Le jour où l'Egypte a frôlé la catastrophe : foot, télévision et conflits asymétriques

1 février 2010
Par

logojazeera

Lors de leur dernière rencontre, les ministres de l’Information de la région ont rejeté une résolution du Congrès étasunien appelant à des sanctions contre al-Manar (Liban), Al-Aqsa (Gaza) et Al-Zawra (Irak), trois chaînes satellitaires accusées de promouvoir le terrorisme tout en incitant à l’anti-américanisme. Comme l’écrit Marc Lynch, dans le pourtant respectable Foreign Policy, il est presque pathétique de constater que la Ligue arabe, avec sa cohorte d'Etats autoritaires, se montre en l’occurrence plus favorable à la liberté des médias que le Parlement des USA !

Il ne faudrait pas croire pour autant que les régimes locaux se sont brutalement convertis à la liberté d’opinion. Au contraire, l’ordre du jour reste celui d’une Charte capable d’« organiser » le domaine audiovisuel arabe, projet déjà discuté il y a deux ans et à l’époque déjà vigoureusement rejeté par le seul Qatar ou presque (voir ce billet). Cette fois-ci, toujours à l’initiative de l’Egypte et de l’Arabie saoudite, c’est un Haut-Commissariat (مفوضية) qui est envisagé pour mettre un peu d’ordre parmi les quelque 700 chaînes du paysage télévisuel arabe.

De fait, on peut l’avouer maintenant, il y a quelques jours le monde arabe a tout simplement frôlé la catastrophe...

Tout a commencé à la fin du mois de novembre 2009, lorsque la chaîne Al-Jazeera, financée par le Qatar, a acheté au bouquet Orbit l’ensemble de ses chaînes sportives. Pour cette transaction, sans nul doute record même si son montant exact n’a pas été divulgué, le chiffre incroyable de 5,5 milliards de riyals, soit 1,5 milliard de dollars, est avancé dans cet article dans Elaph. Quoi qu'il en soit, c’est toute une époque qui se referme, celle des premiers temps de la télévision privée commerciale dans la région, inaugurée, au début des années 1990, par le cheikh séoudien Saleh Abdullah Kamel (voir ce billet) propriétaire du groupe ART.

Cependant, comme la cession portait également sur les droits de diffusion que possédaient les chaînes du groupe Orbit, Al-Jazeera Sport s'est retrouvée en position d’exclusivité pour les retransmissions des compétitions de football : celles des différents championnats européens, celles de la prochaine coupe du monde en Afrique du Sud et aussi celles de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations), que vient tout juste de remporter l’Egypte en battant péniblement le Ghana après sa large victoire sur l’Algérie.

Un tel monopole sur le sport de très loin le plus populaire dans la région a bien entendu la plus haute importance stratégique.

On a commencé à s'en rendre compte en janvier. Quand les phases finales de la CAN ont commencé, les supporters des équipes arabes engagées dans la compétition (Tunisie, Algérie, Egypte) n’ont pas eu d’autre choix que de se tourner vers Al-Jazeera, dont le canal sportif, à la différence de la chaîne d’information, fonctionne sur abonnement, comme c'était d'ailleurs déjà le cas avec Orbit, malgré tout nettement plus chère. Au fur et à mesure des éliminatoires et de la progression des équipes arabes, la situation est devenue de plus en plus difficile à gérer, à commencer en Egypte où les télés locales en étaient réduites à diffuser de vieilles images d'archives. De leur côté, les responsables de la chaîne qatarie avaient fait savoir qu'une offre de retransmission des matchs des "Pharaons" , pourtant raisonnable en termes financiers selon eux, avait été refusée par l’Egypte.

Rien d'étonnant en vérité car, comme on l’a vu dans un précédent billet sur les déclarations, à propos de Gaza, du global imam, l’Egyptien Qardhâwi aujourd’hui installé au Qatar, les relations sont au plus mal entre la plus populaire des chaînes arabes d’information et les autorités du Caire résolues à poursuivre leur politique pro-américaine à l’encontre du Hamas. Dans un contexte qui rendait un accord commercial impossible, la tension ne pouvait que monter dangereusement. Même si de fort opportunes campagnes se sont développées sur Facebook pour dénoncer le monopole d’Al-Jazeera qui privait l’Egypte de ses champions, on n’ose imaginer ce qui aurait pu se passer si, dans une Egypte déjà prise de fièvre nationaliste, les supporters avaient été privés des images de leurs champions remportant la Coupe africaine des Nations tout aussi sévèrement que les habitants de Gaza le sont de liberté et d’autres nécessités plus matérielles encore ; au regard des quasi émeutes au Caire en novembre dernier (voir ce billet) à la suite d'un match perdu contre l'Algérie, tout ou presque pouvait arriver...

Mais l’explosion n’a pas eu lieu car, le 12 janvier dernier, Al-Jazeera a soudainement annoncé, deux heures seulement avant un des matchs de l’équipe d’Egypte, qu’elle diffuserait en clair les compétitions de la CAN. Une assez bonne affaire commerciale pour la chaîne qatarie car, aux abonnements de ceux qui ne pouvaient se passer des images de la compétition, sont venus s’ajouter les revenus des publicités diffusées à l’intention des 80 millions de consommateurs égyptiens.

Mais surtout un très bon coup politique. On peut imaginer en effet qu’il y a eu un prix à cette « aumône » en apparence généreusement offerte à l’Egypte. Le Qatar aurait-il échangé la menace d’une éruption populaire en Egypte contre certaines garanties, pour sa chaîne, dans la nouvelle police médiatique régionale ?

La création de la chaîne Al-Jazeera avait déjà été pour Doha, au milieu des années 1990, une manière de se protéger des éventuelles ambitions de son voisin saoudien ; la création d’un monopole sur les émissions sportives avec le rachat des chaînes du groupe Orbit, et la menace d’un « blocus » sur les images des matchs de la CAN, sont peut-être une nouvelle démonstration de l’habileté des Qataris à gérer les situations de conflit asymétriques.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Algérie, Egypte, médias, Qatar, télévision

6 commentaires pour “ Le jour où l'Egypte a frôlé la catastrophe : foot, télévision et conflits asymétriques ”

  1. Cédric le 2 février 2010 à 14:43

    Très fine analyse des enjeux médiatiques du monde arabe qu'un Monde Diplo serait surement ravi d'acceuillir. Sur la notion de "Global imam", vient de sortir l'ouvrage collectif "Global mufti. The phenomenon of Yusuf al-Qaradawi", dir. Bettina Graf et Jakob Skovgaard-Petersen, Husrt&Company Publishers, London, 2009.

    Sur le thème foot et religion dans les pays arabes maintenant, j'ai été un peu surpris, je dois l'avouer, en regardant la demi finale de la CAN qui opposait l'Algérie à l'Egypte fin janvier 2010, par la saturation de références religieuses convoquées dans cette activité profane. Comme quand l'entraineur égyptien exhibe le Coran après le premier but de son équipe ou quand tel commentateur invoque le Prophète de l'islam et fait des du'a pendant le match pour soutenir son équipe.

    Je me permet de quitter la neutralité des sciences humaines un instant car cette confusion entre les deux des "activités" les plus mobilisatrices d'énergie dans le monde m'a un peu soulevé le coeur. Franchement, si l'un des attributs majeurs de Dieu est d'être miséricordieux, qu'en a t-il à faire de 22 abrutis qui sont payés grassement pour courir derrière un ballon rond quand dans le même temps un peuple vient de subir l'une des plus graves catastrophe naturelle des XXe et XXIe siècles. Son attention (au risque de l'anthropomorphisme) est-elle au-dessus d'un terrain de football pour y recueillir les du'as qui Lui sont destinées en échange de Son supposé soutien à quelques idoles contemporaines où est-elle au dessus des gravats haïtiens?

    • Yves Gonzalez-Quijano le 2 février 2010 à 16:19

      Bonjour. Pour le Global Mufti, le billet précédent le mentionnait (mais je ne l'ai pas lu!) Et sur la question "foot et religion", je vais peut-être _ si j'en ai le temps - en rajouter une petite couche dans le courant de la semaine car il y en a dire, c'est certain!!! En attendant, les âmes pieuses devraient être plus prudentes dans leurs dévotions : à force d'invoquer à tort et à travers, elles vont finir par ôter toute crédibilité à leurs rites. (Ce qui, à titre personnel, ne me coûtera pas beaucoup !)

  2. Shamil le 3 février 2010 à 20:41

    Excellent article comme d'habitude.
    Il est intéressant de voir la politique du Qatar en matière de médias (chaîne que j'apprécie beaucoup par ailleurs) qui je pense permet un espace de liberté pour l'information encore assez peu présente dans le monde arabe (il suffit de regarder les bulletins d'informations des chaînes nationales arabes pour s'en convaincre). Si on devait se contenter des fadaises et de la propagande d'Al Hurra ou d'Al Arabiyya....
    Malheureusement il semblerait en effet que cela ne soit pas du goût de l'Egypte -ou plutôt du gouvernement égyptien- qui voit d'un mauvais œil la médiatisation de sa collaboration avec Israël dans le blocus contre la population de Gaza.
    Quant au match entre l'Egypte et l'Algérie, je pense que tout a été dit lors des éliminatoires de la Coupe du Monde...

  3. [...] This post was mentioned on Twitter by Selim and Hypothèses billets, bedis ben amor. bedis ben amor said: RT @Selim_: Le jour où l’Egypte a frôlé la catastrophe : foot, télévision et conflits asymétriques http://bit.ly/chAJ2h [...]

  4. Jad le 10 février 2010 à 22:00

    Bonsoir,

    Juste pour exposer les sombres recoins de Elaph, que vous citez beaucoup.

    http://www.elaph.com/Web/news/2010/2/532821.html

    • YGQ le 11 février 2010 à 6:51

      Pour les non-arabophones, le lien renvoie vers un article bien dans le genre Elaph : une bonne dose d'idéologie (tendance néolibérale proaméricaine : Murdoch va adorer !) et pas toujours beaucoup de professionnalisme sur les chiites en Jordanie... Pour les sources, je me suis fait une sélection que je consulte régulièrement histoire d'être alerté à temps. A partir de là, je lance d'autres recherches pour compléter. D'où des sources plus récurrentes que d'autres surtout si, comme Elaph, le lien demeure sur l'article (ce n'est pas le cas avec Al-Quds, pb en partie résolu en mettant le pdf... Je suis - les lecteurs - sont toujours preneurs de liens vers des infos intéressantes dans le "créneau" de ce blog en tout cas.