Politique et publicité (3) : récupération et dérision au Liban

18 mars 2007
Par

L’imagination se déchaîne au Liban autour du thème “I love…”. Deux grandes lignes apparemment : dérision et récupération.

Sur ce dernier point, voici ce qu’on a pu admirer un moment, sur l’autoroute allant vers le nord du Liban, à la sortie de Beyrouth (photo trouvée sur ce blog militant pro-14 mars) :

L’afficheur avait imaginé de détourner à son profit la campagne (et la contre-campagne) “I love” pour proposer un très approprié “I love life… in diamonds“. Malheureusement, ce bel effort publicitaire a disparu très vite. Mais, plus au nord, l’autoroute propose encore, simultanément, la contre-campagne politique originale, et ses succédanés plus ou moins volontairement récupérateurs.


“J’aime la vie multicolore” est bien un affichage de l’opposition, les couleurs de l’arc-en-ciel symbolisant comme on l’a vu précédemment, la “polyphonie” partisane et confessionnelle des opposants au 14 mars. Trop peu visible malheureusement, on devine malgré tout sur la droite une campagne Coca-Cola “The Coca-Cola side of life“. Lancée à la fin de l’année 2006 (parfait timing !), elle consiste à expliquer que Coca-Cola, c’est “du bonheur en bouteille, tout simplement !” comme le précise Lubna Forzley, la chargée de communication pour le au Moyen-Orient, dans cet article intitulé Happiness in a bottle(ce grand moment de prose publicitaire mérite le détour !). Dans le New Middle East que s’efforcent de bâtir les néo-Cons américains, Coca-Cola s’est donc donné pour mission d’aider les indigènes locaux à faire les choix les plus “positifs”. Dans une existence pleine de choix difficiles, il faut les inciter à “vivre la vie dans toutes ses couleurs !” Ca ne s’invente pas !

Tout à fait sur la droite, on devine un autre exemple de récupération, non plus globalisée mais authentiquement locale, mieux visible sur la photo suivante. Chez Siblou, on ne craint pas de clamer qu’on aime… le poisson.

Même en ayant à l’esprit tout ce que l’expression “marchand de tapis” peut avoir de négatif en français (avec un certain relent de xénophobie hexagonale…), cette dernière proposition graphique ne doit pas être prise comme une critique fondamentale du système politique local, mais bien comme une simple réclame (photo : même source que pour les diamants) :

Face aux récupérations, les Libanais font assaut de dérision. En voici quelques exemples – librement traduits (pour les amateurs, toute une série de slogans plus délirants les uns que les autres est à découvrir sur ce blog) :

1991 : fin de la guerre
2007 : toujours pas d’électricité…
J’aime la vie !

Je vais payer mon crédit à la banque, la facture d’éléctricité, l’abonnement, l’eau (et en plus celle de la citerne que j’ai fait livrer) sans oublier les bonbonnes d’eau potable, la facture du portable, et puis l’abonnement pour le fixe, et si tout va bien je sortirai ce soir : elle est pas belle la vie ?

Je vais aller faire une demande de visa : j’aime la vie !

Toujours sur l’autoroute, vers le Nord, cette dernière affiche rompt avec les slogans et les contre-slogans, détournés et récupérés. Signé d’un énigmatique “لبنان و بس” (Juste le Liban) et sous les deux partenaires enlacés qui se tirent réciproquement une balle dans la tête, elle a pour message cette seule question : “Qui est le perdant ?”


Message personnel : merci pour le coup de main !
C’est beau l’édition…
à distance !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Liban, publicité

2 commentaires pour “ Politique et publicité (3) : récupération et dérision au Liban ”

  1. hafidha314 le 19 mars 2007 à 6:43

    bonjour je reprends, j’ai mis un message mais envolé il me semble donc je recommence.

    je trouve cette vague de pub incroyable et le panneau le plus pertinent est le dernier (les 2 personnes qui se tuent) puisqu’il a le mérite de demander “quel est le problème finalement”. La vague “i love” est frénétique pour pas dire hystérique seulement le hic c’est que ça donne la piste de la réalité ironique mais aussi un genre de déni simultanément comme pour oublier, cacher derrière une couche de peinture “i love” tous les vrais problèmes. donc du coup à force, la dérision peut devenir division et ensuite pour finir explosion cyclique.
    2 site qui concerne une libanaise qui réfléchit sur l’après guerre (dans son porfolio on trouve un autre genre de pub qui pose d’autres questions peut-être, on défile avec “next” et non avec les photo du bas), ça pourrait faire des panneaux publicitaires plus réalistes et certes moins drôles mais qui prètent à réflexion sinon à quoi sert l’histoire si on la barbouille d’un nouveau genre de pub qui toucherait presque à l’effacement ? C’est vrai que la publicité est un art, il s’agirait juste de définir son utilité véritable et non ce qu’on en fait…

    http://www.raniamatar.com/

    http://www.onefineart.com/en/articles_arts/randa_mirza_rania_matar.shtml

    Hafidha314

  2. Liliane le 26 mars 2007 à 13:54

    Hello, just want to point one thing, Independence05 is not pro March 14. Also good point about Coca Cola, it is a weird coincidence (or not).


Carnets de recherche