Tombeau pour un poète...

6 juillet 2009
Par

L'exil, Mahmoud Darwich l'aura vécu toute sa vie durant et, comme pour la plupart des Palestiniens, le droit de reposer dans la terre qui l'a vu naître ne lui aura pas été accordé (ce précédent billet en parlait déjà).

Un article dans le quotidien en ligne Elaph donne quelques précisions sur cette question. On y apprend ainsi qu'un tribunal israélien vient de donner raison aux colons qui font paître leurs troupeaux de vaches sur les lieux où sont enterrés précisément les ancêtres du poète palestinien.

Ce dernier est en effet né à Birwa, tout près de la ville d'Acre, un village de 1700 habitants au moment de la création de l'Etat d'Israël. Un village que ses habitants ont fui au moment des combats et où ils n'ont jamais pu retourner, devenant ainsi des "présents-absents' au regard de la loi israélienne, des réfugiés dans leur propre pays en somme.

Ils sont aujourd'hui près de 6 000 habitants, installés à quelques mètres seulement des derniers vestiges de leur ancien village dont l'école, l'église et la mosquée ont été détruites au début des années 1950.

Au fil des années, la colonie israélienne qui s'est installée sur les lieux s'est emparée des terres de l'ancien village, allant même  comme on l'a dit jusqu'à utiliser les anciens lieux consacrés comme pâturages pour les troupeaux.

Constitués en association, les anciens villageois de Birwa n'ont donc pas obtenu de la justice israélienne que ces lieux restent en paix et certains d'entre eux estiment même que cette décision de "justice" a été rendue précisément parce qu'il s'agit de la terre où repose la famille de la voix de la Palestine.

C'est donc pour cette raison que les proches du poète n'ont même pas demandé que sa dépouille puisse être rapatriée sur son lieu de naissance . Ils savaient qu'ils n'auraient jamais le droit de la mettre en terre là où Mahmoud Darwich l'aurait voulu, au côté des siens, mais seulement là où on les autorise à le faire, dans le nouveau village qui s'est développé à la lisière du Birwa original.

Le vrai "tombeau" au sens littéraire et artistique du terme, à savoir l'hommage d'un créateur à celui qui l'a précédé et nourri de son oeuvre, on le doit à un très grand artiste, Ernest Pignon-Ernest.

Invité par Mahmoud Darwich à lui rendre visite à Ramallah, la mort a rendu impossible cette rencontre qu'Ernest Pignon-Ernest aura su réaliser malgré tout, en collant à sa  manière, notamment à Naplouse, des portraits de la voix qui s'est éteinte et qui continuera à résonner, portée par les traits du portrait, à travers les murs et le temps.

Plus d'informations et d'images (merci à LQ pour celle de ce billet) sur cette belle opération rendue possible par les services culturels français en suivant ce lien.

Et voir aussi, le blog de Gilles Paris http://israelpalestine.blog.lemonde.fr/2009/07/07/ernest-pignon-ernest-mahmoud-darwich-et-gaza/ 

Le texte manuscrit sur la photo en tête de ce blog dit : "Nous deviendrons un peuple quand nous respecterons ce qui est correct et ce qui est faux."


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : beaux-arts, littérature, Palestine

3 commentaires pour “ Tombeau pour un poète... ”

  1. HouariB le 6 juillet 2009 à 19:09

    Un lien publié par AngryArab sur la manifestation de boycott des produits israeliens en jordanie

  2. HouariB le 6 juillet 2009 à 19:09
  3. Comprendre ce là-bas le 9 juillet 2009 à 13:01

    A noter la re-publication des poèmes palestiniens de Darwich chez Cerf, avec les Chroniques de la tristesse oridinaire :
    http://comprendre-ce-la-bas.blogspot.com/2009/07/poemes-palestiniens-de-mahmoud-darwich.html

    La Palestine et le monde n'ont pas fini de pleurer l'homme...
    Merci pour ce billet...


Carnets de recherche