Les « règles de l’art » et le prix d’un intellectuel (en Egypte)

29 juin 2009
Par

sonallahPour se faire une idée à peine exagérée de ce dont on va parler, il suffit d’imaginer, dans un avenir pas forcément si lointain, que la médaille Nicolas Sarkozy des Arts et des Lettres est attribuée à Frédéric Mitterrand, tandis que Philippe Val voit son œuvre d’essayiste couronnée par le prix Carla Bruni…

En Egypte, ce sont les « prix Moubarak » que l’on décerne ainsi à différentes personnalités du monde des Lettres et des Arts, à l’issue des tractations et des négociations rituelles qui marquent, chaque année, un exercice dont on se demande s’il n’a pas pour principale fonction de renouveler symboliquement l’allégeance des intellectuels locaux au pouvoir.

Fort démocratiquement en principe, ce sont les membres de la communauté intellectuelle qui élisent, à travers leurs instances représentatives, les heureux bénéficiaires de ces distinctions. Avec pour résultat que la jeunesse et l’audace sont, comme partout ailleurs sans doute, rarement récompensées, au terme d’un processus de sélection où les pratiques incestueuses d’une petite coterie se révèlent en toute indécence.

Cette réalité, le romancier Baha Taher, qui vient de recevoir le « prix Moubarak de littérature », ne la nie pas. Selon ses propres termes il éprouve une certaine gêne (عنصر الحرج قائم) à siéger au sein du Conseil supérieur de la Culture qui lui a décerné cette distinction d’un montant de 400 000 livres égyptiennes (un peu plus de 50 000 euros tout de même).

De tels scrupules honorent cet écrivain qui a déjà remporté en 2008 le prestigieux Booker arabe (50 000 dollars) et qui avait demandé cette année-là pour le prix Moubarak que son nom soit rayé de la liste des auteurs sélectionnés au profit du critique Rajâ’ al-Naqqâsh, récemment décédé.

On n’en dira pas autant de Gaber Asfour, qui se voit attribuer cette année le « prix de l’appréciation de l’Etat » (tout un programme ! 200 000 LE, soit 25 000 euros) par le Conseil supérieur de la Culture, une institution dont il a été le Secrétaire général presque 15 ans (de 1993 à 2007) et dont il continue à diriger le très important programme de traduction (المشروع القومي للترجمة) dont il a été question dans un récent billet.

Au chapitre de l’impudence, la palme revient toutefois sans conteste possible au poète Ahmad Abd al-Muti Higazi (أحمد عبد المعطي حجازي) dont on a déjà parlé et qui a réussi en mars dernier le véritable tour de force de se décerner à lui-même le prix qu’il organisait (article en arabe) ! En effet, en tant que président de la commission « Poésie » du Conseil supérieur de la culture, Higazi est l’organisateur du Forum international de la poésie arabe (ملتقى القاهرة الدولي الثاني للشعر العربي) qui, pour sa seconde édition, n’a pas hésité à honorer de son prix (100 000 LE) Higazi en personne, poète dont le dernier recueil publié remonte à l’année … 1989 !

Pour ceux qui en douteraient, on rappellera que tout le monde en Egypte ne se laisse pas éblouir par les récompenses des autorités. Dans l’article de Middle-east-online déjà cité, on rappelle comment le romancier Sonallah Ibrahim a refusé en 2003, sur la scène où il était monté pour le recevoir, le prix qui lui était décerné (voir ce précédent billet), en manifestation de sa solidarité avec le peuple palestinien (déjà) abandonné par le pouvoir égyptien. (A ce sujet, je me souviens d’avoir lu quelque part que l’actuel ministre de la Culture, candidat à l’Unesco, a fait pression à Toulouse, récemment, pour que ne soit pas invité ce romancier aux si mauvaises manières, et qu’il s’est fait éconduire… Quelqu’un aurait-il la trace de cette information ?)

Cependant, et malgré quelques exceptions qui forcent le respect, les intellectuels égyptiens se plient à ce que Pierre Bourdieu appelait, d’une belle formule, « les règles de l’art ». Après avoir été adoptés par l’Egypte républicaine, les prix d’Etat n’ont plus grand-chose à voir avec les principes qui avaient présidé à leur création à l’époque de Flaubert, décrite dans le livre de Bourdieu, quand les khédives cherchaient à encourager les élites d’un pays lancé dans la course de la modernisation.

En effet, prisonniers qu’ils étaient d’une conception – fort partagée et pas seulement à cette époque – selon laquelle l’avant-garde consciente de la Nation avait pour mission de guider le peuple immature vers les Lumières du progrès, les intellectuels égyptiens (et arabes) étaient voués à être « achetés » par le pouvoir, dès lors qu’ils étaient privés du soutien qu’offrait à leurs semblables, sous d’autres latitudes et dans d’autres contextes, l’existence d’un champ intellectuel plus autonome (au sens donné par Pierre Bourdieu, une fois encore, à ce terme).

Avec toujours autant de « bonnes intentions », on assiste aujourd’hui dans le monde arabe à une inflation de récompenses créées les unes après les autres à titre d’ « encouragement » (تشجيع : c’est également le nom d’une distinction littéraire distribuée par les autorités égyptiennes). Grâce aux revenus de la rente pétrolière, le « prix » d’un intellectuel arabe a ainsi brusquement augmenté passant de 50 000 euros pour la plus rémunératrice des distinctions dans la grande République arabe d’Egypte à 150 000, pour les Sheikh Zayed Book Awards des Emirats Arabes Unis, qui distribuent, depuis 2007, quelque 13,5 millions d’euros de prix…

Il n’est pas sûr que la création artistique et l’originalité intellectuelle du monde arabe y gagnent beaucoup. Il est certain en revanche que ce sont les plus chenus des courtisans qui savent le mieux manier les « règles (politiquement correctes) de l’art ».

Illustration : Sonallah Ibrahim manifestant pour le mouvement Kefaya, par Joshua Stacher : http://www.personal.kent.edu/~jstacher/Photo.html#home

Suite à son premier commentaire, Richard Jacquemond propose ces liens à propos de l’invitation de Sonallah Ibrahim à Toulouse et il en a fait une rapide traduction synthétique en français. Merci !

(voir 1/ Edito (« 3amûd » ) de Alaa al-Asouani dans le quotidien Al-Shurûq (quotidien égyptien privé issu de Dar al-Shurûq, d’Ibrahim al-Mu3allim), le 15 juin, intitulé « Pourquoi Farouk Hosny n’est pas allé à Toulouse ? »
Alaa al-Asouani était invité avec d’autres écrivains égyptiens au Marathon des mots organisé à Toulouse et dont l’invité était cette année l’Egypte. Il rapporte dans cet article que le festival a été inauguré par la ministre française de la culture et qu’une invitation avait été adressée à son homologue égyptien, mais « quelques jours après les organisateurs à Toulouse ont reçu un appel téléphonique d’une officielle de l’ambassade égyptienne à Paris leur demandant d’annuler l’invitation adressée à Sonallah Ibrahim, faute de quoi le ministre égyptien déclinerait l’invitation. (La raison étant bien entendu le contentieux entre Sonallah et le ministre depuis le prix de 2003 refusé par l’écrivain). Ce que les Français refusèrent évidemment.

2/Article du 20 juin. Communiqué de Husâm Nassâr, conseiller de F. Hosny chargé de sa campagne pour l’Unesco, qui dément que le ministre ne soit pas allé à Toulouse en raison de la présence de Sonallah Ibrahim. Selon lui, le ministre n’a pas reçu d’invitation. A quoi la commissaire du festival de Toulouse, Dalia Hassan, contactée par Al-Shuruq, répond qu’une invitation a bien été envoyée à F. Hosny via l’ambassade d’Egypte à Paris.
(Le reste de l’article porte sur la campagne de FH pour l‘Unesco et la position des écrivains égyptiens par rapport à cette campagne ; rien de neuf ni d’important).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : graphisme, Liban, médias, Non classé, sexualité

5 commentaires pour “ Les « règles de l’art » et le prix d’un intellectuel (en Egypte) ”

  1. aymen le 29 juin 2009 à 11:55

    My Blog
    http://www.sawa-online.blogspot.com/
    Thanks for your share
    Nice to meet you

    Aymen,Morocco

  2. Benjamin Geer le 29 juin 2009 à 12:25

    Dans le livre “Egypt’s Culture Wars” de Samia Mehrez, il y a une analyse bourdieusienne approfondie du rapport de Sonallah Ibrahim à l’autonomie du champ littéraire:

    http://www.routledge.com/books/Egypts-Culture-Wars-isbn9780415428972

  3. cpa le 29 juin 2009 à 13:03

    Sawa-online vous étonnera par son ouverture sur Michael Jackson mais on peut découvrir aussi le feuilleton Wadi al-dhi’âb, une turquerie sur la maffia qui a connu quelques interdictions et qui a aussi du succès !

  4. Richard le 29 juin 2009 à 23:28

    Salut Yves, ci-dessous un lien de Al-Shuruq sur l’affaire de Toulouse:
    http://www.shorouknews.com/ContentData.aspx?id=60006
    qui confirme que c’est bien la présence de Sonallah qui indisposait F. Hosni!
    à+

  5. arabist le 5 juillet 2009 à 10:25

    Excellent billet! Je me rappelle bien de la magnifique performance de Sonallah en 2003, qui avait gene le monde culturel Cairote… Il y a tout un travail a faire sur certaines manifestations intello-culturelles Egyptiennes, dont ma preferee est sans aucun doute la “rencontre avec les intellectuels” du President Mubarak a la foire du livre. L’experience de Muhammad Said Sayyed il y a quelques annees est un autre example de detournement de ces evenements.


Carnets de recherche