Improbable printemps de l’arabisme ?

ouraoubimage3ourouba (عروبة) : le mot doit se traduire à la fois par arabisme (Arab nationalism) et arabité (arabness). Apparu à la fin du XIXe, la 3ourouba relève de ce Print Capitalism théorisé par Benedict Anderson, en d’autres termes le surgissement d’une nouvelle forme d’appartenance politique sous l’influence, entre autres facteurs bien entendu, d’une nouvelle culture imprimée.

A la différence de son cousin, le panislamisme, le projet politique panarabe s’appuie sur l’existence du référent linguistico-culturel pour chercher à recréer – puisqu’il y a eu de lointains précédents historiques avec certains empires dynastiques – un ensemble politique, la Nation arabe. Alors qu’elle semble, au temps du nassérisme, plus proche que jamais de la réalisation de certains de ses objectifs, cette utopie s’effondre avec la défaite de juin 1967. Les dérives autoritaires des régimes militaires se réclamant de son idéologie (en particulier les régimes baathistes de Syrie et d’Irak) vont prolonger son agonie quelques décennies encore. Prévisible au vu de l’essor toujours plus manifeste des différents courants de l’islam politique, réformistes ou révolutionnaires, tout au long du dernier quart du siècle dernier, son acte de décès semble s’écrire sous nos yeux, précisément au cœur du croissant fertile de l’identité arabe première, avec l’essor fulgurant du « califat » de l’« Etat islamique » sous l’égide du très inquiétant al-Baghdadi.

Fin de la 3ourouba par conséquent, sous le poids cumulé de ses propres erreurs et des assauts des puissances étrangères (Israël en tête) ? Mort de cette utopie fédératrice incapable de recueillir l’adhésion des foules arabes ? A l’évidence, c’est que ce qu’affirme l’actualité de la région, depuis les succès électoraux des divers courants « islamo-nationalistes » (se réclamant de l’islam politique mais luttant dans un cadre national-étatique) jusqu’aux multiples guerres tribales (Libye, Yémen par exemple), ethniques (Kurdes d’Irak et de Syrie pour s’en tenir à ce seul cas) et bien entendu confessionnelles, avec en premier lieu l’« invention » – au sens où l’historien Eric Hobsbawm parlait de « tradition inventé – du conflit entre sunnites et chiites (après celui des chrétiens et des musulmans au temps de la guerre civile libanaise).

De fragiles signes contredisent pourtant cette fatalité (auto)destructrice. Ainsi, le fait, rarement mentionné (voir tout de même ici), que le dernier Salon du livre de Riyad, au début de l’année dernière, a vu le très improbable succès d’un essai intitulé De la signification de la 3ourouba : concepts et défis (في معنى العروبة مفاهيم وتحديات). Préfacé par le célèbre « citoyen arabe du Liban » qu’est Georges Corm, cet ouvrage réunit treize très jeunes auteurs, hommes et femmes, tous originaires… du royaume d’Arabie saoudite ! Autant de contributeurs qui n’ont bien souvent pas trente ans et qui n’appartiennent pas à la (rarement crédible) nomenklatura intellectuelle locale.

sissinasserAu moment où le berceau historique du nationalisme arabe s’enfonce dans la guerre civile et où l’espace politique premier de son expérimentation politique, l’Egypte nassérienne, doit composer avec un maréchal d’opérette qui voudrait bien être à la hauteur de son prétendu modèle, la 3ourouba ressurgit ainsi là où on ne l’attendait pas, dans les sables pétrolifères d’un royaume qui, depuis ses origines, n’a cessé de la combattre en politisant à outrance le référent religieux (rappelons que la dynastie saoudienne est née d’une OPA familiale sur le courant religieux wahhabite). Une nouvelle génération affirme avec ce livre que la 3ourouba est plus que jamais la solution politique aux actuelles guerres civiles, tribales ou confessionnelles qui déchirent le monde arabe.

Face à l’exploitation politique – attisée par nombre d’acteurs étrangers – des sous-appartenances religieuses et/ou ethniques, ils rappellent la nécessité d’une forme politique reposant sur le référent culturel identitaire arabe. Là où l’islam politique ne propose qu’une surenchère meurtrière pour la captation monopolistique du référent religieux, ils croient toujours en la vertu d’un contrat social où l’islam, dont personne n’a sur terre le droit de s’arroger la légitimité, retrouverait sa place de constituant culturel fondamental de la mosaïque humaine qu’a toujours été cette région.

Comme le dit un des auteurs en conclusion, être arabe,

cela veut dire que ton appartenance à la nation arabe est l’affirmation du lien qui t’associe à ceux qui sont de sa langue, de son histoire, de sa culture, de sa terre ; cela veut dire que tu refuses de te définir dans l’espace politique sur une base confessionnelle, en d’autres termes que tu refuses l’exploitation à des fins politiques des écoles (madhâhib) religieuses, ou encore le fait qu’on puisse considérer comme une solution possible que les intérêts d’une confession (tâ’ifa) puissent l’emporter sur ceux de la nation. Etre arabe, cela signifie empêcher que la religion soit transformée en un simple instrument de pouvoir aux mains d’une élite dirigeante qui se sert du texte sacré pour justifier sa répression, sa tyrannie. En définitive, être arabe, cela veut dire que tu luttes pour la mise en œuvre d’une Renaissance arabe totale.
يعني أن تؤكّد انتماءك الى أمة عربية تتشارك مع أبنائها اللغة والتاريخ والثقافة والحضارة والأرض، وأن ترفض تعريف نفسك في الفضاء السياسي على أساس طائفي، أي ترفض تسييس المذاهب، أو اعتبار الطائفية التي تقدّم مصالح الطائفة على مصالح الأمة هي الحل. وأن تكون عربياً يعني تنزيه الدين عن أن يتمّ تحويله الى أداة سيطرة في يد النخب الحاكمة لتبرّر قمعها واستبدادها باستخدام النص. أخيراً أن تكون عربياً هو أن تسعى الى نهضة عربية شاملة.

Une utopie, à coup sûr, que ces jeunes intellectuel.le.s d’Arabie saoudite croient pourtant plus nécessaire que jamais car les référents identitaires communs, inscrits dans la langue et l’histoire, sont aujourd’hui bien vivants dans la culture de la jeunesse, ses chansons et ses poèmes, les innombrables et infinies ramifications de ses réseaux sociaux.

Une utopie, vraiment ? En tout cas, il y a des gens pour y croire. Pas loin de 400 000 personnes par exemple, sur YouTube, pour entendre ce poignant « bulletin artistique d’information », offert par deux soeurs syriennes, Rihan et Faia Younan, aujourd’hui installées en Suède. Elles sont l’honneur et l’espoir de leur pays, la « Nation arabe » !

Yarmouk et ses images

YarmoukIcone

Comment ne pas s’interroger en voyant cette photographie anonyme prise lors d’une distribution de nourriture dans le camp de Yarmouk, dans la banlieue de Damas ? Dans Le Nouvel Observateur, Sylvie Duyck propose son commentaire sur « l’incroyable destin » de cette image. On rappellera avec elle que le premier scandale, c’est tout même que ceux qui se pressent dans ce paysage de fin du monde, ce sont les réfugiés palestiniens et leurs descendants, victimes d’un injustice auquel le monde, depuis 1948, n’a pas voulu apporter de solution.

Interrogeant le porte-parole de l’UNRWA qui revient notamment sur les circonstances du cliché et sur son authenticité, la journaliste se demande si cette image, dont la force résiderait « en partie dans le fait qu’elle est diffusée par l’ONU, à l’abri de la moindre récupération politique », ne constitue pas  un tournant dans le terrible conflit syrien, un tournant capable de faire basculer l’opinion et de permettre l’arrêt des combats. On voudrait l’espérer avec elle, mais on n’ose plus tenir le compte des « tournants » de ce conflit depuis plus de trois ans. Elle évoque aussi la « sidération », cette stupeur qui peut aller jusqu’à la « suspension brusque des fonctions vitales » selon la définition du dictionnaire que provoque, chez ceux qui la découvrent, cette photographie.

Un choc émotionnel, par conséquent, un effroi moral qui, nécessairement, s’accompagnent d’une lecture politique. En effet, quand bien même la terrible image est-elle mobilisée par l’agence des Nations unies pour les réfugiés (UNRWA), rejointe par 130 autres organisations, dans le cadre d’une campagne humanitaire visant à convaincre l’ensemble des belligérants de laisser passer les convois d’aide à destination des civils, on a rapidement pu constater que les acteurs du conflit se sont efforcés, de chaque côté, d’utiliser à leur profit l’émotion suscitée par la situation des habitants de Yarmouk. Le 20 janvier par exemple, le site du quotidien Le Monde titrait ainsi, assez brutalement, sur « le calvaire des réfugiés de Yarmouk affamés par le pouvoir syrien » alors que l’article expliquait que si la plupart des Palestiniens vivant dans ce « verrou stratégique » s’étaient efforcés de rester à l’écart du conflit, des éléments armés avaient fini par s’engager, du côté des forces gouvernementales ou des rebelles. Le camp lui-même était d’ailleurs passé sous le contrôle de « brigades radicales » en décembre 2012. De la même manière, les accusations des autorités de Damas contre des forces rebelles qui auraient ouvert le feu sur les convois de distribution d’aide ont provoqué, quelques jours plus tard, des batailles de communiqués, dans les médias traditionnels et plus encore au sein des réseaux sociaux.

Naturellement, au cœur de ces affrontements à propos de la situation dans ce « quartier palestinien » de Damas, on trouve une puissante charge symbolique. « Capitale » palestinienne en Syrie – le pays, il faut le rappeler tout de même, où la situation des Palestiniens réfugiés n’était pas la pire –, Yarmouk draine en effet les multiples enjeux émotionnels d’une « cause arabe » dont certains s’étaient imprudemment aventurés à affirmer qu’elle avait (fort opportunément) disparu avec le « Printemps arabe ». Même dans les propos en principe policés de Filippo Grandi, le Commissaire général de l’UNRWA, l’absurdité atroce de la situation des réfugiés de Yarmouk ressurgit lorsqu’il se fait le relais du désespoir d’une de ses habitantes, Oum Ahmed : « I am a Palestinian refugee, what is our fate? What are we supposed to do, where are we supposed to go? What is the solution for us Palestinians? »

yarmoukC’est naturellement pour les Palestiniens eux-mêmes, où qu’ils se trouvent, que la vision de ces scènes de souffrance est la plus révoltante. Cette émotion est d’ailleurs probablement à l’origine d’une courte vidéo dont la diffusion, il y a quelques jours, a suscité des critiques d’une étonnante violence. Sous le titre Yarmouk, cette courte fiction (visible à la fin de ce billet) raconte l’histoire d’une famille palestinienne réduite à une telle misère que le père se trouve contraint, pour assurer la survie des siens, de « vendre » une de ses filles. Si l’histoire est loin d’être sans fondement – ce type de mariage concernerait ainsi une fille sur cinq parmi les réfugiés syriens en Jordanie selon un rapport de l’UNICEF –, il faut bien reconnaître que c’est à peu près le seul élément à peu près « réaliste » du récit. Le traitement de l’histoire n’est en effet guère crédible, y compris pour ce qui est de la scène où « l’acheteur », un homme du Golfe, ne donne que la moitié de la somme convenue après avoir découvert que l’adolescente n’a pas une bonne dentition.

Mais pour le scénariste du film, Saleh Bakri, ou pour son père, Muhammad Bakri, célèbre acteur et militant palestinien (porteur de la citoyenneté israélienne) qui joue le rôle principal de ce court métrage dans lequel interviennent également plusieurs autres membres de la famille – de tels reproches n’ont aucun fondement. En effet, le récit filmique n’a aucune prétention au réel mais se veut au contraire symbolique (voir cet article, en arabe, dans Al-Akhbar). C’est d’ailleurs à la suite de l’émotion suscitée par la situation des Palestiniens en Syrie que le titre aurait été choisi, mais sans être précédé de l’article défini, de manière à laisser entendre qu’il s’agit de n’importe quel camp et surtout pour jouer sur les différents sens du mot en arabe (yarmouk, « ils te tirent dessus » en dialecte), pour un film qui s’ouvre sur une dédicace « à la nation arabe » (ilâ al-umma al-‘arabiyya). Ils ajoutent qu’on ne saurait juger de leurs intentions à partir de la seule version qui a été diffusée sur Internet, contre leur volonté, car elle n’est pas achevée et ne devait servir qu’à trouver des financements pour achever le projet, imaginé bien avant les événements du « Printemps arabe ».

Autant d’explications, et même de justifications, qui peinent à contrecarrer le flot de protestations, et même d’insultes, lancées à l’encontre d’une famille d’artistes palestiniens, célèbres pour leur engagement. Entre autres « combats », Muhammad Bakri a livré une longue bataille judiciaire en Israël pour que son film sur les exactions de l’armée israélienne dans le camp de Jénine n’y soit pas censuré [le film, dont on se souvient qu’il a été déprogrammé par Arte est visible ici).

Outre l’attaque du réalisateur palestinien Nasri Hajjaj (longuement cité dans cet article en arabe) qui a lancé la polémique et qui a apparemment aussi mis en ligne sur Internet le court-métrage, les critiques à l’encontre de Yarmouk ne manquent pas d’arguments. Dans Al-Quds al-‘arabî, un article du Palestinien Salim El-Beik « exécute » un film qu’il juge non seulement médiocre mais surtout politiquement scandaleux tant il revient à épouser le point de vue des autorités syriennes. Ce raisonnement se retrouve d’ailleurs dans la plupart des interventions (ici par exemple, dans le même quotidien) : faute de toute mise en contexte (la « révolution syrienne » y est ainsi présentée par les termes d’ « événements sanglants »), et sans mention des vrais responsables du siège de Yarmouk – l’armée syrienne en l’occurrence –, Saleh Bakri et les siens se rangent totalement, et d’une manière totalement inacceptable pour leurs nombreux critiques, sous la bannière du tyran de Damas… Plus grave encore, manifester de la sorte une « pitié » généreuse et larmoyante pour les Palestiniens de Yarmouk (sur fond de Wagner !), c’est, pour beaucoup également, faire injure à leur dignité et insulter leur courage dans l’adversité (ce point est évoqué, pour le réfuter par Muhammad Bakri dans un entretien publié par le quotidien Al-Akhbar).

Huit minutes d’images seulement, qui ne mériteraient pas qu’on s’y arrête tant il s’agit, à l’évidence, d’un brouillon inachevé et même manqué. Huit minutes d’images qui, en définitive, en disent bien moins sur Yarmouk que sur les terribles déchirements que continue à susciter, au sein des gauches arabes, le cours qu’ont pris les combats nés des soulèvements populaires en Syrie.

http://www.youtube.com/watch?v=by7fQbNOivY

Requiem pour une révolution : la commémoration du 25 janvier à l’opéra du Caire

opérarévo
La scène de l’opéra du Caire pour la prochaine commémoration de la Révolution du 25 janvier… et le triomphe de “l’imperator Sissi” ?

Faut-il considérer les différents soulèvements arabes comme de « vraies » révolutions ? Voire comme une seule et même révolution à l’échelle de la région (le fameux « printemps arabe ») ? Quand ont-ils commencé ? Au début de l’année 2011 ou en décembre 2010 avec les premières manifestations en Tunisie ? Doit-on penser qu’ils prolongeaient des protestations plus anciennes, menées notamment par les organisations syndicales en Tunisie et en Egypte ? Quel est leur principal moteur : l’autoritarisme de régimes à bout de souffle ? l’impatience de populations désespérées menées par de jeunes générations formées aux nouvelles techniques numériques ? l’inéluctable montée en puissance de l’islam politique dont les idées reçoivent le soutien de la majorité de la population ? ou bien encore une gigantesque conspiration savamment orchestrée par les puissances occidentales et les monarchies du Golfe ou même la Turuqie afin de rebattre les cartes géopolitiques de la région au profit des Frères musulmans ?

À ces questions, sans réponse, s’en ajoute désormais une autre : quand est-ce que tout cela a pris fin ? Car la manière dont est célébré le troisième anniversaire du « Printemps arabe » donne fortement l’impression que certains ont très envie de tourner la page. Ce n’est pas le fait de célébrer une date passée qui est en cause, cela s’est déjà fait, y compris au moment où se déroulaient les luttes : Moubarak n’avait pas encore annoncé son retrait que les manifestants avaient déjà dressé, place Tahrir, leur « musée de la révolution ». La différence est bien plus dans le ton : au seuil de l’année 2014, il ne s’agit plus de documenter un mouvement populaire encore vivant mais bien de commémorer – de ranger dans la mémoire commune – un événement « mort » parce qu’il appartient désormais au passé.

Cheikh Ali Salman inaugurant le “musée de la révolution” à Manama

Bien entendu, cela ne se fait pas en tout lieu et il est déjà très instructif d’observer où se tient cette commémoration de la révolution arabe. En très peu d’endroits en réalité ! En Tunisie, et malgré les efforts des partis au pouvoir, c’est l’indifférence ou encore la déception qui dominent. Rien – mais il est vrai que leur tour vient plus tard dans le calendrier – au Yémen et moins en Libye où le drapeau du temps de la Jamahiriyya est à nouveau brandi par des combattants dans les villes du Sud. Rien a fortiori en Syrie ou même à Bahreïn où le parti Al-Wefaq avait pourtant ouvert en octobre dernier un « musée de la révolution » (celui qui l’avait inauguré, cheikh Ali Salman, est d’ailleurs en prison depuis la fin de l’année mais personne semble s’en émouvoir beaucoup).

En définitive, le seul pays qui se préoccupe encore de célébrer la révolution, c’est l’Égypte. Bien entendu, la troisième version du « musée de la révolution » dressé vaille que vaille l’été dernier par des militants place Tahrir (article en arabe, avec des photos) a été « nettoyé » dans le cadre des travaux d’« embellissement » de la place (comprendre l’éradication totale et si possible définitive des éléments perturbateurs). Pourtant, il proposait un récit conforme à l’idéologie de l’heure depuis le putsch du 30 juin, en critiquant sévèrement le rôle du président Morsi et des Frères musulmans.

muséerévo
Projet du “musée de la révolution” place Tahrir

On ne parle pas davantage non plus du pharaonique projet d’un musée de la révolution, imaginé en octobre 2011 (article sur le site d’Al-Jazeera). Dans un parallèle audacieux avec le musée des Antiquités, juste à côté, il s’agissait ni plus ni moins de drainer les foules des futurs touristes vers l’ancien siège du parti au pouvoir, le PND, transformé en « lieu de mémoire » grâce à une coque en verre préservant l’état du bâtiment après son incendie par les manifestants. Sur le toit d’un parking voisin, il devait même y avoir un grandiose mausolée aux martyrs de la révolution, sous formes de candélabres de verre…

Non ! Après le plébiscite de la Constitution (presque 98 % des voix), tout le monde attend celui de l’idole des foules, le général Sissi. Et l’anniversaire de la chute de l’ancien raïs ferait un cadre très approprié à l’annonce de la candidature du nouveau, façon de rassurer tout le monde en disant que la parenthèse va pouvoir se refermer. D’ailleurs, à l’opéra du Caire la scène est déjà dressée ! Ces courageux artistes, qu’on nous a décrits « vent debout contre ‘l’islamisation’ de la culture » (voir aussi ce billet), voguent désormais vent arrière et toutes voiles dehors grâce aux vents du retour à la normale.

Sans beaucoup de remords pour la manière dont on les a débarrassés des barbus qui les tourmentaient tellement, les employés de l’opéra du Caire travaillent donc activement à un spectacle grandiose (article en arabe) qui a pour titre La révolution : art, espoir, travail (un slogan en forme de triade – un peu sur le mode Travail, famille, patrie ! – qui fait craindre le pire sur le plan esthétique). Mobilisation générale des artistes (plus de 400 sur la scène), décors à la hauteur de cette « épopée nationale » comme le dit la directrice des lieux, avec un sphinx de six mètres de haut pour symboliser la révolution et la puissance éternelle de l’Egypte, etc. Composé d’une suite de tableaux édifiants, le show (j’imagine que Sissi sera au premier rang, en grand uniforme) sera naturellement retransmis en direct par la chaîne nationale.

Bassem Youssef – vous avez remarqué qu’on ne parle plus de lui ? – avait déjà proposé un savoureux remake (voir ce billet) de Watani al-akbar, l’Opérette (avec un grand A) nationaliste arabe tournée à l’époque nassérienne ; celle que l’on prépare en ce moment au Caire restera elle aussi dans les mémoires, mais plutôt comme le « Requiem de la révolution » !

Sur Tahrir et la révolution de janvier, il faut absolument signaler The Square, un documentaire (présenté aux oscars) de l’égypto-américaine Jihane Noujaim (bande-annonce ci-dessous). Présenté aux Etats-Unis, annoncé en France, le film, avec un nouveau montage destiné à intégrer les événements de l’été 2013, n’est toujours pas distribué, malgré tous les efforts de la réalisatrice, en Egypte…

Un entretien avec Youssef Abdelké dans Al-Safir [traduction]

Dans son supplément culturel de vendredi dernier, le quotidien libanais Al-Safir a publié un long entretien avec Youssef Abdelké, une des grandes figures en Syrie de la création artistique mais aussi de l’engagement citoyen. Au cœur des problématiques traitées dans ces chroniques, ses réflexions méritaient d’autant plus d’être traduites en français qu’elles expriment un point de vue rarement donné à connaître, celui du refus d’une partie de l’opposition intérieure, non seulement de toute ingérence extérieure, mais également de tout recours aux armes. Ci-dessous, la traduction intégrale (par mes soins) de cet entretien réalisé par Ahmed Bezzoun (sans les quelques sous-titres de la rédaction mais avec le chapô ; original en ligne ici).

abdelkiIl y a moins d’un mois, les autorités syriennes relâchaient le peintre Youssef Abdelké après une détention de 36 jours, qui a suscité les protestations des milieux culturels syriens et arabes. Déjà emprisonné entre 1978 et 1980, l’artiste s’était rendu par la suite en France avant de rentrer dans son pays après une absence d’un quart de siècle, pour y poursuivre son œuvre artistique, celle d’un des plus importants artistes syriens et arabes, ainsi que son combat au sein de la gauche syrienne. Nous l’avons rencontré à Beyrouth, lors de sa première sortie du territoire syrien après sa détention. Propos sur sa détention, sur l’art, et sur le conflit qui ensanglante la Syrie.

Bienvenue à Beyrouth ! C’est sans doute la première fois que vous quittez la Syrie après la prison et depuis votre retour d’exil.

Cela fait des années qu’il m’est interdit de quitter le pays. C’est mon premier voyage après être resté des années durant, de gré ou de force, en Syrie. La dernière fois que je suis venu à Beyrouth, c’était il y a trois ans et demi.

Pensez-vous que les protestations contre votre arrestation, de la part des « modérés » et de tous ceux qui admirent votre expérience politique et culturelle, ont joué un rôle dans votre libération ? Étiez-vous au courant de ces protestations à l’intérieur de la prison ?

Pour commencer, je veux remercier tous les amis, et tous les autres, journalistes ou non. Une telle solidarité à mon égard, c’est vraiment une manifestation d’humanité. Il n’y a rien qui puisse abattre un prisonnier plus que le fait de se sentir abandonné, de penser que personne ne s’interroge à son sujet. Savoir que quelqu’un, qu’une voix parle de celui qui est détenu donne une capacité extraordinaire à supporter la détention. Alors que dire lorsqu’il s’agit d’une véritable campagne, d’un grand nombre d’amis qui se sentent concernés. En prison, je ne l’ai su qu’à travers une remarque d’un des gardiens qui m’a dit : « Il y a une chaîne qui parle de toi, tu es au courant ? – Non. – On réglera tout ça plus tard ! » a-t-il répondu d’un ton menaçant. Bien entendu, je ne l’ai pas revu ensuite et on n’a rien réglé du tout ! (Rire.) J’ai compris à ce moment-là qu’il se passait quelque chose à l’extérieur. À part cela, les prisonniers sont totalement coupés du monde extérieur. La seule occasion pour eux de recevoir des informations, c’est quand arrive un nouveau prisonnier. Mais ceux qui entrent ne sont pas toujours véritablement préoccupés par la situation politique, ils ont leurs propres soucis, leurs propres problèmes. Mais c’est le seul moyen de rester en contact avec ce qui se passe à l’extérieur.

Est-ce qu’il y a une différence entre cette prison et celle que vous avez connue autrefois ?

Une très grande différence ! Les méthodes de torture qui existaient avant, je trouve aujourd’hui qu’elles étaient bien moins dures. Ils mettaient le prisonnier dans un pneu et le frappaient à coups de gourdin sur les pieds ou sur le dos. Ça me paraît bien gentil par rapport à ce qui se passe maintenant ! Aujourd’hui, ils tirent le prisonnier de la cellule et quand il revient on dirait qu’il est resté enfermé avec une bête féroce ! Il est en sang, il a des zébrures rouges et bleues imprimées sur sa peau, déjà infectées parfois. On n’arrive pas à comprendre comment ils sont arrivés à un tel résultat aussi vite, c’est une violence totalement déchaînée. Comme si la violence qu’il y a aujourd’hui à l’extérieur se répercutait à l’intérieur de la prison. Mais pire que la torture encore, c’est le fait pour le prisonnier de se sentir humilié, d’être dépouillé de toute humanité et toute dignité. Un être humilié qui ne peut pas se défendre devant des gens qui ressemblent à des machines aveugles ! Pas de soins, pas de médicaments. La nourriture est exécrable : chaque jour, des olives le matin, du borghol le soir. Il y a 32 ou 33 ans, quand j’étais prisonnier, on nous apportait du thé : un rêve aujourd’hui ! En plus, tout le monde est entassé dans la même cellule. Une cellule de 6 m sur 8 peut contenir jusqu’à 120 prisonniers. Il fait tellement chaud, il y a u
ne telle humidité qu’on est obligé de se déshabiller. Parfois, on n’a pas le droit de dormir ou de parler. Parfois, c’est un peu moins terrible, comme la cellule où j’ai passé la plus grande partie de ma détention : 3,5 mètres sur 5, nous étions 20, on pouvait dormir ou se laver, et en général nous étions mieux traités.

Avez-vous été torturé ?

Non, je n’ai pas été maltraité non plus. Mais la torture est une pratique quotidienne dans toutes les prisons.

Quelle accusation a-t-elle été portée contre vous ?

Je ne sais pas. Durant le premier interrogatoire, ils m’ont posé des questions à propos d’une réunion avec des amis. Ils m’ont demandé si j’avais parlé de politique. J’ai répondu que oui. Le second interrogatoire a été plus long : ma vie, mes études, mes voyages, ma famille, quelques questions politiques, mais sans accusation particulière. L’interrogatoire s’est terminé sans accusation et le juge a ordonné ma mise en liberté en quelques minutes. Pourquoi mettent-ils en prison quelqu’un un jour, une semaine, un mois, cinq, je n’en sais rien ! Il s’agit d’appareils [de répression] qui pensent différemment de nous. C’est une équation à plusieurs inconnues : l’un est torturé, l’autre non ; l’un est libéré, l’autre, non. Parfois on n’arrive pas à comprendre les véritables raisons des traitements qui sont infligés dans la prison. Quelqu’un peut-il expliquer pourquoi les autorités mettent en prison des hommes politiques et des juristes tels que le docteur Abdel-Aziz al-Khayyer, l’avocat Khalil Maatouk, Adnan al-Debs ou encore Ali al-Chihabi…

Comment avez-vous vécu l’expérience de la prison en tant qu’artiste ? Comment vous représentiez-vous la scène ? Est-ce que vous pensiez aux œuvres que vous dessineriez une fois que vous seriez dehors ?

En prison, c’est tellement différent qu’on ne pense pas à ces choses-là ! Bien sûr j’ai pensé à des tableaux mais ce qui occupe tout l’esprit, c’est de se retrouver prisonnier de quatre murs sans la moindre issue ! On pense sans cesse aux petites choses de la prison : comment manger, dormir, se laver, boire, des choses qui mobilisent tout ton temps… Avec en plus les rêves…

Vous voulez dire les cauchemars ?

Non, les rêves ! Des rêves différents. Un des moyens de se protéger pour le prisonnier, c’est de continuer à rêver à toutes sortes de projets, à des rencontres avec des amis, à des promenades dans des lieux sans murs. Rêver c’est une façon de se protéger pour le prisonnier, de garder une sorte d’équilibre. Mais travailler, réfléchir à des vraies questions artistiques, c’est possible seulement une fois sorti de prison. Bien entendu, l’artiste emmagasine des idées, des sentiments, des sensations, qui ressortent avec le temps. Jusqu’à présent je n’ai encore rien fait mais j’ai toutes sortes de projets. J’ai aussi le sentiment que ce sur quoi je travaillais ces derniers temps n’est pas encore achevé. Du coup, il est encore trop tôt pour que je commence quelque chose de nouveau.

Dans vos dessins, vous vouliez montrer la violence, comme une manière de la refuser. Après la violence de la prison et tout ce que vous voyez aujourd’hui en dehors de la prison, est-ce qu’on peut imaginer que cela va modifier votre style ?

Je pense que la violence de la prison fait partie de la violence de la société et de la vie politique. Ce qui me m’angoisse vraiment, et c’était l’axe de mon travail ces derniers temps, c’est l’idée de la mort, la mort comme perte que rien ne pourra remplacer au niveau individuel.

On dirait que vos précédentes œuvres représentaient déjà les massacres avant qu’ils n’aient eu lieu. Maintenant que tout cela est arrivé, que dessiner ?

Qu’une personne perde la vie à cause d’un slogan, qu’il s’agisse d’un défenseur de régime ou d’un opposant, c’est une chose insupportable ! L’idée qu’un homme vienne à mourir, c’est une perte épouvantable au point de vue humain et c’est ce qui se passe pour des dizaines de milliers de Syriens. C’est ce qui leur arrive, à eux, à leurs parents, à leurs enfants, à ceux qu’ils aiment, à leurs amis… Pour moi la mort est une chose insupportable, c’est à cela que je pense pour l’essentiel ces temps-ci. C’est une idée qu’il est difficile d’exprimer rationnellement. Je ne peux pas supporter que quelqu’un meure parce qu’il a dit quelque chose ou qu’il a manifesté ou qu’il a fait quelque chose sur le plan politique. Rien ne mérite un tel châtiment. C’est une question existentielle, au plus profond de moi, qui me bouleverse totalement, et qui va bien au-delà de l’univers de la politique. Je pars du principe que les gens ne méritent pas un tel destin. Tout peut être réparé sauf la mort. Si on se met à la place des mères qui ont perdu leurs enfants, qu’est-ce qu’elles peuvent bien ressentir ? C’est un véritable vol de leur vie, une blessure ouverte avec laquelle elles vivront jusqu’au jour de leur mort.

Cela veut dire que vous dessinez la mort pour la refuser, comme vous le faites avec la violence ?

Voilà un moment que je travaille sur cette question. Je pense qu’aucun travail artistique, qu’il s’agisse de littérature, de musique ou de quoi que ce soit d’autre, n’a de poids face à l’idée de la mort, même si les créateurs travaillent pour s’en approcher, parce qu’il y a dans la mort une violence qui va au-delà du pouvoir des artistes, au-delà des limites humaines de l’expression. Ils s’efforcent d’y arriver, sans savoir jusqu’à quel point ils y parviennent ou non, c’est le temps qui le dira. C’est vraiment quelque chose de difficile.

Vous avez certainement déjà commencé à penser à ce nouveau projet, vous avez imaginé des choses qui commencent à s’accumuler dans votre tête. Pouvez-vous nous en dire davantage sur ce nouveau projet artistique ?

Dans mes dessins au charbon sur feuille, il y avait quelque chose qui s’approchait déjà de cela, en rapport avec ce que signifie la mort, avec sa symbolique, par exemple lorsque je dessine un oiseau mort ou un couteau fiché dans une table à côté d’un oiseau. Mais ce que je fais à présent est vraiment très différent de ce sur quoi j’ai travaillé durant les dix années passées. Je travaille sur des gens, sur des personnages. Je sens quelque chose de fort en moi-même, je ne saurais pas l’expliquer, quelque chose qui me pousse à dessiner non pas la symbolique de la mort, ni même les gens « ordinaires », « stylisés ». Je veux dessiner des gens qui ressemblent aux vendeurs de foul, au loueur de bicyclettes du quartier. Ce sont des gens faits de chair et de sang. Parler de la mort de façon générale, c’est insupportable par rapport à la violence de la mort, à sa totale injustice. Il faut vraiment montrer que les morts, les victimes, les martyrs, ce sont les gens du quartier, les voisins. Il faut absolument qu’ils soient vraiment présents, ce n’est pas juste une envie comme ça…

Dans votre célèbre portrait, intitulé « Le martyr », on a l’impression que vous avez dessiné la mort elle-même, et pas simplement son action sur les vivants. C’est cela que vous recherchez, l’effet de la mort ?

Je ne veux pas dessiner la mort elle-même. C’est difficile de parler de la mort comme d’une idée philosophique parce que c’est également quelque chose qu’on ressent physiquement, qui touche profondément, qui peut bouleverser, dominer toute autre pensée en un instant…

Mais vous avez déjà représenté la mort, cette chose qui arrive, directement dans des œuvres comme « Le moineau » ou encore « Le martyr », ou dans ces dessins de bras arrachés. Pourquoi représentez-vous les choses comme elles sont, juste en vous plaçant à leur niveau ?

Je crois qu’il est difficile de répondre à cette question, parce qu’il y a des motivations qu’il est difficile de saisir. La mort est tellement dure, immédiate, qu’il est difficile d’en parler d’une manière symbolique ou générale, cela n’est pas à la hauteur de ce qui vous pousse à le faire. Il se passe des choses comme on n’en a pas vu depuis des siècles. Il y a longtemps qu’on n’avait pas vu des foules aussi nombreuses protester, autant de manifestants dans les rues, dans les villes, dans les villages. Il s’agit d’un événement qui est peut-être en train d’ouvrir une nouvelle époque, de permettre des relations différentes entre les citoyens et le pouvoir, qui va peut-être redessiner la géopolitique de la région, pas seulement en Syrie mais dans toute la région, un vrai tournant dans l’histoire moderne pour ce pays et sa région. Cela va se payer au prix fort.

Avant de passer aux sujets politiques, on peut dire que, dans votre art, il y a une représentation traditionnelle de la mort, en noir et blanc. Dès lors que la mort n’est plus celle d’avant, peut-on s’en tenir au noir et blanc ?

L’univers du dessin et celui des couleurs, ce sont deux choses à la fois différentes et totalement liées. Il faut savoir ce que l’on a envie de faire, et ce dont on est capable. Le noir et le blanc, ce sont mes outils en tant que dessinateur, c’est avec eux que se joue le combat entre traits et surface, un combat et en même temps une harmonie. C’est très différent des outils du coloriste qui associe les couleurs chaudes et froides. De ce point de vue, il n’y a pas de rapport entre le blanc le noir et les sujets traités. Le blanc et le noir, comme les couleurs, peuvent permettre de traiter les sujets les plus légers ou les plus dramatiques.

Pendant votre détention, on a pu suivre les réactions et les prises de position des uns et des autres : certains réclamaient votre liberté, d’autres se réjouissaient de voir ce qui vous arrivait. Vous êtes à la fois rejeté par le pouvoir et par une porte bonne partie des franges de l’opposition. C’est un peu paradoxal de voir Youssef Abdelké, l’homme de gauche, apparaître aujourd’hui comme un « modéré ». Qu’est-ce que vous pensez de cette « modération » ?

Je ne suis pas d’accord avec cette idée de modération. Permettez-moi de vous dire que la politique n’est plus rien quand elle est dominée par la haine, les sentiments, les instincts, l’esprit de vengeance. Rien ne demande autant de réflexion, d’analyse objective que la politique ! La question de la liberté l’emporte sur toutes les divergences politiques et par conséquent celui qui donne plus d’importance à des divergences politiques qu’à la question de la liberté commet une faute politique contre lui-même et par rapport à son combat politique. Il y a deux oppositions en Syrie. Je comprends qu’il y ait des divergences politiques mais pas qu’il y ait un tel affrontement sur les questions qui nous réunissent tous.

Il y a plus que deux oppositions…

Globalement, il y a une opposition qui a un agenda extérieur et qui s’efforce de provoquer une intervention militaire étrangère parce qu’elle pense que cette intervention réglera les choses à son avantage. Et il y a une opposition intérieure qui veut un changement total, accompli par les Syriens eux-mêmes et pour eux. Elle refuse toute intervention [extérieure] parce que cette intervention, c’est le premier pas vers l’occupation et la division du pays en « comtés » confessionnels, une chose dont l’administration américaine n’a pas caché qu’elle œuvrait à sa réalisation. Une autre chose, c’est cette malheureuse tendance à l’émiettement dans les cercles de l’opposition. Il y a un nombre incalculable de conflits, entre partis, confessions, clans, personnes… Les financements étrangers y jouent un grand rôle. Cet éparpillement de l’opposition, et en particulier l’opposition extérieure, n’est pas à la hauteurs des souffrances du peuple syrien. Quand on regarde les hommes politiques, on dirait qu’il n’y en a pas un seul qui ait de l’envergure, quelqu’un qui aurait le sens de l’intérêt collectif et qui répondrait aux espoirs du peuple syrien et à ses sacrifices héroïques. A côté de tout cela, qu’Untel ou Untel soit emprisonné, cela n’a vraiment qu’une importance secondaire.

Vous avez payé, pour l’opposition, le prix de vos déclarations contre l’utilisation des armes. Où entraînent-elles la Syrie, ces armes ?

J’ai dit ce que j’avais à dire sur la question des armes à la fin de l’année 2011. J’ai dit alors, en gros, que cela revenait à voler la révolution syrienne, que c’était la conduire vers des horizons qui n’avaient rien à voir avec la révolution. Aujourd’hui même un aveugle peut se rendre compte que les armes et les financements de l’étranger ont conduit la révolution syrienne à des objectifs qui n’ont rien à voir avec elle, à des hypothèses qui n’ont rien à voir avec les aspirations du peuple syrien. Une bonne partie de ceux qui participent à l’opposition armée, on ne sait rien de ce qui les anime, on ne sait pas jusqu’à quel point ils dépendent de l’étranger, quels sont leurs objectifs. Beaucoup d’entre eux ont toutes les qualités, sauf celle d’être les défenseurs du peuple syrien, de ses choix et de son avenir. Les armes ont détourné la révolution syrienne de ses objectifs initiaux, la liberté, la dignité, la démocratie, la justice, un gouvernement de la société civile (al-dawla al-madaniyya). Peu à peu, elles lui ont fait perdre son soutien populaire. Toute révolution qui ne présente pas un modèle moral supérieur à celui du régime contre lequel elle se révolte perd son sens et son soutien auprès de la population.
Il y a une autre chose qui apparaît aujourd’hui dans la situation en Syrie, c’est que l’absence d’une direction, de dirigeants, tellement vantée par nombre de journalistes et de commentateurs comme un signe de « démocratie », et bien ce n’est pas vrai ! Une révolution qui ne possède pas une vision claire de sa tactique et de ses objectifs stratégiques ne peut pas réussir. Voilà le résultat de ces groupes armés qui pullulent, de ces chefs innombrables, des armes et des financements qu’ils ont reçus. Voilà ce qui a conduit la lutte à cette situation pitoyable. Une situation où les groupes armés sont tellement éparpillés qu’ils ne sont capables de rien, et encore moins de faire quelque chose en faveur du peuple syrien et du changement. Aujourd’hui il y a des groupes avec des motivations idéologiques et politiques si différentes qu’ils sont parfois capables de se battre les uns contre les autres ! Tout comme il y a des parties qui sont bien davantage liées à leurs intérêts extérieurs qu’à ceux du peuple syrien. De ce point de vue, les armes n’ont pas aidé le peuple syrien à se rapprocher de ses objectifs. Tout ce qu’elles ont fait, c’est rendre plus lourd le coût humain et matériel de la révolution.
On pourrait se demander : est-ce que l’action pacifique aurait permis au peuple syrien d’arriver à ses objectifs ? Je pense que c’était impossible au regard de la violence bestiale par laquelle on a répondu aux manifestations pacifiques. Mais il faut tout de même se demander aussi : est-ce que les armes ont permis à la révolution d’atteindre ses objectifs ? La réponse est un non sans appel. Le sang syrien coule aujourd’hui à flots, le pays s’enfonce toujours davantage dans la violence et le confessionnalisme, et on ne voit pas de lumière au bout du tunnel.

Et après tout cela, comment voyez-vous l’évolution de la lutte ?

Un an après le déclenchement de la révolution, les forces locales n’étaient plus essentielles, elles n’avaient plus leur mot à dire dans les combats. Les forces internationales avaient la haute main sur le cours des opérations. Les forces locales, qu’il s’agisse des forces du régime ou des forces de l’opposition gardent une certaine marge de manœuvre mais l’essentiel de la décision se fait à l’étranger. Dès lors, aucune force internationale n’accepte la défaite de son allié local. S’il est affaibli par une défaite sur le terrain, la partie étrangère le renforce. C’est ainsi qu’on peut comprendre l’insistance américaine pour déclencher une frappe à cause de l’utilisation de l’arme chimique, pourtant utilisée à quatre reprises auparavant comme le reconnaissent les Américains eux-mêmes. Ils ne se sont mis en ordre de bataille que lorsque l’équilibre des forces militaires a été modifié sur le terrain.
Malheureusement ce qui est appelé à durer, c’est la violence et la destruction qui finiront par provoquer la division du pays, sauf en cas d’accord politique au niveau international, avec sa traduction au niveau intérieur, sa mise en œuvre par les parties locales. Le problème c’est que les parties locales continuent à croire qu’elles peuvent l’emporter et que la « victoire » réclame un peu de patience. Mais il n’y aura ni vainqueur ni vaincu, tout le monde sera perdant. Nous sommes dans un trou noir, sans solution visible.

Les conflits entre intellectuels ont été tout aussi violents, et même parfois davantage, que les combats sur le terrain. A votre avis, c’est quelque chose de normal ou bien s’agit-il d’une évolution injustifiable ?

Ce qui se passe en Syrie est exceptionnel à tous points de vue. Les oppositions violentes ou politiques se reflètent naturellement au sein des intellectuels. Peut-être que cela se voit particulièrement à cause de la place qu’ils occupent, à cause des médias. Les divisions sont parfaitement naturelles dans une situation aussi exceptionnelle. La révolution syrienne a été pour tous un examen, une véritable épreuve pour savoir vraiment ce qu’ils pensaient, pour révéler leurs véritable aspiration au changement, même si le « changement » suscite la peur chez beaucoup de gens, intellectuels ou non. Ce que je veux dire, c’est que le régime ce n’est pas simplement l’institution militaire, les services de renseignements, un gouvernement, des batteries de missiles, des avions, etc. Le régime possède une base populaire que l’opposition a méprisée. Je crois qu’il aurait fallu la gagner à soi. Mais cela n’a pas été fait et en fin de compte cela a nui à la révolution car cela a réduit sa base populaire.
Les circonstances exceptionnelles que traverse la Syrie ont fait surgir une foule d’analystes, de sociologues, de politologues et de stratèges en tous genres. Des gens qui n’avaient jamais rien montré de toute leur vie, dont on n’avait jamais entendu parler, qui n’avaient aucun rôle politique et qui ont tout à coup obtenu des positions importantes. Les financements étrangers ont joué un rôle important dans la visibilité de ces gens-là, de ces personnes marginales jusque-là dans la vie politique, et cela pour des raisons qui ont quelque chose à voir avec cette énorme éponge qu’on appelle les médias et qui a besoin de ces gens-là : ceux qui financent ont besoin de personnes pour les représenter.

Sur Youssef Abdelké (يوسف عبد لكي) voir également sur CPA :
billet mis en ligne (22/07/2013) lors de son arrestation (représentation du dessin intitulé “Le martyr” dont il est question dans l’entretien).
L’art arabe face au marché global : synthèse d’un article de l’artiste sur la “marchandisation” de l’art arabe (20/07/2010).

Votre Altesse royale, longue vie à Vous, mon cul ! : les “injures à la personne de…” dans le monde arabe

A l’heure où Le peuple veut la chute du régime…, celui-ci pare au plus pressé à grand renfort d’« insultes à… », une arme juridique réservée en principe à la protection de la personne divine (إهانة الذات الإلهية), et largement utilisée en ces temps de protestations pour tenter de protéger également le potentat local (en France et ailleurs, du reste, le traditionnel « crime de lèse-majesté » a évolué en « offense au chef de l’Etat »). Dans Al-Akhbar (peut-être y aura-t-il bientôt une version anglaise de ce très bon article), Shahira Salloum dresse un impressionnant bilan dont il resssort que l’arsenal juridique punit l’offense tantôt à la personne du gouvernant (prince, sultan, roi :إهانة «الذات» الأميرية أو الملكية أو السُلطانية ), tantôt à l’encontre des cheikhs (mashâyikh, qu’il faut entendre comme les religieux).

A l’honneur, si l’on ose dire, en ce moment dans le Golfe, le Koweït, avec des dizaines de condamnations au titre de ce « délit », puni selon l’article 54 de la Constitution d’une amende et d’une peine de prison qui peut aller jusqu’à dix années. Un châtiment aujourd’hui utilisé, entre autres très nombreux cas, à l’encontre de quatre députés en exercice dont l’un d’eux a harangué la foule des manifestants en criant : « Nous n’avons pas peur de Vos prisons ni de Vos matraques. [Il peut s’agir d’un pluriel de majesté – d’où la majuscule en français…] Nous ne te permettrons pas de gouverner tout seul ! » On pourrait même aller jusqu’à traduire : « Nous ne te laisserons pas gouverner à ta guise ! » (لا نخشى سجنكم ولا مطاعاتكم.. ولن نسمح لك أن تمارس الحكم الفردي) La formule (lan nasmaH lak), avec son tutoiement égalitaire, a fait mouche : elle a été scandée par les spectateurs d’un match de foot qui a ainsi fourni à la foule une bonne occasion de s’exprimer… Pas étonnant que son auteur ait droit maintenant à un procès rien que pour lui…

Pour être complet, on précisera que les « offenses à la personne… » sont également susceptibles de poursuites légales quand elles ont pour cadre les réseaux sociaux : 5000 dinars koweïtiens (un peu plus de 13 000 euros) pour un Tweet… C’est cher payé mais pas grand chose à côté des dix ans de prison pour Lawrence Al-Rashidi (لورنس الرشيدي) à cause d’un poème – jugé injurieux – publié sur internet…

Dans la grande tradition arabe, les poètes sont en effet en première ligne dans ce combat des mots contre le pouvoir. Au Qatar, poursuit Shahira Salloum, c’est Muhammad Ben Al-Dheeb al-Ajami qui a été condamné à la prison à vie pour avoir appelé « à renverser le régime et avoir insulté l’émir » (verdict du procès en appel très bientôt). Dans son « Poème du jasmin », on l’entend dire (car c’est souvent sous une forme orale, souvent accompagnée d’une vidéo, que circulent ces textes sur la Toile), entre autres choses : « Nous sommes tous Tunisiens face à l’élite et à sa répression » (كلنا تونس بوجه النخبة القمعية ).

En Arabie saoudite, la situation est un peu différente en ce sens que « l’offence à… » est davantage utilisée contre ceux qui s’attaquent à la religion et à ses interprètes. Il faut dire que rares sont ceux qui osent s’en prendre au roi. Il vaut vraiment être en Egypte pour lancer des slogans tels que : Votre Altesse royale, longue vie à Vous, mon cul ! (طظ في ذاتك الملكية طال عمرك : un hashtag diffusé sur Twitter par les défenseurs d’Ahmad al-Guizawi, un avocat égyptien emprisonné en Arabie saoudite).

Côté religieux par conséquent, internet et les réseaux sociaux sont un terrain fort pratiqué par la répression à l’encontre d’activistes « libéraux » tels que Razef Badawi ou Muhammad Salama. Shahira Salloum ne les mentionne pas, mais elle aurait pu évoquer aussi le cas de Kashghari et de son offense à la personne divine (un billet en février de l’année dernière sur ce sujet), dont on n’entend plus guère parler depuis, ce qui, espérons-le, n’arrivera pas à Turki al-Hamad, un romancier internationalement connu, à l’ombre depuis un bon mois pour un Tweet qui ne va pas dans le sens des bonnes lectures de la religion…

Dans son article, la journaliste mentionne encore le sultanant d’Oman, où l’on condamne aussi à tout-va les séditieux de la Toile (entre un an et dix-huit mois pour des courriels contre le gouvernement), mais ne dit rien des Emirats, où pourtant la loi sur la cybercriminalité de novembre 2012 est du même tonneau : penalties of imprisonment on any person who may create or run an electronic site or any information technology means, to deride or to damage the reputation or the stature of the state or any of its institutions, its President, the Vice President, any of the Rulers of the emirates, their Crown Princes, the Deputy Rulers, the national flag, the national anthem, the emblem of the state or any of its symbols.

Al-Akhbar poursuit la litanie des « offenses à » avec la Jordanie et ses célèbres « tirages de langue contre la personne du roi » (un billet sur CPA ici), et bien entendu aussi le Maroc. Parmi les prémices incontestables des soulèvements arabes – dont on n’a pas fini d’entendre parler ! –, on peut ainsi sans aucun doute mentionner « l’affaire Erraji », du nom d’un blogueur qui avait osé, dès septembre 2008, critiquer nommément l’action de Sa Majesté le roi (billet à l’époque sur le très bon blog d’Ibn Kafka). Un déni de majesté qui en annonçait bien d’autres (mais que le makhzen a eu l’habileté de traiter avec plus de doigté que d’autres régimes de la région…)

On le constate facilement, les « offenses à… » se multiplient, « du Golfe à l’Océan » ! Le mouvement est lié aux nouvelles cultures numériques, d’abord parce qu’elles offrent un support d’expression facile (et pas toujours maîtrisé), mais aussi, et surtout sans doute, parce que ces nouvelles cultures numériques favorisent de nouveaux rapports sociaux, nettement plus « désinhibés » si l’on veut. Visiblement, pour pas mal de personnes dans le monde arabe, l’autorité suprême n’a plus rien de sacré, et le chef de l’Etat, légitimité religieuse ou pas, n’est guère plus qu’un ci-devant (personne, ayant auparavant bénéficié d’un privilège ou d’une marque liés à l’Ancien Régime ou à la religion : j’emprunte le mot à Alain Gresh). D’ici à ce qu’on dise, en plus, qu’il n’y a plus rien de sacré !…

Le dilemme du dictateur (jordanien)

“Vous êtes arrivé aux limites d’internet” (site jordanien, août 2012)

« Petit » pays coincé dans un environnement compliqué (la Syrie au nord, l’Irak à l’est et Israël à l’ouest), la Jordanie, faute d’autres ressources, en particulier énergétiques, a fait le pari des technologies de l’information, et cela depuis l’arrivée au pouvoir en février 1999 d’Abdallah II. Globalement, cela a plutôt bien réussi : pays d’origine de Maktoob.com, la grande réussite du business internet dans la région (fondée en 1999, la société a été rachetée dix ans plus tard par Yahoo! 175 millions de dollars), la Jordanie est également le pays de Fadi Ghandour, le « parrain » de l’ « économie de la connaissance » dans la région (voir cet article avec pas mal d’infos sur le site Bloomberg). Fier de « son » Silicone Wadi, Abdallah II a ainsi repris dans un email une statistique de l’Union internationale des télécommunications (ITU) affirmant que le royaume jordanien, dont la population ne représente que 2 % du monde arabe, produisait à lui seul les trois quarts du contenu arabisé sur internet ! On peut émettre de sérieuses réserves sur la précision de telles statistiques… Il n’en reste pas moins que les mesures politiques, administratives et économiques (enseignement, libéralisation des télécommunications, zones franches…) prises depuis une bonne décennie ont commencé à porter leur fruit puisque le secteur des technologies de l’information, qui emploie quelque 16 000 personnes (en majorité des jeunes hautement qualifiés), compte pour près de 14 % du PIB national (autant que l’industrie du tourisme).

Détournement de la campagne officielle pour les inscriptions sur les listes électorales

Comme ailleurs, ce qu’on a appelé le « printemps arabe » a encore accéléré cet essor dans une région où le nombre des usagers des réseaux sociaux (essentiellement Facebook et Twitter) a été multiplié par trois (passant de 16 à plus de 45 millions). Avec pour conséquence – particulièrement visible dans le cas jordanien mais sans aucun doute généralisable à la région – des tensions de plus en plus difficiles à gérer entre la structure politique et les demandes, nourries par la « culture internet », de nouvelles forces sociales. Comme le rappelle cet excellent article publié sur le site Jadaliyya, on assiste en Jordanie depuis janvier 2011 à une accélération considérable des conflits sociaux, menés par des organisations syndicales traditionnelles mais également par des mouvements d’un type nouveau (genre « jeunesse des réseaux sociaux » pour faire vite), sur fond de montée en puissance des Frères musulmans, le principal mouvement d’opposition. Sur la scène politique, le mécontentement s’exprime en particulier autour de la limitation des pouvoirs du roi au profit d’une monarchie davantage parlementaire. La corruption, les exactions des services de police sont également des thèmes qui mobilisent des secteurs toujours plus vastes de la population, laquelle manifeste son exaspération et sa colère selon des formes qui n’ont plus grand chose à voir avec la tradition. Décision mineure en apparence, le fait de ne plus craindre de tirer la langue à la face de son souverain (voir ce précédent billet) symbolise à la fois la rupture avec l’héritage politique traditionnel et l’adoption d’un nouveau répertoire d’expression totalement inédit. Autrefois simples vassaux de Sa Majesté à la mode antique, les Jordaniens revendiquent désormais leurs droits selon des modalités quasiment « post-modernes », à l’image de ce père de famille qui, excédé des coupures subies à son domicile, n’a pas hésité à conduire sa famille au Service municipal des eaux pour qu’elle y fasse sa toilette, naturellement pour une vidéo immédiatement postée sur les réseaux sociaux et reprise dans toute la presse (voir cet article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi). Quant à la dernière campagne officielle en faveur de l’inscription sur les listes électorales, elle a donné lieu à une invasion (assez drôle) de « mèmes », qui témoigne à elle seule de la prégnance de cette nouvelle « culture internet » dans l’espace public (voir les différents exemples placés au début des paragraphes de ce billet).

Face à cette montée des tensions qui empruntent un vocabulaire résolument novateur, le régime jordanien ne fait pas preuve d’une grande imagination. Malgré de grandes déclarations à l’américaine pour faire moderne sur le mode The sky is the limit (interview à la BBC sur le site officiel du roi), il se contente en réalité d’une gestion de crise à l’ancienne en faisant tourner les gouvernements (quatre depuis janvier 2011) et en lançant contre les opposants les plus gênants ses baltajiyyés (voyous) en espérant des jours meilleurs… Plutôt que de chercher des solutions aux critiques, il préfère tenter d’en réduire la visibilité en s’en prenant au monde de l’information, source de tous les problèmes… C’est ainsi qu’a ressurgi une vieille question dans ce pays, celle de la législation des médias que le pouvoir jordanien s’efforce, depuis des années, de modifier à son avantage. Parallèlement à de multiples attaques contre les professionnels de l’information – qui vont du « simple » passage à tabac à l’agression armée comme dans le cas de cette étudiante et blogueuse poignardée par un inconnu pour avoir raillé une déclaration du prince Hassan (le frère du feu roi Hussein) –, le régime tente par tous les moyens d’imposer une modification de la loi sur la presse de 1998.

Le premier ministre jordanien déguisé (sur le net) en prédicateur islamique

Les acteurs du domaine ont manifesté leur opposition en organisant une « nuit noire de l’internet jordanien », avec plus de 500 sites locaux affichant un écran noir pour dénoncer l’adoption de la nouvelle législation (voir illustration tout en bas et également celle du début de ce billet). Une opération spectaculaire qui a obtenu le soutien – via un message Tweeter ! – de figures publiques inattendues, telle la reine Noor, l’épouse du roi Hussein. Comme bien d’autres, celle-ci doit vraisemblablement s’inquiéter des conséquences d’une loi aussi répressive sur la santé des industries locales de la connaissance, secteur jusque-là très prometteur. A l’instar de bien des potentats régionaux, Abdallah II de Jordanie va devoir affronter le dilemme posé par la croissance d’internet et des réseaux sociaux. Il va lui falloir choisir entre s’enfermer derrière les murailles de sable de son minuscule royaume ou s’ouvrir aux flux impétueux des navigations électroniques… A dire vrai, on voit mal comment il pourrait, aujourd’hui, retenir la première option. Il va donc devoir se résoudre à adapter le système politique aux transformations d’une société informée par le Net.

Ecran d’un site jordanien lors de la “nuit noire de l’internet”

De l’Orient compliqué, je venais avec des idées simples

Aucun conflit ne déchire aujourd’hui l’opinion arabe (et au-delà) comme celui que traverse aujourd’hui la Syrie… Vingt mois après le déclenchement des premières manifestations, la situation sur le terrain, la nature des parties en présence et de leurs rapports de force, pour ne rien dire de l’avenir qu’on peut imaginer pour ce pays, tout cela reste aussi difficile à interpréter et source de conflits incroyablement douloureux, de déchirements sans fin.

Pour l’anecdote, si l’on ose un terme comme celui-ci par rapport à la multitude de drames que cela signifie dans la réalité de ceux qui vivent ces événements, on rappellera que la fameuse chanteuse Asala (voir ce billet), célèbre et célébrée pour avoir ouvertement pris parti pour les insurgés, est en procès contre un de ses frères lequel, lui, soutient le régime… Cela fait-elle de la vedette une nouvelle Antigone comme certains le diront rapidement, ou bien au contraire est-ce la preuve qu’elle a trahi les siens, aveuglée par on ne sait quelles promesses ? Ce n’est pas si facile à trancher, quoi qu’on en dise…

Loin des feux de la scène et des médias, le site Nawaat a publié le témoignage (original en arabe ici) d’une Syrienne réfugiée en Tunisie. Avec ses imperfections et même ses contradictions, il permet de percevoir le désarroi des militants syriens découvrant l’image de leur combat dans le pays dont le soulèvement a joué un rôle tellement important pour les autres pays arabes.

Loin des certitudes toutes faites (y compris en partie chez son auteure), il révèle combien ce qui se joue en Syrie sera de toute manière déterminant pour l’histoire de la région et pour l’idée politique arabe, et cela quelle que soit l’issue en Syrie.

Traduction par mes soins, sans coupe, d’un texte pas toujours très précis dans sa formulation mais dont la sincérité, qui ne saurait être mise en doute, ne peut manquer d’interroger…

Tu arrives à Tunis, fuyant l’oppression du régime, l’arrestation … ou même la guerre, Syrien non seulement par la citoyenneté mais mais aussi par les souvenirs, les espoirs et les rêves … Tu arrives “au berceau des révolutions”, fatigué, tu cherches quelqu’un qui te tendra la main…

Tu t’attends à ce que les Tunisiens, eux qui ont modifié le cours de l’histoire en renversant le régime qui les gouvernait, soit proches de toi, qu’ils te comprennent mieux que quiconque à l’heure où ta révolution en Syrie s’est transformée en guerre dont personne ne sait quand elle prendra fin. Tu te retrouves loin de chez toi, en exil, et tu imagines ton prochain rendez-vous avec la révolution…

Mais chaque jour, du type qui te vend les cigarettes au chauffeur de taxi en passant par tes amis, ce sont les mêmes questions qui reviennent, et les mêmes réponses. Tu as l’impression de répéter les mêmes choses comme une bande magnétique, comme un disque rayé, pour rien…

– Tu viens d’où ?
– De Syrie ..
La question suit immédiatement, sans même un temps de réflexion mais après avoir fait allusion au feuilleton Bab al-Hâra dans ses versions syrienne et tunisienne :
– Tu es avec Bachar el-Assad ou contre lui ?
– Je suis …. Je ne suis pas avec un assassin, quel qui soit !

Commencent alors les dialogues syro-tunisiens, avec leurs variantes en fonction des interlocuteurs, de leurs origines, de leurs expériences et des orientations [politiques] et aussi de leurs informations sur ce qui se passe en Syrie. Tout le monde dit que la situation n’y est pas claire, qu’on n’y comprend rien, mais tu te retrouves quand même dans différents milieux tunisiens où l’on parle de la Syrie — ce pays où tu es née et où tu as grandi et vécu toute ta vie — en présence de personnes qui parlent avec le ton de la plus grande certitude, celui de l’expert non seulement de la situation syrienne mais arabe. Cela varie en fonction des opinions politiques de tes interlocuteurs : la majorité de la gauche tunisienne — et je n’exagère pas — ne croit pas à la révolution syrienne, ne la reconnaît pas, à cause de ce qu’elle endure avec les islamistes et le parti au pouvoir Ennadha. Leur seule manière de se positionner c’est de demander : Vous avez envie que les islamistes vous gouvernent comme ils le font en Tunisie?

On répond toujours la même chose : la révolution, ce n’est pas quelque chose qui commence et qui s’arrête… Ceux qui ont été capables de renverser un régime répressif qui a fait tout ce qu’il a pu pour se maintenir pendant des décennies peuvent faire tomber n’importe quel gouvernement. La liberté d’expression des Tunisiens aujourd’hui rend possible un changement, une poursuite de ce qui a été commencé …

Mais ce ne sont que des mots si les Tunisiens, les Égyptiens, les Libyens, les Yéménites, les Syriens, si chaque être humain ne continue pas à lutter pour arriver à faire ce pays auquel tout le monde aspire. Sinon rien ne changera, si ce n’est que tu pourras dire autant de fois que tu le voudras : Je déteste les islamistes…

Quant aux nationalistes [arabes : 3urûbiyyin], ceux qui croient à l’unité arabe et à la primauté de la cause palestinienne déterminante pour le peuple arabe dans son ensemble, oublieux de ce qui s’est passé et de ce se passe dans leur pays et oublieux de l’exploitation éhontée par tous les gouvernements de la souffrance du peuple palestinien pour détourner l’attention des gens de leurs propres souffrances, leur réponse est en forme de question : Vous voulez qu’Israël réalise tous ses plans en occupant tous les pays arabes ? La chute du régime Assad, c’est la chute de la résistance et de l’opposition à l’ennemi israélien !

J’en rirais, et cela me rappelle combien le Maghreb et le Machrek sont distants, combien de fausses informations circulent, et que croient les gens. J’ai ainsi entendu quelqu’un dire que “les salafistes entrent en Syrie par la bande de Gaza”. ” Désolé mais vous avez jamais regardé une carte?

Vous n’avez pas remarqué qu’aujourd’hui Assad utilise tous les types d’armes, qu’il s’agisse d’armes légères ou d’hélicoptères, pour réprimer le soulèvement populaire alors qu’il n’a pas tiré une seule balle contre Israël en quarante ans? Est-ce qu’il n’aurait pas mieux valu déclarer la guerre à Israël ? Mobiliser 23 millions de Syriens plutôt que ses partisans pour réprimer l’opposition ? Au lieu de ces réunions de la Ligue arabe pour tenter de briser le blocus imposé à son peuple, Assad n’aurait-il pas pu mettre la Ligue arabe dans une situation telle que ses membres auraient dû unir leurs efforts pour se débarrasser de l’ennemi israélien ?

Dans l’équation tunisienne, il y a aussi les islamistes tunisiens qui ne soutiennent pas les révolutionnaires syriens mais qui aident leurs frères islamistes en Syrie. Et ici j’ai envie de demander à la gauche, aux nationalistes arabes et à la société civile [en Tunisie] : est-ce que ce n’est pas vous qui nous livrez aux islamistes ?

Bien sûr, je ne nie pas l’existence de militants tunisiens participant à l’action révolutionnaire en Syrie, non plus que les nombreuses tentatives tunisiennes pour aider les Syriens de toutes les manières possibles. Mais je m’étonne vraiment de cette réaction émotive si étrangère à la réalité, de ces positions si diverses chez les Tunisiens par rapport à l’assassinat alors qu’on pourrait penser que c’est une chose refusée par principe. Cette sensibilité, cette sympathie n’a plus rien à voir avec ce que ce que tu ressens en tant que Syrien, avec ce qui te fait souffrir. Tu rencontres des gens qui te disent : “Ne le prends pas mal mais j’aime Bachar.” Et si tu leur dis : “Mais tu aimes un assassin ?” Ils te répondent que cela vaut mieux que les islamistes ou qu’Israël !

C’est tout de même étrange de ne pas avoir d’autre choix que d’aimer un assassin, de le préférer à un autre tueur, d’oublier toute ton humanité, celle qui te fait aimer la vie et lutter pour mettre un terme aux machines de mort partout dans le monde !

Je demande à bien des Tunisiens qui aiment Bachar al-Assad : Avez-vous déjà vécu en Syrie? Avez-vous souffert de la répression du régime ? Avez-vous perdu un frère, un père, une mère, un ami ? L’armée d’Assad a-t-elle fait sauter vos maisons ? Comment pouvez-vous parler de la tragédie que vivent d’autres personnes en oubliant complètement leurs souffrances, en faisant semblant de croire qu’au moment où vous sirotez votre thé ou votre café en exprimant votre amour pour Bachar al-Assad, il est, lui, en train de tuer quotidiennement des centaines d’innocents ? Et vous continuez à dire : Ne le prends pas mal mais on l’aime ! Vous aimiez Ben Ali ?

Là, on a des réponses différentes. Il y en a qui vont dire : du temps de Ben Ali, il y avait la sécurité et les islamistes ne pouvaient pas seulement respirer. Certes, comme le dit la formule bien connue, “celui qui préfère la sécurité à la liberté ne mérite ni l’une ni l’autre!” Il faut bien accepter l’Autre, fut-il islamiste…

Et puis il y a ceux qui répondent : “Bien sur que non!” Vraiment, vous détestiez Ben Ali et vous aimez Bachar ? Ne sont-ils pas les deux côtés d’une même médaille ? Ce n’est pas si curieux si l’on pense à la position du gouvernement tunisien et à la façon dont il gère le dossier syrien : d’un côté il expulse l’ambassadeur syrien (inexistant dans les faits) et il ferme l’ambassade de Syrie en Tunisie en réponse aux exactions du régime à l’encontre de son peuple, de l’autre tout Syrien a besoin d’un visa, accordé ou refusé, pour entrer sur le territoire tunisien. Le président Marzouki lance une déclaration fracassante pour dire qu’il est prêt à accorder l’asile à Bachar al-Assad et à sa famille tandis que le gouvernement tunisien n’accorde pas ce doit aux réfugiés [syriens ] qui n’y ont qu’un droit de transit.

Autant de discussions qui se terminent toujours par un soupir à fendre l’âme et par l’unique phrase sur laquelle tout le monde est d’accord : “De toute façon, c’est le peuple qui trinque toujours !” Mais comment parler ainsi “du peuple”, comme si on n’en faisait pas soi-même partie ?

Bien sûr, chacun a le droit de penser ce qu’il veut et d’exprimer son point de vue. Mais comme je voudrais que cela se fasse toujours correctement, que la discussion ne soit pas conclue d’avance, que ce ne soit pas un tour pour rien faute d’accepter de changer de perspective…

Pour finir, me voici actuellement en Tunisie (en tant que pays de transit). Je publie cet article sur le site d’un pays dont je respecte le peuple, avec toutes ses différences. Si je m’exprime ainsi, c’est aussi parce que j’aime ce beau pays auquel je souhaite un lendemain meilleur, grâce à des lois vraiment humaines…

Rania Badri

Documenter les révolutions arabes : symboles et emblèmes

Les drapeaux continuent à fasciner les foules, et pas simplement arabes (il suffit de penser aux manifestations d’hier pour l’indépendance de la Catalogne). Après l’emblème israélien il y a un peu plus d’un an, un nouveau chapitre dans la vexillologie du printemps arabe  a été écrit avec l’affront subi par la bannière étoilée arrachée de l’ambassade des USA au Caire (ainsi qu’au consulat de Benghazi, où un citoyen nord-américain a été tué). Belle occasion de développer des clichés (dans tous les sens du terme), en particulier à cause de la présence d’un oriflamme qui n’a pas fini de faire parler de lui sur les différents théâtres des contestations arabes (ici à Tunis), à savoir le drapeau noir orné de la profession de foi, aujourd’hui attribué (voir cet article  dans Slate par exemple) aux « islamistes », dont on ne sait plus très bien s’ils sont jihadistes ou salafistes !

La couleur des drapeaux peut changer, mais on note tout de même que, dans ce que Henri Laurens a décrit comme « le grand jeu arabe », « la rue » manifeste avec une belle constance sa colère à l’encontre des symboles nationaux de certaines puissances politiques. On verra le destin médiatique qui sera donné à cette photo (voir ci-contre : cliquer pour agrandir) prise hier au Caire. Une chose est toutefois certaine, il va être difficile de l’intégrer telle quelle au grand imagier du « printemps arabe » que publient les médias du monde depuis le début des soulèvements il y a bientôt deux ans. Ce « grand imagier », on peut en saisir les traits sous une forme condensée à l’occasion d’un événement comme Visa pour l’image, le grand rendez-vous annuel du photojournalisme, qui s’intéresse bien entendu à cette question d’actualité comme il l’avait fait déjà lors de la précédente édition. Un exercice très rarement satisfaisant, tant est grande l’impression de déjà vu dans ces instantanés qui, le plus souvent, se contentent de redoubler la vulgate officielle des événements, en donnant très rarement un sentiment de présence que l’on ressent au contraire si fortement avec les photos de Louisa Gouliamaki, Angelos Tzortzinis et Aris Messinis, les photographes grecs du bureau AFP d’Athènes.

Parmi toutes ces images de l’actualité arabe, une exception tout de même, le travail de Johann Rousselot. Interpellé par la place d’internet, des blogs et des réseaux sociaux dans les mouvements, le photo-reporter a choisi de proposer, sous le titre « Colères. Les peuples arabes à bout – Icônes révolutionnaires », une série de portraits de cette jeunesse arabe « connectée aux valeurs des pays dits libres et démocratiques ». Il l’a réalisé en superposant les « vraies » photos des manifestants aux codes, symboles et autres graffitis, éventuellement récupérés sur la Toile. (En plus des quelques échantillons présentés ici, il faut voir l’ensemble de ce travail sur son site.) Photomontages donc, images artificielles par conséquent, qui s’avèrent en définitive plus « parlantes » que les images « naturelles », avec en plus ce bénéfice que leur auteur ne pose pas à l’objectivité mais affiche au contraire sa subjectivité, ici militante.

Dans cette série où figurent également le Maroc, la Tunisie, la Libye et l’Egypte, la Syrie occupe une place à part. Marqué par « l’abondance indécente des vidéos amateurs, parfois insoutenables, et principal témoignage de la situation dans le pays à ce moment-là », le photographe est revenu à un système plus classique de superposition d’images, avec des portraits de militants qui se détachent sur un arrière-plan, plus flou, de photos témoignant d’une très grande violence. Même si on aimerait y voir un reflet de la spécificité, évoquée il y a pas mal de temps de cela, du « régime de vérité » propre à la circulation de l’information dans le cas syrien, cette variation par rapport à l’ensemble de la série s’explique davantage par les conditions du travail sur le terrain.

Ce choix esthétique, probablement lié aux circonstances (les portraits des militants ont été réalisés dans les camps de réfugiés en Turquie), n’en est pas moins, sans doute à l’insu de leur auteur, un assez bel hommage aux créateurs cinématographiques syriens. En effet, cette manière de refuser l’illusion de la « capture du réel » pour choisir au contraire d’en évoquer la complexité, est une question que n’a cessé de se poser Omar Amiralay, le très grand cinéaste, animateur du printemps de Damas en 2000, alors que Bachar El Assad venait tout juste de succéder à son père. Tragiquement, le destin a voulu que son décès survienne à Damas, à l’aube des premières manifestations pacifiques comme le rappelle Chantal Berman, dans cet article (en anglais) qui évoque d’ailleurs incidemment le regard que la machine du Baath, le parti au pouvoir, pouvait porter sur internet et ses techniques.

Cette façon de préférer à la « fiction traditionnelle » le documentaire capable d’une interprétation créatrice du réel a fait école en Syrie, notamment auprès d’Orwa Nairabiya (ou encore Urwa Nyrabia : عروة نيربية), créateur en 2008 de Dox Box, un festival documentaire devenu à la fois une référence dans la région et le symbole, sur place, d’une possible évolution de la société en dépit de la persistance du régime… La dernière édition, en 2011, des Journées du cinémal du réel (leur nom en arabe) avait ainsi reçu le soutien officiel du ministère de la Culture, une décision controversée qui avait obligé l’animateur de Dox Box à s’expliquer en rappelant son exigence d’indépendance (article en arabe).

Orwa Nairabiya n’est jamais monté dans l’avion qui devait, le 23 août dernier, l’emporter au Caire. Ses proches sont sans nouvelles de lui. Une campagne de soutien internationale réclame sa libération.

12/09 : En espérant que la nouvelle soit très vite officiellement confirmée, Orwa Nairabiya aurait été libéré ce jour ! Confirmation ici : http://toutelaculture.com/2012/09/syrie-hommage-et-mort-du-cineaste-tamer-al-awam-et-liberation-dorwa-nyrabia/

La mémoire des dattes : le président Morsi et la vox populi

Les dattes l’avaient prédit : bien avant les rassemblements spontanés de la place Tahrir pour contrer un éventuel coup militaire, on pouvait deviner que le soutien populaire dont bénéficie le président égyptien Mohamed Morsi rendait pratiquement impossible une réaction de l’armée. Et cela grâce au yamish, un terme local pour désigner les fruits secs dont les Égyptiens font une énorme consommation durant cette période de fête.

En effet, chaque année les Égyptiens s’amusent à donner aux dattes de ramadan des noms tirés de l’actualité. Certains consommateurs s’obstinent à demander leur variété préférée selon son appellation d’origine (soukouti, siwi, etc.) mais dans les marchés populaires, les vendeurs rivalisent d’imagination pour trouver des appellations susceptibles d’attirer l’attention de la clientèle en la faisant sourire et en la confortant dans ses convictions.

Totalement spontanée, la création de ces noms n’en répond pas moins à certaines règles : n’importe quelle proposition ne peut pas s’imposer sur le « marché » de la création langagière et la « fortune » d’une expression dépend au contraire de l’écho qu’elle trouve auprès du public des chalands qui délivrent un verdict populaire. Du coup, les dattes de ramadan proposent de façon saisonnière une sorte de sondage sauvage de l’opinion. Les appellations successives des dattes de ramadan dressent ainsi le palmarès des personnalités qui ont marqué les esprits.

La "Obama"

Les vedettes naturellement. Il y a ainsi eu une zaïm, du nom de la meilleure comédie de ‘Adel Imam, et d’innombrables variétés certainement prodigieusement goûteuses, dédiées à Leila Elwy, une actrice locale, ou à Haïfa Wehbé (encore elle!) et à ses consœurs de la chanson. Les étoiles du sport ne sont pas oubliées et, notamment lors du succès de l’équipe nationale à la Coupe d’Afrique des nations en 2006 et en 2008, les étals ont rendu hommage à Abu Trika, auteur à chaque fois du but victorieux !

Mais il y a aussi, et même surtout, la politique avec son cortège de figures célèbres dont certaines traversent le temps – Nasser, Sadate, sont ainsi des appellations qui ont duré – alors que la plupart des surnoms font au contraire écho à l’actualité immédiate. En mal ou en bien, car les dattes les moins chères n’échappent pas à la verve des marchands à la criée. Ils se sont ainsi moqués de la « Bush » et de la « Sharon » en 2003, tandis que le fond du panier, la datte de triste mémoire pour les estomacs (et pas seulement), a reçu cette année le nom de fouloul, terme consacré par l’actualité pour désigner les partisans de l’ancien régime.

A contrario, la gouaille populaire a réservé le nec plus ultra du palmier-dattier à des destinées politiques qui sont loin, en France et ailleurs, d’être perçues d’une manière aussi favorable. S’il y a eu la « Obama » en 2009, à la suite d’un discours mémorable adressé au monde musulman cette année-là à l’Université du Caire, la mémoire saisonnière des dattes de ramadan a nommé au panthéon de l’imaginaire arabe Ben Laden et Saddam Hussein en 2004 et 2005, ou encore Hassan Nasrallah en 2006, année de la résistance victorieuse du Hezbollah au sud du Liban.

La "Hassan Nasrallah"
En 2012, bien évidemment, la datte « président Morsi » s’arrache sur le marché bien plus cher que la variété dédiée à son rival malheureux pour l’élection présidentielle, Ahmed Shafiq. Façon de dire à qui vont les faveurs du peuple et manière aussi de prolonger le message donné l’année précédente par la vox populi. Cette année-là, elle a dérogé à la coutume en offrant son hommage verbal non pas à une personne, aussi éminente fût-elle, mais au grand événement que le pays venait de vivre. L’histoire se souviendra longtemps qu’en 2011 les dattes de ramadan s’appelaient Tahrir (Libération, comme la place), Horreya wa adala (Liberté et justice), al-shohada (les martyrs [du 25 janvier]), sans oublier la plus longue en bouche, Al-thawra mostamerra (Révolution continue !)

 

Syrie : les théâtres de la bataille

Abu Khalil Qabbani (1835-1902), pionnier du théâtre au temps de la Renaissance arabe, chassé de Damas par un décret ottoman, après une pièce dans laquelle il se moquait du caliphe Haroun Al-Rachid

Sur la grande scène internationale, les événements de Syrie sont un théâtre d’ombres où des silhouettes se détachent sur l’écran des batailles tandis que d’autres acteurs se livrent, en coulisses, une guerre sans pitié. Et sur la scène du théâtre syrien, les événements de Syrie sont un drame où la profession tient son rôle, du mieux qu’elle le peut. Depuis mars 2011, le pays traverse une crise dont l’issue, sauf coup de théâtre, sera forcément encore très longue : des célébrités de la scène soutiennent le régime (voir précédent billet) ; d’autres – tel l’acteur célèbre Abdul Monem Amayri (عبد المنعم عمايري , article en arabe) – se taisent et se jettent à corps perdu dans le travail ; d’autres enfin (voir cet article dans le Guardian), ont rendu publique leur révolte, au risque de la prison parfois (article en arabe), et du chômage forcé souvent. Certains enfin, tels les deux frères Malas, ont été contraints de choisir l’exil.

Présents depuis toujours dans le théâtre syrien, les drames shakespeariens, avec toute leur folie meurtrière, ont plus que jamais la faveur des metteurs en scène locaux. Il y a quelques semaines à peine, ‘Orwa al-‘Arabi (عروة العربي), formé à l’Institut d’art dramatique de Damas, a ainsi présenté une énième version de Hamlet, devenu un classique de l’imaginaire arabe contemporain, comme le rappelle Hussein Omar. Dans le même esprit, et sur le même placement politique du type « soutien critique au régime », la capitale syrienne avait également vu en février la création de Un trône de sang (عرش الدم), une création de Ghassan Massoud (غسان مسعود) qui reprend un titre de Kurosawa pour associer deux œuvres, Macbeth et Richard III.

Dans la série des classiques remis au goût du jour, Hussein Idlibi (حسين الإدليبي), figure « classique » du théâtre national non moins classique, a transposé dans le contexte actuel une pièce déjà ancienne de l’auteur égyptien Alfred Farag. Inspirée des Mille et Une Nuits, La Princesse et le vagabond (الأميرة والصعلوك), histoire d’une princesse bien décidée à épouser le plus moche de tous les hommes disponibles pour se venger de son prince infidèle, a été adaptée pour montrer comme les « marchands du Golfe » sont prêts à tout, y compris à « vendre le sang du peuple syrien ».

Récit d’un pays sans mort (حكاية بلاد ما فيها موت), le dernier spectacle du jeune dramaturge Kifah al-Khaws (كفاح الخوص) également formé à l’Institut d’art dramatique, s’inspire à son tour du patrimoine local mais pour retrouver la tradition des hakawati (les conteurs de café) et pour offrir une réflexion plus complexe sur les événements actuels en imaginant une fable, puisant également dans l’épopée de Gilgamesh, où le héros finit par découvrir comment la mort peut être le chemin de l’éternité…

Etonnante scène théâtrale damascène, où l’angoisse des jours présents paraît stimuler l’énergie créatrice de certains. Après avoir eu l’occasion de travailler ensemble au printemps dernier, de jeunes passionnés de théâtre, en grande partie formés au « Laboratoire théâtral de Damas » d’Ousama Ghanem (أسامة غنم), ont prolongé l’expérience pour une création à partir de deux « dramaticules » (article en arabe) de Samuel Beckett, souvent présenté comme un des maîtres de l’absurde, ce qui n’est pas forcément étranger au climat actuel dans le pays. Un travail aux frontières du genre, sans « texte » et sans « direction », au sens traditionnel du terme, laquelle est remplacée par une mise en scène collective : une vraie révolution…