Global Mufti vs Al-Azhar : le "mur d'acier" de Gaza

17 janvier 2010
Par

« En islam, il n’y a pas de clergé ! » Cette idée reçue mérite qu’on s’y arrête un moment, au moins pour ce qui est de l’islam dans les pays arabes. Bien entendu, si l’on veut transposer le modèle organisationnel mis en place au fil des siècles par l’Eglise catholique, on ne trouvera pas l’exact équivalent des « professionnels de la religion » - que Dieu nous pardonne une telle expression ! Néanmoins, depuis l’époque contemporaine (au sens historique du terme, c’est-à-dire avec le début du XIXe s.) et plus encore depuis que la constitution des Etats arabes modernes, la « gestion des biens de salut » sont clairement devenu un « métier », avec ses filières de formation, ses institutions et tout ce qui compose un « champ religieux ».

Celui-ci s’est donc partiellement « autonomisé », en créant ainsi une dynamique entre différents protagonistes qui ne sont pas tous dotés du même capital religieux. Cependant, à l’extérieur du champ, d’autres facteurs ont joué un rôle tout aussi important : l’urbanisation, la scolarisation, la modification des modes de vie ont changé la donne, et plus encore sans doute les transformations successives des communications qui ont bouleversé la hiérarchie traditionnelle du savoir religieux. En parallèle mais aussi en rivalité avec les grands noms reconnus par les structures traditionnelles, on a vu apparaître de nouvelles « autorités » : dans les années 1960, les cheikhs de la radio et des cassettes audio, vite suivis par les premières stars de la prédication télé (avec cheikh Shaarawi comme modèle sans doute). Depuis la révolution médiatique des télévisions satellitaires (les années 1990) et celle d’internet, la prolifération des canaux et des messages a fini par totalement brouiller un paysage religieux où tout le monde et n’importe qui, ou presque, peut intervenir. (D’où, au passage, ces fatwas « abracadabrantesques » qui font à la fois rire et pleurer, mais qu’il conviendrait de replacer dans leur contexte, sachant qu’une religion ne se réduit pas au discours d’un imam, pas plus qu’à celui d’un prêtre ou d’un rabbin).

L’autre grand paramètre des interactions à l’intérieur du champ, c’est bien entendu la sphère politique, et en premier lieu l’Etat qui peut par exemple favoriser les carrières des personnalités les plus souples, ou sanctionner ceux qui s’obstinent à ne pas suivre ses injonctions. Dernier scandale lié à l' intervention du pouvoir dans la sphère religieuse, le « mur d’acier » que le gouvernement Moubarak s’emploie actuellement à ériger sur sa frontière avec la bande de Gaza, pour mettre fin à la contrebande et donc, il faut bien l’admettre, pour compléter l’enfermement décrété par les Israéliens.

Il va de soi qu’on trouve assez peu de personnalités publiques dans le monde arabe pour défendre un barrière qui va contribuer à renforcer le piège qui s’est refermé, depuis un an environ, sur un million et demi de personnes, lesquelles n’ont d’autre tort que de vivre en un endroit où des élections démocratiques ont porté au pouvoir le Hamas. Pour tenter de convaincre les foules qui semblent bien lui faire défaut, le pouvoir égyptien a appelé en renfort la principale institution religieuse du pays, Al-Azhar. Son recteur, Mohammed Sayyed Tantawi (محمد سيد طنطاوي ) , est donc sorti d’une réunion de l’Académie des recherches islamiques (مجمع البحوث الاسلامية) juste à la fin de l’année dernière, en déclarant que s’opposer à la construction de cette barrière métallique, placée là pour défendre la souveraineté nationale et empêcher le contrebande de drogue (sic !), revenait à violer les saints commandements de la loi islamique. Bien qu’il ait déjà eu l’occasion de pratiquer cet exercice humiliant à maintes reprises (notamment pour le président Sarkozy voir ce précédent billet), le recteur a paraît-il quitté les lieux particulièrement rapidement.

Naturellement, une telle déclaration a suscité un tir de barrage de la part de nombreux confrères, trop heureux de donner des cours d’exégèse sur un terrain où l’opinion leur est favorable. En tête, et c’est un peu ennuyeux pour le pouvoir égyptien, rien moins que le global imam Youssef al-Qardâwi qui assume sans complexe – et via nombre de télévisions satellitaires à commencer par Al-Jazeera – un leadership spirituel dans le monde arabe, et même au-delà, que bien peu peuvent lui disputer. Souvent qualifié d’extrémiste, le dirigeant de la Conférence mondiale des imams, qui possède un passeport qatari après avoir été déchu de sa nationalité égyptienne par Nasser paraît-il, ne s’en fait pas moins le chantre de la « voie moyenne » (wasatiyya), un placement à mi-chemin des outrances de l’extrémisme militant et des audaces réformatrices qui lui réussit à merveille et qui lui permet, entre autres exemples, tantôt de dénoncer la menace chiite en Egypte, tantôt de soutenir la mixité (ikhtilât) dans la toute nouvelle King Abdullah University for Science and Technology en Arabie saoudite (article en arabe dans Elaph.

Pour ne pas arranger les choses, nombre d’organisations d’imams (car il y en a une voire plusieurs dans chaque pays) lui ont emboîté le pas. Au Yémen, en Arabie saoudite, au Soudan, mais aussi en Jordanie ou au Liban, les autorités religieuses ont pris la parole pour expliquer que la construction de ce « mur d’acier » pouvait être considérée comme un péché, et même un péché grave, puisqu’il pouvait entraîner la mort de tout un peuple (article en arabe dans Al-Quds al-arabi). Les plus modérés se sont contentés de dire que le recteur d’Al-Azhar aurait pu se dispenser d’une telle déclaration, ou bien au moins accompagner le nécessaire ( ?) appel à l’arrêt de la contrebande d’un vœu (pieux ?) pour l’ouverture de la frontière légale avec l’Egypte (article en arabe dans le très modéré Al-Hayat)… Même au sein d’Al-Azhar, les religieux du turbulent « Front des oulémas » (جبهة علماءالأزهر) sont partis en manif, et nombre de « petits imams » ont refusé de lire le prêche du vendredi rédigé par le ministère (car c’est comme cela que ça se passe). Pour l’instant, ils sont 17 à avoir reçu un blâme accompagné d’une retenue sur salaire, mais il n’est pas exclu que les choses aillent plus loin et que l’administration – cela s’appelle le ministère des Waqfs – « nettoie » la profession !

Il ne s’est trouvé qu’une voix pour prendre le parti du recteur d’Al-Azhar, mais c’est presque pire ! En Cisjordanie, territoire sous l’assez virtuelle Autorité palestinienne, le ministre des Cultes (le ministère des Waqfs en fait) a cru bon de voler à son secours en déclarant que l’Egypte avait bien le droit de faire respecter la loi sur son sol (y compris en affamant encore un peu plus les Palestiniens de Gaza)… Il a également fait distribuer, c’était il y a quelques jours, un prêche comportant une attaque en règle contre Qardawi. Les malheureux imams qui ont pensé à leur salaire et qui se sont risqués à obéir aux instructions des « chefs du ministère » à Ramallah n’ont même pas pu finir leur sermon. Dans certains cas (à El-Bireh notamment), la police a dû intervenir pour mettre fin aux bagarres dans la mosquée ! (article en arabe dans Al-Quds al-arabi)

Inutile de dire que la « fatwa » (techniquement ce n’en est pas une) de Tantawi n’a pas vraiment renforcé la popularité de la politique du gouvernement égyptien, et que la déclaration de son homologue à Ramallah ne contribue pas à redorer le blason de l’Autorité palestinienne. Il ne faut pas être grand clerc, quand on est musulman – et pas seulement – pour se faire sa propre religion sur la question de Gaza !

Côté culture, au sens strict du terme, on apprend que le grand acteur syrien Khalid Taja  (portrait en anglais dans Middle-East Online), qui n’a pas craint, à l’âge de 70 ans, d’accompagner d’autres acteurs pour manifester sa solidarité avec les habitants de Gaza, s’apprête à tourner un film qui racontera la vie des tunneliers. Produit par le Tunisien Shawqi al-Majiri, autre grand nom du 7e art arabe qui a notamment réalisé le feuilleton L'invasion (الإجتياح : on en a parlé ici), le film s’intitulera Le Royaume des fourmis (مملكة النمل).

On peut également se faire une idée de la popularité de cheikh Youssef Qardawi en lisant cet article, dans Islam Online, qui relate la représentation d’une pièce de théâtre récemment présentée au Qatar. Intitulée Al-Qardawi, imam dans/par une nation (Al-Qardâwi, imâm bi-‘umma (القرضاوي إمام بأمة), elle relate, sur fond de biographie réelle, un procès imaginaire qui se solde par la victoire de l’imam contre les démons jaloux et hypocrites !

L’illustration est la couverture d’un livre que je n’ai pas lu (The Global Mufti: The Phenomenon of Yusuf Al-Qaradawi par Bettina Gräf and Jakob Skovgaard-Petersen (Eds.). Si Qardawi vous intéresse, je recommande de lire en ligne le long et intéressant Portrait of a leading Islamic cleric par Ana Belen-Soage.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Cinéma, Egypte, islam, Palestine, Syrie

8 commentaires pour “ Global Mufti vs Al-Azhar : le "mur d'acier" de Gaza ”

  1. arabist le 18 janvier 2010 à 15:54

    N'oublions pas que Islam Online appartient a Qaradawi, site qui n'en fini pas de faire son eloge!

    Ceci dit, sur la question de Gaza il a absolument raison. Tres bon resume de la situation.

  2. Shamil le 18 janvier 2010 à 22:30

    Merci pour cet excellent article !
    En tout cas Tantawi vient encore de se ridiculiser (si besoin en était) et malheureusement aussi de salir le nom de l'université Al-Azhar.
    C'est ce qui arrive quand c'est le pouvoir qui nomme le recteur...Pour information, je rappelle que le recteur de l'université était auparavant désigné par les membres du Front des Ulémas d'Al-Azhar, beaucoup plus compétents pour choisir la personne devant siéger à cette fonction. Il me semble que cela a changé à partir de Nasser ou Sadate, je n'en suis pas certain.
    Quelqu'un connaitrait le nom de l'hilarant ministre des Waqfs de l'AP ?

    • YGQ le 18 janvier 2010 à 23:53

      Cet excellent homme s'appelle Mahmoud Habash...

  3. Jad le 19 janvier 2010 à 0:48

    Bonsoir. Vous écrivez: "...un piège qui s’est refermé, depuis un an environ, sur un million et demi de personnes."

    En réalité le piège s'est refermé depuis bien plus d'un an.

    - La fin des massacres de Gaza n'a fait que renforcer un siège pré-existant (depuis que le Hamas a avorté la tentative de coup d'Etat du Fatah à Gaza en janvier 2007). Le mur egyptien va donc renforcer ...un renforcement.

    - Par ailleurs, comme le rappelle Amira Hass en Février 2009 , http://www.lrb.co.uk/v31/n04/hass01_.html , même avant 2007, la situation des Gazaouis n'était pas enviable (si tant est qu'il y ait un seul citoyen lambda palestinien dont la situation soit "enviable"): je cite (traduit)

    "...en 1991, (..) Israël a mis en branle la politique de bouclage (similaire au système à la carte de l'apartheid) (..).

    "La conséquence immédiate de la politique de séparation a été de déconnecter la bande de Gaza de la Cisjordanie (et de Jérusalem-Est), de sa population, ses centres d'éducation et ses services de santé, de l'emploi en Israël et des membres de famille et des amis.

    "Il n’est pas étonnant qu’Israël définit les Gazaouis qui vivent en Cisjordanie comme « des résidents illégaux » a moins d’avoir un permis israélien. Le siège serré imposé à Gaza au cours des deux dernières années, a simplement aggravé la situation."

    Encore merci pour votre blog.

  4. Sisil le 19 janvier 2010 à 10:28

    Bonjour,

    Pas d'accord sur les propos sur le Cheikh Qaradawi "dénoncer la menace chiite ", pour avoir trés souvent écouter son émission sur AL-Jazeraa et sur d'autres chaines je ne l'ai jamais entendu parler des chiites dans ses termes au contraire je l'ai entendu en direct dire que ce sont des fréres et qu'il fallait mettre fin à ces querelles sans fondement !!!Il prône la tolérance et non pas la haine et en ce qui concerne la situation en Palestine il a toujours été clair, c'est peut-être pour cette raison que l'Egypte la banni dans le passé et ne veut pas non plus de lui aujourd'hui.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 20 janvier 2010 à 8:09

      Bonjour Sisil, j'ai fait une petite plongée dans mes archives et suis tombé sur cet article (en arabe : http://65.17.227.80/Web/Politics/2008/9/367763.htm) avec pour titre "plainte contre Qar(dawi pour atteinte à la dignité des chiites". La plainte a été déposé par des Saoudiens, en septembre 2008. On doit pouvoir trouver d'autres docs de ce genre. Cela dit, Qardâwi n'est qu'un homme, et la délivrance de fatwa n'est pas une science exacte !

  5. Lucien Foulon le 4 février 2010 à 23:06

    Bonsoir.

    Votre description de la Bande de Gaza comme "un endroit où des élections démocratiques ont porté au pouvoir le Hamas" n'est pas exacte. Les élections législatives palestiniennes, qui ont eu lieu en 2006, ont effectivement donné au Hamas une majorité des sièges au Conseil législatif palestinien. (Pour être plus précis: le Hamas et le Fatah ont fait à peu près jeu égal au niveau du vote populaire, mais la meilleure tactique électorale du Hamas lui a permis de remporter la plupart des affrontements locaux.)

    Cependant, les élections de 2006 ne concernaient que le Parlement. La présidence demeurait aux mains du leader du Fatah, Mahmoud Abbas. On aurait donc dû avoir ce qu'en France nous appellerions une cohabitation. Aucun des deux partis n'a, semble-t-il, vraiment joué le jeu. Il n'empêche que de la prise du pouvoir par le Hamas à Gaza, en juin 2007, est le résultat d'un coup de force et non d'un processus démocratique.

    Sur la situation actuelle, voir les déclarations toutes récentes de Mohamed Dahlan:
    http://www.memritv.org/clip/en/2366.htm
    Dahlan n'est certes pas plus "objectif" que ses adversaires du Hamas, mais ce qu'il décrit est loin de ressembler à un processus démocratique.

    Bien à vous,

    L F.

  6. Shamil le 13 février 2010 à 0:34

    Lucien Foulon : Je me marre en regardant vos références !!!!!!!!!!!!!
    Dahlan et le memri dans un même lien, je doute de pouvoir faire plus biaisé comme référence....
    Lors des élections de 2006 que tout le monde reconnait comme ayant été transparentes (une première dans le monde arabe) le Hamas a gagné 74 sièges contre 45 pour le Fatah, il s'agit donc d'une victoire claire du Hamas et d'un désaveu du Fatah , miné par la corruption si je ne me trompe . Sauf que la communauté internationale a refusé de reconnaitre le gouvernement du Hamas pourtant légitimement élu par le peuple palestinien et a condamné tout un peuple à un blocus inhumain.
    Dès lors, le Hamas a tout fait pour essayer d'apaiser la situation : je rappelle qu'il a essayé de former un gouvernement d'union nationale ( ce qu'illustre bien l'ouverture du Hamas, loin des caricatures que l'on en fait ) avec le Fatah que la communauté internationale-sous la pression américano-israélienne- a encore refusé de reconnaître.
    Dès lors, des conflits, favorisés par Israël, ont éclatés entre le Hamas et le Fatah, ce dernier ne s'étant jamais résolu à sa défaite et à la perte de son hégémonie sur la société palestinienne.Et je précise qu'Israël a armé des miliciens de Dahlane, considéré comme l'homme fort du Fatah. Cependant les brigades Qassam, mieux entraînées ont vaincu sans trop de difficulté les miliciens du Fatah et ont pris le contrôle de la bande de Gaza. Ce "coup de force" comme vous l'appelez, le Hamas s'y est refusé jusqu'à ce que les provocations des membres du Fatah deviennent insupportables.
    Quant à la présidence de l'AP, il est nécessaire de rappeler que le mandat de Abbas s'étant terminé en janvier, il n'est donc plus le président mais c'est le président du Conseil législatif, Aziz Dweik qui doit assurer l'intérim en attendant de nouvelles élections. Sauf que l'OLP (autant dire le Fatah), a prolongé de manière inconstitutionnelle le mandat de M. Abbas, ce qui est une encore une entorse au processus démocratique me semble-t-il.

    Pour se faire une idée du MEMRI voici un lien vers un article du Diplo sur le sujet : http://www.monde-diplomatique.fr/2005/09/EL_OIFI/12796

    P.S : Dahlane est assez connu dans les Territoires Occupés pour avoir vendu du ciment aux entreprises israéliennes chargées de construire le Mur séparant Israël de la Cisjordanie, ce qui donne une idée assez précise de la profondeur de sa collaboration avec Israël...