“Ramadan nous rassemble” 1/3 (mais il reste des frontières)

Le jeûne de ramadan arrive, accompagné comme de coutume par son festin de séries télévisées, avec cette année une super-giga-méga production sobrement intitulée, du nom du second calife, Omar (Ibn al-Khattâb). Présentée dans un clip de promotion (voir ci-dessous, il sera commenté la prochaine fois) sous le slogan « Ramadan nous rassemble », la série a été financée conjointement par Qatar Television et la chaîne saoudienne MBC (Middle East Broadcasting Center, une des plus anciennes chaînes satellitaires, créée en 1991 à Londres et installée depuis 2001 à Dubaï). Annoncé dès septembre 2010, ce projet constitue à ce jour « la plus grosse production arabe », comme le proclame fièrement la bande-annonce : « 30 000 acteurs, plus de 300 jours de tournage… » Ni l’ambiance de ramadan (traditionnellement un moment de trêve dans l’ancienne Arabie), ni le coût certainement très important du budget ne sauraient expliquer à eux seuls cet attelage sans précédent entre deux institutions (para-)étatiques, émanations de puissances pétrolières certainement alliées mais également rivales, à commencer sur la scène médiatique.

Depuis longtemps (au moins les années 1990, si ce n’est avant), le feuilleton télévisé représente dans le monde arabe un enjeu de pouvoir. La traditionnelle domination égyptienne dans l’audiovisuel a ainsi été battue en brèche par la montée en puissance de la création syrienne dans la seconde moitié des années 1990, laquelle est en butte, depuis quatre ou cinq ans au moins, à des difficultés économiques mais également géopolitiques (évoquées par exemple dans ce billet publié en septembre 2007), difficultés bien évidemment particulièrement aiguës dans le contexte actuel à Damas. Ainsi, ce doit être la première fois depuis très très longtemps que la programmation de ramadan sur Dubaï TV ne comporte aucune production syrienne. Il ne s’agit pas du tout d’un boycott, s’empressent de préciser les responsables, mais d’encourager la création locale (article en arabe sur Al-Arabiyya). « Le Golfe d’abord ! » a-t-on décidé, pour que les pays de la région occupent sur la scène des industries culturelles la place qu’ils tiennent déjà dans le domaine économique et stratégique.


Mais la concurrence n’est pas seulement arabe. Sur le segment très particulier d’une consommation télévisuelle très « rituelle », à la fois coutumière, dans tous les sens du terme, et identitaire, les séries américaines sont hors-jeu, et même les séries turques (voir ce billet), qui continuent à se tailler un beau succès « en temps normal ». Mais justement, ramadan n’est pas un mois ordinaire ; c’est une période de ressourcement durant laquelle les liens, familiaux et sociaux, se resserrent, pour retrouver le sens d’une communauté dont la représentation imaginée (la célèbre imagined community de Benedict Anderson) continue à hanter les représentations politiques de la région quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise.

Cette exaltation du patrimoine commun à la nation a pu souvent se faire, même si c’est aujourd’hui un peu passé de mode, en jouant sur la fibre politique, la cause palestinienne assumant ainsi une sorte de rôle fédérateur des différents publics arabes. La veine nostalgique a aussi beaucoup été exploitée, ce dont témoigne l’énorme succès, plusieurs années de suite, de la série culte « à la syrienne » (shâmi) de Bab al-hâra. On peut également passer à la moulinette biopic toutes les grandes figures de l’histoire locale, ancienne et récente, de Nasser (billet ici) à Hassan el-Banna, le fondateur des Frères musulmans (billet ici) en passant par le roi Farouk, pour s’en tenir au cas égyptien.

Enfin, la gamme des mythes fondateurs peut puiser dans le riche réservoir des figures plus ou moins sacrées. Mais comme au cinéma avec les tentatives – parfois très anciennes, inspirées de la geste prophétique (voir ce billet où il est notamment question d’Al-Risâla et d’un projet turc qui aurait pu voir le jour en 1935 !) –, la mise en image des hauts faits de l’islam pose le problème, évoqué à maintes reprises dans ces billets (voir par exemple ici), de la représentation des personnages considérés (ou non) comme sacrés. En dépit de moult cautions religieuses puisées aux meilleures sources (Qardhawi naturellement, mais pas mal d’autress cheikhs du même calibre), le Omar de la MBC n’échappe pas, avant même sa diffusion (!), au lot de discussions, justifications, condamnations qui accompagnent rituellement ce type de projet en Arabie saoudite (article dans le Saudi Gazette) ou ailleurs (article en arabe dans Al-Akhbar à propos des protestations au Koweït).

Au regard des enjeux de puissance liés aux industries modernes de l’image, ce qui ne devrait être qu’un strict problème de doctrine à propos du caractère licite ou non de ces représentations des prophètes et autres figures saintes prend une dimension très polémique et politique dans le cadre des tensions entre les versions sunnites et chiites de l’islam. Comme ces dernières acceptent, depuis longtemps (voir ce billet), une interprétation beaucoup plus ouverte que celle des sunnites (surtout dans la version wahhabite), elles ont un incontestable avantage dans la guerre d’influence par feuilletons interposés, et les productions iraniennes, plébiscitées par le grand public, ont occupé une place de choix ces dernières années dans la programmation de ramadan des chaînes arabes (voir ce billet).

Mais comme l’année dernière à l’occasion de Hassan, Husayn et Mo’awiyya – un feuilleton rappelant les événements tragiques pour la mémoire collective chiite de la mort des fils de ‘Ali, le quatrième calife de l’islam, tués par le fondateur de la dynastie (sunnite) omeyyade –, le conflit tourne aussi sur l’interprétation de l’histoire véhiculée par un récit imagé qui a vocation à s’adresser aux foules, non seulement arabes mais musulmanes…

(à suivre)

Pour patienter, la page de présentation de la série sur le site de la MBC, où figure notamment une vidéo de promotion/justification qui mérite commentaires…

Boycott sportif : Al-Jazeera en piste ?

Dans une dizaine d’années, la question de Palestine aura peut-être trouvé une solution ! En tout cas, c’est ce que doivent souhaiter les autorités du Qatar qui accueillent, comme on s’en souvient, la Coupe du monde de football 2022. En effet, si rien ne change, la compétition ne va pas être facile à organiser, surtout depuis que les ministres des sports de la Ligue arabe ont récemment décidé le boycott de la société Adidas, coupable d’avoir “sponsorisé” la dernière édition du marathon de Jérusalem. Dans l’immédiat, on a pu mesurer ce que valaient ces bonnes résolutions puisque l’équipe d’Egypte, actuellement en tournée pour une série de matchs même pas officiels (il ne s’agit que de rencontres amicales), a piteusement dû revêtir les maillots fournis par son équipementier favori, au prétexte qu’elle n’en avait pas d’autres !

La réalité est plus sordide : selon un article (en arabe) dans Elaph, le contrat signé par l’équipe nationale d’Egypte prévoit surtout de très lourdes pénalités financières au cas où les “Pharaons” porteraient une autre tenue que celle fournie par Adidas. De quoi ajouter encore aux désillusions de la star nationale, Abu Trika, connu pour son engagement politique : l’homme qui avait il y a quelque temps déjà manifesté sur le terrain son soutien aux habitants de Gaza (voir ce précédent billet) n’a pas hésité au moment de la chute de Moubarak à se mêler à la foule des manifestants (article en arabe) de la place Tahrir. Comme pas mal d’Egyptiens − et ils ne sont pas les seuls ! −, il doit aussi se demander comment se terminera l’incroyable feuilleton des élections avec ses multiples épisodes qui font disparaître, au gré des décisions “juridiques”, tel ou tel candidat, y compris parmi les mieux placés.

Néanmoins, la question du boycott va tout de même se poser très rapidement aux Qataris puisque les patrons de la Formule 1 ont décidé de maintenir le Grand prix du Bahreïn prévu pour le dimanche 22 avril. D’ici là, Abdulhadi Khawaja, qui poursuit une grève de la faim depuis plus de 60 jours, se sera peut-être laissé mourir, ce qui serait très dommageable pour la grande fête du sport pétrolier… Ni le soutien des manifestants au Bahreïn, ni celui qu’il reçoit de la part d’organisations telles qu’Amnesty International qui dénoncent le traitement réservé à de simples prisonniers d’opinion, ne semblent émouvoir beaucoup les autorités locales.

Des chaînes japonaise, allemande ou finlandaise semblent hésiter à couvrir l’événement, surtout pour des raisons de sécurité vis-à-vis de leur personnel, il faut bien le reconnaître. On attend avec intérêt de voir quelle sera la position d’Al-Jazeera : la chaîne qui a fait du sport son cheval de bataille (commercial) sera-t-elle sur la piste pour ce rendez-vous sportif ou bien préfèrera-t-elle rester fidèle au slogan imaginé pour son quinzième anniversaire − “l’information, l’opinion, la conscience” − et à sa couverture des révoltes arabes, même quand elles se déroulent dans un émirat voisin ?

Malheureusement, on connaît déjà la réponse…

Le reportage que vous ne verrez pas sur Al-Jazeera : du « printemps arabe » à l’hiver de l’information (suite)

En complément du billet précédent, cet article (en arabe) du site tunisien Babnet.net. On y trouve une brève vidéo (suivre ce lien) sur laquelle on voit, devant l’Assemblée nationale, des manifestants – probablement du camp “moderniste laïciste” (pardonnez l’approximation de la définition ! – conspuer le reporter de la chaîne Al-Jazeera aux cris de “Dégage!”  (un coup d’oeil aux commentaires sous la vidéo n’est pas sans intérêt non plus). Dans le contexte tunisien, ils reprochent à la chaîne un soutien que le Qatar aurait apporté à Ennahada, le parti sorti vainqueur des dernières élections (la presse en a un peu parlé, voir ici par exemple).

En Algérie, les motifs d’agacement vis-à-vis du Qatar et de sa chaîne sont tout aussi présents (voir ce lien et commentaires du billet précédent), et ils sont également provoqués par de forts soupçons à l’encontre d’une politique étrangère qatarie pour le moins “interventionniste”… Si, comme on peut le penser, la situation se tend, non seulement au Proche-Orient mais dans plusieurs pays de la Péninsule (Bahreïn, Koweït, et le royaume d’Arabie saoudite où quatre manifestants sont morts ces jours derniers…), les choix d’Al-Jazeera en matière d’information sont un thème dont on n’a pas fini d’entendre parler…

Dans un domaine connexe, celui  la surveillance électronique, voyez aussi ce que propose le site relets.info.

Al-Jazeera : du « printemps arabe » à l’hiver de l’information

Depuis la chute du président tunisien Ben Ali, suivie rapidement de celle de son homologue égyptien Hosni Moubarak, on ne compte plus les commentaires, les articles, les colloques et même déjà les publications qui tombent comme feuilles en automne et qui décernent aux soulèvements arabes du printemps des éloges aussi chaleureux que la surprise a été grande. En dépit de la formule assez dépréciative, voire méprisante, sous laquelle on nous la présentait, la « rue arabe » a montré qu’elle était bien une opinion qui, au contraire de ce que martelaient nombre de commentateurs, n’était pas vouée à plébisciter des valeurs opposées aux « nôtres » ; elle pouvait au contraire les épouser et combattre pour ses aspirations démocratiques, parfois au prix de lourds sacrifices. Néanmoins, bientôt un an après le début des premières protestations en Tunisie, l’enthousiasme qui s’est un peu éteint laisse davantage de place aux doutes, notamment à propos du rôle que joue dans ces mobilisations une certaine chaîne satellitaire panarabe.

Al-Jazeera fête en ce moment son quinzième anniversaire avec des slogans – « L’information, l’opinion, la conscience… » – qui ne craignent pas de verser dans l’auto-célébration ! Plus que jamais, la création des autorités du Qatar semble avoir le vent en poupe. Copie conforme, ou traduction fidèle si l’on préfère, d’une offre internationale elle-même produite sur le modèle nord-américain, personne n’ignore que la première des chaînes d’information du monde arabe n’aurait pu exister et se développer de la sorte sans l’aide généreuse des finances de l’Émirat. Pour autant, on ne saurait réduire une telle réussite en la comparant à l’un de ces investissements prestigieux que la riche clientèle du Golfe peut se faire livrer « clés en main ». Au contraire, on en arrive à se demander si le projet médiatique lancé par l’émir actuel à peine arrivé sur le trône à la place de son père, rudement bousculé hors de l’arène, ne dépasse pas en ambition et même en vision politique les plus audacieuses des analyses. Longtemps interprétée comme une manière aussi novatrice qu’audacieuse de pallier la petitesse de l’Émirat au niveau régional, en premier lieu au regard du voisin saoudien, il apparaît désormais avec sa couverture des révoltes arabes que la création d’Al-Jazeera comportait aussi un volet offensif, un « bras armé médiatique » ambitionnant de porter l’influence de l’Émirat très au-delà des limites d’un espace national sans nul doute restreint.

Régulièrement soupçonnée d’être le cheval de Troie de l’islam politique, Al-Jazeera n’en a pas moins reçu, au tout début du mois de mars, un étonnant satisfecit public de la part d’Hilary Clinton qui a salué, au regard de la couverture du « printemps arabe » par Fox news ou même CNN, la capacité de la première chaîne d’information arabe à diffuser des real news. Pour en arriver là, l’administration américaine aura effectué un très long parcours, ponctué de mille embûches et même de quelques véritables passes d’armes, telles que le bombardement des locaux d’Al-Jazeera à Bagdad et à Kaboul, sans oublier, en 2005, le projet d’un assaut militaire sur Doha, la capitale de l’Émirat, une suggestion du président George Bush que Tony Blair, le Premier ministre britannique de l’époque, aurait été le seul à pouvoir faire avorter ! Comment expliquer qu’en l’espace d’une demi-décennie l’opinion officielle des USA ait tellement évolué ? Plusieurs journalistes d’Al-Jazeera n’ont-ils pas été victimes des armes américaines et un cameraman longtemps détenu dans les geôles de Guantanamo ? Comment la chaîne qui assume avec fierté son rôle de porte-voix des révoltes arabes peut-elle susciter de tels compliments alors qu’elle attise les braises d’un soulèvement qui a fait tomber deux régimes considérés comme de précieux garants, surtout en ce qui concerne l’Égypte, d’une stabilité essentielle aux intérêts des USA dans la région ?

Certes, il y a bien eu la couverture pour le moins lacunaire des mouvements d’opposition au Bahreïn ; quelques-uns se souviennent de ses hésitations aux premiers temps des protestations en Égypte et surtout de son brutal changement de cap dans le cas syrien. Il a en effet fallu attendre la fin du mois d’avril, plus d’un mois et même davantage après le début des premières manifestations dans ce pays, pour voir Al-Jazeera se départir aussi brutalement que mystérieusement d’un ton jusqu’alors relativement modéré vis-à-vis du régime de Damas, pour adopter une posture de soutien total aux manifestants. Un virage qui a d’ailleurs coïncidé avec l’adoption manifeste de nouveaux standards professionnels, à l’évidence de moins en moins exigeants au regard d’une certaine neutralité. Cela n’est pas allé sans provoquer des coups d’éclat, avec la démission fracassante de quelques-unes des vedettes de la maison, dont celle de son correspondant (tunisien) à Beyrouth, le très célèbre et respecté Ghassan Ben Jeddou. Mais tout cela n’était rien par rapport à la stupéfaction qu’a provoquée le départ de son Directeur général, Waddah Khanfar, le 21 septembre dernier. Remplacé par un homme aussi étranger aux médias qu’il est proche du palais de l’émir du Qatar, l’éloignement de ce grand professionnel artisan reconnu, depuis de longues années, du succès de la chaîne ouvre sans aucun doute une nouvelle page dans l’histoire d’Al-Jazeera. A l’image de la nouvelle Libya al-Ahrar (Libya for the free) qu’elle héberge dans ses locaux à Doha depuis mars dernier, le discours est si peu nuancé qu’il tourne à la propagande. Totalement rangé au côté de (presque) tous les soulèvements arabes en quelque sorte placés sous le commandement médiatique de l’Émirat, Al-Jazeera a certainement perdu beaucoup de sa diversité ; mais aussi de sa qualité et de sa crédibilité…

Publicité pour "L'opérette de la liberté", conclusion des festivités du 15e anniversaire de la chaîne

Passer en si peu de temps d’un regard plutôt critique sur l’information, ce qui n’excluait pas une forme d’engagement, à un engagement qui n’est plus guère critique sur l’information est tout de même un pari très risqué. Sur le plan professionnel d’abord, car les départs plus ou moins volontaires de journalistes chevronnés seront d’autant plus difficiles à remplacer que les recrutements de plusieurs chaînes d’information en passe d’ouvrir leur antenne a asséché le vivier des candidatures disponibles. Pari risqué aussi, et de façon beaucoup plus déterminante, à l’égard des consommateurs d’information dans le monde arabe dont les dirigeants d’Al-Jazeera auraient tort de sous-estimer les exigences de qualité. En effet, si les réseaux sociaux et les blogs de journalistes indépendants n’ont certainement pas joué le rôle déterminant qu’on leur a souvent prêté, et s’ils n’ont pas fait comme on l’a trop vite écrit le succès des soulèvements populaires arabes, leur multiplication et leur influence témoignent en revanche de l’ampleur et du caractère irréversible d’une révolution dans l’information. Cette jeunesse arabe qui mène les révolutions, habituée à se mouvoir par elle-même dans les flux de données mouvants et multipolaires, habile à se faufiler entre les mailles de la censure pour partager une information validée non pas nécessairement par le statut de sa source mais au moins autant par les canaux qui l’ont propagée, n’acceptera pas longtemps une voix qui substituerait à tous les mensonges d’hier le monopole d’une vérité habilement tronquée. Par ailleurs, les téléspectateurs arabes restent fidèles à certaines convictions, celles-là même qui ont fait le succès de la chaîne quand elle a réuni le public de la région autour de son traitement de l’information concernant la Palestine, l’Irak ou encore l’Afghanistan. Si Al-Jazeera ne veut pas voir se retourner contre elle tous ceux qui ne comprendraient pas qu’elle ne tienne plus qu’un discours agréable aux responsables nord-américains, il vaudrait mieux pour elle que l’hiver de l’information ne soit pas trop long !

Texte à paraître dans le dossier “Regards sur 2011” du numéro 417 (décembre 2011) de la revue L’ENA hors les murs.

La fiole et la tête du Prophète ! Le vrai complot iranien contre les Saoudiens !

Le présumé complot visant à assassiner un ambassadeur saoudien (étrange idée !) sur le sol américain (très étrange idée !!!) sera-t-il jugé assez crédible pour devenir une sorte « d’arme de destruction massive » contre la République islamique d’Iran ? Qui aurait oublié le « cinéma » de Colin Powell agitant une prétendue fiole d’anthrax sous le nez des membres du Conseil de sécurité de l’ONU en 2003 ? Lui-même a exprimé, deux ans plus tard, toute son amertume de s’être livré à cette médiocre mise en scène… Quant aux Saoudiens, on comprend qu’ils soient un peu énervés contre leurs voisins car les Iraniens se paient vraiment leur fiole en ajoutant provocation sur provocation, sur toutes sortes de questions et notamment sur celle de la représentation de la figure du Prophète, un domaine où, pourtant, ça ne rigole pas beaucoup comme on le sait depuis la célébrissime « affaire des caricatures »…

On a encore pu le constater récemment avec la diffusion, par la chaîne tunisienne Nessma, du film d’animation Persepolis (voir le précédent billet), la figuration du sacré est vécue sur le mode hypersensible par de très nombreux musulmans. A tort ou à raison, c’est une autre histoire, sachant que les autorités en matière de religion sont elles-mêmes très loin d’être unanimes sur cet épineux problème. On l’a déjà rappelé (ici), les positions doctrinales et plus encore les pratiques de l’islam chiite ou sunnite divergent assez radicalement. Là où le second, sous l’influence de l’islam wahhabite notamment, se montre aujourd’hui de plus en plus iconophobe (dans une société où, paradoxalement, les images sont toujours plus envahissantes), le premier admet beaucoup plus facilement des portraits, plus ou moins symbolisés, des « saints » de l’islam, Mahomet, le « messager de l’islam » compris.

Mais ce que les fidèles, toutes écoles confondues d’ailleurs, pourraient avantageusement avoir davantage présent à l’esprit car cela contribuerait à dédramatiser la situation, c’est le caractère non pas figé mais au contraire très évolutif de la jurisprudence, à savoir l’état du droit sur telle ou telle question (en islam, pour ce qui est des affaires religieuses, on appelle cela le fiqh). Sans retourner des siècles en arrière (quand des miniaturistes n’hésitaient pas à dessiner le portrait du prophète de l’islam), il est intéressant de constater qu’il y a quelques années encore le portrait de Mahomet appartenait à l’imagerie populaire (voir ce dossier très intéressant d’où est tirée l’illustration ci-dessous). Quoi qu’il en soit, et même en Arabie saoudite, là où pourtant le caractère sacrilège de l’image est quasiment érigé en dogme, des autorités religieuses affichent aujourd’hui des positions très nouvelles. Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…

Carte postale algérienne, années 1920-1930

Une position adoptée, et ce n’est pas un hasard, à l’occasion du débat à propos d’un énième feuilleton posant cette question. En effet, parmi les succès de la récente saison de ramadan figure une série intitulée Hassan, Hussein et Moawiyya (du nom des deux fils de Ali morts dans les combats qui ont vu la victoire du dernier nommé, le fondateur de la dynastie omeyyade). Cette histoire, particulièrement sensible puisqu’elle est à l’origine du grand schisme (fitna) entre sunnites et chiites, mettant en scène toute une litanie de personnages plus ou moins sacrés selon la tradition musulmane, le tournage (l’œuvre portait le nom de Al-Asbât à l’origine) a donc été particulièrement mouvementé, avec des acteurs préférant se désister par crainte du scandale et des autorisations de tournage refusées au dernier moment. Et lorsque la drama a été enfin prête, c’est l’Académie des recherches islamiques (مجمع البحوث الأسلامية), une institution qui dépend d’Al-Azhar au Caire, qui a tenté d’interdire sa diffusion, comme elle avait déjà essayé de le faire pour d’autres feuilletons mettant en scène diverses figures considérées comme sacrées par l’histoire religieuse.

Or ces feuilletons sur le messie, la vierge Marie ou encore le prophète Joseph (voir ce billet) ont souvent en commun d’être produits par les Iraniens (chiites comme on sait) et d’être extrêmement populaires auprès du public arabe (très majoritairement sunnite comme on ne l’ignore pas !). En dépit des protestations des garants officiels de la tradition religieuse (sunnite), et malgré toutes les déclarations des islamistes et autres salafistes qui les rejoignent sur ce point, les téléspectateurs du monde arabe redemandent du péplum à la sauce islamique, à tel point que les chaînes télévisées, bon gré mal gré, ne peuvent faire autrement que de suivre le mouvement ! Le client est roi et, malgré toutes les récriminations, Hassan, Hussein et Moawiya a été projeté par les plus grandes chaînes panarabes (Al-Hayat, Rotana…) ou locales (la tunisienne Nessma notamment), tout comme l’avaient été avant lui et avec des dizaines de millions de fidèles téléphages, Youssouf al-Siddiq, Maryam al-Adhra, et Al-Masîh.

Sans surprise pour peu qu’on soit un peu mécréant, on constate que la forte demande du public arabe, adroitement exploitée par l’industrie audiovisuelle iranienne, a réussi à faire évoluer les positions de l’islam traditionnel bien plus vite que tous les débats théologiques ! Néanmoins, conformément à la logique de surenchère propre à la transgression des tabous, la prochaine étape consistera sans aucun doute à oser la représentation de la plus sacrée des figures de l’islam, celle du prophète Mahomet. Un « défi » qui est au moins aussi ancien que le cinéma puisqu’il y avait déjà eu un projet de ce genre dans les années 1930 (voir ce très ancien billet).

« Côté sunnite », si on peut l’écrire ainsi, on annonce Le Messager de la paix, un remake du très célèbre Al-Risâla (Le Message), réalisé vers la fin des années 1970 par le syrien Mustafa Al-‘Aqqâd (voir cet article dans le Guardian). Mais la société qatarie Al-Noor Holding (productrice de Hassan, Hussein et Moawiyya que l’on vient d’évoquer) se lance à son tour dans l’aventure, en partenariat avec Barrie Osborne (Le Seigneur des anneaux, Matrix : tout un programme !…). Centrée sur les premières années de la vie de Mahomet, cette super-propduction de quelque 150 millions de dollars bénéficiera des conseils éclairés du Global Mufti, Youssef Qardâwi (القرضاوي). Dans les deux cas, les responsables ont bien fait savoir que la « licence » dont bénéficie désormais la représentation de certaines figures saintes ne s’étendait pas au personnage principal de l’histoire, Mahomet, dont le visage n’apparaîtra pas l’écran.

Mais ce ne sera pas le cas du projet lancé« côté chiite ». Le célèbre comédien et réalisateur Majid Majidi a en effet annoncé (article dans le Teheran Times) qu’il travaille actuellement à la réalisation d’un film historique sur la vie du prophète de l’islam. Largement centré sur l’enfance du “messager de Dieu”; le film incluera également des épisodes plus tardifs de la vie de Mahomet, incarné par l’acteur-réalisateur en personne.

On verra bien où et comment se fera la diffusion de cette œuvre, mais on imagine qu’elle suscitera quelques sérieux conflits. On espère seulement qu’ils resteront cantonnés au monde des symboles…

Pour les arabophones,  un article dans Elaph justement ce jour par un ‘âlem égyptien proposant 7 arguments justifiant la figuration du Prophète ! Très rapidement : pas de texte spécifiant l’interdiction, le fait que le Prophète pratiquait l’art plastique, qu’il avait recours à la représentation, préfigurant même les films de science-fiction, qu’il avait recours aux devinettes, aux scénarios… Et enfin que c’était un homme !!!

Démission/éviction du directeur général d’Al-Jazeera, la “chaîne islamiste”…

Rentrée des classes pour CPA, “déplacé” de Damas à Beyrouth pour des raisons qui sont facile à deviner… L’occasion de modifier un peu la formule de ces chroniques, moins synthétiques mais davantage en lien avec l’actualité, à l’image de ce qui vient ci-dessous… Les commentaires sont toujours bienvenus !

Au moment de la rédaction de ces lignes (tôt ce mercredi matin), il n’y avait toujours pas grand chose dans les médias, en dehors du monde arabe, à propos d’une nouvelle pourtant de très grande importance pour la région. Une requête matinale sur Google en français avec les termes Wadah Khanfar (وضاح خنفر), sans doute le plus influent de tous les journalistes arabes, ne renvoyait encore qu’au site de Radio mosaïque en Tunisie. Pourtant, depuis 24 heures, une bonne partie des médias arabes commentaient la démission de celui qui fut, pour une grande part, l’artisan du succès d’Al-Jazeera durant toutes ces dernières années. Celui que le magazine Forbes considérait il y a peu encore comme “une des personnes les plus puissantes au monde a en effet quitté la chaîne pour laquelle il travaillait pratiquement depuis sa création en 1996 et dont il était devenu le directeur général en 2006.

Démission surprise, que rien ne semblait annoncer même si l’intéressé affirme qu’il y pensait depuis plusieurs mois. On notera malgré tout qu’elle arrive le lendemain ou presque de la publication d’un document Wikileaks mentionnant le fait que l’ex-directeur général d’Al-Jazeera, à la demande des USA, avait accepté de sérieusement édulcorer un reportage sur les exactions de leurs troupes en Irak.

Une nouvelle surprise des Wikileaks qui oblige à s’interroger sur le bien-fondé des analyses qui affirment régulièrement que la plus puissante des chaînes d’information dans le monde arabe est  passée sous l’influence de l’opposition religieuse (les “islamistes”), notamment sous le règne de Khanfar… De ce point de vue, son éviction serait un coup d’arrêt à ce que certains analysent comme “l’islamisation des médias arabes” (?). Une lutte d’influence symbolisée par le départ de Wadah Khanfar, qui ne pourrait que profiter à son “rival”, Azmi Bishara (عزمي بشارة , autre Palestinien, ancien député à la Knesset israélienne aujourd’hui directeur du  Doha Institute, un think tank financé par les autorités du Qatar).

Quand on regarde Al-Jazeera (en langue arabe) aujourd’hui, on est surtout frappé par le fait que la chaîne est certes très engagée sur les révolutions arabes, mais de manière extrêmement partisane. Sa couverture des événements, guère éloignée d’un simple discours de propagande dans certains cas, fait qu’elle apparaît de moins en moins comme la meilleure chaîne d’information de la région, et de plus en plus comme le bras armé médiatique de la politique extérieure du Qatar. Ce que pourrait bien conformer la nomination du nouveau directeur général, cheikh Ahmed Jassem Ben Mohamed Al Thani, un homme venu des milieux de l’industrie pétrolière, sans la moindre expérience des médias, mais fort proche du régime…

Al-Jazeera au Maghreb : vraiment « du Golfe à l’Océan » ?

La presse internationale fait état ce matin de victimes lors de l’assaut des forces de police marocaines contre un camp de réfugiés sahraouis à Lâayoune (Al-Ayoun العيون), ville au sud du Maroc, juste à la limite du territoire « rendu » par les Espagnols en 1976. De moins en moins diversifiée, notamment depuis la fermeture récente, suite à l’assèchement de ses ressources publicitaires, du regretté Nichane (article du Guardian et ancien billet sur cet hebdomadaire), la presse locale ne donnera sans doute de ces événements que la version officielle. Mais, à la différence de bien des citoyens arabes qui veulent se tenir au courant de ce qui se passe chez eux, Les Marocains qui voudront en savoir davantage n’auront pas la possibilité de se tourner vers Al-Jazeera.

En effet, le 29 octobre dernier (et sans que cela ait suscité beaucoup de commentaires en France où l’on sait pourtant se montrer très attentif à la liberté d’expression dans certains cas), les autorités du Maroc ont décidé de « geler » (تعليق) les activités du bureau de la chaîne qatarie. Elles lui reprochent en particulier un traitement de l’information qui « nuit aux intérêts supérieurs du pays, à commencer par la question de l’intégrité territoriale » (périphrase qui désigne bien entendu la question sahraouie).

A vrai dire, la crise ne date pas d’hier et son dénouement était plus que prévu comme le rappelle Rachid Cherriet ( رشيد شريت : article en arabe dans Al-Quds al-arabi). En mai 2008, il y avait déjà eu l’arrêt du bulletin d’information sur le Maghreb, suivi d’une procédure judiciaire à l’encontre de son rédacteur en chef, remplacé quelque temps après par un autre journaliste de la chaîne, mais de nationalité palestinienne, histoire peut-être d’échapper un peu aux pressions locales. Peine perdue puisqu’il devait perdre son accréditation ainsi que la quasi-totalité des correspondants d’Al-Jazeera sur place, de toute manière contraints de se limiter à ne travailler que depuis la seule capitale marocaine !…

A leur décharge, il faut tout de même remarquer que les autorités marocaines ne font qu’imiter ce qui se pratique dans les autres pays arabes, et notamment au Maghreb. En Algérie, où l’on n’avait pas apprécié – ce qui peut se comprendre – qu’un discours du président Bouteflika soit coupé pour faire entendre celui du président des USA (!) –, les bureaux d’Al-Jazeera sont « gelés » depuis 2004, à la suite d’une émission qui donnait trop la parole aux forces d’opposition religieuse. Trois ans plus tard, la mise en ligne, sur le site de la chaîne, d’un sondage à la formulation particulièrement malheureuse à propos des opérations d’« Al-Qaïda Maghreb », compliquait encore une situation qui aurait trouvé son dénouement, selon Menas, un site d’information anglais, à la suite d’une assez peu glorieuse transaction entre les Qataris et le président algérien (sur le mode « réserve de chasse », au sens propre du terme, pour quelques notables du Golfe contre tranquillité médiatique pour les autorités politiques : voir cet article en arabe dans Al-Akhbar).

La situation est bien entendue identique en Tunisie, où la chasse à la liberté d’expression est toujours de saison. A ceci près que les Tunisiens ont jugé nécessaire de rappeler leur ambassadeur à Doha en 2006 pour protester, cette fois encore, contre l’expression d’un opposant sur les ondes de la chaîne qatarie, et que le site d’Al-Jazeera, de très loin le plus fréquenté dans le monde arabe pour ce qui est des sites d’information, est inaccessible, comme bien d’autres il est vrai, depuis novembre 2009.

Si les téléspectateurs maghrébins peuvent bien capter Al-Jazeera, celle-ci n’est donc plus officiellement représentée qu’en Libye et en Mauritanie, pays où l’exercice de la presse est, là aussi, soumis à des principes assez stricts… Avec des journalistes ainsi privés d’accès à leur terrain, on comprend mieux que la principale chaîne d’information arabe soit moins performante. Mais en réalité, la situation est loin de concerner le seul Maghreb.  Le relatif désamour entre la célèbre chaîne d’information arabe et les téléspectateurs du sud de la Méditerranée a donc d’autres raisons.

Elles ne sont pas linguistiques, quoi qu’en disent certains, qui s’obstinent à croire qu’on ne comprend pas l’arabe au Maghreb, ou en tout cas pas l’arabe dit « classique ». En revanche, il est vrai qu’Al-Jazeera n’a pas le même pouvoir d’attraction dans une zone où de larges secteurs de la population sont traditionnellement branchés sur des chaînes étrangères, françaises bien entendu, mais aussi italiennes et espagnoles, voire berbères, mais celles-ci ne sont pas vraiment offensives sur le plan de l’information).

Dans ce vaste « bassin de clientèle » que couvrent les chaînes arabes du Golfe (arabo-persique) à l’Océan (atlantique), la situation des téléspectateurs du Maghreb est donc particulière. Ils sont évidement arabes, mais pas exactement comme les autres ; ils suivent avec passion les concours télévisés qui mettent en compétition des apprentis chanteurs et chanteuses venus de tous les pays de la région, mais se retrouvent également au sein d’une compétition spécifiquement maghrébine (voir ce précédent billet) ; ils écoutent bien entendu Al-Jazeera, mais peuvent apparemment endurer plus facilement que d’autres d’en être privés.

S’il est vrai que les grands médias transnationaux ont bien un effet fédérateur en unissant les publics arabophones autour des mêmes vedettes, des mêmes débats et des mêmes images, on constate aussi que leur couverture n’est pas aussi solidement tissée partout. Dès lors, on est amené à poser l’hypothèse inverse en se demandant si la domination de la chaîne panarabe par excellence ne contribue pas, paradoxalement, à éloigner le Maghreb du reste du monde arabe à partir du moment où ‘elle se tient – où on la  maintient –  à distance trop grande des spectateurs du Maghreb.

Guerre des étoiles et “machines à rêves”

Titre de la série de films réalisés par George Lucas, la “guerre des étoiles” (Star Wars), c’est également le nom d’un projet de réseau de satellites anti-missiles lancé par le président Reagan en 1983. Dans le monde arabe, aujourd’hui, c’est le nom que l’on pourrait donner à l’opération de sabotage menée par des mains encore anonymes contre la chaîne Al-Jazeera Sports à l’occasion de la Coupe du monde de football qui vient de débuter en Afrique du Sud.

Vendredi dernier, alors que se déroulait le premier match de la compétition entre l’équipe du pays organisateur et le Mexique, les téléspectateurs arabes ont en effet été privés de football, pendant la majeure partie du match. En dépit de la débauche de moyens investis dans l’opération (350 envoyés sur place pour des images en haute définition et même en 3D, 22 commentateurs en arabe, anglais et même en f’rançais cette année : détails de l’opération dans cet article en arabe), la chaîne qatarie a connu un jour noir en se montrant incapable “d’offrir” au monde arabe les jeux planétaires tellement attendus.

“Offrir” doit nécessairement s’écrire entre guillemets tellement “la fête du foot” est lourde d’enjeux financiers (mais pas seulement, comme on le verra). Ayant récemment racheté – fort cher d’ailleurs – les chaînes sportives du groupe Orbit, Al-Jazeera se trouve désormais en situation de quasi-monopole de diffusion sur la région arabe. D’autant plus, que la vente de droits par la FIFA (Fédération internationale de football association) se fait sur le mode de l’exclusivité. Au moment des enchères, personne, dans la région, n’a pu rivaliser avec l’offre d’Al-Jazeera qui a donc obtenu l’exclusivité des droits pour la retransmission dans l’ensemble de la région (Moyen-Orient et Afrique-du-Nord).

Si la chaîne d’information est gratuite et libre d’accès, les chaînes spécialisées, à commencer par Al-Jazeera Sports, sont payantes. Pour en profiter, il faut donc s’abonner (compter une centaine de dollars). Et comme il n’est pas sans risque de priver tout un peuple de fans de leur sport favori (voir ce précédent billet : Le jour où l’Egypte a frôlé la catastrophe), les solutions de secours se sont multipliées à l’approche du grand événement.

En Syrie par exemple (je ne sais pas comment l’affaire s’est terminée : commentaires bienvenus !), on racontait qu’une puissance financière “privée”, en l’occurrence celle de l’homme d’affaire Rami Makhlouf, le neveu du président, pourrait bien “offrir” à ses concitoyens les droits de retransmission des matchs (article publié dans Al-Quds al-‘arabi à la fin du mois de mai). En Algérie – seul pays arabe qualifié –, les anciens abonnés à la chaîne Orbit ont découvert qu’Al-Jazeera, en dépit des premières promesses, avait modifié les règles du jeu et qu’il leur fallait à nouveau payer pour pouvoir bénéficier des retransmissions. (voir ce billet sur ce blog). De crainte d’affronter un soulèvement populaire, les autorités locales ont donc acheté à Al-Jazeera (14 millions de dollars tout de même : pour le foot, il y a toujours de l’argent !) les droits de retransmission, sur réseau terrestre, pour découvrir que les qataris étaient des négociateurs qui pouvaient manquer de fair-play (article sur le blog d’un journaliste algérien).

Bien qu’ils soient au plus mal avec les Qataris, et singulièrement avec une chaîne qui leur mène la vie dure, les Egyptiens n’ont pas fait exception à la règle. Sous la menace de la frustration populaire, la télévision nationale égyptienne a également racheté, fort cher (22 millions de dollars selon cet article),  les droits de retransmissions – par chaîne terrestre – de 22 matchs. Sauf que les Qataris, cette fois encore, n’ont pas totalement respecté les règles en annonçant, après les accords, qu’ils se donnaient le droit de diffuser en clair et donc gratuitement, certains matchs de leur choix…

Et alors, pourrait-on se demander, où est le problème ? Le problème, il est économique. En effet, qui dit “foot”, dit “public” et dit surtout “publicité” (une hausse de 120%, 60 millions de dollars pour les seuls pays du Golfe selon cet article dans Arabian Business). Et comme l’image est meilleure par satellite, la “gratuité” des matchs sur Al-Jazeera a pour conséquence que les téléspectateurs égyptiens risquent de se brancher sur la chaîne qatarie, et qu’ils seront suivis par une bonne partie des annonceurs, lesquels, selon la théorie des vases communicants, déserteront la télévision égyptienne qui en sera pour ses frais… C’est beau le sport !

C’est donc dans ce climat de saine compétition sportive qu’ont débuté les retransmissions des matchs par Al-Jazeera, marquée par cette très longue et très inexplicable panne qui a privé de leur plaisir des téléspectateurs arabes ayant payé souvent fort cher leur abonnement à Al-Jazeera Sports (ou même seulement le droit d’entrée dans un café ou un hôtel un peu chic accueillant les fans pour l’occasion).

Mais dans la mesure où la panne a eu lieu sur les canaux que loue Al-Jazeera sur le satellite Nilesat (et non pas sur les autres satellites qui peuvent être reçus dans la région : Arabsat, Hotbird ou Noorsat), il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les responsables de la chaîne qatarie accusent à demi-mots les Egyptiens d’être à l’origine de ce qui semble bien avoir été non pas une panne technique mais un acte de sabotage. Comme s’est écrié, en direct, un des présentateurs sportifs, l’Algérien Lakhdar Berriche (oui, forcément, alors que l’Algérie est le grand rival de l’Egypte sur le terrain footballistique !!!) “[A Al-Jazeera,] on a voulu faire du mondial une fête sportive mais il y a quelqu’un qui est en train d’y mettre de la politique !”

Depuis, la FIFA a naturellement donné son soutien de principe à un de ses meilleurs clients, le groupe qatari, qui a lui-même commandité une enquête technique. L’affaire est donc loin d’être close, d’autant plus que les responsables d’Al-Jazeera semblent revenir un peu sur leurs accusations à l’encontre de l’Egypte, tout en confirmant qu’ils ont bien été victimes d’un acte de malveillance qui n’a pas pu être le fait de quelques individus mais qui semble relever au contraire d’une piraterie des ondes assez sophistiquée. Qui a voulu attiser les braises de la discorde arabe ?

En attendant, ceux qui se plaignent le moins des problèmes techniques rencontrés par Al-Jazeera, ce sont les milliers d’adeptes d’un autre sport national arabe, la “débrouille”. Face à la hausse des prix rendue possible par le monopole d’Al-Jazeera sur les retransmissions, les “décodeurs”, en vente (bien qu’ils soient en principe souvent interdits) partout dans le monde arabe, restent encore accessibles, pour une petite centaine de dollars. En Egypte (voir cet article en arabe sur le site Middleeast-Online), on leur donne un nom tragiquement significatif :  ce sont des ajhizat al-ahlâm (أجهزة الأحلام), des “machines à rêves”. En deux mots, tout est dit !

L’affaire des présentatrices d’Al-Jazeera : grandes manœuvres dans les médias arabes

Elle, l’hebdomadaire qui lutte inlassablement pour l’émancipation de la femme française – avec cette semaine un important dossier sur le “régime Bikini” –, alertait ses lectrices il y a quelques jours sur le “chaos dans les locaux de la chaîne Al-Jazeera”. Introduit par un très professionnel conditionnel, l’article (non signé) expliquait que ce “chaos” était dû à la démission de cinq présentatrices soumises “à une forte pression au sujet de leurs tenues vestimentaires jugées indécentes et pas assez conservatrices pour la chaîne”.

“Courage, mesdames, face à l’obscurantisme et à la guerre sainte”, pouvait-on lire, sans surprise, dans les commentaires du site (à côté d’autres, il est vrai, plus pertinents). Avec juste un peu de mauvaise foi, “l’affaire des cinq speakerines”, ou bien 4, ou encore 8, revenait tout simplement, par le jeu de quelques interprétations audacieuses, à interroger la capacité de la principale chaîne d’information arabe (présente dans près d’un foyer sur deux) à concilier “sa mission en tant que BBC moyen-orientale” avec “le conservatisme de certaines sociétés où elle est diffusée” (The issue is likely to refocus attention on the difficulties Al-Jazeera faces in trying to reconcile its mission to be the BBC of the Middle East with the conservativism of some of the societies in which it broadcasts : The Telegraph, 31 mai).

Tout n’est pas faux dans l’information mise en ligne sur le site de Elle mais, à l’instar du commentaire du Telegraph, l’éclairage sur une chaîne suspectée d’être devenue la chasse-gardée des “islamistes” et autres “salafistes” (commentaire dans l’algérien Al-Watan par exemple) semble singulièrement biaisé. Pour ce qui est des faits, il est à peu près établi désormais que les problèmes, latents depuis au moins le début de l’année, ont éclaté le 25 mai dernier, lorsqu’un groupe de présentatrices, soutenues par nombre de leurs collègues moins audacieuses, ont présenté, en interne, leur démission collective.

Certes, une bonne partie de la presse internationale (et arabe comme on le verra) a titré sur “le problème d’Al-Jazeera avec les femmes” (comme l’écrit élégamment le Right Wing Liberal, un blog américain qui assume son titre), en utilisant des phrases chocs telles que : conflicts with management on their clothingclothing spat – clothing dispute – quit over ‘modesty’ dress comments – mass resignations [!!!] by Al Jazeera female anchors over dress code – row over ‘clothes and decency’. Pourtant, assez rapidement, et de manière de plus en plus affirmée (article en arabe du 5 juin sur Al-Duwaliya : merci Ben !), les journalistes en question ont fait savoir – en peine perdue ou presque -, d’abord que la question de leur code vestimentaire n’était pas le fond du problème, et même ensuite que ce n’était pas vraiment le problème, tout simplement !

Sur le plan des faits également, il apparaît que certaines démissionnaires ont disparu d’antenne, mais pas toutes (article en arabe dans Al-Hayat). Plus significativement, un rédacteur en chef, Ahmad al-Shaykh (أحمد الشيخ), a été “placardisé”, de même qu’un de ses principaux adjoints, Ayman Gaballah (أيمن جاب الله). L’un comme l’autre, selon cet article d’Al-Quds al-‘arabi (parmi bien d’autres), semblent avoir été sanctionnés pour leur mauvaise gestion de la crise et, en particulier pour le second, à cause d’un autoritarisme plutôt machiste… Une nouvelle réorganisation du desk information est annoncée par Waddhah Khanfar (وضاح خنفر), le directeur de la chaîne, laquelle réfléchit à la mise en place d’une “charte vestimentaire”, à l’instar de CNN ou de la BBC.

Quoi qu’en dise le quotidien Al-Hayat (article en arabe), on est donc probablement assez loin des faits quand on parle, à propos des présentatrices concernées, d’une “protestation contre l’exploitation de leur corps et de leur image” (إحتجاجاً على الإمعان في استلاب أجسادهن وصورتها). En revanche, l’avalanche de commentaires dans la presse s’insère fort bien dans le sempiternel débat, certainement bien intentionné (;-), à propos du droit des femmes (musulmanes bien entendu) à disposer d’elles-mêmes et, incidemment, sur les immenses difficultés des médias arabes, Al-Jazeera en tête, à incarner un journalisme de qualité dans des sociétés “parfois conservatrices”…

Si elle souligne une fois de plus combien le succès d’Al-Jazeera continue de lui valoir un certain nombre d’inimitiés, cette démission collective des icônes médiatiques incarnant un visage de la modernité arabe, et plus encore la manière dont cette crise a été médiocrement gérée, confirme aussi les difficultés de la chaîne qatarie. Alors que la politique médiatique de l’émirat connaît de grosses difficultés avec ce que Nesrine Malik appelle the “Islam-Online debacle” (le site, un des principaux portails arabes en ligne, est en grève depuis plusieurs mois et n’est plus renouvelé depuis quelques jours), la nouvelle grille des programmes, mise en place au début de l’année sur les conseils d’une société américaine, n’est pas, à l’évidence, un grand succès. Depuis, les démissions de journalistes importants se succèdent alors que s’ajoute à la concurrence d’Al-Arabiya une nouvelle menace, celle d’une méga-chaîne d’information que lancerait le groupe Rotana, désormais étroitement associé à Fox News (voir ce précédent billet). En effet, on sait, depuis avril dernier au moins (article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi), que l’Arabie saoudite a décidé d’accorder quelques licences pour des chaînes télévisées émettant depuis son territoire, et il semble bien également que le magnat des médias arabes, le prince Waleed ben Talal, est sur les rangs, et qu’il songe à confier la direction de la future “murdochtana” au célèbre journaliste Jamal Khashoggi (جمال خاشقجي), tout récemment “remercié” par le principal quotidien saoudien, Al-Watan, pour des propos un peu trop critiques sur le conservatisme religieux dans son pays.

Quant aux présentatrices démissionnaires d’Al-Jazeera, elles ont fait savoir que leur démission n’avait rien à voir avec ces grandes manœuvres médiatiques et d’éventuelles sollicitations de la part de chaînes concurrentes…

Le jour où l’Egypte a frôlé la catastrophe : foot, télévision et conflits asymétriques

logojazeera

Lors de leur dernière rencontre, les ministres de l’Information de la région ont rejeté une résolution du Congrès étasunien appelant à des sanctions contre al-Manar (Liban), Al-Aqsa (Gaza) et Al-Zawra (Irak), trois chaînes satellitaires accusées de promouvoir le terrorisme tout en incitant à l’anti-américanisme. Comme l’écrit Marc Lynch, dans le pourtant respectable Foreign Policy, il est presque pathétique de constater que la Ligue arabe, avec sa cohorte d’Etats autoritaires, se montre en l’occurrence plus favorable à la liberté des médias que le Parlement des USA !

Il ne faudrait pas croire pour autant que les régimes locaux se sont brutalement convertis à la liberté d’opinion. Au contraire, l’ordre du jour reste celui d’une Charte capable d’« organiser » le domaine audiovisuel arabe, projet déjà discuté il y a deux ans et à l’époque déjà vigoureusement rejeté par le seul Qatar ou presque (voir ce billet). Cette fois-ci, toujours à l’initiative de l’Egypte et de l’Arabie saoudite, c’est un Haut-Commissariat (مفوضية) qui est envisagé pour mettre un peu d’ordre parmi les quelque 700 chaînes du paysage télévisuel arabe.

De fait, on peut l’avouer maintenant, il y a quelques jours le monde arabe a tout simplement frôlé la catastrophe…

Tout a commencé à la fin du mois de novembre 2009, lorsque la chaîne Al-Jazeera, financée par le Qatar, a acheté au bouquet Orbit l’ensemble de ses chaînes sportives. Pour cette transaction, sans nul doute record même si son montant exact n’a pas été divulgué, le chiffre incroyable de 5,5 milliards de riyals, soit 1,5 milliard de dollars, est avancé dans cet article dans Elaph. Quoi qu’il en soit, c’est toute une époque qui se referme, celle des premiers temps de la télévision privée commerciale dans la région, inaugurée, au début des années 1990, par le cheikh séoudien Saleh Abdullah Kamel (voir ce billet) propriétaire du groupe ART.

Cependant, comme la cession portait également sur les droits de diffusion que possédaient les chaînes du groupe Orbit, Al-Jazeera Sport s’est retrouvée en position d’exclusivité pour les retransmissions des compétitions de football : celles des différents championnats européens, celles de la prochaine coupe du monde en Afrique du Sud et aussi celles de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations), que vient tout juste de remporter l’Egypte en battant péniblement le Ghana après sa large victoire sur l’Algérie.

Un tel monopole sur le sport de très loin le plus populaire dans la région a bien entendu la plus haute importance stratégique.

On a commencé à s’en rendre compte en janvier. Quand les phases finales de la CAN ont commencé, les supporters des équipes arabes engagées dans la compétition (Tunisie, Algérie, Egypte) n’ont pas eu d’autre choix que de se tourner vers Al-Jazeera, dont le canal sportif, à la différence de la chaîne d’information, fonctionne sur abonnement, comme c’était d’ailleurs déjà le cas avec Orbit, malgré tout nettement plus chère. Au fur et à mesure des éliminatoires et de la progression des équipes arabes, la situation est devenue de plus en plus difficile à gérer, à commencer en Egypte où les télés locales en étaient réduites à diffuser de vieilles images d’archives. De leur côté, les responsables de la chaîne qatarie avaient fait savoir qu’une offre de retransmission des matchs des “Pharaons” , pourtant raisonnable en termes financiers selon eux, avait été refusée par l’Egypte.

Rien d’étonnant en vérité car, comme on l’a vu dans un précédent billet sur les déclarations, à propos de Gaza, du global imam, l’Egyptien Qardhâwi aujourd’hui installé au Qatar, les relations sont au plus mal entre la plus populaire des chaînes arabes d’information et les autorités du Caire résolues à poursuivre leur politique pro-américaine à l’encontre du Hamas. Dans un contexte qui rendait un accord commercial impossible, la tension ne pouvait que monter dangereusement. Même si de fort opportunes campagnes se sont développées sur Facebook pour dénoncer le monopole d’Al-Jazeera qui privait l’Egypte de ses champions, on n’ose imaginer ce qui aurait pu se passer si, dans une Egypte déjà prise de fièvre nationaliste, les supporters avaient été privés des images de leurs champions remportant la Coupe africaine des Nations tout aussi sévèrement que les habitants de Gaza le sont de liberté et d’autres nécessités plus matérielles encore ; au regard des quasi émeutes au Caire en novembre dernier (voir ce billet) à la suite d’un match perdu contre l’Algérie, tout ou presque pouvait arriver…

Mais l’explosion n’a pas eu lieu car, le 12 janvier dernier, Al-Jazeera a soudainement annoncé, deux heures seulement avant un des matchs de l’équipe d’Egypte, qu’elle diffuserait en clair les compétitions de la CAN. Une assez bonne affaire commerciale pour la chaîne qatarie car, aux abonnements de ceux qui ne pouvaient se passer des images de la compétition, sont venus s’ajouter les revenus des publicités diffusées à l’intention des 80 millions de consommateurs égyptiens.

Mais surtout un très bon coup politique. On peut imaginer en effet qu’il y a eu un prix à cette « aumône » en apparence généreusement offerte à l’Egypte. Le Qatar aurait-il échangé la menace d’une éruption populaire en Egypte contre certaines garanties, pour sa chaîne, dans la nouvelle police médiatique régionale ?

La création de la chaîne Al-Jazeera avait déjà été pour Doha, au milieu des années 1990, une manière de se protéger des éventuelles ambitions de son voisin saoudien ; la création d’un monopole sur les émissions sportives avec le rachat des chaînes du groupe Orbit, et la menace d’un « blocus » sur les images des matchs de la CAN, sont peut-être une nouvelle démonstration de l’habileté des Qataris à gérer les situations de conflit asymétriques.