"Tamazgha" : voix berbères au Maghreb

11 janvier 2010
Par

TamazghaTamazgha est, selon Wikipedia, « un néologisme utilisé par les militants berbéristes pour désigner le monde berbère ». Plus que de lointaines références historiques, la langue, ou plutôt les langues berbères servent de référent identitaire, facilement décliné ensuite en spécificité culturelle, à un certain nombre de populations réparties dans tout le nord de l’Afrique. En Algérie, ils représenteraient un quart de la population, à peine plus (28 %) au Maroc, selon les estimations officielles, mais on se dispute naturellement beaucoup autour de ces chiffres. Ahmed Boukous, recteur du très officiel Institut royal de la culture amazighe (créé en octobre 2001) rappelle par exemple que 85 % des Marocains étaient berbérophones lors de l’accession à l’indépendance en 1956. Même en tenant compte de l’indéniable reflux des parlers berbères face à l’arabisation avec la généralisation de l’éducation, les différences d’appréciation sont à la taille des enjeux politiques.

En effet, à l’image de ce que connaît le Machreq avec les Kurdes, les différents Etats du Maghreb s’accommodent mal de ce Tamazgha qui met à mal leurs frontières politiques largement héritées de l’époque coloniale, tout en perturbant les représentations spatiales de l’imaginaire politique, à commencer par celle du « monde arabe du Golfe à l’Océan ».

TamazghaBis(cliquer sur la carte pour l'agrandir)

Venant s’ajouter aux quelques émissions (à des horaires impossibles) diffusées en berbère sur les chaînes nationales, le lancement au Maroc, le 6 janvier dernier, de « Tamazight », une chaîne totalement berbérophone, représente donc un événement important. Plus sur le plan politique que médiatique néanmoins. Certes, la chaîne, dont la création avait été décidée d’assez longue date, bénéficie de la bénédiction des autorités, et même d’un budget raisonnable (environ 5 millions d’euros : 20 journalistes, 70 techniciens). Mais, au moins dans sa phase expérimentale, elle ne sera accessible que par le câble ou la TNT, et elle ne restera qu’un nom pour la plupart des Marocains – et singulièrement pour une bonne partie des populations berbérophones, largement rurales (et pauvres).

D’ailleurs, même si les responsables ont pris soin de préciser que les programmes seront sous-titrés en arabe pour que la nouvelle chaîne n’apparaisse pas comme un ghetto culturel, on est loin de se réjouir unanimement dans le « monde berbère » marocain d’une initiative qui risque de conforter l’idée d’une « culture à part », qui n’appartient pas vraiment à la communauté nationale et qui risque d’être présentée sous ses aspects les plus folkloriques (article - en arabe - sur Islam Online).

Entv_4Pour nombre d’observateurs, le lancement de Tamazight relève donc de la communication politique. Ils en voient pour preuve le fait que sa création était devenue pratiquement inévitable dès lors que l’Algérie voisine avait mis en place son propre canal berbérophone il y a un peu moins d’un an. En effet, en mars 2009, « l’unique » (c’est son surnom) télévision nationale (le marché reste un monopole d’Etat) avait lancé en grande pompe (article dans Al-Watan) la "V", une chaîne « tout Coran » et la "IV", dédiée aux variétés locales du tamazight (kabyle, chaouie, targuie, chenoui et mozabite).

Pas plus qu’au Maroc, cette concession du pouvoir à la pluralité linguistique nationale n’était totalement gratuite. Mouloud Asawen, auteur d’un article aussi intéressant que partisan, rappelle ainsi que cette demande, portée par une bonne vingtaine d’années de revendications berbères, se trouvait exaucée fort heureusement en pleine campagne électorale. Et de quelle manière ! Pauvreté des moyens bien entendu, mais surtout folklorisation méprisante de l’indigène berbère dont la langue est transcrite en caractères arabes (en non latins : voir ce billet), tout cela révélant, aux yeux de l’auteur, une volonté de normalisation qu’illustre l’ouverture de la chaîne, chaque matin, avec l’hymne national et la lecture de versets coraniques (rien de bien particulier au regard des standards locaux pourtant).

Même sous cette forme, critiquable et critiquée comme on le voit, la langue berbère commence à être présente dans l’offre télévisuelle, en Algérie et au Maroc (dans ce dernier cas, la presse écrite et la radio lui donnent également une place de plus en plus grande : voir ce billet). C’est encore loin d’être le cas un peu plus à l’est, en Libye, où les médias traditionnels ignorent totalement une existence qui lui est également refusée sur internet (voir dans Arab Media & Society cet article).

KoniParadoxalement, c’est pourtant de Libye que provient la voix qui porte le plus fort et le plus loin l’identité berbère. Cette voix, c’est celle du romancier Ibrahim Al Koni (ابراهيم الكوني‎), dont l’œuvre immense (dans tous les sens du terme : il a publié plus de 80 ouvrages) ne cesse de marteler la spécificité culturelle de son peuple. Mais l’homme qui est né dans le désert saharien et qui est incontestablement un des grands noms de la littérature mondiale écrit… en arabe !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : Algérie, langue, Libye, littérature, Maghreb, Maroc, médias

20 commentaires pour “ "Tamazgha" : voix berbères au Maghreb ”

  1. houariB le 11 janvier 2010 à 23:53

    Les berberistes exagèrent souvent le nombre de personnes revendiquant les dialectes berberes. Il faut être clair, il n'existe pas de langue commune reliant tout les parlers berberes. Le film la montagne de baya par exemple est incompréhensible pour un chaouia de la région de souk ahras. (J'ai testé sur mes parents).
    Par ailleurs voici une vidéo qui explique beaucoup de choses :
    Il faut savoir que le premier est l'entraineur Saadane un chaoui de la région de batna et le second est un chaoui de la région de souk ahras.
    http://www.youtube.com/watch?v=aSrDeEQmlAo

  2. houariB le 11 janvier 2010 à 23:59

    j'oubliais une excellent article de Aisha Lemsine :
    http://www.washington-report.org/component/content/article/159-1995-january-february/7686-berberism-an-historical-travesty-in-algerias-time-of-travail.html
    ps :
    Merci Yves pour ces articles fort intéressants (et un peu polémique). Je me demande si clochette reviendra débattre. Après une petite recherche sur google j'ai découvert qu'une certaine clochette était une extrémiste du MAK

    • Yves Gonzalez-Quijano le 12 janvier 2010 à 0:31

      Et merci aussi pour les compléments, toujours aussi pertinents !

      • Khalloud le 12 janvier 2010 à 2:14

        Un grand merci à Yves, ainsi qu'à HouariB pour la vidéo (très sympa, l'éclat de rire de l'avant-dernier joueur!)

      • Aferkiw le 8 mars 2011 à 22:17

        Qui as t'il de pertinant la dedans ????

        Est ce que n'importe quelle anerie pro arabe est pertinante à vos yeux ?

        Un article disant que les berberes ne sont pas algérien est pertinant selon vous ?

        Un minimum d'honeteté de votre part pour parler d'unf ait coloniale : le colonialisme arabe ... Le pillage des terres et des ressources berberes est aussi necessaire !

        Cordialement,

  3. houariB le 12 janvier 2010 à 23:00

    J'aimerais bien avoir votre avis sur ce débat, Yves ainsi qu'aux lecteurs de ce blog

    http://www.hoggar.org/index.php?option=com_content&task=view&id=892&Itemid=64

    • YGQ le 15 janvier 2010 à 20:04

      Ca y est Houari, j'ai trouvé un moment pour lire de près ! Merci d'abord d'avoir attiré mon attention, via ces articles et les réactions, à la "troisième mi-temps" du match Algérie-Egypte ! Bon, rien de bien neuf dans tous ces arguments, et dans le débat. Drôle tout de même que, des années après, les gens soient persuadés qu'il n'ya comme solution, pour l'arabe, que le "tout-fusha" ou le "tout-algérien". Ils devraient écouter les chaînes satellitaires arabes (mais justement, ils ne les écoutent pas....) Ils verrraient 1) que l'arabe est une langue vivante 2) que l'on n'est pas obligé de parler comme un imam pour s'exprimer en arabe (d'ailleurs, les imams eux aussi ont évolué!) Et puis ils pourraient chatter su internet aussi, ou surfer sur les sites... Mais bon...

      • amsebrid le 20 juillet 2010 à 15:13

        L'arabe, une langue vivant ?
        Qu'en pense un professeur libanais.

        http://www.youtube.com/watch?v=w_fu0g7bKHM

      • Lwahranya le 20 juillet 2010 à 16:48

        Mais ils surfent, ils surfent, les partisans du "tout-algérien" comme ici: http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=9505&postdays=0&postorder=asc&start=45

        On nous a appris en cours de lexico-sémantique qu'une langue morte est une langue qui n'intègre plus de néologismes. Selon cette définition, l'arabe est une langue vivante. Cependant, je trouve cette défition fausse, ou en tout cas incomplète car une langue morte est (à mon avis) celle qui n'a plus de locuteurs natifs , naturels . C'est précisément le cas de l'arabe au Maghreb et ce depuis le 13 siècle au moins(Ibn Khaldoun).
        Que les gens dont la langue materelle (la langue du coeur et du raisonnement)est protégée (académie, langue tolérée à l'école) ne comprennent pas la lutte des maghribistes, je le conçoit parfaitement. Je leur dis: imaginez que vous vivez au temps où il n'était pas reconnu au françois le statut de langue, qu'auriez-vous ressenti?

  4. FARIDB le 13 janvier 2010 à 20:25

    Merci pour ce projecteur sur la spécificité amazigh au Maghreb. Un première élément : le seul critère de la visibilité de la langue berbere dans le champ télévisuelle suffit il comme révélateur unique de l'integration du berber dans le national.

    D'autre part, vous etablissez une sorte de parallelisme entre le Maroc et l'Algérie quant à la visibilté du berbere. On peut préciser que le "berberisme" a été violemment rejeté en Algérie apres l'indépance par un état national encore fragile et souhaitant imposant une conception étatique arabo islamique. L'élément berbere est vu comme menace face à l'unité nationale algérienne. Alors qu'au Maroc le Royaume chérifien a su assoir sa stature arabo islamique avec son ascendance prophétique.Le Maroc a su créer une légitimité qui lui a permis de traiter sans "complexe" son héritage berebere. Le consequent le berbere s'est développeé plus sereinement au Maroc dans le cadre universitaire (alphabet Tifinagh), le tissu associatif et dans l'expression politique.

    A plaisir de vous lire

    • Lwahranya le 20 juillet 2010 à 17:14

      FARIDB, vous dites que "le “berberisme” a été violemment rejeté en Algérie apres l’indépance par un état national encore fragile et souhaitant imposant une conception étatique arabo islamique" mais Gilbert Granguillaume a vu dans la politique d'arabisation telle qu'elle a été menée, une influence inconsciente du modèle jacobin farançais. Voir le 2ème paragraphe de la page 43 de ce docment: http://id.erudit.org/iderudit/015414ar

      • Aferkiw le 8 mars 2011 à 22:24

        Et cela ne date absolument pas de l'indépendance en 62 .. Mais dès 1949 avec la crise berberiste de 1949 au sein du PPA/MTLD ...

        D'autre part la guerre d'Algérie a été mené essentiellement par les berberes kabyles et chawis.

        Les arabes de Ben bella ayant raflé le pactole à l'indépendance grâce à l'aide de ce sinistre Nasser et s on gendre Ben bella ...

  5. houariB le 15 janvier 2010 à 21:55

    Vous avez parfaitement raison :)
    D'ailleurs en Syrie pu m'exprimer normalement en mixant la fusha et la darja algérienne :)

  6. shamil le 16 janvier 2010 à 23:16

    Je crois que le parallèle entre les "berbères" au Maghreb et les Kurdes en Irak ou en Syrie est quelque peu maladroit, car les berbères ne constituent pas une ethnie à part a Maroc contrairement aux Kurdes. D'ailleurs le terme berbère laisserait à penser qu'il existe un peuple unique, à la même culture et différent des Arabes. Or, comme l'a dit houariB, il n'y a aucune unité linguistique chez les "berbérophones". Je parle en connaissance de cause, ma mère est originaire du Rif, elle parle le dialecte local (tarifit/rifiyya) et se sent Arabe. De plus, un "rifain" est incapable de comprendre la langue d'un "soussi" ou d'un "chleuh".
    Je dirais que la situation au Maroc correspond plutôt à celle de la France du XIXeme où une multitude de parlers locaux étaient en vigueur (divers patois tels que le breton, l'occitan, le provençal,etc...) sans pour autant que cela remette en cause l'appartenance à la Nation française.
    Je ne nie pas qu'il y a un certain chauvinisme, mais il est généralisé à tout le Maroc, qu'il soit "berbérophone" ou arabophone.
    Je pense qu'il existe une diversité de dialectes au Maroc qui ne remettent nullement en cause l'identité arabe du Maroc. Le "berberisme" relève d'une de ces sous-idéologies identitaires (tels que le "phénicisme" au Liban ou le "pharaonisme" en Egypte) qui sont apparues dans le monde arabe et qui visent à contrer le panarabisme, aujourd'hui en crise, il est vrai.

    • YGQ le 17 janvier 2010 à 0:07

      Toujours intéressant les commentaires (y compris par rapport aux sujets qui sont traités). Merci pour les précisions, et pour me justifier sur la comparaison Kurdes/Berbères, je dirais qu'elle était basée sur la conception, quelle que peu excessive assûrément, d'un "Tamazgha" berbère dont vous rappelez fort justement la complexité.

  7. amsebrid le 20 juillet 2010 à 15:21

    Les Chaouis et les Kabyles ne se comprennent pas?
    ça m'étonnerait que vous compreniez (ainsi que votre famille) un seul traitre mot chaoui.
    D'autres arabistes, comme vous( elhih), l'ont déjà dit

    Alors voyant voir :

    http://www.youtube.com/user/Arabistes#p/a/u/0/rKrSZJENdt8

    Et là encore :

    http://www.youtube.com/user/IshawiyenEdition#p/u/9/h8M7fpfHyPo

  8. Iabdas Amezwar le 23 février 2011 à 11:18

    La voix du peuple sera entendu !!!

    Tamazgha, l'Etat phoenix renaîtra, la berbérité est l'essence des peuples du Maghreb ....

    Je le jures sur le Aza !!!!!!!!!!!

  9. Iabdas Amezwar le 23 février 2011 à 11:20

    Il n'y a pas de parallèle entre les berbères et les Kurdes....

    les Berbères (Algériens, Marocains, Tunisien, Libyen) vivent encore chez eux...en Afrique du Nord.....l'amazighité a été oubliez !!!

    Ne défendez pas un berbérisme séparatiste...mais un berbérisme populaire !!! Ne divisé pas le peuple...unifié le sous une bannière orné du Aza !!!

  10. izem_06 le 1 mars 2011 à 10:54

    merci frére pour la video et merci aussi pour le sujet qui explique notre place autant que des imazighens originaires de l'Afrique du nord

  11. djamel le 2 avril 2011 à 12:35

    azul qui signifie bonjour en berbere c'est juste pour ajouter ou intervenir sur le sujet que vous venez d'aborder sur le berberisme, il faut dire que on dois travailler pour cette langue qui est parmi les anciennes langues de monde entier.