Hatoon Kadi, une femme du “pays des hommes” dans les réseaux sociaux

kadi

Dans l’actualité déprimante du monde arabe, les informations qui ouvrent à quelque chose d’un peu moins sombre sont suffisamment rares pour être soulignées. Raison de plus pour s’intéresser à l’apparition, sur la scène publique du « pays des hommes », d’une humoriste, une femme donc.

Classée dans le peloton de tête des pays les plus consommateurs des nouveaux médias, l’Arabie saoudite connaît depuis 2010 un étonnant phénomène, celui de l’essor fulgurant, sur YouTube, d’une jeune génération d’acteurs, animateurs, comédiens qui, sur un mode inspiré de la stand-up comedy à l’américaine, se livrent à une critique moqueuse des travers de la société saoudienne. Il arrive que cette production se fasse le relais des grands débats de société, comme en témoigne le célèbre No Women No Drive, détournement par Hisham Fageeh d’un tube de Bob Marley au plus fort d’une campagne (infructueuse) pour le droit des femmes à conduire. Toutefois, jusqu’à présent en tout cas, les lignes rouges ne sont jamais dépassées. Rapidement intégrées dans les circuits commerciaux, avec de jeunes sociétés de production – la plus importante étant sans doute Uturn – qui s’efforcent d’exploiter ce nouveau segment du marché, les vedettes du YouTube illustrent certes l’impatience de la jeunesse locale, mais aussi la solide rigidité du système saoudien. A l’image des mobilisations de l’année 2011, il faut certainement se garder d’extrapoler trop vite à l’ensemble du corps social les images de « modernité » qu’offrent les réseaux sociaux locaux.

Signe, d’ailleurs, de ce décalage entre les différentes composantes du public, l’échec des différentes tentatives qui, depuis deux ans déjà, s’efforcent de faire migrer vers les studios télévisés les jeunes vedettes d’internet. Plusieurs formules ont été tentées, en direct ou non, et elles se sont toutes soldées par des déconvenues pour leurs producteurs. Lancées par la grande chaîne arabophone MBC durant le dernier mois de ramadan, des émissions comme Kalemten wu bass (Deux mots, c’est tout !) ou Dot.shebab (.jeunes) n’ont guère soulevé d’enthousiasme. Pour leurs animateurs, vedettes confirmées des réseaux sociaux, c’est parce que les producteurs ont écrasé la légèreté du format internet sous la machine télévisuelle. Ou encore parce qu’ils se sont contentés d’engager quelques têtes d’affiche, sans prendre en compte le fait que la réussite d’un produit en ligne tient à la composition d’une équipe.

On pourrait estimer également que les consommations audiovisuelles sont désormais bien distinctes : la téléphagie familiale n’intéresse plus les classes d’âge les plus jeunes qui, en Arabie saoudite comme ailleurs, délaissent le petit écran collectif pour l’intimité de leur ordinateur ou de leur smartphone. Au-delà de ce constat, on peut aussi imaginer que les sketches sur YouTube ont une économie narrative (rythme, connivence avec l’internaute, etc.) qui ne peut fonctionner à l’identique sur le support télévisé (même s’il y a des réussites dans le sens inverse, à savoir l’adoption de formats télé sur internet tels que la web-série Shankaboot par exemple).

La « vague de fond » des pratiques en ligne en Arabie saoudite a donc ses limites. Le souligner, cela ne revient pas à nier l’importance des mutations en profondeur qu’entraîne dans les sociétés du Golfe l’existence, de plus en plus manifeste, d’une « culture internet ». De ce point de vue, il faut souligner l’apparition, il y a plus d’un an, de Hatoon Kadi (هتون قاضي), une jeune femme qui s’est bâtie son « petit royaume » sur la scène médiatique saoudienne.

Blogueuse pour rire dans un premier temps, ses premières interventions dans lesquelles elle se moquait de ce qu’elle appelle la kawalana (la cool attitude) chez une partie des femmes de son pays a vite attiré l’attention des internautes. Rapidement, elle a su convaincre les jeunes dirigeants de la société de production Uturn qui l’ont fait apparaître sur leur canal YouTube dès l’été 2013 et l’ont aidée, en lui adjoignant toute une équipe de créatifs, à donner un tour plus professionnel à ses interventions sur les réseaux sociaux dans un programme intitulé Noun al-niswa (“F” comme femme). Cet été, la consécration est venue avec la prise en charge, au côté d’une autre vedette venue du YouTube saoudien, d’une émission durant ramadan sur la grande chaîne arabophone MBC.

Des femmes dans la vie publique saoudienne, ce n’est pas si fréquent mais cela existe. En politique rarement (une vice-ministre, à l’Education), dans le secteur économique parfois, et plus souvent dans l’univers de l’éducation et de la recherche, on observe ainsi quelques trajectoires professionnelles particulièrement brillantes. Mais presque inévitablement, il s’agit d’« héritières », des jeunes femmes dont le succès a été possible grâce à leurs très bonnes origines sociales. Dans les cercles artistiques, et plus encore lorsqu’il s’agit des arts du spectacle, le milieu familial est bien entendu tout aussi important. Haifaa al-Mansour (هيفاء المنصور), la réalisatrice du très célèbre Wadjda, née dans une famille d’intellectuels et d’artistes célèbres, est mariée à un diplomate nord-américain…

Rien de tel chez Hatoon Kadi, dont l’habitus, pour parler comme Bourdieu, est clairement petit-bourgeois modeste. La première vedette féminine des réseaux sociaux arabes récuse toute idée de transgression et affiche une rondeur toute familiale (voir photo ci-dessus). Interviewée, elle ne cache rien de sa vie ordinaire de mère de famille, en reconnaissant que ce n’est pas forcément très glamour. Le parcours de cette femme ordinaire mais néanmoins éduquée (elle poursuit une thèse en Grande-Bretagne sur l’utilisation des nouvelles techniques éducatives dans son pays), qui remet en question la modestie traditionnelle de la femme, surtout dans le Golfe, en rivalisant d’humour avec les meilleurs comiques de son pays permet de se rendre compte des évolutions en cours dans la société saoudienne (et il faudra bien qu’elles trouvent un jour une traduction politique).

Une femme, furieusement drôle, sur internet et à la télé : la chose va si peu de soi que les mots manquent pour le dire ! Evoquant Hatoon Kadi, le journaliste (pourtant ultra-libéral) Dawood al-Shiryân, l’a présentée – à la grande fureur de l’intéressée – en utilisant le mot fannâna (artiste), un terme déplacé, soit parce qu’il est trop vulgaire (« Je ne suis pas une danseuse orientale ! » s’est exclamée l’intéressée), soit parce qu’il ne correspond nullement à ses activités professionnelles en tant qu’humoriste, tout simplement.

« Hatoon Kadi, avec un “a” et sans l’article, c’est bien assez ! » comme elle le dit elle-même vers la fin de cette vidéo (malheureusement sans sous-titres). Juste une femme quoi !

Promesses de “printemps” dans les réseaux sociaux saoudiens

saoudieathéiste

On ne prête qu’aux riches ! S’il s’agit de l’attention médiatique, la formule s’est vérifiée une fois de plus avec les très nombreux commentaires, dans le monde arabe en particulier, suscités par la mise en ligne sur YouTube de brèves vidéos saoudiennes contestataires. Depuis quelques semaines, différentes vidéos (article en arabe dans Al-Akhbar avec de larges traductions en anglais) d’un genre particulier ont été « postées » sur YouTube, lequel joue en Arabie saoudite qui en est, ainsi que de Twitter, un des plus gros utilisateurs mondiaux, un rôle très particulier, comme une sorte de chambre d’écho sociale et politique des débats qui se tiennent difficilement ailleurs.

Sur les vidéos en question, visionnées plusieurs millions de fois pour certaines d’entre elles, on voit invariablement, en plan rapproché (souvent avec un cadrage inférieur à celui de l’image, ce qui doit correspondre à l’usage d’un smartphone ou quelque chose de ce genre) un homme qui adresse à la caméra un discours véhément, lequel s’achève, dans la plupart des cas, par la mention de son identité attestée par un document brandi devant l’objectif de la caméra.

C’est Abd-al-Aziz Muhammad (bin al-fahd) al-Dusari qui, le premier, a rappelé au roi du pays, dans une vidéo de trente secondes mise en ligne le 22 mars, qu’il ne pouvait pas s’en sortir avec moins de 500 euros par mois. « Est-ce que ça suffit pour une dot, pour une voiture, un foyer ? Nous sommes à bout et vous condamnez ceux qui posent des bombes. Frère ! [Il s’agit du roi] Combien de temps nous faudra-t-il supplier pour recevoir l’argent du pétrole ? Donnez-nous ce que vous jetez par les fenêtres, vous et vos enfants, donnez-nous ce qui est notre droit. » (، هل هذه تكفي المهر ولا (أو) سيارة ولا (أو) البيت… يا أخي ملّينا، وتلومون اللي يفجرون… يا أخي اعطونا الى متى نشحدكم من البترول يا أخي. أعطونا ما تلعبون به أنتم وعيالكم… اعطونا من حلالنا. )

Dès le lendemain, Abdullah (Mabruk) Bin-Uthman al-Ghamdi apparaissait à son tour sur YouTube pour dire combien il était d’accord avec al-Dusari et pour appeler d’autres Saoudiens à l’imiter pour que leur voix atteigne « le Gardien des deux saintes mosquées » et qu’il mette un terme à la corruption et à l’injustice dans son pays. Le 27, c’est au tour de Sa’ud (Mardi Abdullah al-Bidani) al-Harbi qui revient sur des demandes tellement « simples » : se loger, avoir une vie décente… « Pas besoin d’avoir recours à Twitter ou quelque chose de ce genre… Toutes nos demandes, vous les trouverez dans la corbeille à papiers d’Al-Toueijri [le conseiller du roi]. Ne poussez pas les gens à protester, ne les obligez pas à descendre dans la rue parce que les voitures noires de la police sont tout simplement pas assez nombreuses par rapport aux voix des gens qui sont libres. C’est facile pour nous de descendre dans la rue et de réclamer nos droits, pacifiquement bien entendu. » ( مطالبنا سهلة… ليس هناك حاجة لفتح باب تويتر أو ما شابه. كلها موجودة في سلة مهملات التويجري (أي خالد التويجري مستشار الملك عبد الله)، لا تلزمون الشعب بالتحرك السلمي، لا تلزمونا بالنزول للشارع، ببساطة لأن عدد سيارات اليوكن الأسود أقل بكثير من عدد الأحرار فنحن من السهل أن نذهب ونطالب بحقوقنا بطريقة سلمية طبعاً )

Le ton monte progressivement, ainsi que le rythme des apparitions. Le 30 mars, c’est un médecin, Abd-al-Rahman Ali Ahmad al-Ghreidi al-Assiri, qui confirme la pauvreté qui sévit dans certaines régions du pays. Le 31, Wafi Mardi Abdullah al-Bidani al-Harbi, le frère de Sa’ud qui avait pris la parole quatre jours plus tôt et Mu’adh bin Sulaiman Al-Juhani interviennent, l’un et l’autre pour protester contre les arrestations de ceux qui ont osé prendre ainsi la parole publiquement sur YouTube. Le 2 avril, les fortes têtes reçoivent un nouveau soutien, anonyme cette fois, ce qui se comprend mieux au regard de la répression et du message qui est lancé : « Vous les gens des deux saintes mosquées, tous les peuples chassent leurs gouvernants quand ils se sont comportés en voleurs… Alors, quand dirons-nous aux voleurs qu’ils n’ont pas leur place chez nous ? » ( كل شعوب الأرض تأتي بحكامها وتطردهم عندما يتحوّلون الى لصوص، فمتى نقول للصوص لا مكان لكم بيننا)

Il y a eu aussi la création sur Twitter, de hastags tels que « le peuple a son mot à dire » (الشعب يقول كلمته) ou bien « mon salaire ne me suffit pas » et même « le roi ne me représente pas » ! Et également de nouvelles prises de position publiques sur YouTube. La plus spectaculaire peut-être reste celle d’une jeune femme (vidéo ici) qui intervient voilée, selon les normes en vigueur dans son pays, mais qui brandit tout de même rituellement sa carte d’identité (avec sa photo masquée) à l’appui de ses dires : en gros, je suis avec les braves qui ont pris la parole, je parle en toute connaissance de cause contre la corruption et le reste de ce qui ne va pas dans le pays…

Pour l’heure, il n’y a pas eu d’interventions plus récentes. Il faut dire que la répression, même si elle n’est pas connue dans ses détails, est sévère, comme d’habitude pour ce genre de délits : prison ferme, interdiction de voyager, amende, interdiction d’utiliser les réseaux sociaux…. Plus encore que les années précédentes (voir quelques références à la fin de ce billet) les sanctions sont sévères. Au début du mois de mars, deux hommes ont ainsi été condamnés pour des Tweets à neuf et dix ans de prison. L’un d’entre eux (pour l’autre, son identité n’a pas été révélée) est un jeune militant de 23 ans, Muhannad al-Moyahmeed, condamné pour un crime qui est en soi tout un programme, « sédition contre l’Etat et moquerie à l’encontre de son chef » («التحريض على الدولة والسخرية من وليّ الأمر»)…

Qu’est-ce qui fait donc si peur aux autorités saoudiennes ? demande ingénument la chercheuse saoudienne très critique (vivant en Grande-Bretagne) Madawi Al-Rasheed. Dans un entretien (en anglais), elle revient sur le rôle d’internet en évoquant notamment la diffusion virale, sur la Toile, d’images révélant le luxe fastueux du palais royal, mises en circulation à l’occasion de la visite récente de Barack Obama. Dans ce pays où toute expression politique est muselée, les réseaux sociaux ne sont-ils pas la seule manière ou presque d’exprimer une parole publique ? A ceux qui pourraient lui rétorquer qu’il existe malgré tout des lieux, tels que les traditionnelles assemblées privées (diwaniyyés) et autres clubs et cafés plus ou moins culturels, on signalera que, précisément, la dernière foire du livre de Riyad, un des timides lieux d’échanges (d’autant plus que c’est [parfois] mixte !!!) a connu en mars dernier une censure plus rigoureuse que jamais.

Après trois années relativement « libérales », les autorités saoudiennes semblent bien changer de tactique et choisir la répression à outrance (article dans le Gardian et un autre, plus récent, dans Al-Monitor). Il ne s’agit plus seulement de s’en prendre aux voix relativement connues, ou encore particulièrement irrespectueuses, mais de pourchasser sur le Net les moindres velléités critiques. Tout récemment, une société spécialisée locale a ainsi annoncé triomphalement (article en arabe) la mise au point d’un super logiciel espion qui permettrait de pourchasser tous ceux qui se livrent à de mauvaises pratiques sur les réseaux sociaux.

Faut-il croire sur parole ces ingénieux ingénieurs ? Pas certain en tout cas que cela soit totalement efficace vis-à-vis d’une contestation qui a suffisamment évolué pour choisir aujourd’hui, et le fait doit être souligné très fortement, de sortir de l’anonymat et d’apparaître au grand jour, sous son nom réel et non pas sous le masque d’un avatar anonyme. (A propos de masque, on lit avec amusement – ou consternation – que celui de Vendetta, rendu célèbre par les Anonymous et devenu un symbole des contestations actuelles dans le monde, est officiellement interdit dans le Royaume depuis le moins de janvier dernier : article en arabe).

Il faut le souhaiter pour l’avenir de la monarchie saoudienne car la marmite numérique bout à gros bouillons contestataires, et il ne va pas être facile de refermer le couvercle ! En plus des libéraux qui veulent une meilleure gouvernance, il faut en effet compter aussi sur les radicaux de l’islam politique qui se montrent particulièrement efficaces sur le réseau des réseaux (article en arabe). Mieux, ces contestations ne se limitent pas à la seule sphère du politique mais « empoisonnent » tous les secteurs de la vie publique : simples citoyens désireux d’une vie normale (campagne pour les droits civiques, telle la possibilité pour les femmes de conduire), athées affichant fièrement leur incrédulité (article en arabe d’où est tirée l’image en haut de ce blog, prise devant la Kaaba !), sans oublier les comptes Twiter plus ou moins pornographiques (article en arabe) qui traduisent à leur façon un évident désir de liberté… sexuelle au moins !

Manifestement, les déceptions, en bien des lieux du monde arabe, vis-à-vis des promesses du printemps ne semblent pas devoir calmer les ardeurs des Saoudiens et des Saoudiennes.

Post-scriptum : une seconde femme apparemment, et la série n’est pas forcément terminée, selon cet article sur le site d’Al-Quds al-‘arabi, lundi 14 avril au soir.

Quelques références précédentes dans ces chroniques à propos du numérique saoudien :
« No woman, no drive », la génération YouTube en Arabie saoudite – 5 novembre 2013 – 28 octobre 2013
Le “petit juge” islamique et le gros compte Twitter : al-Arifi vs al-Ghaith – 6 mai 2013
Arabie (postmoderne) saoudite : des effets pervers sur YouTube ! – 15 octobre 2012
Comment des tweets d’anniversaire ont déclenché une « guerre internet de quatrième génération » en Arabie saoudite ! – 20 février 2012
Un prince saoudien dans le capital de Twitter (1/3) – 26 décembre 2011

« No woman, no drive », la génération YouTube en Arabie saoudite

En quelques jours à peine, la « jeune chanson » saoudienne a explosé sur les réseaux sociaux. Réalisée en soutien à la « campagne du 26 octobre » pour que les femmes saoudiennes puissent « choisir de ne pas conduire » et non pas y être obligées par la loi, No Woman, No Drive, la vidéo du comédien Hisham Fageeh continue à attirer les internautes : ils sont désormais presque dix millions à l’avoir visionnée.

La suite, cette semaine, c’est sur orientxxi.info !

orientxxi

“Shankaboot” : une petite révolution sur le web arabe

 

www.shankaboot.com

 

Les mots-valises sont rares en arabe, mais quand il y en a, ce sont de vraies trouvailles ! Mahmoud Darwich avait ainsi inventé, dans Une mémoire pour l’oubli, “sirnâma” (سار + نام), marcher dans son sommeil, somnambuler. Dans un tout autre registre, on a aujourd’hui shankaboot, forgé sur « réseau » et « araignée » (شبكة + عنكبوت), deux des mots utilisés pour désigner le Web. “Shankaboot”, c’est le nom que donne Suleiman à son scooter, son instrument de travail à Beyrouth où il s’est « inventé » un métier. Suleiman a quinze ans – même s’il affirme qu’il en a 20 – , il ne va pas à l’école et gagne sa vie en livrant tout ce dont le voisinage peut avoir besoin. L’occasion pour lui de voir s’ouvrir toutes les portes, de rencontrer toutes sortes de personnes, et de vivre bien des aventures que raconte Shankaboot, la web drama du même nom.

Lancé en mars 2010, le premier feuilleton arabe sur internet en est aujourd’hui à sa cinquième saison (à raison d’une dizaine d’épisodes par saison). L’effet de nouveauté est passé, la shankamania est peut-être un peu retombée, mais durant les six premiers mois le site a tout de même attiré plus de 100 000 visiteurs (jusqu’à 2 000/jour), 320 000 épisodes avaient été vus sur YouTube, et 30 000 sur Facebook où la page de la série rassemble aujourd’hui presque 30 000 membres… Une réussite saluée par de nombreux prix internationaux, tel que le prestigieux Digital Emmy Awward en 2011.

Shankaboot est produit par Batoota Film, une société de production fondée par Katia Saleh, une « ancienne » de Channel 4. Une expérience qui a dû l’aider à convaincre le BBC World Service Trust, un fonds d’aide à la création surtout pour les pays d’Afrique, d’Asie ou du Moyen-Orient. En effet, cette web drama n’est pas un produit commercial même si, le succès aidant, elle pourrait évoluer en film ou drainer quelques rentrées publicitaires. Au contraire, c’est une production en quelque sorte « engagée ». A la manière d’aujourd’hui, surtout pour son public cible, la tranche des 15-25 ans (voire un peu plus), cette génération des « natifs du numérique » dans le monde arabe qu’on a vu à l ‘œuvre, avec des fortunes diverses, dans les divers soulèvements de l’année 2011 (le lancement de la 4e saison de Shankaboot a même été quelque peu perturbé par la chute de Moubarak !). Gavée de chaînes satellitaires et de vidéoclips, la jeunesse arabe – en tout cas celle des middle class urbaines – se tourne de plus en plus vers internet qui lui offre un univers de possibilités qui, avec les applications nomades pour smart phones, accompagnent sa vie quotidienne.

A l’origine, le « concept » d’une série internet n’a bien entendu rien de spécifiquement arabe mais le projet de l’équipe de Shankaboot (6 scénaristes, avec en particulier Bassem Breish) est précisément de proposer au public local quelque chose de différent des feuilletons turcs ou mexicains. Montrer ce dont les médias mainstream ne parlent pas, contribuer à créer, parmi les jeunes générations branchées en permanence sur le numérique, une conscience sociale en n’hésitant pas à traiter de problèmes aussi tabous que la drogue, le confessionnalisme, les relations de classe (mais si !), la prostitution et le sexe, la situation des (esclaves) domestiques, la course à l’argent et au paraître, etc. Autant de sujets qui passionnent la jeunesse, et qui « passent » parfaitement car Shankaboot s’inspire d’histoires quotidiennes pour mettre en scène des personnages ordinaires (les acteurs sont amateurs), qui parlent le langage de la rue.

http://www.facebook.com/shankaboot

Pas de sermons ni de leçons de morale, mais tout cela reste bien superficiel, diront les grincheux ! (D’autant plus que chaque épisode ne dure que 5 minutes, menées à train d’enfer, à la fois pour s’adapter aux modes de consommation du public et pour tenir compte des débits très médiocres d’internet au Liban avec des temps de déchargement qui ne sont acceptables pour l’internaute que s’il découvre à chaque fois des séquences très brèves. Mais précisément, Shankaboot, ce n’est pas que le feuilleton : le site où l’on peut visionner les épisodes (en plus de Facebook et YouTube) est conçu comme une plate-forme interactive où les fans sont appelés à débattre sur les sujets évoqués dans les séries et même à intervenir sur certains aspects de l’histoire. Il y a aussi des rencontres scolaires, et surtout des ateliers qui s’efforcent de faire essaimer « l’esprit Shankaboot » dans la région (un tiers des visiteurs provient de Jordanie, d’Egypte et d’Arabie saoudite semble-t-il). Dans la rubrique « shankactive », on trouve ainsi plusieurs mini-projets, tournés sur des téléphones portables – on est pas très loin de la révolution “pixelisée” voir ce billet –, de préférence un Nokia, société qui a développé une application pour faciliter le visionnage de la série ! Là encore, on n’est jamais très loin du politique, comme dans cette séquence, mise en ligne en mai 2011, où l’on voit une jeune Syrien chercher partout dans le pays la tombe la moins chère possible…

Internet, principal vecteur de diffusion d’une série destinée au 15-23 ans du monde arabe pour évoquer les vrais problèmes dans cette région, selon des modalités narratives qui assument leur rupture avec les codes narratifs traditionnels : Shankaboot, imaginé en 2009 et mis en ligne à partir de mars 2010, était bien, à plus d’un titre, une petite révolution sur le web arabe !

Tout un dossier de presse est disponible sur le site de la première web drama arabe où l’on peut bien entendu visionner tous les épisodes, sous-titrés qui plus est !

Rap et “Bloc identitaire” : du travail d’Arabe !

 

Rien ne va plus en France ! Un certain “Bloc identitaire” mobilise à Grenoble contre le “racisme anti-blanc” de Kerry James, un rappeur natif de la Guadeloupe que n’ont pas convaincu les propos de l’ex-président Nicolas Sarkozy sur la colonisation1. Ces militants qui cherchent à préserver nos « identités historiques et charnelles » semblent trouver leur inspiration au-delà des frontières, chez les Arabes en plus ! Au Maroc, où la justice est bien tenue, on vient de condamner un rappeur. Avec une belle constance car c’est la seconde fois que L7a9d (lire : al-Haqed الحاقد) subit un traitement que l’extrême droite française aimerait peut-être faire appliquer en France. Arrêté le 29 mars dernier, le jeune rappeur proche du mouvement du 20 février se voyait reprocher cette fois une vidéo mise en ligne sur YouTube (elle n’est plus disponible). Pour illustrer les paroles d’une de ses chansons, Les chiens de l’État (كلاب الدولة), on voyait une séquence où des policiers à tête d’âne maltraitaient un citoyen.

Suite à une plainte déposée par la Direction générale de la sûreté nationale, le tribunal a prononcé une peine d’un an de prison (ferme) et 90 euros d’amende pour « outrage à un officier public dans le cadre de ses fonctions et à un corps constitué ». « Un an ferme », cela paraît être le tarif en vigueur auprès des tribunaux du pays. Rachid Niny, ex-rédacteur en chef du quotidien Al-Massae (المساء  : arabophone, la plus grande diffusion dans le pays), vient en effet d’être libéré il y a quelques semaines, après une année derrière les barreaux pour « atteinte à la sécurité du pays et des citoyens ». Était en cause cette fois une série d’éditoriaux (sous le titre « Voyons voir ! » شوف تشوف), qui s’intéressaient trop à la question de la corruption. Fidèle au principe de l’indépendance de la justice, le roi a préféré ne pas user de son droit de grâce en février dernier, afin que le condamné « fasse son temps », comme l’avait prévu la loi.

De telles condamnations doivent faire rêver les « identitaires » sur les rives de l’Isère… Hélas, même au Royaume enchanté du Maroc les choses évoluent, à cause de cette Constitution que le souverain marocain a proposé en référendum en juillet dernier, et qui prévoit expressément (article 92) une stricte séparation des pouvoirs. Ces jours derniers, quelque 1 800 juges, réunis au sein du Club des magistrats du Maroc (نادي قضاة المغرب ), une création du « printemps marocain » là encore, ont signé une pétition pour que soit acté le nouveau statut constitutionnel de la justice.

Ce n’est pas le nouveau ministre en charge de la loi marocaine qui les contredira. En dépit d’une promesse du parti Justice et développement (PJD, un parti dit « islamiste ») dont il est proche, il avait fait savoir avant le jugement du rappeur L7a9d qu’il n’interviendrait pas, au nom du sacro-saint principe de l’indépendance de la justice. On attend avec intérêt les positions du PJD sur les transformations constitutionnelles à venir…

La vidéo incriminée n’est donc plus en ligne, mais on peut encore écouter le titre ici. On y trouve les paroles en arabe marocain et je me joins à Ted Swedenburg pour réclamer une traduction (français, anglais ou espagnol, au choix!). L7a9ed (vous vous habituerez à cette écriture, couramment pratiquée par un hebdo comme TelQuel au Maroc par exemple) possède son site (en tout cas, il est à son nom, l’illustration vient de là).

  1. “La vérité, c’est qu’il n’y a pas eu beaucoup de puissances coloniales dans le monde qui aient tant œuvré pour la civilisation et le développement et si peu pour l’exploitation. On peut condamner le principe du système colonial et avoir l’honnêteté de reconnaître cela.”
    Nicolas Sarkozy, 9 mars 2007, meeting de Caen
    . []

Réseaux sociaux et crimes de lèche-majesté

Amnesty International demande la libération de 6 militants jordaniens détenus depuis bientôt un mois pour avoir, on hésite à l’écrire, « tiré la langue au roi » ! (إطالة اللسان على مقام الملك  : ça peut se dire autrement en arabe ? Merci pour les suggestions !) Pour l’heure, ils risquent trois ans de prison pour crime de lèse-majesté. A la suite des manifestations organisées pour les soutenir, une trentaine de manifestants ont été arrêtés ces derniers jours. On ne sait pas exactement leur nombre, 24 ou 36 selon les sources (apparemment les forces de l’ordre jordaniennes travaillent à la douzaine). Qui s’en soucie vraiment puisque le Royaume de Jordanie fait partie de ces régimes tout à fait respectables qui donnent des leçons de démocratie à leurs voisins ? Le roi Abdallah a ainsi été le premier chef d’État  de la région à appeler son voisin Bachar, le 15 novembre dernier, à démissionner. En dépit des bouleversements politiques que vit la région, on note d’ailleurs la bonne santé des dynasties locales, par rapport au « républicarchies » (mélange de république et de monarchie) : pas un roi, émir ou sultan de la région n’a connu le sort des présidents Ben Ali, Moubarak, Qaddafi et Saleh.

En juin 2010, c’est un journaliste koweïtien, Muhammad al-Jasem, qui avait passé presque deux mois à l’ombre pour crime de lèse-majesté, avant les événements de l’année 2011 par conséquent. De quoi contredire la démonstration d’un certain Abdullah Al-Madani au Bahreïn, pour lequel ce sont les dérives du « printemps arabe » qui incitent quelques mauvais esprits, animés par l’envie et forts du soutien des organisations internationales, à rompre avec les traditions locales en principe respectueuses des suzerains et des chefs en général. Son article (en arabe), qui passe en revue un certain nombre de législations en vigueur à l’encontre du crime de lèse-majesté (المس بالذات الملكية), signale que la législation marocaine prévoit une peine d’un an de prison (si c’est dans un lieu privé, 3 ans dans le cas contraire).

M. al-Madani a tout de même raison : on peut penser que les bonnes traditions se perdent et que les jeunes générations arabes ne manifesteront plus le même respect que leurs aînées à l’égard des différentes formes de pouvoir. Plus encore que sur la scène politique, c’est d’ailleurs sur le terrain du rapport de l’individu à l’autorité que la pratique généralisée des technologies numériques est en train de produire de puissants changements. On le sait bien au très noble (= chérifien) Royaume du Maroc où une vidéo, mise en ligne via YouTube en mars 2011, a déclenché un déluge de commentaires : on y voyait un vulgaire sujet de Sa Majesté lui faire part de toutes sortes de reproches sans même lui reconnaître le « vous » de majesté ! Comme le signale ce billet (en français) écrit en mars 2011, avec les souffles du changement ce type de prise de parole se multiplie. Les réseaux sociaux, tout particulièrement, sont le véhicule d’un échange public qui, pour reprendre le titre d’une conférence récente de Manuel Castells, ne se reconnaît plus « ni Dieu ni maître » !

Tout autre chose. L’ENS de la rue d’Ulm fait à nouveau parler d’elle à propos du monde arabe ! Cette fois, c’est « la bande à Houda » qui organise sa désormais traditionnelle « semaine arabe ». Le programme se trouve ici  (j’interviens moi-même (de façon très bien élevée !) lundi 2 avril, à 20 heures, sur les réseaux sociaux bien entendu !

Petite chronique d’une révolution égyptienne (et arabe ?) presque annoncée

En bas, lire "Follow Us on Tahrir" c'est de l'arabzi*

Plus parlantes que bien de longues analyses, ces “brèves”, piochées dans la presse arabe de ce jour (mercredi 10). Elles en disent long sur l’état d’esprit qui règne au Caire, et même dans toute la région. La fin du système est proche : une partie des médias se rebelle, quelques-uns des plus fidèles soutiens se dérobent, et la population s’exprime. Pour commencer, la traduction intégrale d’un article d’Al-Quds al-‘arabi.

L’actrice égyptienne Ghada Abdel-Razeq (غادة عبد الرازق) annonce qu’elle a rompu toutes ses relations avec le réalisateur Khaled Youssef (خالد يوسف) après une conversation durant laquelle elle lui a demandé de soutenir les efforts pour apaiser la « rue égyptienne ». Une chose que Khaled Youssef a apparemment refusé. La discussion a tourné à la dispute et le réalisateur a coupé court à la communication téléphonique.

Les protestataires [de la place Tahrir] ont empêché Lamiss Hadidi, la présentatrice de l’émission « Du cœur du Caire » sur la chaîne publique de pénétrer place Tahrir. Ils l’ont obligée à rebrousser chemin en accusant la télévision gouvernementale de trompert le peuple égyptien et d’augmenter le nombre des victimes en diffusant de fausses informations à propos de ceux qui organisent et qui participent aux manifestations.

Des journalistes égyptiens ont empêché Makram Muhammad Ahmad, le responsable du Syndicat des journalistes, d’entrer dans le bâtiment de l’Union des journalistes, pour participer aux funérailles symboliques d’un journaliste d’Al-Ahram tombé sous les balles des forces de sécurité. Ils l’ont forcé à s’en aller en criant : « Le peuple veut faire tomber les médias du régime ! » Une nouveauté parmi les nombreux slogans des manifestations d’hier [9 février] : en plus d’exiger le départ du Président, certains posent désormais des questions sur sa fortune et celle de sa famille sur le mode : « Dis-donc Moubarak, d’où qu’ils viennent tes 70 milliards ? »

Pour la première fois en 30 ans, la version internationale d’Al-Ahram sort avec [seulement] une petite photo du président Moubarak en page intérieure et aucune de sa femme ou de son fils Gamal. Le quotidien n’annonce les deux rencontres du Président avec des responsables de l’Etat que par un petit article à gauche sur la Une, laquelle est consacrée aux manifestations de la place Tahrir, avec notamment la présence parmi les manifestants d’Ousama El-Baz, l’ancien conseiller politique du Président.

Anas El-Fekki, le ministre de l’Information qui a interdit d’antenne Al-Jazzeera et qui a persécuté [ses journalistes], regarde la chaîne en cachette pour suivre les derniers développements. Un de ses proches a raconté qu’il s’enferme dans son bureau et qu’il éteint la télévision chaque fois qu’un employé ou un visiteur entre.

Venu place Tahrir avec un de ses amis, l’acteur Ahmad Hilmi (أحمد حلمي), le comédien Ahmad el-Saqa (أحمد السقا) s’est retrouvé dans une situation embarrassante lorsqu’il a été reconnu par des manifestants qui l’ont chassé en lui reprochant son soutien à Moubarak. Al-Saqa est connu pour être un ami personnel de gamal et Alaa Moubarak.

Quand à (Ahmad) Hilmi, serrant de près son épouse Mona Zaki, il a choisi de se joindre aux manifestants de la place Tahrir, sachant qu’il s’était montré assez critique du régime dans son dernier film. Alors qu’on lui avait volé son téléphone portable, celui-ci lui a été restitué par un des protestataires qui avait aperçu le voleur !

Très mauvais signe pour le régime, les stars du foot se mettent de la partie! Et quand on sait leur importance aux yeux d’une bonne partie de la population (voir ce billet)…

Il y a quelques mois encore, Alaa Sadek était encore chroniqueur sportif sur NileSat. Mais un jour il a accusé Habib al-Adly, le ministre de l’Intérieur récemment destitué, d’être responsable des avanies subies par des joueurs égyptiens lors d’un match contre une équipe tunisienne (les acteurs de la révolution arabe étaient déjà réunis !) Il vient de prendre publiquement position pour que Moubarak quitte le pouvoir sans attendre, tout comme Nader Al-Sayyed. En prime, ce dernier, un ancien gardien de but de l’équipe nationale qui travaille pour Al-Jazeera Sports, traite le patron de la Ligue de foot et l’entraîneur national de corrompus !

Rien n’est plus comme avant par conséquent dans le monde arabe… Un autre signe, dans un autre pays, mais qui dit de manière assez éloquente les accommodements qu’on s’efforce de trouver avec une réalité qui frappe à la porte, Facebook et YouTube sont désormais disponibles en Syrie (ils avaient disparu depuis 2007) : la preuve, selon le journal Al-Watan cité dans cet article, que l’Etat syrien ne craint aucune menace…

Et confirmation, s’il en était encore besoin, que les rats quittent le navire, Gaber Asfour, dont on parlait dans le précédent billet, démissionne de ses (toutes nouvelles) fonctions de ministre de la Culture “pour des raisons de santé” (source Al-Jazeera, mercredi, minuit) : faut-il seulement commenter ?!!!