Un silence assourdissant au cœur du système arabe

alarab

Cette chronique s’éloigne des sujets ordinaires de CPA. La faute en est à la région qui est dans une situation toujours plus déconcertante ! Le désordre gagne chaque jour un peu plus de terrain et la menace approche désormais du cœur du système.

Cela concerne d’abord les zones de conflits armés qui ne diminuent pas, bien au contraire, puisque la question yéménite est plus explosive que jamais. Relativement peu évoquée en dehors du monde arabe (et des milieux spécialisés), la prise de contrôle du Yémen par les Houthis est pourtant un séisme lourd de menaces à venir. Réduits abusivement à leur seule identité chiite, les Houthis sont aussi/d’abord un groupe tribal, sans doute soutenu par l’Iran, mais ni plus ni moins que les pions que l’Arabie saoudite n’a cessé de soutenir de son côté (à commencer par le dernier président en date, marionnette placée par Riyad pour succéder à Saleh victime, pas tout-à-fait liquidée, d’un fort étrange attentat).

Une différence tout de même, l’Arabie saoudite et le Yémen ont une frontière commune, ce qui n’est pas le cas de l’Iran. En revanche, les deux super-puissances régionales, et les autres pays de la région, partagent les mêmes certitudes sur le rôle stratégique du détroit de Bab al-Mendeb. Hostiles aux forces soutenues par les Saoudiens, les Houthis sont donc appuyés par les Iraniens, qui prennent pied (ou pourraient le faire) en un lieu particulièrement sensible pour l’équilibre régional puisqu’il commande l’entrée de la mer Rouge et au canal de Suez. On commence d’ailleurs à rappeler le précédent de la guerre du Yémen, entre 1962 et 1970, où l’Egypte de Nasser (alors alliée de l’URSS) était opposée à l’Arabie saoudite, soutenue par le Royaume Uni, dans ce qu’on n’appelait pas encore une “guerre par proxy”,…

Dans l’immédiat, et alors qu’un nouveau souverain vient d’être intronisé avec l’inévitable cortège de réajustements et de mises à l’écart, l’Arabie saoudite, voit une nouvelle position s’effondrer. Dans le bras de fer qui l’oppose à son archi-rival iranien, les semi-échecs tournent à la menace : après la “Syrakie” de l’Etat islamique en Irak et au Levant au nord, voici donc un nouveau problème au sud, le Yémen, sachant que la Jordanie, à l’ouest, est plus fragile que jamais, partagée qu’elle est, y compris dans son opinion publique, entre campagne militaire vengeresse contre l’Etat islamique en Syrie et hébergement de structures de soutiens à diverses forces armées combattant le pouvoir syrien. Et l’est ? Et bien l’Iran justement !

Pas étonnant dans ce contexte que les vrais patrons aient du mal à se faire respecter, comme en témoignent la divulgation, qui a fait grand bruit, d’enregistrements attribués au maréchal Sissi. Quand il n’était que général (putchiste), et pas encore candidat déclaré à la présidence, celui-ci, à l’image d’une bonne partie de ses concitoyens, se lamentait en substance de voir des Egyptiens en haillons contraints de s’abaisser à mendier auprès de ces gros poussahs tout juste bons à être plumés ! Diffusés par une des chaînes proches des Frères musulmans que les Turcs − encore un signe du désordre régional − hébergent fort obligeamment à Istanbul, ces propos ont contraint le désormais président égyptien à prendre son téléphone pour expliquer qu’il s’agissait naturellement d’un faux ! Apparemment, les boss du Golfe ont décidé de passer l’éponge…

Il faut dire qu’ils sont très occupés à résoudre leurs propres querelles internes. Evoqué dans le billet précédent, le lancement raté de la nouvelle super-chaîne d’information Al-Arab s’est transformé en fiasco total. Après une semaine d’interminables négociations, ponctuées de toutes sortes de rumeurs, les prétendues autorités du Bahreïn – car elles ne doivent leur survie qu’à l’aide militaire saoudienne – ont fini par dire que, tout bien réfléchi, elles ne voulaient plus de ce projet préparé depuis plus de quatre ans tout de même. Mauvais pari, pour le prince libéral saoudien, que ce choix de Manama ; restent les options de Beyrouth ou de Londres (voire, pourquoi pas, du Maroc).

En attendant, le rêve, imaginé dans la fièvre du Printemps de l’année 2011, d’une parole différente émise depuis un pays du Golfe s’est évaporé brutalement, après quelques heures seulement de diffusion. “Les Arabes” − puisque c’est le nom qui avait été choisi pour cette chaîne − réduits lamentablement à un silence aussi assourdissant : tout un symbole…

Ajout au mardi 10 février : la photo ci-dessous résume à elle seule les contraductions insurmontables du projet qu’avait Al-Walid ibn Talal pour Al-Arab… (commentaire ici).

al-arab-newsc327-ba43b

Misère des trop riches médias arabes (2) : la toute-puissance du Golfe

médiassoudiens

Vingtième fortune mondiale d’après Bloomberg, trente-cinquième “seulement” pour Forbes, al-Walid Ibn Talal devrait s’en remettre. Tout de même, l’année commence fort mal pour lui. Comme tout (bon) Saoudien, le prince Al-Walid est certainement très touché par la mort, à 91 ans, du roi Abdallah. Mais la révolution de palais opérée avec l’arrivée sur le trône de Salman, son oncle, n’est pas non plus une très bonne nouvelle pour lui. Non pas à cause de la disgrâce, depuis longtemps prononcée, de son propre père, Talal, vingtième fils du roi Abdulaziz, définitivement privé du moindre espoir politique depuis qu’il a émis (il y a très longtemps) l’idée saugrenue d’une constitution pour son pays. Non, les vrais soucis du richissime prince saoudien sont davantage liés à la composition du nouveau gouvernement de son pays. Il l’a d’ailleurs signalé à sa façon sur Twitter (une société où il a injecté 300 millions de dollars) en proclamant haut et fort son allégeance à ses oncles, le nouveau roi et le prince héritier, mais en se contentant de féliciter, sans plus par conséquent, son cousin, Mohamed bin Nayef, nommé au poste de ministre de l’Intérieur. Une réaction très observée dans le monde arabe (son message a ainsi renvoyé plus de 10 000 fois).

Beaucoup moins commentée, mais tout aussi désagréable pour le patron de Rotana, première société arabe dans l’industrie audiovisuelle, est la nomination, au ministère de la Culture et de l’Information, d’un rival, le roturier Adel El-Toraifi. Spécialiste de l’Iran, le nouveau patron des médias saoudiens a en effet longtemps travaillé comme directeur général de la chaîne d’information Al-Arabiyya. Une promotion qui n’est pas forcément étrangère à la fermeture, quelques heures après son lancement, de la nouvelle chaîne d’information Al-Arab. Si tous les détails de cette censure peu commune ne sont pas connus, il ne fait aucun doute en tout cas que cette extraordinaire décision, après des mois de préparation et un gros lancement publicitaire, n’a été prise qu’après consultation des autorités saoudiennes. En effet, depuis qu’elles ont sauvé la dynastie au pouvoir en volant militairement à son secours au plus fort du “Printemps arabe”, ces autorités ont la haute main sur tout ce qui se passe à Bahreïn, le petit émirat où Al-Walid Ibn Talal et son équipe ont eu l’étrange idée, il y a des mois de cela il est vrai, d’installer leur nouvelle chaîne.

On a toutes les raisons de penser par conséquent que la fermeture d’Al-Arab, parce qu’elle aurait diffusé dans son premier journal quelques minutes d’entretien avec un des responsables de l’opposition, n’est qu’un grossier prétexte, en plus d’être un affront difficile à avaler pour Al-walid Ibn Talal. En effet, le rédacteur en chef de la chaîne, Jamal Khashoggi, a fait part depuis des mois de ses intentions “libérales”, précisément en prenant comme exemple la possible présence, sur les plateaux de la chaîne, d’opposants bahreinis. Avec autant d’argent en jeu, on peine à croire, surtout dans le contexte régional, que personne n’ait pris le temps de tracer soigneusement les lignes rouges à ne pas franchir.

A côté de cet échec retentissant, le lancement d’Al-Araby, une semaine plus tôt, apparaît comme une immense réussite. Placée sous l’égide du Palestien Azmi Bishara, Al-Araby propose une programmation généraliste avec des émissions musicales, des talk-shows, des feuilletons (plutôt de qualité), le tout essentiellement à destination de cette jeunesse arabe qui a vécu de si fols espoirs au début de l’année 2011. Par conséquent, rien à voir en principe avec Al-Jazeera, la première chaîne d’information dans le monde arabe, si ce n’est que l’une et l’autre sont entièrement adossées à la puissance financière de l’Emirat du Qatar. Et de fait, si la nouvelle chaîne orientée jeunesse a pour objectif de corriger l’image du très riche émirat dans l’opinion arabe (voir ce précédent billet, il y a un peu moins d’un mois), les premiers commentaires sur sa ligne éditoriale, avec son soutien très patent aux Frères musulmans notamment, montre qu’elle sera, tout autant qu’Al-Jazeera, le reflet fidèle de ses objectifs politiques.

Arabie saoudite, Bahreïn, Qatar : la scène médiatique arabe continue à se jouer pour l’essentiel entre gros potentats des pays du Golfe… Et les nouvelles, ailleurs dans la région, ne poussent pas à l’optimisme. En effet, le quotidien beyrouthin Al-Akhbar se faisait aujourd’hui l’écho de rumeurs à propos d’une possible fusion entre les trois principales chaînes, au sein du camp du 14-mars, à savoir Future TV, MTV et la LBC (par ailleurs étranglée financièrement par la société Rotana de Walid Ibn Talal). Les difficultés financières des chaînes libanaises, une situation qu’on retrouve peu ou prou en Egypte, annoncent toujours plus de concentration médiatique péninsulaire…

Des “chaînes” sur les médias arabes : de la place pour Al-Mayadeen ?

"Canal Al-Mayadeen : la réalité telle quelle." (Ghassan Ben Jeddou, président du CA de la chaîne et directeur des programmes)

Au temps des médias sociaux, les « vieux » médias ne doivent pas être enterrés trop vite ! Dans le monde arabe, plusieurs événements viennent de nous le rappeler. À Doha – capitale du Qatar et de l’information télévisée arabe car c’est le siège d’Al-Jazeera – s’est tenue tout récemment la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe. De nouvelles sanctions ont été demandées à l’encontre de la Syrie et, parmi celles-ci, l’interdiction de toutes les chaînes télévisées syriennes diffusées sur les satellites Arabsat et Nilesat (toutes, cela veut dire y compris Syrian Drama, même si sa programmation ne comporte que des feuilletons). Juridiquement, Nilesat est la propriété d’une société privée égyptienne qui, dans les limites du droit commercial, peut faire ce que bon lui semble. Pour Arabsat, c’est plus compliqué car le satellite est une joint venture entre les différents Etats arabes, à laquelle la Syrie est naturellement associée. Mais depuis novembre dernier la Syrie est « provisoirement exclue » de la Ligue (une décision sans précédent, si ce n’est celui de l’exclusion de l’Egypte à la suite des accords de Camp David). Juridiquement, l’affaire va être compliquée.

On l’a un peu oublié mais en septembre dernier l’Union européenne avait déjà pris des mesures similaires contre le ministère de l’Information syrien mais également contre une chaîne locale, Addounia TV, accusée d’inciter à la violence et retirée du satellite Hotbird, propriété d’Eutelsat. (Sans oublier l’interdiction de la chaîne palestinienne Al-Aqsa par le CSA français en 2010, ou celle plus ancienne encore d’Al-Manar, par le CSA à nouveau mais également dans d’autres pays comme les USA, l’Espagne ou l’Allemagne.) Autant de bannissements qui, pour certains, constituent une sérieuse limitation au droit à la diversité d’opinion, même s’il existe bien entendu des solutions de rechange, les satellites russes ou iraniens pour les Syriens, ou encore internet. Ce qui vient de se passer à Doha fait malgré tout remonter à la mémoire une autre réunion de la même Ligue arabe, en février 2008, lorsque les ministres de l’Intérieur du monde arabe tentèrent d’imposer une « charte de bonne conduite », qui ne présageait rien de bon pour la liberté de l’information (à l’époque seul ou presque Qatar s’y était opposé !). Le « printemps arabe » est passé mais les mauvaises habitudes perdurent… Nouveaux médias en ligne ou pas, ces décisions officielles confirment que la télévision est en première ligne dans les conflits géopolitiques régionaux.

Dans ce contexte, on annonce le lancement la semaine prochaine, à Beyrouth, d’Al-Mayadeen. A première vue, la nouvelle chaîne d’information va avoir du mal à trouver sa place, « coincée » qu’elle est entre les deux actuels mammouths de l’info, Al-Jazeera (Qatar) et Al-Arabiya (Arabie saoudite) d’un côté et, de l’autre, les deux mastodontes en puissance, Sky News Arabia que vient de lancer à Dubai News Corp, le groupe de Rupert Murdoch, et Al-Arab, le projet d’Al-Waleed bin Talal, patron du groupe Rotana, annoncé pour novembre prochain à Manama. On suppose que ses moyens ne lui permettront pas de jouer dans la catégorie des poids lourds, même si les informations sur son financement sont plus que lacunaires. Cinq cents employés (dont 125 journalistes), un siège provisoire dans la banlieue sud (pas vraiment le quartier branché de la capitale libanaise), des bureaux au Caire et à Tunis pour le monde arabe, à Damas aussi semble-t-il, Téhéran, Washington, New York, Londres et Moscou pour le reste, un réseau de correspondants dans toute la région avec un effort particulier pour la Palestine… Des moyens existent tout de même, en provenance selon certains de l’Iran, de la Syrie et du Hezbollah, quand d’autres affirment qu’ils proviennent au contraire du Qatar, de la Turquie et de quelques hommes d’affaires du Golfe. Deux hypothèses parfaitement opposées, qui s’accordent néanmoins sur l’essentiel : « printemps arabe » ou pas, aucun projet médiatique arabe d’envergure ne peut voir le jour sans appuis politico-financiers…

Même sans informations précises sur les bailleurs de fonds, on n’a pas trop de mal à deviner le créneau que Al-Mayadeen va chercher à occuper dans le paysage médiatique panarabe. Son rédacteur en chef n’est autre que Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو). Panarabiste convaincu, cette étoile des médias arabes, réputée proche du Hezbollah, a démissionné avec fracas en avril 2011 d’Al-Jazeera auquel il reprochait une couverture des soulèvements arabes à la fois trop discrète sur la répression au Bahreïn et trop tonitruante dans le cas syrien… Même profil pour Sami Kleib (سامي كليب), parti lui aussi en claquant la porte de la chaîne qatarie, ou pour le reste de l’équipe qui compte, entre autres recrues prestigieuses, Zahi Wahbé (زاهي وهبي) pour la culture et George Galloway, l’étonnant député propalestinien de la Chambres des Communes !

Krayyem, Kleib and bin Jiddo, conférence de presse, juillet 2011 (source : The Daily Star: http://www.dailystar.com.lb)

L’équipe ne serait pas complète sans Nayef Krayyem, dont la présence dans le trio fondateur lors d’une conférence de presse en juillet dernier interroge. Le Directeur général (General Manager) d’Al-Mayadeen est en effet un ancien haut responsable d’Al-Manar, ce que rappelle le site nord-américain très conservateur Pjmedia, qui s’étrangle de constater que les bureaux de cette chaîne « liée au Hezbollah » ne seront qu’à « quelques blocs de la Maison Blanche » ! En oubliant de mentionner tout de même que Krayyem, à l’itinéraire sans doute un peu sinueux, a quitté Al-Manar, en assez mauvais termes d’ailleurs, depuis une bonne dizaine d’années…

Al-Mayadeen (الميادين), en arabe, cela peut signifier « les domaines », « les sujets » mais également « les places », une référence parfaitement assumée aux grandes places qui, au Caire ou ailleurs, ont été le théâtre des divers soulèvements arabes. A l’heure où l’étoile d’Al-Jazeera pâlit (voir aussi cet article en anglais de Vivian Salama), on peut imaginer, même si le pari est audacieux, qu’il y a de fait de la place, pour une chaîne comme Al-Mayadeen dans le paysage quelque peu “enchaîné”, par l’argent et la politique, de l’information télévisée arabe.

LBC et Rotana : passage de la Méditerranée au Golfe (Al-Waleed 3/3)

Après les grands quotidiens transnationaux (Al-Hayat, Al-Sharq al-Awsat...) passés sous contrôle saoudien dans les années 1980, la décennie suivante a vu la création de chaînes satellitaires arabes, dans leur très grande majorité elles aussi propriété d’acteurs (para-)étatiques du Golfe, qu’il s’agisse de la plus ancienne, la MBC (1991), ou de la plus connue, Al-Jazeera (1996). Seules exceptions à la domination des capitaux pétroliers, les chaînes nationales que les différents États ont fait « monter » sur satellite, et quelques rares chaînes privées capables d’atteindre un public régional. Pour l’essentiel, elles sont libanaises avec Al-Manar, la « chaîne du Hezbollah » (sur satellite à partir de l’an 2000), dont le public se trouve aussi au-delà les frontières du Liban, notamment auprès des populations chiites du Golfe, et la LBC (Lebanese Broadcasting Company) qui a fait longtemps figure d’exception dans le paysage médiatique arabe.

Une exception de par ses origines pour commencer, lesquelles datent de l’année 1985, lorsque la LBC était encore l’organe officiel des Forces libanaises. Issue de la droite dure chrétienne libanaise, elle passe sous l’égide de son P-DG, « cheikh » Pierre Daher et finit par se conformer à la nouvelle réglementation des médias libanais mise en place après les accords de Taëf en 1991 et accentue son orientation commerciale. Parallèlement au canal terrestre, une chaîne satellitaire (LBC International) est lancée en 1996. Alors que toutes les chaînes de la région fonctionnent sur un modèle où les pertes financières importent moins que les gains politiques en termes d’influence sur l’opinion, la LBC se distingue aussi en étant sans doute la seule entreprise régionale véritablement privée et profitable. La recette est simple : vendre du « temps de cerveau disponible » aux grandes sociétés actives sur le marché de la consommation arabe en exploitant les atouts libanais à l’échelle régionale. La LBC vend essentiellement de l’entertainment : Star Academy, plateaux people avec des présentateurs et présentatrices jeunes et sexy…

Aujourd’hui, cette étonnante success story est en passe de n’être plus qu’un souvenir. La descente aux enfers a commencé en 2003, lorsque la Kingdom Holding de Waleed ben Talal (qu’on ne présente plus ici) entre, à hauteur de 49 %, dans le capital de la LBC. A l’époque, les commentaires à propos de cette alliance portaient surtout sur les problèmes que pouvait susciter pour le groupe saoudien la ligne éditoriale audacieuse (et même scandaleuse) de la chaîne libanaise. Il y en a eu, à propos de questions religieuses (déclarations d’Adonis au sujet du Coran) et surtout sexuelles (à l’occasion des confessions fracassantes d’un dragueur saoudien). Néanmoins, les conséquences les plus importantes ont eu lieu ailleurs. Inéluctablement, l’arrivée du prince saoudien a en effet conduit au conflit d’intérêt entre, d’un côté, sa propre société, Rotana Media Services, et, de l’autre, Antoine Choueiri, patron de la plus importante régie publicitaire arabe, très proche de la LBC depuis ses origines. Prévisible dès le départ, le désaccord a éclaté en 2007 quand la participation saoudienne dans le capital de la chaîne libanaise est passée à 85 %.  En mai 2009, le groupe Choueiri a perdu la régie de la LBC mais il en a conservé beaucoup d’autres. Pour Pierre Daher, les suites de cette rupture ont été plus graves : après l’arrivée de Turki Shabana, un des bras-droit du prince Waleed ben Talal, en 2008, sa mise à l’écart définitive était en quelque sorte programmée. C’est ce qui se passe aujourd’hui. Déjà « sonné » par une décision de justice en novembre 2010 qui lui a fait perdre la chaîne terrestre « récupérée » par les Forces libanaises, l’homme qui a fait le succès de la LBC ne peut s’opposer maintenant à la décision de Rotana qui conserve pour elle seule les studios de Kfaryassine, au nord de Beyrouth. Payés par la PAC (Production & Adquisition Company), également dominé par la Kingdom Holding, les employés de la LBC se verront sans doute proposer de nouveaux contrats, avec de nouvelles conditions. Quant à Pierre Daher, il aurait des propositions du côté d’Abu Dhabi…

La LBC n’est pas la seule entreprise médiatique à connaître des problèmes au Liban. Lancé en 1993 par l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, le groupe Al-Mustaqbal licencie en ce moment près de 300 personnes… Saad Hariri négocierait en Arabie saoudite sa liquidation, pour quelque 5 millions de dollars (article en arabe). Quant à la division « musique » de Rotana, elle a également quitté en 2009 la capitale libanaise. Beyrouth, naguère pôle important à l’échelle arabe, est visiblement sur le déclin. A l’inverse, après ses prises d’intérêt chez Twitter et l’ouverture dans quelques mois de la chaîne Al-Arab, Al-Waleed ben Talal confirme bien que l’actualité médiatique arabe se fait désormais, exclusivement ou presque, dans les pays du Golfe.

Un prince saoudien dans le capital de Twitter (1/3)

Beaucoup de bruit depuis une bonne semaine à propos des 300 millions de dollars investis par Waleed ben Talal dans la société Twitter. L’annonce de cette transaction a provoqué d’innombrables échanges sur la Toile et dans les médias à propos des conséquences, « forcément » négatives, d’une telle prise de participation financière au regard de l’indépendance d’un média social considéré comme essentiel dans le déclenchement des révolutions arabes.

Beaucoup de bruit pour rien a-t-on envie de dire, et pour plusieurs raisons. Les 300 millions de dollars ne représentent pas grand-chose pour le prince saoudien dont les actifs sont estimés à quelque 20 milliards de dollars. Par ailleurs, l’homme qui possède la 26e plus grosse fortune du monde (il est en baisse, il était 13e en 2007 !) manifeste depuis longtemps son intérêt pour les médias, notamment numériques : propriétaire du groupe Rotana, il a également des parts dans Amazone, Ebay, Priceline… Malgré ses investissements croisés avec le groupe NewsCorp de Rupert Murdoch (voir ce billet, même s’il n’a pas très bien vieilli !), lequel a lui-même l’intention de lancer une chaîne de ce type depuis Dubaï, le petit-fils du roi Abdulaziz ibn Saoud (et de l’ancien Premier ministre libanais Riadh El-Solh) est bien décidé à lancer sa propre chaîne d’information, confiée au journaliste saoudien Jamal Kashoggi. Prévu pour la fin de l’année 2012, le lancement d’Alarab (c’est le nom retenu, face à Arabia pour celle du Murdoch) lui permettra sans aucun doute de continuer à passer pour la personnalité arabe la plus influente, ce qu’il était déjà cette année comme la précédente.

 

Pour la société Twitter également, les investissements du prince saoudien n’ont pas vraiment une importance capitale (!). Plutôt moins en tout cas que ceux consentis cet été par Yuri Milner. Mais alors que celui-ci a une trajectoire financière nettement plus sinueuse que celle de son concurrent saoudien, l’entrée de ce tycoon russe des médias dans le capital du second site au monde (après Facebook) pour l’échange d’information n’a guère soulevé de critiques, si ce n’est dans quelques publications spécialisées (voir cet article dans Wired en octobre dernier).

A l’évidence, les acteurs arabes du monde du numérique continuent à susciter plus de suspicions que les autres. S’ils investissent dans les nouvelles technologies de la communication, ce n’est jamais pure spéculation financière ; il y a forcément une mauvaise intention politique derrière. Même après le « printemps arabe », pour beaucoup d’esprits, quand les élites politiques et économiques de la région s’intéressent à internet, c’est fatalement pour en brider le potentiel de liberté. En fin de compte, rien n’a vraiment changé dans les mentalités et il faut croire qu’on peine à se libérer de cet état d’esprit qui a fait, en février dernier, l’incroyable succès auprès des internautes du monde entier d’un canular monumental : espérant juguler l’épidémie de révolutions arabes, le Royaume d’Arabie saoudite avait prétendument décidé d’acheter Facebook pour 150 milliards de dollars !

Rien n’a changé non plus, semble-t-il, dans les mentalités puisque la rapidité des craintes à propos de l’indépendance de Twitter montre bien qu’on prête toujours aussi naïvement des vertus révolutionnaires à internet en général et aux réseaux sociaux en particulier. Il est vrai que Twitter constitue un outil d’échange d’informations terriblement efficace. Il est vrai également qu’il peut être mis au service des contestations politiques pour faire passer des mots d’ordre, permettre des rassemblements, etc., et même se substituer aux médias traditionnels à l’image des échanges lors du procès de Hosni Moubarak communiqués à l’extérieurde la salle d’audience (article en arabe), en dépit de l’interdiction de le faire, via la micro-messagerie d’un journaliste. (Le procès, d’ailleurs, doit reprendre dans quelques jours…) Il n’en reste pas moins que Twitter, comme Facebook et d’autres applications aujourd’hui à la mode, peut aussi se plier à des usages totalement contraires. Cet article du Guardian raconte par exemple comment les fidèles du régime syrien en font un usage intensif, soit pour contrer les informations mises en circulation par les opposants, soit tout simplement en les noyant sous un déluge de données sans pertinence, apparemment une assez bonne technique pour limiter l’impact d’informations non souhaitées…

Qu’on les juge positives ou négatives par rapport aux évolutions politiques, centrales ou périphériques vis-à-vis de leur déroulement, les technologies de l’information n’ont pas fini de poser des questions. Un an après ce que l’on considère comme le début du « printemps arabe », leur percée dans le monde arabe est plus impressionnante que jamais et c’est justement Twitter qui l’illustre le mieux. Comme le rappelle cet article dans Le Monde, on y est passé entre octobre 2010 à octobre 2011 d’un peu moins de 100 000 micro-messages par jour en moyenne à plus de 2 millions. La langue arabe arrive désormais à la huitième place sur Twitter, un classement qui n’a rien d’incongru si l’on sait qu’elle arrive en septième position (devant le français) sur le Réseau des réseaux…

L’affaire des présentatrices d’Al-Jazeera : grandes manœuvres dans les médias arabes

Elle, l’hebdomadaire qui lutte inlassablement pour l’émancipation de la femme française – avec cette semaine un important dossier sur le “régime Bikini” –, alertait ses lectrices il y a quelques jours sur le “chaos dans les locaux de la chaîne Al-Jazeera”. Introduit par un très professionnel conditionnel, l’article (non signé) expliquait que ce “chaos” était dû à la démission de cinq présentatrices soumises “à une forte pression au sujet de leurs tenues vestimentaires jugées indécentes et pas assez conservatrices pour la chaîne”.

“Courage, mesdames, face à l’obscurantisme et à la guerre sainte”, pouvait-on lire, sans surprise, dans les commentaires du site (à côté d’autres, il est vrai, plus pertinents). Avec juste un peu de mauvaise foi, “l’affaire des cinq speakerines”, ou bien 4, ou encore 8, revenait tout simplement, par le jeu de quelques interprétations audacieuses, à interroger la capacité de la principale chaîne d’information arabe (présente dans près d’un foyer sur deux) à concilier “sa mission en tant que BBC moyen-orientale” avec “le conservatisme de certaines sociétés où elle est diffusée” (The issue is likely to refocus attention on the difficulties Al-Jazeera faces in trying to reconcile its mission to be the BBC of the Middle East with the conservativism of some of the societies in which it broadcasts : The Telegraph, 31 mai).

Tout n’est pas faux dans l’information mise en ligne sur le site de Elle mais, à l’instar du commentaire du Telegraph, l’éclairage sur une chaîne suspectée d’être devenue la chasse-gardée des “islamistes” et autres “salafistes” (commentaire dans l’algérien Al-Watan par exemple) semble singulièrement biaisé. Pour ce qui est des faits, il est à peu près établi désormais que les problèmes, latents depuis au moins le début de l’année, ont éclaté le 25 mai dernier, lorsqu’un groupe de présentatrices, soutenues par nombre de leurs collègues moins audacieuses, ont présenté, en interne, leur démission collective.

Certes, une bonne partie de la presse internationale (et arabe comme on le verra) a titré sur “le problème d’Al-Jazeera avec les femmes” (comme l’écrit élégamment le Right Wing Liberal, un blog américain qui assume son titre), en utilisant des phrases chocs telles que : conflicts with management on their clothingclothing spat – clothing dispute – quit over ‘modesty’ dress comments – mass resignations [!!!] by Al Jazeera female anchors over dress code – row over ‘clothes and decency’. Pourtant, assez rapidement, et de manière de plus en plus affirmée (article en arabe du 5 juin sur Al-Duwaliya : merci Ben !), les journalistes en question ont fait savoir – en peine perdue ou presque -, d’abord que la question de leur code vestimentaire n’était pas le fond du problème, et même ensuite que ce n’était pas vraiment le problème, tout simplement !

Sur le plan des faits également, il apparaît que certaines démissionnaires ont disparu d’antenne, mais pas toutes (article en arabe dans Al-Hayat). Plus significativement, un rédacteur en chef, Ahmad al-Shaykh (أحمد الشيخ), a été “placardisé”, de même qu’un de ses principaux adjoints, Ayman Gaballah (أيمن جاب الله). L’un comme l’autre, selon cet article d’Al-Quds al-‘arabi (parmi bien d’autres), semblent avoir été sanctionnés pour leur mauvaise gestion de la crise et, en particulier pour le second, à cause d’un autoritarisme plutôt machiste… Une nouvelle réorganisation du desk information est annoncée par Waddhah Khanfar (وضاح خنفر), le directeur de la chaîne, laquelle réfléchit à la mise en place d’une “charte vestimentaire”, à l’instar de CNN ou de la BBC.

Quoi qu’en dise le quotidien Al-Hayat (article en arabe), on est donc probablement assez loin des faits quand on parle, à propos des présentatrices concernées, d’une “protestation contre l’exploitation de leur corps et de leur image” (إحتجاجاً على الإمعان في استلاب أجسادهن وصورتها). En revanche, l’avalanche de commentaires dans la presse s’insère fort bien dans le sempiternel débat, certainement bien intentionné (;-), à propos du droit des femmes (musulmanes bien entendu) à disposer d’elles-mêmes et, incidemment, sur les immenses difficultés des médias arabes, Al-Jazeera en tête, à incarner un journalisme de qualité dans des sociétés “parfois conservatrices”…

Si elle souligne une fois de plus combien le succès d’Al-Jazeera continue de lui valoir un certain nombre d’inimitiés, cette démission collective des icônes médiatiques incarnant un visage de la modernité arabe, et plus encore la manière dont cette crise a été médiocrement gérée, confirme aussi les difficultés de la chaîne qatarie. Alors que la politique médiatique de l’émirat connaît de grosses difficultés avec ce que Nesrine Malik appelle the “Islam-Online debacle” (le site, un des principaux portails arabes en ligne, est en grève depuis plusieurs mois et n’est plus renouvelé depuis quelques jours), la nouvelle grille des programmes, mise en place au début de l’année sur les conseils d’une société américaine, n’est pas, à l’évidence, un grand succès. Depuis, les démissions de journalistes importants se succèdent alors que s’ajoute à la concurrence d’Al-Arabiya une nouvelle menace, celle d’une méga-chaîne d’information que lancerait le groupe Rotana, désormais étroitement associé à Fox News (voir ce précédent billet). En effet, on sait, depuis avril dernier au moins (article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi), que l’Arabie saoudite a décidé d’accorder quelques licences pour des chaînes télévisées émettant depuis son territoire, et il semble bien également que le magnat des médias arabes, le prince Waleed ben Talal, est sur les rangs, et qu’il songe à confier la direction de la future “murdochtana” au célèbre journaliste Jamal Khashoggi (جمال خاشقجي), tout récemment “remercié” par le principal quotidien saoudien, Al-Watan, pour des propos un peu trop critiques sur le conservatisme religieux dans son pays.

Quant aux présentatrices démissionnaires d’Al-Jazeera, elles ont fait savoir que leur démission n’avait rien à voir avec ces grandes manœuvres médiatiques et d’éventuelles sollicitations de la part de chaînes concurrentes…

Mélange des genres en Arabie saoudite : quand la photo est bonne !

Cette photo (AFP), pas vraiment sublime, n’en est pas moins exceptionnelle. Abondamment diffusée dans la presse, ce portrait du roi Abdallah d’Arabie saoudite – et du prince héritier Sultan Ben Abdel Aziz pour atténuer l’impression qu’aurait pu donner la seule présence du souverain peut-être ? – est une petite révolution. Prise à l’occasion d’un séminaire sur la santé, elle montre les deux responsables saoudiens avec une joyeuse assemblée de leurs concitoyennes sujettes. Manière, pour les autorités saoudiennes, de signifier, sans avoir à le dire explicitement avec des mots qui blessent, que leur point de vue évolue sur la question de la mixité entre les sexes.

Car les mots pour dire ces choses ne sont pas faciles, sachant que la question de la séparation entre les sexes – assez disputée en casuistique musulmane – constitue la pierre de touche du système social érigé en norme par le courant religieux wahhabite vers la fin du XVIIIe siècle et utilisé ensuite par la famille des Al Saoud pour asseoir leur domination politique sur la majeure partie de la Péninsule arabique. Dans le langage courant, on parle souvent en Arabie saoudite de “mélange” (ikhtilât أختلاط, sous entendu, des sexes), un mot qui, comme le souligne cheikh Qardhâwî en personne, n’appartient pas à la tradition religieuse (article en arabe dans Elaph). Le mot “sonne” assez péjorativement en arabe et il faudrait mieux selon le global mufti parler d’association ou de rencontre entre les sexes (liqâ’ – muqâbala – mushâraka). La presse présente les choses souvent de manière plus neutre avec l’expression de “séparation des sexes” (fasl al-jinsayn), laquelle est prônée par les Wahhabites pour éviter l’abomination de la khalwa (خلوة), cet “isolement” (si l’on prend le mot au pied de la lettre) qui signifie en fait, sans que les choses ne soient vraiment dites, le “tête à tête” de deux êtres de sexe différents…

On le sait, les genres ne peuvent se mélanger qu’en vertu (?) de règles très strictes dans le royaume saoudien, et il y a même une police de mœurs dont un des rôles consiste à faire respecter cette loi. (Avec parfois des conséquences assez paradoxales, les teen-agers saoudiens devant ainsi supplier leurs sœurs ou leur mère de les accompagner faire du shopping dans les malls depuis la mise en place d’une règlementation limitant l’accès des jeunes mâles isolés, suite à trop d’incidents car les centres commerciaux étaient devenus de hauts lieux de drague !)

Dans la réalité, voilà des années que tout le monde (ou presque) a compris que les choses ne peuvent plus durer ainsi, sauf qu’il est fort difficile de revenir sur une règle qui, dans la pratique locale de l’islam saoudien, est pratiquement érigée en dogme. Depuis des années, les coups de boutoir contre cette (assez récente) tradition de la séparation des sexes se multiplient, dans des contextes différents, et selon des stratégies multiples où le choc des images sert à ébranler les certitudes, comme on le voit bien dans cette photo du célèbre prince saoudien, et richissime homme d’affaires qu’on ne présente plus, Al-Walid Ibn Talal, se faisant tirer le portrait, il y a tout juste un an, en compagnie de l’équipe féminine de foot de Jeddah (voir ce billet). (Le terrain de foot – on l’a d’ailleurs vu aussi en France – étant apparu comme une nouvelle conquête de la femme saoudienne venue, pas vraiment en masse mais tout de même, encourager son équipe nationale dans un stade rempli de mâles déchaînés : voir cet article en arabe dans Elaph).

Il n’est donc pas étonnant que l’épilogue des temps forts qui ont agité l’Arabie saoudite durant les six derniers mois ait été en définitive annoncé par la photo de la personnalité la plus libérale de la famille royale avec ses footballeuses préférées, et soit aujourd’hui donné grâce à celle qui ouvre ce billet, avec un roi fort bien entouré. Pour mémoire, rappel des principaux épisodes de ces éclats publics :
– Septembre 2009, le jour de la fête nationale, inauguration en grande pompe (tous les dignitaires du Royaume et quelques prix Nobel pour la photo là encore) de la King Abdallah University of Science and Technology (KAUST). On apprend à cette occasion que les femmes, y compris saoudiennes, n’auront plus l’obligation de porter leurs abayas ni de se voiler et qu’elles seront même autorisées à conduire à l’intérieur de ce campus de 36 km².
– Octobre 2009, cheikh Saad al-Shethry (سعد الشثري), membre du Conseil des grands oulémas est, fait rarissime, démis de ses fonctions par décret royal. Lors d’un entretien donné à la chaîne religieuse Al-Majd, ce membre éminent du Comité permanent des recherches et des fatwas avait critiqué cette introduction de la mixité dans la toute nouvelle université. Plus fondamentalement, le religieux luttait sans doute, avec certains de ses semblables, pour garder la main sur les programmes, via le maintien de comités de contrôle …
– Décembre 2009, Ahmed ben Qassem Al-Ghamidi (أحمد بن قاسم الغامدي), responsable, dans la très sainte ville de La Mekke, de la police des mœurs, suscite une véritable commotion dans la société saoudienne en affirmant que la mixité est un fait naturel et que ceux qui s’insurgent contre elle, alors que la sharia est muette sur la question, l’autorisent en fait au sein de leurs propres maisons, remplies d’employées qui y travaillent en présence de nombreux hommes étrangers ! (article en arabe sur Islam-Online avec traduction du passage le plus “saignant” dans Courrier international. Pareille déclaration, bien dans l’air du temps quoi qu’on en dise, n’est pas sans poser problème : que faire de tous ceux qui ont été emprisonnés, jugés, condamnés, pour un délit qui n’en serait plus un ?!!! Il y a eu sans doute un peu d’improvisation de la part d’un fonctionnaire zélé, pressé d’aller là où souffle le vent et on ne sait pas bien aujourd’hui s’il a été révoqué, maintenu en poste (aux dernières nouvelles, il valait mieux ne rien dire, selon cet article du Middle-East Online).
– Février 2010 enfin (mais la saga connaîtra certainement d’autres rebondissements), les milieux conservateurs contre-attaquent à travers la personne d’un religieux bien connu pour ses positions extrémistes. Cheikh Abdul-Rahman al-Barrak (عبدالرحمن البراك) utilise le registre classique de la fatwa (simple avis qui n’a pas valeur contraignante, rappelons-le) pour expliquer que la mixité au travail ou dans le cadre scolaire “prônée par les modernistes” est strictement proscrite car elle permet “de voir ce qui est interdit et autorise les hommes et les femmes à se parler, ce qui est interdit”. “Quiconque permet cette mixité (…) autorise des choses interdites est un infidèle, ce qui constitue une apostasie (…) Soit il se rétracte, soit il doit mourir (…) car il désavoue et n’observe pas la charia”. (Traduction récupérée ici ; texte arabe sur le site d’Al-Arabiya, avec un résumé en anglais).
Tollé dans la presse (toujours fort proche des milieux au pouvoir) ; coup d’éclat de la sympathique candidate saoudienne arrivée en demi-finale de la célébrissime émission Le poète du million, qui “se fait” les vieux cheikhs et se taille un beau succès dans les médias arabes et internationaux en dénonçant dans une belle improvisation lyrique et devant des dizaines de millions de téléspectateurs le chaos des fatwas ; fermeture début mars pour la forme du site du cheikh excessif (il fonctionne pourtant – le site ! – vous pouvez le vérifier !)

Malgré tout cela, “la messe est dite” oserait-on affirmer et la photo du roi en aimable compagnie est là pour nous dire que ce n’est qu’un épisode de plus dans une série de péripéties qui mènent inexorablement à la modernisation de l’Arabie saoudite, et à l’abandon, plus ou moins explicite/hypocrite, des contraintes, longtemps acceptées par les alliés occidentaux du Royaume et désormais de moins en moins supportées, à commencer par les couches les plus jeunes et les plus éduquées de la population.

Et s’il fallait s’en convaincre, et se souvenir qu’une bonne photo en dit parfois bien plus que de longs discours, on s’est beaucoup amusé en Arabie saoudite et dans le monde arabe de ce photogramme (lien sur le site de la chaîne Al-Arabiya) tiré d’une vidéo tournée il y a quelques jours à l’occasion de la célébration, au Koweït, du “jour de la femme” (comme quoi !) : malgré le cadrage serré, on y voit – regardez bien sur les côtés ! – le très sérieux cheikh Muhammad al-Nujaymi (محمد النجيمي), un des partisans notoires de cheikh Barrak (article en anglais) et de sa fatwa incendiaire contre la mixité. Le pauvre homme est en plein “mélange des genres”, et avec des femmes “en cheveux” s’il vous plaît !!!

Avis aux fidèles ! Dans la série de ce que j’appelle les “billets intermédiaires”, je voudrais bien me livrer, mardi ou mercredi, à une petite expérience. Pensez à ouvrir… (Vous pouvez aussi vous inscrire à un des flux de syndication, à droite de l’adresse ou tout en bas tout en bas de l’écran.

No (Coranic) Logo !

Y a-t-il un lien avec l’annonce d’un accord imminent avec la très américaine News Corp du très conservateur Rupert Murdoch (voir précédents billets sur cette question) ? Toujours est-il que les chaînes du groupe Rotana ont suscité bien des commentaires en diffusant, entre deux clips de chanteuses aguichantes, des spots publicitaires financés par les fondations humanitaires de Al-Waleed Ibn Talal (مؤسسات الوليد بن طلال الخيرية والإنسانية), par ailleurs richissime propriétaire de Rotana. L’un montre des jeunes se roulant un joint avec leurs photos de famille (curieuse idée !) et l’autre, en s’appuyant sur un hadîth (un « dit du Prophète »), martelle ce que peu de musulmans ignorent, à savoir que l’alcool est harâm !

Comme le rappelle Muhammad Khayr dans cet article (en arabe), ce n’est pas la première fois que ce type de messages est diffusé par des télévisions arabes. Il y avait déjà eu, lors du ramadan 2008, la campagne Rahma (Miséricorde : voir ce billet) qui avait fait pas mal de bruit et, depuis, la chaîne MBC avait également diffusé plusieurs spots sur le thème des valeurs morales de la jeunesse (البركة بالشباب Al-baraka bil-shabâb, à la fois « la jeunesse est une bénédiction et les jeunes font des œuvres pieuses »). On pouvait y voir par exemple un groupe de jeunes aux arrivées d’un aéroport. Quand l’un d’entre eux (casquette à l’envers, comme quoi Mme Morano sait de quoi elle parle !) part bille en tête dans une critique d’un jeune passager au look gentiment destroy que ses études à l’étranger, source de toutes les perversions, ont sans nul doute perverti, il se fait rabrouer par un de ses copains qui lui rappelle un autre hadîth célèbre : Recherche la science, jusqu’en Chine ! (sil le faut)

Comme la plupart des films publicitaires, ces vidéos disent bien des choses sur les sociétés arabes contemporaines. Mais elles posent aussi un problème intéressant, celui de l’utilisation de la « parole divine » dans un contexte profane. Si le message est incontestablement vertueux, son contexte immédiat, à savoir celui des émissions sur les chaînes qui le diffusent, ne l’est pas autant, qu’il s’agisse des clips de la chaîne Rotana ou des émissions de variété de la MBC. Pleinement morale en apparence, l’utilisation « publicitaire » des références au texte religieux finit donc par poser problème dès lors que la multiplication des références religieuses, dans des contextes trop prosaïques, entraîne un risque certain de « désacralisation ».

Certains religieux ne s’y trompent pas d’ailleurs. A la suite de bagarres entre supporters, une décision officielle est ainsi venue interdire en Arabie saoudite le port de maillots ornés de formules religieuses, sauf, précisément, pour les matchs de bienfaisance ! (article en arabe sur Islam-online). Plus récemment, c’est la très vénérable Al-Azhar, au Caire, qui, selon le Daily News, a dénoncé l’usage publicitaire, de la part de partis politiques ou de commerçants, des versets coraniques. Selon les propres termes d’un ancien mufti de la République, le texte sacré doit rester « un guide pour la vie et non pas un logo » !

No (Coranic) Logo, en somme, pour reprendre le titre célèbre de Naomi Klein! Sauf qu’au regard du nombre de versets qui ornent ne serait-ce que les taxis du monde arabe (tout en portant chance à leurs propriétaires), les recommandations des religieux risquent fort de rester lettre morte. Et ce n’est pas demain que les joueurs de foot cesseront de remercier Dieu en se prosternant sur la pelouse, action louable, à coup sûr, mais discutable sur le plan religieux! (voir ce billet.)

Sans doute, la parole divine s’est-elle aujourd’hui prodigieusement démultipliée dans l’espace arabe contemporain au point de sembler l’envahir, mais il n’est pas certain qu’elle ait conservé toute sa puissance d’évocation.

Géopolitique des médias arabes (2/2) : “Murdochtana”, la révolution néo-conservatrice.

La crise financière de l’hiver 2008 aura coûté au prince Walid Ibn Talal, de son propre aveu, un cinquième de sa fortune. On se situe dans les 5 milliards de dollars, grosso modo trois fois la valeur de Rotana… Dès lors, des questions se posent sur la stratégie du groupe dans la mesure où son secteur d’activité, de toute manière caractérisé par des retours sur investissements assez lents, est aujourd’hui terriblement frappé par la chute considérable du marché publicitaire.

Dans l’avenir immédiat, il semble tout de même à peu près certain qu’on ne reviendra pas tout de suite au joyeux temps de l’insouciance, lorsque que la production d’un clip coûtait couramment 1/2 million de dollars ou quand la facture de la seule petite fête organisée à  Beyrouth pour la signature de son contrat par Haïfa Wehbé, « la jolie fiancée » de Rotana, était évaluée à 40 000 dollars (quand aux montants des contrats, sans parler de leurs conditions, le secret est bien gardé !)

Voilà donc des mois que la presse arabe scrute la vie de ses vedettes et constate avec étonnement que les rares stars qui n’étaient pas encore au catalogue de Rotana, telle l’Algérienne Warda, ont désormais rallié la major du monde arabe, tout en prédisant dans le même temps que nombre de têtes d’affiche ont décidé de quitter en masse un navire qui fait eau de toutes parts.

Dans ce concert de rumeurs contradictoires, où l’intox se paie sans doute cash, on peut tout de même s’appuyer sur quelques certitudes. La première concerne Beyrouth que Rotana, 7 ans après s’y être installé en fanfare, s’apprête à délaisser au profit de Amman et surtout du Caire. La crise financière d’une part, la vigueur de la concurrence, notamment avec la MBC, de l’autre, expliquent en partie une décision qui est aussi la conséquence des luttes fratricides interlibanaises.

Et cela, paradoxalement, depuis l’annonce officielle de la fusion, durant l’été 2007, entre Rotana et la LBCI (devenue LBCSat et désormais possédée à 85 % par al-Walid Ibn Talal). S’appuyant sur les autres activités de la holding, le nouveau géant des médias arabes aurait dû se trouver en position de force dans le paysage médiatique arabe. En réalité, il semble bien que la greffe (article en anglais) n’ait jamais bien pris entre le groupe d’origine saoudienne, où l’on trouve par exemple la chaîne religieuse Al-Risâla, et la très légère LBC (dont l’acronyme anglais se lit en arabe comme « Va te rhabiller », impératif adressé à une femme qui pourrait être en l’occurrence n’importe laquelle de ses présentatrices qu’on dirait choisies, bien souvent, pour la seule qualité de leur plastique…)

A cela s’est ajoutée la guerre sans merci que se sont livrés Gabriel Murr (de la famille de la célèbre tour en ruines qui domine, depuis la guerre civile, le centre ville de Beyrouth), et « cheikh » Pierre Daher, directeur de la LBC, naguère fondée par les Forces libanaises (lesquelles forces continuent, via leur trop célèbre leader Samir Geagea, à réclamer leurs droits sur la station devenue une très belle affaire commerciale…)

Il semble bien que le combat livré par Pierre Daher contre Gabriel Murr se soit soldé par une victoire à la Pyrrhus. En effet, l’homme qui possède sa propre chaîne de télévision, la MTV, à nouveau en service depuis quelques mois (l’histoire est trop longue à raconter mais article très partisan ici), a décidé de cesser toute collaboration avec Rotana, ainsi privée des importantes facilités techniques de la société Studiovision. Plus grave pour le groupe saoudien  est le fait qu’Antoine Choueiri a pris position en faveur de Gabriel Murr. Dans une conjoncture très morose depuis la crise de l’hiver 2008, la défection du super patron de la publicité dans le monde arabe est assurément un coup dur (article en arabe dans Al-Akhbâr).

Si l’on ajoute à tout cela les déboires qu’aura connus al-Walid Ibn Talal par rapport à ses grandes ambitions cinématographiques (rapidement évoquées dans ces deux billets 1 et 2, on voit que la société Rotana a bien du mal à négocier sa « sortie de crise ». Et c’est naturellement dans ce contexte qu’il faut apprécier – sur fond de rumeurs entre un accord possible entre les deux autres grands acteurs du champ médiatique arabe, MBC et ART (voir le précédent billet) – les informations, presque officielles cette fois, à propos d’un accord entre Rotana et News Corps, l’énorme groupe médiatique de Rupert Murdoch (près de 24 milliards de dollars de revenus en 2005).

A vrai dire, le rapprochement entre les deux géants des médias est dans l’air depuis le printemps de l’année 2008 au moins, lorsque Rotana a choisi de concurrencer directement la MBC en faisant accord avec 20th Century Fox (fleuron du groupe News Corp) pour diffuser, au Moyen-Orient, la chaîne Fox Movies. A l’époque, Al-Walid Ibn Talal était déjà entré dans le capital du groupe News Corp à hauteur d’un peu moins de 5 %.

Un an après les premières indications à ce sujet, les discussions entre les deux magnats des médias sont apparemment sur le point d’aboutir (article en arabe, encore dans Al-Akhbar) en vertu duquel le groupe de Rupert Murdoch rachèterait entre 20 et 25 % du capital de Rotana (une transaction entre 250 et 350 millions de dollars). Accompagné par la nomination d’un administrateur de la News Corp au conseil d’administration de Rotana, cet accord serait renégocié dans un an.

Pour les médias du monde arabe, il s’agit bel et bien d’une révolution. Bien entendu, l’intégration d’une major arabe telle que Rotana au marché mondial, via cet accord avec News Corp, entérine la prise de pouvoir médiatique, sur la scène arabe, des groupes saoudiens. Incidemment, on notera aussi la marginalisation de Beyrouth, écartée de l’industrie de l’entertainment arabe au profit d’autres capitales régionales. Mais le plus significatif reste incontestablement la naissance de la Murdochtana, monstre quelque peu effrayant qui voit le groupe de l’émir al-Walid Ibn Talal dont les images de rêve forgent l’imaginaire de la jeunesse arabe s’allier à celui de Rupert Murdoch, le propriétaire de la Fox News, une des voix les plus outrageusement néo-conservatrices, au sens donné par l’administration de Georges Bush à ce terme…

Géopolitique des médias arabes (1/2) : Rotana, mondialisation et normalisation

Déjà présents dès la fin des années 1970 dans la presse imprimée (« imprimée » est une manière très inexacte de présenter les choses car leurs investissements massifs viennent précisément avec les premiers pas de la numérisation des quotidiens Al-sharq al-awsat et Al-Hayat), les Saoudiens commencent à investir dans les médias audiovisuels, et notamment dans les télévisions satellitaires, à la suite de la première Guerre du Golfe (1991).

Sur le registre officiel, l’infléchissement des décisions politiques, avec par exemple la prise de contrôle de facto du programme Arabsat, est sans doute un peu plus ancien. Néanmoins, l’arrivée des capitaux saoudiens dans les nouveaux médias panarabes se fait au début des années 1990, souvent à travers des hommes d’affaires liés, d’une manière ou d’une autre, à la famille royale.

Walid Ibrahim lance ainsi la MBC (Middle East Broadcasting Center), la première véritable chaîne panarabe, dès 1991. Puis viennent Saleh Abdullah Kamel avec ART (Arab Radio and Telvision Network) en 1993, suivi par le groupe Mawarid avec Orbit en 1994 (dont la rupture avec la BBC Arabic, en 1996, donnera un sérieux coup de pouce à la naissante Al-Jazeera au Qatar). Quant au prince Al-Walid Ibn Talal, le magnat des médias arabes, il ne fait sa véritable apparition dans cet univers qu’en 2003, lorsqu’il rachète, pour quelque 100 millions de dollars, les parts de Saleh Abdullah Kamel dans la LBCI (Lebanese Broadcasting Corporation International), passée au satellite en 1996.

Ce janus arabo-mondialisé (cf. ces deux photos) figure régulièrement parmi les 20 plus grosses fortunes mondiales : entre 20 et 25 millions milliards (!) de dollars, selon les variations de la Bourse, ce qui lui permet de s’offrir de menus plaisirs tels la résidence de la famille Bruni, non loin de Turin, pour 17,5 millions d’euros. Né, en 1955, sous une bonne étoile – il est à la fois le petit-fils du roi Abdulaziz ibn Saoud et de Riadh El-Solh, grande figure de l’indépendance libanaise, et il a même quelques liens avec la famille royale marocaine –, al-Walid Ibn Talal a mis en place, au fil des ans, un véritable empire médiatique, via la Kingdom Holding Company (المملكة القابضة‎ , au nom plus équivoque en arabe car on pourrait s’amuser à le traduire par “Le royaume qui en a plein la pogne”!).

Groupe privé qui s’appuie notamment sur sa participation au capital de Citigroup (un peu moins de 5 %, un « coup » réalisé en 1991 et qui a donné à Walid Ibn Talal sa stature internationale), la Kingdom Holding investit dans toutes sortes de secteurs, mais en particulier dans les nouvelles technologies et les médias. Dans ce dernier domaine, elle contrôle les titres les plus importants de la région (Al-Sharq al-awsat et Al-Hayat pour les quotidiens panarabes, Al-Nahar et Al-Diyar au Liban…), mais le fleuron du groupe reste Rotana, créée en 1987, qui regroupe des chaînes télé de divertissement (Music, Clip, Cinema, etc. ), des radios (un projet en développement pour les années à venir), une maison de disques (Rotana Records) diffusant, à quelques exceptions près, la totalité des stars de la chanson arabe, une société de spectacles (Rotana Events), une agence de publicité, un hebdomadaire spécialisé, et depuis peu une chaîne de cafés branchés, les Rotana cafés, destinée à bourgeonner dans toutes les grandes villes de la région. Aujourd’hui, Rotana « pèse » environ 1,5 milliard de dollars…

Entreprise « intégrée » de telle sorte qu’elle règne sur toutes les étapes de l’industrie de l’industrie globalisée des loisirs, Rotana sait intégrer la dimension locale propre au monde arabe, avec par exemple Al-Resalah (الرسالة), un récent investissement (2006) pour occuper le créneau important des chaînes islamiques. Pour autant, on ne fait pas de politique chez Rotana, dont le « métier » consiste à vendre du loisir et de la distraction à la jeunesse arabe, un énorme gisement avec près de 40 % de la population qui n’a pas 15 ans (rapport UNDP 2002).

Cependant, la politique n’est jamais bien loin de la culture, et singulièrement dans cette région du monde. Entreprise spécialisée sur le marché de l’entertainment arabe, Rotana développe ses activités dans un secteur qui est en quelque sorte le fer de lance de la mondialisation, tant financière et économique que « culturelle ». Son développement, qui passe par des accords avec les majors internationales, pose inéluctablement la question de la « normalisation » avec Israël. On l’a vu par exemple lors de l’accord conclu en juin 2008 avec la société Sony dont Rotana est devenue la représentante exclusive pour l’ensemble de la région, ce qui implique naturellement une collaboration avec les sociétés israéliennes, ne serait-ce que pour l’exploitation du marché palestinien (article en arabe dans Al-Akhbar).

Mais plus fondamentalement, la logique même des échanges sur un marché (en partie) dématérialisé produit des effets assez dérangeants au regard des représentations géopolitiques traditionnelles. Un site tunisien spécialisé, Tekiano.com, indiquait ainsi tout récemment que figurait désormais parmi les 10 premiers sites les plus fréquentés par les internautes locaux une adresse… israélienne, celle de Panet.co.il (capture d’écran à gauche, détail avec lettres en hébreu, ci-dessous).

En réalité, les internautes tunisiens ne font que suivre un mouvement général puisqu’on retrouve au premier rang des utilisateurs de ce site israélien (créé par Basam Jaber, un « Palestinien de 48 »), des internautes locaux d’Israël et des Territoires occupés, mais aussi des Egyptiens, des Marocains et des Saoudiens.

Et tous sont à la recherche, sur le segment israélien de la Toile, des précieux fichiers vidéo et MP3 des vedettes… de la très saoudienne et arabe Rotana pour laquelle mondialisation rime nécessairement avec mondialisation.

(Une association dont les ramifications plongent plus profond encore, mais ce sera la semaine prochaine !)