La keffieh et la raison : des vœux pour la Syrie

Juste avant la fin de l’année, les Syriens « installés » (si on peut l’écrire ainsi…) dans les camps de réfugiés en Turquie ont reçu la visite, très médiatisée, du Premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, accompagné de son épouse et de Moaz al-Khatib, l’homme devenu, à l’issue d’une réunion tenue à Doha à la mi-novembre, le président officiel de la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution (à lire dans la fort sérieuses revue nord-américaine Foreign Policy, un portrait de cet Islamist-in-Chief, fort peu repris par la presse française)….

Voisin de palier sur la plate-forme Hypothèses, Jean Marcou, spécialiste de la Turquie, consacre son dernier billet de l’année à cet événement, en rappelant le nombre effarant des personnes déplacées : 150 000 réfugiés officiels, sans doute plus de 200 000 en tout, rien que chez le voisin nord de la Syrie. Se faisant manifestement l’écho de la vision turque de la situation quand il évoque les forces rebelles qui gagnent du terrain tandis que se profilerait une bataille dramatique à Damas où « 100 000 soldats fidèles au régime [sont] retranchés dans la ville », l’Observatoire de la vie politique turque évoque les rumeurs de plus en plus insistantes au sujet de discussions en cours pour une solution négociée, discussions qui achopperaient sur la destinée politique réservée à Bachar el-Assad…

Pour ceux qui en doutaient encore, les actuelles tractations sont bien la preuve que la crise syrienne n’est plus une affaire locale et que son dénouement passe désormais par un accord entre les nombreuses puissances engagées dans cette affaire. Que souhaiter d’autre aux Syriens en ce début d’année, si ce n’est que les marchandages entre les intérêts des uns et des autres se règlent assez vite pour que le pays ait encore une chance de survivre au drame qu’il traverse ?…

Pour l’heure, le chemin est encore long entre les représentations des camps opposés dans ce conflit. En témoignent par exemple les lectures totalement divergentes d’une même image, celle du Premier ministre Erdoğan visitant les camps de réfugiés, enveloppé dans une traditionnelle abaya bédouine reçue en cadeau et la tête coiffée d’une keffieh (aujourd’hui associée aux Palestiniens mais présente dans toute la région : voir ce billet) : avec ses drôles de cordons en poils de chameau sans doute, Erdoğan a vraiment l’air de quelqu’un qui se serait déguisé en Bédouin pour une soirée de Nouvel An ! « Une allure de Lawrence d’Arabie » commente, apparemment de façon plutôt élogieuse, Jean Marcou qui, là encore, reflète sans doute l’état d’esprit dominant du côté turc. Ce qui devient, sous la plume au vitriol de Khalil Harb, un journaliste du quotidien libanais Al-Safir (nationaliste arabe, pro-syrien mais à qui il arrive d’être critique du régime de Damas), un « Lawrence turc », un Arabe de pacotille aussi fourbe et menteur que l’espion britannique vantant la Grande révolte à ses interlocuteurs arabes pour mieux les trahir ensuite…

En arabe, les cordons qui tiennent en place la keffieh sur la tête se nomment 3iqâl, mot à mot « les entraves » du keffieh, en quelque sorte ce qui empêche l’esprit de s’égayer, voire de battre la campagne. C’est la même racine qui, avec juste une interversion des voyelles, donne l’adjectif 3âqil, celui qui est raisonnable, sage.

Faisons donc des vœux en ce premier jour de l’année pour que le 3iqâl d’ Erdoğan l’aide à retrouver la voie de la sagesse, et avec lui tous les protagonistes, locaux et étrangers, d’un conflit qui, manifestement, a aujourd’hui échappé à toute raison (3aql).

Sultan et pharaon : islam, feuilletons et géopolitique (1/2)

Dans notre série hebdomadaire, l’un des héros est un sultan, en l’occurrence le président turc Recep Tayyip Erdogan, surnommé depuis bien longtemps par les plus critiques de ses détracteurs « le dernier sultan » (une expression reprise également par Bachar el-Assad, bien revenu de son coup de foudre sur le Bosphore). Quant au pharaon, il s’agit bien entendu du dirigeant de l’autre grande puissance moyen-orientale, le président Morsi, qualifié de la sorte par ses opposants (El-Baradei en tête) depuis le 22 novembre dernier, après sa tentative de coup de force constitutionnel.

Mais il y a aussi dans cette histoire un vrai feuilleton, intitulé Le siècle magnifique en turc (Muhteşem Yüzyıl). Diffusée depuis 2011 et donc bientôt dans sa troisième saison, cette saga historique tirée de la vie du sultan Soliman Ier – aka Soliman le magnifique – fait désormais partie des très riches heures de la production télévisuelle turque. Exportée partout dans le monde, ses droits exclusifs pour la région arabe ont été acquis par Dubai TV, à la fin de l’année 2011. Une bonne affaire certainement, quel que soit le prix d’achat, car Le harem du sultan (son nom dans la version arabe) a redonné encore un peu plus de vigueur à la passion, qui ne se dément pas depuis ses débuts en 2006, pour les feuilletons turcs doublés en arabe (voir ces billets – 1 et 2 ; pour les arabophones, on recommande aussi cet article avec des chiffres intéressants dans Al-Akhbar).

Sur un fond d’intrigue historique, Le harem du sultan tourne surtout autour des intrigues… de palais ! Avec, dans le rôle de la première dame, Roxelane, une esclave ukrainienne (l’histoire réelle a soigné le casting) qui devient, après moult péripéties, la favorite du maître de l’Empire ottoman. En lieu et place des batailles viriles qui ont fait le succès d’Omar – production qataro-saoudienne dont on a déjà beaucoup parlé ici), cette nouvelle production surfe donc sur ce qui, de l’avis général, constitue le véritable atout des séries stambouliotes : la romansiyya, un je-ne-sais-quoi délicieusement romanesque, au goût de fruit défendu pour le public arabe. Enfin « presque défendu » puisqu’il est produit par les frères turques, musulmans eux aussi, dans ce pays moderne gouverné par l’AKP, le Parti pour la justice et le développement, considéré comme fort proche, idéologiquement, des Frères musulmans au pouvoir en Egypte (sous le nom du Parti de la justice et de la liberté).

Mais la « romance » n’excuse pas tout ! Toutes ces histoires de trahison (y compris conjugales), ces intrigues et ces « chicayas » (comme aiment à dire Jean-François Copé et d’autres politiciens de la droite française qui, pour une fois, apprécient ce qui vient de l’arabe, en l’occurrence un joli mot) offrent un modèle de vie décidément déplorable ! Le succès – notamment auprès des représentantes du sexe faible – des soap opera, même à la sauce turque, exaspère certains esprits conservateurs qui craignent que ces mauvais exemples, diffusés à longueur d’antenne, finissent par saper les vraies valeurs, à leurs yeux tout au moins, de la religion.

Est-ce le cas du président Erdogan ? A la surprise générale, une conférence de presse donnée à la fin du mois de novembre, en principe sur des questions de politique extérieure, s’est transformée en charge, menée tambour battant, contre le feuilleton phare de la production télévisuelle nationale. Rappelant que Soliman avait « passé trente ans de sa vie à dos de cheval et non dans des palais comme on nous le montre à la télé », il n’a pas hésité à maudire et à condamner « les réalisateurs de ces séries et les propriétaires de cette chaîne de télévision » car « ceux qui jouent avec les valeurs du peuple doivent recevoir une leçon ». Depuis, la Turkish Airlines ne diffuse plus pendant ses vols les épidodes de la série culte, tandis que des membres du parti au pouvoir se préparent à soumettre à l’Assemblée un projet de loi qui interdirait les productions se moquant de l’histoire et des traditions nationales !

En Turquie, on s’étonne – et on s’inquiète – de cette sortie qui oblige les milieux d’opposition à s’interroger sur les intentions réelles du pouvoir vis-à-vis de la liberté de création. Pourquoi une telle charge, aujourd’hui, trois ans après le début d’une série qui, de fait, suscite quelques grincements de dents auprès d’une fraction de la société mais qui soulève à l’évidence l’enthousiasme du public local et même international. De son côté, Abdurrahman Çelik, le directeur du département des droits de la Propriété intellectuelle au sein du ministère de la Culture, a fait savoir que « fin 2010, les séries télévisées ont rapporté [à la Turquie] 65 millions de dollars en revenus d’exportation », et que ce sont près de 90 millions de dollars qui sont espérés en 2012, grâce à ce feuilleton vu par quelque 150 millions de téléspectateurs au Moyen-Orient, dans les Balkans et dans les républiques turcophones de l’ancienne Union soviétique.

Dans le monde arabe, l’étrange comportement d’Erdogan n’a peut-être pas autant surpris, sans doute parce qu’on y est habitué à voir les autorités politiques porter un soin jaloux au contenu des programmes télévisés en général et des feuilletons en particulier. Pour le quotidien en ligne Elaph par exemple, la chose est assez simple. Le problème vient d’une question d’écriture : quand les spécialistes s’intéressent aux grandes lignes de l’Histoire (avec un grand H), les scénaristes des dramas si populaires s’intéressent, eux, aux petits détails qui font les bonnes histoires… Et du point de vue du président de l’AKP et de la Turquie, tellement convaincu de la haute destinée de sa nation, la mise en évidence, par une série très populaire, des petits dessous de l’Histoire, de ses ressorts parfois les plus intimes, ne peut être vécu que comme une menace, en tout cas comme un danger !

Reste à savoir comment Erdogan a pu prendre soudainement conscience des risques que cette lecture trop légère de l’histoire ottomane faisait peser sur son pays. Là encore, la presse arabe a la réponse ! Dans son édition de ce lundi, le quotidien Al-Hayat revient avec beaucoup d’à-propos politique sur toute cette affaire en titrant que «  Le harem du sultan a été victime des recommandations ‘à la frère musulman’ de Morsi à Erdogan » (حريم السلطان» ضحية وصايا مرسي «الإخوانية» لأردوغان). Si le président turc s’est brusquement converti ainsi à l’excommunication télévisuelle, c’est, selon « un proche collaborateur d’Erdogan », parce qu’il a trop écouté son homologue égyptien rencontré à l’occasion de la crise de Gaza ! Cette histoire de feuilleton turc met donc parfaitement en évidence une forte leçon de géopolitique : les (extrémistes) Frères musulmans égyptiens ne se calmeront pas grâce à leurs homologues turcs modernes et modérés, c’est l’inverse !

La leçon est donc claire pour les téléspectateurs arabes et musulmans – en espérant qu’ils soient aussi des lecteurs d’Al-Hayat : s’ils veulent continuer à dévorer des yeux le sultan, la sultane et leurs histoires de harem, il faut à tout prix faire barrage à pharaon !

La bande-annonce, en turc dans le texte (mais avec en fond sonore un des airs les plus célèbres du patrimoine musical arabe), en attendant la suite la semaine prochaine…

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=uFbl0tJ7KMg