« Politisation du ballon » et « ballification de la politique »

22 novembre 2009
Par

Trop « arabes » en France au goût de certains, les Algériens sont paradoxalement souvent perçus chez leurs voisins arabes comme « trop français » ! Depuis l’invasion de leur pays, suite à la réaction d’orgueil national d’une France outragée par le coup d’éventail donné par le bey d’Alger à son représentant en 1830, les Algériens sont, certes, respectés pour l’ampleur de leurs souffrances (certains évoquent la disparition d'un tiers de la population lors de la colonisation, et 1,5 million de morts ont péri selon les historiens locaux durant la guerre de décolonisation). Mais ils sont également toujours suspects de vivre une arabité un peu dérangeante par rapport aux idées reçues, à l’image de la langue qu’ils utilisent au quotidien, à la fois profondément arabe et métissée, comme l’exprime ce slogan, martelé dans une superbe lingua franca par les supporters algériens après la victoire finale de leur équipe : One, two, three ! Viva l’Algérie !!!.

Difficile de l’ignorer en effet, l’Algérie s’est qualifiée pour la phase finale du prochain Mondial, et représentera donc le monde arabe aux dépens de l’Egypte, vingt ans tout rond après que cette dernière l’ait elle-même éliminée à l’issue d’un match particulièrement houleux : en 1989, l’arbitre – un Tunisien ! – avait été accusé d’avoir volé un but aux frères algériens (ceux-ci n’avaient pu retenir leur colère et, entre autres violences, un joueur avait été condamné pour avoir blessé un supporter égyptien dans un hôtel : article dans le Guardian).

Sportive en principe, la confrontation entre les deux pays s’est transformée en sévère crise diplomatique, source d’inquiétudes dans le monde arabe à propos de cette nouvelle fitna qui interroge la réalité des liens de fraternité entre les populations de la région et donc, par conséquent, l’efficience des récits fondateurs développant les thématiques identitaires de l’arabisme ou de l’islam. Même s’il y a fort à parier que tout cela sera très rapidement oublié si l’équipe algérienne réussit quelques beaux matchs lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud, il reste que la violence entre les deux entités nationales a atteint des sommets.

De quoi d’ailleurs nourrir les interrogations de bien des commentateurs qui constatent que, dans cette région où les médias n’échappent pas à la censure, ou tout au moins aux conseils avisés du pouvoir, ce dernier, tant en Algérie qu’en Egypte, s’est bien gardé d’intervenir. Au contraire, emporté – ou se laissant porter – par la vague de chauvinisme, il a dans les deux cas sa part de responsabilité dans la crise.

Laquelle était parfaitement prévisible, et même annoncée au regard des affrontements par médias nationaux interposés et sur internet depuis bien des jours. Mais tandis que les Algériens l’emportaient sur internet où leurs détournements de films célèbres (Brave Heart par exemple) se révélaient bien plus percutants que ceux des internautes égyptiens (article en arabe dans Elaph), la presse algérienne n’a pas pesé bien lourd face à la « puissance de feu » des commentateurs sportifs sur les chaînes égyptiennes (Dream, Hayat, Modern…).

La palme de la bêtise raciste revenant sans conteste à un célèbre commentateur sportif, un certain Amr Adib qui, entre autres gracieusetés distribuées avant le match décisif, s’est interrogé via le bouquet panarabe Orbit sur les raisons qui faisaient que (tous) les Algériens haïssaient de la sorte (tous) les Egyptiens ! (vidéo sur YouTube pour les arabophones). Après la défaite égyptienne à Khartourm, le même inconscient a cru bon, en réponse aux rumeurs (totalement infondées) évoquant de très nombreux blessés parmi les supporters égyptiens présents au Soudan, d’appeler ses concitoyens à se venger sur les Algériens résidant en Egypte !...

De tels propos ne sont qu’un faible échantillon des insultes en tous genres échangées surtout après le caillassage du bus des joueurs algériens lors de leur arrivée au Caire (dans un pays qui vit tout de même depuis 1981 sous le régime de l’état d’urgence !). La presse algérienne n’a pas été en reste et a bien souvent colporté, avec la même totale absence de professionnalisme, n’importe quelle rumeur susceptible d’alimenter les passions chauvines.

Mais la presse n’est pas la seule en cause. Outre les sociétés, multinationales ou non, « communiquant » avec ou plutôt sur la fièvre nationale, les politiques des deux pays sont montés au front. Certes, les deux chefs d’Etat n’ont pas fait le déplacement jusqu’au stade de la banlieue de Khartoum, mais ils ont envoyé leurs représentants les plus proches, Abdelaziz Belkhadem pour l’Algérie et les deux fils du rayyis pour l’Egypte : Gamal, le successeur putatif (déjà évoqué ici), et le bien plus discret ‘Ala, qui s’est brutalement rendu follement sympathique auprès des masses populaires en traitant les Algériens – c’est tout de même le fils du président – de « hérétiques terroristes mercenaires » (ارهابيين مرتزقة), précisant un peu plus tard sur une autre chaîne qu’il « y avait en eux quelque chose de bizarre » (شيء غريب في تركيبهم).

La récupération politique n’a cependant pas totalement fonctionné et certains studios ont coupé les émissions où l’on entendait trop certains Egyptiens, dont des stars du foot, hurler leur colère parce que le gratin politique était tranquillement rentré dans l’avion privé d’un homme d’affaires par ailleurs député du parti au pouvoir, tandis que les supporters égyptiens se faisaient (prétendument) égorger par les hordes algériennes : إيه مصر ؟ مع فيهاش غير جمال مبارك؟ حرام عليكم تهينو الناس بالشكل دا!!! C’est quoi l’Egypte ? Il n’y a que Gamal Moubarak au monde ? C’est pas une honte d’humilier les gens ainsi ?!!!

Impossible de résumer cette affaire dans tous ses détails mais il faut savoir que les dégâts pour les sociétés égyptiennes installées à Alger sont estimés à quelque 5 millions de dollars, que des centaines d’émigrés égyptiens ont quitté l’Algérie en catastrophe, que le Conseil de sécurité nationale égyptien a été réuni en urgence, que l’Egypte a officiellement menacé le Soudan d’intervenir si ses ressortissants n’étaient pas protégés, ou encore qu’une trentaine de policiers ont été blessés pour empêcher que l’ambassade algérienne au Caire ne soit prise d’assaut (pour ne rien dire des 14 morts et des 250 blessés associés aux 175 accidents de la route qui ont marqué, en Algérie, la célébration de la qualification).

Impossible également de relater le déluge de déclarations de chauvinisme flamboyant submergeant de trop rares tentatives pour « calmer le jeu » : artistes déclarant boycotter à tout jamais le pays frère, abandon des feuilletons cairotes en Algérie contre mise en quarantaine des artistes algériens, listes noires de personnalités désormais indésirables, etc.

Quelques remarques en guise de conclusion pour ce billet trop long déjà ! Comme le mentionnent certains commentateurs (voir par exemple cet article en arabe dans Al-Akhbar), l’efficacité des ponts aériens mis en place par les deux pays pour transporter des milliers de supporters au Soudan tranche avec l’absence de réactions pour Gaza ou même pour le Darfour, sans parler des ambassadeurs précipitamment rappelés dans leurs pays respectifs quand le représentant de l'Etat israélien au Caire n’a pas eu si souvent à se plaindre d’un tel traitement, quelle que soit la politique de son pays…

On notera également le rôle aussi dangereux que peu « démocratique » joué par les médias, plutôt ceux du secteur privé, livrés à une concurrence effrénée, que ceux du secteur public d’ailleurs. Comme quoi la multiplicité des canaux ne résout pas tout …

Et s’il est vrai que cette « guerre » fratricide oblige à s’interroger sur la puissance du référent panarabe au regard des identifications étatiques, et plus encore sur l’état de décomposition du projet national arabe, force est de constater aussi que le lien religieux est bien incapable de lui servir d’alternative en pareilles occasions, même si les imams des mosquées, la main sur le cœur, ont dénoncé dans leurs sermons, a posteriori, cette bouffée de haine.

Détournés, parodiés, manipulés par un discours chauvin et raciste, que valent encore les symboles de l’histoire aux yeux des générations nées deux ou trois décennies après les événements qui ont tant fait pour associer les deux pays, notamment au temps de la guerre d’indépendance algérienne soutenue par Nasser ? A l’évidence, la « politisation du ballon » ou encore la « ballification de la politique » (تسييس الكرة / تكوير السياسة) n’a pas fini d’être utile pour canaliser les passions populaires et pour faire oublier les malheurs d’une jeunesse sans espoir, sans avenir, sans représentation politique digne de ce nom, et dont la frustration sexuelle n’est pas la moindre des souffrances.

Scène de violence à Zamalek (image tirée du site The Arabist. Celle de Coca est reprise de The Lede, un blog du New York Times


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Algérie, Egypte

27 commentaires pour “ « Politisation du ballon » et « ballification de la politique » ”

  1. neverland le 22 novembre 2009 à 23:15

    C'était vraiment violant, seulement pour un jeu !!! Et ce Amr Adib qui ne parle pas comme journaliste professionnel mais comme un voyou de la rue, la honte!
    On dirait que c'est fait exprès pour faire oublier ses populations le désespoir et les problèmes sociaux qui vivent ou pour oublier aussi la construction des colonies dans les territoires occupés et les raides sur la bande de gaza.
    C'est décevant ce qui se passe entre les deux nations seulement pour un jeu! Personnellement, je dis que c'est la responsabilité des journalistes algériens et égyptiens, ils n'arrivent pas à gérer une situation pareille alors si jamais le pouvoir leur accorde la liberté d'expression, oula oula je n’imagine même pas ce qui pourrai se passer avec une telle naïveté et manque de professionnalisme
    Bon début de semaine.

  2. Sosso le 23 novembre 2009 à 0:40

    Deux trois petites remarques en plus. Amr Adeeb n'est autre que le petit frère de Emad Adeeb le patron de Good News4Music & film group (qui est un ami perso au rayyes ).
    Il est connu pour son "style " particulier dans al qahirra el youm. L'année dernière il a traîné la même équipe nationale dans la boue en disant que les joueurs ont reçues des dames la veilles d'un match important qui s'est joué en Afrique du sud.
    2° remarque, Alaa Moubarak est un des associés de Sawiras, patron d'Orascom (une des société égyptienne victime du vandalisme des supporters algériens en Algérie ). En plus, il paraît qu'il y a un différent qui l'oppose au frère de Boutef depuis qq mois au sujet d'un contrat de vente d'avions d'une société américaine à l'armée algérienne qui n'a pas abouti, A. Moubarak devait empoché 100 millions de dollars mais le frère de Boutef aurait fait échoué la transaction et aurait fait conclure le contrat auprès de société française et empoché les commissions ( ça reste à vérifié mais je pense que ça peut expliquer la position de l'aînée des fils de rayyes qu'on ne voit plus depuis les années 90 sauf l'année dernière après le décès de son fils aîné).

    Une petite remarque sur le traduction de ارهابيين مرتزقة ça serait plutôt des terroristes mercenaires.
    Je m'excuse pour le long commentaire .

    • Yves Gonzalez-Quijano le 23 novembre 2009 à 4:25

      Ah non Sosso, ne vous excusez JAMAIS de vos interventions éclairantes et utiles. Et merci pour le zandaqa ! YGQ

  3. [...] This post was mentioned on Twitter by Bibliothèques UBO, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: « Politisation du ballon » et « ballification de la politique » http://bit.ly/6K5P8c [...]

  4. Khalloud le 23 novembre 2009 à 7:07

    Tout ça symbolise évidemment l'état de désespoir et de frustration de peuples qui n'ont pas d'autre soupape pour exprimer leur nationalisme que celle-là.
    Cela étant, je ne pense pas qu'on puisse qualifier de "totalement infondées" les rumeurs relatives aux agressions de supporters égyptiens au Soudan et d'expatriés égyptiens en Algérie. Il y a de très nombreux témoignages (jusqu'à ce jour) de gens molestés, assiégés, etc...

    • Benjamin Geer le 23 novembre 2009 à 15:17

      Je dirais plutôt que c'est un des effets les plus probables et les plus courants du nationalisme.

      • Yves Gonzalez-Quijano le 23 novembre 2009 à 21:59

        Khalloud, c'est sans doute vrai mais pas de quoi fouetter un chat! Si j'ai bien lu, on a vécu l'hystérie en Egypte, avec des gens appelant pour qu'on vienne leur sauver la vie!
        Benjamin, bien d'accord pour nationalisme, mais lequel ? le "nationalétatique" ou le "panarabe" ? Et notre oumma islamiyya, on en fait quoi ?

  5. houariB le 24 novembre 2009 à 12:29

    Angry Arab a bien raison de dire que cela provient des dégats du nationalisme "qutri" crée par Sadate.
    Je voulais ajouter que j'ai vu un reportage sur dubai 3 sport ou on voyait au soir de la victoire/defaite à khartoum des egyptiens moyens et des stars, feliciter l'Algerie et il n'y avait aucune haine.
    Par ailleurs la palme de la stupidité revient à la bimbo Haifa Wahbé ...
    http://www.youtube.com/watch?v=DeRdsIaDq6o

    • Yves Gonzalez-Quijano le 24 novembre 2009 à 18:41

      Bonjour Houari. Pour les non-spécialistes, "qutri", c'est l'équivalent de l'Eta-nation (dans la terminologie baathiste notamment). Un nationalisme "qutri", est donc un nationalisme qui s'attache au frontière de tel ou tel Etat-nation, aux dépens de l'ensemble "monde arabe" (panarabe si l'on veut, même si les choses ont évolué depuis l'apparition de cette doctrine politique il y a plus d'un siècle).
      Quant aux propos de Haïfa, j'en avais entendu causer mais je ne les avais pas entendus : merci pur le lien !

      • YGQ le 24 novembre 2009 à 21:59

        J'ai oublié de préciser que les plates excuses de la "bombe anatomique" arabe (le jeu de mots n'est pas de moi !) sont probablement suscitées par son désir de flatter le public égyptien, mis à mal par les paroles stupides (comme d'habitude) et offansantes conters les Nubiens... http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/nov/23/nubian-monkey-arab-racism

  6. houariB le 24 novembre 2009 à 23:24

    ceci explique cela :) décidément un racisme en chasse un autre !
    Dans les médias privés algeriens, les berberistes de tout poil à commencé par le quotidien Liberté du milliardaire Issad Rebrab et pdg de Cevital, proche du RCD.
    On y trouve des insultes sur feu Le président Nasser, des titres comme "la plupart des algeriens" se déclarent amazigh (on se demande où ils ont déniché cette nouvelle), ou "l'algerie doit elle quittier la ligue arabe".

  7. houariB le 24 novembre 2009 à 23:30
  8. Nobo le 25 novembre 2009 à 12:52

    Pour une mise en perspective historique du nationalisme arabe :

    http://bougnoulosophe.blogspot.com/2009/11/nationalisme-arabe-et-footbal.html

  9. Clochette le 26 novembre 2009 à 14:20

    Bonjour,
    C’est curieux tout de même cette persistante ignorance (…?) quant à l’identité de l’Algérie et de l’Afrique du Nord que vous décrétez (vous aussi, comme tous les dirigeants nord africains) arabe ; et ce, malgré l'évidence géographique de l'appartenance de l'Algérie à l'Afrique et non à l'Orient où se trouvent les vrais arabes...
    Tiens, c’est curieux, les algériens se sont fait tabasser et "traiter" de non arabe en Egypte…ça alors !!!! Et même pire, ils se sont fait traiter de berbères... l’ultime injure pour les faux arabes
    Rendez-vous compte ! …mon Dieu quelle honte! …N’est-ce pas ?! …Cette pauvre Algérie qui s’évertue depuis l’indépendance à se décréter arabe (au mépris de l’Histoire) est violemment rappelés à l’ordre par ses frères égyptiens (tout aussi arabes, soit dit en passant)…ça fait mal au cœur…tant d’investissement, un total reniement de soi et un combat sans merci contre les berbères et tout ça pour finalement avoir un statut identitaire…des plus troubles !!!! Comme quoi, le reniement ne paie pas toujours !
    Quant aux berbéristes de tous bords...ils n'en ont rien à cirer du foot et n'ont pas oublié, ni 49, ni 63, ni 80 et encore moins 2001 et les 126 jeunes kabyles abattus « dans le dos » à coup de balles explosives par leurs (authentiques ceux-là) frères dits "arabes….mais ceci est un sujet qui ne doit probablement pas beaucoup vous intéresser
    ps: rebrab, le RCD et liberté sont loin, très très loin d'êtres les défenseurs de la berbérité...un peu comme la débauche de Kabylie et tous les pseudos défenseurs de la berbérité proches de boutef et de ses prédécesseurs, qui tous ont eu à reconnaitre, malgré eux, une évidence historique : l’Algérie est berbère qu’ils le veuillent ou non et la conquête arabe n’est rien d’autre qu’une partie de la longue, très longue, Histoire de la Berbérie (Algérie y compris)
    Cordialement,

    • Yves Gonzalez-Quijano le 26 novembre 2009 à 16:34

      Oui, "clochette", je ne partage pas votre point de vue mais je peux l'écouter ! Cela étant, en France comme en Algérie, il ny a PAS UNE IDENTITE mais des registres multiples d'identité que les personnes "mobilisent", exploitent si vous voulez, en fonction des circonstances et des situations. Mon premier prof d'arabe était Kabyle et cela ne l'empêchait pas d'être arabe (et musulman)... Personne n'a à être enfermé dans une dimension identitaire, laquelle serait supposée être la bonne, éternelle et exclusive des autres... Difficile, quelle que soit la passion qu'on ait pour le "berbérisme" (la berbérité ?) de ne pas reconnaître qu'il y a aussi une part arabe, africaine, et même "française" dans l'Algérie d'aujourd'hui...

      • Clochette le 26 novembre 2009 à 17:59

        Je vous cite: "Personne n’a à être enfermé dans une dimension identitaire, laquelle serait supposée être la bonne, éternelle et exclusive des autres"…AH !…mais comment se fait-il alors que l’on retrouve systématiquement et exclusivement accolé le vocable arabe à Algérie….c’est une curieuse conception d’une dimension identitaire qui ne serait pas exclusive …hum ! Je ne comprends pas bien !
        L’Algérie d'aujourd'hui, comme vous dites "impose" une identité exclusivement arabo-islamique...quant à la part française...je ne ferais que relever le petit « même » qui précède la part française car même cette petite part française a été éradiquée et vous signale tout de même que l’étiquette de « hizb fransa » est la pire que l’on puisse porter en Algérie.
        Merci d’avoir pu m’écouter…moi je vous ai lu !
        Ps : vous avez l’air de me situer dans le camp de la « passion berbériste »…et non je suis franco-berbère-. Je m’explique : mon père était kabylo-chaoui et ma mère franco-bretonne….donc les identités exclusive…bah, je connais.
        Bien à vous,

        • Khalloud le 26 novembre 2009 à 18:59

          "violemment rappelés à l’ordre par ses frères égyptiens (tout aussi arabes, soit dit en passant)…"
          vous voulez dire "tout aussi *peu* arabes" je suppose?
          Je pense (comme Yves) qu'il y a effectivement une multiplicité de rattachements identitaires possibles, qui varient selon les personnes, les périodes, les modes, etc. A l'époque de Nasser, c'est l'arabisme qui prévalait en Egypte, mais les adversaires de cette notion mettent en avant que l'Egypte est avant tout pharaonique. Taha Husayn a mis en avant la part méditérranéenne de l'Egypte. Seule la connection africaine n'a, allez savoir pourquoi, jamais vraiment été revendiqué. Aujourd'hui, la mondialisation imposerait plutôt un rattachement au... business triomphant.

  10. houariB le 26 novembre 2009 à 21:03

    Clochette,

    Je ne nie à personne le droit de se déclarer berbère. Je nie par contre le droit à quelqu'un de déclarer que l'Algérie n'est pas arabe. J'affirme qu'elle est aussi berbère sans soucis.
    Moi même je suis chaoui de père et de mère . ces derniers n'ont même pas idée de se déclarer berbère. Arabe Chaoui oui, mais berbere non et ce même si ils parlent parfaitement le chaouia:)
    Ce n'est peut être pas votre cas mais beaucoup affirment que les "arabes" briment les berberes en Algerie.
    Le plus cocasse c'est qu'on a toujours parlé du clan BTS , comme celui qui détenait le vrai pouvoir en Algerie. BTS qui indique la zone géographique d'origine de ces personnes (Batna Souk ahras et Tebessa); Zone que nombre de "berberistes" considère comme berbère. kateb Yacine originaire de Souk ahras était un berberiste, Houari Boumediene un chaoui originaire de cette zone était un "arabiste". Bachir Boumazaa qui nous a quitté récemment, opposant à Boumediene (car pas assez nationaliste arabe selon lui (en fait ses griefs portait sur Bouteflika et Taleb Ibrahimi)) était un kabyle.
    Le Chanteur M'hamed al Anka père du Chaabi Algerois, qui chantais indistinctement en Kabyle et en Arabe était un nationaliste arabe.
    Je n'ai pas de soucis à revendiquer un héritage araboberbere & francais.
    j'ai entendu tant d'ignorances chez certains berberistes qui me parlait de la "Reine kabyle" alors que anachronisme pour anachronisme il faudrait parler de reine chaoui :)
    Dire que l'Algérie nie l'identité n'est plus vrai depuis le changement de constitution d'il y a 3 ans il me semble. Cela n'était pas vrai par ailleurs auparavant. En effet c'est sous Boumediene que la ville de saint Eugène a été rebaptisé Oum al bouaghi
    , nom avec lequel est connu la fameuse "reine" en Arabe.
    La langue berbère est un au mieux en devenir au pire un mythe. Je ne nie pas que les dialectes berbères ont de très fortes similitudes mais vous ne pourrez jamais faire dialoguer un touareg et un chaoui. La fousha berbere est en création. (C'est pourquoi je trouve fort drole que l'Algerie l'ai eleve au rang de langue nationale :) )
    Soyont clair, Je pense que l'exclusivisme baasiste à la mode irakienne est dangereux mais que la négation de l'arabité de l'Algérie l'est davantage.
    @khalloud :
    Nasser inscrivait l'Égypte dans 3 cercles, le cercle Arabe, africain et tiers-mondiste.
    Ben Bella & Boumediene aussi d'ailleurs

  11. Jad le 26 novembre 2009 à 22:31

    Bonsoir,

    D'abord une question: de combien de violences contre leurs propres populations les deux régimes sont-ils responsables ?

    Ensuite je pense qu'il faut insister un peu plus,

    1) sur la détérioration de la vie socio-économique et politique dans le monde arabe et l'énorme sentiment de frustration qui en découle qui permet ces débordements,

    2) sur le fait que ce sont les dirigeants arabes qui sont principalement responsables de cette détérioration, (le dernier- 2009- rapport de l'ONU sur la question est sans ambiguité)

    3) ces mêmes dirigeants qui justement non seulement tolèrent mais excitent ces comportements dans la mesure ou ils permettent de détourner l'attention de leurs \administrés\ des vrais problèmes.

    Que ces dirigeants en soient arrivés la en dit très très long sur le degré de leur nocivité.

    Un lien: http://www.shorouknews.com/Columns/Column.aspx?id=156276

    Merci encore pour ce blog.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 27 novembre 2009 à 9:12

      Merci aux contributeurs et contributrices également ! Je découvre la succession de commentaires et constate que la question identitaire suscite débat !!! On aurait dû inviter Besson et aller à la kommandantur - pardon préfecture - pour apporter notre contribution !!!

      • houariB le 27 novembre 2009 à 21:05

        Pour ma part je serais plus chevenementiste !

        • Garinun le 27 novembre 2009 à 23:30

          HouariB,
          J'aurais juré que tu était chevenementiste. :-)
          Juste pour alimenter le débat:
          Je ne suis pas sur que les (nombreuses) victimes du baasisme Irakien soit complétement d'accord avec ton analyse.
          Algérie Bérbére ne veut pas dire Algérie Kabyle comme tu as l'air de le comprendre:
          Chaouis, Touaregs, Mozabites, Kabyles, Sarhawas constituent le socle du peuple Algériens.
          Et je ne parle pas en termes raciaux mais en termes culturels
          L'Arabe dialectale est un mélange hérité d'influences linguistiques diverses (Sabir, Turque, Français, Espagnol....)
          L'Arabe Litérraire est le Latin de l'Algérie : Langue des clercs et des différentes écoles religieuses...
          Et cela n'a rien à voir avec une acculturation due à la colonisation,

          • houariB le 28 novembre 2009 à 16:33

            Je n'ai jamais été un admirateur du baasisme irakien cela dit en 4 ans d'occupation les crimes du régime précédent on l'aire d'être des incivilités ...
            L'arabe littéraire a été influencé lui même par les différentes cultures que le monde arabe a côtoyé. Du farsi au turque en passant par le grec l'arabe a été pétris par ces influences. Je ne suis pas de ceux qui considèrent l'arabe comme une langue monolithique et intemporelle. L'arabe littéraire est pour ma part , si comparaison il y a, plus proche de l'Allemand et des dialectes qui existent dans les landers. Une langue apprise a l'école qui sert à écrire et à s'exprimer dans le contexte national, et un dialecte qui sert dans le quotidien.
            Vous remarquerez que la jeunesse algérienne actuelle est contrairement à ses aînées pleinement à l'aise avec l'arabe littéraire et médiant.
            Je me souvient d'un reportage de France 2 couvrant les manifestations berberistes d'il y a moins de 10 ans, ou l'on voyait dans la foule un jeune assis sur le trottoir en train de lire un journal. Ce journal était al Khabar ...
            Mes parents qui sont aussi à l'aise qu'en arabe qu'en chaoui , n'ont pas été capable de suivre le film la montagne de Baya. Je n'ai rien contre les dialectes berberes mais arretons de vouloir inventer une langue pour en inventer une.
            Des chaouias comme des Kabyles ont été ou sont dans des postes de responsabilités en Algérie (généraux, services,présidence).
            Je n'ai jamais compris Algérie Kabyle (je ne suis pas anti kabyle :))). Algérie berbère me fait penser à France gauloise ...
            Je sais que la berberité est une des facette de l'algerien mais vouloir faire de l'arabe littéraire, langue de la culture et de la science et de l'ouverture au monde, une langue morte est inexacte et dangereux.
            Pour info Louisa Hannoune a trouvé sa voie politique en lisant Marx en arabe grace à un professeur irakien communiste.
            Enfin personne dans le monde arabe parle à ses parents en Arabe littéraire :))
            Par contre lorsque j'ai visité la Syrie j'ai à l'aide de l'arabe littéraire & de l'arabe dialectale algérien pu facilement communiquer avec la population.
            Enfin pour être clair, je pense que le nationalisme arabe, démocratisé, sans "raisssitude", est le seul moyen que les arabes ont de ne pas plonger dans la réaction saoudienne et pouvoir sortir des ténèbres du wahabisme et ses alliés.

  12. Jad le 28 novembre 2009 à 14:21

    "Pour le journaliste et intellectuel Gamal Fahmi, derrière cette grande propagande médiatique se cachent les régimes. Et le football paraît être leur nouvel outil de manipulation. « Les régimes arabes enracinent le football dans l’esprit de leurs peuples pour détourner leurs regards de leurs faillites profondes dans la politique intérieure. L’Egypte et l’Algérie semblent avoir bien appliqué ce principe », dit Fahmi."

    http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2009/11/25/leve1.htm

  13. Nouara le 28 novembre 2009 à 17:26

    Merci beaucoup pour cet article et pour le blog. Serait-il possible d'ajouter l'option "envoyer l'article par courriel" ?

    • Yves Gonzalez-Quijano le 28 novembre 2009 à 19:50

      Merci ! Il y a de la refonte dans l'air pour la maquette... En attendant, vous pouvez toujours faire passer le lien...

  14. Rabah le 7 décembre 2009 à 14:26

    Ben la partie africaine, c'est sans doute parce que ce sont des noirs non? Tout le monde voit bien comme sont considérés les noirs dans la région.