L'affaire des présentatrices d'Al-Jazeera : grandes manœuvres dans les médias arabes

7 juin 2010
Par

Elle, l'hebdomadaire qui lutte inlassablement pour l'émancipation de la femme française – avec cette semaine un important dossier sur le "régime Bikini" –, alertait ses lectrices il y a quelques jours sur le "chaos dans les locaux de la chaîne Al-Jazeera". Introduit par un très professionnel conditionnel, l'article (non signé) expliquait que ce "chaos" était dû à la démission de cinq présentatrices soumises "à une forte pression au sujet de leurs tenues vestimentaires jugées indécentes et pas assez conservatrices pour la chaîne".

"Courage, mesdames, face à l'obscurantisme et à la guerre sainte", pouvait-on lire, sans surprise, dans les commentaires du site (à côté d'autres, il est vrai, plus pertinents). Avec juste un peu de mauvaise foi, "l'affaire des cinq speakerines", ou bien 4, ou encore 8, revenait tout simplement, par le jeu de quelques interprétations audacieuses, à interroger la capacité de la principale chaîne d'information arabe (présente dans près d'un foyer sur deux) à concilier "sa mission en tant que BBC moyen-orientale" avec "le conservatisme de certaines sociétés où elle est diffusée" (The issue is likely to refocus attention on the difficulties Al-Jazeera faces in trying to reconcile its mission to be the BBC of the Middle East with the conservativism of some of the societies in which it broadcasts : The Telegraph, 31 mai).

Tout n'est pas faux dans l'information mise en ligne sur le site de Elle mais, à l'instar du commentaire du Telegraph, l'éclairage sur une chaîne suspectée d'être devenue la chasse-gardée des "islamistes" et autres "salafistes" (commentaire dans l'algérien Al-Watan par exemple) semble singulièrement biaisé. Pour ce qui est des faits, il est à peu près établi désormais que les problèmes, latents depuis au moins le début de l'année, ont éclaté le 25 mai dernier, lorsqu'un groupe de présentatrices, soutenues par nombre de leurs collègues moins audacieuses, ont présenté, en interne, leur démission collective.

Certes, une bonne partie de la presse internationale (et arabe comme on le verra) a titré sur "le problème d'Al-Jazeera avec les femmes" (comme l'écrit élégamment le Right Wing Liberal, un blog américain qui assume son titre), en utilisant des phrases chocs telles que : conflicts with management on their clothing - clothing spat - clothing dispute - quit over 'modesty' dress comments - mass resignations [!!!] by Al Jazeera female anchors over dress code - row over 'clothes and decency'. Pourtant, assez rapidement, et de manière de plus en plus affirmée (article en arabe du 5 juin sur Al-Duwaliya : merci Ben !), les journalistes en question ont fait savoir - en peine perdue ou presque -, d'abord que la question de leur code vestimentaire n'était pas le fond du problème, et même ensuite que ce n'était pas vraiment le problème, tout simplement !

Sur le plan des faits également, il apparaît que certaines démissionnaires ont disparu d'antenne, mais pas toutes (article en arabe dans Al-Hayat). Plus significativement, un rédacteur en chef, Ahmad al-Shaykh (أحمد الشيخ), a été "placardisé", de même qu'un de ses principaux adjoints, Ayman Gaballah (أيمن جاب الله). L'un comme l'autre, selon cet article d'Al-Quds al-'arabi (parmi bien d'autres), semblent avoir été sanctionnés pour leur mauvaise gestion de la crise et, en particulier pour le second, à cause d'un autoritarisme plutôt machiste… Une nouvelle réorganisation du desk information est annoncée par Waddhah Khanfar (وضاح خنفر), le directeur de la chaîne, laquelle réfléchit à la mise en place d'une "charte vestimentaire", à l'instar de CNN ou de la BBC.

Quoi qu'en dise le quotidien Al-Hayat (article en arabe), on est donc probablement assez loin des faits quand on parle, à propos des présentatrices concernées, d'une "protestation contre l'exploitation de leur corps et de leur image" (إحتجاجاً على الإمعان في استلاب أجسادهن وصورتها). En revanche, l'avalanche de commentaires dans la presse s'insère fort bien dans le sempiternel débat, certainement bien intentionné (;-), à propos du droit des femmes (musulmanes bien entendu) à disposer d'elles-mêmes et, incidemment, sur les immenses difficultés des médias arabes, Al-Jazeera en tête, à incarner un journalisme de qualité dans des sociétés "parfois conservatrices"…

Si elle souligne une fois de plus combien le succès d'Al-Jazeera continue de lui valoir un certain nombre d'inimitiés, cette démission collective des icônes médiatiques incarnant un visage de la modernité arabe, et plus encore la manière dont cette crise a été médiocrement gérée, confirme aussi les difficultés de la chaîne qatarie. Alors que la politique médiatique de l'émirat connaît de grosses difficultés avec ce que Nesrine Malik appelle the "Islam-Online debacle" (le site, un des principaux portails arabes en ligne, est en grève depuis plusieurs mois et n'est plus renouvelé depuis quelques jours), la nouvelle grille des programmes, mise en place au début de l'année sur les conseils d'une société américaine, n'est pas, à l'évidence, un grand succès. Depuis, les démissions de journalistes importants se succèdent alors que s'ajoute à la concurrence d'Al-Arabiya une nouvelle menace, celle d'une méga-chaîne d'information que lancerait le groupe Rotana, désormais étroitement associé à Fox News (voir ce précédent billet). En effet, on sait, depuis avril dernier au moins (article en arabe dans Al-Quds al-'arabi), que l'Arabie saoudite a décidé d'accorder quelques licences pour des chaînes télévisées émettant depuis son territoire, et il semble bien également que le magnat des médias arabes, le prince Waleed ben Talal, est sur les rangs, et qu'il songe à confier la direction de la future "murdochtana" au célèbre journaliste Jamal Khashoggi (جمال خاشقجي), tout récemment "remercié" par le principal quotidien saoudien, Al-Watan, pour des propos un peu trop critiques sur le conservatisme religieux dans son pays.

Quant aux présentatrices démissionnaires d'Al-Jazeera, elles ont fait savoir que leur démission n'avait rien à voir avec ces grandes manœuvres médiatiques et d'éventuelles sollicitations de la part de chaînes concurrentes...


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : médias, panarabe, Qatar, Saoudie, télévision

7 commentaires pour “ L'affaire des présentatrices d'Al-Jazeera : grandes manœuvres dans les médias arabes ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Pierre A., Hypothèses billets. Hypothèses billets said: L’affaire des présentatrices d’Al-Jazeera : grandes manœuvres dans les médias arabes http://bit.ly/b41AAd [...]

  2. Benjamin Geer le 7 juin 2010 à 18:59

    Quand la chaîne Al-Jazeera English a été lancée, je me suis dit : elle est bien meilleure que la version arabe ! Si seulement celle-là pouvait influencer celle-ci... Un exemple : j'ai allumé la chaîne arabe pendant sa couverture de l'affaire de la flottille. Ce n'était qu'une longue série de réactions émotives d'intervenants qui ne faisaient que condamner l'attaque israélienne. Même les experts qui étaient présents sur le plateau ne faisait que fulminer, en regrettant par exemple que ce soit la Turquie, plutôt que les pays arabes, qui avait pris l'initiative de forcer le blocus. Où étaient les analyses politiques, les pronostics, les réflexions sur les effets possibles de l'incident sur la question palestinienne, sur les relations internationales ? Peut-être que les ennuis de la chaîne arabe sont dus, en partie, au fait qu'elle est souvent ennuyeuse et n'apprend pas grand-chose au téléspectateur ?

  3. Sisil le 8 juin 2010 à 10:16

    Je penses que ce n'est pas plus ennuyeux que toute la désinformations continue sur les chaines soi-disant d'informations françaises !!!!!!Et si c'est pour écouter les fameux intervenants israéliens entrain de mentir je préfère m'ennuyer sur Al-Jazeera en arabe !!!!

    • YGQ le 8 juin 2010 à 10:37

      @Ben et Sisil : Je comprends la réaction un peu épidermique de Sisil mais il y a qq ch de "vrai" dans le commentaire de Ben. Il ne faut pas oublier - même quand on a l'habitude de "passer" d'un contexte à un autre - que les médias ne sont pas seulement des infos, mais qu'il y a tout un langage, une rhétorique, qui s'inscrit dans un horizon de réception propre aux publics (et aux canaux qui les arrosent). En l'occurrence, l'intégration de Jazeera (arabe) à ce que Peter Watkins appelle la "monoforme" http://fr.wikipedia.org/wiki/Monoforme(je suis en train de relire ça) diffère de celle qui est opérée (plus facilement je pense, et je rejoins Ben là dessus) par la canal anglophone. La "monoforme" est présente partout, mais avec des variations, et des décalages... D'où l'ennui des uns, et le plaisir des autres !

  4. Daffodil le 9 juin 2010 à 17:53

    Article fort intéressant ;-). Ainsi "assez rapidement, et de manière de plus en plus affirmée , les journalistes en question ont fait savoir – en peine perdue ou presque -, d’abord que la question de leur code vestimentaire n’était pas le fond du problème, et même ensuite que ce n’était pas vraiment le problème, tout simplement !". Fort bien. Dont acte.
    Mais alors... quel est le problème qui a motivé leur démission ? Au lieu de gloser sur les réactions attendues de certains blogueurs ou sites, que ne nous informe-t-on sur le fond de l'affaire ? Ces journalistes ont démissionné collectivement. Peut-on savoir pourquoi, vu que ce n'est évidemment pas sur Al-Jazeera qu'on l'apprendra ?

    • Yves Gonzalez-Quijano le 9 juin 2010 à 19:09

      Je n'ai pas été assez clair ? Visiblement, il y a "du mou" dans la direction d'Al-Jazeera, confrontée par ailleurs à un réaménagement du paysage médiatique local, qui passe vraisemblablement par des appels du pied de la concurrence. Désolé pour ceux/celles qui en ont fait des grands titres, la question de la tenue vestimentaire n'est qu'un accessoire (vestimentaire ?) par rapport aux vraies questions qui tournent - vous voyez que je ne suis pas un admirateur sans nuance d'Al-Jazeera - autour de la définition d'une nouvelle politique éditoriale. Je ne passe pas mon temps à regarder la chaîne, ni la télé d'ailleurs, mais la thèse d'un tournant islamiste ne me convainc absolument pas. La lecture de la presse arabe, d'ailleurs, va en ce sens, et c'est ce point de vue que mon billet s'est efforcé de répercuter.

  5. [...] con la dimisión, muy comentada, de varias presentadoras. Se intentó explicar en esteartículo que la cadena catarí, a la que se acusaba entonces de excesivamente conservadora y hasta de [...]


Carnets de recherche