Ramadan et ses pubs : la question de Jérusalem vue par les Koweïtiens de Zayn

CPA reprend du service, pour quelques épisodes en tout cas, avec une petite série à propos des productions de ramadan sur les chaînes télévisées arabes. Ce premier billet est consacré aux pubs, plus envahissantes que jamais, bien entendu. En effet, aux annonceurs traditionnels qui essaient de profiter de cette période de consommation pour vendre leurs produits s’ajoutent désormais de nouveaux venus qui multiplient les campagnes pour des œuvres de charité et autres actions de bienfaisance. À tout cela il faut encore ajouter les grandes sociétés qui cherchent à faire parler d’elles et à marquer les esprits (d’éventuels consommateurs) grâce à des spots spectaculaires à gros budget. Dans cette dernière catégorie, on avait déjà évoqué l’année dernière la société koweïtienne Zayn qui, après une longue tradition de messages à caractère purement festif, avait lancé une vidéo d’un genre différent en associant la prestation du chanteur des Émirats Hussain al-Jassmi (حسين الجسمي) à un discours dénonçant le terrorisme d’inspiration prétendument islamique.

La vidéo de cette année s’empare d’un sujet qui est encore plus d’actualité, à savoir Jérusalem. Elle a pour fil conducteur un enfant qui s’adresse aux grands de ce monde, ou plutôt à leurs sosies : Donald Trump, à qui l’enfant propose de partager le repas de rupture du jeûne s’il arrive à retrouver sa maison dans les décombres ; Poutine qui a droit à un petit discours sur la guerre, tandis que les autres leaders du monde occidental, Angela Merkel, Justin Trudeau et Antonio Guterres, sont montrés en train d’aider des réfugiés ; quant à Kim Jong-un, il secoue tristement la tête devant les ruines de la maison de l’enfant. Dans les dernières séquences, ce dernier va chercher dans sa prison une petite fille qui ressemble à la célèbre militante Ahed Tamimi (en plus jeune), tandis que les paroles reprennent le refrain à propos de la rupture du jeûne à Jérusalem. Encore quelques plans avec les sosies des stars de la politique mondiale et montée finale en zoom arrière sur le Dôme du rocher et son mur (celui de l’enceinte de la ville, pas la « barrière de sécurité » chère aux Israéliens), de telle sorte que l’on découvre que les deux enfants sont désormais encadrés par six adultes portant les tenues traditionnelles du Golfe.

Dans le contexte du transfert de l’ambassade étasunienne, le message de la société de communication koweïtienne consistait bien évidemment à rappeler l’attachement des musulmans à la capitale palestinienne comme le rappellent les paroles de la chanson, ville où ils veulent, symboliquement, pouvoir continuer à rompre le jeûne, en dépit des difficultés du moment dans la région, à commencer par les guerres qui détruisent les foyers d’innombrables victimes contraintes de braver la mort pour trouver une vie meilleure. Voix de l’innocence, le petit Arabe musulman s’adresse donc aux puissants de ce monde pour leur rappeler ces souffrances et, implicitement, leur demander d’y mettre fin en permettant aux Palestiniens – représentés par la figure de Ahed Tamimi – de jeûner en paix dans leur ville. Les promoteurs de la vidéo (et de la marque Zayn) avaient donc pour intention de s’emparer d’un thème en principe largement consensuel, Jérusalem (al-Quds en arabe), ville sainte pour les musulmans (aussi). C’est peu dire qu’ils ont été mal compris !

La vidéo est une production koweïtienne (y compris pour la parolière et le compositeur), un Émirat en principe aligné sur la politique saoudo-émirienne mais avec tout de même quelques velléités d’indépendance qui le font, par exemple, ne pas vouer systématiquement aux gémonies l’abominable petit Qatar. C’est bien assez en tout cas pour susciter la colère des plus fanatiques des supporters du régent Muhammed ben Salmane qui ont vu dans cette publicité, sans rire, « la main de l’Iran » ! Un ancien dirigeant de la chaîne Al-Arabiya a ainsi évoqué « l’hégémonie de l’esprit irano-frère musulman » (هيمنة الفكر الإخواني الإيراني), soutenu en cela par le journaliste et romancier Turki al-Hamad (تركي الحمد) choqué, surtout en cette période de spiritualité, par cette « idéologisation » et ces « coups de sape politicards » (ma traduction pour الأدلجة وحفريات السياسة ).

Une telle susceptibilité à fleur de peau montre à quel point les esprits sont échauffés à propos de Jérusalem, un thème sur lequel Saoudiens et Émiriens craignent par-dessus tout qu’on les soupçonne de lâcheté, en tout cas de complaisance vis-à-vis des USA et de leur allié israélien, surtout à l’heure où les chancelleries du monde bruissent de rumeurs sur le « deal du siècle » qui pourrait bien être rendu public à la fin de ramadan justement.

Néanmoins les principales critiques de la campagne publicitaire de la société Zayn ne sont pas venues des zélotes de la politique saoudo-émirienne mais, de façon beaucoup plus logique, du camp des nationalistes arabes. Rappelant la puissance, dans l’imaginaire des peuples de la région, de l’image de Jérusalem, un article dans Al-Akhbar (entre autres nombreux exemples) propose ainsi un décryptage de cette courte vidéo en soulignant le rôle à proprement parler singulier qu’y joue (le sosie de) Donald Trump. C’est à lui seul que s’adresse l’enfant (le clip s’appelle d’ailleurs Monsieur le Président en arabe), lui seul est présenté dans ses fonctions de chef d’État et, d’un point de vue filmique, c’est son regard en réponse à la demande de l’enfant qui déclenche la narration. Quant à celle-ci, elle se referme sur les silhouettes, vue de dos, de six personnages dans les tenues traditionnelles de la Péninsule arabe, comme pour dire que les six pays du Conseil de coopération du Golfe veillent, au nom des musulmans en général et des Arabes en particulier, sur Jérusalem. Pourtant, la structure du récit, celle de la supplique lancée par un enfant aussi innocent que désarmé, à l’adresse du leader des USA présage fort mal de l’avenir tellement il est clair que les Israéliens, totalement absents de la vidéo (!), sont dans une position de force qui leur permettra d’exploiter au maximum, dans le prochain « deal du siècle », la faiblesse de ceux qui prétendent être les actuels leaders du monde arabe…

Tombeau pour un grand auteur inconnu : Ahmed Khaled Towfik

Pas un mot en dehors de la presse arabophone à propos de la disparition d’Ahmed Khaled Towfik (أحمد خالد توفيق), un géant de la littérature populaire arabe. Celui qu’on appelait le « parrain de la science-fiction » arabe a succombé à une énième attaque cardiaque il y a quelques jours, à l’âge de 55 ans. Il a été enterré le 3 avril, comme l’avait prédit le narrateur d’un de ses livres, Café à l’uranium (قهوة باليورانيوم) six ans plus tôt…

Malgré une existence relativement brève, Ahmed Khaled Towfik, qui était aussi médecin enseignant à l’Université de sa ville natale, Tanta, aura publié, selon certains chiffres, plus de 500 titres! Extravagante à première vue, cette estimation n’est pourtant pas totalement irréaliste sachant qu’au plus fort de sa production, entamée en 1992, il était capable d’écrire plus d’une vingtaine d’ouvrages par an.

De courts textes il est vrai, guère plus d’une centaine de pages (l’équivalent d’un Que sais-je ? par exemple), dans le cadre de séries mensuelles qui ont permis à des générations de jeunes lecteurs arabes d’attraper le virus de la lecture. Inventeur pour ainsi dire du roman d’horreur ou du roman fantastique dans sa langue, Ahmed Khaled Towfik poursuivait simultanément plusieurs séries mensuelles, la plus célèbre restant toutefois celle de ses débuts, « Métaphysique » ( ما وراء الطبيعة, qu’on pourrait aussi traduire par « au-delà du réel »), avec son célèbre anti-héros, Rifaat Ismaïl, un vieux médecin de 70 ans, d’apparence ordinaire : 80 titres en tout, pour un million de volumes distribués selon cet article dans Al-Akhbar

On y lit également que des lecteurs, émus par la « mort » de leur héros, ont décidé en 1994 d’ouvrir à son nom une page Facebook (en fait, j’en ai trouvé deux, très suivies ! Ici et ), pages sur lesquelles sont intervenus des centaines d’auteurs et de lecteurs arabes pour commenter avec force citations, sur un mode tantôt sérieux tantôt humoristique, le départ du « cher disparu » !

En dépit de son immense succès, Ahmed Khaled Towfik maniait, y compris vis-à-vis de lui-même, un humour ironique dont on trouve la trace dans nombre de ses textes. De son parcours d’écriture, il disait ainsi qu’il avait vite compris qu’il ne serait pas malheureusement pas un Naguib Mahfouz « du seul fait qu’il avait un grain de beauté sur la joue, ni un [Abou al-Qâsim] al-Shabbî du seul fait qu’il avait les yeux étroits et un peu dans le vague, ni même un Ibrahim Najî du seul fait qu’il n’était pas loin d’être chauve » (بعد عام من الكتابة اكتشفت أنني – للأسف – لن اصير نجيب محفوظ لمجرد ان لي شامة على خدي، ولن أصير الشابي لمجرد أن عيني صغيرتان حائرتان .. ولن أصير ناجي لمجرد أنني موشك على الصلع) !

Sans surprise, l’institution littéraire s’est montré fort peu sensible au talent d’un « auteur du dimanche » qui avait l’audace de s’engager sur des voies aussi peu fréquentées que celles du roman d’horreur fantastique. Pourtant, comme le rappelle intelligemment un article dans Al-Hayat, son écriture était loin d’être platement traditionnelle avec des romans polyphoniques à narrateurs multiples, ou encore l’utilisation de documents réels dans la fiction, etc.

Cet auteur à succès, dont la première fierté était d’avoir donné le goût de la lecture à la jeunesse arabe, n’a guère été couronné par la critique. Ce n’est qu’en 2016, alors qu’il avait commencé à abandonner les petits textes – qu’on peut juger faciles – pour la jeunesse afin de se diriger davantage vers des fictions plus ambitieuses qu’Ahmed Khaled Towfik a reçu un prix important, celui du roman arabe de la foire du livre de Sharjah, en 2016, pour Comme Icare (مثل إيكاروس). Néanmoins, la plus célèbre de ses œuvres reste sans conteste Utopia (يوتوبيا), un roman qui a connu 40 éditions depuis sa sortie en 2008 (il a été traduit en anglais, allemand et français, en 2013, dans la collection « Ombres noires » par Richard Jacquemond).

Utopia, qui aurait pu s’appeler tout aussi bien « dystopie », imagine une Égypte où cohabitent, sans jamais se rencontrer, un peuple de miséreux désespérés et une minorité de riches tout puissants retranchés dans leurs gated communities. Jusqu’à ce que la révolte de la misère finisse par emporter tout sur son passage. Un sombre tableau dans lequel on a voulu lire (a posteriori) l’annonce de la révolution de janvier 2011 mais qui s’inscrit bien dans la lecture, de plus en plus noire, que ce « grand auteur inconnu » donnait de sa société. Publié en 2011, Poignard (سنجة) raconte la quête, tout aussi désespérante, d’un écrivain raté qui cherche en vain à comprendre les motifs qui ont poussé une jeune femme à se suicider.

Quant à Pluies violentes (شآبيب ), le dernier roman publié par Ahmed Khaled Towfik, il referme son œuvre immense sur une méditation encore plus désespérée à propos des destinées de la région. L’intrigue tourne autour d’un groupe d’exilés arabes victimes du racisme et de l’oppression. Faute de pouvoir revenir chez eux où règne le chaos, ils se regroupent, après moult péripéties, en Nouvelle-Guinée pour une sorte de Renaissance de leur propre nation. Mais l’expérience tourne court car les problèmes qui ont détruit le monde arabe surgissent à nouveau dans la nouvelle Arcadie : en définitive, ce sont les Arabes eux-mêmes qui sont les responsables de leur malheureuse destinée !…

En plus de ce lien vers l’ultime entretien accordé par AKT pour la très bonne émission littéraire intitulée « On m’a parlé de patience » (وصفوا لي الصبر : d’après un vers d’une des plus célèbres chansons d’Oum Koulthoum), les arabophones pourront découvrir en suivant ce lien ce bel adieu en forme d’hommage.

Same player, shoot again : encore du foot arabe !

Désolé pour les fidèles de ces chroniques que le foot laisse de marbre, mais il y a pléthore de nouvelles qui méritent d’être commentées cette semaine encore, au moins brièvement, car elles sont révélatrices des tendances en cours dans la région. On y voit en effet une confirmation de la volonté saoudienne d’affirmer son hégémonie sur la région, écrasant tous ceux qui voudraient y faire obstacle, du Golfe à l’Océan, et donc du Qatar au Maroc. Il s’y confirme que le plus populaire des sports est un levier en principe efficace pour obtenir le soutien des populations où la passion pour les joies terrestres du foot l’emporte souvent sur les promesses plus lointaines de l’au-delà. Une faiblesse qu’Israël pourrait bien exploiter en offrant à ses meilleurs amis du moment, les Saoudiens et leurs alliés, des images du Mondial en Russie, compétition dont les Qataris ont pourtant acheté les droits en exclusivité !

Aboutrika : « Je suis content quand Salah ou Slimani se prosterne après chaque but, c’est ça le bon comportement d’un Arabo-Musulman » (source @DaliaDzz)

En Égypte, le président Sissi se dirige vers une réélection encore plus assurée que celle de Poutine. À la différence de ce dernier, il peine toutefois à demeurer populaire auprès d’une population qui souffre toujours plus de la situation économique et dont la fierté nationale est mise à mal par l’attribution ou encore la mise à disposition de morceaux du territoire (les îles Tiran et Sanafir et une partie de la côte sur la mer Rouge dans le cadre du mirifique projet Neum). C’est ainsi qu’il faut interpréter, sans aucun doute, les rumeurs de plus en plus insistantes d’un retour en grâce d’une ancienne gloire de l’équipe nationale, Mohamed Abou Trika (Aboutrika محمد أبو تريكة ). Trop proche des Frères musulmans, la star qui a dû quitter le pays sous l’accusation de « terrorisme » et qui s’est fait confisquer une partie de ses biens, n’a même pas pu assister il y a quelques mois aux funérailles de son père.

Un autre joueur égyptien, Mohammed Salah (محمد صلاح) fait actuellement des prouesses dans le championnat anglais, pour la grande fierté des amateurs de foots égyptiens, et en définitive de la oumma tout entière. Reprenant un rite qu’affectionnent les footballeurs de son pays (voir ce billet), la star du Liverpool FC a pour habitude de remercier le ciel quand il marque des buts, ce qui lui arrive assez souvent (5 lors de son dernier match, ce n’est pas courant !) Là où d’autres font un signe de croix, lui se prosterne (il fait un sujûd dit-on en arabe). Opportun ou non, cet acte de foi est en passe de devenir une question politique. En Égypte, un religieux en mal de célébrité a intimé à la vedette de cesser ces démonstrations contraires aux bonnes pratiques. En Arabie saoudite au contraire, là où le régent MBS grignote de plus en plus les prérogatives de l’institution religieuse, un prédicateur très célèbre, A’id al-Qarni (عائض القرني : voir notamment ce billet) n’a pas manqué de saluer bruyamment ce bel acte de foi. Star de l’islam électronique, al-Qarni n’est pas vraiment dans les petits papiers de la nouvelle équipe (il est plus ou moins en résidence surveillée, selon des modalités aussi peu claires que celles de la campagne contre la corruption). Raison sans doute pour proclamer à qui veut l’entendre que cette prosternation sur les stades occidentaux est un « sublime message » de piété bien comprise. Preuve que le sujet est sensible, un plumitif du quotidien saoudien al-Sharq al-Awsat s’est donné la peine de mettre en garde, sans aller au-delà de l’allusion, contre « cette politisation de la religion et cette soumission à des demandes populistes » (التسييس أو الانسياق للطلبات الشعبوية).

Dans la droite ligne du billet précédent, le soft power saoudien s’est à nouveau exercé dans le domaine du foot par l’intermédiaire de l’incontournable Turki Al al-Shaykh (تركي آل الشيخ) qui nous a beaucoup occupé la semaine dernière. Au contraire des Irakiens, caressés dans le sens du poil, le responsable des sports dans le Royaume a fait savoir aux Marocains, par le biais de tweets aussi cinglants que ceux de Trump, qu’il était hors de question que l’Arabie saoudite soutienne la candidature du Maroc pour l’organisation du Mondial en 2026. Sur ce dossier les Marocains ont en effet déjà reçu le soutien du Qatar, et Turki Al al-Shaykh leur a donc souhaité « bonne chance avec le micro-État » (الدويلة : diminutif péjoratif du mot État en arabe pour désigner le Qatar). La voix des Saoudiens et celles de leurs alliés iront donc sans doute à l’Égypte, parfaitement en mesure de tenir un défi sportif de l’envergure d’un Mondial selon le responsable saoudien qui a des faiblesses pour le pays des pharaons (et ses starlettes, mais c’est une autre histoire…)

Sans attendre ce Mondial-là, ni même le prochain au Qatar en 2022 qui s’annonce brûlant, dans tous les sens du terme, la compétition qu’organise très prochainement la Russie fait déjà des vagues sur les ondes du Moyen-Orient. Le Qatar, via BeIN, ayant acheté, assez cher, l’exclusivité des droits de retransmission dans la région, les habituels problèmes de piratage vont se poser à nouveau (voir ce billet à l’occasion du précédent Mondial). Mais un nouveau fait est venu compliquer le tableau car Israël, pays « européen » pour la FIFA, a également obtenu des droits pour la retransmission de la compétition. Je suis prêt à parier que, comme par enchantement, les Saoudiens et leurs alliés ne vont pas avoir à supplier le « micro-Émirat » honni du Qatar pour que leurs publics voient les matchs : ouvertement ou par piratage, les Israéliens pourraient bien leur faire ce cadeau en attendant le deal du siècle sur Jérusalem et la Palestine. Réponse à venir dans quelques semaines avec le début de la compétition…

Signature de l’accord entre les responsables qatari et syrien lors du dernier congrès de la West Asian Football Federation à Amman.

Le Qatar, justement, s’essaie lui aussi à la diplomatie d’influence par le foot. Tandis que les Saoudiens cajolaient leurs voisins irakiens, le responsable de la fédération qatarie signait de son côté un accord de coopération avec la… Syrie ! Comme en témoigne la photo publiée dans cet article du site Al-Manar, il n’a même pas bronché devant la présence, sous son nez, du drapeau officiel de la Syrie alors que le Qatar a été un des premiers pays à reconnaître la bannière (à trois étoiles) de l’opposition…

En dépit de tous leurs efforts, les Qataris ne pourront empêcher les Saoudiens de vouloir faire la loi sur les terrains de foot arabes, et de le faire savoir sans guère de nuances. Pour confirmer cette forme d’arrogance que je commentais dans le billet précédent, je mentionne cette anecdote, trouvée dans cet article publié dans le quotidien libanais Al-Akhbar : même le richissime homme d’affaires Naguib Sawiris (نجيب ساويرس ; la société de téléphonie Orascom notamment) a dû battre en retraite devant les menaces, même pas voilées, du très puissant ami personnel de MBS, Turki Al al-shaykh : il a ainsi effacé piteusement un tweet un peu moqueur à propos des financements saoudiens dans le championnat égyptien…

Du Golfe au rives du Nil : le doux pouvoir saoudien sur le foot

Sous les drapeaux irakien et saoudien, le hashtag du moment : Vous êtes ici (Bassora) chez vous, les Verts !

En marge de ses principaux objectifs, la campagne contre la corruption lancée par les autorités saoudiennes aura eu quelques conséquences sur la scène footballistique dans le Royaume. Turki Al al-cheikh (تركي آل الشيخ), poète de cour très proche de MbS, parolier de chansons patriotiques, membre du Conseil royal saoudien et, depuis quelque temps, autorité suprême des sports au sein du Royaume a ainsi annoncé au début de l’année que le prince Faysal bin Turki (فيصل بن تركي ) était démis de ses fonctions à la tête du Al-Nassr Ryad FC. Quant au célèbre Walid bin Talal (الوليد بن طلال), tout juste tiré d’une longue mise à l’ombre (presque trois mois) au Ritz-Carlton de Riyad, il s’est empressé de compléter sa déjà très longue liste de chèques (on parle de 6 milliards de dollars pour une remise en liberté apparemment très conditionnelle) avec une ultime gratification, une misère d’un demi-million de dollars, offerte à un autre club de la capitale, le Hilal, « pour répondre à l’invitation de [son] frère Tourki Al Cheikh ».

Ces petites manœuvres locales ne sont pourtant rien à côté des très vastes offensives du « doux pouvoir » (soft power) saoudien désormais à la manœuvre en Égypte et en Irak. Ce dernier pays, écarté par la FIFA des compétitions internationales parce qu’il n’offre pas assez de sécurité pour des compétitions internationales, a reçu tout récemment le soutien appuyé des Saoudiens qui ont décidé d’y faire jouer leur équipe nationale dans le cadre d’une rencontre amicale. Le match s’est tenu à Bassorah, devant une foule de 70 000 spectateurs brandissant des banderoles saluant avec la plus grande chaleur la venue des « verts », la couleur du maillot saoudien, après une absence de près de 40 années. De passage au Caire, le régent du Royaume, MbS, s’est félicité de cette victoire (même si son équipe a perdu 4-1). Selon ses propres termes, elle a en effet permis à l’Arabie saoudite de « cerner le régime iranien de toutes parts » (مكنت من محاصرة النظام الإيراني في كل مكان). On ne peut dire plus clairement que les généreux dons du Royaume au voisin irakien (un stade a également été promis par le roi à cette occasion) ont pour but de réduire l’influence croissante des « Perses » chez les voisins et même dans la région. Tout cela a donc beaucoup plus à voir avec la diplomatie d’influence qu’avec le sport.

La fédération égyptienne de foot et les clubs soutiennent Sissi

On retrouve Turki Al al-Cheikh dans ses œuvres sur d’autres terrains, ceux des clubs cairotes qu’il affectionne tout particulièrement car il se sent « égyptien de cœur » selon ses propres dires depuis bientôt 30 ans. Une affection que lui rendent bien les dirigeants du Ahly FC qui l’ont récemment nommé « président d’honneur » de leur club. Un statut inédit qui n’est pas seulement honorifique car, depuis qu’il est en place, le puissant confident de MbS intervient de très près dans la stratégie sportive de la « Forteresse rouge », comme on surnomme souvent ce club. À grand renfort de primes faramineuses, il a ainsi écarté les menaces qui pesaient sur « son » équipe dont certaines vedettes menaçaient d’aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Un prêté pour un rendu pourrait-on dire, puisqu’il lui était arrivé naguère de mettre la main à la poche pour « aider » son grand rival, le Zamalek FC (voir cet article).

Là encore, cette passion footballistique rejoint fort à propos de très réels intérêts politiques. Car en s’engageant pour l’Égypte du maréchal Sissi (qui s’apprête à être réélu avec, entre autres soutiens, celui des présidents des clubs de foot), les Saoudiens espèrent enfoncer un peu plus l’Émirat honni du Qatar, y compris avec des moyens qui ne sont pas forcément très fair play ! On a ainsi appris il y a quelques jours que Nasser al-Khelaïfi (ناصر الخليفي), le patron de la chaîne sportive qatarie BeIN, vient d’être condamné à quelque 18 millions d’euros d’amende par les tribunaux égyptiens pour une sombre histoire de concurrence sur les droits de retransmission. Une décision qui ne doit pas modifier l’opinion que l’on peut avoir sur l’indépendance de la justice égyptienne, et qui n’est, de toute façon, qu’une goutte d’eau pour l’homme qui est, par ailleurs, le grand patron de l’équipe du PSG en France…

Les feuilletons, têtes de Turcs des médias saoudiens

Stars du feuilleton turc en tournée de promotion à Beyrouth (image publiée par Mazen Hayek sur son compte Twitter).

Comment faut-il interpréter cette image postée sur son compte Twitter (très occupé par les politiques français, à commencer par Macron et ses fidèles) par Mazen Hayek (مازن حايك), le porte-parole officiel de la MBC ? Ces « souvenirs des beaux jours du temps passé » comme il l’écrit font référence bien entendu aux grandes heures de la chaîne saoudienne (la première, mais pour combien de temps, au sein du paysage médiatique arabe), lorsqu’elle faisait le buzz en invitant fastueusement à Beyrouth quelques-unes des vedettes de ces feuilletons turcs suivis avec passion par les téléspectateurs du monde arabe. La nouvelle publication de cette image est donc un commentaire, pour le moins ambigu, de la récente décision saoudienne d’arrêter la diffusion de tout feuilleton turc sur ses antennes.

Inaugurée en 2004, cette passion arabe pour les feuilletons turcs doublés en syrien est devenu un véritable phénomène de société dans la région surtout à partir de 2008 (voir ce billet intitulé Passions turques : un truc de femmes). Un engouement qui n’a jamais cessé si on en croit des données – un peu floues – rappelées dans un article récent publié sur le site égyptien Raseef22 sous le titre « Le feuilleton turc : le soft power qui pénètre tous les foyers arabes ». Les séries turques y sont présentées comme un produit qui ne cesse de battre des records à l’exportation, en particulier dans le monde arabe. Présente dans près de 150 pays, l’industrie turque des médias fait de très bonnes affaires grâce à une demande qui a fait exploser les prix qui sont passés de 500 dollars l’épisode en 2007 à 50 000 pour les grosses machines telles que Le siècle magnifique (« Le harem du sultan » dans sa version arabisée, chroniquée ici).

Pour toutes sortes de raisons (évoquées dans les billets mis en lien), le marché arabe est un gros consommateur avec, en plus des innombrables rediffusions, une bonne quinzaine de séries diffusées par an, soit 15 % de la production annuelle turque environ. Des enquêtes auprès du public affirment que 75 % du public arabe, et tout particulièrement dans le Golfe, regardent au moins une production par an. Si l’on tient compte des produits dérivés en tout genres (voyages, vêtements, gadgets et même exportation de meubles vers les consommateurs saoudiens qui veulent se payer des salons « Alla Turca »…), les feuilletons constituent une mine d’or, tant pour les producteurs turcs que pour les chaînes arabes qui les diffusent, avec les recettes publicitaires qui les accompagnent…

Dans ces conditions, on a du mal à comprendre la décision de la chaîne MBC de se priver de cette manne en annonçant la « déprogrammation » brutale, au début du mois de mars, de toutes les séries made in Turkey, pour toutes ses filiales et sur l’ensemble du monde arabe. Les folliculaires du régime saoudien ont eu ainsi la difficile mission d’expliquer au public qui les adore que ces feuilletons sont en fait pétris de racisme ottoman anti-arabe (ce qui fait bien rire les mauvaises langues qui soulignent de leur côté que la défense de l’arabité n’émeut les Saoudiens que lorsqu’il s’agit de s’en prendre aux Iraniens ou au Turcs, alors qu’avec les Israéliens…)

Un peu gêné aux entournures sans doute, Mazen Hayek a « expliqué » de son côté  qu’une telle décision était en définitive un excellent coup de pouce pour l’industrie arabe du feuilleton, laquelle devrait profiter de ce vide imprévu pour placer ses propres produits. À des prix tout à fait intéressants puisque les coûts de production locaux sont très inférieurs à ceux qui sont pratiqués par les studios turcs (mais il oublie de préciser qu’ils sont aussi largement supérieurs, y compris pour les séries « de luxe », aux tarifs en rediffusion, y compris après doublage en arabe).

En bon petit soldat d’une chaîne qui l’emploie depuis plus d’une décennie, Mazen Hayek se garde bien dans ses commentaires de « mettre les points sur les i » comme il décrit son métier sur son compte Twitter. Il passe ainsi sous silence le fait que le boycott des séries turques est une très mauvaise nouvelle pour la chaîne qui l’emploie, la MBC, déjà mise à mal par une série de décisions récentes, à commencer par la mise à l’ombre de son patron Walid al-Ibrahim longuement entendu dans les salons du Ritz-Carlton de Riyadh dans le cadre des « enquêtes » pour des faits de corruption (voir ce billet).

Fragilisée par la défection de Dawood al-Shiryân (داوود الشريان ) parti s’occuper de la concurrence, la MBC va certainement perdre beaucoup en se coupant de sa vache à lait turque. Un article publié sur le sujet par Zakia al-Dirani dans Al-Akhbar libanais avance des chiffres qui me paraissent un peu exagérés mais qui ont le mérite de mettre en évidence les enjeux financiers : entre 20 et 100 millions de pertes pour les finances de la MBC qui risque également de voir une bonne partie de son public (20 % peut-être) migrer vers la concurrence…

En effet, à l’heure où Nasser al-Qasabi (ناصر القصبي), la grande star du feuilleton saoudien (voir notamment ce billet ), annonce sa retraite prochaine, on ne voit pas ce qui pourrait, dans les programmes de la MBC, fidéliser les téléspectateurs saoudiens et arabes. Et fort logiquement ceux-ci vont aller chercher leurs séries favorites ailleurs. En l’occurrence, chez ceux qui sont aujourd’hui les ennemis jurés des Saoudiens, à savoir les patrons de la chaîne qatarie BeIN qui, depuis l’automne dernier, a ouvert un canal pour les feuilletons, notamment syriens !

Je me risque rarement à des prédictions dans ces chroniques mais, dans le cas présent, je ne serais pas autrement étonné que BeIN Drama, le canal qatari en question, élargisse très prochainement son offre à la production turque… À moins que celle-ci ne soit auparavant piratée de façon massive, doublée en arabe, sur YouTube… Dans l’un et l’autre cas, MbS et son équipe, en s’en prenant à ce qui a permis à la MBC de s’imposer comme la première chaîne généraliste de la région, auront une nouvelle fois démontré, après les épisodes remarquables de l’interminable mise en quarantaine du Qatar, de l’épouvantable guerre contre le Yémen et la minable séquestration ratée d’un Premier ministre libanais, qu’ils excellent au moins dans un domaine : l’art de se tirer une balle dans le pied !

La guerre en jeux vidéos

En présence de Mohammad Fneich (un des membres du parti siégeant au gouvernement libanais), sans doute doublement concerné puisqu’il est ministre à la fois de la Jeunesse et des Sports, le Hezbollah a présenté il y a quelques jours Al-difâ’ al-muqaddas (Défense sacrée), sa dernière réalisation dans le domaine des jeux vidéos. Comme en 2003 et 2007 avec les deux versions de Force spéciale (القوة الخاصة : voir ce billet publié il y a plus d’une décennie !), le jeu exploite, de façon aussi réaliste que possible, une situation politique récente, en l’occurrence les affrontements en Syrie auxquels le Hezbollah participe, du moins officiellement, depuis la fin du mois d’avril 2013.

Qousseir (القصير ), une petite ville non loin de la frontière syro-libanaise où les forces du Hezbollah mèneront peu de temps après leur entrée dans le conflit l’essentiel de la bataille pour soutenir le régime syrien constitue ainsi le décor du troisième épisode du jeu, lequel se termine par la bataille de Ras-Baalbeck durant l’été 2017. Quant aux deux premiers épisodes, ils sont situés dans la banlieue de Damas, autour du sanctuaire (chiite) de Sayyida Zaynab : les éléments du Hezbollah y avaient pris la relève des gardes irakiens précédemment déployés, peu avant l’officialisation de la participation du parti libanais aux combats en Syrie. Conformément aux règles de ce type de jeu, le héros, Ahmad, un prénom qui était déjà celui du principal protagoniste des précédentes réalisations qui le mettaient aux prises avec les soldats israéliens, s’engage pour combattre l’invasion « takfîri » (mot à mot « excommunicatrice ») selon la rhétorique utilisée par la communication du Hezbollah pour désigner les combattants de l’État islamique.

Symboliquement, alors que les premiers jeux vidéos produits par le Hezbollah faisaient de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem le symbole de la lutte contre l’ennemi sioniste, « Défense sacrée » place au centre de son parcours militant le sanctuaire de Sayyida Zaynab qui parle surtout à l’imaginaire religieux chiite. En arabe, les deux références dialoguent bien davantage qu’en français puisque Jérusalem se dit Al-Quds, mot que l’on retrouve, sous une forme légèrement modifiée dans le titre du second jeu : Difâ’ muqaddas, « défense sacrée ». À l’image d’une région en proie à des replis identitaires de plus en plus accusés, la communication politique du Hezbollah s’éloigne de ses thématiques les plus fédératrices pour se recentrer sur les plus hautes valeurs propres à sa seule « communauté ».

Sans être exceptionnel de l’avis des connaisseurs, le jeu – à l’image de ce que produit le Hezbollah dans le domaine de la propagande – est plutôt bien fait. Il « répond », du moins dans l’esprit de ses créateurs, à d’innombrables productions vidéos vantant les prouesses des armes made in USA contre les terroristes arabes ou musulmans comme on le signalait dans le billet mentionné plus haut. Avec cette différence toutefois qu’il fait écho à d’autres adversaires qui utilisent, eux aussi, les ressources du jeu numérique pour s’efforcer de faire passer leurs messages. À côté des réalisations, souvent commentées, des partisans de l’État islamique qui ne se montrent pas malhabiles non plus dans l’exploitation des images choc (voir cet article du regretté Safir sur le détournement du célèbre Grand Theft Auto par les propagandistes de Daech), on a ainsi vu récemment une production saoudienne, d’un niveau nettement plus amateur, racontant la victoire écrasante des troupes saoudiennes sur les forces iraniennes (la vidéo est ). Elle répondait à une autre, encore plus médiocre techniquement, produite du côté iranien (vidéo ici).

Même si la guerre est une chose trop grave pour la laisser à des militaires, comme l’a dit Clemenceau, on ne se réjouira pas de la voir se multiplier sous forme de jeux vidéos.

La belote, sport national (féminin) au royaume du Serviteur des deux lieux saints

Les nouvelles cartes pour la belote (illustration circulant sur les comptes Twitter).

Chaque jour ou presque voit s’allonger la liste des petits pas qui annonce(raie)nt des changements en Arabie saoudite. Tantôt futiles, tantôt plus audacieuses, voici, pour les semaines passées, un relevé de quelques-unes de ces mesures :
– Après 35 années de fermeture des salles de cinéma, la ville de Jeddah a vu l’ouverture, le 15 janvier dernier, d’une salle improvisée dont les résultats permettront d’affiner les études de marché pour l’ouverture prochaine de « vraies » salles par la suite…
– Dans le cadre de la « politique du bonheur » évoquée à plusieurs reprises dans ces billets, on annonce la tenue prochaine à Riyad de la première « semaine arabe de la mode ».
– Au début du mois de janvier, le secrétaire-général de l’Union sportive pour la solidarité islamique indiquait que son association envisageait désormais d’organiser des compétitions féminines.
– De façon insistante, la presse saoudienne évoque des pressions contre la toute- puissante police de mœurs pour que les magasins puissent désormais rester ouverts durant les heures de prière.

Les autorités semblent décidées à ouvrir davantage aux femmes les portes de l’économie du Royaume des hommes. Depuis février, des postes leur sont ainsi réservés au ministère de la Justice. Et de façon plus significative encore, on a décidé à peu près au même moment qu’elles pouvaient désormais se lancer dans les affaires sans l’accord d’un garant légal (mâle)…

Dans un pays où nul n’ignore la place que tient la religion, les aménagements, là encore, se succèdent. Ainsi, un membre du conseil de la Shoura a réclamé que les femmes, qui n’assistent pas aux enterrements, soient autorisées à aller sur les tombes de leurs proches, une proposition très répréhensible aux yeux des wahhabites purs et durs pour lesquels la célébration des morts est considérée comme un acte blâmable, proche de l’idolâtrie. Il est vrai que le même politicien avait déjà réclamé, par le passé, que des femmes fassent partie des équipes de secouristes de telle sorte qu’elles puissent prendre en charge les victimes de sexe féminin au lieu de les laisser périr, de crainte, pour les sauveteurs masculins, d’enfreindre des tabous religieux comme cela est malheureusement souvent arrivé dans le passé….

Dans le même registre, et de façon plus superficielle mais autrement plus visible, c’est le cas de le dire, un religieux de haut rang a glosé, dans un prône, sur le fait qu’une femme pouvait ne pas porter l’incontournable abaya noire destinée à la dissimuler totalement aux yeux des mâles environnants…

Pire encore, un intellectuel est passé sur une chaîne du Royaume pour dire tout le mal qu’il pensait de cette multiplication de mosquées qui font peur à tout le monde avec leurs minarets encombrants et dont les haut-parleurs intempestifs font pleurer les enfants ! Il est vrai qu’aux dernières nouvelles, l’imprudent vient d’être arrêté pour un motif qui n’a pas encore été précisé…

C’est un fait que les lignes rouges sont plus fluctuantes que jamais entre les avancées souhaitées par les « libéraux » locaux, au pouvoir dans l’entourage de MBS, et les habitudes d’une société sous la coupe, depuis des lustres, des religieux qui voudraient bien conserver leurs prérogatives… Dans ce contexte, ce qui était sévèrement puni hier devient toujours moins répréhensible, et même officiellement accepté, voire encouragé. Ainsi en est-il de la Saint-Valentin, abomination des abominations de l’idolâtrie jusqu’à l’année dernière et désormais fêtée presque officiellement ! Pour noyer le poisson, on va d’ailleurs expliquer que le phénomène s’observe partout dans le monde arabe (comprendre « musulman »). Et on va même trouver un religieux de service pour émettre une fatwa expliquant que les félicitations d’usage ce jour-là sont un « acte d’amour » à ce titre parfaitement licite en islam !

La dernière trouvaille des novateurs par « la politique du bonheur » comme je les ai appelés dans ces billets serait parfaitement anecdotique si elle ne touchait un point central de la doctrine musulmane concernant les jeux de hasard et les paris. Le très officiel Organisme des sports cérébraux, dirigé entre autres responsabilités par le très puissant Turki Al Shaikh (تركي آل الشيخ), l’âme damnée de MBS disent ses adversaires, a ainsi décidé d’organiser un tournoi de belote, doté (on est en Arabie saoudite) de 200 000 euros de prix, dont la moitié pour le vainqueur. Vous apprendrez peut-être à cette occasion que ce jeu de cartes extrêmement populaire s’appelle dans la région al-ballût (البلوت), un emprunt au moins linguistique à l’étranger païen, tout comme les jeux de cartes en général, connus sous le nom de koutchina (الكوتشينة), une déformation, via l’égyptien semble-t-il, de l’italien cartoncini.

Faut-il rappeler qu’une telle décision va, bien évidemment, à l’encontre de toutes les prescriptions religieuses édictées par les autorités wahhabites ? D’ailleurs, les réseaux sociaux regorgent de messages où l’on trouve des enregistrements de fatwas, parfois datant d’à peine un an, émises par des autorités religieuses du Royaume qui condamnent, sans l’ombre d’une hésitation, les jeux de cartes.(Ils sont souvent suivis de montages où l’on voit les membres de la famille royale se livrer à la passion des cartes : voir l’illustration ci-dessous !)

Inévitablement, dans une telle pagaïe, vous imaginez bien que les filles s’en mêlent ! À peine la décision d’organiser ce concours était-elle connue que des jeunes Saoudiennes, enivrées sans doute par la récente promotion de leurs droits, n’ont rien imaginé de mieux que de demander si elles pouvaient y participer ! Horreur des horreurs, des photographies où l’on voit des jeunes femmes jouant aux cartes dans l’enceinte de la grande mosquée de La Mekke ont déjà commencé à circuler…

Autant de scandales à venir, qui vont certainement beaucoup occuper les esprits et alimenter d’innombrables commentaires où il sera facile de jouer la pudibonderie stérile des religieux obtus contre le libéralisme magnifique du régent du Royaume. Pendant ce temps-là, on n’aura pas besoin de s’interroger sur le sort des très très nombreux prisonniers d’opinion, religieux, intellectuels, etc. Parmi lesquels on trouve des femmes, Noha al-Balawi (نهى البلوي) par exemple, détenue pour avoir exprimé (cachée derrière un niqab, mais pour des raisons de sécurité cette fois), tant ses convictions féministes que son refus de la normalisation avec l’État israélien…

La lutte de classe pour la pureté de l’arabe en Égypte

Classique ou dialectal pour parler d’amour ? (cadeau de la Saint-Valentin !)

Les Algériens (évoqués la semaine dernière) sont loin d’être les seuls à avoir des problèmes avec leur(s) langue(s) ou, plus exactement, avec la difficulté à faire cohabiter les usages publics et plus ou moins officiels de « l’arabe standard » avec les très nombreuses « parlures » du quotidien où l’expression peut se décliner selon d’innombrables registres sociaux et régionaux, éventuellement très éloignés de la norme officielle. Les Égyptiens, apparemment, découvrent le problème, et c’est plutôt une nouveauté.

L’heure doit être grave, en effet, pour que l’Académie de langue arabe du Caire ait soumis, en octobre dernier, un projet de loi pour la défense de l’arabe. S’il venait à être discuté rapidement par les parlementaires – ce que personne n’a l’air de croire – l’usage (exclusif) du « bon arabe » serait obligatoire dans la plupart des activités publiques : les médias naturellement, mais aussi l’ensemble des formalités administratives, les activités éducatives, la vie associative, les commerces, la publicité et autres signes dans l’espace public, etc. Les infractions pourraient entraîner des sanctions allant jusqu’à 6 mois de prison et l’équivalent de 9 000 euros, dans un pays où, selon les statistiques officielles, presque un tiers de la population de plus de 10 ans souffre d’illettrisme !

Un tel projet met en évidence la crise profonde d’un pays qui tourne à ce point le dos à ses réalités. Plus que jamais, et en particulier depuis la révolution du 25 janvier 2011 qui aura au moins eu cet effet, l’expression en égyptien est présente dans l’espace public, dans les médias et même dans la littérature où l’on voit se multiplier de nouvelles écritures qui inventent des combinaisons originales entre les registres linguistiques (outre celle-ci, voir les nombreuses références à l’onglet « langue » sur le côté gauche de ce billet). Les membres de l’Académie de langue arabe peuvent s’en inquiéter, et avec eux ceux qui pensent plus largement que la question linguistique et la lutte contre le « régionalisme » sont au cœur du projet politique arabe, mais il faut être vraiment désemparé pour imaginer que la loi des hommes puisse imposer le strict emploi de la langue du Coran au temps où les effets de la révolution numérique se combinent avec l’explosion démographique !

Ce repli sur la défense craintive de la pureté linguistique est plutôt inédit pour l’Égypte. Le pays a en effet connu, durant les premières décennies des luttes contre l’occupant étranger au tournant des XIXe et XXe siècles, une étonnante et très méconnue mobilisation populaire qui avait pour principal véhicule l’égyptien. Comme l’explique Ziad Fahmy dans un livre essentiel et trop peu connu (Ordinary Egyptians, Stanford UP, 2011), l’Égypte a inventé son identité moderne, entre les années 1870 et 1920, à la faveur d’un « média-capitalisme » où régnait en maître l’expression dialectale. Sa position plus que dominante au sein du système culturel régional, avec l’essor du cinéma parlant, a ouvert à l’âge d’or de la chanson arabe durant les décennies qui suivirent. Cette histoire a doté les Égyptiens d’une extraordinaire confiance dans leur propre langue, au point d’arriver à persuader la majorité des arabophones qu’elle était à coup sûr la plus belle, la plus romantique et même la plus authentiquement « arabe » notamment aux yeux de ceux qui avaient mis leur foi dans le projet national incarné par Nasser (lequel privilégiait l’expression dans le registre égyptien) !

Aujourd’hui, comme on le devine à la lecture de cet article (en arabe), le sentiment, très neuf encore une fois, d’une décadence linguistique associe indissociablement deux phénomènes : d’un côté la perte du prestige de l’égyptien sur le plan régional, de l’autre, la dégradation du dialecte national devenu de plus en plus « vulgaire ». Le premier aspect est celui qui a fait l’objet du plus grand nombre de commentaires. Pour le résumer, il suffit de rappeler que la disparition conjointe de Nasser et d’Oum Koulthoum au début des années 1970 marque symboliquement la perte du leadership égyptien sur la région. Au fil des décennies, il sera remplacé par la montée en puissance des monarchies pétrolières qui, en exploitant nombre de savoir-faire locaux (libanais et palestiniens notamment), vont imposer leur main-mise sur les médias d’abord, l’industrie des loisirs ensuite et, de plus en plus aujourd’hui, sur le réseau des institutions culturelles de prestige (musées, festivals…). Ce déplacement au détriment de la centralité égyptienne se note sur le plan linguistique par une présence et un « prestige » plus grands des parlers syro-libanais mis en vedette par les starlettes de la chanson et plus encore dans les feuilletons (même s’ils sont turcs car ils sont alors doublés en syrien).

Le second volet du nouveau « malaise linguistique » égyptien me semble moins souvent traité. A partir des années 1970, on assiste à la conjonction de différents facteurs : la massification de l’exode rural et les progrès de l’enseignement qui créent des viviers de clientèle pour de nouvelles pratiques culturelles ; les politiques culturelles sur le long terme qui cèdent la place à des actions sur le registre de l’éphémère et du spectaculaire (la dialectique du tathqîf et du tarfîh en arabe) ; les industries culturelle locales qui se développent dans le contexte de la mondialisation… Sur le plan culturel, les conséquences sont une marginalisation des anciennes formes culturelles légitimes, plutôt élitaires et partagées par les bourgeoisies urbaines, au profit des pratiques populaires destinées au marché de la consommation de masse. Dans un contexte de grande crise, et pas seulement économique, la petite-bourgeoisie égyptienne ne se reconnaît même plus dans « son » dialecte, celui des vedettes de la comédie musicale « de papa ». À en croire ces nouveaux nostalgiques, dont certains voudraient comme on l’a vu un improbable retour à une mythique pureté linguistique, celle du « bon arabe », les succès d’aujourd’hui ont pour véhicule une langue « souquie » (سوقي, du mot souq pour « marché », à comprendre comme l’équivalent de vulgaire, grossier voire ordurier). Un mot extrêmement fort par conséquent, pour déclasser les registres de l’expression populaire en les assimilant à la « racaille » sociale, celle des « sauvageons » de banlieue pour reprendre le vocabulaire hexagonal.

L’arabiste et le berbère : polémique sur les langues vivantes en Algérie

La députée Naïma Salhi en pleine argumentation.

En Algérie, on traite volontiers (et péjorativement) d’« arabistes » (3ouroubi / عروبي) ceux que l’on suspecte de vouloir étouffer, au nom de l’arabité nationale, les autres composantes identitaires du pays, à commencer par celle(s) des Berbères. Présents dans l’ensemble de « l’Afrique-du-Nord » comme on disait autrefois, ces derniers (voir ce précédent billet) préfèrent souvent se nommer eux-mêmes Imazighen (sing : Amazigh, pour « homme libre »). Le terme regroupe les locuteurs des nombreuses variantes du berbère (une cinquantaine d’après les linguistes, souvent menacées et même parfois oubliées comme le guanche, autrefois parlé dans les Canaries). Le tamazight (le nom, en berbère, de cette langue) s’écrit souvent (car il existe là encore des variantes) en tifinagh.

Pour être plus précis, il conviendrait sans doute de parler de « néo-tifinagh » car la réintroduction de cet alphabet a été largement l’œuvre de l’Académie berbère, très active en Grande Kabylie au début des années 1980. C’est d’ailleurs l’annulation d’une conférence de l’écrivain Mouloud Mammeri (مولود معمري) qui fut l’élément déclencheur de ce qu’on a appelé le « printemps berbère », lui-même héritier d’une tradition « berbériste » qui remonte au moins aux années 1930. Rétrospectivement, il apparaît que la répression sanglante de ce mouvement par les autorités (largement plus d’une centaine de victimes) trahissait la fragilité d’un système politique qui plongerait le pays dans la « décennie noire » des années 1990, à la suite de l’annulation du second tour des législatives de 1991 pour empêcher la victoire électorale du Front Islamique du Salut.

Depuis ces temps pas très anciens, les autorités algériennes ont nettement infléchi leur politique, multipliant les signes plus ou moins symboliques d’une reconnaissance de la langue berbère et donc aussi de l’identité dont elle est le vecteur. La plus spectaculaire de ces mesures est sans conteste la première célébration officielle, il y a quelques jours, de Yanayer, la nouvelle année berbère. Désormais, le 12 janvier est donc férié pour tous les Algériens. À la fin de l’année dernière, le Conseil des ministres a également officialisé la création de l’Académie algérienne pour la langue amazighe (ⵄⴳⵔⴰⵡ ⴰⴷⵣⴰⵢⵔⵉ ⵏ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⴳⵀⵜ), un projet annoncé dès… 2007 ! Un processus qui achève ainsi la lente reconnaissance du tamazight, reconnu comme « langue nationale » en 2002 et même, potentiellement, comme langue officielle dans le projet de révision de la Constitution de 2016.

Parallèlement à la création de cette nouvelle Académie berbère, les autorités ont également décidé l’allocation de postes budgétaires supplémentaires pour renforcer la formation et la recherche autour de cette langue au niveau universitaire et développer son enseignement dans le système éducatif algérien. De quoi susciter la colère des plus farouches « arabistes » du pays pour lesquels ces « concessions » au particularisme berbère, toujours suspect à leurs yeux d’être à la fois francophile et plutôt « de gauche » pour le dire très vite, représentent autant d’attaques à l’identité tant arabe que musulmane du pays.

C’est ainsi qu’une certaine Naïma Salhi (نعيمة صالحي), députée et présidente du Parti de l’Équité et de la Proclamation (حزب العدل والبيان : généralement considéré comme proche des islamistes) a réussi à faire beaucoup parler d’elle en diffusant une vidéo, largement reprise sur les réseaux sociaux et commentée dans les médias, dans laquelle elle s’emporte contre cette reconnaissance de la langue et de l’identité berbères. Cette femme politique, dont la finesse et la subtilité rappellent une Nadine Morano en France, va jusqu’à menacer de mort sa propre fille si elle l’entend encore prononcer un mot dans ce qu’elle appelle « le kabyle ». Pourtant inscrite dans un établissement privé (!), la petite se trouve en effet épouvantablement exposée à ce que cette femme politique considère n’être pas vraiment une langue, ou alors une langue morte, dont l’alphabet n’est même pas réellement fixé (allusion au tifinaght évoqué plus haut).

Naïma Salhi n’en est pas à son premier coup d’éclat. Il y a quelques années, elle avait ainsi réussi à faire beaucoup parler d’elle en vantant les charmes de la polygamie (mais pas ceux de la polyandrie à la différence de certaines Saoudiennes en avance sur leur temps). À l’image du discours identitaire du Front national en France, elle fait son miel de ceux qui réfutent ses idées avec les meilleurs arguments du monde, en soulignant par exemple qu’elle confond dans ses propos, entre autres sottises, Arabes et musulmans en parlant d’un milliard de locuteurs arabophones alors que ce chiffre s’applique, très grosso modo, aux musulmans (1,6 selon Wikipedia), les Arabes tournant aux alentours de 300 millions).

Néanmoins, sa démagogie populiste fait preuve d’une certaine « intelligence » de l’opinion qui peut se reconnaître dans nombre de ses propos. Bien que la ficelle soit très grosse, il est clair qu’elle s’attire des sympathies en surfant sur la fierté musulmane et plus encore sans doute sur le rejet des élites du pays lorsqu’elle refuse qu’on enseigne à ses enfants une langue « morte et inutile » alors que la progéniture de ceux qui soutiennent cette réforme, comprendre les fils de la nomenklatura, « vont à l’étranger pour apprendre les langues vivantes ».

Actrice consommée du langage politique local, Naïma Salhi n’ignore pas que dans les politiques linguistiques en Algérie il y a un peu de linguistique et beaucoup de politique.