Le Royaume et la "république des lettres" arabes

7 mars 2010
Par

riyadh

Trop peu de titres, pour un public dont les pratiques vont d'autres formes culturelles : l'édition arabe "de qualité" souffre… Même à l'heure d'internet, la région doit faire avec l'absence d'un véritable réseau régional capable d'assurer la distribution du livre auprès de ses lecteurs potentiels, par ailleurs souvent privés des titres qui les intéressent vraiment par une multitude de censures nationales toutes plus frileuses les unes que les autres…

Plutôt que de chercher des solutions concrètes à ces vrais problèmes, les autorités en charge des politiques culturelles dans les différents pays ont fait le choix de multiplier les prestigieuses récompenses littéraires (voir ces deux billets : 1 et 2), qui présentent le double avantage de les mettre en valeur tout en leur assurant la docilité des auteurs qui – sauf exception notable (voir ce billet) – se plient bon gré malgré aux "règles de l'art" qui régissent la république des lettres locale.

C'est bien souvent "clés en main" que sont achetés ces prix littéraires pour lesquels on fait appel, pour ce qui est de leur organisation au moins, à des compétences étrangères, à l'image du "Booker arabe", de son vrai nom International Prize for Arabic Fiction, une "déclinaison" arabe (il y en a également une russe, et une africaine) d'un prix littéraire fondé en Grande-Bretagne en 1968.

Avec son inévitable lot de calculs, de polémiques et de rancœurs, la troisième édition du Booker arabe s'est soldée par une petite révolution puisque, pour la première fois dans le cadre d'une compétition interarabe de cette importance, c'est un auteur de la Péninsule qui a été couronné. Le lauréat est saoudien, un pays où le roman est certes apparu, historiquement parlant, dès 1930 (Les Jumeaux التوءمان de Abdel-Qouddous al-Ansari عبد القدوس الأنصاري) mais où l'écriture de fiction n'a vraiment débuté qu'à partir des années 1960, pour connaître un essor fulgurant depuis une bonne décennie, notamment sous l'impulsion de jeunes romancières "scandaleuses" (voir ces trois billets 1 2 et 3).

Révolution en effet car elle marque, selon nombre de commentaires de la presse, un nouvel épisode dans la lutte entre le "centre" et la "périphérie". Depuis la nahda (renaissance) et la modernisation du monde arabe au XIXe, le centre ne saurait se situer nulle part ailleurs qu'en Egypte, la oum al-dounya cette matrone régionale dont le règne sur la république des lettres arabe s'est prolongé durant tout le XXe siècle, même durant le boycott (مقاطعة) qui a suivi la signature des accords de Camp David par Sadate. Dans cette "république des lettres" gouvernée par le centre, on est fatalement périphérique, à quelques exceptions près, pour peu qu'on soit originaire des marges  – les pays du Maghreb, le Soudan, le Yémen… – ou même d'une zone moins périphérique telle que la Syrie, le Liban, la Palestine ou encore l'Irak.

KhalTout littéraire qu'il soit, le Booker arabe, patronné par les Emirats, comporte aussi une dose de politique. Dès lors que les deux premières éditions avaient consacré des auteurs égyptiens (Baha Taher بهاء طاهر et Youssef Zaidan يوسف زيدان), il était à prévoir que le choix, parmi la short-list des six auteurs retenus, se porterait sur une autre nationalité (bonne présentation dans cet article d'Al-Hayat pour les arabophones). Délaissant les candidats libanais, jordanien et palestinien, le jury (réduit à quatre membres dont deux étaient originaires du Golfe en plus de la Tunisienne Raja Ben Slama et du Français Frédéric Lagrange) a donc fait le choix de la périphérie en retenant Abduh Khal (عبده خال).

Né en 1962 dans un petit village du sud du royaume saoudien et auteur d'une douzaine de romans, cet ancien enseignant d'arabe est aujourd'hui éditorialiste au quotidien Okaz (عكاظ), réputé pour être un organe "libéral". Les lecteurs français (et pas mal d'autres) vont devoir attendre un peu pour découvrir une œuvre entamé en 1991 avec La mort passe par là (الموت يمر من هنا). Mais dans la presse spécialisée arabe, les avis sont plutôt favorables sans être enthousiastes, en raison d'une écriture qui n'est pas jugée sans faiblesses alors qu'on reconnaît à l'auteur davantage de talent dans le choix de thèmes qui explorent les aspects les plus sombres de la société saoudienne.

Ainsi, le roman retenu par le jury du Booker propose une critique sévère des dérives du pouvoir à travers l'histoire de Tareq, qui quitte "l'enfer", son quartier déshérité à Jeddah, pour se mettre au service des fantaisies les plus cruelles de son maître, bien à l'abri dans son palais. Quelque peu énigmatique pour celui qui ne connaît pas son Coran par cœur, le titre (Lançant des étincelles…) est une partie d'un verset (77:32) qui décrit l'enfer "lançant des étincelles grosses comme un palais".

Romancier de la périphérie, décrivant les marges sombres du Royaume, Abduh Khal n'est pas absolument en odeur de sainteté dans son pays, surtout auprès des courants conservateurs religieux exaspérés par ceux qui "décrivent leur société sous ses aspects les plus outranciers et les plus ignobles, qui peignent le monde du sexe et de l'homosexualité et qui s'attachent à toutes les saletés et à toutes les ordures qu'on peut y trouver".

On s'explique mieux la réaction de ce religieux saoudien (cité dans cet article en arabe) si l'on sait que le précédent roman d'Abduh Khal, Dépravation (Fusûq, 2006), relate les amours impossibles entre une jeune femme en rupture de foyer familial et un ancien jihadiste en Afghanistan qui finit par assouvir sa passion en déterrant le cadavre de l'aimée qu'il conserve au frigo !!!

fusûqAnnoncé juste au moment où s'ouvrait la foire du livre de Riyadh, la prestigieuse récompense accordée à un romancier local a donc servi de prétexte à une nouvelle empoignade entre "conservateurs" et "libéraux". Alors que certaines sources affirmaient que le roman primé avait été retiré, les responsables ont énergiquement démenti et, depuis, le livre d'Abduh Khal caracole en tête des ventes (voir cet article en arabe dans Ukaz).

De quoi donner raison à Abduh Khal lorsqu'il explique, dans ce court entretien (en arabe) publié par Al-Quds al-'arabi, que ce prix couronne en réalité la production romanesque de toute une région du monde arabe trop longtemps négligée par la critique. Et qu'il espère qu'il contribuera à faire évoluer le point de vue de la censure locale, pour que les œuvres des écrivains saoudiens puissent circuler librement dans leur propre pays.

En somme, pour que les écrivains ne soient plus tenus en marge du "royaume des lettres arabes" !

Illustration (Ukaz) : à la foire du livre de Riyadh, le stand des éditions Manshurat al-Jamal, une maison fondée par des réfugiés irakiens à Cologne aujourd'hui présente à Beyrouth.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : censure, édition, Emirats, Golfe, littérature, Saoudie

6 commentaires pour “ Le Royaume et la "république des lettres" arabes ”

  1. Sosso le 8 mars 2010 à 0:30

    Est-ce que vous avez suivi la crise qui a eu lieu au sein du jury du booker cette année due au départ de l'égyptienne شيرين أبو النجا ?.http://www.youm7.com/News.asp?NewsID=166715
    Elle avait écrit un article dans al dostor dans lequel elle a expliqué sa démarche, malheureusement je n'arrive pas à le trouver dans les archives en ligne du journal.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 8 mars 2010 à 9:06

      Non je n'ai pas ça en stock mais tout de même cette référence sur Hayat (avec la date, vous devriez pouvoir trouver dans le Dostoor ce que vous cherchez) : http://international.daralhayat.com/internationalarticle/88583

      • khalloud le 11 mars 2010 à 19:30

        si je comprends bien sa position, شيرين أبو النجا regrette que la procédure ait été un peu trop rapide (du fait de la pression de temps) et arithmétique (le président du jury exigeant un vote chaque fois qu'une discussion menaçait de durer), alors qu'elle aurait voulu plus de débats de fond et l'utilisation des outils de la critique littéraire.
        Cette position paraît respectable, à condition que les analyses se conforment à des limites de temps raisonnables.

        • Frédéric Lagrange le 12 mars 2010 à 16:32

          La réunion de Beyrouth a duré de 9h du matin à 19h30, avec une pause déjeuner de 2h, soit 8h30 de réunion.

  2. Frédéric Lagrange le 11 mars 2010 à 9:24

    Le jury n'a pas récompensé une région, un écrivain ou une oeuvre mais bien un roman, Tarmi bi-sharar (on pourrait suggérer comme traduction du titre \Etincelles Infernales\), un écrit violent, sombre, marquant, dans lequel s'exprime une puissante poésie de l'abomination. S'il y a une dimension \politique\ dans cette récompense, elle ne réside pas dans une quelconque recherche d'équilibre géopolitique arabe, mais dans une affirmation de ce que peut signifier l'écriture de fiction, aujourd'hui, dans le monde arabe. L'intéressante interview de Khal dans Banipal (été 2004) expose clairement sa philosophie de l'écriture.

    • YGQ le 11 mars 2010 à 13:05

      Frédéric est le mieux placé pour nous le dire mais je serais tout de même surpris que le Booker arabe échappe totalement à ce type de détermination, y compris sans que les "acteurs du champ" pour causer comme Pierre Bourdieu n'en aient eux-même forcément conscience. PB expliquait même, grosso modo, que les injonctions ne sont jamais aussi puissantes que lorsqu'elles ne sont pas perçues comme telles. Merci en tout cas d'accepter, pour CPA, de sortir un peu de la réserve obligé du jury.