Sportifs et intellectuels au temps de la « normalisation » dans le monde arabe

judokasAdoptée en 2004, la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises a vite montré qu’elle ciblait en fait les seuls adeptes de la religion musulmane. Au fil des ans, elle a même fini par glisser du voile à la jupe, érigée en symbole de la liberté féminine. Des vêtements « ostentatoirement » trop longs ont ainsi entraîné l’exclusion de lycéennes pas assez « discrètes » comme se plaît à le recommander aux intéressé(e)s Jean-Pierre Chevènement, futur président de la Fondation des œuvres de l’islam de France ! Il était par conséquent assez prévisible que les amendes (grotesques) contre le port du burkini se transforment rapidement en instruments de harcèlement à l’encontre de toutes les « porteuses de voile » sur les plages. Malgré la décision du Conseil d’État contre cet arrêté administratif, certains ne désespèrent pas d’étendre à l’ensemble du paysage national cette interdiction d’un « symbole d’asservissement de la femme » comme l’analyse M. Valls, avec beaucoup d’intelligence (politique).

Autre exemple de ces « glissements de la loi », les circulaires dites Alliot-Marie et Mercier de 2010 et 2012, qui s’appuient sur les très légitimes dispositions légales contre l’antisémitisme pour faire condamner les militants du mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions). Il n’y a que les Israéliens pour faire mieux avec la « loi pour la prévention des dommages envers l’Etat d’Israël par le boycott ».

Sur cette question justement, on pourrait dire que la position des pays arabes est strictement opposée dans la mesure où le boycott y est, au contraire, en général imposé par des lois passées dans les années 1960 à l’initiative de la Ligue arabe. Il est arrivé que l’évolution des relations diplomatiques modifient la donne (les accords de Camp David par exemple) mais, dans la pratique, l’auteur d’un utile rappel des données juridiques libanaises relatives à cette question a raison de souligner que « l’ambiance générale laissée par le discours politique est que toute relation [avec Israël] est interdite, de quelque nature fût-elle ».

Coincés entre la réalité du droit et la pression de l’opinion, bien des individus se retrouvent dans des situations cornéliennes, à l’image du judoka égyptien Islam Shehaby résumant ainsi son dilemme au moment d’affronter, aux jeux olympiques de Rio, un adversaire israélien : « On me présentait comme le ‘leader des musulmans’ et on attendait de moi que je batte Israël et les sionistes. (…) J’aurais pu me retirer [de la compétition] mais on m’aurait traité de lâche, ou bien combattre et être traité de partisan de la normalisation des relations avec Israël. Si j’avais serré la main de Sasson, j’aurais été traité de traître, et si, je ne le faisais pas, on me présentait comme un terroriste. » Assez « normalement » au regard des relations officielles entre Israël et l’Égypte, le champion a donc été sanctionné par sa fédération qui l’a prié de rentrer chez lui. Depuis,  il a annoncé son intention d’abandonner le sport sur cette note particulièrement triste.

À l’inverse, il a pu arriver (plus souvent à dire vrai) que les mêmes instances, dans d’autres pays, exigent de leurs sportifs qu’ils « boycottent » leurs adversaires, à l’image de l’épéiste tunisienne Azza Besbes qui, immobile, laissa son adversaire israélienne l’emporter lors de la finale des championnats du monde en 2011. Souvent interprétées comme de courageuses décisions individuelles en faveur du boycott de l’État israélien, les attitudes des vedettes du sport sont aussi largement déterminées par les injonctions des structures qui les encadrent, en plus, bien entendu, des pressions de l’opinion publique du moment.

GoldUne opinion qui évolue au gré des circonstances politiques, ou bien encore – et c’est naturellement lié – sous l’influence de ceux qu’on appelle les « faiseurs d’opinion », les  grandes voix médiatiques et autres intellectuels prestigieux. Dans l’actuel Moyen-Orient, on voit ainsi clairement évoluer les frontières, qui ne sont plus aussi qu’étanches qu’autrefois, entre les responsables israéliens et certains de leurs homologues arabes. Une partie de l’opinion s’est ainsi beaucoup émue devant la récente photo du nouvel ambassadeur de l’Égypte du président-maréchal Sissi, serrant la main du très à droite Premier ministre Benyamin Netanyahou. Mais ce n’était rien au regard de la stupeur qu’a déclenchée, fin juillet, la « visite inédite d’un ex-responsable militaire saoudien » qui, à la tête d’une délégation d’universitaires et d’hommes d’affaires, a rencontré le Directeur général du ministère des Affaires étrangères de l’« entité sioniste » comme il était de rigueur de dire naguère (photo ci-contre). Après les révélations par la presse internationale de bien d’autres rencontres qui ne sont plus guère secrètes, on peut imaginer comment est reçue la révélation de ces bonnes manières des « Gardiens des lieux saints » de l’islam (un des titres des souverains saoudiens) à l’égard de ceux qui occupent la sainte mosquée Al-Aqsa en Palestine…

À l’image des sportifs, les intellectuels et artistes arabes doivent eux aussi jouer, sur la question du boycott, avec des règles qui ne sont pas toujours claires. Mais il arrive aussi qu’ils ne soient pas eux-mêmes toujours très clairs vis-à-vis de ces règles, qu’il est fort tentant pour eux de violer plus ou moins brutalement dans la mesure où cette transgression, paradoxalement, peut être très gratifiante pour leur réputation. Sur un marché culturel arabe où la « valeur » d’un intellectuel ou d’un artiste est davantage déterminée par les acteurs étrangers que locaux (c’est le cas par exemple des écrivains, surtout lorsqu’ils sont francophones), on ne compte plus les déclarations provocantes dont on peut légitimement soupçonner qu’elles sont moins motivées par des convictions réelles que par le désir, par toujours conscient, d’assouvir une ambition personnelle en tenant un discours susceptible de plaire aux instances extérieures. Quitte à jouer les Arabes de service pur le dire crûment !

Saber-Arrobae777Ceci mis à part (même si ce n’est pas rien), on a aussi l’impression que les faux pas des leaders d’opinion ont tendance à se multiplier depuis quelque temps. Comme si ces capteurs de l’humeur du moment que sont les (bons) artistes sentaient que, pour se conformer à l’esprit du temps, on peut (il faut ?) désormais tenir un autre discours sur le boycott et revendiquer une attitude beaucoup plus agressive vis-à-vis de ceux qui en tiennent encore pour ces vieilleries. L’actualité très récente en offre plus d’un exemple. On peut penser à ce chanteur tunisien, Saber Rebaï (صابر الرباعي ) qui, dans le cadre d’un concert dans la ville (contestée) de Rawabi (روابي) tout près de Birzeit, a eu la maladresse insigne de se laisser prendre en photo  tout sourire avec un de ces officiers israéliens qui humilient régulièrement les Palestiniens au passage de la frontière avec la Jordanie (photo ci-contre).

Mais on pourrait évoquer aussi la très contestée interview donnée par l’académicien franco-libanais Amin Maalouf à la chaîne israélienne I24, ou encore, au début de ce mois, les déclarations assez imp(r)udentes du cinéaste libanais Ziad Doueiri. Déjà mis en cause pour avoir séjourné et tourné en Israël le film L’Attentat (2005) – dont le scénario, tiré d’un roman de l’Algérien Yasmina Khadra, joue assez peu subtilement sur le désarroi d’un chirurgien palestinien découvrant que son épouse est une terroriste kamikaze –, le réalisateur du très apprécié West Beyrouth (1998) a ainsi tenu, à l’occasion de son retour dans son pays, des propos qui parlent d’eux-mêmes : « Il y a des courants stupides qui durent depuis 10, 20 ou 40 ans, et qui disparaissent. Il y a des gens stupides qui continuent à agiter le drapeau palestinien et à crier les slogans pour la libération de la Palestine en appelant à boycotter un artiste, que ce soit Ziad Doueiri ou Amin Maalouf. Mais ils n’ont aucun impact sur la société. Ce sont des microbes qui se développent sur nos corps, qui disparaîtront quand nous disparaîtrons. Sauf que nous on laissera une trace dans l’histoire et la culture, alors qu’ils s’évanouiront comme un filet de fumée. En fin de compte, et quoi qu’ils fassent, on suivra notre voie. »

ثمة تيارات تافهة تستمر 10 أو 20 أو 40 سنة، ثم تزول. وثمة أشخاص تافهون، « بعدن ناتعين » العلم الفلسطيني ويرفعون شعار تحرير فلسطين من خلال مقاطعة الفنان، سواء أكان زياد دويري أم أمين معلوف. ولكن ليس لهؤلاء أيّ تأثير في المجتمع. إنهم جراثيم موجودة بسبب وجودنا، وتختفي مع اختفائنا. ولكن، عندما نختفي نحن، سنترك أثراً في التاريخ والثقافة، في حين هم سيختفون كالبخار. في النهاية، مهما فعلوا، نحن ماضون في طريقنا.

De telles déclarations, anathèmes il y a quelques années encore, témoignent de l’extraordinaire affaiblissement du projet politique arabe.

Les grands jouent au foot : sport et politique au Moyen-Orient

Incrustation de la photo du président Sissi lors de son intervention téléphonique durant l'émission de 'Amr Adeeb
Incrustation de la photo du président Sissi lors de son intervention téléphonique durant l’émission de ‘Amr Adeeb

Aux dernières nouvelles, cheikh Salman, membre de la famille princière du Bahreïn comme le disent, sans plus de précision, ses notices biographiques, serait le grand favori dans la course à la présidence de la Fédération internationale de footbal (FIFA). Preuve supplémentaire des nouveaux équilibres au sein du monde arabe, le possible succès de Salman se ferait aux dépens de la candidature d’un autre prince arabe, prénommé Ali et demi-frère du roi Abdallah II de Jordanie.

Même s’il multiplie les promesses de probité, en assurant par exemple qu’il donnerait son salaire de président à des organisations de bienfaisance, ce dernier a sans doute perdu la partie qui doit se jouer à la fin du mois. Le temps des pratiques douteuses n’est pas totalement révolu à la FIFA et, malgré les protestations du prince hachémite, son rival du Bahreïn, fort de sa position à la tête de la Fédération asiatique, n’en a pas moins passé un accord, sans nul doute plus coûteux que vertueux, avec les responsables du foot africain. Suite aux aides financières dédiées à l’organisation et à l’entraînement de tournois entre équipes asiatiques et africaines, il est désormais considéré comme acquis que les votes de la fédération africaine, la plus importante par le nombre au sein de la FIFA, iront au président bahreini de la puissante fédération asiatique. Pour alourdir encore un peu plus la barque, lourdement chargée, de la FIFA, on rappellera que le prince Salman, potentiel patron du foot mondial par conséquent, est sérieusement suspecté d’avoir participé, de par ses fonctions sportives, à la répression policière à l’encontre d’athlètes bahreinis, coupables de réclamer davantage de démocratie dans leur pays…

Ce qui se passe au Koweït à l’occasion de ce que la presse locale appelle « la bataille du sport » (معركة الرياضة) offre une autre illustration de l’amour très intéressé que certains « grands » portent au sport en général et au foot en particulier. Aux dernières nouvelles, cheikh Ahmad Fahad al-Sabah, membre du Comité exécutif de la FIFA et du Comité olympique international, a été lavé de l’accusation d’outrage à la justice de son pays. Il reste toutefois sous la menace d’une autre procédure, lancée par le gouvernement koweïtien qui voudrait lui faire payer le fait que l’émirat sera tenu à l’écart des prochaines olympiades en raison des pressions politiques exercées sur le Comité olympique : on se pince pour le croire ! Néanmoins, pour tous les observateurs, il est clair que la disgrâce de cheikh Ahmad Fahad al-Sabah, ancien ministre des Finances et ex-président de l’OPEP, tient surtout au fait qu’en usant de sa position au sein du Comité olympique comme d’un tremplin politique, il visait en réalité la succession de l’actuel émir, dont il n’est pourtant pas prévu qu’il décède dans un avenir immédiat. Cet article de James Dorsey explique dans le détail cette affaire assez tortueuse…

On a déjà vu (voir ces billets en juin et en novembre) comment Jibril Rajoub usait de ses responsabilités sportives à la tête de la Fédération palestinienne de football et du Comité olympique pour glaner des points sur le terrain politique. Tout récemment encore, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, a dû se fâcher très fort pour que soit respectée, à la télévision nationale, une sorte de gentleman agreement spécifiant que Rajoub n’a le droit de s’y exprimer que sur les questions qui relèvent du domaine sportif, à l’exclusion du moindre sujet politique. En l’occurrence, celui qui reste membre du Comité central du Fatah avait osé critiquer certaines décisions de la Présidence (de Palestine, pas de la FIFA !) en lançant des appels du pied, un peu trop évidents, en direction du Hamas.

En Égypte également on a pu observer une nouvelle illustration des liaisons douteuses entre la télévision, la politique, et le roi des sports, le foot. Une semaine après l’événement, la presse continue en effet à commenter l’intervention du président du pays lors d’Al-Qahira al-yom (Le Caire aujourd’hui), un des plus célèbres talk shows du pays, animé par un journaliste fort en gueule, Amr Adeeb. À la surprise de l’animateur qui pourtant en a vu d’autres, le maréchal Sissi est en effet intervenu en direct pour dire en substance qu’il comprenait le désarroi de la jeunesse. Au grand étonnement des observateurs, il a également annoncé qu’il proposait aux « ultras » du club Ahly – sur ces fanatiques du foot, voir notamment ici – de participer à une commission chargée de faire (enfin) apparaître un peu de vérité sur le carnage (c’est le nom qu’on lui donne) qui a provoqué la mort, il y a tout juste quatre ans, de 72 supporters pris dans une véritable souricière tendue par les forces de l’ordre dans le stade de Port-Saïd (voir ce billet).

En Égypte, les réactions ne se sont pas fait attendre. Murtada Mansour, député et président de l’autre grand club du pays, le Zamalek, a clamé très haut et très fort, comme à l’accoutumée, son indignation : il est vrai qu’il a obtenu il y a peu la condamnation de 15 de ces ultras (ceux de son propre club en l’occurrence), apparemment coupables d’avoir tenté de l’assassiner. Plus insidieusement, d’autres commentaires suggèrent au maréchal-président de se montrer aussi ouvert avec une autre partie de la jeunesse, celle que pourchassent sans pitié les forces de répression du pays depuis le renversement du président Morsi en juillet 2013.

carpetCurieusement, personne n’a l’air d’oser se risquer à rappeler au chef de la nation que les « ultras » sont, depuis une décision de justice prononcée en mai dernier, officiellement considérés comme des terroristes et qu’il est donc étonnant de voir le président du pays les convier à une enquête officielle ! Il est vrai que dans un pays où l’on déroule le tapis rouge pour les voitures qui transportent les grands hommes de la nation, on n’en est plus à une absurdité près !

En être ou ne pas en être ? Al-Jazeera going global

beinviolet

Au passage de l’année, la très puissante Al-Jazeera Sport (الجزيرة الرياضية), bras armé de l’émirat du Qatar dans l’univers impitoyable de l’exploitation audiovisuelle des grandes manifestations sportives, a changé de logo. Créée en 2003, la filiale pour les sports de la chaîne d’information qatarie, elle-même lancée en 1996, a su bâtir en moins d’une décennie son empire sur ce créneau particulier. Au sein du système médiatique arabe, elle a réussi à étouffer la concurrence, un rêve devenu réalité avec l’achat, en novembre 2009 et « pour un montant qui n’a pas été précisé », de son principal rival, le groupe saoudien ART. Et même au niveau international puisque, comme le note fort justement cet article, la chaîne qatarie est devenue, à la suite de ce mercato record, le plus important réseau mondial dédié au sport.

beinPourtant, fin 2013, adieu à Al-Jazeera al-riyadiyya (Al-Jazeera Sport) et bienvenue à Be In Sport. La fin d’une époque marquée par un symbole fort sur le plan communicationnel puisqu’on passe de la transcription anglicisée de « l’île » (al-Jazeera), qui faisait allusion au nom local de la Péninsule arabique (al-Jazeera al-‘arabiyya), à une marque déclinée sous la forme d’une expression anglo-saxonne : be in, être dedans, être dans le coup, « en être » quoi ! Délaissant la célèbre calligraphie en forme de goutte d’eau, la charte graphique actuelle dote la chaîne d’une nouvelle identité qui rompt totalement avec ses origines maintenant qu’elle est déclinée en caractères latins un peu en forme de nouilles. vieux jazeera sportCôté couleurs, abandon également du code associé au groupe dont la chaîne est issue : fin du jeu sur le bleu, jaune et orange, Be In se drape dans des flots d’un mauve dont on chercherait en vain la trace dans la gamme chromatique régionale (à la seule exception, mais cela ne lui a pas porté chance, du parti de l’ex-président tunisien Ben Ali).

change

Le nouvel habillage de cette télévision sportive ne doit rien au hasard. Comme le claironne le slogan imaginé à l’intention de ce qui n’est plus qu’un petit segment de son marché, à savoir le public arabe : Wa taghayyarat al-lu’ba, soit Change the game! comme on dit dans l’idiome adopté pour la communication de la chaîne qatarie (voir l’image à côté). Pour la partie qui s’annonce, BeIn Sport cherche visiblement à se démarquer de sa grande sœur, la première chaîne arabe d’information en continu qui ne se remet toujours pas vraiment de ses exploits durant ce qu’il est convenu d’appeler le « printemps arabe ». Pour des raisons qui peuvent être différentes mais qui tiennent toutes au fait qu’ils jugent que la chaîne a rompu avec une certaine exigence professionnelle pour devenir, d’une manière de plus en plus évidente, un vulgaire porte-voix des manœuvres diplomatiques du Qatar, nombre de téléspectateurs arabes se sont détournés d’Al-Jazeera. Côté tribune officielle, la situation est pire encore ; les autorités égyptiennes ont ainsi vertement remis à sa place l’ambassadeur du Qatar parce que son pays avait osé critiquer la répression à l’encontre des Frères musulmans.

La « marque » Al-Jazeera n’est donc plus aussi porteuse, et les experts en marketing ont dû penser qu’ils pouvaient s’en défaire sans grosse perte. Mais il n’en a pas toujours été ainsi puisque la chaîne qatarie a conservé son identité d’origine lors de son lancement en août dernier aux Etats-Unis. Il est vrai que le regard du public nord-américain n’est pas le même que celui des téléspectateurs arabes. Et surtout, sur ce marché où elle occupe un segment très particulier et où les enjeux ne sont pas strictement commerciaux, il est bien plus intéressant pour le canal anglo-saxon d’annoncer la couleur en quelque sorte, en l’occurrence ses liens avec la maison mère au Qatar.

En revanche, pour la branche sportive qui correspond à un « vrai » plan business, la situation est différente. Pour elle, le marché arabe n’a guère d’importance et la chaîne qatarie, pour régler ses différends avec ses voisins privés de matchs de foot par exemple, continuera, comme elle l’a déjà fait dans le passé, à leur faire l’aumône de quelques retransmissions gratuites ou à prix bradés (voir cet ancien billet). En revanche, parce que sa stratégie est planétaire et que la chaîne du pays qui doit en principe accueillir le Mundial en 2022 s’adresse aux sportifs du monde entier, le branding du produit, son nom et son identité graphique, répondent à d’autres impératifs. Going global, inévitablement, Al-Jazeera n’a aucun intérêt à proclamer son identité arabe, à « en être » – be in – de ce monde arabe ! Comme bien d’autres sociétés actives à cette échelle – les exemples existent bien entendu en France –, il lui faut tout au contraire se doter d’une image aussi neutre qu’internationale.

Ainsi, la naissance de BeIn Sport contient en germe l’annonce d’une disparition. Ayant forgé sa notoriété sur le fait qu’elle était précisément porteuse d’une autre voix – celle des Arabes en l’occurrence –, Al-Jazeera, bien décidée à s’installer dans le paysage mondial, met en sourdine son identité première pour mieux séduire les chalands… Passe encore lorsqu’il s’agit de sport mais la démarche ne peut pas être dupliquée à l’identique dans le domaine de l’information. A la différence d’autres chaînes de ce type, la BBC, Russia Today ou encore CNN, autant de marques clairement identifiées à un type de message, on ne voit pas bien sur quoi Al-Jazeera peut s’appuyer pour « révolutionner l’information » internationale. Et encore moins aujourd’hui que trône sur les débris du projet national arabe la dynastie saoudienne…