Avatars palestiniens : le discours de l’indien rouge

14 février 2010
Par

Et il vous manquera une trêve avec nos fantômes dans les nuits stériles,
un soleil moins enflammé, une lune moins pleine,
pour que le crime apparaisse moins fêté sur vos écrans.

Mahmoud Darwich, Discours de l’indien rouge.

Une quasi-brève du Monde signale que l’armée israélienne, sur décision de la Cour suprême, a commencé à déplacer un tronçon du « mur de séparation » que conteste la population de Biline (بلعين), à 12 km à l’ouest de Ramallah en Cisjordanie.

Après une première décision de justice en 2006, les habitants de ce petit village, devenu une sorte de « capitale » de la résistance palestinienne non-violente, remportent ainsi un nouveau succès grâce aux formes de lutte qu’ils ont adoptées, même si celles-ci ne sont pas sans risques (voir par exemple  « Non-violence en Palestine » un billet d’Alain Gresh).

Néanmoins, la manifestation hebdomadaire s’est soldée une fois de plus par la répression violente des forces d’occupation israéliennes qui ont blessé quatre manifestants en tirant directement sur eux bombes assourdissantes et grenades lacrymogènes.

Mais on en parlera peut-être un peu plus que d’habitude parce que cinq militants – palestiniens, israéliens et internationaux – ont eu l’idée de sensibiliser l’opinion à leur cause en se déguisant en Nävis, ce peuple pacifique et innocent dont Avatar raconte l’existence menacée par la cupidité guerrière (intéressante vidéo qui mêle des images du film à celles de la manifestation).

Ce n’est pas la première fois qu’on suggère cette interprétation du film de James Cameron, suffisamment « œcuménique » pour en accepter bien d’autres. Dans le monde arabe, Jihad El-Khazen (جهاد الخازن) par exemple avait mentionné dans un de ces éditoriaux (en arabe) pour Al-Hayât ce rapprochement entre la violence que subissent les malheureux indigènes de la planète Pandora et celle qui s’est abattue sur les Palestiniens une fois ouverte la “boîte de Pandore” de la création d’un “foyer national juif” en Palestine.

Mais pour les lecteurs de Mahmoud Darwich, les malheureux Nävis font surtout penser à l’un de ses très beaux textes, Le discours de l’indien rouge (خطبة الهندي الأحمر). Reprenant la célèbre supplique adressée  en 1854  par Chef Seattle au gouverneur Isaac M. Stevens, le poète y associait le destin de son peuple à celui des Amérindiens, spoliés de leur terre par les colons étrangers.

Sur cette vidéo, Mahmoud Darwich lit ce poème dont vous trouverez le texte arabe ici. Les extraits de la traduction d’Elias Sanbar ci-dessous correspondent aux paragraphes 1, 3 et 7 du texte arabe).

1 – Ainsi, nous sommes qui nous sommes dans le Mississippi. Et les reliques d’hier nous échoient. Mais la couleur du ciel a changé et la mer à l’Est a changé. O maître des Blancs, seigneur des chevaux, que requiers-tu de ceux qui partent aux arbres de la nuit ? Elevée est notre âme et sacrés sont les pâturages. Et les étoiles sont mots qui illuminent… Scrute-les, et tu liras notre histoire entière : ici nous naquîmes entre feu et eau, et sous peu nous renaîtrons dans les nuages au bord du littoral azuré. Ne meurtris pas davantage l’herbe, elle possède une âme qui défend en nous l’âme de la terre. O seigneur des chevaux, dresse ta monture qu’elle dise à l’âme de la nature son regret de ce que tu fis à nos arbres. Arbre mon frère. Ils t’ont fait souffrir tout comme moi. Ne demande pas miséricorde pour le bûcheron de ma mère et de la tienne. ( … )
3 – Nos noms sont des arbres modelés dans la parole du dieu et oiseaux qui planent plus haut que les fusils. Ne coupez pas les arbres du nom, vous qui venez guerre de la mer. Et ne lancez pas vos chevaux flammes sur les plaines. Vous avez votre dieu, et nous, le nôtre. Vos croyances, et nous, les nôtres. N’ensevelissez pas Dieu dans des livres qui vous ont fait promesse d’une terre qui recouvre la nôtre. Ne faites pas de Lui un huissier à la porte du roi.
Prenez les roses de nos rêves pour voir ce que nous voyons de joie ! Et sommeillez au-dessus de l’ombre de nos saules, pour vous envoler mouettes et mouettes, ainsi que s’élancèrent nos pères bienveillants avant de revenir paix et paix. Il vous manquera, ô Blancs, le souvenir de l’adieu à la Méditerranée et vous manquera la solitude de l’éternité dans une forêt qui ne débouche point sur un abîme, et la sagesse des brisures. Et il vous manque une défaite dans les guerres. Et un rocher récalcitrant au déferlement du fleuve du temps véloce.
Et il vous manquera une heure pour une quelconque contemplation, pour que grandisse en vous un ciel nécessaire à la tourbe, une heure pour hésiter devant deux chemins. Euripide un jour vous manquera, et les poèmes de Canaan et des Babyloniens, et les chansons de Salomon à Shulamit. Et vous manquera le lys sauvage pour la nostalgie, et vous manquera, ô Blancs, un souvenir qui apprivoise les chevaux de la démence et un cœur qui racle les rochers afin qu’ils taillent dans l’appel des violons.
Et il vous manque et manque l’hésitation des armes. Et s’il faut nous tuer, ne tuez point les êtres qui avec nous d’amitié se lièrent et ne tuez pas notre passé. Et il vous manquera une trêve avec nos fantômes dans les nuits stériles, un soleil moins enflammé, une lune moins pleine, pour que le crime apparaisse moins fêté sur vos écrans. Alors prenez tout votre temps pour la mise à mort de Dieu. ( … )
7 – Il y a des morts qui sommeillent dans des chambres que vous bâtirez. Des morts qui visitent leur passé dans les lieux que vous démolissez. Des morts qui passent sur les ponts que vous construirez. Et il y a des morts qui éclairent la nuit des papillons, qui arrivent à l’aube pour prendre le thé avec vous, calmes tels que vos fusils les abandonnèrent. Laissez donc, ô invités du lieu, quelques sièges libres pour les hôtes, qu’ils vous donnent lecture des conditions de la paix avec les défunts.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : littérature, Palestine

9 commentaires pour “ Avatars palestiniens : le discours de l’indien rouge ”

  1. Nobo le 14 février 2010 à 11:48

    Tiens Monsieur Yves Gonzales-Quijano,
    Votre association d’idée (ce poème de Darwish et Avatar), une personne l’a eu bien avant vous…
    Et si d’aventure elle a été la source de votre inspiration vous auriez pu la citer !

    http://bougnoulosophe.blogspot.com/2010/01/palestinatar.html

    http://bougnoulosophe.blogspot.com/2010/02/de-quoi-les-palestiniens-sont-ils.html

  2. Lio le 14 février 2010 à 15:54

    Tout simplement magnifique ce poème. Merci.

  3. Marc le 15 février 2010 à 1:15

    Pour info, un doute plane sur l’authenticité du discours du chef seattle. Il semblerait qu’il ait été forgé par un journaliste yankee… Des années que je cherche, je n’ai pas de réponse sûre. Mais Darwich est Darwich, sur cela aucun doute

  4. [...] je me dois de linker cet article plein de pistes : Avatars palestiniens : le discours de l’Indien rouge. (Ainsi que, pour faire bonne mesure, celui du commentateur s’étant senti légèrement [...]

  5. PaulKeirn le 17 février 2010 à 11:31

    Helllo ! Oui sans doute le discours de Seattle a-t-il été enjolivé mais il reste d’une fraicheur étonnante.
    Cordialement
    Paul

  6. PaulKeirn le 17 février 2010 à 11:31

    Pour complèter

    • Yves Gonzalez-Quijano le 17 février 2010 à 16:57

      Bonjour. Apparemment votre lien n’a pas été pris mais il était déjà présent dans le billet. YGQ

  7. [...] rouge de Mahmoud Darwich qui fait un lien entre le destin de son peuple et celui des amérindiens (http://cpa.hypotheses.org/1641 et http://bougnoulosophe.blogspot.com/2010/01/palestinatar.html). C’est le principe de [...]

  8. [...] Palästinensische Avatare: Die Rede des Indianers Posted on March 15, 2010 by mqzungo Eine kürzere Meldung von Le Monde weist darauf hin, dass die israelische Armee, auf Entscheidung des obersten Gerichtshofs, damit begonnen hat, einen Abschnitt der “Trennmauer” zu versetzen, gegen die die Bevölkerung des 12 km westlich von Ramallah gelegenen Bilin (بلعين) Widerspruch eingelegt hat.  Nach einer ersten Justizentscheidung von 2006 erringen die Einwohner dieses kleinen Dorfes, das zu einer Art “Hauptstadt” des gewaltlosen palästinensischen Widerstands geworden ist, so einen neuen Erfolg dank der Formen des Kampfes, die sie anwenden, auch wenn diese nicht ohne Gefahr sind. (Siehe zum Beispiel “Non-violence en Palestine”, von Alain Gresh, Le Monde Diplomatique) Nichtsdestotrotz endete die wöchentliche (frz.) Demonstration einmal mehr mit der gewalttätigen Repression der israelischen Besatzungsmächte, die vier Demonstranten verletzten, indem sie Lärm- und Tränengas-Granaten direkt auf sie warfen. Doch diesmal wird man vielleicht ein bisschen mehr als üblich darüber sprechen, weil fünf Aktivisten – Palästinenser, Israelis und andere – die Idee hatten, die Öffentlichkeit für ihre Sache zu sensibilisieren, indem sie sich als Nävis verkleideten, nach diesem friedlichen und unschuldigen Volk, dessen von Kriegsgier bedrohte Existenz in Avatar erzählt wird (hier ein interessantes Video, das Bilder des Films mit solchen der Demonstration mischt) Dies war nicht das erste Mal, dass diese Interpretation des Films von James Cameron vorgeschlagen wurde, der ja hinreichend “ökumenisch” ist, um noch viele andere zu erlauben. In der arabischen Welt hatte zum Beispiel Jihad El-Khazen (جهاد الخازن) in einem seiner Leitartikel (arabisch) für Al-Hayât diesen Vergleich zwischen der Gewalt angestellt, die die unglücklichen Eingeborenen des Planeten Pandora erleiden und derjenigen, die auf die Palästinenser hereingebrochen ist, sobald die “Büchse der Pandora” der Schaffung einer “jüdischen Heimstätte” in Palästina geöffnet wurde. Doch für die Leseer Mahmud Darwishs erinnern die unglücklichen Nävis vor allem an einen seiner sehr schönen Texte خطبة الهندي الأحمر (Die Rede des Indianers). Der Dichter griff hier die berühmte Rede auf, die   1854 Häuptling Noah Seattle vor dem Gouverneur Isaac M. Stevens hielt; er verknüpft das Schicksal seines Volkes mit dem der von den fremden Siedlern ihres Landes beraubten amerikanischen Indianer. Auf diesem Video liest Mahmud Darwish dieses Gedicht, dessen arabischen Text Sie hier finden können. (Übersetzung aus dem Französischen eines Texts von Yves Gonzalez-Quijano vom 14. Februar 2010, http://cpa.hypotheses.org/1641) [...]


Carnets de recherche