’empressent de préciser les responsables, mais d’encourager la création locale (article en arabe sur Al-Arabiyya). « Le Golfe d’abord ! » a-t-on décidé, pour que les pays de la région occupent sur la scène des industries culturelles la place qu’ils tiennent déjà dans le domaine économique et stratégique.


Mais la concurrence n’est pas seulement arabe. Sur le segment très particulier d’une consommation télévisuelle très « rituelle », à la fois coutumière, dans tous les sens du terme, et identitaire, les séries américaines sont hors-jeu, et même les séries turques (voir ce billet), qui continuent à se tailler un beau succès « en temps normal ». Mais justement, ramadan n’est pas un mois ordinaire ; c’est une période de ressourcement durant laquelle les liens, familiaux et sociaux, se resserrent, pour retrouver le sens d’une communauté dont la représentation imaginée (la célèbre imagined community de Benedict Anderson) continue à hanter les représentations politiques de la région quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise.

Cette exaltation du patrimoine commun à la nation a pu souvent se faire, même si c’est aujourd’hui un peu passé de mode, en jouant sur la fibre politique, la cause palestinienne assumant ainsi une sorte de rôle fédérateur des différents publics arabes. La veine nostalgique a aussi beaucoup été exploitée, ce dont témoigne l’énorme succès, plusieurs années de suite, de la série culte « à la syrienne » (shâmi) de Bab al-hâra. On peut également passer à la moulinette biopic toutes les grandes figures de l’histoire locale, ancienne et récente, de Nasser (billet ici) à Hassan el-Banna, le fondateur des Frères musulmans (billet ici) en passant par le roi Farouk, pour s’en tenir au cas égyptien.

Enfin, la gamme des mythes fondateurs peut puiser dans le riche réservoir des figures plus ou moins sacrées. Mais comme au cinéma avec les tentatives – parfois très anciennes, inspirées de la geste prophétique (voir ce billet où il est notamment question d’Al-Risâla et d’un projet turc qui aurait pu voir le jour en 1935 !) –, la mise en image des hauts faits de l’islam pose le problème, évoqué à maintes reprises dans ces billets (voir par exemple ici), de la représentation des personnages considérés (ou non) comme sacrés. En dépit de moult cautions religieuses puisées aux meilleures sources (Qardhawi naturellement, mais pas mal d’autress cheikhs du même calibre), le Omar de la MBC n’échappe pas, avant même sa diffusion (!), au lot de discussions, justifications, condamnations qui accompagnent rituellement ce type de projet en Arabie saoudite (article dans le Saudi Gazette) ou ailleurs (article en arabe dans Al-Akhbar à propos des protestations au Koweït).

Au regard des enjeux de puissance liés aux industries modernes de l’image, ce qui ne devrait être qu’un strict problème de doctrine à propos du caractère licite ou non de ces représentations des prophètes et autres figures saintes prend une dimension très polémique et politique dans le cadre des tensions entre les versions sunnites et chiites de l’islam. Comme ces dernières acceptent, depuis longtemps (voir ce billet), une interprétation beaucoup plus ouverte que celle des sunnites (surtout dans la version wahhabite), elles ont un incontestable avantage dans la guerre d’influence par feuilletons interposés, et les productions iraniennes, plébiscitées par le grand public, ont occupé une place de choix ces dernières années dans la programmation de ramadan des chaînes arabes (voir ce billet).

Mais comme l’année dernière à l’occasion de Hassan, Husayn et Mo’awiyya – un feuilleton rappelant les événements tragiques pour la mémoire collective chiite de la mort des fils de ‘Ali, le quatrième calife de l’islam, tués par le fondateur de la dynastie (sunnite) omeyyade –, le conflit tourne aussi sur l’interprétation de l’histoire véhiculée par un récit imagé qui a vocation à s’adresser aux foules, non seulement arabes mais musulmanes…

(à suivre)

Pour patienter, la page de présentation de la série sur le site de la MBC, où figure notamment une vidéo de promotion/justification qui mérite commentaires…

En exclusivité sur la télévision nationale égyptienne, la « drama » historique de ramadan…

Rien à faire, le cœur n’y est pas ! Cette année, les téléphages arabes ne montrent pas le même appétit pour leurs séries pourtant étroitement associées aux soirées de ramadan. A peine une petite polémique à propos d’un feuilleton qui raconte, assez maladroitement semble-t-il, la vie du poète palestinien Mahmoud Darwich et qui irrite prodigieusement les fans du poète, agacés par la manière dont la culture populaire traite leur idole (c’est vrai qu’il fait un peu niais sur cette photo qui illustre un article dans Al-Akhbar). Et tout juste la rituelle controverse à propos du caractère, licite ou non, des feuilletons religieux dans lesquels des acteurs, humains trop humains, interprètent les grandes figures de la religion. On a déjà eu l’occasion d’en parler : les points de vue divergent sur cette question, notamment entre chiites et sunnites. Une divergence théologique qui prend une dimension politique (voir « Le croissant chiite » et la guerre des images saintes), d’autant plus aiguë que l’offre télévisuelle reste malgré tout en partie déterminée par les goûts du public, apparemment friand de ce type de production (voir La religion des feuilletons : côté « images pieuses mais sacrilèges »). Cette année, l’objet du scandale se nomme Hassan, Hussayn et Moawiyya (anciennement Al-Asbât), drame historico-politique qui, comme le dit cet article sur le site d’Al-Arabiya, revient sur la plus dramatique fitna de l’histoire musulmane à l’origine, au VIIe siècle, de la divergence entre chiites et sunnites.

Incontestablement, les consommateurs arabes n’ont pas autant besoin cette année de leur dose annuelle d’opium télévisé parce que l’actualité leur offre, avec le printemps arabe, un feuilleton aux péripéties autrement fascinantes. Mercredi dernier, l’Egypte tout entière, et une bonne partie du monde arabe, s’est assemblée devant les postes de télévision pour regarder un épisode historique, qui n’est pas près de se renouveler. Après la très détestable téléréalité, sous le regard complaisant des soldats US, de l’exécution de Saddam Hussein (repris, par les bons soins de la BBC, en vraie série télé tournée en… Tunisie avec dans le rôle principal un acteur… israélien : on a vraiment changé d’époque !), la révolution égyptienne met donc en scène le procès de l’ancien président, avec comme générique cette séquence d’anthologie : dans la « cage des accusés » on voit successivement entrer les différents accusés, une borchette d’anciens ministres, les deux fils de Hosni Moubarak et l’ex-président de la République en personne. Le plus impressionnant, c’est peut-être le silence qui règne entre les commentaires de la speakrine, un vrai silence comme il s’en fait lors des tragédies les plus poignantes : il permet d’imaginer les pensées de millions de personnes en cet instant

http://www.youtube.com/watch?v=lYJ1NoAcKwc&feature=player_embedded

Comme dans les « vrais » feuilletons, la bande-son a la plus grande importance. C’est elle qui, en quelques phrases musicales, résume toute l’ambiance de la drama. Pas de mélodie pour cette série dont les téléspectateurs arabes attendent certainement la suite avec impatience, mais un dialogue que nombre d’Egyptiens ont téléchargé sur internet pour en faire leur sonnerie de portable (pour la décharger, cliquer ici) :
— Premier accusé, Mohammad Hosny Al-Sayyid Moubarak.
— Votre Honneur, je suis là !
— Tu1 as entendu les accusations formulées contre toi. Qu’as-tu à dire ?
— Toutes ces accusations, je les nie en bloc.

(La scène se répète avec les deux fils.)

La suite du procès, c’est en principe le 15 août… D’ici là, bonnes soirées de ramadan (avec peut-être d’autres guest stars pour le grand feuilleton des révolutions arabes !)

  1. Non, ce n’est pas un tutoiement révolutionnaire, c’est usuel en arabe, même si le juge aurait pu trouver une formule pour éviter d’avoir à user de la deuxième personne… Il a choisi de ne pas le faire. []

La révolution : un drame pour la télé arabe ! (2/2 : la Syrie)

Un billet un peu décalé par rapport à l’actualité car la Gay Girl de Damas mérite assurément quelques commentaires ! Ils viendront peut-être plus tard. Et puis très peu d’illustrations : cela tient à la qualité de la connexion…

 

Habituées à se prêter au jeu bien huilé des questions-réponses lors de shows parfaitement rôdés et qui ne prêtent guère à conséquences, nombre de stars (nujûms, “étoiles”, le mot est utilisé très facilement dans les médias arabes) ne se sentent pas très à l’aise, c’est le moins qu’on puisse dire, avec le grand ménage de printemps qui dépoussière la scène politique arabe. Dans un contexte comme celui de l’actuelle Syrie, on trouve des personnalités publiques tel l’acteur Bachar Ismaïl pour considérer que se taire est déjà une trahison de la patrie… incarnée par le régime. De toute manière, garder le silence n’est pas vraiment une solution car il y a forcément compétition pour se placer auprès du public et ceux et celles qui prennent opportunément la parole ont forcément l’avantage sur les autres. Il est vrai que plus qu’ailleurs dans le monde sans doute, en raison de l’histoire culturelle de la région, on attend des « étoiles » de la scène arabe qu’elles prennent position, qu’elles s’engagent, d’une manière ou d’une autre, dans le débat politique. Le public arabe réclame de ses vedettes qu’elles donnent leur avis, non pas seulement sur les futilités de l’univers de la mode ou du spectacle, mais aussi sur des questions qui préoccupent le « citoyen ordinaire » dans des sociétés « gorgées de politique ».

En Syrie, c’est autour de l’industrie du feuilleton télévisé, le produit phare du pays sur la scène régionale, que se focalisent les enjeux de la communication : acteurs et actrices, mais aussi producteurs et scénaristes sont ainsi appelés à donner leur point de vue. Étroitement associés à certaines élites politiques dont les intérêts s’étendent, comme l’ont rappelé nombre d’observateurs, dans tous les secteurs de l’économie, les plus célèbres des représentants des industries audiovisuelles se sont « spontanément » mobilisé derrière les autorités du pays, à l’image du comédien et scénariste Douraid Lahham mis en scène sur les affiches appelant à l’unité nationale (voir ce billet). Cependant, et même si l’opinion ne se prononce pas aussi clairement qu’en Tunisie ou en Égypte en faveur du mouvement de protestation, on ne peut que constater que celui-ci se poursuit, et qu’il possède par conséquent des partisans, lesquels ont aussi reçu le soutien de quelques-unes des voix populaires auprès du public syrien.

Au regard des circonstances, on comprend facilement que ce soutien s’exprime surtout depuis l’étranger. Au Caire où elle mène sa carrière internationale, la chanteuse Asala a ainsi récemment fait part de sa solidarité avec les protestataires dont les demandes ont rarement été relayées aussi directement à l’intérieur du pays. Fin avril, une pétition intitulée « Sous le toit de la patrie » (Taht saqf al-watan) avait bien été signée par un certain nombre de vedettes des écrans syriens réclamant une enquête sur la manière dont les forces de sécurité étaient intervenues à Daraa et suggérant un hommage national aux victimes (‘alâ arwâh al-shuhadâ’). En dépit de son ton mesuré et de son allusion explicite à la rhétorique du pouvoir par le biais d’un des slogans du moment, cette position était déjà trop critique pour nombre des fidèles des autorités, alors même qu’elle était loin de satisfaire les opposants les plus résolus au régime du président Bachar El-Assad. Les réactions furent plus violentes encore, quelques jours plus tard, lorsque certaines vedettes des écrans syriens appelèrent les autorités, par voie de presse, à se porter au secours des «enfants de Daraa », innocentes victimes du siège auquel était soumis cette ville du sud de la Syrie. Après avoir essuyé de sévères critiques dans les médias (voir le précédent billet) qui leur reprochaient notamment de « trahir » les intérêts nationaux en prenant la parole dans les médias internationaux tels qu’Al-Jazeera, les pétitionnaires se sont vu – ou plutôt « vues » car il s’agit pour l’essentiel de comédiennes et de scénaristes menacées par des producteurs influents d’être mises sur une liste noire pour les productions à venir…

Impossible pour l’image de l’unité nationale d’étaler sur la place publique de telles dissensions au sein des vedettes du petit écran ! Vers la mi-mai, une réunion de conciliation a donc été organisée dans un grand hôtel de Damas, mais les choses ont rapidement tourné au vinaigre lorsque l’actrice May Skaf a violemment reproché à l’organisateur de la rencontre d’évoquer la révolution du 25 janvier en Égypte en termes de coup d’État ! Dans la foulée, elle a nommément désigné Najdat Anzour, un des principaux producteur locaux (on a parlé de lui ici), de ruiner sa carrière, ainsi que celle des autres signataires de l’appel en faveur des enfants de Daraa…

Les choses ont fini par s’arranger mais l’alerte a dû être suffisamment importante pour que le petit monde du petit écran soit très vite invité à rencontrer le président Bachar Al-Assad, lequel a rappelé aux uns et aux autres « la nécessité de refléter dans leurs œuvres la réalité telle qu’elle est » (ضرورة عكس الواقع كما هو في أعمالهم). Utile recommandation sans doute… Plus utile en tout cas que le conseil prodigué par l’une des invités (ils étaient une trentaine au total) suggérant au président d’interdire aux professionnels nationaux toute collaboration avec les producteurs du Golfe, en représailles de l’attitude des médias de ces pays vis-à-vis des événements en Syrie !

Une déclaration de guerre pleine de panache mais qui équivaut à un véritable suicide de l’industrie locale du feuilleton, l’unique fleuron du secteur audio-visuel du pays, puisque les pays du Golfe, les seuls où il y a un réel marché publicitaire, possèdent la majeure partie des médias régionaux ! En effet, après avoir vécu son âge d’or dans les années 1990, le feuilleton syrien connaît depuis un déclin que traduit notamment une baisse de la production : une trentaine d’oeuvres en 2008, seulement 18 deux ans plus tard, et guère plus d’une douzaine cette année. Sur fond de crise récurrente, le feuilleton syrien souffre, comme son grand rival cairote (voir le billet précédent), de la flambée révolutionnaire arabe.

Dans l’immédiat, ce sont des problèmes conjoncturels, avec la difficulté dans certains cas de tourner dans les lieux prévus à l’origine : revenant d’un tournage tardif dans une des banlieues de Damas, l’équipe de Spotlight (بقعة ضوء), une série de sketchs qui doit en être à sa septième saison de ramadan, se serait ainsi vue confisquer son matériel par les forces de sécurité, et il aurait fallu des interventions très haut placées pour débloquer l’affaire ! A plus long terme, les producteurs syriens se heurtent aux mêmes difficultés que leurs collègues égyptiens – à savoir un timing trop serré et surtout de grandes interrogations sur la manne publicitaire –, mais avec en prime de vagues menaces, dans le cadre d’amicales pressions exercées à l’encontre du régime syrien, d’un boycott de la part des riches télévisions du Golfe (à l’image de ce qui s’est déjà passé en 2007 : voir ce billet)…

En effet, la nouvelle scène dressée pour le « printemps arabe » n’a pas (encore?) bouleversé la donne du marché et les rivalités sont toujours aussi grandes au sein du monde arabe pour essayer de capter au maximum les juteux profits des feuilletons télévisés de ramadan. Côté syrien, on rêve de profiter de la baisse générale de l’offre pour gagner des parts de marché et faire monter les prix à l’exportation. Mais du côté du Caire et de ses studios, la révolution n’a pas changé grand chose au mot d’ordre d’une « égyptianisation » qui se traduit par l’éviction des savoir-faire syrien (mais aussi jordanien, palestinien, tunisien…) au profit des ressources locales. Une position récemment reprise par celui que le Conseil suprême des forces armées a placé à la tête de la radio et de la télévision nationales, le général de brigade Tareq al-Mahdi, qui a souligné la nécessité d’un tel choix en cette période de crise.

Quant aux producteurs du Golfe, financiers des uns et des autres mais également de plus en plus impliqués dans des réalisations locales, ils doivent espérer continuer à se tenir à l’écart de toutes ces révolutions et se dirent que c’est eux qui tireront les marrons du feu !

Sources
Pour les arabophones, un reportage de Majed Abdel-Hadi (ماجد عبد الهادي) sur Al-Jazeera, qui compare les attitudes héroïques des personnages du célèbre feuilleton Bab al-Hâra et leurs positions publiques aujourd’hui. Beaucoup d’informations dans les articles de Wissam Kanaan (وصام كنعان) pour Al-Akhbar :12 3 4 – 5

La révolution : un drame pour la télé arabe ! (1/2 : l’Egypte)

Adel Imam, pilier de l'ancien régime, sera-t-il de retour pour ramadan ?

Alors que le mois de ramadan approche (il occupera la plus grande partie du mois d’août cette année), il devient de plus en plus manifeste que la révolution du 25 janvier aura de sérieuses conséquences sur la vitalité du feuilleton égyptien. Sachant qu’il faut, au strict minimum, trois mois de production pour réaliser une série, même médiocre, il y a fort à parier que la prochaine saison ne sera pas à la hauteur des précédentes. Un drame, sans aucun doute, pour un public qui peut plus facilement se passer de boire et de manger que d’avaler sa dose annuelle de drama ! Dès la mi-février en effet (article dans Al-Hayat, en arabe comme tous les autres liens), on a pu lire dans la presse les premières interrogations sur le devenir d’une production très perturbée par les événements : comment lancer le tournage, et plus encore le poursuivre, de feuilletons « pensés » pour une époque désormais révolue ? Que faire par exemple des scènes où trônait, pour un peu que l’action se passe dans un bâtiment officiel, la photo de l’ancien président ? Impossible de ne pas tenir compte d’un événement aussi énorme que la chute du régime mais comment coller à une actualité mouvante sans prendre le risque d’être démenti par la suite des événements ?

Fatalement, l’activité des studios s’en est ressentie. Par prudence, Osama El-Sheikh, le président de la Télévision nationale qui ne savait pourtant pas encore que sa gestion ferait l’objet d’une procédure en justice, annonçait alors que les contrats étaient gelés jusqu’à nouvel ordre… Et la situation n’était pas meilleure dans le secteur privé où nombre de producteurs, fort proches de l’ancien régime, n’étaient déjà plus en odeur de sainteté. Pour ne rien dire de nombre d’acteurs mis à l’index sur différentes « listes noires » pour s’être obstinés, jusqu’au dernier moment, à défendre la famille Moubarak et le principe de la transmission dynastique du pouvoir de Hosni père à Gamal fils. (A l’inverse, les acteurs qui, tel Khalil Sawi, se sont fait remarquer pour leur engagement aux côtés des shebabs (article dans Al-Hayat) constituent presque désormais une garantie financière pour ceux qui les ont engagés!) En raison des événements qui ne se sont pas limités à la seule Égypte, loin de là, trouver des lieux de tournage est même devenu un problème ; ainsi, c’est la Turquie, et non la Jordanie et la Syrie comme prévu, qui a accueilli l’équipe de Firqat Nagi Atallah, une vingtaine de personnes dont Adel Imam, le sémillant septuagénaire qui, en dépit de son inébranlable soutien à l’ancien président, tente un retour sur les petits écrans de ramadan (article dans Al-Quds al-‘arabi).

Dans ce contexte, le marché a rapidement dicté sa loi et les prix se sont mis à baisser (article sur le site d’Al-Arabiyya). Les producteurs ont accepté de brader ce qu’ils avaient en stock, d’autant plus que les chaînes spécialisées dans la diffusion des feuilletons ont fait savoir qu’elles n’auraient pas les mêmes budgets, faute de rentrées publicitaires suffisantes. Au vu du climat révolutionnaire ambiant, propice à la dénonciation des privilèges de l’ancien régime, nombre de vedettes ont fait savoir haut et fort – article dans Al-Hayat qu’elles avaient renégocié à la baisse leurs contrats mirobolants (parfois plusieurs millions de dollars).

Pour toutes ces raisons, la saison télévisée du prochain ramadan va être l’occasion d’une vraie petite « révolution » : faute d’autre solution, nombre de chaînes vont probablement se résoudre à multiplier les talk-shows politiques en lieu et place des traditionnels feuilletons. Au risque de faire regretter à une partie du public le bon temps de l’ancien régime ! Et pour que le bouleversement soit plus total encore, ramadan pourrait ne plus être le seul moment béni du drama arabe. Faute d’être dans les temps, et peut-être aussi pour optimiser le retour sur investissement d’une très grosse production, le « plus grand feuilleton de toute l’histoire de la télévision égyptienne » vient d’être déprogrammé (article dans Al-Akhbar). Rompant avec la règle sacro-sainte des grilles télévisées, c’est « hors ramadan » que sortira Al-mawled, dans lequel Haïfa Wehbé, pourtant capable de « mettre le feu » à une bonne partie du public (masculin) arabe, incarne le rôle d’une gitane faisant son chemin dans un société égyptienne affreusement corrompue. (C’était avant le 25 janvier!)

Après tant de révolutions, comment survivre à une telle nouvelle ?… Pour tromper l’attente du feuilleton tant espéré, je ne peux que recommander aux fans de regarder la belle Haïfa faire son cirque, au sens littéral du terme, dans l’inoubliable Anta tany (إنت تاني) :

Et pour laisser à ces chroniques toute leur dimension pédagogique, les paroles (si, si, il y en a !) :


انته تاني مش غيري خد مكاني مش بعتني و فسواني طب ليه دلوقت رجعتلي
ده اللي باقي واهو ده كمان اللي ناقص مش كان موضوع و خالص كان حد قاللك حنللي
بقى عندك خليك انا وقلبي حلفنا عليك لايمكن تاني نرجع ليك يعني خلاص ماتلزمناش
كان حلم و ببنيه قضيت لي عليه وجيت توافيه ومستنيني اقوللك ايه يلا ياسيدي ماتدوشناش
لأ عندك خليك انا وقلبي حلفنا عليك لايمكن تاني نرجع ليك يعني خلاص ماتلزمناش
كان حلم و ببنيه قضيت لي عليه وجيت توافيه ومستنيني اقوللك ايه يلا ياسيدي ماتدوشناش
ايه اللي جابك و بتشكي لمين عذابك انا مش فاضية لجنابك ده كتير في هواك عذبتني خذ نصيبك جرحك على ايد حبيبك انا مظطرة اني اسيبك زي زمان ما
سبتني
بقى عندك خليك انا وقلبي حلفنا عليك لايمكن تاني نرجع ليك يعني خلاص ماتلزمناش
كان حلم و ببنيه قضيت لي عليه وجيت توافيه ومستنيني اقوللك ايه يلا

La religion des feuilletons : côté “images pieuses mais sacrilèges” (3/3)

Certains critiques ont remarqué l’absence totale ou presque cette année de “feuilletons religieux”, en d’autres termes de scénarios brodant autour d’épisodes de l’histoire religieuse, pour se conformer à l’ambiance morale supposée régner durant ce mois de l’année. Manque d’intérêt du public, plus festif que demandeur de leçons ? A moins qu’il ne s’agisse, comme l’avance cet article de Elaph, d’une histoire de gros sous : les sociétés de production privées sont tout simplement réticentes à se lancer dans un produit dont le revenu sur investissement est inférieur aux autres séries ! En revanche, les opérateurs de téléphone embauchent à tours de bras les vedettes arabes pour leur faire enregistrer des “invocations” (أدعية), petits jingles religieux qu’on s’offre pour ramadan et qui se vendent comme pain béni !

Autre signe que la veine religieuse n’est pas/plus le filon dont certains avaient rêvé, les difficultés que rencontrent les “acteurs repentis” (تائبون), un qualificatif qui désigne ceux et celles qui refusent de tourner des choses “inconvenantes”. Assez massif ces dernières années – au point qu’on soupçonnait certaines vedettes de chercher à se faire apprécier du public en adoptant une conduite vertueuse –, le phénomène ne semble plus faire autant recette. Avec pour conséquence que les spectateurs qui ont aimé tel ou tel interprète précisément parce qu’il adoptait ce code de conduite protestent ensuite assez violemment quand ils constatent qu’il s’écarte de la ligne qu’il s’était fixée. C’est la mésaventure qui est arrivé à Hassan Youssef (حسن يوسف), un comédien qui a notamment interprété le rôle de cheikh Shaarawi, religieux médiatique extrêmement populaire décédé en 1998, et dont la prestation dans Zahra et ses 5 maris[1], un “feuilleton social” qui est surtout une comédie légère, a fortement déplu aux téléspectateurs bien-pensants (article dans Al-Akhbar). Mais il faut bien travailler ! Mais que peut-il y faire s’il n’y a plus assez de feuilletons “à but [vertueux]” (هادف) ???

Sabrine, dans "Al-Umda Hanem"

Dans le même article, on voit que la même chose ou presque arrive à Sabrine (صابرين), qui avait cru trouver la solution pour jouer des rôles “en cheveux” en recourant, à l’image de certaines juives orthodoxes, à une perruque. Mais une perruque par-dessus un hijab, est-ce bien hallal ? Pas certain à lire les réactions évoquées dans cet article du Hayat

Les acteurs et les actrices ne sont pas seuls à souffrir de ce tarissement du filon des feuilletons vertueux. Les programmateurs, soucieux eux aussi de proposer à la clientèle de la fiction convenable pendant ramadan, s’arrachent les cheveux ! Et lorsqu’ils croient trouver une solution, c’est parfois pire… Plusieurs chaînes, au Liban et en Tunisie, avaient en effet cru bien faire en achetant les droits de certaines productions iraniennes. Réponse de la très vertueuse République islamique à la sanguinolente Passion de Mel Gibson, rien ne pouvait mieux faire l’affaire que Le Messie, œuvre réalisée par Nader Talebzadeh en 2008, qui brossait un portrait du Jésus des chrétiens tel que le connaissent les musulmans à travers leur livre sacré et leurs traditions.

Le Messie iranien a donc été diffusé au Liban pour ramadan par les deux chaînes chiites, Al-Manar (dont on voit le logo en haut à droite de l’image qui ouvre ce billet), la chaîne du Hezbollah, et NBN, celle de Nabih Berri, l’indéboulonnable président du Parlement. Pour être interrompu brutalement, deux jours après, lorsque les responsables des deux chaînes ont accédé à la demande formulée par leurs concitoyens maronites (à moins que ce ne soit sur ordre du responsable de la Sureté générale du pays, les récits divergent sur ce point). Ils ont en effet déprogrammé une série pourtant fort respectueuse des faits et gestes de celui qui est un des prophètes de l’islam (sachant que Muhammad est lui le “sceau de la Prophétie” parce qu’il est le dernier de la série, avant le Jugement Dernier justement). Principal point de litige entre les versions chrétienne et musulmane de ce biopic sur Jésus : la mort du fils de Dieu qui, justement, n’est pas fils de Dieu selon l’islam et qui, en plus, n’est pas mort crucifié (Judas aurait pris sa place, selon l’intéressante suggestion de l’Evangile de Barnabé, un apocryphe sans doute rédigé par un musulman œuvrant déjà contre le choc des religions vers la fin du XVIe siècle : voir cette notice dans Wikipedia et, pour les arabisants, relevé méticuleux  par les autorités maronites des erreurs – du point de vue chrétien – contenues dans le feuilleton iranien).

Il faut en tout cas remercier l’Eglise maronite de sa prompte réaction car elle a évité un nouveau clash entre sunnites et chiites au Liban. En effet, en s’insurgeant sur le “fond” – la question de doctrine – elle a dispensé les musulmans sunnites de s’en prendre à leurs coreligionnaires chiites sur la forme, à savoir la question de la représentation des “figures saintes” de l’islam. Le point a déjà été évoqué dans ces chroniques (voir notamment ce billet) : les “majoritaires” (sunnites) de l’islam, en dépit d’approches qui peuvent varier dans le détail selon les écoles juridiques, reprennent une vieille tradition iconophobe bien connue dans la région pour considérer qu’on n’a pas le droit de  représenter  le Prophète Muhammad, ainsi que ceux “à qui le Paradis a été promis” (explications dans ce billet).

Ces considérations – qui ont d’ailleurs échappé à une partie des médias occidentaux lors de “l’affaire des caricatures”, dans laquelle la représentation même de Mahomet, quelle que soit la manière de le faire, est déjà une offense pour nombre d’esprits religieux pas forcément fanatiques – expliquent pourquoi le même problème s’est posé en Tunisie. En effet, deux chaînes privées (Nessma et Hannibal TV) ont imaginé elles aussi de proposer aux amateurs de feuilletons des productions iraniennes (le fameux Messie de Talebzadeh mais aussi Youssouf al-Siddiq sur la vie du prophète Joseph et Maryam al-Adhra, sur la vierge Marie), ce qui a naturellement provoqué pas mal de réactions, notamment celles d’avocats demandant au mufti de la Tunisie d’interdire la diffusion de ces images, sans doute pieuses mais tout de même sacrilèges !

Bien entendu, dans le contexte libanais comme dans celui de la Tunisie, la boulitik n’est pas tout à fait étrangère à cette brusque montée d’adrénaline propre aux jeûneurs de ramadan (dans les parlers du Maghreb, on appelle cela la tramdina الترمضينة  : une suggestion pour l’origine de ce mot ?). D’ailleurs, la libanaise Al-Manar a déjà diffusé Youssouf al-Siddiq en octobre 2009 sans faire de vagues, tout comme l’égyptienne Melody a également passé, sans trop faire d’histoires, Maryam al-Adhra en janvier dernier (il est vrai que les visages de la Vierge et du prophète Zacharie avaient été floutés à l’écran : voir cet article).

Autres temps, autres mœurs, surtout si l’on se sait que cette très belle icône avec (le prophète) Jésus au milieu, est présentée au musée islamique du Caire, tout simplement parce qu’elle a été trouvée avec d’autres vestiges de cette époque à Fostat, capitale fondée au VIIe siècle par les conquérants de l’Egypte. Tout musulmans qu’ils étaient – et contemporains du Prohète –, ils n’étaient pas iconoclastes au point de vouloir détruire cette image.


[1] Et non pas quatre comme éc rit dans le billet précédent !

La bande-annonce du Messie iranien.

Feuilleton tragi-comique en Palestine

En dépit d’une production plus pléthorique que jamais (billet sur le sujet), bien peu de feuilletons auront parlé de la Palestine durant ce dernier ramadan. A l’opposé des années passées (avec Al-taghrîba al-filastiniyya par exemple – التغريبة الفلسطينية , grand succès de la saison 2004), les téléspectateurs arabes n’auront pu voir qu’une seule production égyptienne et deux syriennes sur ce thème. La frilosité, économique et politique, des grandes chaînes arabes à capitaux du Golfe explique en partie cette situation comme l’analyse un journaliste d’Al-Akhbar. Mais il y a aussi également le fait que, depuis la disparition de Yasser Arafat, la situation politique des Palestiniens est plus brouillée que jamais, avec en particulier les luttes intestines entre le Fatah et Hamas.

Pourtant, et précisément parce qu’elle évoque sans détours ce conflit, et plus généralement la multitude de problèmes qui se posent dans le pays, une comédie a créé la surprise en remportant un très grand succès d’audience. A en croire Imad Farajine (عماد فراجين), un des trois acteurs vedettes avec Khaled Al-Masri et Manal Awad (photo ci-dessus), 6 millions de téléspectateurs (article dans Jeune Afrique) ont regardé Watan ‘a watar ( وطن ع وتر : mot à mot, « Un pays sur une corde à musique », que l’on peut lire à la fois comme « En harmonie avec le pays » et « Un pays sur la corde raide »)…

Même si le chiffre est probablement assez surestimé, y compris en tenant compte du public en dehors des Territoires occupés, cela reste une réussite sans précédent pour une production 100% palestinienne (à la différence de nombreux autres programmes très souvent produits avec des fonds étrangers). La télévision nationale palestinienne a d’ailleurs décidé de poursuivre la diffusion de cette comédie au-delà du mois de ramadan à raison d’une émission par semaine. A l’évidence, le public a été séduit par le ton de ces chroniques, peu ordinaire sur les ondes palestiniennes et plus largement arabes : audace des dialogues chargés de sous-entendus sexuels à propos des difficultés de logement des jeunes Palestiniens et plus encore chroniques souvent très caustiques d’une scène politique où aucun parti n’est épargné.

Un des épisodes qui a eu le plus de succès proposait ainsi un “reportage” sur le 7e congrès du Fatah – le 6e s’est tenu il y a quelques mois à Bethléem – organisé à Naplouse en 2509 !… En présence des descendants des leaders du parti – “Dahlan-le-14e du nom” et de “Abou-al-‘Alâ-le-16e” entre autres célébrités de la scène actuelle –, on y entend Abou Mazen, sur fond d’images tremblotantes parfaitement en phase avec ce que produit ordinairement la télévision nationale, vanter les mérites de la négociation, toujours la négociation, rien que la négociation, avant de s’affoler parce qu’il ne retrouve pas le laissez-passer que lui ont délivré les Israéliens… D’après Yasser Abed Rabbo, un de ses proches qui a accepté de tenir son propre rôle dans un des épisodes, le Président de l’«Autorité palestinienne » a beaucoup ri en découvrant sa caricature télévisée.

Tant mieux s’il le prend ainsi, et tant mieux pour la télévision palestinienne si elle peut profiter d’une liberté de ton qui redore son blason auprès des téléspectateurs. On attend tout de même de voir si Watan ‘a watar arrivera à faire rire avec le dernier épisode du triste feuilleton politique palestinien, dans lequel l’Autorité palestinienne n’est jamais allée aussi loin dans la propre caricature de ses contradictions, manifestant une impuissance qui pourrait être comique si la question n’était pas aussi tragique.

On en parle (encore ?) peu dans la presse non-arabe, mais le report, pour mars prochain au plus tôt, du vote par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur le rapport rédigé par le juge Richard Goldstone à propos de la guerre de Gaza, faute d’un soutien de la part des officiels palestiniens, n’a pas fini de susciter des réactions. Certes, l’Autorité palestinienne affirme qu’il s’agit d’un repli tactique pour arriver à un plus grand consensus ; elle explique aussi qu’elle a subi d’énormes pressions américaines et que la menace d’un vote pèse désormais, telle l’épée de Damoclès, au-dessus de la tête du gouvernement israélien qu’on imagine terrifié par cette éventualité…

Abou Mazen et consorts auront néanmoins beaucoup de mal à faire accepter leur décision par les organisations internationales qui, à l’image de Human Right Watch, se sont battues pour tenter de faire condamner par la « communauté internationale » les crimes de guerre commis à Gaza.

Et c’est peu dire qu’une telle position donne des arguments à tous ceux qui, en Palestine, considèrent qu’ils sont représentés par des marionnettes dignes des Guignols de l’info.

Une trentaine de petites chaînes privées locales saupoudrent, comme des confettis, l’archipel palestinien en Cisjordanie. Parmi les “grandes” chaînes visibles sur internet, on a l’officielle Palestine TV ; la toute récente – assez proche du Hamas – Quds TV, basée à Londres avec un bureau à Beyrouth et, toujours présente malgré les bombardements israéliens, la chaîne du Hamas, Al-Aqsa TV, dont le site diffuse actuellement la vidéo de Gilad Shalit (fort peu reprise par les médias et) remise aux autorités israéliennes contre la libération de 19 Palestiniennes …

En prime, le début de la vidéo du 7e congrès du Fatah (Naplouse, 2509), selon les comédiens de Watan ‘a watar (même sans sous-titres, cela reste drôle) et deux reportages (on peut s’amuser à les comparer) de CNN et de Al-Jazeera arabe sur le feuilleton palestinien).


La publicité, vedette des feuilletons du ramadan télévisé arabe

Personne ne se risque à avancer un chiffre à propos du nombre de feuilletons diffusés pendant ramadan. Une bonne soixantaine pour les grandes chaînes panarabes, sans doute deux ou trois fois plus au total pour ce mois de consommation télévisée frénétique de drâmât – terme à la mode dans la presse, qui vient remplacer le plus classique musalsalât.

Entre les productions réservées à un marché local à l’image des sitcoms marocaines (article dans Jeune Afrique), celles qui peuvent toucher un marché régional (le « feuilleton bédouin » pour les très riches audiences de la Péninsule par exemple) ou encore celles qui s’adressent dès le départ à la clientèle des grandes chaînes transnationales, il est difficile de se livrer à un comptage précis, d’autant plus que les séries en exclusivité sur un canal sont en nombre très limité, la plupart faisant, au contraire, l’objet de multiples rediffusions, plus ou moins décalées, sur différentes chaînes, codées ou non.

Ce qui est certain, en revanche, c’est que le festin d’images télévisées de ramadan représente, à raison de 4 ou 5 par feuilletons par foyer, une énorme manne publicitaire évaluée, selon cet article d’Al-Quds al-‘arabi, à quelque 100 millions de dollars (même si on ne voit pas très bien à quoi exactement correspond ce chiffre).

Depuis plusieurs années, tout le marché télévisuel est organisé en fonction de ramadan dont l’arrivée est un cauchemar pour les sociétés de production qui ont le malheur d’être en retard sur leur planning et qui doivent parfois boucler un tournage alors que la diffusion du feuilleton a déjà commencé. Quant aux grandes chaînes, elles établissent leur programmation annuelle en fonction de ce pic de consommation en prenant soin, concurrence oblige, de ne dévoiler leur grille de programmes qu’au tout dernier moment.

Cette année, Nile TV a ainsi réalisé un joli coup en inaugurant les séries de ramadan tellement attendues, non pas le premier jour du jeûne mais dès la « nuit du doute » (laylat al-ru’ya), et en prenant ainsi une bonne longueur d’avance sur la concurrence ! A défaut d’être élégant, le procédé semble avoir été efficace (article dans Al-Akhbar). Il révèle aussi l’aspect toujours plus mercantile d’une fête qui, comme Noël sous nos latitudes, tient de moins en moins compte des valeurs religieuses qui lui sont en principe associées.

A lire la presse arabe en effet, plusieurs signes donnent à penser que « l’inflation d’écrans religieux », signalée l’année dernière, n’est plus autant au rendez-vous. Ainsi, un des événements de l’actuelle saison, pour l’Egypte au moins, aura été le lancement de la chaîne Al-Qahira wal-Nas (القاهرة والناس – Cairo Centric en anglais). Dernier « produit » du gourou de la pub égyptienne, Tarek Nour, la chaîne a fait toute sa promotion sur un slogan très peu en rapport avec la « modestie » requise pendant ce mois sacré (article sur Islam-Online): أجرأ قتاة في رمضان, « la chaîne la plus osée durant ramadan » !!!

Et c’est également avec le début du mois de jeûne et de ferveur religieuse qu’a eu lieu, à Damas, le lancement de Syria Drama, nouvelle satellitaire crée par les autorités locales pour relancer la production des feuilletons locaux face aux manques de débouchés (pour des raisons en partie politiques) sur un marché de l’image dominé par les capitaux saoudiens…

Bien entendu, les émissions religieuses sont très loin d’avoir disparu et, à côté des traditionnelles causeries religieuses des prêcheurs vedettes, on observe également la poursuite de tentatives, notamment en Arabie saoudite, visant à promouvoir le « feuilleton conservateur » (al-drâmâ al-muhâfidha), c’est-à-dire un feuilleton fondé sur les « vraies valeurs » morales (de l’islam). Il reste que « le temps de cerveau disponible » des téléspectateurs arabes n’est pas extensible à l’infini, et la place croissante que prennent les séries télévisées se fait au détriment des autres émissions, et en particulier des religieuses.

Car les feuilletons sont omniprésents non seulement par leur nombre, mais aussi par leur longueur. Non pas tellement qu’ils durent plus de temps qu’auparavant, bien au contraire, mais parce que le nombre de spots publicitaires a terriblement augmenté, au point d’égaler par leur longueur le temps de l’émission proprement dite, ce qui finit par irriter bien des téléspectateurs qui n’arrivent plus à suivre une histoire interrompue, dans les pires cas, toutes les cinq ou six répliques.

On ne voit pas comment le système pourrait s’arrêter car, si le feuilleton fait vendre des spots publicitaires, il a lui-même besoin de la publicité. Pour assurer le financement de ces productions prestigieuses, souvent fort coûteuses, mais également pour assurer leur promotion. En effet le temps n’est plus où une chaîne pouvait se reposer sur la seule qualité d’un produit proposé en exclusivité à son public. Depuis deux ou trois ans, les séries télévisées sont préparées, deux bons mois à l’avance, par d’énormes campagnes d’affichage, suivies, juste avant ramadan, de campagnes dans la presse.pubsfeuilletons Les publicitaires réfléchissent déjà aux nouvelles possibilités qu’offre Facebook et on prépare même, pour la prochaine saison, des avant-premières pour les chroniqueurs télévisés, comme pour les grosses productions cinématographiques.

Même s’il donne l’impression d’arriver aujourd’hui à saturation, le système ne date pas d’aujourd’hui. Un article dans Al-Quds al-‘arabi, signé par Muhammad Mansour, rappelle ainsi que celle qui n’était pas encore la grande Oum Kalthoum vantait, dans les années 1930, les mérites du savon Naboulsi Farouk (image en haut de ce billet). Quand à la pulpeuse Hayfa Wahbé, vedette du dernier film de Khaled Youssef, elle a commencé sa carrière à l’écran dans un spot publicitaire pour des pâtes !

Au dire des spécialistes, c’est en Egypte, où l’humour est souvent une arme de survie, qu’on fabrique les meilleures publicités du monde arabe. Ci-dessous, un spot, assez délirant, pour la chaîne Melody : il n’y a pas besoin de tout comprendre en arabe pour s’amuser ! D’autres spots tout aussi drôles sur le site de la société Melody (cliquer sur “our campains” en dessous des “m” qui bougent…)