Accord parental obligatoire : l’histoire pas très belle de Haïfa dans l’Egypte du maréchal Sissi…

haifabadgirl

Le monde arabe a-t-il jamais traversé crise aussi sévère ? La situation est dramatique en Syrie, au Yémen, au Bahreïn, en Libye pour s’en tenir aux exemples les plus évidents mais rares sont les pays de la région qui ne se débattent pas dans de très graves problèmes… Malgré cela, une bonne partie de l’opinion se passionne pour un film on ne peut plus commercial avec pour actrice principale une des vedettes people de la région ! Ne serait-ce que pour cette raison, il faut se résoudre à parler de Haïfa Wehbé et de la sortie, puis de l’interdiction, du film Halawet al-rûh (« La beauté de l’âme », par antiphrase sans doute, tellement le sujet du film ne semble pas correspondre au titre).

Présenté dans les salles égyptiennes le 8 avril, le film, financé par la société du producteur très commercial Ahmed El-Sobki (on a déjà parlé de lui ici), aura été retiré de l’affiche une semaine plus tard. Ibrahim Mahlab, l’homme qui assure en tant que Premier ministre l’interim (lui-même totalement illégal) à la tête du gouvernement qui précède l’élection claironnée à l’avance du maréchal Sissi, a en effet décidé d’innover dans la très riche tradition locale de la censure arbitraire. Alors qu’il avait reçu, contre toute attente, son visa d’exploitation, avec la seule mention d’une interdiction aux mineurs, ce remake de Malèna, histoire d’une veuve lascive qui fascine tous les mâles du coin, parmi lesquels figure un garçonnet, ne sera plus projeté avant de repasser devant ladite commission. Naturellement, celle-ci va s’arranger pour l’interdire, et ce n’est pas la démission, digne en l’occurrence, du responsable présumé du service officiel de la censure cinématographique qui changera quoi que ce soit !…

A l’origine de ce revirement qui ne s’embarrasse pas d’arguties juridiques (mais le pays en a vu d’autres, et des plus graves), l’éternel surenchère des pères-la-pudeur effarouchés par les charmes généreux de la diva libanaise. Signe que tout va mal dans le pays, ce n’est pas Al-Azhar qui a sonné la charge cette fois, mais un très sérieux National Council for Childhood and Motherhood qui s’est inquiété de cette mise en scène qui ne correspond pas « aux valeurs et aux habitudes de la société égyptienne » et qui s’est même ému du danger que constituait cette œuvre (malgré son interdiction aux mineurs) pour les jeunes enfants du pays… Bien entendu, l’institution religieuse a emboîté le pas très vite, en considérant qu’il fallait non seulement interdire ces images mais juger ceux qui, « par ces œuvres cinématographiques occidentalisées mettent en danger la sécurité morale de la société »…(article en arabe).

Habitués à se coucher dans le sens du vent, une bonne partie de ceux qui font aujourd’hui l’opinion publique dans ce pays manifestement plongée dans un total désarroi ont fait leur habituel numéro à l’antenne, le plus souvent sans être allés voir le film (ou alors en cachette !) Quant aux réseaux sociaux, ils ont montré une nouvelle fois combien il est naïf de vouloir en faire les vecteurs infaillibles d’une vox populi progressiste et tolérante : le compte Twitter, pourtant très suivi, de la vedette libanaise avec son tag #HalawetRooh peine à faire entendre sa voix face aux #shukranmahlab (« merci Mahlab », du nom de l’obscur Premier ministre soudain devenu une vedette) et autres campagnes sur Facebook, du type Kifaya esfaf (Assez de bassesses [morales]). Quant au petit garçon qui joue dans le film, la chaîne Al-Arabiya raconte, sans vraiment trop s’en offusquer, qu’il ne peut plus se rendre à l’école sans se faire cracher dessus par des passants qui aimeraient bien refaire l’éducation de ce petit kâfir (mécréant).

Les accusations de ceux qu’affolent les déhanchements lascifs des stars de l’écran sont assez révélatrices de leurs fantasmes. Certains, qui prennent sans doute leurs désirs pour des réalités, se sont fait tout un scénario et sont désormais persuadés que le gamin du film a violé la belle Haïfa (Rûh, dans le film), laquelle est enceinte de ses œuvres (article en arabe) !!! On voudrait bien croire qu’il y a derrière ces violentes attaques contre Haïfa et ce qu’elle représente un authentique sursaut moral, dans une société où plus de 99 % des femmes, selon un rapport récent de l’ONU, ont été victimes de harcèlement sexuel… Malheureusement, il est bien plus probable que ceux qui s’agitent sont avant tout des opportunistes hypocrites. Après tout, le film est tout juste à peine suggestif au regard de ce qu’on trouve sur Internet où la frustration de la jeunesse arabe trouve un pauvre exutoire à ses désirs inassouvis (selon cette très intéressante étude, les 22 pays arabes comptent pour 10 % des requêtes mondiales avec le mot « sex » sur Google, sans compter les demandes en caractères arabes !)

haifaabuhashimaInterdit ou pas (en Egypte, mais aussi à Bahreïn, aux Emirats…), le film trouvera son public, comme le sait fort bien son producteur qui « menace » de l’offrir gratuitement (article en arabe) à la distribution dans les salles égyptiennes : émeute garantie! Quant à Haïfa, le scandale de Halawet al-rûh n’est qu’un nouvel épisode dans une très longue série, qui ne diminuera en rien la fascination qu’elle exerce sur le public, bien au contraire. Et pour finir sur cette triste comédie à l’égyptienne, précisons encore que le dernier mari officiel de la comédienne libanaise (ils ont divorcé en novembre 2012) n’était autre que le richissime homme d’affaire Abu Hashima (bio en anglais de cette caricature de nouveau riche). Cette très très grosse fortune – dont l’origine est tout aussi sulfureuse que la vie privée de Haïfa au regard d’une certaine morale – est un des principaux soutiens du maréchal Sissi…

Si vous en avez l’envie, bande annonce de Halawet al-ruh ici. A mon goût personnel, cela ne vaut rien au regard de ce sommet de kitsch que constitue la vidéo de Anta teny, insérée dans ce billet.

Divorce à la libanaise : le Sayyid et la Sayyida

feirouz2
Sur un site comme il en existe des milliers sur la Toile, un musicien libanais révèle que sa mère, artiste célèbre elle aussi, « aime beaucoup » le Secrétaire général du Hezbollah. Un entretien mis en ligne le 17 décembre, sous le titre « Ziad Rahbani (…) : J’ai confiance dans la résistance ». On y parle de toutes sortes de sujets, des intempéries dans le pays à la situation en Syrie en passant par la scène médiatique locale. Mais une phrase, une seule, a suffi à déclencher un déluge de protestations, elles-mêmes submergées par un raz-de-marée de répliques indignées : «  Feirouz aime beaucoup le Sayyid Hassan (فيروز تحبّ السيد حسن كثيراً ). Elle va me le reprocher, comme lors de cet entretien pour une télévision où j’avais parlé en public d’affaires privées et où elle m’avait interrompu. (Sourire) »

La belle affaire ! Donc, celle qu’on appelle la Sayyida – un des surnoms de Feirouz, littéralement « Madame », mais qui signifie aussi La Dame, y compris avec l’allusion à la vierge Marie (la chanteuse est née dans une famille chrétienne) – « aime beaucoup », aux dires de son fils, le Sayyid, littéralement « monsieur », mais il s’agit ici du titre donné à un descendant (mâle!) du prophète via ses petits-fils Hassan et Hussein et qui, employé de façon absolue, ne peut référer, sous une forme à la fois admirative et affectueuse, qu’au seul Secrétaire général du Hezbollah. Au vu du tollé suscité par sa déclaration, Ziad Rahbani « en a rajouté une couche » dans une émission de la chaîne Mayadeen (sur cette chaîne, voir ce billet) pour dire que « ceux qui attaquaient le Sayyid [Nasrallah]et la Sayyida [Feirouz] étaient les défenseurs d’Israël ».

Au Liban et ailleurs, la petite phrase du fils de Feirouz est devenue une véritable affaire d’Etat qui continue, deux semaines plus tard, à susciter de nombreux commentaires, en premier lieu chez les personnalités politiques. Ami d’enfance de Bachar El-Assad et héritier d’une famille politique maronite du Nord du pays considérée comme prosyrienne, Soleimane Frangié a ainsi « twitté » son appui à la chanteuse dont le soutien à la résistance « n’est pas étonnant » à ses yeux. Quant à Walid Joumblatt, autre féodal (druze, et dans le Sud cette fois), il a déclaré que la chanteuse était « trop éminente » pour être mêlée aux minables combats politiques du moment. Après Nabih Berri, le Président du Parlement libanais, qui a jugé bon de revenir lui aussi sur la question, le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah en personne, y a fait également une allusion transparente dans un discours prononcé le 20 décembre (courte vidéo ici) en ironisant sur la situation libanaise où certains réclament « un gouvernement neutre » (de technocrates) alors que le simple fait que quelqu’un dise apprécier quelqu’un d’autre – en l’occurrence la présumée sympathie de Feirouz pour sa propre personne – fait l’effet d’un tremblement de terre ! »

Bien entendu, les médias sont de la partie, et les réseaux sociaux plus encore. Parmi de très nombreux articles de presse, on doit signaler ceux du Al-Akhbar, qui a sans doute déclenché toute l’histoire en signalant le premier l’entretien de Ziad Rahbani dans un tout petit article en dernière page le 17 décembre. Deux jours après, le quotidien beyrouthin a publié une double-page (et un éditorial) en réponse à des réactions particulièrement violentes dans les médias sociaux. Parmi celles-ci, celle du célèbre éditorialiste Hazem Saghié utilisant sur sa page Facebook l’expression « feu Feirouz » (الراحلة) pour signifier ainsi que son idole d’hier n’existait plus désormais à ses yeux.

Ou encore, toujours sur les réseaux sociaux et sur un mode qui deviendra le principal argument des critiques des propos de Ziad Rahbani, l’argumentation développée par Fawwaz Traboulsi (le 19 décembre). Pour ce politologue et essayiste libanais, figure importante d’une partie de l’extrême-gauche locale (tendance plutôt trotskyste), il est pour le moins étonnant qu’une des plus belles voix arabes affiche son soutien à un religieux qui est « à la tête d’une parti qui interdit d’écouter la musique et les chants, sauf pour ce qui est des chants religieux et militants (hamâsiyya) et qui interdit d’écouter en particulier les chants interprétés par les femmes » (على رأس حزب يمنع الاستماع من الموسيقى والاغاني الا على الاناشيد الدينية او الحماسية وهو يمنع الاستماع خصوصا للاغاني التي تغنيها النساء بعامة). Un argument auxquels le camp opposé répond assez abruptement que « la voix de Feirouz l’emportera sur [celle du] Daash » (l’acronyme des combattants pour l’Etat islamique en Irak et au Levant).

Une semaine plus tard, la réaction de Fawwaz Traboulsi (voir par exemple le commentaire du 24 décembre toujours sur sa page Facebook, en réponse à une autre émission sur la chaîne Al-Mayadeen) fait encore couler beaucoup d’encre et plus encore de flux numériques, mais à cause d’une autre allusion. Il s’agit cette fois de « l’étroite relation » de Feirouz et des Rahbani « avec le gouvernement de la famille El-Assad et le régime bassiste syrien » (صلة وثيقة بحكم بيت الاسد وبالنظام البعثي السوري). Ce qui explique qu’il « n’est pas étonnant que cette vieille relation s’altère en une forme ‘d’amour’ pour le Secrétaire général du parti qui combat aujourd’hui en Syrie pour défendre le régime de la famille et du parti » (فلا عجب ان تنسحب تلك الصلة القديمة «حبّاً» لأمين عام الحزب الذي يقاتل الآن في سورية للحفاظ على نظام الاسرة والحزب).

feirouzOn pourrait ajouter à ce dossier bien d’autres éléments encore, ce qui naturellement incite à s’étonner – ou même à se désespérer – de voir les « meilleurs esprits » du pays et de la région se perdre ainsi en considérations oiseuses sur les choix politiques d’individus qui ne sont, après tout, que de simples vedettes de la chanson, surtout à un moment où il y a tant de raisons d’intervenir sur des sujets autrement plus graves. Mais ce serait ignorer le fait que ces échanges en apparence futiles dans le champ artistique et culturel sont précisément l’expression, ou encore le prolongement, des combats politiques. Bien entendu, autour des propos attribués à Feirouz par son fils (et résolument démentis depuis par sa sœur Rima !), on retrouve, en rangs bien ordonnés, les partisans du 8 Mars et ceux du 14, ceux qui considèrent que les combats en Syrie sont désormais totalement dominés par une conspiration internationale visant à affaiblir le « front de la résistance » et ceux qui pensent que l’existence de soutiens très douteux, sur le terrain comme dans les chancelleries, n’altère en rien l’authenticité du soulèvement du peuple syrien.

Futile et même désespérante par bien des côtés, cette polémique appelle encore d’autres remarques. On peut ainsi rappeler qu’elle a été provoquée par les propos d’un homme, Ziad Rahbani, dont on se plaisait à rappeler, il y a peu encore (cela veut dire quelques mois, deux ans tout au plus), qu’il symbolisait un certain esprit de révolte, une conscience refusant l’oppression politique, une sorte de modèle avant l’heure de l’esprit insurgé qui souffle depuis sur la région. Pourtant, en Egypte déjà (en mars 2013, à l’occasion d’un concert au Caire boycotté par une partie de la jeunesse révolutionnaire locale) mais plus encore en Syrie où on évoquait dans ce billet un concert donné en août 2008, l’image de Ziad Rahbani est désormais brouillée aux yeux d’une partie importante de son public.

Pour Feirouz, icône du monde arabe – la dernière sans doute car on ne rangera pas Haïfa Wehbé ou Tamer Hosny dans la même catégorie ! – le phénomène est encore plus visible, et même plus troublant. Pour plusieurs générations, depuis son apparition sur la scène arabe au milieu des années 1950 (en bonne partie via Radio Damas!), la diva est l’incarnation vivante d’un âge d’or marqué, entre autres choses, par la  formulation d’un « être arabe » dont la « sensibilité politique » était illustrée par exemple par des chansons offertes à Jérusalem, Damas ou Beyrouth, autant de capitales d’un « être ensemble » rendu possible par un projet commun.

Ceux qui se déchirent aujourd’hui autour des propos prêtés par Ziad Rahbani à sa mère le pressentent, le savent même : briser cette icône qu’est devenue Feirouz, c’est prendre le risque de rompre définitivement avec ce projet, c’est choisir un divorce qui risque fort de rendre impossible à l’avenir toute vie commune. Emportée par la passion, par la haine qui s’est installée sur la douleur des uns et des autres, la conciliation semble néanmoins impossible.

Formons malgré tout des vœux puisque c’est le moment de le faire…

Les réseaux sociaux, machines à créer de la violence : comment curer Facebook ?

policiersNet

 

Inévitablement, après des années d’enthousiasme pour Internet et ses prodiges politiques – au sens le plus étroit de l’adjectif –, l’heure est aujourd’hui aux examens de conscience. Repéré sur Seen This , cet article évoque comment Internet et pouvoir entretiennent des rapports moins roses qu’on aurait aimé le croire. Pour Bruce Schneeir, dont les différents commentaires sont cités, il faut bien reconnaître que la technologie renforce les internautes, mais plus encore à la longue les pouvoirs en place, politiques et économiques. Il constate aussi que l’univers sans frontières du Web voit ressurgir aujourd’hui de nouveaux nationalismes cybernétiques. Et afin d’achever de nous désespérer, il rappelle encore que la surveillance policière sur la Toile dépasse désormais tout ce qu’on avait pu imaginer.

Dans le même état d’esprit, on s’aperçoit aussi de plus en plus, et notamment à la lumière de certains soulèvements arabes, que le gigantesque agora public ouvert 24/24 h et censé renforcer la société civile et la démocratie directe prend des allures de Far West. Bien loin d’apaiser les conflits, les flux numériques, démesurément décuplés par les réseaux sociaux, ne servent guère à créer du lien social mais contribuent au contraire à déchirer à toute vitesse la toile des relations ordinaires, même quand elle a été tissée par d’innombrables années de vivre ensemble.

Dernier exemple en date, le Liban, dont les nouvelles sont chaque jour plus inquiétantes et où la violence politique se nourrit à l’évidence de tout ce qui circule sur Internet. Au point que des cyberactivistes locaux – voir L’Orient-Le Jour ou (en arabe) Al-Akhbar – ont imaginé une page Facebook (logo en haut de ce billet) qui fonctionnerait comme une sorte de poste de police du Net pour alerter contre les dérives confessionnelles les plus dangereuses.

Les promoteurs ne se font guère d’illusion sur leur pouvoir d’empêcher de nuire et leur page n’a guère attiré pour l’instant que 500 membres… De plus, ils savent bien que les sites éventuellement fermés renaissent immédiatement sous une autre adresse. Et de toute manière, demander la fermeture d’un site est rarement une solution car les critères justifiant cette censure sont forcément discutables. On en avait parlé dans un billet écrit dans les premiers mois des soulèvements arabes, lorsque Facebook s’était empressé de supprimer la page, pourtant non violente, appelant à la « Troisième intifada » en Palestine. On l’a vu plus récemment encore lorsque les pages de la chaîne Al-Manar, proche du Hezbollah comme on sait, ont été fermées (article dans le Daily Star), l’été dernier, pour incitation à la violence (quand on voit ce qui s’échange sur d’autres sites, notamment syriens, il y a vraiment de quoi sourire).

A bien y regarder, c’est en fait la totale liberté de la Toile qui pose problème, le seul fait qu’elle soit ouverte aux intiatives individuelles, y compris les mieux intentionnées. On s’en rend vite compte dans le cas de cette toute récente initiative égyptienne (article en arabe), visant à dénoncer sur le Net les trop nombreux auteurs de harcèlements sexuels : peut-on laisser tout un chacun dénoncer publiquement tel ou tel individu, au mépris des règles péniblement mises en place dans les sociétés pour réguler un peu la violence entre les personnes ? Dans un autre contexte, bien plus violent encore, il faut être aussi saoudien que le quotidien Elaph pour, sans la moindre nuance, se réjouir (voir cet article d’octobre 2011, en arabe) de voir fleurir sur les réseaux sociaux syriens des listes de dénonciation de présumés collaborateurs, dont certains seront purement et simplement liquidés sans autre forme de procès…

La Syrie, précisément, est certainement l’exemple le plus récent d’une situation particulièrement dramatique. Avec un ton très détaché, cette étude, publiée l’été dernier par l’académie militaire de West Point aux USA, s’intéresse à la manière dont les deux camps se servent des réseaux sociaux comme d’une arme stratégique. Une arme qui, certes, fait des morts, au sens strict du terme et dans laquelle presque tous les acteurs se sont très vite engagés comme on le constate à la relecture de cet article (en arabe) écrit dès le mois de juin 2011 et qui se terminait par l’évocation de la fort étrange Gay Girl in Damascus, belle invention des spin doctors du Net.

De façon moins spectaculaire, les réseaux auront vu se multiplier les fake : fausses nouvelles et fausses images, mais aussi faux commentaires et même fausses pages attribuées à telle ou telle personnalité, pour défendre les idées d’un camp ou plutôt pour attaquer celles de l’autre. Restées en Syrie ou installées à l’étranger, actives sur la scène publique mais aussi parfaitement silencieuses, toutes les personnalités ou presque de l’écran ou de la chanson se sont fait embrigader, parfois sans avoir rien demandé, non seulement dans le combat politique sur les réseaux sociaux mais aussi dans les affrontements les plus sectaires. Et les intellectuels, célèbres ou rêvant de l’être, ne sont pas en reste (article en arabe)… Certains en tirent déjà les conséquences (Al-Akhbar en anglais) : Social networking sites failed in their pioneering role in the Arab Spring, which quickly turned into a bloodbath, tandis que d’autres (article en arabe dans Al-Safir) notent que les « Syriens se détournent des médias [y compris lesdits médias sociaux]… en attendant leur tour de mourir »…

Certes, comme l’écrit récemment Le Monde dans un texte aussi documenté qu’optimiste, il y a des réseaux de formation aux rebelles, pour former de plus efficaces « journalistes-citoyens », lesquels seraient déjà en train de préparer l’après-Assad !… Un travail de formation qui vise à améliorer ce qu’on appelle en français, à partir du terme anglais curator, la « curation d’Internet », au sens d’une sélection des contenus les plus pertinents, les plus intéressants (comme le curator d’une exposition sélectionne les œuvres proposées au public). Mais si l’origine du mot latin renvoie à l’idée de soin, curer, en français, c’est d’abord nettoyer la fosse aux ordures, nettoyer à fond – récurer – jusqu’à faire disparaître toute saleté.

Et ce n’est pas gagné d’avance !

Fin de partie pour “Les Belles-Lettres”: la revue Al-Adab suspend sa publication

Il y a adab (أداب) et âdâb (آداب), littérature et belles-lettres (lire sur le site fabula.org, un texte remarquable d’Antoine Compagnon sur ces deux termes dont l’évolution, un peu plus tard, manifeste également le « sacre de l’écrivain » arabe). Aujourd’hui, peut-être provisoirement, on peut dire que les belles-lettres arabes ont vécu. Dans l’éditorial (en arabe) de la dernière livraison de la 60e année (illustration de couverture ci-contre), son rédacteur en chef, Samah Idriss, fils du fondateur, Souhail (décédé en 2006), annonce en effet la « suspension temporaire » de la célèbre revue littéraire et culturelle Al-Adab.

Celle-ci peut donc devenir, au vrai sens du terme, un « lieu de mémoire », tant la revue, fondée pour accompagner la révolution égyptienne de 1952, en revendiquant son engagement, au sens esthétique du terme, est désormais inscrite dans le patrimoine arabe. Elle aura accompagné les années d’or de la scène culturelle beyrouthine au tournant des années 1960, quand la capitale libanaise, par son dynamisme et son ouverture aux créateurs de toute la région, disputait au Caire son leadership culturel. Adossée à une maison d’édition spécialisée en littérature moderne – dont les activités, en revanche, se poursuivent –, elle aura aussi contribué à « asseoir », à une époque où c’était encore loin d’être évident, la légitimité de la prose de fiction en général et du roman, notamment dans des débats, restés célèbres, avec les animateurs d’autres revues de l’époque, privilégiant davantage une révolution de la forme (ou bien une révolution formelle), à l’image des animateurs (Youssef el-Khâl, Khalil Hâwi, Adonis…) de la revue Shi’r (Poésie) au début des années 1960.

Après avoir donné à la revue, depuis plus d’une vingtaine d’années, une nouvelle impulsion, faisant d’elle une tribune engagée pour une conception résolument nationaliste et laïque de la culture et de la pensée arabes (« Ma confession [au sens de communauté religieuse, tâ’ifa], c’est le nationalisme arabe de gauche », dit-il ainsi dans cet entretien en arabe publié en juin 2010 par le quotidien Al-Quds al-‘arabi), Samah Idriss renonce, au moins provisoirement. Non pas pour des raisons financières, la revue est déficitaire depuis longtemps mais la maison d’édition est solide, ni même en raison des nombreux procès que lui vaut son engagement, mais parce qu’il ne voit plus de raison, dans le contexte actuel, de dépenser une telle énergie pour un lectorat qui se réduit comme peau de chagrin.

A l’occasion d’un entretien (en arabe) publié dans Al-Akhbar, il s’explique en se demandant à quoi bon continuer un tel travail acharné, si personne ne s’intéresse plus à la culture y compris au sein de la gauche, si le consumérisme l’emporte sur tout, au temps où domine dans la région un islam politique qui n’aura pas le souci de « produire un moment culturel » (لا يمكن التعويل على الإسلام السياسي لإنتاج حالة ثقافية ). A quoi bon puisqu’il est impossible d’aller à contre-courant s’obstiner à éditer une revue dont le rôle, précisément, est de « se révolter contre la pensée dominante/l’ordre établi » (ثورة على السائد) ?

Problème d’une revue « qui a perdu le combat avec la génération internet » comme le titrent certains articles (ici, en arabe) ? Même si l’on a pu assister, à Beyrouth justement, à la naissance d’autres revues de qualité – Al-Akhar autour d’Adonis, Al-Tarîq, Bidâyât, Kalamon… –, faut-il penser avec Hussein Ben Hamza (article en arabe) que la temporalité d’une revue papier n’est plus celle d’une époque où même les rubriques quotidiennes de la presse peinent à suivre une actualité littéraire et culturelle qui s’énonce aujourd’hui dans l’immédiateté des réseaux sociaux, Facebook en tête ?

On peut le croire. La disparition – si ce devait être le cas – de Al-Adab, en tout cas sous la forme qui a été la sienne depuis 60 ans, signalerait ainsi la fin d’une époque, celle du « sacre de l’écrivain » arabe, pour reprendre l’expression de Paul Bénichou. Un paradigme ouvert avec la Nahda – la « résurgence arabe » comme la nommait Jacques Berque (merci au lecteur qui me l’a rappelé) – se referme, en donnant un sérieux coup de blues à ceux qui ont porté ce modèle. Mais pas forcément un coup de vieux. Samah Idriss, très loin de rejoindre le camp des aigris, nourrit toutes sortes de projets personnels : remettre sur le métier son grand dictionnaire arabe, un projet qui renoue avec l’énergie créatrice des pionniers de la Nahda, et poursuivre son travail avec les générations de demain, en continuant d’écrire, comme il sait si bien le faire, pour la jeunesse arabe (sur cette facette de son talent, voir les billets de Mathilde Chèvre, la grande spécialiste de la question, ici et ).

“Shankaboot” : une petite révolution sur le web arabe

 

www.shankaboot.com

 

Les mots-valises sont rares en arabe, mais quand il y en a, ce sont de vraies trouvailles ! Mahmoud Darwich avait ainsi inventé, dans Une mémoire pour l’oubli, “sirnâma” (سار + نام), marcher dans son sommeil, somnambuler. Dans un tout autre registre, on a aujourd’hui shankaboot, forgé sur « réseau » et « araignée » (شبكة + عنكبوت), deux des mots utilisés pour désigner le Web. “Shankaboot”, c’est le nom que donne Suleiman à son scooter, son instrument de travail à Beyrouth où il s’est « inventé » un métier. Suleiman a quinze ans – même s’il affirme qu’il en a 20 – , il ne va pas à l’école et gagne sa vie en livrant tout ce dont le voisinage peut avoir besoin. L’occasion pour lui de voir s’ouvrir toutes les portes, de rencontrer toutes sortes de personnes, et de vivre bien des aventures que raconte Shankaboot, la web drama du même nom.

Lancé en mars 2010, le premier feuilleton arabe sur internet en est aujourd’hui à sa cinquième saison (à raison d’une dizaine d’épisodes par saison). L’effet de nouveauté est passé, la shankamania est peut-être un peu retombée, mais durant les six premiers mois le site a tout de même attiré plus de 100 000 visiteurs (jusqu’à 2 000/jour), 320 000 épisodes avaient été vus sur YouTube, et 30 000 sur Facebook où la page de la série rassemble aujourd’hui presque 30 000 membres… Une réussite saluée par de nombreux prix internationaux, tel que le prestigieux Digital Emmy Awward en 2011.

Shankaboot est produit par Batoota Film, une société de production fondée par Katia Saleh, une « ancienne » de Channel 4. Une expérience qui a dû l’aider à convaincre le BBC World Service Trust, un fonds d’aide à la création surtout pour les pays d’Afrique, d’Asie ou du Moyen-Orient. En effet, cette web drama n’est pas un produit commercial même si, le succès aidant, elle pourrait évoluer en film ou drainer quelques rentrées publicitaires. Au contraire, c’est une production en quelque sorte « engagée ». A la manière d’aujourd’hui, surtout pour son public cible, la tranche des 15-25 ans (voire un peu plus), cette génération des « natifs du numérique » dans le monde arabe qu’on a vu à l ‘œuvre, avec des fortunes diverses, dans les divers soulèvements de l’année 2011 (le lancement de la 4e saison de Shankaboot a même été quelque peu perturbé par la chute de Moubarak !). Gavée de chaînes satellitaires et de vidéoclips, la jeunesse arabe – en tout cas celle des middle class urbaines – se tourne de plus en plus vers internet qui lui offre un univers de possibilités qui, avec les applications nomades pour smart phones, accompagnent sa vie quotidienne.

A l’origine, le « concept » d’une série internet n’a bien entendu rien de spécifiquement arabe mais le projet de l’équipe de Shankaboot (6 scénaristes, avec en particulier Bassem Breish) est précisément de proposer au public local quelque chose de différent des feuilletons turcs ou mexicains. Montrer ce dont les médias mainstream ne parlent pas, contribuer à créer, parmi les jeunes générations branchées en permanence sur le numérique, une conscience sociale en n’hésitant pas à traiter de problèmes aussi tabous que la drogue, le confessionnalisme, les relations de classe (mais si !), la prostitution et le sexe, la situation des (esclaves) domestiques, la course à l’argent et au paraître, etc. Autant de sujets qui passionnent la jeunesse, et qui « passent » parfaitement car Shankaboot s’inspire d’histoires quotidiennes pour mettre en scène des personnages ordinaires (les acteurs sont amateurs), qui parlent le langage de la rue.

https://www.facebook.com/shankaboot

Pas de sermons ni de leçons de morale, mais tout cela reste bien superficiel, diront les grincheux ! (D’autant plus que chaque épisode ne dure que 5 minutes, menées à train d’enfer, à la fois pour s’adapter aux modes de consommation du public et pour tenir compte des débits très médiocres d’internet au Liban avec des temps de déchargement qui ne sont acceptables pour l’internaute que s’il découvre à chaque fois des séquences très brèves. Mais précisément, Shankaboot, ce n’est pas que le feuilleton : le site où l’on peut visionner les épisodes (en plus de Facebook et YouTube) est conçu comme une plate-forme interactive où les fans sont appelés à débattre sur les sujets évoqués dans les séries et même à intervenir sur certains aspects de l’histoire. Il y a aussi des rencontres scolaires, et surtout des ateliers qui s’efforcent de faire essaimer « l’esprit Shankaboot » dans la région (un tiers des visiteurs provient de Jordanie, d’Egypte et d’Arabie saoudite semble-t-il). Dans la rubrique « shankactive », on trouve ainsi plusieurs mini-projets, tournés sur des téléphones portables – on est pas très loin de la révolution “pixelisée” voir ce billet –, de préférence un Nokia, société qui a développé une application pour faciliter le visionnage de la série ! Là encore, on n’est jamais très loin du politique, comme dans cette séquence, mise en ligne en mai 2011, où l’on voit une jeune Syrien chercher partout dans le pays la tombe la moins chère possible…

Internet, principal vecteur de diffusion d’une série destinée au 15-23 ans du monde arabe pour évoquer les vrais problèmes dans cette région, selon des modalités narratives qui assument leur rupture avec les codes narratifs traditionnels : Shankaboot, imaginé en 2009 et mis en ligne à partir de mars 2010, était bien, à plus d’un titre, une petite révolution sur le web arabe !

Tout un dossier de presse est disponible sur le site de la première web drama arabe où l’on peut bien entendu visionner tous les épisodes, sous-titrés qui plus est !

Des “chaînes” sur les médias arabes : de la place pour Al-Mayadeen ?

"Canal Al-Mayadeen : la réalité telle quelle." (Ghassan Ben Jeddou, président du CA de la chaîne et directeur des programmes)

Au temps des médias sociaux, les « vieux » médias ne doivent pas être enterrés trop vite ! Dans le monde arabe, plusieurs événements viennent de nous le rappeler. À Doha – capitale du Qatar et de l’information télévisée arabe car c’est le siège d’Al-Jazeera – s’est tenue tout récemment la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe. De nouvelles sanctions ont été demandées à l’encontre de la Syrie et, parmi celles-ci, l’interdiction de toutes les chaînes télévisées syriennes diffusées sur les satellites Arabsat et Nilesat (toutes, cela veut dire y compris Syrian Drama, même si sa programmation ne comporte que des feuilletons). Juridiquement, Nilesat est la propriété d’une société privée égyptienne qui, dans les limites du droit commercial, peut faire ce que bon lui semble. Pour Arabsat, c’est plus compliqué car le satellite est une joint venture entre les différents Etats arabes, à laquelle la Syrie est naturellement associée. Mais depuis novembre dernier la Syrie est « provisoirement exclue » de la Ligue (une décision sans précédent, si ce n’est celui de l’exclusion de l’Egypte à la suite des accords de Camp David). Juridiquement, l’affaire va être compliquée.

On l’a un peu oublié mais en septembre dernier l’Union européenne avait déjà pris des mesures similaires contre le ministère de l’Information syrien mais également contre une chaîne locale, Addounia TV, accusée d’inciter à la violence et retirée du satellite Hotbird, propriété d’Eutelsat. (Sans oublier l’interdiction de la chaîne palestinienne Al-Aqsa par le CSA français en 2010, ou celle plus ancienne encore d’Al-Manar, par le CSA à nouveau mais également dans d’autres pays comme les USA, l’Espagne ou l’Allemagne.) Autant de bannissements qui, pour certains, constituent une sérieuse limitation au droit à la diversité d’opinion, même s’il existe bien entendu des solutions de rechange, les satellites russes ou iraniens pour les Syriens, ou encore internet. Ce qui vient de se passer à Doha fait malgré tout remonter à la mémoire une autre réunion de la même Ligue arabe, en février 2008, lorsque les ministres de l’Intérieur du monde arabe tentèrent d’imposer une « charte de bonne conduite », qui ne présageait rien de bon pour la liberté de l’information (à l’époque seul ou presque Qatar s’y était opposé !). Le « printemps arabe » est passé mais les mauvaises habitudes perdurent… Nouveaux médias en ligne ou pas, ces décisions officielles confirment que la télévision est en première ligne dans les conflits géopolitiques régionaux.

Dans ce contexte, on annonce le lancement la semaine prochaine, à Beyrouth, d’Al-Mayadeen. A première vue, la nouvelle chaîne d’information va avoir du mal à trouver sa place, « coincée » qu’elle est entre les deux actuels mammouths de l’info, Al-Jazeera (Qatar) et Al-Arabiya (Arabie saoudite) d’un côté et, de l’autre, les deux mastodontes en puissance, Sky News Arabia que vient de lancer à Dubai News Corp, le groupe de Rupert Murdoch, et Al-Arab, le projet d’Al-Waleed bin Talal, patron du groupe Rotana, annoncé pour novembre prochain à Manama. On suppose que ses moyens ne lui permettront pas de jouer dans la catégorie des poids lourds, même si les informations sur son financement sont plus que lacunaires. Cinq cents employés (dont 125 journalistes), un siège provisoire dans la banlieue sud (pas vraiment le quartier branché de la capitale libanaise), des bureaux au Caire et à Tunis pour le monde arabe, à Damas aussi semble-t-il, Téhéran, Washington, New York, Londres et Moscou pour le reste, un réseau de correspondants dans toute la région avec un effort particulier pour la Palestine… Des moyens existent tout de même, en provenance selon certains de l’Iran, de la Syrie et du Hezbollah, quand d’autres affirment qu’ils proviennent au contraire du Qatar, de la Turquie et de quelques hommes d’affaires du Golfe. Deux hypothèses parfaitement opposées, qui s’accordent néanmoins sur l’essentiel : « printemps arabe » ou pas, aucun projet médiatique arabe d’envergure ne peut voir le jour sans appuis politico-financiers…

Même sans informations précises sur les bailleurs de fonds, on n’a pas trop de mal à deviner le créneau que Al-Mayadeen va chercher à occuper dans le paysage médiatique panarabe. Son rédacteur en chef n’est autre que Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو). Panarabiste convaincu, cette étoile des médias arabes, réputée proche du Hezbollah, a démissionné avec fracas en avril 2011 d’Al-Jazeera auquel il reprochait une couverture des soulèvements arabes à la fois trop discrète sur la répression au Bahreïn et trop tonitruante dans le cas syrien… Même profil pour Sami Kleib (سامي كليب), parti lui aussi en claquant la porte de la chaîne qatarie, ou pour le reste de l’équipe qui compte, entre autres recrues prestigieuses, Zahi Wahbé (زاهي وهبي) pour la culture et George Galloway, l’étonnant député propalestinien de la Chambres des Communes !

Krayyem, Kleib and bin Jiddo, conférence de presse, juillet 2011 (source : The Daily Star: http://www.dailystar.com.lb)

L’équipe ne serait pas complète sans Nayef Krayyem, dont la présence dans le trio fondateur lors d’une conférence de presse en juillet dernier interroge. Le Directeur général (General Manager) d’Al-Mayadeen est en effet un ancien haut responsable d’Al-Manar, ce que rappelle le site nord-américain très conservateur Pjmedia, qui s’étrangle de constater que les bureaux de cette chaîne « liée au Hezbollah » ne seront qu’à « quelques blocs de la Maison Blanche » ! En oubliant de mentionner tout de même que Krayyem, à l’itinéraire sans doute un peu sinueux, a quitté Al-Manar, en assez mauvais termes d’ailleurs, depuis une bonne dizaine d’années…

Al-Mayadeen (الميادين), en arabe, cela peut signifier « les domaines », « les sujets » mais également « les places », une référence parfaitement assumée aux grandes places qui, au Caire ou ailleurs, ont été le théâtre des divers soulèvements arabes. A l’heure où l’étoile d’Al-Jazeera pâlit (voir aussi cet article en anglais de Vivian Salama), on peut imaginer, même si le pari est audacieux, qu’il y a de fait de la place, pour une chaîne comme Al-Mayadeen dans le paysage quelque peu “enchaîné”, par l’argent et la politique, de l’information télévisée arabe.

LBC et Rotana : passage de la Méditerranée au Golfe (Al-Waleed 3/3)

Après les grands quotidiens transnationaux (Al-Hayat, Al-Sharq al-Awsat...) passés sous contrôle saoudien dans les années 1980, la décennie suivante a vu la création de chaînes satellitaires arabes, dans leur très grande majorité elles aussi propriété d’acteurs (para-)étatiques du Golfe, qu’il s’agisse de la plus ancienne, la MBC (1991), ou de la plus connue, Al-Jazeera (1996). Seules exceptions à la domination des capitaux pétroliers, les chaînes nationales que les différents États ont fait « monter » sur satellite, et quelques rares chaînes privées capables d’atteindre un public régional. Pour l’essentiel, elles sont libanaises avec Al-Manar, la « chaîne du Hezbollah » (sur satellite à partir de l’an 2000), dont le public se trouve aussi au-delà les frontières du Liban, notamment auprès des populations chiites du Golfe, et la LBC (Lebanese Broadcasting Company) qui a fait longtemps figure d’exception dans le paysage médiatique arabe.

Une exception de par ses origines pour commencer, lesquelles datent de l’année 1985, lorsque la LBC était encore l’organe officiel des Forces libanaises. Issue de la droite dure chrétienne libanaise, elle passe sous l’égide de son P-DG, « cheikh » Pierre Daher et finit par se conformer à la nouvelle réglementation des médias libanais mise en place après les accords de Taëf en 1991 et accentue son orientation commerciale. Parallèlement au canal terrestre, une chaîne satellitaire (LBC International) est lancée en 1996. Alors que toutes les chaînes de la région fonctionnent sur un modèle où les pertes financières importent moins que les gains politiques en termes d’influence sur l’opinion, la LBC se distingue aussi en étant sans doute la seule entreprise régionale véritablement privée et profitable. La recette est simple : vendre du « temps de cerveau disponible » aux grandes sociétés actives sur le marché de la consommation arabe en exploitant les atouts libanais à l’échelle régionale. La LBC vend essentiellement de l’entertainment : Star Academy, plateaux people avec des présentateurs et présentatrices jeunes et sexy…

Aujourd’hui, cette étonnante success story est en passe de n’être plus qu’un souvenir. La descente aux enfers a commencé en 2003, lorsque la Kingdom Holding de Waleed ben Talal (qu’on ne présente plus ici) entre, à hauteur de 49 %, dans le capital de la LBC. A l’époque, les commentaires à propos de cette alliance portaient surtout sur les problèmes que pouvait susciter pour le groupe saoudien la ligne éditoriale audacieuse (et même scandaleuse) de la chaîne libanaise. Il y en a eu, à propos de questions religieuses (déclarations d’Adonis au sujet du Coran) et surtout sexuelles (à l’occasion des confessions fracassantes d’un dragueur saoudien). Néanmoins, les conséquences les plus importantes ont eu lieu ailleurs. Inéluctablement, l’arrivée du prince saoudien a en effet conduit au conflit d’intérêt entre, d’un côté, sa propre société, Rotana Media Services, et, de l’autre, Antoine Choueiri, patron de la plus importante régie publicitaire arabe, très proche de la LBC depuis ses origines. Prévisible dès le départ, le désaccord a éclaté en 2007 quand la participation saoudienne dans le capital de la chaîne libanaise est passée à 85 %.  En mai 2009, le groupe Choueiri a perdu la régie de la LBC mais il en a conservé beaucoup d’autres. Pour Pierre Daher, les suites de cette rupture ont été plus graves : après l’arrivée de Turki Shabana, un des bras-droit du prince Waleed ben Talal, en 2008, sa mise à l’écart définitive était en quelque sorte programmée. C’est ce qui se passe aujourd’hui. Déjà « sonné » par une décision de justice en novembre 2010 qui lui a fait perdre la chaîne terrestre « récupérée » par les Forces libanaises, l’homme qui a fait le succès de la LBC ne peut s’opposer maintenant à la décision de Rotana qui conserve pour elle seule les studios de Kfaryassine, au nord de Beyrouth. Payés par la PAC (Production & Adquisition Company), également dominé par la Kingdom Holding, les employés de la LBC se verront sans doute proposer de nouveaux contrats, avec de nouvelles conditions. Quant à Pierre Daher, il aurait des propositions du côté d’Abu Dhabi…

La LBC n’est pas la seule entreprise médiatique à connaître des problèmes au Liban. Lancé en 1993 par l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, le groupe Al-Mustaqbal licencie en ce moment près de 300 personnes… Saad Hariri négocierait en Arabie saoudite sa liquidation, pour quelque 5 millions de dollars (article en arabe). Quant à la division « musique » de Rotana, elle a également quitté en 2009 la capitale libanaise. Beyrouth, naguère pôle important à l’échelle arabe, est visiblement sur le déclin. A l’inverse, après ses prises d’intérêt chez Twitter et l’ouverture dans quelques mois de la chaîne Al-Arab, Al-Waleed ben Talal confirme bien que l’actualité médiatique arabe se fait désormais, exclusivement ou presque, dans les pays du Golfe.

The Pixelised Revolution : art et révolution (suite de “la suite”)

Rabih Mroué dans "The Pixelated Revolution"

Outre leur qualité esthétique, les multiples intervention plastiques dans les villes « insurgées » arabes ont l’intérêt de mettre en évidence les questions qui se posent à l’expression artistique contemporaine en cette période de turbulences politiques. Face au risque, bien réel, d’une récupération par le monde du marché de l’art, capable de tout recycler ou presque, graffeurs et graphistes égyptiens (voir le précédent billet) ont imaginé une réponse, via l’anonymat intégral pour certains, en adoptant une posture qui fait d’eux surtout pas des artistes, avec un discours « en surplomb » et en ayant la prétention de délivrer le sens des événements en cours, mais au contraire de simples auteurs de propositions visuelles, dans le but de créer un dialogue citoyen et de contribuer ainsi la prise de conscience révolutionnaire.

Avant New York où il se produira notamment au Andy Warhol Museum (no comment !), Rabih Mroué (ربيع مروّه : Rabî’, c’est le « printemps » en arabe !) a donné il y a quelques jours à Beyrouth une « conférence non universitaire » (non academic conference) que l’on peut analyser comme une autre manière de suggérer une réponse à ces questions que la révolution pose à la création. Au carrefour du théâtre, de la performance et des arts visuels, cette « lecture performance », intitulée The Pixelated Revolution (voir cet article en arabe) propose une réflexion sur le rôle joué par les images des téléphones portables dans le soulèvement en Syrie. Les consignes données, notamment sur Facebook, aux militants de la révolution pour les guider dans leur « travail filmique » sont ainsi mises en rapport avec les dix règles du « dogme 95 » énoncé par différents cinéastes danois dont Lars von Trier et Thomas Vinterberg. En effet, plusieurs points de ce « vœu de chasteté » cinématographique destiné à lutter contre l’inflation des budgets et des effets spéciaux font écho à la documentation cinématographique du soulèvement en Syrie : des décors naturels, un son en direct, l’obligation de filmer depuis une caméra portée au poing ou à l’épaule, l’absence d’éclairages artificiels, pas de traitement optique… En quelque sorte un « cinéma » en prise avec le réel, mais où les scènes de mort violente et les armes sont loin d’être proscrites à la différence des règles du Dogme 95…

Les propos de Rabih Mroué ont suscité beaucoup de réactions au sein du public beyrouthin, ne serait-ce qu’en raison de la dureté des vidéos diffusées par le « conférencier », mais surtout à propos du bien-fondé d’une telle initiative : n’est-il pas indécent d’esthétiser ainsi la révolution au moment où tombent tant de victimes ? Bien entendu, telle n’est pas l’ambition de ce projet qui ouvre à toutes sortes de lectures à propos de cette « révolution pixellisée » et du rôle politique des images contemporaines. En confrontant un discours esthétique (en l’occurrence celui du Dogme 95) et les images du soulèvement syrien, Rabih Mroué a moins voulu faire œuvre, au sens traditionnel de l’expression, que chercher sa propre réponse au rôle de l’art contemporain dans la révolution arabe…

 

Rien à voir, sauf le titre ! The revolution will be pixellated est le titre d’une époustouflante vidéo par Patrick Jean.

 

 

Dieu que la révolution est jolie ! Le Printemps arabe© est en vente…

Ecrire pour ce Carnet est loin d’être facile alors qu’il se déroule des choses autrement plus graves dans la région. C’est particulièrement vrai au regard de ce qui se passe actuellement en Syrie. En cette veille de ramadan, karîm (généreux, magnanime…) selon la formule consacrée, l’ironie n’est plus exactement de saison…

Les noces de la publicité et de la politique ne sont pas si anciennes que cela dans le monde arabe (2005 est sans doute une date repère : voir ce billet). Aujourd’hui encore, plus d’un régime (par exemple en Syrie : voir ces deux billets, 1 et 2) hésite entre la bonne vieille propagande de papa et la communication politique moderne et ses spin doctors. Patrie d’une bonne partie des « créatifs » de la publicité arabe et base régionale d’un certain nombre de grandes agences internationales, le Liban a été l’un des premiers terrains où des forces politiques opposées (en l’occurrence les camps du 7 8 (!) et du 14 mars) se sont clairement livré bataille par campagnes médiatiques interposées (voir ce billet). Et le Liban est encore le lieu où cette communication politique a été non seulement tournée en dérision (sur ce plan, on trouverait facilement d’autres exemples ailleurs), mais également, « retournée » tout court, c’est-à-dire déviée de ses objectifs politiques pour être rendue à ses fins premières, faire de la réclame pour des produits de consommation (voir, dans ce billet, les réemplois publicitaires de la campagne J’aime la vie).

Avec le Printemps arabe©, les publicitaires prolongent encore un peu plus « l’extension du domaine de la lutte » et, fort logiquement en définitive, se mettent à vendre la révolution arabe à toutes les sauces possibles. C’est dans son blog que Ted Swedenburg a publié, il y a un mois environ, un billet sobrement intitulé Coke & Pepsi and the Egyptian Revolution sur les nouvelles publicités pour Coca et Pepsi. Dans la droite ligne de leur éternelle rivalité commerciale (voir ce billet sur la manière dont ils embrigadent les vedettes de la chanson arabe), les deux géants américains du soda chantent aujourd’hui à qui mieux mieux les charmes de la révolution arabe.

Pepsi pour commencer (30 s), avec ces jeunes des classes moyennes (forcément révolutionnaires) qui ont tous des idées en surfant avec la technologie moderne (ordis et téléphones portables) et qui, littéralement parlant, « redonnent des couleurs à la ville ». Un peu subliminale, l’allusion à la révolution du 25 janvier n’est pas bien loin : introduit par l’image d’un journaliste à la télé sur fond de paysage urbain, le lien avec les événements est implicite avec l’image, presque en fin de clip, du personnage initial saluant depuis son balcon un rassemblement qui pourrait bien être une révolution (qui ne dit pas tout à fait son nom malgré tout)…

Coca (60 s) aussi file la métaphore des couleurs, avec ce récit du centre-ville du Caire qui sort peu à peu de la grisaille pour que « demain soit plus beau » (c’est le slogan final). Là encore, c’est avec la fin du clip que l’évocation des événements politiques se fait plus précise, lorsque, sur fond de paroles où il est question de demander l’impossible, la caméra dévoile la désormais incontournable place Tahrir.

Bien sûr, tout est beau et sans violence dans le monde enchanté de la pub ! Bien sûr, c’est loin d’être la première fois que la « réclame » pille l’imaginaire politique révolutionnaire en général et la contre-culture en particulier (Ted Swedenburg rappelle ainsi que Coca et Pepsi ont naguère accommodé à leur sauce l’underground américain des années 1960).

Mais au moins, dans l’exemple américain, la récupération a-t-elle eu lieu a posteriori. On peut être ainsi quelque peu choqué à découvrir, dans le centre de Beyrouth en avril, alors que le printemps arabe n’était pas si loin, cette publicité qui associe la participation à un business forum à une manifestation de rue…

 

Mais on est franchement atterré quand on découvre dans le centre de la capitale de la Syrie cette publicité qui fait sans doute allusion aux codes vestimentaires des supporters de foot mais qui fait surtout irrésistiblement penser aux manifestants pro-régime, alors que les « événements » (comme on disait en métropole autrefois lorsqu’il s’agissait de l’Algérie) ont vraisemblablement déjà entraîné la mort de près de deux mille personnes…

 

Plus bête que méchant en revanche, ce clip du jeune chanteur libanais Sijal Hachem pour sa chanson Khalas (la version libanaise du kifaya égyptien) où l’on voit de beaux mâles derrière des barbelés enflammer, masque sur le nez, des pneus. De superbes créatures hésitent – comme l’armée égyptienne ? – entre répression et séduction !… Sommet de la métaphore érotique (volontaire on l’espère), le puissant jet de la lance à eau… qui noie l’hybris des manifestants !!! Le tout se termine par un interrogatoire… troublant (surtout quand on pense aux méthodes trop souvent utilisées dans la région…)

Comme le suggère l’auteur(e) d’un article à ce sujet sur le site Muslimah Media Watch, la révolution du Printemps arabe est non seulement télévisée, mais aussi marchandisée et sexualisée !

 

 

 

Guerre des récits à propos de l’assassinat de Rafic Hariri. Episode 2 : le film

Alors que les contacts diplomatiques se poursuivent à un rythme toujours aussi intense depuis des semaines, la délivrance, toujours attendue, de l’acte d’accusation du Tribunal spécial  pour le Liban (ils ont un site) semble, quant à elle, régie par un scénario de thriller politique qui pourrait faire sourire s’il n’incluait pas la réelle menace d’une nouvelle explosion de violence, qui ne se limiterait pas forcément à Beyrouth.

Après la sortie – avortée – de ce que l’on pourrait appeler un court métrage de (real) politique- fiction, la guerre des récits à propos de l’assassinat de Rafic Hariri pourrait connaître un nouvel épisode, sous forme d’un vrai long métrage de fiction. Dans son édition du 7 décembre dernier, le quotidien libanais Al-Akhbar[1] consacre en effet un article au projet d’un jeune Syrien, Mondher Howeijjeh (مندر حويجة).

Scénariste ayant un temps résidé dans le Golfe, ce réalisateur, qui n’a jusqu’ à présent à son actif que deux courts métrages et deux documentaires, se lance aujourd’hui dans un long métrage de fiction intitulé Un pion sur l’échiquier (حجر الشطرنج). Brodant sur l’histoire imaginaire d’une jeune Libanaise qui part à Beyrouth, avec son ami français, à la recherche de son père disparu au moment de l’attentat, le scénario ne cache pas son intention de donner un peu de publicité aux thèses développées par un journaliste allemand, Jürgen Cain Külbel.

Auteur d’un livre-enquête traduit en arabe et publié à Damas (voir le site de l’auteur), cet ancien enquêteur criminel poursuit une toute autre piste que les responsables successifs du Tribunal spécial pour le Liban. Pour lui, le sort du Premier Ministre libanais était scellé dès lors qu’il avait refusé d’octroyer aux USA l’aéroport militaire qu’ils réclamaient sur le territoire de son pays, comme le confirme la mention de son nom, accompagné de photos, sur un site d’extrême-droite aux USA dressant la liste des personnalités à abattre pour le Mossad et la CIA…

Convaincant ou non, l’argumentaire est largement suffisant pour faire la trame d’une bonne fiction, qui viendra s’ajouter à la déjà très riche collection de long-métrages qui ont enquêté sur des disparitions d’hommes politiques célèbres. Prévu à Beyrouth et en Syrie, le tournage devrait débuter dans un mois si les financements espérés sont bien au rendez-vous. Dans l’immédiat, cette annonce, nouvel épisode dans la guerres entre les différentes stories à propos de l’assassinat de Rafic Hariri, confirme que le Liban a sans doute rendez-vous avec son histoire avec le récit que proposera l’acte d’accusation du Tribunal spécial.


[1] Quotidien dont le site est piraté depuis vendredi dernier, ainsi que le site Elaph.com. L’un et l’autre, comme le souligne cet article de Nawaat.com, avaient en commun d’avoir publié les fuites des Wikileaks. L’article , quand le site d’Al-Akhbar sera à nouveau disponible, se trouve à cette adresse.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search