No (Coranic) Logo !

20 décembre 2009
Par

Y a-t-il un lien avec l’annonce d’un accord imminent avec la très américaine News Corp du très conservateur Rupert Murdoch (voir précédents billets sur cette question) ? Toujours est-il que les chaînes du groupe Rotana ont suscité bien des commentaires en diffusant, entre deux clips de chanteuses aguichantes, des spots publicitaires financés par les fondations humanitaires de Al-Waleed Ibn Talal (مؤسسات الوليد بن طلال الخيرية والإنسانية), par ailleurs richissime propriétaire de Rotana. L’un montre des jeunes se roulant un joint avec leurs photos de famille (curieuse idée !) et l’autre, en s’appuyant sur un hadîth (un « dit du Prophète »), martelle ce que peu de musulmans ignorent, à savoir que l’alcool est harâm !

Comme le rappelle Muhammad Khayr dans cet article (en arabe), ce n’est pas la première fois que ce type de messages est diffusé par des télévisions arabes. Il y avait déjà eu, lors du ramadan 2008, la campagne Rahma (Miséricorde : voir ce billet) qui avait fait pas mal de bruit et, depuis, la chaîne MBC avait également diffusé plusieurs spots sur le thème des valeurs morales de la jeunesse (البركة بالشباب Al-baraka bil-shabâb, à la fois « la jeunesse est une bénédiction et les jeunes font des œuvres pieuses »). On pouvait y voir par exemple un groupe de jeunes aux arrivées d'un aéroport. Quand l'un d'entre eux (casquette à l'envers, comme quoi Mme Morano sait de quoi elle parle !) part bille en tête dans une critique d'un jeune passager au look gentiment destroy que ses études à l’étranger, source de toutes les perversions, ont sans nul doute perverti, il se fait rabrouer par un de ses copains qui lui rappelle un autre hadîth célèbre : Recherche la science, jusqu’en Chine ! (sil le faut)

Comme la plupart des films publicitaires, ces vidéos disent bien des choses sur les sociétés arabes contemporaines. Mais elles posent aussi un problème intéressant, celui de l’utilisation de la « parole divine » dans un contexte profane. Si le message est incontestablement vertueux, son contexte immédiat, à savoir celui des émissions sur les chaînes qui le diffusent, ne l’est pas autant, qu’il s’agisse des clips de la chaîne Rotana ou des émissions de variété de la MBC. Pleinement morale en apparence, l’utilisation « publicitaire » des références au texte religieux finit donc par poser problème dès lors que la multiplication des références religieuses, dans des contextes trop prosaïques, entraîne un risque certain de « désacralisation ».

Certains religieux ne s’y trompent pas d’ailleurs. A la suite de bagarres entre supporters, une décision officielle est ainsi venue interdire en Arabie saoudite le port de maillots ornés de formules religieuses, sauf, précisément, pour les matchs de bienfaisance ! (article en arabe sur Islam-online). Plus récemment, c’est la très vénérable Al-Azhar, au Caire, qui, selon le Daily News, a dénoncé l’usage publicitaire, de la part de partis politiques ou de commerçants, des versets coraniques. Selon les propres termes d’un ancien mufti de la République, le texte sacré doit rester « un guide pour la vie et non pas un logo » !

No (Coranic) Logo, en somme, pour reprendre le titre célèbre de Naomi Klein! Sauf qu’au regard du nombre de versets qui ornent ne serait-ce que les taxis du monde arabe (tout en portant chance à leurs propriétaires), les recommandations des religieux risquent fort de rester lettre morte. Et ce n'est pas demain que les joueurs de foot cesseront de remercier Dieu en se prosternant sur la pelouse, action louable, à coup sûr, mais discutable sur le plan religieux! (voir ce billet.)

Sans doute, la parole divine s’est-elle aujourd'hui prodigieusement démultipliée dans l’espace arabe contemporain au point de sembler l’envahir, mais il n’est pas certain qu’elle ait conservé toute sa puissance d’évocation.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Golfe, islam, publicité, télévision

2 commentaires pour “ No (Coranic) Logo ! ”

  1. Benjamin Geer le 20 décembre 2009 à 23:11

    « Recherche la science, jusqu’en Chine » est un faux hadîth, selon le catalogue des faux hadîths de Muhammad al-Albâni (Silsilat al-Ahadîth al-Da'îfa wa-l-Mawdû'a, vol. 1, no. 416). C'est dire à quel point il est utile, de nos jours, de pouvoir justifier n'importe quelle prise de position en se basant sur un texte sacré, quitte à en inventer un. Les muftis ont beau s'en plaindre, c'est précisément parce que les textes sacrés sont considérés comme « un guide pour la vie » que tout le monde cherche à s'en servir pour rendre ses arguments plus convaincants. Ceux qui n'en sont pas contents devraient peut-être penser à enseigner la croyance dans d'autres formes de justification. Quand les publicitaires arriveront à convaincre tout aussi bien en citant des textes scientifiques, ils n'auront peut-être plus recours à des faux hadîths pour justifier ce qu'on peut mieux justifier de manière scientifique.

  2. Samia le 22 décembre 2009 à 9:26

    C'est vrai qu'il y a d'énorme problèmes entre le monde religieux et le reste. Tu l'as bien décrit ici.