Promesses de “printemps” dans les réseaux sociaux saoudiens

saoudieathéiste

On ne prête qu’aux riches ! S’il s’agit de l’attention médiatique, la formule s’est vérifiée une fois de plus avec les très nombreux commentaires, dans le monde arabe en particulier, suscités par la mise en ligne sur YouTube de brèves vidéos saoudiennes contestataires. Depuis quelques semaines, différentes vidéos (article en arabe dans Al-Akhbar avec de larges traductions en anglais) d’un genre particulier ont été « postées » sur YouTube, lequel joue en Arabie saoudite qui en est, ainsi que de Twitter, un des plus gros utilisateurs mondiaux, un rôle très particulier, comme une sorte de chambre d’écho sociale et politique des débats qui se tiennent difficilement ailleurs.

Sur les vidéos en question, visionnées plusieurs millions de fois pour certaines d’entre elles, on voit invariablement, en plan rapproché (souvent avec un cadrage inférieur à celui de l’image, ce qui doit correspondre à l’usage d’un smartphone ou quelque chose de ce genre) un homme qui adresse à la caméra un discours véhément, lequel s’achève, dans la plupart des cas, par la mention de son identité attestée par un document brandi devant l’objectif de la caméra.

C’est Abd-al-Aziz Muhammad (bin al-fahd) al-Dusari qui, le premier, a rappelé au roi du pays, dans une vidéo de trente secondes mise en ligne le 22 mars, qu’il ne pouvait pas s’en sortir avec moins de 500 euros par mois. « Est-ce que ça suffit pour une dot, pour une voiture, un foyer ? Nous sommes à bout et vous condamnez ceux qui posent des bombes. Frère ! [Il s’agit du roi] Combien de temps nous faudra-t-il supplier pour recevoir l’argent du pétrole ? Donnez-nous ce que vous jetez par les fenêtres, vous et vos enfants, donnez-nous ce qui est notre droit. » (، هل هذه تكفي المهر ولا (أو) سيارة ولا (أو) البيت… يا أخي ملّينا، وتلومون اللي يفجرون… يا أخي اعطونا الى متى نشحدكم من البترول يا أخي. أعطونا ما تلعبون به أنتم وعيالكم… اعطونا من حلالنا. )

Dès le lendemain, Abdullah (Mabruk) Bin-Uthman al-Ghamdi apparaissait à son tour sur YouTube pour dire combien il était d’accord avec al-Dusari et pour appeler d’autres Saoudiens à l’imiter pour que leur voix atteigne « le Gardien des deux saintes mosquées » et qu’il mette un terme à la corruption et à l’injustice dans son pays. Le 27, c’est au tour de Sa’ud (Mardi Abdullah al-Bidani) al-Harbi qui revient sur des demandes tellement « simples » : se loger, avoir une vie décente… « Pas besoin d’avoir recours à Twitter ou quelque chose de ce genre… Toutes nos demandes, vous les trouverez dans la corbeille à papiers d’Al-Toueijri [le conseiller du roi]. Ne poussez pas les gens à protester, ne les obligez pas à descendre dans la rue parce que les voitures noires de la police sont tout simplement pas assez nombreuses par rapport aux voix des gens qui sont libres. C’est facile pour nous de descendre dans la rue et de réclamer nos droits, pacifiquement bien entendu. » ( مطالبنا سهلة… ليس هناك حاجة لفتح باب تويتر أو ما شابه. كلها موجودة في سلة مهملات التويجري (أي خالد التويجري مستشار الملك عبد الله)، لا تلزمون الشعب بالتحرك السلمي، لا تلزمونا بالنزول للشارع، ببساطة لأن عدد سيارات اليوكن الأسود أقل بكثير من عدد الأحرار فنحن من السهل أن نذهب ونطالب بحقوقنا بطريقة سلمية طبعاً )

Le ton monte progressivement, ainsi que le rythme des apparitions. Le 30 mars, c’est un médecin, Abd-al-Rahman Ali Ahmad al-Ghreidi al-Assiri, qui confirme la pauvreté qui sévit dans certaines régions du pays. Le 31, Wafi Mardi Abdullah al-Bidani al-Harbi, le frère de Sa’ud qui avait pris la parole quatre jours plus tôt et Mu’adh bin Sulaiman Al-Juhani interviennent, l’un et l’autre pour protester contre les arrestations de ceux qui ont osé prendre ainsi la parole publiquement sur YouTube. Le 2 avril, les fortes têtes reçoivent un nouveau soutien, anonyme cette fois, ce qui se comprend mieux au regard de la répression et du message qui est lancé : « Vous les gens des deux saintes mosquées, tous les peuples chassent leurs gouvernants quand ils se sont comportés en voleurs… Alors, quand dirons-nous aux voleurs qu’ils n’ont pas leur place chez nous ? » ( كل شعوب الأرض تأتي بحكامها وتطردهم عندما يتحوّلون الى لصوص، فمتى نقول للصوص لا مكان لكم بيننا)

Il y a eu aussi la création sur Twitter, de hastags tels que « le peuple a son mot à dire » (الشعب يقول كلمته) ou bien « mon salaire ne me suffit pas » et même « le roi ne me représente pas » ! Et également de nouvelles prises de position publiques sur YouTube. La plus spectaculaire peut-être reste celle d’une jeune femme (vidéo ici) qui intervient voilée, selon les normes en vigueur dans son pays, mais qui brandit tout de même rituellement sa carte d’identité (avec sa photo masquée) à l’appui de ses dires : en gros, je suis avec les braves qui ont pris la parole, je parle en toute connaissance de cause contre la corruption et le reste de ce qui ne va pas dans le pays…

Pour l’heure, il n’y a pas eu d’interventions plus récentes. Il faut dire que la répression, même si elle n’est pas connue dans ses détails, est sévère, comme d’habitude pour ce genre de délits : prison ferme, interdiction de voyager, amende, interdiction d’utiliser les réseaux sociaux…. Plus encore que les années précédentes (voir quelques références à la fin de ce billet) les sanctions sont sévères. Au début du mois de mars, deux hommes ont ainsi été condamnés pour des Tweets à neuf et dix ans de prison. L’un d’entre eux (pour l’autre, son identité n’a pas été révélée) est un jeune militant de 23 ans, Muhannad al-Moyahmeed, condamné pour un crime qui est en soi tout un programme, « sédition contre l’Etat et moquerie à l’encontre de son chef » («التحريض على الدولة والسخرية من وليّ الأمر»)…

Qu’est-ce qui fait donc si peur aux autorités saoudiennes ? demande ingénument la chercheuse saoudienne très critique (vivant en Grande-Bretagne) Madawi Al-Rasheed. Dans un entretien (en anglais), elle revient sur le rôle d’internet en évoquant notamment la diffusion virale, sur la Toile, d’images révélant le luxe fastueux du palais royal, mises en circulation à l’occasion de la visite récente de Barack Obama. Dans ce pays où toute expression politique est muselée, les réseaux sociaux ne sont-ils pas la seule manière ou presque d’exprimer une parole publique ? A ceux qui pourraient lui rétorquer qu’il existe malgré tout des lieux, tels que les traditionnelles assemblées privées (diwaniyyés) et autres clubs et cafés plus ou moins culturels, on signalera que, précisément, la dernière foire du livre de Riyad, un des timides lieux d’échanges (d’autant plus que c’est [parfois] mixte !!!) a connu en mars dernier une censure plus rigoureuse que jamais.

Après trois années relativement « libérales », les autorités saoudiennes semblent bien changer de tactique et choisir la répression à outrance (article dans le Gardian et un autre, plus récent, dans Al-Monitor). Il ne s’agit plus seulement de s’en prendre aux voix relativement connues, ou encore particulièrement irrespectueuses, mais de pourchasser sur le Net les moindres velléités critiques. Tout récemment, une société spécialisée locale a ainsi annoncé triomphalement (article en arabe) la mise au point d’un super logiciel espion qui permettrait de pourchasser tous ceux qui se livrent à de mauvaises pratiques sur les réseaux sociaux.

Faut-il croire sur parole ces ingénieux ingénieurs ? Pas certain en tout cas que cela soit totalement efficace vis-à-vis d’une contestation qui a suffisamment évolué pour choisir aujourd’hui, et le fait doit être souligné très fortement, de sortir de l’anonymat et d’apparaître au grand jour, sous son nom réel et non pas sous le masque d’un avatar anonyme. (A propos de masque, on lit avec amusement – ou consternation – que celui de Vendetta, rendu célèbre par les Anonymous et devenu un symbole des contestations actuelles dans le monde, est officiellement interdit dans le Royaume depuis le moins de janvier dernier : article en arabe).

Il faut le souhaiter pour l’avenir de la monarchie saoudienne car la marmite numérique bout à gros bouillons contestataires, et il ne va pas être facile de refermer le couvercle ! En plus des libéraux qui veulent une meilleure gouvernance, il faut en effet compter aussi sur les radicaux de l’islam politique qui se montrent particulièrement efficaces sur le réseau des réseaux (article en arabe). Mieux, ces contestations ne se limitent pas à la seule sphère du politique mais « empoisonnent » tous les secteurs de la vie publique : simples citoyens désireux d’une vie normale (campagne pour les droits civiques, telle la possibilité pour les femmes de conduire), athées affichant fièrement leur incrédulité (article en arabe d’où est tirée l’image en haut de ce blog, prise devant la Kaaba !), sans oublier les comptes Twiter plus ou moins pornographiques (article en arabe) qui traduisent à leur façon un évident désir de liberté… sexuelle au moins !

Manifestement, les déceptions, en bien des lieux du monde arabe, vis-à-vis des promesses du printemps ne semblent pas devoir calmer les ardeurs des Saoudiens et des Saoudiennes.

Post-scriptum : une seconde femme apparemment, et la série n’est pas forcément terminée, selon cet article sur le site d’Al-Quds al-‘arabi, lundi 14 avril au soir.

Quelques références précédentes dans ces chroniques à propos du numérique saoudien :
« No woman, no drive », la génération YouTube en Arabie saoudite – 5 novembre 2013 – 28 octobre 2013
Le “petit juge” islamique et le gros compte Twitter : al-Arifi vs al-Ghaith – 6 mai 2013
Arabie (postmoderne) saoudite : des effets pervers sur YouTube ! – 15 octobre 2012
Comment des tweets d’anniversaire ont déclenché une « guerre internet de quatrième génération » en Arabie saoudite ! – 20 février 2012
Un prince saoudien dans le capital de Twitter (1/3) – 26 décembre 2011

Les “cheikhs de la discorde”, héros du jihad, mais juste sur Twitter !

shiryanpleure

المجتمع لازم يحاسبكم، المجتمع لازم يسائلكم، أنتم من غررتم بأولادنا (…) أفلتّم من العقاب في أفغانستان، وأفلتّم في العراق، في سوريا المفروض ألا تفلتوا « La société doit vous juger ! Vous avez trompé nos enfants. (…) Vous vous en êtes tirés en Afghanistan, vous vous en êtes tirés en Irak, mais pour la Syrie, pas question que ça se passe comme ça ! »

Celui qu’on appelle dans son pays « l’allumette de la presse », le journaliste saoudien Dawood al-Shiryân (داوود الشريان) « parle comme il est ». Dans son pays où les médias ont plutôt l’habitude de ronronner doucement, on peut dire que sa dernière sortie a fait du bruit ! Cela s’est passé il y a une semaine, lors du talk-show qu’anime ce journaliste chevronné sur un des canaux de la chaîne MBC, à une heure de grande écoute, huit heures du soir (le nom de son émission d’ailleurs). En présence de quelques invités, Dawood al-Shiryân s’en est donc pris très violemment à ceux qu’il appelle « les cheikhs de la discorde », les « héros de Twitter » sans scrupules, qui incitent de jeunes Saoudiens à partir se battre en Syrie quand eux-mêmes restent bien tranquilles chez eux. Pire, il les soupçonne – comme il le dira par la suite sur Internet – d’être parfaitement au courant de la réalité de la situation en Syrie, mais de bien se garder de l’avouer pour ne pas se mettre à dos leurs fidèles sur les médias qui les font vivre. روحوا أنتم للجنة أول، واحنا نلحقكم « Commencez par aller vous-même au paradis, on se contentera de vous suivre ! », a-t-il ironisé à l’antenne, en s’adressant nommément, ce qui n’est pas dans les habitudes du pays non plus, à quelques-unes des vedettes de l’islam radical sur les médias saoudiens : Muhammad al-Arifi (محمد العريفي), Salman al-‘Awda (سلمان العودة), Sa’ad al-‘Awaji (سعد العواجي), Mohsen al-Breik (محسن البريك), sans oublier leur collègue syrien, le très enflammé ‘Adnan al-‘Ar’our (عدنان العرعور), installé de longue date dans le Royaume).

Cette attaque en règle, dans un pays où la religion est une affaire d’Etat (dans tous les sens de l’expression) a fait passer un grand frisson dans la société saoudienne, en particulier au moment où « Oumm Mouhammad », la mère d’un jeune de 17 ans, parti se battre dans les rangs de l’AIIL [armée islamique en Irak et au Levant] et disparu depuis, a livré, en direct à l’antenne, un témoignage poignant qui a fait fondre en larmes l’animateur (vidéo pour les arabophones).

A lire les réactions dans la presse et dans les réseaux sociaux, une bonne partie de la société saoudienne s’est reconnue dans cette charge contre un courant extrémiste qui fait parler de lui depuis pas mal d’années. Habitué des critiques contre l’islam politique (même s’il a naguère collaboré avec des journaux qui n’étaient pas si éloignés de ces idées), al-Shiryân reprend un dossier qui n’a jamais été vraiment traité depuis les années 1990, lorsque des religieux appelaient les jeunes Saoudiens, avec le succès que l’on sait, à s’engager pour le jihad. Certains d’entre eux ont sans doute connu de réels problèmes – Salman al-‘Awda pour commencer, qui a été emprisonné à la fin des années 1990 et qui, une fois libéré, s’est vu interdire toute fonction officielle (mais il survit fort bien grâce au soutien d’un public fidèle). Néanmoins, il n’y a jamais eu de « vrai » procès à l’encontre des religieux extrémistes qui ont « envoyé » à la mort une partie de la jeunesse et qui ont contribué à donner au pays, surtout après les attentats du 11 septembre, une image aussi négative au yeux d’une bonne partie de l’opinion mondiale.

Très commentée dans les médias arabes, l’émission l’a été encore plus en Arabie saoudite où les cheikhs cloués au pilori télévisuel ont le soutien d’un public réel, ainsi que de réseaux qui ont également de l’influence… et leurs propres médias. Sur une chaîne religieuse, trois des « accusés » ont réglé son compte à leur contradicteur qui avait décliné l’invitation à débattre avec eux (résumé dans cet article en arabe). Al-‘Awaji a commencé par rappeler l’importance essentielle du jihad en islam, manière de signifier aux critiques qu’ils frôlent la mécréance. Accusant al-Shiryân de se livrer à des accusations sans preuve aucune, il a nié s’être fait l’avocat du jihad… en Syrie ! Rappelant que ce n’était tout de même pas un crime que « d’appeler à la victoire des musulmans », Mohsen al-Breik a été plus direct, en accusant tout simplement le journaliste de ne travailler que pour l’argent et lui a conseillé de s’en prendre plutôt « aux confessions qui mobilisent leur jeunesse pour faire la guerre aux sunnites et au parti du diable » (comprendre le Hezbollah, bien entendu). Enfin, pour Muhammad al- ‘Arîfi, il s’agit clairement, et c’est ce qui l’inquiète, d’une campagne médiatique, organisée « du jour au lendemain »…

Sur ce dernier point, on pourrait presque dire que tout le monde est d’accord tant il est évident qu’un journaliste saoudien, même aussi connu et éventuellement aussi audacieux que Dawood al-Shiryân, ne s’en prendrait pas à des religieux de ce calibre sans être certain de bénéficier de quelques appuis solides. En d’autres termes, cette émission, et les débats qu’elle a provoqués, doivent s’apprécier dans le contexte politique du moment. Sa’ad al-‘Awaji le reconnaît d’ailleurs à sa façon quand il explique, en faisant allusion à l’actuelle conférence pour la paix à Genève (article en arabe), qu’il s’agit en réalité de « criminaliser le jihad ».

La diatribe insolite à laquelle s’est livré Dawood al-Shiryân sur la très officieuse MBC traduit donc les luttes intestines au sein du pouvoir saoudien à l’heure où s’accumulent les signes de l’échec de la politique menée, dans la région en général et en Syrie en particulier, par le prince de l’ombre, Bandar ben Sultan, aujourd’hui officiellement aux USA « pour raisons médicales »…

Le “petit juge” islamique et le gros compte Twitter : al-Arifi vs al-Ghaith

La page Facebook d'al-Arifi
La page Facebook d’al-Arifi

Vous n’en avez sans doute jamais entendu parler. Pourtant, Muhammad al-Arifi (محمد بن عبد الرحمن العريفي , aussi transcrit 3refe et Arefe) – jeune prédicateur (il est né en 1970) formé en Arabie saoudite, élève d’Ibn Baz, un religieux tendance très conservateur décédé en 1999 – est un auteur à succès à la tête d’une bonne trentaine d’ouvrages et surtout une vedette de l’islam médiatique. Qu’on en juge : en plus de son émission hebdomadaire sur Dubai TV, Qalby Maak (associé à une page Facebook avec près de 300 000 amis), un site perso bien entendu, une page Facebook avec plus de 2 millions d’amis, une « chaîne » télévisée sur YouTube (plus de 200 000 abonnés, 15 millions de vidéos vues, il y en a une autre, moins active, sur Viméo) et, last but not least, un compte Twitter qui, en frôlant les 5 millions de suiveurs, le place dans la Top List des comptes arabes. (A titre de comparaison, le dalaï-lama est à 7 millions, le chef de la chrétienté, le pape François et même Haïfa Wehbe, la pop star libanaise, se traînent aux alentours des 2 millions.)

Al-Arifi sur YouTube
Al-Arifi sur YouTube

Ce Goliath du numérique (tout le monde en parle dans la Péninsule et fort peu ailleurs, sauf sur CPA ;-)) est aujourd’hui sur le gril, à cause d’un David de la Toile, Issa al-Ghaith (عيسى الغيث), membre il est vrai du Conseil de la Shura, mais dont le pauvre petit compte Twitter atteint à peine les 60 000 followers. Après avoir annoncé, sur le réseau, sa décision, le « petit juge » islamique a en effet saisi la justice contre diverses personnalités conservatrices, dont al-Arifi, à qui il reproche d’avoir « re-twitté » un poème satirique – vieille tradition culturelle arabe – qui se moquait de lui en des termes cruels (article en arabe, un autre en anglais). L’affaire est sérieuse car, selon le Code pour la répression des crimes informatiques (نظام مكافحة الجرائم المعلوماتية ), l’accusé encourt au total une peine de six ans de prison et une amende d’un demi-million de dollars (même pour un riche saoudien, ça le fait!)

Sans doute, le « roi du commentaire religieux » a-t-il vite retiré l’objet du délit, mais le réseau a de la mémoire… Et al-Ghaith est bien décidé à aller jusqu’au bout pour que « celui qui n’a pas appris à bien se tenir de ses parents ou de son maître l’apprenne de Twitter » (من لم يؤدبه أهله ومعلمه… سيؤدبه تويتر). Comme bien d’autres dans son pays où Twitter atteint des sommets avec (sans doute) près de 5 millions d’utilisateurs et un taux de croissance mensuel qui peut atteindre les 3 000 %, le justicier autoproclamé de la Toile est en effet parfaitement conscient du fait que Twitter est devenu « le facteur n° 1 dans l’opinion, celui qui fait et défait les réputations… (هو الرقم 1 في الرأي العام بالسعودية، وهو مؤثر على صاحب القرار، فتويتر صنع رموزاً وأسقط رموزاً). Sachant qu’al-Ghaith est réputé proche des milieux royaux (membre de la Shura, il ne saurait en être autrement de toute manière) alors qu’al-Arifi est proche des courants salafistes, on comprend que l’affaire tient au code de bonne conduite sur les réseaux, mais plus encore à des règlements de compte politiques.

Le compte Twitter d'al-Arifi
Le compte Twitter d’al-Arifi

Pour ne rien arranger, al-Arifi est en quelque sorte un récidiviste car il avait déjà pris le risque de franchir la ligne rouge il y a quelque semaines en critiquant Abdul-Rahman al-Sudais, imam de la grande mosquée de La Mekke, après que celui-ci eut prononcé un prône contre ceux qui « sèment la discorde et les idées étrangères » (نبذ الفتنة والأفكار الدخيلة : voir cet article en arabe) . Cette fois-là, le tweet avait été promptement effacé, ce qui avait valu excuse… Une mansuétude dont n’avaient pas profité en leur temps d’autres trouble-fête des réseaux sociaux : pour le camp des “libéraux”, le pauvre Hamza Kashmaghi, toujours en prison plus d’un an après son tweet malheureux à l’occasion de l’anniversaire du Prophète (voir ce billet) et l’écrivain Turki al-Hamad dont le sort ne préoccupe guère les grandes consciences internationales (article en anglais), entre autres exemples ; et du côté des ultras religieux, Cheikh Yûsuf al-Ahmad (الشيخ يوسف الاحمد) notamment, condamné à cinq ans de prison le mois dernier à cause de ses activités en ligne.

Pour reprendre l’expression heureuse de ce journaliste d’Al-Hayat, les réseaux sociaux – et singulièrement Twitter, dont le « style », manifestement, convient fort bien aux pratiques locales – sont devenus le Hyde Park de la jeunesse arabe ! La référence vaut bien entendu moins pour le célèbre gazon britannique que pour le Speakers’ Corner où tout un chacun est libre de prendre la parole pour dire ce qui lui chante. Des « gazouillis » (tweets) de printemps qui n’ont pas l’air de charmer les oreilles de tout le monde en Arabie saoudite.

Le dilemme du dictateur (jordanien)

“Vous êtes arrivé aux limites d’internet” (site jordanien, août 2012)

« Petit » pays coincé dans un environnement compliqué (la Syrie au nord, l’Irak à l’est et Israël à l’ouest), la Jordanie, faute d’autres ressources, en particulier énergétiques, a fait le pari des technologies de l’information, et cela depuis l’arrivée au pouvoir en février 1999 d’Abdallah II. Globalement, cela a plutôt bien réussi : pays d’origine de Maktoob.com, la grande réussite du business internet dans la région (fondée en 1999, la société a été rachetée dix ans plus tard par Yahoo! 175 millions de dollars), la Jordanie est également le pays de Fadi Ghandour, le « parrain » de l’ « économie de la connaissance » dans la région (voir cet article avec pas mal d’infos sur le site Bloomberg). Fier de « son » Silicone Wadi, Abdallah II a ainsi repris dans un email une statistique de l’Union internationale des télécommunications (ITU) affirmant que le royaume jordanien, dont la population ne représente que 2 % du monde arabe, produisait à lui seul les trois quarts du contenu arabisé sur internet ! On peut émettre de sérieuses réserves sur la précision de telles statistiques… Il n’en reste pas moins que les mesures politiques, administratives et économiques (enseignement, libéralisation des télécommunications, zones franches…) prises depuis une bonne décennie ont commencé à porter leur fruit puisque le secteur des technologies de l’information, qui emploie quelque 16 000 personnes (en majorité des jeunes hautement qualifiés), compte pour près de 14 % du PIB national (autant que l’industrie du tourisme).

Détournement de la campagne officielle pour les inscriptions sur les listes électorales

Comme ailleurs, ce qu’on a appelé le « printemps arabe » a encore accéléré cet essor dans une région où le nombre des usagers des réseaux sociaux (essentiellement Facebook et Twitter) a été multiplié par trois (passant de 16 à plus de 45 millions). Avec pour conséquence – particulièrement visible dans le cas jordanien mais sans aucun doute généralisable à la région – des tensions de plus en plus difficiles à gérer entre la structure politique et les demandes, nourries par la « culture internet », de nouvelles forces sociales. Comme le rappelle cet excellent article publié sur le site Jadaliyya, on assiste en Jordanie depuis janvier 2011 à une accélération considérable des conflits sociaux, menés par des organisations syndicales traditionnelles mais également par des mouvements d’un type nouveau (genre « jeunesse des réseaux sociaux » pour faire vite), sur fond de montée en puissance des Frères musulmans, le principal mouvement d’opposition. Sur la scène politique, le mécontentement s’exprime en particulier autour de la limitation des pouvoirs du roi au profit d’une monarchie davantage parlementaire. La corruption, les exactions des services de police sont également des thèmes qui mobilisent des secteurs toujours plus vastes de la population, laquelle manifeste son exaspération et sa colère selon des formes qui n’ont plus grand chose à voir avec la tradition. Décision mineure en apparence, le fait de ne plus craindre de tirer la langue à la face de son souverain (voir ce précédent billet) symbolise à la fois la rupture avec l’héritage politique traditionnel et l’adoption d’un nouveau répertoire d’expression totalement inédit. Autrefois simples vassaux de Sa Majesté à la mode antique, les Jordaniens revendiquent désormais leurs droits selon des modalités quasiment « post-modernes », à l’image de ce père de famille qui, excédé des coupures subies à son domicile, n’a pas hésité à conduire sa famille au Service municipal des eaux pour qu’elle y fasse sa toilette, naturellement pour une vidéo immédiatement postée sur les réseaux sociaux et reprise dans toute la presse (voir cet article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi). Quant à la dernière campagne officielle en faveur de l’inscription sur les listes électorales, elle a donné lieu à une invasion (assez drôle) de « mèmes », qui témoigne à elle seule de la prégnance de cette nouvelle « culture internet » dans l’espace public (voir les différents exemples placés au début des paragraphes de ce billet).

Face à cette montée des tensions qui empruntent un vocabulaire résolument novateur, le régime jordanien ne fait pas preuve d’une grande imagination. Malgré de grandes déclarations à l’américaine pour faire moderne sur le mode The sky is the limit (interview à la BBC sur le site officiel du roi), il se contente en réalité d’une gestion de crise à l’ancienne en faisant tourner les gouvernements (quatre depuis janvier 2011) et en lançant contre les opposants les plus gênants ses baltajiyyés (voyous) en espérant des jours meilleurs… Plutôt que de chercher des solutions aux critiques, il préfère tenter d’en réduire la visibilité en s’en prenant au monde de l’information, source de tous les problèmes… C’est ainsi qu’a ressurgi une vieille question dans ce pays, celle de la législation des médias que le pouvoir jordanien s’efforce, depuis des années, de modifier à son avantage. Parallèlement à de multiples attaques contre les professionnels de l’information – qui vont du « simple » passage à tabac à l’agression armée comme dans le cas de cette étudiante et blogueuse poignardée par un inconnu pour avoir raillé une déclaration du prince Hassan (le frère du feu roi Hussein) –, le régime tente par tous les moyens d’imposer une modification de la loi sur la presse de 1998.

Le premier ministre jordanien déguisé (sur le net) en prédicateur islamique

Les acteurs du domaine ont manifesté leur opposition en organisant une « nuit noire de l’internet jordanien », avec plus de 500 sites locaux affichant un écran noir pour dénoncer l’adoption de la nouvelle législation (voir illustration tout en bas et également celle du début de ce billet). Une opération spectaculaire qui a obtenu le soutien – via un message Tweeter ! – de figures publiques inattendues, telle la reine Noor, l’épouse du roi Hussein. Comme bien d’autres, celle-ci doit vraisemblablement s’inquiéter des conséquences d’une loi aussi répressive sur la santé des industries locales de la connaissance, secteur jusque-là très prometteur. A l’instar de bien des potentats régionaux, Abdallah II de Jordanie va devoir affronter le dilemme posé par la croissance d’internet et des réseaux sociaux. Il va lui falloir choisir entre s’enfermer derrière les murailles de sable de son minuscule royaume ou s’ouvrir aux flux impétueux des navigations électroniques… A dire vrai, on voit mal comment il pourrait, aujourd’hui, retenir la première option. Il va donc devoir se résoudre à adapter le système politique aux transformations d’une société informée par le Net.

Ecran d’un site jordanien lors de la “nuit noire de l’internet”

Réseaux sociaux et soulèvements arabes : la fin de l’innocence ?

 

La page Facebook de la chaîne Al-Arabiya "hackée" par l'armée syrienne électronique

Au fil des mois, les mass-média qui avaient montré tellement d’enthousiasme pour les vertus révolutionnaires du Web 2.0 sont passés à autre chose, tandis que cyberoptimistes et cyberpessimistes continuent à échanger des arguments à propos du rôle qu’il faut attribuer ou non aux réseaux sociaux dans les soulèvements arabes. Une façon d’échapper à ces débats, qui ne peuvent que s’éterniser faute de preuve décisive, est de déplacer l’interrogation pour la faire porter non pas sur la valeur intrinsèque des réseaux sociaux mais sur la place qu’ils ont pu prendre dans une période particulière. Pour le dire autrement, on peut faire l’hypothèse que l’éventuel potentiel subversif des réseaux numériques a de toute façon disparu – pour le moment au moins – dans une région où les régimes politiques en place ont rapidement tiré les leçons de la chute de Ben Ali et de Moubarak. Il y a peut-être eu une « fenêtre d’opportunité » au début de l’année 2011, quand les potentialités du réseau étaient laissées aux opposants ou bien quand les appareils officiels prétendaient mobiliser les masses avec des méthodes datant, pour le moins, du Web 1 (à l’image des campagnes de participation citoyenne du type Sammi’ sawtak ! « Fais entendre ta voix », lancées en 2005-2006 et commentées dans cet article de 2007). Mais depuis, le cyberespace a perdu son innocence ! A lire cet article publié dans le Global Post par Jennifer Koons, on se dit que les bonnes vieilles méthodes de censure (filtrage, blocage…) vont sans doute conserver toute leur actualité, mais qu’on est surtout déjà entré dans une nouvelle ère où les réseaux ne sont plus du tout laissés à la seule initiative des contestataires, qui ne peuvent plus se contenter de jouer en amateur s’ils veulent survivre et faire entendre leur voix. En effet, les pouvoirs investissent eux aussi les réseaux, afin d’y diffuser leurs messages de manière tellement massive que leur présence, à défaut de convaincre, serve au moins à « recouvrir » les propositions subversives, à l’image des bonnes vieilles affiches d’autrefois collées par-dessus celles du concurrent !

Au temps du « printemps arabe », c’est dès la mi-février 2011 que le SCAF (Conseil suprême des forces armées) a ouvert en Égypte sa page Facebook dédiée – on se pince pour y croire – « à la jeunesse d’Égypte, à ses fils et à ses martyrs qui ont lancé la révolution du 25 janvier » ! (article en anglais ici) Deux mois plus tard, Walid al-Moallem, le ministre des Affaires étrangères syrien, ouvrait son compte sur Twitter… Dans les deux pays qui voient se dérouler les protestations les plus importantes (il faut dire que la plupart des médias ne sont pas bavards sur l’Arabie saoudite, le Maroc ou la Jordanie), la présence des partisans du pouvoir sur Internet est très notable : à Bahreïn, des « Twitter trolls » interviennent en masse et de manière très agressive (article en anglais) auprès de ceux qui diffusent des opinions contraires à celles des autorités locales qui, officiellement, ne sont pas concernées. En Syrie, l’armée syrienne électronique, qui aurait été fondée par deux étudiants en informatique (article en arabe, multiplie les « exploits », avec par exemple le « hack » récent (article en arabe) de la page Facebook de la chaîne Al-Arabiya. On ne compte plus les exemples qui témoignent des agissements, de plus en plus sophistiqués, des appareils de répression ou seulement d’influence. Néanmoins, pour peu que l’on fouille dans l’histoire – pourtant très courte – d’internet, il est facile de voir que les cybermilitants ne sont plus depuis longtemps les seuls acteurs et que des puissances publiques, « avec les meilleures intentions du monde », leur ont apporté autant d’aide qu’elles ont pu. C’est plus que jamais le cas des USA depuis l’arrivée au pouvoir de Barack Obama et d’une équipe qui avait pu mesurer l’efficacité des réseaux sociaux numériques lors de sa campagne électorale. La « gouvernance du XXIe siècle » intègre désormais tous les outils numériques (lien vers la très belle page du Département d’Etat nord-américain qui a officiellement lancé, lors d’un discours d’Hilary Clinton à Marrakech en septembre 2009, une initiative du nom de « Société civile 2.0 »)…

Comme le relève François-Bernard Huyghe dans une synthèse aussi brève qu’efficace, on arrive aujourd’hui à un paradoxe : « ce qu’Internet confère aux simples citoyens d’un côté (possibilités d’expression ou d’organisation sans chefs, sans partis et presque sans idéologie sinon très vague), ils doivent le payer en termes d’expertise et de stratégie de lutte : la protestation comme la répression se professionnalise. » S’il a jamais existé, le temps de l’innocence du militantisme arabe en ligne est de toute manière désormais révolu.

Comment des tweets d’anniversaire ont déclenché une « guerre internet de quatrième génération » en Arabie saoudite !

A l’occasion de l’anniversaire (mouled) de la naissance du prophète – fête qui n’est pas officiellement « chômée » en Arabie saoudite, à la différence de bien d’autres pays de la région –, Hamza Kashghari (حمزة كشغري), un jeune Saoudien de 23 ans, a eu la mauvaise inspiration d’envoyer trois tweets pour marquer l’événement. Trois très brefs messages, dans lesquels ce journaliste, poète féru d’idées philosophiques, s’adressait directement au prophète de l’islam pour lui dire à peu près : J’ai aimé le révolutionnaire chez toi (…) pourtant je ne prierai pas pour toi le jour de ton anniversaire (…) parce que j’ai aimé des choses en toi, parce que j’en ai détesté d’autres, et parce qu’il y en a d’autres que je n’ai pas comprises.  Pour conclure : Ce jour de ton anniversaire, je ne m’inclinerai pas devant toi, je ne baiserai pas ta main ; on se serrera la main, on se sourira, on se parlera comme des amis, c’est tout. (Texte original et traduction anglaise sur le blog de Zaki Safar ArabianSaudi Blog.)

Des messages qui ont provoqué des réactions spontanées, lesquelles se sont transformées en déluge de protestations, peut-être sous l’effet mécanique d’une propagation virale mais plus probablement de manière assez organisée : des milliers de tweets (30 000 dit-on) utilisant le même tag (étiquette) – #hamzahKashghri – accompagnés de vidéos sur YouTube appelant à la mort de l’auteur des micro-messages jugés injurieux. Celui-ci, dès le lendemain, a exprimé ses regrets (le texte en arabe) via Tweetlonger, un service qui permet justement de dépasser la limite fatidique des 140 signes. Il fallait bien cela pour un repentir (tawba) en bonne et due forme ! Peine perdue, une semaine ne s’était pas écoulée que l’Assemblée permanente de la Hay’at al-iftâ’ al-islâmiyya – l’organisme national chargé de la prononciation des fatwas – prononçait un avis juridique dénonçant Hamza Kashghari comme « mécréant » (kâfir). Commence alors une fuite éperdue : la Jordanie et les Émirats semble-t-il, puis la Malaisie où l’auteur des tweets est arrêté le 9 février alors qu’il s’apprête à se rendre en Nouvelle-Zélande… Extradé le 12, il encourt désormais un jugement pour blasphème, voire apostasie (ridda).

Depuis, les médias locaux se font l’écho de toutes sortes d’opinions, plus ou moins relayées par les médias internationaux. Certains, parmi lesquels on trouve des autorités religieuses, estiment que le repentir rapide et total du fautif permettrait d’oublier une malheureuse affaire créée par trois minuscules messages de 140 signes chacun ! D’autres, assez nombreux il faut bien le reconnaître, exigent au contraire un châtiment exemplaire ! Pour les radicaux religieux, Hamza Kashghari est en effet un parfait bouc émissaire : celui qui se définit sur son compte Twitter comme l’ami « des marginaux et des minoritaires » garde sur son visage la trace de ses lointaines origines étrangères – Kashghar est une ville du Turkestan chinois. Cela fait de lui la parfaite incarnation des subversifs qui peuplent les cellules dormantes implantées par ce que le rédacteur en chef d’Al-Nukhba, une feuille de choux locale, nomme les organisations « chiito-irano-qatari-libérales » !!! (Voir cet article en arabe.)

Une affaire de plus, par conséquent, dans le très long feuilleton (voir ce billet parmi ceux de l’onglet “Saoudie” en haut de l’écran à droite) des luttes d’influence entre libéraux d’un côté et musulmans (très) conservateurs de l’autre ? Pas tout à fait car cette affaire doit être lue à la lumière des bouleversements politiques régionaux d’une part et, de l’autre, au regard de l’essor des réseaux sociaux. Car à l’heure d’un « printemps arabe » bien menaçant pour les régimes en place, le camps des ultra-conservateurs s’estime en position de force pour exiger plus de fermeté et plus de contrôle. Vis-à-vis des médias et des réseaux d’information pour commencer, dont on a vu quel rôle ils jouaient auprès d’une jeunesse trop turbulente… 

Entrée tardivement et après bien des réticences sur la Toile au passage du millénaire, l’Arabie saoudite n’en est pas moins désormais le troisième pays arabe par le nombre des internautes (presque 10 millions à la fin de l’année 2011), avec 4,5 millions d’utilisateurs de Facebook. Pour Twitter, l’essor fulgurant des derniers mois est source de beaucoup d’inquiétudes. D’ailleurs, le 29 janvier, quelques jours seulement avant l’affaire Kashghari qui tombe vraiment à point nommé, le grand mufti d’Arabie saoudite s’en prenait à Twitter, accusé de diffuser « des mensonges totalement infondés, des fatwas prononcées par des gens qui n’ont pas de savoir [religieux] et sans argumentation, et des attaques contre des personnes religieuses et importantes dans la société » («ترويج لأكاذيب باطلة، وفيه من يصدر فتاوى من دون علم، وغير مدعَّمة بالدليل، وأنه يحوي طعناً بشخصيات دينية واجتماعية», texte cité dans cet article).

En effet, au « Royaume des hommes » comme l’appellent les féministes locales, on ne « tweete » pas, comme partout ailleurs, pour les fêtes et les anniversaires mais aussi, et beaucoup plus qu’ailleurs dans la mesure où le reste de l’espace médiatique est étroitement verrouillé, pour profiter de l’espace de liberté qu’offre la nouvelle application. Éventuellement relayés dans l’opinion par des applications innovantes, telle Radwitter, une radio sur internet récemment ouverte, les échanges par micro-messages constituent à présent un puissant média d’information en même temps qu’un vecteur efficace pour de nombreuses campagnes de mobilisation (notamment pour les droits de la femme, mais pas seulement). De plus en plus, les autorités saoudiennes se préoccupent des voix de Twitter qui, à l’image d’un certain « Mujtahid », peuvent drainer jusqu’à près de 200 000 « suiveurs ». Depuis quelques semaines, « Celui qui se donne du mal » (traduction littérale de son pseudo chargé de nombreuses connotations…) fait passer des messages, très bien informés, pour dénoncer la corruption, son thème de prédilection, l’accaparement des biens fonciers par les favoris de la famille royale, ou encore le pouvoir absolu des dirigeants, autant de maux contre lesquels il appelle à briser le mur de la peur pour faire changer les choses…

Après les sites d’information en ligne autour des années 2000, les blogs d’opposants autour de 2005, les groupes Facebook autour de 2010, Twitter représente peut-être la nouvelle génération – la quatrième – des applications internet passées dans l’arsenal des opposants du monde arabe. Ils sont aujourd’hui lancés dans une guerre de « quatrième génération » elle aussi, une Netwar où ce n’est plus seulement le nombre des troupes mobilisés qui importe, ou bien leur « puissance de feu » ou même leur rapidité de manœuvre, mais leur capacité à déstabiliser l’adversaire, y compris dans un rapport de force totalement asymétrique.

Un prince saoudien dans le capital de Twitter (1/3)

Beaucoup de bruit depuis une bonne semaine à propos des 300 millions de dollars investis par Waleed ben Talal dans la société Twitter. L’annonce de cette transaction a provoqué d’innombrables échanges sur la Toile et dans les médias à propos des conséquences, « forcément » négatives, d’une telle prise de participation financière au regard de l’indépendance d’un média social considéré comme essentiel dans le déclenchement des révolutions arabes.

Beaucoup de bruit pour rien a-t-on envie de dire, et pour plusieurs raisons. Les 300 millions de dollars ne représentent pas grand-chose pour le prince saoudien dont les actifs sont estimés à quelque 20 milliards de dollars. Par ailleurs, l’homme qui possède la 26e plus grosse fortune du monde (il est en baisse, il était 13e en 2007 !) manifeste depuis longtemps son intérêt pour les médias, notamment numériques : propriétaire du groupe Rotana, il a également des parts dans Amazone, Ebay, Priceline… Malgré ses investissements croisés avec le groupe NewsCorp de Rupert Murdoch (voir ce billet, même s’il n’a pas très bien vieilli !), lequel a lui-même l’intention de lancer une chaîne de ce type depuis Dubaï, le petit-fils du roi Abdulaziz ibn Saoud (et de l’ancien Premier ministre libanais Riadh El-Solh) est bien décidé à lancer sa propre chaîne d’information, confiée au journaliste saoudien Jamal Kashoggi. Prévu pour la fin de l’année 2012, le lancement d’Alarab (c’est le nom retenu, face à Arabia pour celle du Murdoch) lui permettra sans aucun doute de continuer à passer pour la personnalité arabe la plus influente, ce qu’il était déjà cette année comme la précédente.

 

Pour la société Twitter également, les investissements du prince saoudien n’ont pas vraiment une importance capitale (!). Plutôt moins en tout cas que ceux consentis cet été par Yuri Milner. Mais alors que celui-ci a une trajectoire financière nettement plus sinueuse que celle de son concurrent saoudien, l’entrée de ce tycoon russe des médias dans le capital du second site au monde (après Facebook) pour l’échange d’information n’a guère soulevé de critiques, si ce n’est dans quelques publications spécialisées (voir cet article dans Wired en octobre dernier).

A l’évidence, les acteurs arabes du monde du numérique continuent à susciter plus de suspicions que les autres. S’ils investissent dans les nouvelles technologies de la communication, ce n’est jamais pure spéculation financière ; il y a forcément une mauvaise intention politique derrière. Même après le « printemps arabe », pour beaucoup d’esprits, quand les élites politiques et économiques de la région s’intéressent à internet, c’est fatalement pour en brider le potentiel de liberté. En fin de compte, rien n’a vraiment changé dans les mentalités et il faut croire qu’on peine à se libérer de cet état d’esprit qui a fait, en février dernier, l’incroyable succès auprès des internautes du monde entier d’un canular monumental : espérant juguler l’épidémie de révolutions arabes, le Royaume d’Arabie saoudite avait prétendument décidé d’acheter Facebook pour 150 milliards de dollars !

Rien n’a changé non plus, semble-t-il, dans les mentalités puisque la rapidité des craintes à propos de l’indépendance de Twitter montre bien qu’on prête toujours aussi naïvement des vertus révolutionnaires à internet en général et aux réseaux sociaux en particulier. Il est vrai que Twitter constitue un outil d’échange d’informations terriblement efficace. Il est vrai également qu’il peut être mis au service des contestations politiques pour faire passer des mots d’ordre, permettre des rassemblements, etc., et même se substituer aux médias traditionnels à l’image des échanges lors du procès de Hosni Moubarak communiqués à l’extérieurde la salle d’audience (article en arabe), en dépit de l’interdiction de le faire, via la micro-messagerie d’un journaliste. (Le procès, d’ailleurs, doit reprendre dans quelques jours…) Il n’en reste pas moins que Twitter, comme Facebook et d’autres applications aujourd’hui à la mode, peut aussi se plier à des usages totalement contraires. Cet article du Guardian raconte par exemple comment les fidèles du régime syrien en font un usage intensif, soit pour contrer les informations mises en circulation par les opposants, soit tout simplement en les noyant sous un déluge de données sans pertinence, apparemment une assez bonne technique pour limiter l’impact d’informations non souhaitées…

Qu’on les juge positives ou négatives par rapport aux évolutions politiques, centrales ou périphériques vis-à-vis de leur déroulement, les technologies de l’information n’ont pas fini de poser des questions. Un an après ce que l’on considère comme le début du « printemps arabe », leur percée dans le monde arabe est plus impressionnante que jamais et c’est justement Twitter qui l’illustre le mieux. Comme le rappelle cet article dans Le Monde, on y est passé entre octobre 2010 à octobre 2011 d’un peu moins de 100 000 micro-messages par jour en moyenne à plus de 2 millions. La langue arabe arrive désormais à la huitième place sur Twitter, un classement qui n’a rien d’incongru si l’on sait qu’elle arrive en septième position (devant le français) sur le Réseau des réseaux…

Don’t be evil ! Révolutions virtuelles sur un Net pas très net…

Avec le printemps des révolutions (?), on se met à adorer les geeks des middle-class arabes qui « nous » ressemblent tellement. Il faudrait qu’ils soient tous à l’image de Wael Ghoneim, le modern-day Gandhi (sic !) de la révolution égyptienne : militants courageux bien entendu, mais surtout pacifistes et mieux encore libéraux, parfaits pour les plateaux de CNN après des discussions avec les responsables de la Banques mondiale et du Fond monétaire international ainsi que nous le rappelle le Washington Post. Comme l’analyse Rabab El-Mahd dans un article sur l’excellent Jadaliya, ce nouveau narrative de la révolution égyptienne repose sur la bonne vieille équation orientaliste où l’« Orient traditionnel » s’oppose à l’« Occident moderne », les cocktails Molotov de la lutte armée aux amis modernes et non-violents de Facebook, et enfin les hordes agressives des faubourgs [et des voilées] aux élites cosmopolites de la nouvelle Egypte…

Ne soyez pas malveillant ! Ce mot d’ordre, adopté par Google depuis sa naissance ou presque, seuls quelques affreux dictateurs arabes s’obstineraient à ne pas vouloir l’entendre. En réalité, c’est un peu plus compliqué. Lors du renversement des régimes tunisien et égyptien, les acteurs des réseaux sociaux arabes ont bénéficié d’une marge de manœuvre qui ne semble pas devoir leur être accordée en toutes occasions. Marge de manœuvre et même soutien effectif puisque l’on se souvient que la société Google a développé à la hâte, au plus fort des manifestations de la place Tahrir, une nouvelle application, Speak to Tweet, qui a permis aux manifestants de faire passer vaille-que-vaille des micro-messages en dépit de la fermeture des réseaux. A dire vrai, les choses sont allées encore plus loin. A l’occasion de la chute du président Moubarak, la société américaine n’a pas hésité à sortir du traditionnel business as usual en ouvrant une ligne d’urgence pour aider les Egyptiens à utiliser le nouveau service mis sur pied avec Twitter, en incitant les militants à déposer leurs vidéos sur son canal privé Citizen Tube, et même (voir cet article du toujours très précieux Arabist) en mettant en place, en liaison avec des militants et des ONG en Egypte et aux USA, une protection spéciale pour les groupes Facebook particulièrement vulnérables, tel le célèbre We are all Khaled Said créé sur le réseau par le responsable marketing de Google pour la région MENA, un certain Wael Ghoneim justement…

En susbstance, le porte-parole de Facebook a expliqué que si le changement de gouvernement était certes une question spécifiquement égyptienne, la privation de service pour quelque 5 millions d’utilisateurs locaux était bien un problème pour l’ensemble de la « communauté » des usagers… Dommage pour les Palestiniens qui risquent de ne jamais peser assez lourd pour bénéficier d’autant de sollicitude pour leurs propres actions sur la Toile. Au contraire, et bien qu’elle ait réuni quelque 350 000 membres en moins d’un mois, la page Palestininian Intifada (illustration ci-contre) lancée sur Facebook le 6 mars dernier a été supprimée à la demande du ministre de l’Information israélien. Message reçu par les responsables du célèbre réseau social au prétexte que des commentaires appelaient à la violence. En riposte, les activistes qui appellent à une marche pacifique sur Israël, le 15 mai (jour de la commémoration de la nakba de 1948) ont tenté, sans grand succès, un boycott de Facebook, et ont surtout multiplié les sites de remplacement, à commencer par celui du Compte à rebours pour l’intifada du 15 mai (216 000 membres au moment de la rédaction de ce billet). « Malveillant», Facebook semble bien l’être de temps en temps, du moins aux yeux des militants pro-Palestiniens puisque la page Liberté pour la Palestine (الحريّة لفلسطين, plus de 200 000 membres) a également été fermée, et que, selon cet article dans Al-Akhbar, une autre page, intitulée Je suis le premier volontaire égyptien en cas de guerre contre Israël (أنا أول متطوع مصري في حال حرب على إسرائيل  : plus de 115 000 membres à ce jour) connaît toutes sortes de difficultés.

Les autres réseaux sociaux ne font pas mieux. Tout récemment, Flickr, le site gratuit de partage de photos et de vidéos, a ainsi retiré les documents que Hossam el-Hamalawy avait mis en ligne à partir de CD récupérés dans les locaux de la police égyptienne à Nasr City. Apparemment – voir ce billet –, l’auteur du très célèbre blog 3arabawy ne respectait pas les lois sur le copyright ! Avant que les cyberactivistes cairotes ne deviennent la coqueluche des médias, Wael Abbas avait eu la très mauvaise surprise de constater – une fois de plus – la fermeture du compte YouTube sur lequel il mettait en ligne des vidéos, et notamment celle qui avait fait tellement scandale en Egypte durant l’hiver 2007 (voir cet ancien billet). Quatre ans avant la déposition de Moubarak, il lui avait fallu batailler ferme pour obtenir satisfaction. On voit donc que pour certaines interventions fort à propos, lors des manifestations en Iran par exemple (article sur le regretté ReadWriteWeb), on compte en définitive bien plus d’exemples beaucoup moins à l’avantage des mastodontes américains des réseaux sociaux.

Ces derniers sont par conséquent très sélectifs lorsqu’ils décident de relayer tel ou tel mouvement social, et c’est parfaitement leur droit. Mais il faudrait s’en souvenir à l’heure où l’on affirme un peu vite que lesdits réseaux sociaux sont la clé des changements révolutionnaires, dans le monde arabe et même ailleurs. Sur ce type de question, Sami Bengharbia a publié il n’y a pas si longtemps un article fondamental (liens vers les différentes versions dans ce précédent billet ) dans lequel il évoquait toute la complexité des relations entre le cyberactivisme arabe et la politique étrangère des USA. En conclusion, il insistait notamment sur le fait que la défense de la liberté sur internet se porterait mieux si les autorités américaines interdisaient les logiciels de censure et de filtrage mis au point dans leur pays. Il faut sans doute aller plus loin encore en se demandant s’il est très sain que la gouvernance du Réseau des réseaux soit entièrement décidée depuis le territoire américain, où sont par ailleurs installées la plupart des sociétés qui proposent les applications majeures des réseaux sociaux utilisés par les internautes mais aussi les langages informatiques utilisés par les ingénieurs (à titre d’exemple, Java – mais aussi Skype – ne sont officiellement pas disponibles en Syrie qui fait partie, avec Cuba, l’Iran et quelques autres pays, de la liste des embargoed countries selon de Département d’Etat américain).

Une réalité qu’il vaut mieux avoir à l’esprit, à l’heure où le vent des « révolutions virtuelles » souffle sur le monde arabe.

Trois remarques à propos du “Web 2.0 arabe”

Actualité du monde arabe oblige (en fait, on espère que cela durera encore un peu !) : ce billet, un peu plus long que les “chroniques ordinaires”, est à nouveau sur la question du web social et de la révolution arabe.

Personne n’ose plus s’aventurer aujourd’hui à prédire les conséquences des bouleversements politiques que connaît le monde arabe depuis le déclenchement de la révolution tunisienne. Il y a toutefois une certitude : le regard posé sur cette région a radicalement changé. Comme l’a très rapidement souligné l’économiste et essayiste libanais Georges Corm1, on assiste même à cette chose impensable il y a peu encore : le Sud est devenu une sorte de modèle pour le Nord, cité aussi bien dans les mouvements sociaux de l’Etat du Wisconsin que dans ceux de la capitale portugaise !

En ce qui concerne les technologies de l’information et de la communication (TIC) également, et précisément pour ce qui est de leur importance politique, la révolution dans les esprits est tout aussi notable. Après des années de total aveuglement sur les changements en cours, voilà qu’on voudrait faire tout à coup des soulèvements populaires tunisiens et égyptiens les premières “révolutions Twitter” de l’histoire du monde ! Naguère désert numérique voué à l’immobilisme politique, le monde arabe se voit miraculeusement transformé, par la grâce de certains commentateurs, en laboratoire des révolutions du troisième millénaire ! La diffusion des techniques numériques et l’adoption des réseaux sociaux ne sont le fait que d’une partie de la jeunesse arabe, bien entendu très loin d’être majoritaire. Il ne faut pas hésiter à le souligner alors que l’analphabétisme touche plus de la moitié de la population dans des pays comme le Yémen ou la Somalie mais aussi, à des degrés à peine moins élevés, comme l’Egypte ou le Maroc…

Cependant, on ne peut que se réjouir de voir enfin modifié le prisme à travers lequel le monde arabe a été longtemps observé. En France en particulier, l’histoire, les préjugés, les intérêts mal compris, ont trop longtemps imposé des œillères rendant pratiquement impossible une vision tant soit peu objective des réalités. Pour autant, il ne faudrait pas que de nouvelles illusions brouillent à nouveau notre lecture des faits. Tous les observateurs ou presque ont été surpris par ces soulèvements populaires, et plus encore peut-être par la manière dont les acteurs de ces mouvements se sont emparés des réseaux sociaux pour former des militants, pour mobiliser des manifestants, pour diffuser l’information sur leurs actions… Sans négliger toutes les autres déterminations2 oeuvrant sans aucun doute au succès de ces revendications politiques, comment expliquer que le “Web 2.0 arabe” ait pu y être présent d’une manière aussi marquante ?

1. Un retard “bien venu”

Il n’y a pas d’acte de naissance pour le Web 2.0, personne ne saurait dire à quel moment précis les “anciennes” pratiques du Web ont évolué majoritairement vers d’autres modes de fonctionnement. Il apparaît néanmoins, rétrospectivement, que les prophéties qui annonçaient, quelques années seulement après la révolution du Web, sa mort prochaine, au profit d’autres usages d’internet, n’étaient pas sans fondement. De fait, c’est bien juste après l’entrée dans le troisième millénaire que l’histoire des TIC, déjà incroyablement rapide et ramassée, a connu une nouvelle inflexion radicale à la suite de la diffusion de nouvelles applications au nombre desquelles figurent celles que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de “réseaux sociaux”.

Analysant ce phénomène – surtout par rapport à l’espace politique français ou plus largement européen – Dominique Cardon3 met l’accent sur un phénomène qui lui paraît essentiel, celui de la “massification des pratiques” qui accompagne cette nouvelle ère de l’internet. L’analyse vaut également pour le monde arabe, si ce n’est que les conséquences de ce qu’on n’appelait pas encore le “Web 2.0″ y ont été paradoxalement décuplées par son “retard”. En effet, il y avait bien quelques raisons à la relative invisibilité de l’acculturation numérique du monde arabe pour tant d’observateurs. Au moment où internet entrait dans une nouvelle phase de son histoire, on pouvait penser, surtout lorsqu’on s’appuyait sur des instruments d’analyse strictement quantitatifs, que les pays arabes n’avaient toujours pas entamé une révolution technique où, à l’échelle mondiale, seuls les pays d’Afrique semblaient être encore moins avancés.

Il y avait bien entendu des causes politiques à cette situation, et l’on a d’ailleurs bien (trop) souvent souligné le rôle négatif joué par des régimes autoritaires de la région, sans prendre en compte le fait que nombre d’entre eux – la Tunisie et l’Egypte singulièrement ! – avaient aussi lancé d’importantes initiatives pour l’incitation au développement des nouvelles économies du savoir. Mais il y avait aussi des obstacles financiers et sans doute plus encore techniques. Or, précisément au début du XXIe siècle, quand se mettent en place les données technique du Web 2.0, ils ont fini par être levés, assez rapidement en définitive, grâce à différentes avancées dans le domaine de l’adaptation et de la portabilité des applications, sans parler de la diminution de leurs coûts 4. Restaient les pesanteurs éducatives – ou même “culturelles” pour ceux qui croient à une identité musulmane ontologiquement rétive à la technique et au progrès…. Celles qui auraient pu freiner la pénétration d’internet, en raison par exemple des réticences à “bousculer” les codes d’une langue en partie figée, dans sa pratique écrite, par son statut symbolique notamment dans le domaine religieux, n’ont en réalité guère pesé, d’autant plus, encore une fois, que la dissémination des usages s’est faite à un moment où le réseau s’orientait vers une conception toujours plus user-friendly.

Entrant dans la culture du numérique avec un réel décalage temporel, les sociétés arabes sont pour ainsi dire passés directement à l’âge du Web 2.0. Elles ont brûlé les étapes d’une chronologie pourtant déjà très resserrée en ignorant ou presque les prémices du Web “première manière” pour entamer leur développement numérique principalement avec les blogs et les applications des réseaux sociaux. En définitive, le retard des pays arabes aura été en quelque sorte “bien venu” puisque la démocratisation de l’accès à internet aura coïncidé, plus qu’ailleurs, avec la dynamique sociale associée à la diffusion d’applications si l’on veut plus “démocratiques”.

2. L’interconnexion de la jeunesse par le Web social

Quand il entre dans une phase de fort développement dans le monde arabe, l’internet que découvre la plus grande partie des utilisateurs est déjà celui des réseaux sociaux. Blogger.com — une des plus importantes plates-formes de création de blogs — dans un premier temps, puis Facebook sont ainsi parmi les premières grandes applications globales qui bénéficient d’une traduction en arabe (simultanément avec d’autres langues telles que l’hébreu ou le persan). Parallèlement, les tranches d’âge qui adoptent la nouvelle technologie sont naturellement, comme partout ailleurs, les plus jeunes. A cette différence près que, dans cette région du monde en passe d’achever sa transition démographique5, elles réunissent dans la phase actuelle la part la plus importante de la population dont l’âge médian était estimé à 22 ans vers l’an 2000, ce qui a pour conséquence d’entraîner une sur-représentation des couches les plus jeunes par rapport aux pyramides d’âge des sociétés européennes par exemple.

Outre l’effet de mode qui explique la vitesse avec laquelle elles se répandent, les nouvelles applications “sociales” du Web 2.0 trouvent d’autant plus facilement un écho auprès des jeunes générations qu’elles sont souvent les moins contrôlées et/ou les plus disponibles. En effet, les différents systèmes de contrôle et de surveillance mis en place par la quasi-totalité des autorités locales, de plus en plus conscientes des risques que représente, de leur point de vue, la croissance des usages d’internet, se sont en grande partie développés par rapport aux expériences passées. Leur efficacité est ainsi systématiquement partiellement en défaut dans la mesure où elle a toujours un temps de retard par rapport aux nouveaux usages. La chronologie de l’opposition politique sur internet en Egypte montre bien comment les services de répression font la chasse aux sites d’information en ligne et aux listes de diffusion alors que les blogs politiques se sont déjà multipliés ; et comment ils s’en prennent aux blogueurs alors que Facebook est déjà devenue une plate-forme de mobilisation, en partie remplacée d’ailleurs par Twitter.

La Tunisie offre même un exemple inattendu des effets pervers que peut provoquer l’éternelle guerre des “chats” policiers contre les “souris” internautes. Dans la mesure où le régime de Ben Ali a voulu imposer un contrôle très strict sur le Web, en bannissant tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un site d’information, Facebook est longtemps resté le seul espace de navigation un peu ouvert, au point de rassembler près de 20 % de la population totale du pays avec 71 % d’utilisateurs compris dans la tranche d’âge des 18-34 ans. Quand les autorités ont fini par comprendre le danger que représentait, de leur point de vue, un réseau social capable de se transformer en réseau de mobilisation (alors qu’elles se glorifiaient quelques mois plus tôt, de taux d’inscription sur Facebook supérieurs à bien des pays occidentaux), il était trop tard, et c’est en vain qu’elles tentèrent alors d’en imposer l’interdiction. Sans qu’elle le sache forcément elle-même d’ailleurs, la jeunesse tunisienne, interconnectée à travers une multitude de “groupes d’amis” de Facebook, s’était inventé ses propres formes de socialisation.

3. La sphère publique des natifs du numérique

Deux éléments au moins caractérisent le Web 2.0 : le développement d’applications et de pratiques toujours plus centrées sur un internaute, par ailleurs lui-même de mieux en mieux équipé pour entrer en interaction avec ses pareils. En adoptant, de manière très significative dans certains cas (notamment parmi les jeunes classes urbaines scolarisées), les applications des réseaux sociaux, une partie relativement importante de la jeunesse arabe s’est trouvée en mesure de développer une identité sans nul doute assez largement en rupture, y compris dans ses implications politiques, avec celle des générations précédentes.

En l’absence d’études de terrain dont les enseignements seraient de toute manière difficile à interpréter faute d’éléments de comparaison et de recul historique, on ne peut qu’avancer, de manière très largement intuitive, un certain nombre de remarques. D’une manière générale, le développement des réseaux sociaux sur le Web 2.0 semble favoriser, plus encore que les autres “nouveaux médias”, la constitution d’une sorte de sphère publique de substitution6 au sein de laquelle il devient possible de soulever nombre de questions d’intérêt général (autour de thématiques telles que la corruption ou les droits citoyens très présentes, on le constate aujourd’hui, dans les mots d’ordre de mobilisation).

Modifiant considérablement les frontières entre sphères privée et publique, le très rapide développement des réseaux sociaux dans certains milieux de la jeunesse arabe s’inscrit lui-même dans un processus d’individualisation repérable notamment dans la production culturelle contemporaine. Dans ce contexte, les nouvelles générations des natifs du numérique semblent de moins en moins concernés par les règles traditionnelles de dévolution de l’autorité, non seulement au sein de la famille et du système social (relations aux parents et aux modes de socialisation traditionnels au sein du quartier, de la tribu, etc.), mais également par rapport aux systèmes symboliques d’autorité. C’est vrai en particulier dans tous les domaines, profanes aussi bien que religieux où l’on constate par exemple que ces générations suivent à l’évidence des modèles qui ne sont plus ceux de leurs aînés, avec pour la jeunesse égyptienne des références où le cheikh Qardaoui, réputé conservateur, peut voisiner avec Amr Khaled, la vedette télévisuelle du soft islam7.

S’il est assez imprudent de leur imputer tous les actuels bouleversements du monde arabe, ce serait tout autant faire preuve d’aveuglement que de nier le rôle des nouveaux modes de socialisation favorisés par les réseaux sociaux du Web 2.0. Sur la scène politique traditionnelle, les liens entre les nouvelles formes d’activisme, y compris au sein d’un parti comme celui des Frères musulmans, ont été soulignés, il y a déjà plusieurs années de cela8. Autour de la question de l’utilisation des nouvelles technologies et des implications de cette utilisation tant au sein de l’organisation que vis-à-vis des autres forces politiques, on a ainsi vu se distinguer deux générations de militants, l’une, plus âgée et sans doute plus autoritaire, et l’autre plus technophile et plus ouverte à une collaboration avec les autres forces en présence. Même s’il est trop tôt pour en faire l’analyse détaillée et sans présager de la formule politique à laquelle ils aboutiront, on voit bien que les mouvements qui ont amené en Egypte la chute du régime Moubarak s’inscrivent dans une logique que l’on retrouve également en Tunisie et dans les autres pays gagnés par les manifestations.

Partout, on peut faire le même constat : les forces politiques traditionnellement constituées (partis mais aussi syndicats ou associations…) ont pesé d’un poids très relatif. Assez éloignées, lors de la phase insurrectionnelle en tout cas, de tout agenda politique inscrit dans une ligne idéologique précise, les revendications ont au contraire exprimé un ensemble de demandes d’ordre très général. Largement provoquée par un ensemble de facteurs en somme assez classiques, la crise arabe, née de l’absence de solutions sociales et économiques, a certainement été rendue plus aiguë encore par l’immobilisme politique. La manière dont cette crise a fini par éclater, et plus encore les voies par lesquelles les protestations ont fini par imposer leur volonté de changement, montrent cependant que le monde arabe, peut-être plus rapidement que d’autres sociétés du fait du poids de sa jeunesse, a changé d’époque. Il est désormais habité par une nouvelle culture politique que l’essor des réseaux sociaux numériques non seulement accompagne mais aussi, fort probablement, renforce.

  1. G. Corm, “Quand la rue arabe sert de modèle au Nord”, Le Monde, 11 février 2011 <http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/11/quand-la-rue-arabe-sert-de-modele-au-nord_1478635_3232.html>. []
  2. Y. Gonzalez-Quijano, “Les ‘origines culturelles numériques’ des révolutions arabes”, CERI, http://www.ceri-sciencespo.com/archive/2011/mars/dossier/art_ygq.pdfhttp://www.ceri-sciencespo.com/archive/2011/mars/dossier/art_ygq.pdf []
  3. D. Cardon, La démocratie Internet, Le Seuil, 2010. []
  4. Sur ces questions, cf. Y. Gonzalez-Quijano, “La révolution de l’information arabe aura-t-elle lieu ?”, Politique étrangère, 2002 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_2002_num_67_1_5162. []
  5. Y. Courbage et O. Todd, Le rendez-vous des civilisations, Le Seuil, 2007. []
  6. A. Salvatore et D. F. Eickelman (Eds.), Public Islam and the Comon Good, Brill, 2004. []
  7. P. Haenni, L’islam de marché, Le Seuil, 2005. []
  8. M. Lynch, “Young Brothers in Cyberspace”, MERIP, n° 245, hiver 2007. []

Internet en Egypte : une redéfinition du champ politique ?

Cette semaine encore, ce billet va prendre la forme d’un texte, sans doute trop long, en tout cas rédigé pour le papier et non pas pour la lecture sur écran. Il doit paraître prochainement dans les actes du colloque, organisé en juillet 2009 par Sarah Ben Nafissa pour le CEDEJ en collaboration avec le Centre d’études politiques et stratégiques d’Al-Ahram et le Danish-Egyptian Dialogue Institut sur le thème : “Mobilisations collectives, media et gouvernance publique en Egypte”.  Au regard des événements actuels, notamment en Egypte, le CEDEJ a bien voulu qu’il puisse être proposé à la lecture dès maintenant, grâce à une publication numérique dont on comprend, à travers cet exemple, les vertus de rapidité et de facilité par rapport aux délais de publication dans des revues classiques ! Insistons sur le fait que ce texte a été écrit il y a maintenant presque deux ans : une éternité pour internet !

Depuis quelques années, l’apparition d’internet dans l’espace politique arabe en général et égyptien en particulier retient l’attention de chercheurs qui s’interrogent notamment sur la manière dont le nouveau système de communication s’intègre aux anciennes formes de mobilisation politique, les renouvelle, voire en suscite de nouvelles. Bien que les études se soient multipliées, nombre de problèmes de fond demeurent sans réponse, alors que l’objet d’étude, lui, ne cesse d’évoluer toujours plus rapidement. Ainsi, il n’est guère besoin d’être expert de ces questions pour constater que les contours de ce que l’on se propose d’observer ont déjà, à l’évidence, beaucoup connu de modifications en très peu d’années : pour les seuls blogs du monde arabe, on est ainsi passé, entre 2006 et 2009, de quelques milliers de titres, écrits majoritairement en anglais par de jeunes hommes usant de pseudonymes, à près d’un demi-million dont les auteurs, une femme dans un cas sur quatre, écrivent en arabe, très souvent en affichant leur identité… Entretemps, les interrogations les plus immédiates demeurent encore sans réponses satisfaisantes.

On peut ainsi se demander par exemple s’il est seulement possible de s’entendre sur ce que l’on désigne par l’expression « internet en Egypte » ? Si Marc Lynch, l’un des meilleurs analystes de ces questions, a raison de s’interroger sur l’existence d’une blogosphère arabe unifiée ou au contraire formée d’unités relativement autonomes correspondant aux frontières des Etats-nation1, où situer les limites de ce que l’on pourrait appeler l’« internet égyptien », à supposer qu’une telle approche soit utile vis-à-vis d’un ensemble de paramètres techniques pour lesquels, en principe, la localisation spatiale, en l’occurrence celle des frontières de l’Etat égyptien, n’a pas forcément de valeur ?  On voit bien tout l’arbitraire qu’il y aurait à ne retenir que les utilisateurs d’internet dans un pays donné, sans tenir compte des flux incessants, sur toutes sortes de plans, qui donnent sens à leurs productions en ligne et aux usages qu’ils font des techniques disponibles, au sein d’un ensemble bien plus vaste, lui-même composé de multiples « mondes » emboîtés de façon complexe et labile (les « communautés » des internautes, arabes ou non ; les diverses configurations qui, sur les plans politiques et médiatiques par exemple, les réunissent autour de tel ou tel élément agrégeant, précisément à la manière dont fonctionne ce que l’on appelle les « agrégateurs » de blogs, etc.).

Dans cet « internet égyptien », même la langue fait problème ! Pour peu qu’ils soient plus attentifs à la réalité des échanges qu’à la commodité des catégories qu’ils posent, ceux qui voudraient croire que le critère linguistique constitue un marqueur imparfait mais néanmoins utile, au moins dans une première approche, sont rapidement confrontés à des réalités qui contredisent très vite une telle approche. Dans ses premiers temps, qui ne sont pas si lointains, ce que l’on peut appeler par convenance l’internet égyptien s’est ainsi majoritairement exprimé en anglais avant d’opter quelques années après, tout aussi majoritairement, pour l’arabe (dans ses formes dites « standard », en particulier avec l’essor des sites personnels exploitant la forme du « weblog » ). Par la suite, la dissémination sociale des nouvelles pratiques d’internet, tout autant que la transformation des données techniques (le Web2 notamment2), produisent de nos jours une inflexion des pratiques linguistiques de telle sorte que l’utilisation fréquente d’une langue plus locale – plus relâchée diraient les puristes – pourrait faire croire à une « égyptianisation », où les usages les plus locaux de la langue arabe (ou si l’on veut les plus « égyptiens ») prennent une place de plus en plus grande3.

La question, bien entendu très disputée et par ailleurs très politique, d’une langue qui serait l’apanage de la communauté égyptienne sur internet, montre bien toute la difficulté qu’il y a à seulement vouloir poser la réalité d’un internet national. Pour peu que l’on veuille prendre en compte les données qui constituent l’appareillage technique et économique de la Toile, et plus encore si l’on s’intéresse, non pas à son fonctionnement dans le « circuit fermé » de la sphère politique proprement dite, mais au contraire à ses interactions avec la sphère sociale en général, et la sphère politique en particulier4, on voit bien qu’il est vain d’espérer se fonder sur une définition opérationnelle de l’« internet égyptien ». Faute d’autre solution, et sans ignorer les limites d’une démarche qui ne peut qu’être inductive, les pages qui vont suivre n’ont d’autre ambition que de proposer une mise en perspective des faits qui paraissent comme les plus significatifs au regard des réalités égyptiennes depuis les cinq dernières années. Cependant, pour ne pas la présenter hors de tout contexte, cette chronologie raisonnée de l’internet politique égyptien sera introduite par le nécessaire rappel de quelques données d’ensemble ; et elle se refermera sur une tentative d’évaluation, appelant en particulier à modifier la perspective généralement adoptée pour réfléchir sur les conséquences de l’usage désormais banalisé d’internet dans l’espace public égyptien.

Internet dans le monde arabe et en Egypte : quelques repères

Pour le grand public, ou encore en tant que fait social au sens donné par Durkheim à cette expression, ce que l’on nomme « internet » (improprement car il s’agit d’un bouquet de techniques et d’application fort diverses) existe sous cette forme depuis le début des années 1990. Son essor dans le monde arabe est un peu plus tardif ; on considère en général que l’entrée de l’Arabie saoudite sur le Réseaux des réseaux à l’orée du nouveau millénaire est une date qui fait sens pour le développement de cette technique à l’échelle de la région. Néanmoins, quelle que soit la datation adoptée, le constat est le même : internet, qui n’a pas de réelle « profondeur » historique, est de plus incomparablement dynamique puisque le nombre des internautes arabes, en l’espace d’une décennie, a crû de 300 %5, pour atteindre 19 % de l’ensemble des populations concernées (lesquelles constituent aujourd’hui, précisément en raison de leur relatif « retard » dans ce domaine conjointement à leur dynamisme démographique, un des principaux foyers de croissance dans le monde des usages de l’internet6.

Avec une moyenne de 16 % d’utilisateurs par rapport au total de la population, l’Egypte est loin de se situer à la toute première place (occupée par les Emirats avec plus de 60 % d’internautes). Au regard de la situation générale du pays, le résultat obtenu montre néanmoins que les politiques volontaristes menées dans ce domaine par l’Egypte – premier Etat arabe par exemple à créer, en 1999, un ministère de l’Information et des Technologies de l’information – ne l’ont pas été totalement en vain. Et surtout, compte-tenu de son poids démographique l’Egypte constitue, en données brutes, la population la plus importante (près d’un demi-million d’internautes, moins que leur total aux Emirats mais où figure cependant une très forte proportion d’utilisateurs non nationaux, posant, à nouveau, la question des « frontières » d’internet).

Comme on l’a déjà mentionné, la courte histoire d’internet peut d’ores et déjà s’analyser en périodes. La première, celle du Web public, ouverte au début des années 1990 dans les pays industrialisés, a donné lieu à d’autres usages, plus interactifs, de la Toile vers la fin de la même décennie. Aujourd’hui, Facebook et Twitter7 sont les « pointes » les plus actives d’un mouvement lancé dans le monde arabe avec les blogs. Pratiquement inconnu jusqu’à la fin des années 1990 quand apparurent les premières initiatives arabes presque exclusivement en anglais (et donc largement à destination d’un lectorat étranger), le phénomène du Web interactif et participatif a connu une croissance exponentielle dans la région, en particulier à partir de l’année 2005. Même si les données quantitatives que l’on possède n’ont qu’un très faible degré de précision, elles restent néanmoins utiles pour aider à percevoir, dans ses grandes lignes, l’ampleur du phénomène. Au milieu de l’année 2008, les experts locaux, et notamment ceux de la société Google, estimaient qu’il y avait ainsi près d’un demi-million de blogs arabes8. Sachant que près de 40 % d’entre eux sont « égyptiens » (environ 200 000 blogs) alors que la population internaute du pays ne représente que 20 % du total des usagers arabes de l’internet, on constate que la blogosphère égyptienne est donc, au moins à l’échelle de la région, particulièrement active9. Cette activité en ligne, indéniable, est-elle pour autant « connectée » aux évolutions de la scène politique locale ?

Pour répondre aux questions que nous avons-nous-mêmes soulevées quant aux « frontières » de l’internet, il convient de préciser que, dans ces statistiques, 80 % des blogs considérés sont mis en ligne depuis l’Egypte, principalement depuis les grandes villes du pays (et, pour le quart d’entre eux, par des femmes). Toujours selon les mêmes sources, 17 % de ces blogs seraient de nature politique, affirmation qui ne peut que conforter les analyses qui soulignent la place prise, aujourd’hui, par ce type d’expression dans l’espace public. Malheureusement, la méthodologie qui semble avoir été utilisée pour arriver à ce résultat – une étude de contenu basée notamment sur l’extraction des noms propres10 – est très loin d’être satisfaisante. Mais surtout, on est en droit de s’interroger sur la pertinence d’une analyse qui s’efforce de retrouver, dans les messages mis en circulation sur le Réseau des réseaux, les articulations d’un discours politique produit sur d’autres supports et dans d’autres contextes. En effet, pour arriver à une véritable évaluation de leur rôle, il faut sans doute examiner de quelle manière les nouveaux modes de communication favorisent, ou non, de nouvelles formes de mobilisation collective. Et bien que les « blogs politiques » – ou plus exactement ce qu’il est tentant, au regard des classifications traditionnelles, de ranger dans cette catégorie – aient presque toujours focalisé l’attention des chercheurs, c’est peut-être ailleurs, en cherchant  à observer d’autres pratiques sur la Toile avec d’autres effets politiques, que l’attention doit se porter11. Mais dans un premier temps, il reste utile de suivre, sur le Web, les échos de débats et de luttes qui s’inscrivent dans une définition encore « traditionnelle » du politique en proposant, pour la période qui va de 2004 à 2009, une périodisation s’appuyant sur l’essor, dans un premier temps, des mobilisations via internet et le mouvement des blogueurs, avant leur reflux conjointement à l’intensification de la répression étatique12.

2004-2006 : les premiers temps de l’internet politique égyptien

Un homme, devenu à juste titre une sorte d’icône de la contestation sur l’internet arabe, incarne mieux que personne les débuts du « Web politique » en Egypte. Journaliste de la jeune génération (il est né en 1975), Wael Abbas fait partie des premiers activistes de la blogosphère arabe encore naissante lorsqu’il s’investit de plus en plus, à partir de l’année 2004, dans une activité éditoriale en ligne. Au départ, celle-ci n’est pas vraiment militante, au sens strict du terme13, mais elle le devient toujours davantage lorsque que le jeune internaute se rend compte que l’instrument qu’il utilise peut éventuellement dépasser le simple cadre d’un chatt (discussion en ligne) à propos de toutes sortes de sujets plus ou moins futiles pour aborder « des sujets importants14 ».

Ce qui n’était au départ qu’une liste de diffusion auprès d’un petit nombre d’abonnés (sur le mode de ce que l’on pouvait observer à l’époque dans d’autres pays comme la Syrie15) va rapidement se transformer en l’un des plus célèbres blogs de la région, capable en particulier de diffuser des informations souvent laissées de côté par la presse locale. Wael Abbas se fait ainsi l’écho d’événements politiques, au sens strict du terme – la répression subie par le mouvement Kefaya (Assez !) lors des élections présidentielles de 2005 par exemple, un de ses premiers « faits d’armes » – mais également de phénomènes à caractère davantage social, tels les « émeutes sexuelles16 » dans les rues de la capitale cairote à la fin de ramadan de l’année 2006.

La jonction de ces deux domaines d’intervention, l’un plus « politique » et l’autre plus « social », se fera presqu’au même moment, lorsque l’animateur de Misr Digital (selon l’adresse IP du blog également connu sous son appellation arabe, assez différente : Al-Wa’y al-misrî [La Conscience égyptienne]) mettra en ligne un enregistrement vidéo d’un officier de police violentant un de ses concitoyens à l’intérieur d’un commissariat. Reprise par la presse indépendante17 (en l’occurrence Al-Fajr fondé un an plus tôt par Adel Hamouda), cette dénonciation des tortures policières provoquera, un an plus tard, la condamnation, assez inédite dans l’histoire locale, du fonctionnaire de police incriminé dans cette affaire.

L’exemple de Wael Abbas – qui connaîtra ensuite, tout comme d’autres activistes égyptiens sur internet, la répression policière – est donc tout à fait représentatif de cette première période, entre 2004 et 2006, quand les premiers blogueurs profitent de l’ouverture offerte par les nouvelles techniques de médiatisation pour prendre en quelque sorte par surprise un pouvoir visiblement mal préparé à ce nouveau défi. Dans la même dynamique s’inscrivent d’autres initiatives qui permettent de compléter cette rapide esquisse d’une blogosphère politiquement militante.

Car, à l’image de Misr Digital, la blogosphère locale s’enrichit d’une constellation de mudawwanât (traduction arabe de « blog », terme qui entre dans le vocabulaire courant dès cette époque). Ces derniers se veulent des fenêtres éditoriales se faisant l’écho d’informations peu ou mal relayées par la presse « traditionnelle », même si celle-ci, comme on l’a vu dans le cas de Wael Abbas, s’associe rapidement au mouvement en reprenant, sous forme imprimée, les informations diffusées sur internet. A ce courant appartient par exemple le couple que forment Alaa et Manal Abdel-Fattah, proches de l’opposition laïque également, qui tiennent, sous une forme totalement inédite à cette époque, une sorte de chronique de la vie politique locale18. Par la langue et le ton qu’ils utilisent, par le choix des sujets qu’ils traitent, par l’angle qu’ils retiennent pour le traitement des informations, Alaa et Manal – ainsi que tous leurs semblables dont les prises de parole sont naturellement loin d’avoir toutes reçu le même écho mais qui n’en ont pas moins joué un rôle très important – contribuent à mettre en évidence un changement médiatique, particulièrement visible sur la presse en ligne mais sans doute loin de se limiter à ce seul domaine. Sur ce point également, la blogosphère ne fonctionne pas comme un univers clos, replié sur lui-même ; au contraire, les interactions avec la presse traditionnelle, écrite ou audiovisuelle, sont manifestes. Parallèlement à l’essor des blogs, et inévitablement en partie à cause de lui, le développement de l’information en ligne contribue à un puissant renouvellement générationnel de l’information arabe dans l’ensemble de ses supports19.

Cependant, les médias traditionnels les plus récents et les plus dynamiques, à l’image de la chaîne satellitaire Al-Jazeera qui, à cette époque, a clairement assis sa suprématie sur la scène médiatique locale, sont également ceux qui sont le plus « en phase » avec les premières manifestations de la presse en ligne. Ainsi, le débat qu’organise la chaîne qatarie, en mai 2006, sur Les blogueurs arabes : une opposition dotée d’une nouvelle voix [Al-mudawwinûn al-‘arab : mu‘ârada bi-sawt jadîd], avec, parmi les invités, Muhammad Hassanayn Haykal, peut être considéré comme la confirmation de l’entrée des blogs dans l’espace public arabe20.

Un espace public dont, politiquement, internet constitue dès cette époque une dimension à part entière. Ainsi, la création du premier site égyptien appartenant à une force politique « constituée »  est sans doute à mettre au crédit du mouvement Kefaya, et cela dès l’automne de l’année 2004. Deux ans plus tard, l’importance de la scène politique sur internet, en tant que relai des mouvements d’opposition, est parfaitement manifeste lors de l’important mouvement de protestation des juges égyptiens durant l’année 200621. Année qui voit également la première véritable riposte des autorités locales. Clairement prises au dépourvu au début des premières conséquences d’un usage directement ou indirectement politique d’internet – dont elles s’efforcent par ailleurs comme on l’a vu précédemment de promouvoir l’utilisation en tant que vecteur de développement économique et social –, ces autorités commencent à organiser leur riposte. Sans surprise, celle-ci prend la forme de la répression avec l’emprisonnement en novembre 2006, une première dans l’histoire du pays, d’un acteur de l’internet local, Kareem Amer [‘Abd al-Karim Nabîl Sulaymân], auteur sur son blog22 de commentaires jugés offensants pour l’islam.

2007-2009 : diversification de la blogosphère et montée de la répression

Deux ans après une apparition dans l’espace public local, l’internet égyptien ne cesse de conforter toujours davantage la place qu’il occupe désormais sur la scène politique. Durant les premiers mois de l’année 2007, on assiste ainsi à une diversification manifeste des acteurs. Alors que les premiers activistes appartenaient pour l’essentiel aux milieux proches de ce que l’on appellera par commodité l’opposition laïque, on trouve parmi celles qui se font connaître à cette époque sur le Net un certain nombre de voix proches de ce que l’on nommera, par commodité également, l’opposition religieuse23.

L’organisation des Frères musulmans, la principale formation de cette partie du spectre politique, devient de plus en plus active sur la Toile, une évolution qui fait suite à nombre de débats internes, certainement pas sur la licéité des modes de communication électronique (ces modes ont été investis, dès leur apparition, par nombre de propagandistes religieux), mais bien en raison de divergences entre, d’un côté, les plus jeunes des membres, en faveur de ce déplacement de l’action politique, et, de l’autre, les cadres, inquiets de voir les choses échapper à leur contrôle.

Perceptibles dès la fin de l’année 2006 aux yeux des observateurs les mieux informés – ‘Abd Mun‘im Mahmûd ouvre alors son blog appelé Anâ ikhwân [Je suis Frère (musulman)], l’intégration des militants de l’islam politique sur la Toile égyptienne devient particulièrement visible quelques mois plus tard avec, notamment dans le milieu étudiant, quelque 150 blogueurs affiliés, ou manifestement très proches du mouvement des Frères musulmans (à l’image d’Ahmad Dûma, promoteur de la campagne « Un million de visages » [Milyûn wajh]24. Comme l’analyse très tôt Marc Lynch25, le mouvement est important au regard des rapports de force intergénérationnels au sein de l’opposition religieuse, mais également par ses conséquences sur la blogosphère locale dont elle renforce les orientations les plus récentes et les plus ouvertes à la diversité socioculturelle – et politique – de la population égyptienne.

Dès le milieu de l’année 2007, l’activité de ce nouveau type d’internautes dans la blogosphère politique locale devient particulièrement manifeste sur You Tube, où les documents illustrant les thèses de l’islam politique se comptent par centaines26. Une réalité qui n’est pas forcément étrangère à la décision qui frappe à cette époque le « doyen » des internautes politiques égyptien, Wael Abbas, dont le compte sur le site de diffusion de vidéos en ligne est fermé en novembre27. Il sera rétabli un peu plus tard, à la suite d’une des premières mobilisations de la « communauté » des internautes arabes, relayée par différentes organisations internationales.

Si l’on ajoute aux éléments déjà mentionnés le fait que Al-Ghad, le parti officiellement fondé, non sans difficultés, par Ayman Nour en octobre 2004, a investi lui aussi la Toile (le site du parti sera fermé en août 2007 mais vite disponible depuis l’étranger), on constate aisément que, deux ou trois ans au plus après son véritable lancement en Egypte, la blogosphère locale est devenue une dimension à part entière des acteurs politiques locaux. A l’exception du parti au pouvoir, qui, à cette date, se tient encore à distance de la Toile, dont la nouvelle importance n’a cependant pas totalement échappé aux responsables. En effet, il semble bien en effet que ce soit vers la fin de l’année 2007 qu’est créé, au sein de la Sureté générale, un service spécial chargé du contrôle de l’internet.

L’action de ce nouveau service ne tardera pas à se faire sentir mais, dans un premier temps, l’année 2008 paraît d’abord comme celle de toutes les victoires pour les milieux activistes de l’internet égyptien. En écho à une série de mouvements sociaux, un appel à la grève générale est lancé sur internet pour le 6 avril, en utilisant une nouvelle donnée technique (pour laquelle les forces de répression sont encore mal préparées) : les « listes d’amis » du système de « réseautage social » offert par Facebook28.

Avec cet appel qui réunit virtuellement près de 70 000 personnes, on parle véritablement pour la première fois en Egypte de « militants électroniques » [munâdhilûns ilaktrûniyûn]. Ils ont en commun ce mode d’action, le fait d’appartenir à la génération Moubarak (celle qui est née depuis l’arrivée au pouvoir du dirigeant égyptien presque trente ans auparavant), ainsi qu’un agenda qui est loin de se confondre totalement avec celui des forces politiques constituées. Une indépendance qui pose naturellement la question de l’organisation de ces nouvelles mobilisations, et de la pérennité de leur « mouvement »29.

Dans l’immédiat, cet éventuel défaut de structures n’entrave pas la marche du  mouvement. Avec le soutien des partis de l’opposition (y compris celui des Frères musulmans), il appelle avec plus de succès encore à une nouvelle manifestation pour le 4 mai (anniversaire du président Moubarak). A l’instar de Wael Abbas un peu plus tôt, la « mobilisation électronique » prend les traits d’une figure particulière, celle d’Isrâ’ ‘Abd al-Fattâh, qui devient immensément célèbre, en Egypte comme dans le monde arabe, sous le surnom de « la fille de Facebook »30. Emprisonnée en même temps qu’un certain nombre d’autres militants de la « génération de Facebook » (elle sera libérée peu de temps après), la jeune femme, inscrite au parti Al-Ghad, illustre à la fois une évidente dynamique mobilisatrice, et ses limites au regard des modes de fonctionnement de l’expression politique en Egypte.

Car la grève générale du 6 mai a alerté le régime. Après avoir joué de tous ses relais (y compris religieux) dans l’opinion pour tenter de limiter la mobilisation31, sans oublier des mesures techniques aussi drastiques que la fermeture de quelque 250 000 lignes téléphoniques, le choix de la répression est devenu inévitable. Celle-ci se confirme quelques semaines plus tard, avec de nouvelles arrestations de blogueurs, plus ciblées, durant l’été, ainsi que la mise en place (à moitié réussie) de mesures de contrôle beaucoup plus strictes des services internet publics (cafés internet, connections Wifi notamment). Il n’est pas jusqu’à la publication d’un rapport réalisé par une structure officielle dépendant du Gouvernement égyptien, le Information and Decision Support Center (IDSC) qui ne puisse être interprétée comme la volonté de mieux comprendre – et de mieux contrôler – un phénomène devenu politiquement gênant par sa capacité de mobilisation32.

Vraisemblablement pris au dépourvu dans un premier temps par un phénomène auquel il n’avait pu (ou su) se préparer, et sans doute aussi parce que l’entrée dans la blogosphère de militants de l’islam politique l’inquiète davantage que l’activisme autour de la mouvance Kefaya, le pouvoir égyptien organise le contrôle de ce nouvel espace d’expression, un exercice auquel il est rompu par de longues années d’Etat d’urgence (pratiquement ininterrompu en Egypte depuis la fin des années 1960). Sans crainte pour une réputation qui n’est plus vraiment à défendre, les autorités adoptent une série de mesures qui les font apparaître parmi les régimes les plus répressifs d’une région qui se distingue déjà dans ce domaine.

L’actualité de l’année 2009 est ainsi une longue succession33 d’arrestations de blogueurs, de fermeture de sites, de ruptures de service tels que Facebook, d’annonce de mesures visant à « nettoyer » la Toile des sites « moralement » ( ?) nuisibles ou encore de projets de limitation de la bande passante réservée aux internautes locaux… Même si l’adoption de nouveaux procédés techniques, et notamment celle du « micro-blogging » répandue par Twitter, desserre momentanément l’étau qui s’est refermé sur l’expression en ligne, celle-ci n’a pas retrouvé le capital de mobilisation qui avait pu être le sien auparavant. L’échec du nouvel appel à la grève générale, via Facebook, le 6 avril 2009, apporte certainement la meilleure illustration du nouveau rapport de force.

Mobilisation politique et internet en Egypte : bilan et perspectives

Quel bilan tirer, sur le plan politique, de ces premières années de l’internet égyptien ? Le sujet, tant pour la seule Egypte qu’à l’échelle du monde arabe, a naturellement fait couler beaucoup d’encre, notamment de la part des chercheurs américains, à l’évidence plus alertés sur ces questions que leurs collègues européens. Sous un titre en forme d’interrogation34, Tom Isherwood distingue ainsi plusieurs niveaux où apparaît le rôle nouveau joué par les blogs politiques : renforcement des capacités de mobilisation des forces politiques existantes ; contribution à la création d’actions en dehors des forces constituées ; modification des équilibres au sein des forces en présence ; renforcement des liens entre les scènes nationale et extérieure (à l’intérieur et à l’extérieur du monde arabe). Néanmoins, nombre d’observateurs s’interrogent avec lui sur la signification ultime de mouvements qui se déroulent pour l’essentiel dans l’univers numérique et trouvent de plus en plus difficilement une traduction sur le terrain concret des luttes, même si l’Egypte, tout au moins durant les expériences des années 2005 et 2006, constitue précisément une exception dans ce domaine au regard des réalités régionales35.

Cependant, ne faut-il pas aussi se poser la pertinence des catégories traditionnelles pour saisir ce qui est véritablement en jeu dans la nouvelle blogosphère égyptienne et arabe ? Les articulations classiques du placement politique correspondent-elles encore aux représentations des acteurs qui sont apparus avec la diffusion d’internet ? La question mérite d’être posée lorsque l’on constate que les clivages les plus marqués, ceux qui opposent la « gauche nationaliste laïque » du mouvement Kefaya au « nationalisme religieux » des Frères musulmans notamment, sont loin d’être dupliqués à l’identique dans l’univers de l’activisme en ligne, comme le révèle une certaine affinité entre « blogueurs engagés », qui dépasse la seule solidarité générationnelle.

Au-delà de ce premier constat, on remarque également que le développement de cette activité en ligne, toujours plus importante, accompagne une tendance, toujours plus marquée elle aussi, à la politisation des questions culturelles et identitaires. Le développement de la blogosphère arabe, irriguée d’innombrables groupes sur Facebook et de réseaux de micro-blogging s’inscrit dans un contexte où le marché politique est de plus en plus dominé par ce type de débats qui recouvrent – ou « habillent » – les luttes idéologiques conventionnelles. Espace d’expression encore relativement vierge des frontières ordinaires de l’action politique, Internet devient ainsi une scène où, avec un très faible coût d’entrée pour ceux qui y participent, se multiplient des « campagnes de mobilisation » qui utilisent le nouveau médium pour « agir », en dehors des mots d’ordre partisans, sur toutes les questions de société possibles (les femmes, le harcèlement sexuel, la drogue, la corruption, le football, etc.). Issu des cercles de la nouvelle prédiction religieuse et utilisateur avisé des nouvelles technologies de la communication, ‘Amr Khaled, avec ses réseaux de « bâtisseurs de la vie » [sunna‘ al-hayât], montre que cette mobilisation virtuelle peut éventuellement trouver des traductions concrètes.

Néanmoins, ces premières réflexions sont loin de rendre compte de l’impact politique d’internet, car c’est sans doute à plus long terme que les effets des nouvelles technologies de communication se feront sentir. S’inscrivant dans le modèle explicatif proposé notamment par l’anthropologie politique américaine36, Marc Lynch considère ainsi que la véritable question concerne la capacité de la très active blogosphère égyptienne à « transformer les dynamiques de l’opinion publique et de l’activisme politique. (…) Même s’il est improbable que les blogs politiques arabes conduisent à une révolution, ils ouvrent la perspective d’un espace public différent qui pourrait modifier la nature de la politique dans les décennies à venir37. » Dans le même esprit, Brian Ulrich, replaçant utilement le développement des blogs dans la perspective plus vaste de la transformation des systèmes de communication depuis l’époque moderne, considère de son côté que « bloguer renforce la possibilité de créer de nouvelles perceptions et de nouveaux moyens d’exercer une autorité dans le domaine de la diffusion des idées, sur la base d’interactions avec des personnes avec lesquelles il n’aurait pas été possible autrement d’entrer en contact au sein de communautés d’intérêt données38 ».

Semblables réflexions, qui interrogent les effets mobilisateurs d’internet moins à court terme que dans la moyenne durée, méritent d’être prolongées alors que la gestion par les différents pouvoirs arabes d’une scène internet, désormais mature, met en évidence, dans cette partie du monde comme ailleurs, les illusions trop faciles du « prophétisme fétichiste39 ». S’il est vrai que l’existence de « réseaux ouverts » ne suffit pas à briser la « fermeture des régimes40 », c’est bien du côté de transformations plus souterraines, moins immédiates, qu’il faut chercher d’éventuels effets mobilisateurs en postulant que le jeu des interactions individuelles que développent les usages les plus récents d’internet contribuent, aussi bien chez les producteurs de contenus que chez leurs utilisateurs, à une « fabrique du social » susceptible de contribuer à une nouvelle dynamique politique.

Les « blogs » que développe aujourd’hui la jeunesse du monde arabe, qu’il s’agisse d’« Une tribu nommée Sarah » [Qabîla tud‘a sâra] en Arabie saoudite41 ou de « Deux paires d’yeux » (Two Pairs of Eyes) en Egypte42, ne livrent pas de discours de revendication ; ils n’appellent pas à l’action contre telle ou telle injustice, ou alors sous des formes qui sont très loin de la revendication traditionnelle, et se contentent le plus souvent de réunir des cercles de pairs qui, parfois par dizaines de milliers, se reconnaissent dans une parole délivrée publiquement sur internet à propos de questions qui les concernent. Ils ne se donnent pas comme des plates-formes de mobilisation mais sont peut-être malgré tout davantage porteurs de changements que les modes d’expression, y compris sur la Toile, qui relèvent d’une prise de parole en apparence plus politique. Outre le fait que leur prolifération et leur manière d’aborder, en quelque sorte de biais, le politique rendent assez vaine toute tentative de contrôle, on peut également penser que les véritables changements naîtront des nouvelles formes de communication électronique qui favorisent la constitution de « communautés virtuelles » où l’affirmation individuelle s’allie au refus des hiérarchies sociales héritées.

YGQ, juillet 2009


  1. M. Lynch, « Blogging the new Arab public », Arab Media & Society, printemps 2007. []
  2. On désigne sous ce terme, largement répandu à partir de 2005, l’ensemble des nouvelles technologies et des usages permettant aux internautes d’interagir de façon simple à la fois avec le contenu et la structure des pages mais aussi entre eux. Cf. Tim O’Reilly, What is Web2.0 ? Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Softwares, 30 sept. 2005 (http://oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html : adresse accédée début 2010, comme les autres références de cet article). []
  3. Avec même une certaine institutionnalisation de ce phénomène puisqu’il existe par exemple sur le projet d’encyclopédie mondiale Wikipedia une section en « égyptien », « Egyptian Arabic […] spoken by more than 70 millions of persons in Egypt and other countries ». Cf.: http://arz.wikipedia.org/wiki/Wikipedia_Masry_introduction_in_English. []
  4. Cf. F. Cantelli et O. Paye, « Star Academy : un objet pour la science politique ? », in Star Academy, un objet pour les sciences sociales ?,Y. Cartuyvelks (Ed.), Bruxelles : Publication des facultés universitaires Saint-Louis, 2004. []
  5. On avance le chiffre de plus de 53 millions d’utilisateurs arabes à la fin de l’année 2009, soit une progression de près de 300 % par rapport à l’année 2000. Cf. Kh. ‘A. aql-Khalaf, « Fajwat  al-nashr al-ilaktrûnî lâ tardumu-hâ al-arqâm al-maghlûta » [La trou de la publication électronique arabe ne sera pas comblé par des chiffres inexacts], Elaph, 10 décembre 2009. []
  6. Pour le cas égyptien, cf. « Promoting the IT business », Egypt, Oxford Business Group, vol. 240, 30 sept. 2009 : http://www.oxfordbusinessgroup.com/weekly01.asp?id=4626. []
  7. Autour d’une douzaine de milliers d’utilisateurs de Twitter dans le monde arabe au milieu de l’année 2009, avec néanmoins de très forts taux de croissance. Cf. http://www.slideshare.net/ArabCrunch/twitter-stats-in-the-arab-world-mena15-jul09-around-12266-users et S. Ayûb, « Al-twitariyûn al-‘arab : khutwa bi ittijâh al-‘âlamiyya [Les twitteristes arabes : un pas vers l’universalisation], Al-Akhbâr, 13 août 2009 : http://www.al-akhbar.com/ar/node/151482. []
  8. « Nisf al-mudawwinîn al-‘arab misriyûn » [La moitié des blogeurs arabes sont Egyptiens], Middle-East Online, 7 février 2009 : http://www.middle-east-online.com/?id=73543. Les chiffres les plus récents (décembre 2009) donnent un total de 600 000 blogs, actifs pour le quart d’entre eux (The Arabic Network for Human Rights Information, One Sopcial Network With a Rebelious Message, [2009] : http://www.openarab.net/en/node/1612. []
  9. Donnée confirmée par les enquêtes les plus récentes. Cf. B. Etling, J. Kelly et J. Palfrey (Eds.), Mapping the Arabic Blogosphere: Politics, Culture and Dissent, Berkman Research Center Publication, juin 2009. []
  10. Les donnée sur les orientations rédactionnelles des blogs sont extraites d’un rapport publié en mai 2008 par un organisme officiel dépendant du Conseil des ministres, l’Information and Decision Support Center, sous le titre Al-mudawwannât al-misriyya : fadâ’ ijtimâ’i jadîd [Les blogs égyptiens : un nouvel espace social] (www.idsc.gov.eg). []
  11. Cf. les remarques introductives à son étude de G. Weyman, « Speaking the unspeakable : personnal blogs in Egypt », Arab Media & Society, automne 2007. []
  12. Cette perception d’ensemble est reprise par nombre d’observateurs. Cf. par exemple, le point de vue, articulé autour de trois périodes (experimentaiton phase, activist phase, diversification and fragmentation phase), développé par C. Radsch, « Core to common place : the evolution of Egypt’s blogosphere », Arab Media & Society, automne 2008. []
  13. Cf. à ce sujet l’analyse d’une figure importante de la blogosphère marocaine, Mohammed Sahli (Qantara, 29/12/2009 : http://www.qantara.de/webcom/show_article.php?wc_c=478&wc_id=990. []
  14. Devenu une sorte de star de la blogosphère arabe, Wael Abbas a accordé un nombre incalculable d’entretiens. En français, on peut retenir par exemple celui qu’il a donné pour le quotidien algérien Al-Watan (http://www.elwatan.com/Wael-Abbas-Createur-du-blog-La) ou encore celui qu’a publié la journaliste Françoise Clément (http://monmulhouse3.canalblog.com/archives/2008/08/17/10262480.html). De nombreux liens sont disponibles sur la notice (en anglais) de l’encyclopédie participative Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Wael_Abbas. []
  15. Y. Gonzalez-Quijano, « Sammi‘ sawtak ! : les sites d’information en ligne dans l’espace public syrien », in La société de l’information au Proche-Orient. Internet au Liban et en Syrie (sous la dir. de Y. Gonzalez-Quijano et Ch. Varin), Beyrouth : Presses de l’Université Saint-Joseph, 2006 : http://www.cemam.usj.edu.lb/sipo/files/publications.htm#ouvragesipo. []
  16. Cf . Y. Gonzalez-Quijano, « Le diable et le bon dieu : les deux visages de la modernité arabe », Culture et politiques arabes, 2 avril 2008 : http://cpa.hypotheses.org/245. []
  17. Saisie du billet de l’époque avec une reproduction de l’article du journal sur Y. Gonzalez-Quijano, « Le nouveau ‘divan’ des Arabes », Culture et politiques arabes, 26 novembre 2006 : http://cpa.hypotheses.org/172. Cette période de la blogosphère égyptienne, essentiellement autour du mouvement Kefaya, est décrite en détails dans l’article de R. Al Malky, « Blogging for reform », Arab Media & Society, printemps 2007. []
  18. http://www.manalaa.net/ (inactif depuis début 2009. Emprisonné en mai 2006 (il restera en prison durant 45 jours), Alaa fait partie des premiers blogueurs victimes de la répression policière. []
  19. Pour le cas libanais, cf. « Les données de l’information sur Internet au Liban » (en coll. avec M. Taha), Les documents du Cermoc, n° 11, été 2001 : http://archives.univ-lyon2.fr/166/1/Quijano_taha_final.htm. La question de la langue et des choix opérés sur les différents registres plus ou moins formels de l’expression constitue à coup sûr un indicateur intéressant de ces « changements de ton » , mais les études rigoureuses sur cette question continuent à faire défaut. []
  20. L’ancien ministre de l’Information au temps de Nasser y déclarera notamment : « Je fais partie de ceux qui lisent le plus les blogs. […] Je lis [un blogueur] plus que n’importe quel journaliste de la presse écrite. Il y a de la vie qui parle dans ce blog, une jeunesse qui monte, une société dont on sent battre le pouls. » ; http://www.aljazeera.net/NR/exeres/E6A0A606-DDE9-49DB-820A-9E0562D9DAF8. []
  21. Sur le « club des juges », voir le site de l’organisation (en arabe) : http://egyptjudgeclub.org ; et sur les manifestations de 2006, une vidéo précisément mise en ligne à l’époque par Wael Abbas : http://www.youtube.com/watch?v=gNUJnmnYheo. []
  22. Le blog (http://www.karam903.blogspot.com/ : aujourd’hui inactif) a longtemps été poursuivi par des blogueurs solidaires de celui qui a été condamné, en février 2007, à trois ans de prison pour « insulte à l’islam et incitation à la sédition », parallèlement à une condamnation d’un an pour « insulte au président Moubarak ». []
  23. Intégrant à son analyse ce qu’il appelle deux « vagues » de blogueurs, Tom Isherwood (“A new direction or more of the same?”, Arab Media & Society, automne 2008) note que c’est également la perception que les blogueurs égyptiens eux-mêmes ont de l’histoire de leur mouvement. []
  24. I. ‘Abd al-Mun‘im, « Ikwani walla mudawwin ?! » [Frère (musulman) ou bloggueur !?] et  « Risâla li-mudawwin misrî » [Lettre à un blogueur égyptien], Islam Online, 18 et 29 juillet 2007. []
  25. M. Lynch, « Young Brothers in Cyberspace », MERIP, n° 245, hiver 2007 : “An important aspect of the Muslim Brother blogging phenomenon is the connections it has bred between young Brothers and other Egyptian youth. Several bloggers (intriguingly, almost always women) said that their blogs were the first venue in which they had presented themselves to others as part of the Muslim Brothers”. []
  26. M. Khalîl, « Al-ikhwân al-muslimun hukkâm fî al-‘yû tûb’ », Islam Online, 2 décembre 2007. []
  27. C’est également à cette époque qu’est prononcé le jugement à l’encontre du policier dénoncé un an plus tôt sur le blog Misrdigital (cf. note 11 supra). []
  28. Pour la fin de l’année 2008, certaines estimations avancent le chiffre d’un demi-million d’utilisateurs du système local (égyptien), avec le même nombre d’utilisateurs sur sa version originale. []
  29. Cf. par exemple Kh. Abû Bakr, « ‘Al-munâdhilûn al-ilaktrûniyûns’ : ‘al-tarîq al-thâlith’ bi-Misr », Islam-Online, 7 avril 2008. []
  30. Cf. par exemple le long portrait que lui consacre le quotidien Al-Hayât (5 mai 2008) sous le titre « ‘Fatât al-fâysbûk, fâtat al-milyûn rajul’. Tajribat isrâ’ al-misriyya. Dars hukûmî li ashâb ‘al-rây’ al-âkhar’ » [La fille de Facebook, la fille au million d’hommes. L’expérience d’Irâ’ l’Egyptienne. Une leçon gouvernementale pour ceux qui pensent autrement]. Cf. également D. Farris, « Revolutions without revolutionnaries ? Network theory, Facebook, and the egyptian blogosphere », Arab Media & Society, automne 2008. []
  31. Non sans quelque succès, relativement paradoxaux d’ailleurs. La communication autour de cette grève organisée par ce qui reste une « élite [urbaine] Facebook » a pu donner l’impression à une partie de l’opinion égyptienne que le mouvement était organisé, d’une manière ou d’une autre, par le gouvernement. Cf. par exemple les commentaires apportés par les lecteurs au billet publié à l’époque dans Culture et politique arabes : « Mai 08 : joyeux anniversiare M. Moubarak » : http://cpa.hypotheses.org/249. []
  32. A. Sandels, « Rebels with a cause : Egypt’s’Facebook Youth’ », 19 août 2008, et D. Mukhalled, “Egypt’s vibrant blogosphere”, Menassat, 19 et 15 août 2008. []
  33. Plusieurs organisations tiennent la chronique régulière de cette actualité. Outre les sites des organisations internationales les plus connues du type Reporters sans frontières, on peut consulter les donner réunies par The Initiative for an Open Arab Internet (http://openarab.net/en), ou par The Arabic Network for Human Rights Information (http://www.anhri.net/en/). []
  34. T. Isherwood, “A new direction or more of the same?”, art. cit. []
  35. Plusieurs organisations tiennent la chronique régulière de cette actualité. Outre les sites des organisations internationales les plus connues du type Reportesr sans frontières, on peut consulter les donner réunies par The Initiative for an Open Arab Internet (http://openarab.net/en), ou par The Arabic Network for Human Rights Information (http://www.anhri.net/en/). []
  36. Cf. notamment D. Eickelman et J. Anderson, New media in the Muslim World. The Emerging Public Sphere, Bloomington: Indiana University Press, 2003. []
  37. “In short, even if Arab political blogs are unlikely to lead a revolution, they hold out the prospect of a new kind of Arab public sphere which could reshape the texture of politics in the decades to come.”, M. Lynch, “Blogging the new Arab public”, art. cit. []
  38. B. Ulrich, “Historicizing Arab blogs: Reflections on the transmission of ideas and information in Middle Eastern history”, Arab Media & Society, printemps 2009. []
  39. D. Wolton, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris : Flammarion, 1999. []
  40. S. Kalathil, Shanthi et T. Boas, Open Networks, Closed Regimes, Washington DC: Carnegie Endowment for International Peace, 2003. []
  41. Y. Gonzalez-Quijano, « Communautés virtuelles de la Toile arabe : une nouvelle ‘fabrique du social’ », in Les Arabes parlent aux Arabes. La société de l’information arabe (Y. Gonzalez-Quijano et T. Guaaybess Eds.), Paris : Sindbad, 2009. []
  42. G. Weyman, « Speaking the unspeakable : personnal blogs in Egypt », art. cit. []