Téléréalité et réalités culturelles arabes (2/2) : une Star Ac' pour le Maghreb

4 février 2007
Par

Bien qu'elle soit arrivée à sa quatrième année d'existence, la Star Ac' arabe, comme on l'a vu dans le billet précédent, suscite toujours autant de passion autour de questions qui sont loin d'être toutes artistiques. Parallèlement aux luttes pour faire triompher tel ou tel représentant d'un Etat donné, on voit bien que la gentille compétition entre des "étudiants" venus de toute la région offre la possibilité d'exprimer, sur un mode discret, proche du subliminal, d'autres revendications : l'impatience de la jeunesse arabe face aux pesanteurs sociales qui limitent ses ambitions, comme l'explique Marwan Kraydi, ou encore l'émancipation féminine pour laquelle, à l'image de la jeune candidate du Bahreïn, la seule présence sur la scène satellitaire constitue un succès.

Dès lors, on ne saurait s'étonner de constater que cette émission, qui tire orgueil d'être la copie conforme pour le monde arabe des Star Academy créées dans le monde entier par le groupe Endemol, divise le public en deux camps bien tranchés : ceux qui s'opposent à cette invasion culturelle et qui appellent à des spectacles conformes aux valeurs authentiques de la morale locale, et ceux qui s'enflamment pour un spectacle synonyme de modernité et de progrès.

L'enthousiasme de la jeunesse peut faire pardonner la passion que mettent certains fans à défendre leur émission préférée. Toutefois, à lire les propos récemment publiés dans le quotidien en ligne Elaph.com par le célèbre éditorialiste, et auteur prolifique, Shaker Nabulsi, on comprend assez facilement qu'il s'agit bien de défendre, à travers cette émission de variétés, un mode de vie, une vision du monde, et même un combat politique. Celui que de nombreux sites anglosaxons décrivent comme "un intellectuel progressiste", un "réformiste" (au contraire de portraits nettement plus critiques qu'on peut trouver en arabe), explique ainsi que la Star Ac' fait partie de ces programmes qui...

"annoncent l'arrivée dans un avenir proche de la modernité dans le monde arabe, et qui en sont même l'avant-garde artistique. Dire cela, c'est sans doute déplaire à 99 % de la société arabe conservatrice et traditionnelle, mais c'est vraiment un signe positif pour l'avenir que de voir, dans ce programme arrivé à sa quatrième année d'existence, ces jeunes gens et ces jeunes femmes venus de tous les horizons du monde arabe, et en particulier des pays conservateurs et traditionalistes comme l'Arabie saoudite, le Koweït et les autres pays du Golfe. (...) Si le monde arabe en entier se transformait en Star Academy, où le peuple arabe danserait, chanterait, garçons et filles dans les rues, pour les fêtes et les grandes occasions sociales, il n'y aurait pas de place pour le terrorisme chez nous aujourd'hui. Si le monde arabe se transformait en un grand plateau de Star Ac', la paix et la sécurité régneraient, et on n'y verrait plus de voleurs de la patrie, de terroristes au nom de la patrie, d'assassins d'hommes libres !"

Malheureusement pour la paix mondiale, ce rêve d'un monde arabe transformé en un grand plateau de télévision est aujourd'hui menacé, non pas par les bombes du terrorisme fanatique mais, à une échéance plus immédiate, par la maximalisation des profits sur la scène satellitaire arabe qui, associée aux particularismes culturels, pourrait bien entraîner la création au Maghreb d'une version concurrente de la Star Ac' made in Lebanon.

Comme le souligne un article du quotidien libanais Al-Akhbar, une évolution importante se dessine depuis l'année passée dans le paysage audiovisuel arabe dans la mesure où les grands groupes médiatiques transnationaux cherchent énergiquement à gagner les faveurs du public maghrébin, jusque-là largement délaissé pour des raisons de fuseau horaire, mais plus encore de spécificité culturelle, notammnent linguistique, en raison de variantes locales de la langue arabe difficilement compréhensibles pour le public étranger à la région.

La MBC, en étant la première à adapter ses grilles horaires à ce public, et Al-Jazeera, en tant que première chaîne d'information, ont d'ores et déjà gagné leur public au Maghreb. Mais la compétition reste très ouverte sur le segment, très porteur, des émissions de variétés à commencer par celles de la téléréalité. Annoncé depuis fort longtemps, le lancement d'une version "spécial Maghreb" de la Star Ac' tarde ainsi à se concrétiser alors qu'elle doit constituer le fer de lance commercial d'une nouvelle chaîne satellitaire à identité fortement maghrébine, Nesma TV (la "brise" en arabe). A la tête du groupe financier qui pilote l'opération Star Ac', on trouve deux Tunisiens, les frères Karoui, bien connus dans le milieu de la publicité (ici il n'y a qu'un frère, l'autre on dirait bien Séguela !) et qui désirent faire souffler un vent nouveau sur les médias de la région (voir la présentation du projet en français et cet article en arabe sur le site Elaph.com).

Les difficultés de la Star Ac' du Maghreb sont vraisemblablement juridiques et économiques et tiennent à la difficulté de se partager le marché arabe avec l'émission mère de la Lebanese Broadcasting Company. Mais il y a aussi des difficultés "culturelles". En effet, les publics arabes sont pleinement accoutumés depuis les années 1930 à la manière de parler égyptienne présente depuis cette époque à travers les chansons, le théâtre et les films, sans parler de la radio. Depuis la seconde moitié du siècle dernier, la chanson libanaise (Feirouz notamment), mais également celle du Golfe, ou encore les feuilletons syriens ont largement diffusé d'autres accents. En revanche, pour accéder à une renommée régionale, les artistes du Maghreb sont contraints le plus souvent d'opter pour une version "délocalisée" du langage qu'ils utilisent sous peine de ne pas être compris et en tout cas appréciés. Il aura d'ailleurs fallu attendre le succès malgré tout assez récent d'un Chebb Khaled pour que cette règle soit brisée (et la vidéo de sa prestation à la Star Ac' libanaise, lors du billet de la semaine dernière, donne une idée de l'étendue du problème !)

D'ailleurs, il paraît que le casting des "étudiants" de la première Star Ac' au Maghreb n'a pas été facile à boucler car il fallait trouver des candidats capables d'interpréter toute la gamme des styles musicaux propre à la région : chaabi, kabyle ou encore gnawa marocain...


La langue fait problème également. Après avoir imaginé de restreindre les candidats à un lexique de base de quelque 600 mots (!), on semble se résoudre désormais à les laisser s'exprimer dans la langue de leur choix (c'est-à-dire en français également pour cette émission dont on attend qu'elle touche le public de l'immigration en Europe et d'abord en France).

L'un des frères Karoui, Ghazi, a récemment affirmé à la presse que le projet est strictement culturel, même s'il n'a visiblement rien contre le fait qu'après "l'invasion des télévisions orientales", les téléspectateurs arabes s'habituent à leur tour "aux parlers de la région" (لهجات المنطقة), en l'occurrence les différents dialectes du Maghreb. Son frère, Nabil, n'est pas en reste pour expliquer à son tour dans un entretien repris par le site bladi.net qu'il verrait bien les médias et la culture réussir vis-à-vis de l'union du Maghreb là où la politique a échoué...

Même s'ils affirment le contraire, les frères Karoui nous confirment donc qu'en plus de son incontestable importance économique, et de son indéniable intérêt culturel, le projet d'une Star Ac' pour le Maghreb s'accompagne, aussi, d'une indispensable dimension politique.

Et en attendant de vous passionner, comme Shaker Nabulsi, pour le lancement de cette modernité arabe, vous pouvez toujours visiter le site (très francophone, mais avec une chanson marocaine et un très joli pointeur de souris qui lance des étoiles...) de la Star Ac' du Magreb.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Maghreb, médias, Tunisie

3 commentaires pour “ Téléréalité et réalités culturelles arabes (2/2) : une Star Ac' pour le Maghreb ”

  1. Hassan le 29 mai 2007 à 10:41

    il y'a aussi l'arabe
    http://www.staracademy-maghreb.com/ Star/Lang/ar

  2. goudron kabyle le 16 décembre 2009 à 17:11

    Le kabyle n'est pas un genre musical, c'est une langue, avec son rock, sa variété, ça n'a rien à voir avec la chanson arabe. La Star ac est donc pluriculturelle, il ne faut pas se limiter aux Arabes.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 16 décembre 2009 à 19:50

      C'est le chaabi qui est kabyle, la virgule ne devrait pas se trouver là! (cela étant, le chaabi n'est pas que Kabyle à ma connaissance, loin de là, non ?) Quant à "rien à voir avec la chanson arabe", il y a tout de même un peu de cousinage, non ? Désolé pour les Kabyles s'ils ont pensé qu'on les prenait pour un style de musique !


Carnets de recherche