Le retour de l'Empire : romance arabo-turque au "nouveau" Moyen-Orient

29 mars 2010
Par

Pas grand-chose de neuf en apparence lors du 22e sommet des pays de la Ligue arabe qui vient de se tenir en Libye. Pourtant, à côté les traditionnelles déclarations pleines de bonne volonté à propos des "pourparlers de paix", on note la conclusion du Secrétaire général de la Ligue, Amr Moussa, appelant à la création d'un bloc régional associant les pays arabes aux deux grandes puissances régionales que sont la Turquie et l'Iran.

Un tel projet – accueilli d'ailleurs avec un enthousiasme assez relatif – relève de la science-fiction. Mais le seul fait qu'il soit seulement évoqué témoigne également d'une lente évolution des esprits vers un "New Middle-East" qui n'est pas précisément celui qu'avaient imaginé les stratèges de Washington … Naguère place-forte de l'Otan (dont elle est membre depuis 1952), la Turquie adopte en effet des positions de plus en plus critiques vis-à-vis du "meilleur allié" US dans la région, l'Etat israélien. Ponctuée par quelques coups d'éclats tel l'accrochage au forum de Davos en janvier 2009, entre le président de l'Etat israélien, Shimon Pérès, et le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, une toute nouvelle  idylle se développe entre l'ancienne puissance impériale ottomane et l'opinion arabe presque aussi passionnée par les coups d'éclat des Turcs que par les intrigues sentimentales de leurs téléfilms (voir ce billet).

Néanmoins, l'actualité politico-culturelle aujourd'hui, ce n'est pas celle des feuilletons à l'eau de rose distillés par les studios d'Ankara mais bien celle des soap opera ouvertement critiques des méthodes de l'Etat israélien, que produisent les chaînes télévisées turques et qui sont rediffusés par leurs homologues arabes. Le dernier épisode en date de cette forme nouvelle de "conflit de basse intensité" a eu lieu il y a quelques jours à peine, lorsque la MBC, une des plus importantes chaînes panarabe à capitaux saoudiens, a entamé la diffusion du Cri des pierres (صخرة حجر, Ayrilik en turc : illustration en tête de ce billet), un feuilleton qui décrit, sans craindre les images choc, les brutalités subies par la population palestinienne dans les Territoires occupés. C'est peu de dire que la série turque, qui devrait également être repris par la chaîne Dubai TV dans sa version doublée en syrien, n'a rien pour plaire à Tel-Aviv. Entre autres gracieusetés, on y voit par exemple des soldats de l'armée d'occupation assassiner de sang-froid un nouveau-né, ou encore violer une femme sous les yeux de son enfant…

Sa programmation en janvier dernier sur une chaîne publique turque a suscité une véritable crise entre la Turquie et Israël. Convoqué, l'ambassadeur d'Ankara à Tel-Aviv avait alors subi une véritable humiliation, à l'origine d'un bras de fer entre les deux diplomaties, pour se terminer par des excuses officielles du ministre israélien des Affaires étrangères, et par la diffusion sur les petits écrans turcs du programme incriminé, sans la moindre modification. Il était en définitive assez inévitable qu'une chaîne de divertissement comme la MBC, flairant la bonne affaire commerciale, s'empresse d'acheter les droits d'une production dont le succès était parfaitement assuré auprès de son public en raison de sa manière de traiter la question palestinienne, mais aussi parce qu'elle répond à l'engouement actuel du public arabe pour les feuilletons trucs.

Avant Le Cri des pierres, le feuilleton des relations de plus en plus tendues entre Tel-Aviv et Ankara avait donc connu d'autres épisodes. Avec La vallée des loups (wâdi al-dhi'âb en arabe : illustration ci-contre), une série à gros budget qui met en scène une sorte de James Bond "à la turque", de temps à autre aux prises avec ses rivaux israéliens, occasion pour le scénariste, Bahadir Ozdener, de dénoncer leurs méfaits, en Irak comme en Palestine. Immensément populaire en Turquie, le feuilleton, diffusé en arabe par plusieurs chaînes satellitaires dont Dubai TV et ART Hikayat, avait également suscité, déjà sans le moindre résultat, des protestations officielles de la part des Israéliens choqués par des images à leurs yeux "antisémites". Même scénario encore, dès octobre 2009, lors de la diffusion de La Séparation (traduit en arabe par Al-infisâl, Al-firâq ou encore Al-Wadâ' ! : article en arabe dans Al-Hayât). Autant de conflits qui ont marqué une opinion arabe observant la capacité de la diplomatie turque à tenir tête aux exigences israéliennes alors que le "processus de paix" d'Oslo se traduit bien souvent, dans ses propres médias, par des (auto)censures de plus en plus fréquentes de tout ce qui peut ressembler, de près ou de loin, à des critiques trop vives de la politique israélienne…

Bien sûr, certains dans le monde arabe voient d'un mauvais œil ces "turqueries" trop modernes pour être honnêtes. Non sans raison, d'autres rappellent aussi que les télévisions locales ont elles-mêmes produit des fictions d'une qualité au moins égale (à commencer par L'invasion, récompensé par un Emmy Award en 2008 : voir ce billet). Il n'en reste pas moins que l'enthousiasme des spectateurs arabes pour les feuilletons produits par les héritiers de l'Empire ottoman inquiète fort les autorités israéliennes. Mieux que personne sans doute, elles savent l'importance de la communication politique, et le rôle que jouent à cet égard les fictions diffusés dans les médias de masse.

Leur capacité à imposer leur récit est aujourd'hui de plus en plus remise en cause dans la région, non seulement par l'émergence d'un système médiatique panarabe de toute manière peu sensible au point de vue sioniste, mais également par la défection de l'ancien allié turc (pour ne rien dire de l'iranien, disparu sans espoir de retour depuis la Révolution islamique). Pire, de nouvelles alliances se dessinent qui pourraient redonner vie à d'anciennes solidarités dans une région où l'Etat israélien ne saurait trouver de place...

Certes, ce n'est pas demain que naîtra ce "bloc régional" évoqué par le Secrétaire général de la Ligue arabe lors de la clôture du dernier sommet régional. Mais s'il est vrai que les faits culturels sont porteurs – et même annonciateurs – de réalités destinées à trouver, tôt ou tard, leur traduction politique, on ne peut qu'être sensible aux péripéties actuelles et à venir de cette nouvelle romance turco-arabe. Isthme traditionnel entre l'Anatolie et l'hinterland arabe, la Syrie, malgré un lourd et douloureux passé avec le pouvoir ottoman, est le pays dont la langue sert à doubler les feuilletons turcs. C'est également dans un studio de Damas qu'on tourne, aujourd'hui, La Chute du califat, le premier soap opera réunissant des vedettes turques et arabes du petit écran (illustration ci-contre). Une initiative de la société Surya al-duwwaliyya (article dans Al-Akhbar en arabe) qui espère sans doute surfer sur la vague de la turcophilie actuelle pour améliorer son positionnement sur le marché arabe. Et c'est encore l'expertise syrienne qui a été retenue pour une grande série historique sur la fin de l'Empire ottoman (article en arabe dans Al-Akhbar) confiée au talent de Basel Al-Khatîb (voir ce billet à propos de son feuilleton sur Nasser).

Comme l'explique le scénariste, il s'agit bien dans cette super-production panarabe, dont un doublage en turc est déjà prévu et qui sortira lors du prochain ramadan, d'aller à l'encontre des idées reçues. Pour le scénariste, il s'agit de montrer que l'Empire ottoman, bien loin d'être la cause de la décadence arabe, fut d'abord et avant tout  la victime des puissances européennes bien décidées à se débarrasser d'un pouvoir qui empêchait leurs propres visées sur la région (lien en principe mais il n'a pas l'air de vouloir ouvrir !).

هناك شيوع بان الدولة العثمانية هي دولة ظالمة جرت العالم العربي إلى الانحلال والتخلف، وللاسف اخذ العديد بها، وهذا الفهم الخاطئ للدولة العثمانية ساهمت فيه الدولة التركية الحالية أو التي يقال عنها، تركيا العلمانية الحديثة، والتي شوهت تاريخ الدولة العثمانية خاصة من جانب نظام اتاترك، بالإضافة إلى الاستعمار الاجنبي الذي قام بتفتيت العالم إلى اجزاء منفصلة، لذلك سعى إلى  تدمير الامبراطورية العثمانية التي كانت تقف حائلاً ضد مشروعة

Par fictions interposées, on est bien, sur les écrans arabes et turcs, en train de refaire l'histoire !

Pour ceux qui voudraient voir à quoi cela ressemble, le lien vers le site de la MBC avec tous les épisodes. Et cet autre lien, vous conduit vers une émission (en arabe) de Al-Arabiya durant laquelle intervient un responsable de la MBC. On peut y visionner un montage des séquences les plus "fortes" du feuilleton (vers 3'50).
Un point de vue israélien iconoclaste et courageux à propos du feuilleton Le cri des pierres, celui de Gilad Atzmon (par ailleurs excellent saxophoniste) sur son blog en anglais (traduction en français ici).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : médias, Palestine, Syrie, télévision

5 commentaires pour “ Le retour de l'Empire : romance arabo-turque au "nouveau" Moyen-Orient ”

  1. houariB le 29 mars 2010 à 21:03

    Bonjour,

    je voudrais quand même modérer l'optimisme de ce billet.
    1) sur la Turquie :
    http://angryarab.blogspot.com/2010/03/turkey-and-israel.html
    En effet rappelez vous que le boucher d'Amman avait lui aussi hausser le ton suite à la tentative d'assassinat d'un dirigeant du Hamas sur son sol. Cela n'a pas empêché ce sinistre personnage d'avoir été un allié fidèle des israéliens
    2) si quelque chose de concret sort de la ligue arabe qui ne soit pas contre les arabes alors je vous promets de dévorer un manche a balais :(

  2. Yves Gonzalez-Quijano le 31 mars 2010 à 20:23

    Assez d'accord pour la conclusion de votre commentaire : attention à vos dents !

  3. Shamil le 1 avril 2010 à 19:28

    Bonsoir,

    Je suis d'accord avec HouariB, si la population turque est en grande majorité favorable aux Palestiniens (en témoignent les manifestations massives lors du massacre de Gaza), l'armée et les kémalistes sont pour la plupart pro-israéliens. Si j'admire la politique menée par l'AKP, il faut constater que la Turquie a toujours été un allié fidèle d'Israël et étant donné le poids de l'armée dans la politique, je ne pense pas que cela change considérablement, d'autant plus que la démocratie est encore loin d'être solidement installée (au vu des nombreux projets de coups d'états découverts récemment).
    Quant à la Ligue Arabe, il n'y a que Amr Moussa pour croire à ce qu'il dit....

    • Umma le 27 novembre 2010 à 9:08

      @Shamil
      C'est pour bientot, tres bientot.
      Peut etre ni toi ni moi nous le verrons, mais nos enfants le vivront inshAllah!

  4. [...] translation from the French original / Aus dem Französischen übersetzt (Autor: Yves [...]