Nichane : droit au but ! Un combat d'un autre temps

23 décembre 2006
Par


Abou Horeyra* meurt et se retouve devant l'ange chargé de tirer le bilan de ses actes sur terre. L'ange regarde son ordinateur et lui dit : "L'enfer." Abou Horayra proteste et demande à voir le Prophète. Celui-ci arrive, regarde l'ordinateur et dit : "Non, j'peux rien pour toi, l'enfer." Abou Hourayra se met à crier, fait toutes sortes de reproches au Prophète si bien que Dieu descend à son tour. Abou Hourayra se lamente, pleure... A ce moment-là, ils lui tapent sur l'épaule et lui disent : "Regarde là-bas, t'es passé à la caméra cachée !"
(*) Compagnon du Prophète, et à ce titre personnage révéré par l'islam.

Y a-t-il de quoi fouetter un chat ? En tout cas, cela aura suffi au Premier ministre marocain, le 20 décembre dernier, pour interdire "d'exposition sur la voie publique" et de "diffusion par quelque moyen que ce soit" l'hebdomadaire qui a osé publier une blague aussi subversive, avec quelques autres du même acabit. En vertu de l'article 66 de la loi sur la presse, on a donc censuré la revue Nichane ("Direct, droit au but" : le mot, qui vient du berbère, fait partie du lexique courant marocain). Des poursuites judiciaires sont annoncées à l'encontre du rédacteur en chef et de la journaliste qui a signé le dossier car, selon les mots du procureur du roi, "l'islam est la religion de l'Etat marocain, le roi (...), l'Emir des croyants, et la publication de ces blagues, une offense aux sentiments des Marocains". (On notera tout de même que cette interdiction arrive plus de dix jours après la sortie du numéro incriminé, et que celui qui vient de paraître s'intéresse de près à une société que possède ledit Premier ministre...)

Aux yeux de "ceux qui vont trop loin dans l'extrémisme" (المغالين في التطرف, selon un euphémisme bien souvent utilisé dans la presse locale et qui révèle avec quelle prudence on manie ces choses-là), on comprend à lire leurs protestations, avancées à grand renfort de Dits prophétiques et d'arguments tirés de la Tradition (voir le site al-Ahibba par exemple), qu'il s'agit de faire de cette affaire un mauvais remake de celle des caricatures diffusées naguère dans la presse danoise. La publication de ces blagues, où l'on se moque de Dieu, de ses prophètes et des figures les plus sacrées de l'islam, n'est qu'un épisode de plus dans l'offensive des militants de la laïcité dénués du moindre respect pour les convictions des vrais croyants. Et l'argument définitif aux yeux des censeurs, apparemment assez nombreux à en croire les forums sur internet, et en tout cas fort actifs sur ce support, consiste à mettre en avant qu'une telle horreur a été commise par des musulmans, et dans un journal MAROCAIN qui plus est !

Pour sa défense, Nichane avance le fait que son dossier, sous le titre "Comment les Marocains rient de la religion, du sexe et de la politique", se veut avant tout un document culturel. Il s'agit de porter à la connaissance des lecteurs ce qui fait rire les Marocains. Par ailleurs, une sélection a été faire dans ces blagues qui, de toute manière, circulent largement dans la société... La rédaction présente ses excuses auprès de ceux qui ont pu être choqués, s'inquiète de de cette mesure qui menace la liberté de la presse, reproche au pouvoir d'en faire une affaire d'Etat (si l'on ose dire) en prenant une décision qui, du coup, fait craindre le pire aux journalistes concernés...

La pièce est jouée à l 'avance, chacun des acteurs connaît son rôle par coeur, le public l'a déjà vue représentée mille et une fois (en Egypte récemment par exemple, voir le billet sur l'interdiction des "Cheikhs modernes", ou encore les déclarations du ministre de la Culture égyptien sur le voile...) : l'opposition religieuse saisit chaque occasion de pousser son avantage sur un terrain où elle sait qu'elle surfe avec l'opinion ; les milieux "modernistes" se trouvent engagés dans une bataille où ils sont pourtant perdants à tout coup ou presque ; le pouvoir lâche du lest, en profite pour régler des comptes. Jusqu'à la prochaine fois...

Quelques remarques pour tenter d'aller au-delà de ce nouvel épisode, qui reste révélateur des tensions et des rapports de force dans le champ de la culture et des médias (les élections approchent, et pour certains cela explique la décision d'un pouvoir marocain pas fâché de donner des gages de bonne conduite religieuse à peu de frais...).

D'abord, l'existence même de Nichane - si la publication survit à cette affaire... car, aujourd'hui, son site (www.nichane.ma) est devenu inaccessible. Il s'agit d'une déclinaison en arabe, lancée à l'automne de cette année, d'un hebdomadaire francophone, Tel Quel (rien à voir avec la revue de Philippe Sollers du temps où il était maoïste mais plutôt quelque chose qui se rapprocherait, par le ton et le traitement journalistitque, de Marianne dans la presse hexagonale). Nichane est écrit en "arabe local", c'est-à-dire dans une langue qui utilise les ressources de l'arabe standard mais également, dans son vocabulaire, ses tournures et ses expressions, celle de l'arabe marocain. Et cela, pour tirer parti, comme l'expliquait lors de son lancement, à l'automne dernier, son rédacteur en chef, de toutes les "subtilités de l'arabe", pour montrer qu'on peut être aussi libre en arabe qu'en français, sans être nécessairement victime des "traditions figées", ni empêtré dans un "lexique arabe, coranique et makhzénien, inhibiteur" (de makhzen, littéralement le trésor et, au Maroc, par métaphore, le pouvoir central) et que tous les "esprits arabisés" ne sont pas fatalement "calcifiés" par l'école, la télé et la mosquée...

Cette déclaration d'intention montre bien qu'écrire en arabe, et qui plus est dans une version délibérément ouverte au parler local, est une décision politique qui mêle indissociablement choix d'un niveau de langue, définition d'un public cible, ligne éditoriale et, en définitive, placement politique. Le lancement d'une version "marocarabisée" d'un hebdomadaire francophone à succès indique aussi les transformations de la société marocaine, où le lectorat n'est plus, loin s'en faut, celui des seules couches sociales francophones. Cette création et celles qui ont vu le jour récemment ou qui sont en projet révèlent enfin que le paysage médiatique marocain est en cours de réorganisation sur la base d'une logique plus commerciale et même capitalistique. Les nouveaux titres ont en effet en commun d'être bien plus associés que ceux d'autrefois à l'existence d'un lectorat et d'un marché publicitaire.

L'autre remarque que l'on peut faire (en complément du billet du 26 novembre sur les "nouveau divan des Arabes"), c'est qu'il s'agit d'un combat qui, dans ses formes tout au moins, relève du siècle dernier. Nichane est interdit et le site fermé, mais tout le monde en parle et tout le monde peut lire les blagues scandaleuses (y compris, du reste, sur les sites qui appellent à son interdiction !). Bien plus que dans la presse marocaine (fort prudente sur ce type de question, on est au Maroc tout de même...), c'est sur le Net que le lecteur curieux pourra en apprendre davantage.

Deux adresses pour cela, parmi beaucoup d'autres :
Un "agrégateur" de blogs, c'est-à-dire un blog qui repère et "agrège" le contenu de la blogosphère : c'est financé par l'agence Reuters (qui doit y trouver son intérêt...) et c'est assez passionnant.
Le "magazine des blogs au Maroc", la même chose mais spécialisée sur le pays (le lien renvoit à la page à propose de "l'affaire Nichane"). Très bien fait également, et avec des infos impressionnantes, telle celle-ci, à propos de la blogosphère marocaine :
25-35 ans : c’est la tranche d’âge qui blogue le plus au Maroc.
20.000 : c’est la dernière estimation du nombre de blogs marocains. Maktooblog (plate-forme égyptienne en arabe) revendique à elle seule 1 540 blogs marocains.

Comme toujours, le quotidien Al-Akhbâr propose (en arabe) une couverture de l'événement de qualité (avec un portrait de la journalilste Sanâ' al-'äjî, et l'adresse d'une pétition en faveur de Nichane).

Et puis cette référence à un blog (par un juriste) marocain sur l'illégalité (et bien d'autres choses encore) de "l'affaire Nichane" : http://www.blog.ma/obiterdicta/index.php?action=article&id_article=12441

15/01 : Jugement rendu ce jour. 3 mois contre le directeur de la publication, et la journaliste... Voir cet article en arabe sur Islam-online (opposition religieuse).
Et voir en "commentaire" des adresses... utiles


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : censure, langue, Maroc, médias

2 commentaires pour “ Nichane : droit au but ! Un combat d'un autre temps ”

  1. zifa le 13 janvier 2007 à 22:31

    merci bcp monsieur
    pour plus d information sur l affaire nichane
    voici un blog de solidarité
    http://nichani.wordpress.com
    une petition online ici
    http://www.nichane.ma

  2. [...] de ses ressources publicitaires, du regretté Nichane (article du Guardian et ancien billet sur cet hebdomadaire), la presse locale ne donnera sans doute de ces événements que la version [...]