Le message est dans l'image : la censure au cinéma

24 janvier 2007
Par

Trente ans après sa sortie, les téléspectateurs égyptiens ont pu enfin découvrir sur leur petit écran "Le Message", le célèbre film de Mustafa al-'Aqqad, décédé lors d'un attentat contre un grand hôtel jordanien en 2005. Une des chaînes publiques a en effet décidé de "faire" la soirée de nouvel an (hégirien, c'était le samedi 19 janvier) avec ce film interdit d'antenne jusque-là, même s'il avait été diffusé à plusieurs reprises par des chaînes satellitaires arabes.

Les raisons d'une aussi longue censure n'apparaissent pas forcément à la lecture du titre anglais ou français mais elles sont beaucoup plus évidentes en arabe : al-risâla (الرسالة), pour un locuteur arabe, cela peut avoir bien entendu le sens d'un message, d'une lettre, mais c'est aussi, et avant tout, LE message par excellence, à savoir celui de la prédication coranique.

Mettre en image le récit des premiers temps de l'islam pose naturellement toutes sortes de problèmes. D'abord, celui des différentes lectures historiques d'événements qui nous ont été transmis par des témoignages non seulement très anciens mais également déformés par la vision qu'en proposent ceux qui en furent les propres acteurs. En l'occurrence, les "Compagnons du Prophète", source principale des "Dits prophétiques" - أحاديث - au fondement de la Tradition (que l'on peut traduire par sunna, comme dans l'expression "islam sunnite").

C'est toujours avec la plus extrême sensibilité que sont reçues les diverses tentatives qui cherchent à "contextualiser" ces documents, sans même aller jusqu'à interroger leur objectivité ou, pire, leur authenticité. Et cela, que ces "nouvelles histoires de l'islam" émanent de penseurs et d'historiens arabes (Mohamed Arkoun, Abou Zeid...), ou non. En 1998 (ce n'est donc pas si vieux...), "d'anciens élèves" de la pourtant très libérale American University in Cairo agitèrent ainsi l'opinion (voir cet article) à seule fin d'interdire la lecture marxiste de cette période proposée par Maxime Rodinson dans un "classique" publié en 1961 !

Mais dans le cas du cinéma en général et du film de 'Aqqad en particulier, les débats n'ont porté que sur un autre problème, celui de la représentation imagée des figures saintes de l'islam, à commencer par celle de son Prophète.

Il faut dire que pour ce qui est de la fidélité aux lectures "canoniques" des premiers temps de l'islam, le réalisateur, d'origine syrienne mais installé aux USA, s'était entouré d'un luxe de précautions. Le scénariste (américain) avait séjourné plus d'un an au Caire et avait sollicité l'expertise d'un certain nombre d'oulémas importants, sans compter les conseils de grandes plumes locales de l'époque (parmi lesquelles figurait l'écrivain Tawfiq al-Hakim).


Quant au problème central, celui de la représentation à l'écran de "figures saintes" de l'islam, il avait été résolu en s'abstenant de montrer le visage du Prophète (dont l'ombre ou la silhouette pouvaient apparaître), mais également celui des "Dix compagnons à qui le Paradis a été promis", conformément aux prescriptions traditionnelles telles que les interprète Al-Azhar. (Il faut tout de même rappeler que l'Université islamique du Caire n'est, après tout, qu'une des références possibles et n'a pas toujours été aussi imprégnée de l'influence wahhabite, en particulier sur la question des représentations : voir cette contribution de Jean-François Clément, parue lors de la question des caricatures. Par ailleurs, le chiisme n'a pas du tout les mêmes problèmes vis-à-vis des figures les plus saintes de l'islam, comme le montre cette ravissante (?) représentation de Mahomet en vente sur les trottoirs de Téhéran, représentation tirée, comme l'ont remarqué deux ethnologues suisses, d'une vieille carte postale d'un photographe orientaliste des premières années du XXe siècle, Lehnert).

A l'image de ce qui s'est produit pendant la diffusion d'un feuilleton syrien diffusé sur les télévisions arabes lors du dernier ramadan, il semble bien que Hamza, l'oncle du Prophète, soit la source de tous les problèmes. Sous les traits d'Anthony Quinn pour la version américaine, et ceux de l'acteur égyptien Abdallah Ghayth pour la version arabe,
c'est en effet lui qui est le véritable pivot de l'histoire, assurant le fil de la narration qu'il n'était pas possible de centrer sur la figure de Mahomet, interdite d'écran. Or, il semble qu'il n'y ait pas un accord parfait autour des dix Compagnons "à qui le Paradis a été promis", Hamza y figurant pour certains (ce qui rend sa représentation sacrilège - dans les lectures contemporaines de l'islam, encore une fois).

En réalité, et même si un responsable de la censure a pu affirmer sans rire, en 2003, que le film produit en 1976 n'avait jamais été interdit car son absence des écrans égyptiens n'était due qu'à une malencontreuse erreur administrative, il apparaît, rétrospectivement, que le tapage qui avait entouré cette sortie signalait en réalité un changement d'époque. Comme si une certaine manière de voir leur propre culture n'était plus possible désormais aux yeux de certains Arabes, et qu'il fallait donc interdire cette façon de porter un regard sur l'héritage, y compris religieux, au besoin par le biais de toutes sortes d'arguties juridiques.

Autant dire qu'on est très loin aujourd'hui de l'esprit qui avait pourtant prévalu depuis les premières décennies du siècle, par exemple lorsque le banquier et nationaliste égyptien Talaat Harb fondait les Studios Misr en 1935. Pour ne rien dire du film sur la vie du Prophète qu'avait imaginé la Turquie de Mustafa Kemal (qui n'était pas encore Atatürk) et pour lequel on avait pensé, pour tenir le rôle principal - oui, celui du Prophète de l'islam ! - à un acteur célèbre de l'époque, l'Egyptien Youssef Wahbi (c'est lui qu'on voit sur l'image). Certes, l'affaire avait suscité à son époque une véritable polémique - Wahbi venait d'intepréter le personnage de Raspoutine et le rapprochement n'était sans doute pas très bien venu ! - mais il est tout de même significatif qu'un tel projet avait été imaginé avant d'être abandonné il est vrai, mais peut-être autant pour des raisons de jalousie professionnelle que de convenances religieuses...

Il faut savoir également que "Le Message" n'est pas interdit qu'en Egypte. La Syrie, bien plus libérale, s'obstine à ne pas autoriser la diffusion de l'oeuvre pourtant réalisée par celui qui avait quitté ce pays (il était né à Alep en 1934) pour devenir un des producteurs importants d'Hollywood. Ce tropisme américain est-il la raison de cet ostracisme dont demeure officiellement victime "Le Message" ? C'est peut-être une des réponses, une autre, sans doute plus vraisemblable, étant que Mustafa al-'Aqqad avait commis le "crime" de recevoir des financements du pouvoir de Mouammar Kadhafi pour un autre de ses grands succès internationaux, "Le Lion du désert", avec toujours Anthony Quinn dans le rôle principal, en l'occurrence celui du leader nationaliste libyen Muhammad al-Mukhtâr.

La censure cinématographique n'est pas toujours là où on l'attend. Dans la très démocratique et très européenne Italie, "Le Lion du désert" est toujours officiellement interdit depuis sa sortie en 1982 pour "atteinte à l'honneur de l'armée italienne" (fasciste à l'époque, et occupant la Libye)...

Quant à la censure égyptienne, elle ne réserve pas ses soins jaloux à la seule religion musulmane puisqu'elle a jugé bon de censurer, en 2003, une comédie affreusement irrespectueuse, dans laquelle Jim Carrey incarnait un râleur qui se voyait accorder Sa Toute Puissance par Dieu en personne (voir ci-dessous la conception hollywoodienne de la chose, incarnée par Morgan Freeman !)...


Concernant le fim germano-turc sur la vie du Prophète de l'islam, voir cet article en anglais dans Al-Ahram et cette version, plus militante, en arabe sur le site Islam-Online.
L'affaire du film "Le Message" est bien résumé, en arabe, dans cet article du site AlArabOnline.
Pour ceux que la question intéresse, ces articles en arabe (1) et (2) traitent d'une affaire un peu semblable concernant un dessin animé sur le Prophète (خاتم الأنبياء) dont le scénario a dû être modifié pour respecter les interdits religieux sur la représentation.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : censure, Cinéma, Egypte, image, Libye, Syrie

Un commentaire pour “ Le message est dans l'image : la censure au cinéma ”

  1. Laety le 5 février 2007 à 18:15

    Petite anecdote sur la censure de Bruce Almighty. Un ami qui travaillait à la programmation d'un cinéma de Amman m'a raconté qu'en Jordanie, le problème avait été "tranché" de la façon suivante: il a été demandé au cinéma de couper toutes les scène où Carrey devenait Dieu.
    Le résultat était, on l'imagine, assez cocasse: le film devenait proprement incompréhensible. Mais il semble que le public ne l'ait pas pour autant boudé. Attraction visuelle et esthétique de Jim Carrey ou résignation à l'absurde?


Carnets de recherche