Romans d'Arabie saoudite (1/2) : une scène littéraire scandaleuse...

4 mars 2007
Par


Dans le domaine de la prospective, la critique littéraire fait à peine mieux que la science politique ! L'arrivée en force du roman saoudien sur la scène littéraire arabe continue à surprendre : personne ne s'attendait vraiment ni à voir les écrivains femmes y occuper une place aussi importante, ni à ce que soient abordés, de manière très franche, des thèmes aussi "scandaleux" que les amours saphiques et les pratiques sado-masochistes...

Tout le monde s'agite beaucoup autour de l'éclosion soudaine de cette littérature romanesque : 26 romans en 2005, 50 en 2006 selon une étude réalisée localement (voir ces articles 1 et 2 en arabe, comme les autres références de ce billet). Pour la moitié, il s'agit de la première oeuvre de jeunes romancières qui ont entre 20 et 25 ans. Certains considèrent que le phénomène est largement dû au flair de quelques éditeurs relayés par le traitement des médias friands des scandales que provoque la publication de ces textes que n'arrête aucun tabou. D'autres, tel le critique saoudien Abdullah al-Ghadami, lui trouvent des raisons plus profondes, à commencer par le fait que la société saoudienne ne peut plus continuer à jeter un "voile pudique" sur ce qu'elle ne veut pas voir. De l'avis de cette grande figure intellectuelle du monde arabe, on pourrait lire des textes plus dérangeants encore, ce qui ne veut pas dire que ces expériences soient véritablement abouties (à l'exception du livre de Rajâ' al-Sâni', dont on a déjà parlé ici, qu'il considère comme le premier roman "vraiment saoudien").

Faute d'autres lieux d'expression, il est en fait assez naturel que le roman fasse du corps (féminin) le symbole et le véhicule de la révolte individuelle contre l'hypocrisie sociale. Sans doute y a-t-il une part de sensationnel, ou tout simplement de nouveauté, dans l'intérêt accordé à cette nouvelle littérature et Les filles de Riad est certainement un titre plus accrocheur que Les filles d'Alexandrie (يا بنات الاسكندرية : c'est pourtant le titre d'un roman de l'Egyptien Edouard Al-Kharrat...) Il reste que le roman saoudien existe et traduit l'importance des mutations que vit cette société, notamment sur le plan éducationnel et culturel.

En témoigne, parmi d'autres exemples, cet article qui s'intéresse au rôle d'internet dans cette littérature : outre le fait qu'il joue le plus souvent un rôle important dans l'intrigue, quand il n'est pas utilisé comme une technique narrative, le "réseau" est également, non plus dans la fiction mais dans le monde bien réel de l'écriture, le premier espace de publication et de diffusion. Ces textes ont souvent été d'abord créés - comme on le verra la semaine prochaine - dans des "clubs littéraires" virtuels, actifs sur la Toile. Une fois édités, c'est encore elle qui assure en partie leur diffusion, et plus encore quand ils ne sont pas disponibles dans les librairies locales...

Les choses s'améliorent dans ce domaine, toutefois. Ainsi, Riyad, la plus "libérale" des villes saoudiennes, accueille depuis le début du mois de mars le 11e Salon du livre qui réunit plus de 600 maisons d'édition, en provenance de 22 pays. Apparemment, la manifestation se déroule dans le droit fil de l'édition précédente qui, sous l'égide du ministère de la Culture, avait fait la démonstration que le pays n'était pas condamné, loin de là, à l'immobilisme, en dépit des réactions, parfois violentes, d'une partie de la population.

En effet, et comme on l'a déjà vu dans ces billets, des feuilletons à la télévision, mais aussi des représentations théâtrales sont pourtant l'occasion pour une partie de la société saoudienne de manifester son refus total de ce qu'elle considère comme les succédanés d'une culture occidentale dépravée et instrumentalisée pour imposer au monde musulman en général, et au monde arabe en particulier, ses valeurs et sa vision du monde.

C'est ainsi que la célèbre police des moeurs locale (هيئة الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر) aura bien un bureau à l'intérieur du Salon du livre de Riyad. Pourtant, à l'exception de quelques demi-journées spéciales, c'est bien ensemble que hommes et femmes déambuleront entre les stands des libraires ; mieux, qu'ils assisteront aux rencontres culturelles organisées pour l'occasion (même si un voile séparera les deux sexes dans la salle de conférence). Plus important sans doute, et même si certains livres demeurent interdits, on trouvera des titres aussi incongrus, par rapport aux idées toutes faites sur la société saoudienne, que La Question juive de Karl Marx, ou encore, les romans du grand auteur décédé il y a deux ans, Abdul-Rahman Mounif (en général considéré comme saoudien même si sa famille est en partie d'origine irakienne, s'il a été élevé en Jordanie, et s'il a passé la majeure partie de sa vie en Syrie : l'Orient est décidemment compliqué !)

Plus encore, les titres phares du nouveau roman saoudien, ces textes que les lecteurs locaux doivent le plus souvent se procurer à l'étranger, sont assez largement présents au Salon du livre de Riyad. Le billet de la semaine prochaine en présentera quelques-uns, parmi les plus "scandaleux" bien entendu !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : littérature, Saoudie

4 commentaires pour “ Romans d'Arabie saoudite (1/2) : une scène littéraire scandaleuse... ”

  1. Frédéric Lagrange le 17 janvier 2010 à 12:32

    Merci Yves pour toutes ces références. Un détail : la littérature saoudienne laisse plutôt apparaître Jeddah comme ville libérale, opposée à Riyad ville des Mutawi‘a et du contrôle permanent des moeurs. La scène d'ouverture du dernier roman de Yusuf al-Muhaymid, "al-hamam la yatir fi Buraydah", se passe à Riyad et met en scène l'iconique arrestation d'un couple par les gardiens de la vertu.
    Depuis la parution de cet article, on peut recommander deux romans de 2009 extrêmement violents et marquants, également aboutis :
    Tarmi bi-sharar de Abduh Khal
    Shari‘ al-‘Atayif de Abdallah Bin Bakhit

  2. AMGOUN LAHCEN le 24 février 2011 à 15:34

    EN LE LISANT, JE NE VOIS SUR LE ROMAN " les filles de Riad"q'un pillage du style du roman " les filles d'Alexandrie " d'Edouard Elkharrat.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 24 février 2011 à 17:12

      Franchement, pour avoir lu les deux, je ne vois pas bien le rapprochement, hormis le titre bien entendu !

  3. AMGOUN LAHCEN le 27 mars 2011 à 12:38

    cher professeur yves,

    j'ai bien relis les 2 romans suite à votre remarque citée ci dessus,& vous avez raison,il n'ya pas de rapprochement.

    ainsi,votre article académique de mérite, riche de références intéressantes marque nos débats littéraires sur ce sujet maigre en ressources.

    encore bravo yves & bravo pour vos citations importantes sur la révolution démocratique actuelle au monde arabe.


Carnets de recherche